Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Équipe de France A, campagne 2015-2017

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • tasslehoff
    a répondu
    Envoyé par Lyonnais921 Voir le message
    A la place de qui ? (dans les défenseuses)
    A la place de Diani parceque je met pas Amel dans les defenseuses.

    Laisser un commentaire:


  • Lyonnais921
    a répondu
    Envoyé par tasslehoff Voir le message
    ........

    Je comprends pas pourquoi il prends pas Karchaoui dans les 18 alors que Bouleau est out.
    A la place de qui ? (dans les défenseuses)

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    La liste des 22 Françaises (dont 4réservistes)
    Gardiennes : Bouhaddi (Lyon), Gérard (Lyon).
    Défenseures : Delannoy (Paris-SG), Houara (Lyon), Georges (Paris-SG), Majri (Lyon), Mbock (Lyon), Renard (Lyon).
    Milieux : Abily (Lyon), Bussaglia (Wolfsburg, ALL), Diani (Juvisy), Hamraoui (Lyon), Henry (Portland Thorns FC, USA), Lavogez (Lyon), Necib (arrêt après les Jeux), Thomis (Lyon).
    Attaquantes : Delie (Paris-SG), Le Sommer (Lyon).
    Les quatre réservistes : Dali (Lyon), Karchaoui (Montpellier), Le Bihan (Montpellier), Philippe (Montpellier).

    Sur les sites de sports ils ont réussis a parler de listes de 23 + 4 réservistes....

    Je comprends pas pourquoi il prends pas Karchaoui dans les 18 alors que Bouleau est out.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues : reprise, travail et forfait
    Publié le 06 juillet 2016 | Top News
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Basée à Ploufragan (Côtes-d'Armor), l'équipe de France féminine a débuté sa préparation pour les Jeux olympiques de Rio à 28. Un groupe élargi où tout le monde veut avoir sa place pour le Brésil. Un tournoi que ne verra pas Laure Boulleau, blessée au genou.


    Il aurait été difficile de trouver meilleur endroit pour travailler. En attendant que Clairefontaine soit libéré, le calme et la situation géographique de Ploufragan (Côtes-d'Armor) offrent des conditions de préparation pour un tournoi olympique plutôt intéressantes. Au centre technique Henri Guérin de la Ligue de Bretagne, l'équipe de France bénéficie de très bonnes structures avec notamment une résidence au bord du terrain.

    Une reprise de saison

    Après quelques semaines vacances, les joueuses de l'équipe de France se sont donc remis au travail depuis jeudi dernier et ont ainsi débuté plus de trois semaines de préparation en vue des Jeux olympiques de Rio. Au lendemain d'une saison qui a vu de nombreuses joueuses cadres blessées, cette prépa' constitue en quelques sortes une seconde saison. Qui dit début de préparation, dit travail physique important. Entre séances sur le terrain et en salle de musculation, les Bleues bossent dur pour être prêtes le 3 août prochain avant que les séances soient affinées au retour à Clairefontaine le 12 juillet. « Cela se passe très bien, je sens le groupe très motivé, très impliqué comme toujours. Et puis après sur le plan physique, quelques douleurs au niveau des jambes, comme toute reprise mais sinon cela se passe très bien », confie Louisa Necib. Dans ces premiers jours, le staff s'est aussi attaché à gérer les différences d'état de forme entre les retours de blessures et les joueuses aptes.



    Tout le monde veut sa place

    A cause du nombre important de joueuses blessées pendant la saison et qui sortaent tout juste, pour certaines, d'une phase de rééducation ou de soins, le staff de l'équipe de France a pris la décision d'emmener à Ploufragan une liste élargie de ving-huit joueuses sans préciser les dix-huit titulaires, les quatre remplaçantes qui iraient à Rio et les six « réservistes » qui ne seraient pas dans les 22. Une situation qui permet une émulation certaine au sein du groupe, car même si Philippe Bergerôo a dessiné tout au long de son mandat une ossature, chaque joueuse veut jouer sa carte à fond pour aller à Rio. D'où une intensité déjà importante lors des exercices de travail avec le ballon. « Peut-être un peu trop, on est obligé de les freiner parce que dans la préparation il faut faire attention à ne pas dépasser certains critères. On travaille beaucoup en aérobie capacité. Ce matin je demandais à certaines joueuses de ne pas aller trop presser, on verra ça un peu plus tard. Ce sont de bons signes quand même », concède le sélectionneur.
    Jessica Houara d'Hommeaux ajoute : « Cela permet aussi de mettre tout le monde en alerte, tout le monde sur le qui-vive, pas se reposer sur nos lauriers et vraiment se donner à fond. C'est bien parce qu'il y a des jeunes qui poussent, des plus anciennes et je pense que tout cela fait que le groupe est bien homogène et du coup la qualité de l'entraînement est encore meilleure et l'intensité est encore meilleure ».

    Boulleau arrête, Henry arrive

    Pour l'instant, les Jeux olympiques ne seraient pas au centre des discussions. Il le seront certainement moins pour Laure Boulleau dans les prochaines semaines. L'énorme strapping posé sur son genou lundi matin à Ploufragan pouvait laisser craindre le pire. Boulleau, qui n'a joué que dix petits matches de championnat cette saison et que l'on n'avait plus vue sur une pelouse avec le Paris Saint-Germain depuis la demi-finale aller de Ligue des Champions à Lyon le 24 avril dernier, a donc déclaré forfait pour ces Jeux olympiques. Un premier coup dur dans cette préparation qui pourrait ouvrir une porte à la jeune Montpelliéraine Sakina Karchaoui.
    Un premier départ forcé qui sera palié par une autre arrivée américaine qui permettra d'avoir le groupe tricolore au complet. De retour de Portland, Amandine Henry va donc rejoindre ses coéquipières pour se lancer dans la préparation. Le staff espère la retrouver en bonne forme...

    http://www.footdelles.com/article/Le...it_135382.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Laure BOULLEAU forfait pour les JO

    Malgré le travail important réalisé par Laure Boulleau depuis plusieurs semaines, la latérale gauche des Bleues manquera les JO, a-t-on appris ce mardi.




    En préparation avec les Bleues, Laure Boulleau avait participé jusqu'à ce lundi aux séances à Ploufragan. Mais ressentant toujours une douleur au genou, elle a passé une IRM ce mardi matin à l’hôpital de Saint-Brieuc. L’examen a révélé une blessure au genou droit, qui l’oblige à déclarer forfait pour les Jeux Olympiques. Ce lundi, Philippe Bergerôo avait rappelé qu'il ne prendrait pas de risque dans sa liste de 18 joueuses + 4 réservistes annoncée ce vendredi.

    Les résultats des examens ont en conséquence accéléré la décision du staff. La défenseure du Paris Saint-Germain a quitté le rassemblement des Bleues dès cet après-midi. Elle va reprendre le traitement de sa lésion avec le club parisien. Absente des derniers rassemblements des Bleues et n'ayant pas joué depuis fin avril en club, c'est un nouveau coup dur pour la Parisienne qui a connu une saison perturbée par des blessures à répétition.

    Mercredi 6 Juillet 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-La...JO_a12634.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Laure BOULLEAU : "On avait mis toutes les stratégies en place"

    Laure Boulleau espérait vivre ses deuxièmes Jeux après y avoir un tout petit peu goûté en 2012 face à la Colombie. Mais ce mardi, la Parisienne a dû renoncer suite à un dernier examen médical. Retrouvez un entretien réalisé ce lundi avec la joueuse avant l'annonce de ce forfait.


    Laure Boulleau, lors de la séance de lundi matin à Ploufragan (photo Sébastien Duret)

    Comment s'est passé le soin de cette blessure ?

    J'étais contente de retrouver le groupe France. J'ai eu des vacances un peu moins fun que d'habitude. Je le faisais parce qu'au bout il y avait les Jeux Olympiques. Ce n'est pas une carotte qu'il y avait au bout, mais une compétition incroyable. Autant se donner toutes les chances de revenir au top niveau. Après les examens médicaux suite à ma blessure contre Lyon, c'était clair dans ma tête que je reprendrais pour revenir avec la sélection. Lorsque j'avais eu ma première blessure, j'étais tout le temps amener à courir après le temps. Il faut que je revienne pour le Barça, puis pour Lyon. Et cette dernière fois, cela m'avait peut-être libérée en me disant que j'avais un créneau un peu plus grand pour revenir. On avait mis toutes les stratégies en place. J'avais repris à Clairefontaine avant même la fin de la saison.

    Est-ce que l'impatience de retrouver le terrain se faisait sentir ?
    C'était un peu long, parce que malgré tout, j'ai repris le terrain début juin mais avec des séances individuelles, ou avec quelques joueurs. Ce qui changeait, c'est que j'étais avec des garçons. Cela m'a redonné une dynamique, de voir comment eux travaillaient. J'étais avec un latéral gauche, Jordan. C'était très intéressant.

    Et retrouver la compétition est aussi une attente de plus en plus pressante ?
    Je suis moins pressée que d'habitude parce que je suis sur une pente ascendante. Je ne veux pas griller toutes les étapes, mais il me tarde de refaire un match même si l'intensité en équipe de France est parfois plus intense que certains matchs.

