Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Équipe de France A, campagne 2015-2017

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Rem56
    a répondu
    SBC : Comment les sélectionneurs ont géré leur effectif
    Publié le 12 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



    Le nombre de joueuses utilisées, le temps de jeu, etc. Comment Jill Ellis, Silvia Neid, Mark Sampson et Philippe Bergerôo ont géré leur effectif pendant la SheBelieves Cup ? Ellis a fait confiance à un groupe restreint mais leur a donné du temps de jeu, Neid a fait beaucoup tourner...


    Implication du groupe

    Des quatre équipes présentes aux Etats-Unis, c'est l'équipe locale qui s'est appuyée sur le moins de joueuses (17, dont une gardienne), devant la France (19, dont deux gardiennes), l'Angleterre (20, dont une gardienne), et l'Allemagne (22, dont deux gardiennes). A noter que les Etats-Unis n'avaient que 22 joueuses -contre 23 pour les autres.

    Les titularisations
    En ce qui concerne le nombre de matches débutés, on peut remarquer que si les Etats-Unis ont fait jouer le moins de joueuses, elles ont toutes obtenu au moins une titularisation. Quinze Anglaises et autant de Françaises ont débuté au moins un match, alors que Silvia Neid a offert au moins une titularisation à 19 joueuses.

    Le temps de jeu
    270

    Elles sont 11 (sur 91) à avoir disputé 270 minutes, soit la totalité des trois matches (l'Américaine Meghan Klingenberg est sortie à deux reprises dans les arrêts de jeu). Parmi elles, cinq Américaines (Hope Solo, Meghan Klingenberg, Becky Sauerbrunn, Morgan Brian, Carli Lloyd), trois Anglaises (Karen Bardsley, Steph Houghton, Jill Scott), une Allemande (Saskia Batusiak) et deux Françaises (Jessica Houara, Amel Majri). On peut remarquer qu'il s'agit de piliers des équipes, à l'exception d'Amel Majri, doublure de Laure Boulleau.

    180
    En prenant un cran en-dessous, c'est à dire 180 minutes disputées (l'équivalent de deux matches complets), la France se détache avec 11 joueuses utilisées, contre neuf pour l'Angleterre, et huit pour l'Allemagne et les Etats-Unis.

    90
    C'est l'Allemagne qui a permis au plus de joueuses de disputer au moins 90 minutes (l'équivalent d'un match complet) dans le tournoi, devant les Etats-Unis (15), la France (14) et l'Angleterre (13).

    Remarques
    - Toutes les joueuses américaines utilisées (17) ont joué au moins soixante minutes.
    - Allemagne : 19 joueuses ont eu au moins 60 minutes de jeu, et trois moins de vingt.
    - Dix-sept Anglaises ont joué au moins 45 minutes, une seule moins de vingt.
    - Parmi les Françaises, il y a un vrai écart entre Elise Bussaglia, 15e temps de jeu français (88min), et les quatre joueuses n'ayant pas obtenu 20 minutes de jeu.


    En conclusion

    Etats-Unis

    Jill Ellis avait fait appel à 22 joueuses et en a fait jouer 17, dont une gardienne sur trois. Si ce fut le groupe le plus restreint, toutes les joueuses utilisées ont été titularisées à au moins une reprise et ont joué au moins 60 minutes sur l'ensemble de la compétition autour d'un noyau de cinq joueuses indispensables. Championne du monde avec la sélection la plus âgée, la transition vers la prochaine génération se fait avec fluidité et sans accroc, puisque l'équipe a remporté l'épreuve avec trois victoires en autant de matches.

    Allemagne
    Comme toujours, de nombreuses absentes dans le groupe allemand. Silvia Neid en a profité pour faire jouer toutes ses joueuses à l'exception de la troisième gardienne, Lisa Weiß, et une seule a joué l'intégralité des trois rencontres, Saskia Bartusiak, pilier de Neid. Du coup, 19 joueuses ont eu au moins soixantes minutes pour s'exprimer dont des jeunes, des nouvelles ou des revenantes, ce qui a plutôt bien marché puisque le titre a échappé à l'Allemagne suite à une faute de main d'Almuth Schult, qui a succédé à Nadine Angerer dans les buts

    Angleterre
    Mark Sampson a réussi à mener l'Angleterre sur le podium de la dernière Coupe du Monde et s'est appuyé en grande partie sur ces joueuses pour le tournoi (19 sur 23). Cinq joueuses ont joué l'intégralité des rencontres ou ont manqué au maximum un quart d'heure de jeu. Une seule joueuse de champ appelée n'est pas entrée en jeu, et une seule a joué moins de 20 minutes. Sampson a permis à 17 joueuses de disputer au moins une mi-temps, mais cela n'a pas fonctionné au classement final avec une troisième place.

    France
    Avec trois joueuses importantes blessées et quinze joueuses qui se sont détachées au nombre de minutes jouées, le groupe pour les Jeux olympiques est quasiment connu. Trois joueuses de champ ne sont pas entrées en jeu, et quatre ont disputé moins de vingt minutes. Philippe Bergerôo s'est donc appuyé sur un groupe restreint et cela n'a pas fonctionné