    Est-ce que vous serez apte pour être dans la liste ?
    Il faut que je montre que je ne suis peut-être encore à mon top mais malgré tout que je suis apte. J'ai la confiance du coach malgré tout. Après c'est une question qu'il faudra lui poser. Mon sentiment est que j'ai l'impression qu'il compte sur mon expérience. Il sait que les retours de blessure, c'est un peu ma spécialité, mais que je ne l'ai jamais déçu par rapport à ça. Je ne lâche pas. A moi de montrer aux entraînements que cela va, et d'adapter les séances et que petit à petit cela va aller.

    Que pensez-vous des jeunes joueuses qui ont l'occasion de jouer à votre poste en club (Perle Morroni) ou en sélection (Sakina Karchaoui) ?
    Elles prennent de l'expérience. J'espère être là pour le passage de relais pour ces petites. Amel Majri est montré d'un cran, c'est bien pour l'équipe de France parce que je pense qu'elle peut apporter offensivement un peu plus, et être plus libérée.
    (A propos de Perle Morroni) Je la connais depuis quelques années, je m'entraîne avec elle et j'aime beaucoup cette fille. Humainement, elle est super, très à l'écoute. Elle a beaucoup de qualités, elle est toute jeune. Sakina Karchaoui est aussi jeune. Elles vont se tirer la bourre. Elle a beaucoup de qualités aussi. J'aurai du mal à faire mon pronostic. C'est bien, car avant on n'avait pas beaucoup de latérales gauches et maintenant j'ai l'impression qu'on en a un paquet.

    Un mot sur les garçons qui jouent l'Euro 2016 ?
    Les choses sérieuses commencent réellement. J'ai tendance à les défendre souvent. J'ai fait un parallèle par rapport à la Coupe du Monde 2015 lorsque l'on devait jouer la Colombie. A l'Euro 2016, on disait que cela allait être facile face à l'Albanie mais pas du tout. Contre les Allemands, j'ai tendance d'avoir toujours un traumatisme que ce soit chez les garçons ou les filles. S'ils gagnent l'Allemagne, je serai très contente. Une petite vengeance via les mecs, ce serait cool (sourire). Et peut-être qu'on les retrouvera pendant les Jeux.

    A Ploufragan,
    Sébastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-La...ce_a12635.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues
    Laure Boulleau forfait pour les Jeux olympiques de Rio

    Le 05/07/2016 à 15:46:00 | Mis à jour le 05/07/2016 à 15:49:47

    La défenseur de l'équipe de France souffre d'une blessure au genou droit.


    Laure Boulleau ne participera pas aux Jeux. (J.-L. Fel/L'Equipe)

    Laure Boulleau (29 ans) ne participera pas aux JO de Rio (3-19 août). La FFF a fait savoir ce mardi après-midi que la défenseur avait passé une IRM le matin-même à l’hôpital de Saint-Brieuc. Celle-ci a révélé «une blessure au genou droit, qui l’oblige à déclarer forfait pour les Jeux Olympiques.»

    Boulleau, qui a souvent été absente cette saison à cause de pépins physiques, a quitté le rassemblement des Bleus et devrait rapidement débuter le traitement pour soigner sa blessure. Le Fédération n’a pas annoncé de remplaçante pour le moment.

    Les Bleues, actuellement en stage à Ploufragan jusqu’à vendredi, affronteront la Chine en amical le 16 juillet à Charléty puis le Canada à l’Abbé-Deschamps à Auxerre.

    Sy. D.

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...-les-jo/703229

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot JO Bleues
    Tests sanguins et de grossesse pour les Bleues

    Le 05/07/2016 à 08:03:00 | Mis à jour le 05/07/2016 à 09:52:17 | 2 Commentaires

    Les joueuses de l'équipe de France s'envoleront pour le Brésil fin juillet.


    Les Bleues se préparent actuellement pour les JO. (Jean-Louis Fel/L'Equipe)

    Actuellement en stage de préparation à Ploufragan (Côtes-d’Armor) en vue des Jeux olympiques (3 -19 août), les Bleues se sont soumises à des tests sanguins et de grossesse en prévision de leur déplacement au Brésil cet été.

    Sensibilisé par le CNOSF (Comité national olympique et sportif français), le staff a, en effet, informé les joueuses des risques liés au virus Zika, transmis principalement par des moustiques du genre Aedes, qui a touché en 500 000 et 1,4 millions de personnes en 2015 et dont la contamination à des femmes enceintes peut provoquer de sérieuses complications pour le fœtus.

    Même si au Brésil la saison des JO (l’hiver) présente moins de risques, des produits insecticides à vaporiser sur le corps ou adaptés aux vêtements seront distribués aux joueuses afin de se protéger.

    C. Ga.

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...-bleues/703067

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    L. Necib : "J'ai toujours pris du plaisir, toujours"
    Publié le 05 juillet 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Depuis l'officialisation de la non reconduction de son contrat à l'Olympique lyonnais, beaucoup s'en doutaient. Certaines de ses coéquipières l'avaient confié dans les couloirs de stade, Louisa Necib l'a confirmé à Ploufragan, lieu du début de la préparation de l'équipe de France pour les Jeux olympiques. La numéro 14 tricolore prendra sa retraite après Rio.


    Elle est arrivée dans la salle du point presse, légère, souriante. Allant de table en table, et répondant aux questions des confrères présents pour ce premier rendez-vous médiatique de la préparation olympique de l'équipe de France à Ploufragan (Côtes d'Armor). Louisa Necib (29 ans, 139 sélections, 34 buts) sait ce sur quoi elle va être interrogée. Elle a confirmé qu'elle mettra un terme à sa carrière après Rio. Et, pour une fois, sa timidité, laisse place à une femme apaisée et souriante se confiant comme rarement. Entretien.


    Dans quel état d'esprit vous trouvez-vous par rapport à cette préparation olympique?
    L.N :
    « J'ai l'envie de profiter de chaque moment, de prendre énormément de plaisir que cela soit sur le terrain ou à l'extérieur du terrain. Et puis j'ai une grande motivation et une grande détermination pour ramener une médaille de ces Jeux olympiques.

    Vous n'êtes plus sous contrat avec Lyon. Va-t-on vous revoir sur les pelouses de D1 ou d'ailleurs après les Jeux olympiques ?
    - Non (la gorge nouée)... On me verra seulement sur les pelouses de Rio je l'espère.

    Après Rio, vous allez donc prendre votre retraite ?
    - Exactement.

    Pour quelle(s) raison(s) ?
    - Dans la vie on fait des choix, j'ai fait un choix personnel qui me rend très heureuse. Ma vie a pris un tout autre tournant et ma vie privée a fait qu'aujourd'hui j'ai fait ce choix.

    Comment avez-vous vécu cette dernière saison lyonnaise ?
    - Magnifique, je n'aurais pas pu espérer mieux. J'ai fini cette saison avec trois titres. Il n'y a rien de plus beau, j'ai gagné tout ce qu'il y avait à gagner cette saison avec mon club.

    Quel sentiment avez-vous sur votre carrière ?
    - C'est un tout plein d'émotions qui se mélangent après je reste très fière de la carrière que j'ai pue faire, très heureuse, je pense que j'ai eu beaucoup de chance. C'est une chance de pouvoir vivre de telles choses.



    "Je n'aurai qu'un seul regret, ne rien gagner avec l'équipe de France"

    Vous avez été plusieurs fois nominée parmi les meilleures joueuses mondiales, avez-vous des regrets dans cette carrière pleine de titres ?

    - Non, non non je n'ai pas de regrets. Si ! Mon seul regret, ce serait de ne pas avoir obtenu un titre avec cette équipe de France. Sinon sur l'ensemble de ma carrière, je n'ai pas de regrets, je ne changerais rien.

    Une joueuse comme vous pétrie de talent, qui a été assez discrète, c'était une volonté de votre part ?
    - Ce n'est pas une volonté, c'est quelque chose qui se fait naturellement, je suis plutôt quelqu'un de réservée, timide, et rester en retrait pour faire mon bout de chemin cela me va parfaitement.

    On vous sent apaisée par cette décision...
    - Ce n'est pas forcément la décision qui me rend dans cet état, c'est surtout ma vie d'aujourd'hui, je suis vraiment très heureuse, très apaisée mais en aucun cas je pense que la décision y soit pour quelque chose.

    Vous nous auriez cru il y a dix ans si on vous avait prédit votre parcours dans le football féminin ?
    - Non pas du tout, quand j'ai commencé le foot je ne savais pas que les filles pouvaient jouer au foot en club, qu'elles pouvaient faire carrière. Je me suis toujours laissée guider sans jamais forcément avoir une grande réflexion sur le futur et puis cela m'a amenée à cette carrière et j'en suis vraiment très fière.

    Vous avez vu le football féminin évoluer, quel regard portez-vous sur votre discipline ?
    - En ce qui me concerne le plaisir est resté le même que cela soit à mes débuts ou aujourd'hui sur une préparation pour les Jeux olympiques. Je pense que cela a été... la chose la plus importante à mes yeux, prendre du plaisir, toujours.
    Après au niveau de l'engouement du public, il y a eu une vraie évolution. Surtout après notre première participation à la Coupe du monde en Allemagne. C'était vraiment quelque chose de magnifique et je pense que c'est à partir de ce moment-là que le football féminin a été plus soutenu, plus regardé et plus entouré.

    Au cours de votre carrière, votre relation avec les journalistes a semblé parfois compliquée, était-ce le cas ou était-ce de la timidité de votre part ?
    - Compliquée, je ne sais pas ce que vous entendez par compliquée, je ne connais pas votre définition du mot compliqué. Mais non, cela n'a jamais été compliqué c'est juste que voilà cela fait partie de ma personne je suis plutôt réservée et timide et le fait de ne pas être au devant de la scène cela me va parfaitement. Il y en a qui aimeront ça et d'autres pas, et moi je fais partie de celles qui n'aiment pas trop. Cela ne m'empêche pas d'être heureuse, de prendre énormément de plaisir à jouer et de profiter de chaque moment.

    Vous vous êtes mariée il y a quelques semaines (avec le défenseur international algérien Liassine Cadamuro), revenir de Rio avec quelque chose autour du cou serait un beau point d'orgue.
    - (sourire) Oui ce serait génial, ce serait magnifique de terminer sur une belle médaille ».

    http://www.footdelles.com/article/Eq...rs_135220.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Philippe BERGEROO : "Je ne prendrais que des joueuses qui ne sont pas blessées"

    Alors que les Bleues sont rassemblées depuis jeudi dernier à Ploufragan, Philippe Bergerôo a évoqué ces premiers jours de préparation, l'état de forme des joueuses à quelques jours de la sortie de la liste des 18 élues + 4 réservistes. Il a aussi annoncé qu'il ne prendrait aucun risque vendredi lors de l'annonce de la liste sur les joueuses ne seraient pas encore aptes.


    Philippe Bergerôo ce lundi matin à Ploufragan (photo Sébastien Duret)

    >> La préparation

    Tout se passe bien pour l'instant dans des conditions exceptionnelles au niveau des terrains, de l'hébergement. C'est un temps idéal, il n'y a pas un soleil écrasant. Cela nous permet de récupérer beaucoup plus vite sur des séances qui sont bien dosées mais difficiles.
    On travaille par palier. Ce matin (ndlr : lundi), on a travaillé pendant deux heures. C'est pendant cette période-là que l'on peut faire le travail le plus important. Ensuite, on affinera les séances quand on sera à Clairefontaine. On est obligé de les freiner dans la préparation, car il ne faut pas dépasser certaines critères. On travaille beaucoup en aérobie-capacité. Ce matin, je demandais à certaines joueuses de ne pas aller constamment presser. On fera cela un peu plus tard. Cela reste de bons signes quand même.
    En dehors du terrain, on a fait du voilier (dimanche) sur deux gros chalutiers. Il n'y a pas eu de noyées, ni de malades, cela nous permet aussi de bien bosser mais aussi de trouver des espaces pour mentalement être équilibré.

    >> La liste pour les JO
    Les filles sont très motivées parce qu'il va y avoir 18 joueuses plus 4 remplaçantes. Il faudra se séparer de six joueuses, mais il faudra continuer à travailler avec ces six joueuses parce que l'on a deux matchs de préparation. Et si on a de la "casse", il faudra qu'elles soient là, c'est pour cela que j'ai pris 28 joueuses et que je n'ai pas annoncé les réservistes ou d'autres situations. Il y a des filles qui reviennent de blessure et c'est un début de saison. Si j'annonce à l'avance, les 18, les 4 et les remplaçantes, ce sera assez compliqué.

    "Les quatre réservistes devront avoir un excellent état d'esprit"

    >> L'état de forme, les retours de blessure

    Il faut faire attention au niveau des entraînements en allégeant certaines séances pour des joueuses qui n'ont pas beaucoup joué cette année en équipe de France et même dans leur club. De toute façon, je ne prendrais que des joueuses qui ne sont pas blessées. On part à dix-huit et je ne veux pas me retrouver en grosse difficulté. Les quatre qui seront dans les tribunes, il faudra que je prenne de bonnes joueuses, polyvalentes, mais avec un excellent état d'esprit. Faire une compétition en restant dans les tribunes en étant spectatrice, si on n'a pas l'esprit de groupe, cela peut devenir très compliqué.
    (A propos d'Amandine Henry) Il va falloir réguler sa condition physique car elle ne va pas être dans le même état que les autres. Ce sera le job des deux préparateurs physiques.

    >> Les matchs de préparation (Chine le 16 juillet, Canada le 23 juillet)
    C'est très difficile d'avoir des matchs amicaux à cette période-là. J'avais rencontré au tirage au sort, Bruno Bini. On s'était mis d'accord pour jouer l'un contre l'autre. On avait du mal à trouver un deuxième match, mais la Fédération nous a trouvé le Canada. Ce sont deux gros matchs où l'on fera notamment tourner l'effectif lors du premier match.

    >> L'objectif aux JO
    Cela fait dix ans que le foot féminin français attend une médaille. On est tombé dans un groupe avec les Etats-Unis, la Colombie qui nous a battu 2-0 à la Coupe du Monde et la Nouvelle-Zélande que l'on a battue que 2-1 à Laval. Il faudra prendre match par match et il ne faudra pas faire de faux-pas dès le premier match. C'est un niveau qui est peut-être plus important dès le début que la Coupe du Monde car il n'y a que 12 pays.

    >> Le Brésil
    On verra un peu au niveau de l'environnement par rapport à ce qui se passe au Brésil. Pour l'instant, on n'a pas beaucoup d'informations. Si on était à Rio dès le début, on serait sur le site dans le village. Je pense que c'est un peu mieux d'être éloigné de ce village-là pendant les premiers matchs (ndlr : la France débutera à Belo Horizonte, Salvador). On a aussi évoqué les risques de Zika. Le médecin en a parlé aux joueuses, tout est géré. C'est lui le spécialiste.

    Mardi 5 Juillet 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Ph...es_a12632.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Louisa NECIB confirme l'arrêt de sa carrière après les Jeux Olympiques

    A l'occasion du premier rassemblement des Bleues en vue des JO, à Ploufragan, la milieu de terrain des Bleues et désormais ex-Lyonnaise Louisa Necib a confirmé l'arrêt de sa carrière à l'issue de la dernière compétition avec les Bleues.


    Louisa Necib s'est fixée un dernier objectif sportif avec les JO (photo Sébastien Duret)


    Interrogée sur son avenir, Louisa Necib a confirmé mettre un terme à sa carrière après les Jeux Olympiques, ayant fait le choix de sa vie personnelle. Début juin, elle s'est mariée avec le défenseur international algérien Liassine Cadamuro-Bentaïba : "C'était un moment magnifique..." a t-elle déclaré à L'Equipe. Elle s'est en tout cas affichée libérée, moins timide qu'à son habitude lors de la conférence de presse ce lundi au Centre Technique Régional Henri Guérin. Peut-être parce que Louisa Necib envisage désormais avec plaisir une autre vie après les Jeux, celle de famille, pour pleinement s'y consacrer. Mais elle n'oublie pas l'avenir proche et se projette pour le moment avant tout sur les JO : "Je suis focalisée sur ça mais je veux continuer à être heureuse avec mon mari, ma famille et la sienne" a-t-elle ajoutée.

    Louisa Necib n'avait pas été appelée avec la sélection lors du dernier match disputé face à la Grèce (1-0), le 3 juin dernier à Rennes pour "raisons personnelles" avait indiqué Philippe Bergerôo lors de la sortie de la liste. Mais la capitaine Wendie Renard avait donné plus d'explications mettant alors un terme au suspense sur l’avenir de la Lyonnaise à la veille de la finale de la Ligue des Champions : "Oui elle arrête, ce sera après les JO, mais elle arrête".

    Alors que Louisa Necib a conquis 3 Ligues des Champions (66 matchs européens), 9 titres de championne de France (231 matchs en D1) avec Lyon, 6 Coupes de France, elle espère aussi finir sur une belle note en équipe de France : "À Lyon, c'est la plus belle fin. Je n'aurais pas pu espérer mieux. Ou pour espérer mieux, il me faudrait une médaille aux Jeux" a-t-elle indiquée sur L'Equipe.fr. Une des motivations pourrait être de bien finir comme le soulignait Philippe Bergerôo qui déclarait par ailleurs ce lundi : "Ce sera la fin d'une génération. Il y a énormément de filles qui petit à petit vont arrêter. Peut-être pas après les Jeux, mais après le championnat d'Europe. On sent ce groupe très très motivé."

    >> SA FICHE

    A Ploufragan, Sébastien Duret

    Mardi 5 Juillet 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Lo...es_a12631.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues
    Louisa Necib : «Mon meilleur souvenir, c'est mon mariage»

    Le 04/07/2016 à 20:06:14 | Mis à jour le 04/07/2016 à 20:13:19

    Louisa Necib, la milieu des Bleues (29 ans, 139 sélections, 34 buts), confirme qu'elle mettra un terme à sa carrière cet été, à l'issue des Jeux Olympiques (3-19 août au Brésil). Pour construire sa vie de femme avec l'homme qu'elle a épousé début juin.


    Louisa Necib (ici sous le maillot de l'OL) vit ses dernières semaines de joueuse professionnelle. (F. Faugère/L'Equipe)

    «On vous a quittée le 29 mai à Saint-Tropez au sortir des festivités du triplé de l’OL. Depuis votre vie a changé…
    Tout le monde est au courant. Malgré le fait que je n'ai pas voulu en parler, j'ai vu que ça a été beaucoup écrit. Je me suis mariée début juin (avec le défenseur international algérien Liassine Cadamuro). C'était un moment magnifique...

    Pourquoi ne pas l’avoir évoqué plus tôt ?
    J'ai toujours été quelqu'un de réservé. On peut parler de timidité mais je pense que c'est plutôt de la réserve en ce qui concerne ma vie privée. Aujourd'hui, je n'ai rien à cacher. Je suis vraiment très épanouie. Quand on est heureuse et qu'on aime quelqu’un, on a envie de le crier sur tous les toits mais on le crie et on le dit aux gens qu'on aime et qui nous sont proches. Quand on est sportif de haut niveau, l'inconvénient c’est d'être exposé, je n'aime pas ça. Je préfère rester en retrait et faire mon chemin.

    De quoi sera fait votre avenir ?
    Pour l'instant, je suis dans la préparation des JO. J'espère y participer et vivre le meilleur des tournois possibles pour en garder un tas de souvenirs. Je suis focalisée sur ça mais je veux continuer à être heureuse avec mon mari, ma famille et la sienne. Pour vous répondre sur ce que je ferai après les JO, je n'ai pas de réponse.

    Mais vous ne serez plus joueuse ?
    Non. Je mettrai un terme à ma carrière après les Jeux. La vie est faite de choix, j'ai fait le mien.

    «On ne peut pas, à mes yeux, être sportive et maman»

    À quand remonte votre décision ?

    Je l’ai prise dès lors que j’ai su que je ne pouvais jumeler ma vie privée et ma vie sportive. Si je dois faire un choix entre ma carrière, qui a été très belle, et mon mari, il est vite fait. Beaucoup de personnes vivent une relation à distance et sont très épanouies. Je ne conçois pas la vie comme ça. À partir du moment où j'ai pris l'engagement de me marier, ce n'est pas pour se voir de temps en temps. J'ai ce besoin perpétuel d'être à ses côtés et lui pareil. Aujourd'hui, j'ai vingt-neuf ans, je ne me suis pas mariée à vingt-trois ans. Ma carrière a été belle, j'ai vécu des choses extraordinaires, c'était le bon moment.

    Quel souvenir restera comme le plus beau ?
    Oh ce serait trop compliqué d’en dégager un. (Court silence.) Là, mon meilleur souvenir, c'est mon mariage ! (Rires.) À Lyon, c'est la plus belle fin. Je n'aurais pas pu espérer mieux. Ou pour espérer mieux, il me faudrait une médaille aux Jeux.

    Vous approchez la trentaine. Le désir de maternité a-t-il tenu une place importante dans votre réflexion ?
    Oui, bien sûr. J'avais toujours en tête cette idée de vouloir faire ma vie de femme à un âge assez raisonnable. Après, on ne sait pas de quoi est faite la vie. On a toujours des envies mais on ne les atteint pas forcément. On planifie des choses mais on ne les atteint pas toujours. Ou pas du tout. Mon destin m'a ouvert ces portes-là aujourd’hui. Et j'en suis très heureuse.

    On a l'impression que la maternité est encore un sujet tabou dans le foot féminin et le sport féminin en général ?
    Pour moi, il n'y a rien de tabou si ce n'est que l'on ne peut pas, à mes yeux, être sportive et maman. Certaines réussissent dans les pays étrangers mais les mentalités sont différentes et ils vivent la chose différemment aussi. Les hommes ont la chance de pouvoir être sportif et papa mais pour une femme, c’est compliqué.»

    Propos recueillis par Claire GAILLARD, à Ploufragan

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...mariage/702981

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Retraite : Louisa Necib, les JO et puis s'en va
    Publié le 04 juillet 2016 | Actus
    Par La Rédaction



    Le suspense planait quant à la suite de la carrière de Louisa Necib, dont le départ de l'Olympique Lyonnais était acté. Pour la première fois, la joueuse a confirmé son départ à la retraite à la suite des Jeux Olympiques lors du stage de préparation des Bleues à Ploufragan en Bretagne.


    C'est donc à 29 ans qu'une des meilleures joueuses de l'histoire du football féminin français va prendre sa retraite. La Marseillaise Louisa Necib, dont le départ de l'Olympique Lyonnais était acté, va donc disputer sa dernière compétition lors des Jeux Olympiques qui auront lieu à Rio entre le 3 et le 19 août.

    En club

    C'est à 17 ans que Louisa Necib s'impose dans la paysage du football féminin français, sous les couleurs du CNFE, qui jouait alors en D1. Aux côtés de Sarah Bouhaddi, Elodie Thomis, Laure Boulleau ou encore Sabrina Delannoy, c'est donc en région parisienne que Necib a commencé à se faire un nom, pendant deux saisons. Après près de 40 matches avec Clairefontaine, la Marseillaise retourne dans le sud, à Montpellier, à 19 ans. Elle portera les couleurs du club héraultais pendant une saison, avant de rejoindre l'Olympique Lyonnais à 20 ans, la saison suivante.
    Louisa Necib a donc passé neuf ans à Lyon, et y a remporté de nombreux titres, à commencer par neuf championnats. Elle portera son total de Coupes de France à 7 après un premier titre avec Montpellier, et aura participé à trois campagnes gagnantes en Ligue des Champions (2011, 2012, 2016). Pour son dernier match sur le sol français, elle a offert le titre en Coupe du France à Lyon d'un superbe but à cinq minutes de la fin du match. Quelques jours plus tard, elle remportait le triplé en battant Wolfsburg en finale de la Ligue des Champions.
    En club, Louisa Necib aura disputé plus de 200 matches de D1, 60 de Ligue des Champions, 30 de Coupe de France. Buteuse aussi bien que passeuse, possédant une des meilleures techniques au monde, adroite sur coups de pieds arrêtés, précise sur frappes lointaines, Louisa Necib aura été une joueuse de premier plan au sein du paysage footballistique féminin français pendant plus d'une décennie.

    En sélection

    Louisa Necib compte actuellement 139 sélections. C'est à 18 ans tout juste, alors qu'elle portait les couleurs du CNFE, que Necib a commencé sa carrière internationale, lors d'une double confrontation amicale avec la Norvège en février 2005. Elle participait cette même année à l'Euro qui avait lieu en Angleterre, et était la plus jeune du groupe France. Elle prenait part à une rencontre, une défaite en poule face à l'Allemagne. Elle participera également aux Euros 2009 et 2013, ainsi qu'aux Coupes du Monde 2011 et 2015, et les Jeux Olympiques en 2012 et 2016 (sauf coup dur).
    En parallèle de ses débuts avec les A, Louisa Necib continuait son parcours dans les sélections de jeune. En 2005, elle échouait en finale de de l'Euro des moins de 19 ans, mais l'équipe se qualifiait pour la Coupe du Monde des moins de 20 ans l'année suivante, remportée par la Corée du Nord qui avait éliminé l'équipe de France 2-1 en quart de finale avec un but marqué à la 90e minute de jeu.
    Au cours de ses 139 sélections, Louisa Necib a souvent fait apprécier sa technique sans faille, et la milieu de terrain a inscrit 34 buts au cours de sa carrière internationale. Parmi ses victimes, les Etats-Unis, l'Allemagne, l'Angleterre, la Suède, l'Australie, la Norvège... On espère désormais que cette joueuse de grande classe mettra un terme à sa carrière avec 147 sélections et une médaille au cou.




    Crédit photo et vidéo : FFF, jigsawwill

    http://www.footdelles.com/article/Ac...va_132812.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues
    Louisa Necib arrêtera bien après les JO

    Le 04/07/2016 à 16:12:00

    Louisa Necib a confirmé ce lundi qu'elle arrêterait sa carrière après les JO.


    Louisa Necib prépare actuellement les JO. (ARGUEYROLLES LAURENT/L'Equipe)

    Actuellement en stage à Ploufragan (Côtes d'Armor) avec l'équipe de France femmes afin de préparer les Jeux Olympiques de Rio (3-19 août), Louisa Necib a confirmé, lundi, que ce serait sa dernière compétition, comme indiqué dans L'Equipe le 22 mai.

    «Je mettrai un terme à ma carrière après les Jeux Olympiques, nous a confié la milieu des Bleues (139 sélections, 34 buts). La vie est faite de choix, j'ai fait le mien. Les circonstances de la vie m'ont amenée à faire ce choix et il me rend heureuse aujourd'hui.»

    «Je suis épanouie et j'ai envie d'être heureuse avec mon mari.»

    À 29 ans, Necib, qui était en fin de contrat à Lyon, s'est mariée début juin et souhaite écrire un nouveau chapitre de sa vie. «Je suis épanouie et j'ai envie d'être heureuse avec mon mari.» Elle se montre déterminée à l'approche des Jeux : «J'espère participer à cette compétition et vivre le meilleur des tournois possible pour en garder tout un tas de souvenirs.»

    Claire GAILLARD à Ploufragan

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...-les-jo/702854

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Objectif Rio : Début de la préparation ce jeudi après-midi à Ploufragan

    Vingt-sept joueuses sont attendues ce jeudi pour le début de la préparation des Bleues aux Jeux Olympiques de Rio. Seule Amandine Henry, retenue par son club, rejoindra le groupe lundi prochain.


    Bergeroo à une semaine pour faire un état des lieux et réduire sa liste de 28 à 22 (photo FFF)


    Les vacances sont terminées pour les Bleues qui après quatre à six semaines depuis leur dernier match de compétition sont rassemblées à Ploufragan. Une seule exception, Amandine Henry, qui a enchaîné après sa saison à l'OL et la finale de la Ligue des Champions par son transfert vers Portland et le championnat américain. La milieu de terrain des Bleues n'a donc pas eu de réelle coupure et arrivera d'ailleurs quatre jours après le début du rassemblement.

    Le stage débutera par une délocalisation en Bretagne de neuf jours au Centre Régional Technique Henri Guérin, pendant que le château de Clairefontaine est occupé par leurs homologues masculins qui y résident durant l'Euro 2016. L'air breton que les Bleues connaissent pour y avoir terminé la saison lors du match qualificatif à l'Euro 2017 face à la Grèce (1-0). Ce sera donc aussi celui du début de la préparation athlétique pour les JO qui débuteront dans cinq semaines face à la Colombie.

    Nouveau préparateur physique

    Après un début de préparation individuel des joueuses, ces premiers jours en commun seront avant tout axés sur un travail physique avec la présence de deux préparateurs physiques : Cédric Voutier, Conseiller Départemental du Football d'Animation dans les Hautes-Pyrénées, qui a 36 ans et après avoir raccroché les crampons avec Tarbes, va découvrir la sélection.

    Titulaire d'un master en préparation athlétique et mentale, membre de la cellule nationale de préparation athlétique, il pourra cependant compter sur Frédéric Aubert qui fait son retour dans le staff des Bleues. Mais si ce dernier qui avait arrêté son rôle au sein des Bleues, apportera son vécu durant la préparation mais ne sera pas du voyage au Brésil, où seul Cédric Voutier accompagnera la sélection.

    Une liste réduite à 18+4 et retour à Clairefontaine

    Après une coupure de quatre jours, les Françaises entreront dans une deuxième phase de préparation avec deux matchs de préparation à la clé face à la Chine (16 juillet à Paris, Charléty) et le Canada (23 juillet à Auxerre). Mais la liste sera alors réduite à 22 joueuses (18 + 4 suppléantes), liste qui devra être communiquée à la FIFA le 11 juillet 2016 au plus tard. Les Bleues retrouveront alors Clairefontaine pour cette deuxième partie de préparation. Tout s’accélérera très vite ensuite avec un départ pour le Brésil le 25 juillet.


    LA LISTE

    Gardiennes de but

    Karima Benameur (FCF Juvisy), Sarah Bouhaddi (Olympique Lyonnais), Méline Gérard (Olympique Lyonnais), Laëtitia Philippe (Montpellier HSC).

    Défenseures
    Laure Boulleau (Paris SG), Annaïg Butel (FCF Juvisy), Sabrina Delannoy (Paris SG), Jessica Houara d’Hommeaux (Paris SG), Sakina Karchaoui (Olympique Lyonnais), Laura Georges (Paris SG), Griedge Mbock Bathy (Olympique Lyonnais), Wendie Renard (Olympique Lyonnais).

    Milieux de terrain
    Camille Abily (Olympique Lyonnais), Charlotte Bilbault (FCF Juvisy), Élise Bussaglia (VFL Wolfsburg), Kenza Dali (Paris SG), Kadidiatou Diani (FCF Juvisy), Kheira Hamraoui (Paris SG), Amandine Henry (Portland Thorn FC), Claire Lavogez (Olympique Lyonnais), Marie-Charlotte Léger (Montpellier HSC), Amel Majri (Olympique Lyonnais), Louisa Necib (Olympique Lyonnais), Élodie Thomis (Olympique Lyonnais), Sandie Toletti (Montpellier HSC).

    Attaquantes
    Marie-Laure Delie (Paris SG), Clarisse Le Bihan (EA Guingamp), Eugénie Le Sommer (Olympique Lyonnais).


    LE PROGRAMME

    Jeudi 30 juin

    15h00 Rassemblement des joueuses et du staff
    17h30 Entraînement
    Vendredi 1er juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h00 – 18h00 Entraînement – musculation (huis clos)
    Samedi 2 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h30 – 18h00 Entraînement
    Dimanche 3 juillet
    10h00 – 11h30 Entraînement
    Lundi 4 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    14h00 – 15h00 Point presse
    16h00 – 18h30 Entraînement – musculation (huis clos)
    Mardi 5 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h30 – 18h00 Entraînement
    Mercredi 6 juillet
    Huis clos
    Jeudi 7 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h00 – 18h00 Entraînement – musculation (huis clos)
    Vendredi 8 juillet
    10h00 – 11h30 Entraînement
    13h30 Dislocation

    Mardi 12 juillet
    11h30 Rassemblement des joueuses et du staff
    14h00 Photo officielle
    16h30 – 18h00 Entraînement
    Mercredi 13 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    14h00 – 15h00 Point presse
    16h00 – 18h15 Entraînement – musculation (huis clos)
    Jeudi 14 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h30 – 18h00 Entraînement
    Vendredi 15 juillet
    17h30 – 19h00 Entraînement
    Samedi 16 juillet
    21h00 France - Chine à Paris (stade Charléty, en direct sur D17)
    Dimanche 17 juillet
    Huis clos
    Lundi 18 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h00 – 18h15 Entraînement – musculation (huis clos)
    Mardi 19 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h30 – 18h00 Entraînement – musculation (huis clos)
    Mercredi 20 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    14h00 – 15h00 Point presse
    16h00 – 18h15 Entraînement – musculation (huis clos)
    Jeudi 21 juillet
    Huis clos
    Vendredi 22 juillet
    12h00 Arrivée à l’hôtel Mercure d’Auxerre
    18h00 Point presse sélectionneur + capitaine (stade Abbé-Deschamps, Auxerre)
    18h30 – 19h30 Entraînement officiel (stade Abbé-Deschamps, Auxerre)
    Samedi 23 juillet
    21h00 France - Canada à Auxerre (stade Abbé-Deschamps, en direct sur D17)
    Dimanche 24 juillet
    Huis clos
    Lundi 25 juillet
    15h30 – 17h00 Entraînement
    23h35 Décollage pour Rio (Brésil), depuis l’aéroport CDG

    Jeudi 30 Juin 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Ob...an_a12626.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues
    Écartée de la liste pour les Jeux olympiques, Gaëtane Thiney exprime sa déception

    Le 21/06/2016 à 15:02:00 | Mis à jour le 21/06/2016 à 15:16:42 | 17 Commentaires

    L'attaquant de Juvisy ne disputera pas les Jeux olympiques cet été à Rio.


    Gaëtane Thiney n'est plus apparue sous le maillot bleu depuis plusieurs mois. (Eric Bolte/Reuters)

    Absente de la liste élargie de Philippe Bergeroo pour les Jeux olympiques de Rio, Gaëtane Thiney, l’attaquante de Juvisy a fait part de sa déception. «Je garde détermination, sourire et forme même si j'aurais préféré qu'elle soit Olympique», écrit la joueuse sur les réseaux sociaux ce mardi.

    Thiney, écartée depuis plusieurs mois par Bergeroo, vise désormais une place dans le groupe qui disputera le Mondial 2019 comme le laisse supposer la photo qu’elle a postée.

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...ception/697589

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues : les retours de blessures, un avantage pour les Jeux ?
    Publié le 21 juin 2016 | Top News
    Par La Rédaction



    Comme chaque mardi, la rédaction de Foot d'Elles vous propose un nouveau débat. Philippe Bergerôo a annoncé la pré-liste des 28 joueuses convoquées pour le début de la préparation aux Jeux olympiques de Rio dont 10 joueuses ont été plus ou moins longuement blessées cette saison. Cela pourrait-il devenir un avantage pour le staff lors du tournoi ? Vous aussi donnez votre avis.


    Le Canada a laissé des traces. Après une Coupe du monde disputée sur terrain synthétique, cette saison de nombreuses joueuses ont connu la blessure, l'infirmerie, les soins et la rééducation. Si la relation de cause à effet n'est pas directement établie, le staff médical de l'équipe de France le disait déjà lors de la compétition, cette surface a pu avoir des conséquences sur les organismes à moyen terme.

    La preuve : au total, 10 joueuses ayant participé au Mondial avec l'équipe de France ont connu la blessure cette saison (Bouhaddi, Houara d'Hommeaux, Boulleau, Butel, Georges, Renard, Henry, Hamraoui, Dali, Lavogez). Si certaines sont déjà fragiles depuis plusieurs saisons, pour d'autres le contre-coup canadien pourrait être une explication. A cette liste de mondialistes, on peut rajouter Clarisse Le Bihan et Sandie Toletti. Autant dire que sur le plan physique et compétition, cet exercice 2015-2016 a dû sembler bien long. Malgré ces pépins physiques diverses, toutes ces joueuses mentionnées ont été convoquées par Philippe Bergerôo dans la liste élargie de vingt-huit en vue de la préparation de l'équipe de France pour les Jeux olympiques de Rio. Elles vont avoir désormais un mois pour retrouver un état de forme digne d'un tournoi olympique afin d'être retenues parmi les 18 (ou les quatre suppléantes) par le sélectionneur. De leurs côtés, Laure Boulleau et Jessica Houara d'Hommeaux ont profité de ces quelques semaines de battement pour travailler spécifiquement à Clairefontaine afin d'être rétablies pour le début de la préparation. Ce qui doit être l'un des principaux soucis du staff tricolore à l'aube de la préparation.

    Un possible manque de compétition

    Evidemment, qui dit blessure, dit moins de matches joués sur l'ensemble de la saison que les autres joueuses aptes. Certaines, à l'instar de Laure Boulleau n'ont joué que dix matches de championnat cette saison (sur vingt-deux, à peine la moitié). C'est peu. Avec une préparation de près d'un mois, et un tournoi olympique qui sera exigeant physiquement (les Bleues vont jouer tous les trois jours ou presque), les revenantes de blessures seront certainement remises sur pieds, mais elles pourraient manquer de rythme notamment au début de la compétition. Les trajets à travers le Brésil n'aideront pas. De plus, très souvent, après une longue période de blessure, il y a souvent un pic de forme et de réussite lors des premiers jours, suivis d'une période compliquée à gérer. Mais pour cela, il faudra déjà être en bonne forme pour le 3 août et le premier match de la compétition face à une vieille connaissance, la Colombie. Les premiers jours de la préparation devraient donner quelques indicateurs sur l'aptitude physique de ces Bleues.

    Fraîcheur mentale

    C'est bien connu, les saisons post Coupe du monde sont très souvent longues et usantes. Certaines joueuses l'ont d'ailleurs répété tout au long de la saison. La fatigue physique et mentale était d'ailleurs bien présente lors du dernier match international face à la Grèce pour les joueuses qui ont pu y participer (victoire 1-0 à Rennes). Les quelques semaines de vacances de ce mois de juin ont certainement permis aux Bleues de se changer les idées et de recharger les batteries. Mais pour les joueuses de retour de blessure, cette lassitude mentale est certainement moins prégnante. Car avec le manque de compétition, les Boulleau, Georges, ou Hamraoui vont arriver à Ploufragan avec appétit et énergie pour le début de la préparation. Cette infirmerie pleine pendant la saison pourrait donc s'avérer devenir un atout en vue du mois d'août.

    http://www.footdelles.com/article/Le...x-_134412.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - La préliste des 28 pour Rio annoncée

    Philippe Bergerôo a retenu 28 joueuses en vue de la préparation des Jeux Olympiques de Rio qui débuteront le 3 août prochain. D'ici là la liste sera réduite à 18 joueuses plus 4 suppléantes.




    L’Équipe de France féminine entamera sa préparation pour les Jeux Olympiques de Rio 2016 à Ploufragan (30 juin – 8 juillet). Un second stage se déroulera au CNF de Clairefontaine (du 12 au 25 juillet).

    Deux matches sont également programmés en juillet : samedi 16 (21h00) contre la Chine à Paris (stade Charléty), puis samedi 23 (21h00) face au Canada à Auxerre (stade de l’Abbé-Deschamps). Les 18 joueuses retenues et les 4 suppléantes qui composeront l’équipe olympique décolleront pour Rio le 25 juillet.

    Une liste où l'on retrouve les joueuses appelées régulièrement par Philippe Bergerôo au cours de la saison.


    LA LISTE

    Gardiennes de but

    Karima Benameur (FCF Juvisy), Sarah Bouhaddi (Olympique Lyonnais), Méline Gérard (Olympique Lyonnais), Laëtitia Philippe (Montpellier HSC).

    Défenseures
    Laure Boulleau (Paris SG), Annaïg Butel (FCF Juvisy), Sabrina Delannoy (Paris SG), Jessica Houara d’Hommeaux (Paris SG), Sakina Karchaoui (Olympique Lyonnais), Laura Georges (Paris SG), Griedge Mbock Bathy (Olympique Lyonnais), Wendie Renard (Olympique Lyonnais).

    Milieux de terrain
    Camille Abily (Olympique Lyonnais), Charlotte Bilbault (FCF Juvisy), Élise Bussaglia (VFL Wolfsburg), Kenza Dali (Paris SG), Kadidiatou Diani (FCF Juvisy), Kheira Hamraoui (Paris SG), Amandine Henry (Portland Thorn FC), Claire Lavogez (Olympique Lyonnais), Marie-Charlotte Léger (Montpellier HSC), Amel Majri (Olympique Lyonnais), Louisa Necib (Olympique Lyonnais), Élodie Thomis (Olympique Lyonnais), Sandie Toletti (Montpellier HSC).

    Attaquantes
    Marie-Laure Delie (Paris SG), Clarisse Le Bihan (EA Guingamp), Eugénie Le Sommer (Olympique Lyonnais).


    LE PROGRAMME

    Jeudi 30 juin

    15h00 Rassemblement des joueuses et du staff
    17h30 Entraînement
    Vendredi 1er juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h00 – 18h00 Entraînement – musculation (huis clos)
    Samedi 2 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h30 – 18h00 Entraînement
    Dimanche 3 juillet
    10h00 – 11h30 Entraînement
    Lundi 4 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    14h00 – 15h00 Point presse
    16h00 – 18h30 Entraînement – musculation (huis clos)
    Mardi 5 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h30 – 18h00 Entraînement
    Mercredi 6 juillet
    Huis clos
    Jeudi 7 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h00 – 18h00 Entraînement – musculation (huis clos)
    Vendredi 8 juillet
    10h00 – 11h30 Entraînement
    13h30 Dislocation

    Mardi 12 juillet
    11h30 Rassemblement des joueuses et du staff
    14h00 Photo officielle
    16h30 – 18h00 Entraînement
    Mercredi 13 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    14h00 – 15h00 Point presse
    16h00 – 18h15 Entraînement – musculation (huis clos)
    Jeudi 14 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h30 – 18h00 Entraînement
    Vendredi 15 juillet
    17h30 – 19h00 Entraînement
    Samedi 16 juillet
    21h00 France - Chine à Paris (stade Charléty, en direct sur D17)
    Dimanche 17 juillet
    Huis clos
    Lundi 18 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h00 – 18h15 Entraînement – musculation (huis clos)
    Mardi 19 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    16h30 – 18h00 Entraînement – musculation (huis clos)
    Mercredi 20 juillet
    10h30 – 12h00 Entraînement
    14h00 – 15h00 Point presse
    16h00 – 18h15 Entraînement – musculation (huis clos)
    Jeudi 21 juillet
    Huis clos
    Vendredi 22 juillet
    12h00 Arrivée à l’hôtel Mercure d’Auxerre
    18h00 Point presse sélectionneur + capitaine (stade Abbé-Deschamps, Auxerre)
    18h30 – 19h30 Entraînement officiel (stade Abbé-Deschamps, Auxerre)
    Samedi 23 juillet
    21h00 France - Canada à Auxerre (stade Abbé-Deschamps, en direct sur D17)
    Dimanche 24 juillet
    Huis clos
    Lundi 25 juillet
    15h30 – 17h00 Entraînement
    23h35 Décollage pour Rio (Brésil), depuis l’aéroport CDG

    Mardi 21 Juin 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-La...ee_a12619.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Retour sur les réactions des joueuses après FRANCE - GRÈCE

    Retrouvez les réactions de Camille Abily, Amandine Henry, Sabrina Delannoy, Eugénie Le Sommer et Sakina Karchaoui qui sont revenus sur la rencontre, l'ambiance, le problème de la feuille de match et la préparation des Jeux Olympiques.



    Le public record
    Eugénie Le Sommer :
    "Il y avait du monde pour nous encourager. C'est top. L'ambiance était super. Cela nous soutient, on le ressent sur le terrain. Le fait que le record soit en Bretagne, cela me fait plaisir. Le public breton a toujours été là pour nous. Quand on a un stade rempli comme ça pour un match amical (sic), on se dit qu'en 2019, cela peut être une belle fête et que ça peut être un bel atout pour l'équipe."
    Sabrina Delannoy : "C'est énorme de jouer dans des stades comme ça, avec une ambiance comme ça. Je remercie tous les supporters bretons qui sont venus. Cela montre que le foot féminin progresse, c'est de bonne augure pour la Coupe du Monde 2019. On a vu aussi l'accueil quand on est arrivé. Ce sont des choses qui sont nouvelles pour nous et on apprécie."
    Camille Abily : "C'était fantastique, merci à tous les supporters présents, on a senti ce douzième homme ou plutôt cette douzième femme (rires). Ca montre que le public breton répond présent. A trois de la Coupe du monde 2019, c'est de très bonne augure pour la suite. Quand on est arrivées au stade, ils avaient installé un tapis rouge, on avait l'impression qu'on était au Parc et les joueurs du PSG (rire).
    Sakina Karchaoui : "C'est grâce à eux que l'on est aussi performante, ça nous pousse, cela nous fait toujours plaisir"
    Amandine Henry : "Il faut crier encore plus sur le terrain pour dire "ça vient", "t'es seule". Cela montre que le foot féminin est de plus en plus suivi et de plus en plus supporter."



    La prestation
    Eugénie Le Sommer :
    "Ca aurait pu mieux, le score aurait pu être lourd. C'était bien, dans le jeu, on a maîtrisé. Elles ne sont pas créées d'occasions. On a fait un bon match dans l'ensemble mais on aurait pu marquer plus de buts, on a pêché dans la finition. On retiendra la victoire. Cela fait plaisir de marquer, surtout que cela faisait un petit moment que je n'avais pas marqué. Mais j'aurai préféré que l'on marque plus car on ne s'est pas mis à l'abri."
    Sabrina Delannoy : "On peut encore l'améliorer, notamment sur l'efficacité devant le but. On a eu la possession du ballon. Il faut retenir que les organismes étaient fatigués d'une saison très longue. On a fait le travail et on a fait plaisir au public venu en nombre. On n'a pas encaissé de buts dans ces qualifications et on a gagné. Le principal a été accompli."
    Camille Abily : "La victoire est une belle satisfaction, après on aurait aimé marquer plus de buts mais l'essentiel est fait. On a eu beaucoup d'opportunités mais, en fin de saison, il manquait peut-être un peu de fraîcheur ou de lucidité dans le dernier geste. En terme de possession, il n'y a pas eu photo par rapport à la Grèce. On les a complètement dominées. Il y a un peu de frustration dans le dernier geste mais les Grecques ont bien défendu, ce n'était pas évident de se créer les espaces mais quand on a eu les opportunités, on n'a pas su être efficaces par moment, donc on sait ce qu'il nous reste encore à travailler d'ici les Jeux Olympiques."
    Amandine Henry : "On s'en contente mais après on avait un bon public, c'est déjà bien. Il y avait pas mal de jeunes, quelques unes ont pu intégrer le groupe. C'est une fin de saison, on passe à autre chose, c'est bien qu'on ait gagné.



    Le problème technique pour la liste des joueuses sur la feuille
    Eugénie Le Sommer :
    "On l'a bien vécu même si certaines pouvaient être déçues, on est resté solidaires. Malheureusement, une erreur administrative, cela peut arriver et même si cela ne nous a pas porté préjudices, c'est dommage car il y avait beaucoup de nouvelles qui auraient pu jouer. Ce qui compte, c'est la victoire."
    Sabrina Delannoy : "Malheureusement, Filipe est quelqu'un qui nous rend la vie très facile en Bleue, qui nous arrange toujours. Il est toujours très disponible. L'erreur est humaine, il y a plein de choses qui expliquent tout cela et c'était important de montrer que personne n'était fâché et que l'on allait aller chercher cette victoire pour lui. Il a pris les choses très à coeur et on avait envie de lui rendre ça. Cela peut arriver à tout le monde et ça ne nous a pas porté préjudice. On s'est dit qu'il y avait toujours la possibilité de faire jouer Amandine (Henry) à droite. Ce n'est pas quelque chose qui nous a inquiété, ni perturbé. On sait que l'on est capable toutes d'évoluer à des postes différents. C'était naturel pour nous, on ne l'a pas évoqué."
    Camille Abily : "Ce n'était pas facile surtout pour les filles qui n'ont pas pu évoluer, ou les petites jeunes qui auraient pu prétendre à leur première titularisation. On est vraiment contentes d'avoir gagné pour le staff, c'était important de rester unies dans ces moments difficiles. Clarisse était déçue, elle revenait de blessure et n'a pas pu jouer. Mais elle est jeune et je suis sûre qu'elle aura l'occasion de revenir jouer ici. Pourquoi pas en 2019 ?"
    Amandine Henry : "On a eu un petit problème mais cela ne nous a pas perturbé parce que l'on a des joueuses de qualité. On a pu se débrouiller quand même. C'est l'équipe le principal."



    Les vacances puis la préparation aux JO
    Sakina Karchaoui :
    "Je me suis bien intégrée, les anciennes sont super gentilles, et je les remercie car elles ont réussi à m'enlever la pression. Je pense aux JO mais on verra, ce sont les choix du sélectionneur. Je me donne à 100% et après on verra."
    Camille Abily : "Cela va faire du bien. On a senti surtout nous, on a ressenti après la Ligue des Champions. L'important est qu'il n'y ait pas eu de blessure, on sait que lorsque se relâche et qu'il y a un match de qualification, il y a plus de risque. Maintenant on va vraiment se reposer et après on se concentrera sur les Jeux Olympiques."
    Eugénie Le Sommer : "Ce ne sont pas des vraies vacances où l'on profite pleinement. Mais on a trois semaines, où on va décompresser et repartir de plus belle pour la préparation des JO."
    Sabrina Delannoy : "C'est important pour nous de bien terminer. On a des vacances bien méritées. On a un petit programme individualisé mais on va rester dans la dynamique. On va surtout se vider la tête pendant ces trois semaines et chacune va revenir en pleine forme pour la préparation des JO."

    Propos recueillis à Rennes
    Sébastien Duret

    Jeudi 9 Juin 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Re...CE_a12598.html

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Il n'y a vraiment aucun média qui va oser ne pas nous servir la soupe de la fédé à propos du probleme informatique.
    Je ne m'attendait pas vraiment à une rebuffade des médias classique qui de toute façon se foutent du foot feminin, mais j'aurais aimer une prise de position un peu plus critique de la part d'un site web spécialisé.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    France-Grèce : une équipe de France à l'Ouest
    Publié le 04 juin 2016 | Equipe de France A
    Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



    Désormais après chaque match de l'équipe de France, vous pourrez retrouver notre article attribuant des notes sur dix aux joueuses tricolores avec une appréciation de leur match. Et des focus sur l'équipe adversaire ou certaines joueuses marquantes.


    Pour ce dernier match de la saison 2015-2016, nous ne donnerons pas de note aux joueuses de l'équipe de France qui ont battu la Grèce hier soir au Roazhon Park devant un nombre record de spectateurs, et ce pour plusieurs raisons.
    La première est que l'équipe de France n'a pas fait honneur au public venu en nombre les encourager.
    La seconde est que l'équipe de France est très vite retombée dans ses travers après l'éclaircie ukrainienne.
    La troisième est que l'équipe de France n'arrive décidément pas à trouver la recette pour marquer des buts.
    La quatrième est que l'équipe de France était déjà en vacances.

    Hier soir, c'est toute l'équipe de France qui a déçu. Certes, pas vraiment la défense ni la gardienne, jamais mises en danger face à une équipe 65e au classement FIFA (rappelons à tout hasard que la France est 3e). Mais ce fut un déferlement de mauvaises passes, d'imprécisions techniques, bref une performance et un niveau de jeu que la France, reconnue pour la beauté de son jeu collectif, ne DOIT pas proposer, quel que soit l'adversaire. Sans compter un manque de créativité criant, des soucis pour se créer des occasions, la maitrise du ballon s'arrêtant aux abords de la surface grecque, et une inefficacité toujours bien présente qui pose des questions pour l'avenir, à commencer par le tournoi olympique.
    Oui, il y a des circonstances atténuantes. Il s'agissait du dernier match de la saison avant des vacances bien méritées précédant la préparation pré-Jeux Olympiques, puis la compétition elle-même en août. Les joueuses de l'Olympique Lyonnais viennent de réaliser le triplé. La FFF, à cause d'un problème informatique, n'a pu inscrire que 15 joueuses sur la feuille de match, coupant court aux espoirs de première sélection pour des jeunes joueuses telles qu'Aissatou Tounkara, Perle Morroni ou Mylaine Tarrieu. Ce problème informatique fut d'ailleurs certainement le plus gros coup dur de ce rassemblement et de cette rencontre, car voir évoluer de nouvelles joueuses sous la tunique Bleue était finalement peut-être le seul intérêt d'un match sans aucun enjeu sportif.

    Il y a cependant quelques bonnes notes à distribuer. Eugénie Le Sommer, à la maison, a inscrit le seul but de la rencontre, et a surtout montré une envie qui lui avait fait défaut pendant plusieurs mois. On regrettera son poteau qui aurait pu être un joli but. Elise Bussaglia, si elle s'est également montré maladroite, a peut-être été la seule joueuse à vraiment surnager. Sur une belle ouverture d'Amandine Henry, elle a d'ailleurs été l'auteure de la passe décisive pour Le Sommer d'une remise de la tête. Finalement, la joueuse du match aura été Eleni Peletidou, courageuse gardienne de 35 ans qui aura réussi à éteindre une timide attaque française. Mention également au collectif grec qui aura dépensé beaucoup d'énergie et montré une belle solidarité pour obtenir ce qui est un excellent résultat étant donné l'écart sur le papier. En bref, un match qui ne restera pas dans les annales pour les Bleues, auxquelles on souhaite désormais de passer d'excellentes vacances.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...st_133535.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Le Sommer : "En 2019, cela peut être une belle fête"
    Publié le 04 juin 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    A la sortie de leur victoire face à la Grèce (1-0), les joueuses de l'équipe de France étaient lucides sur leur dernier match de la saison avec la sélection. Ravies de ce record d'affluence pour un match international de football féminin, et les Bleues ont aussi apporté leur soutien à Philippe Pires, le coordinateur de l'équipe qui n'a pu inscrire informatiquement l'équipe auprès de l'UEFA.


    Philippe Bergerôo, sélectionneur :

    « On a eu beaucoup de déchets techniques, on sentait que c'était un match de fin de saison. Les filles sont un peu au bout du rouleau, elles ont fait le job, il y a eu un but, des occasions, on a frappé deux fois sur les poteaux mais on manquait de justesse surtout dans les passes. Surtout quand les ballons sont assez faciles à donner, donc c'est un signe de manque de lucidité. On a eu un problème au niveau de la liste heureusement que j'avais pris quinze filles du dernier match sinon on aurait dû déclarer forfait. Elles ont été très embêtées par rapport à Philippe Pires (coordinateur administratif et logistique). Il y a eu d'ailleurs un moment fort quand elles ont marqué, avec cette accolade sur le banc ».

    Sabrina Delannoy, défenseure de l'équipe de France :
    « La performance c'est sûr que l'on peut l'améliorer notamment sur le plan de l'efficacité devant le but. On a eu la possession. Ce qu'il faut retenir, c'est que les organismes étaient aussi fatigués d'une saison très longue. Le plus important c'était de faire le travail, de faire plaisir aux supporters qui étaient venus nous voir. Et puis on n'a toujours pas pris de buts (dans les qualifications pour l'Euro 2017), on a gagné, on va dire que le principal est accompli.
    C'est vrai que Philippe c'est quelqu'un de très serviable qui nous rend la vie très facile en bleu, qui nous arrange toujours quand il faut. C'est quelqu'un de très disponible et très professionnel. L'erreur est humaine, c'était important pour nous de lui montrer que personne n'était fâché, qu'on allait aller chercher cette victoire pour lui. C'est énorme de jouer dans des stades comme ça dans une ambiance pareille. Je remercie tous les supporters rennais qui sont venus nous encourager, cela montre que le football féminin progresse, j'espère simplement que cela va continuer, c'est de bon augure pour 2019 ».

    Eugénie Le Sommer, attaquante de l'équipe de France :
    « La main va mieux, plus de peur que de mal, cela ne devrait pas être cassé, je ferai des examens lundi. C'est la main, je peux courir (rires). Cela aurait pu être mieux ce soir, le score aurait pu être plus lourd. Je pense que dans le jeu, on a maîtrisé et elles ne se sont pas créées d'occasions. On a fait un bon match dans l'ensemble après on aurait pu marquer plus de buts et s'améliorer dans la finition. Il y avait du monde ce soir qui nous a encouragé et je pense qu'il y a eu du spectacle malgré le petit résultat. Ce que l'on retiendra, c'est la victoire. Parfois, cela ne veut pas rentrer c'est comme ça. Après j'ai quand même réussi à en mettre un, et j'espère que l'on réglera cela aux JO. L'ambiance était super, cela nous soutient vraiment, et le fait que le record soit en Bretagne, je suis la plus heureuse. Faut être un peu chauvin (rires). Le public breton a toujours été là pour nous et c'est bien.
    Quand on voit un stade rempli pour un match comme ça, on se dit que pour la Coupe du monde en 2019 dans trois ans, on se dit que cela peut être une belle fête. Ce ne sont pas de vraies vacances où on profite pleinement mais voilà, on a trois semaines pour décompresser, récupérer et repartir de plus belle pour la préparation pour les JO ».

    http://www.footdelles.com/article/Eq...te_133536.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues
    Record d'affluence pour l'équipe de France féminine à Rennes

    Le 03/06/2016 à 22:26:00 | 15 Commentaires

    L'équipe de France féminine a réuni près de 25.000 spectateurs vendredi soir à Rennes, un nouveau record.


    Les Bleues de Le Sommer ont battu un record vendredi à Rennes. (V. Michel/L'Equipe)

    L'équipe de France féminine a réuni plus de 24.000 spectateurs vendredi soir au Roazhon Park, à Rennes, à l'occasion de son match des éliminatoires de l'Euro 2017 contre la Grèce. Il s'agit d'un nouveau record pour les Bleues. Elle n'avait plus attiré autant de monde depuis un match contre l'Angleterre, en 2002 à Geoffroy-Guichard.

    Elles font mieux que le Stade Rennais, actuel occupant de l'enceinte, dont l'affluence moyenne cette saison à domicile a été de 23.180 spectateurs.

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...-rennes/689069

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues France
    Camille Abily : «L'impression qu'on était au Parc»

    Le 04/06/2016 à 00:28:00

    Camille Abily, contente du résultat face à la Grèce (1-0), était surtout heureuse vendredi de l'accueil qui a été réservée.


    Camille Abily et les Bleues, victorieuses et heureuses de l'accueil. (V. Michel/L'Equipe)

    Camille Abily, attaquante de l'équipe de France, après la victoire sur la Grèce : «La victoire est une belle satisfaction, après on aurait aimé marquer plus de buts mais l'essentiel est fait. On a eu beaucoup d'opportunités mais, en fin de saison, il manquait peut-être un peu de fraîcheur ou de lucidité dans le dernier geste. En terme de possession, il n'y a pas eu photo par rapport à la Grèce. On les a complètement dominées. Il y a un peu de frustration dans le dernier geste mais les Grecques ont bien défendu, ce n'était pas évident de se créer les espaces mais quand on a eu les opportunités, on n'a pas su être efficaces par moment, donc on sait ce qu'il nous reste encore à travailler d'ici les Jeux Olympiques.

    Le record d'affluence (24 835 spectateurs) ? C'était fantastique, merci à tous les supporters présents, on a senti ce douzième homme ou plutôt cette douzième femme (rires). Ça montre que le public breton répond présent. A trois de la Coupe du monde 2019, c'est de très bon augure pour la suite. Quand on est arrivées au stade, ils avaient installé un tapis rouge, on avait l'impression qu'on était au Parc et les joueurs du PSG (elle éclate de rire).

    Les quinze joueuses ? Ce n'était pas facile surtout pour les filles qui n'ont pas pu évoluer ce soir, ou les petites jeunes qui auraient pu prétendre à leur première titularisation. On est vraiment contentes d'avoir gagné pour le staff, c'était important de rester unies dans ces moments difficiles. Clarisse (Le Bihan) était déçue, elle revenait de blessure et n'a pas pu jouer. Mais elle est jeune et je suis sûre qu'elle aura l'occasion de revenir jouer ici. Pourquoi pas en 2019 ?»

    C. Ga., à Rennes

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...au-parc/689161

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues France
    Philippe Bergeroo : «Un problème d'Internet !»

    Le 03/06/2016 à 23:50:00 | Mis à jour le 04/06/2016 à 00:23:22 | 6 Commentaires

    Philippe Bergeroo, le sélectionneur des Bleues, tournait à la dérision le souci technique qui l'a contraint de coucher seulement quinze noms sur la feuille de match face à la Grèce (1-0), vendredi.


    Philippe Bergeroo a senti ses joueuses fatiguées. (V.Michel/L'Equipe)

    «Quelle analyse faites-vous de ce match ?
    Il y a eu beaucoup de déchet technique, on sentait que c’était un match de fin de saison. Les filles sont un peu au bout du rouleau mais elles ont fait le job, il y a eu un but, des occasions et on a touché deux fois le poteau. On a manqué de justesse dans les passes notamment quand les ballons sont assez faciles à donner, c’est un manque de lucidité et de fraîcheur.

    Que s’est-il passé avec cette feuille de match qui ne comportait que quinze noms ?
    On a eu un problème. Heureusement que j’avais appelé quinze joueuses du dernier match contre l’Ukraine (4-0, le 11 avril), sinon on aurait déclaré forfait !

    Quel problème exactement ? Etait-ce lié au réseau internet ?
    Il y a eu pas mal de problèmes, d’Internet oui (rires) ! A 62 ans, je découvre cette situation. Alors bien sûr, on n’a pas aligné l’équipe qu’on avait prévue. Mais ça prouve aussi qu’il y a quelques ressources dans ce groupe.

    Le positionnement de Kenza Dali comme latérale droite s’explique par cette péripétie ?
    Ce n’était pas une question tactique (rires) ! Je ne voulais pas changer mon animation offensive avec Amel (Majri) sur le côté gauche. On avait travaillé toute la semaine sur le 4-3-3, ce n’était pas la peine de changer, donc on a joué avec Kenza sur le côté, je la remercie, car elle a de suite accepté.

    Quelle a été la réaction de vos joueuses ?
    Elles ont été très embêtées par rapport à Filipe (Pires, coordinateur administratif et logistique), c’est un super professionnel. Elles étaient toutes désolées pour lui, d’ailleurs le moment fort du match c’est après le but quand elles sont toutes allées lui faire une accolade.

    Deschamps ? «Un basque, un fronton, quand on frappe une balle dessus ça revient sur l'envoyeur.»

    La prochaine échéance, c’est la liste élargie à communiquer à la FIFA pour les Jeux Olympiques…

    Mi-juin, j’ai une liste de 35 à donner, petit à petit on va l’éclaircir et c’est là que les problèmes vont commencer.

    Combien de joueuses allez-vous convoquer pour le premier stage de préparation le 30 juin à Ploufragan ?
    J’emmènerai 28 joueuses (elles seront connues le 20 juin). En attendant, j’ai encore un match à aller voir, celui de l’équipe de France militaire (finale de la Coupe du monde face au Brésil, dimanche). Certaines filles peuvent m’intéresser pour la liste des 35.

    Un mot sur l’équipe de France masculine qui enchaîne les pépins à une semaine de l’ouverture de l’Euro ?
    Il y a toujours une pression énorme, il faut se centrer sur l’objectif. On doit tous pousser ensemble derrière les Bleus.

    Vous connaissez bien Didier Deschamps. A-t-il les épaules pour surmonter ces épreuves ?
    C’est un basque, un fronton (référence à la pelote basque), quand on frappe une balle dessus ça revient toujours sur l’envoyeur.»

    Claire GAILLARD, à Rennes

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...-saison/689138

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X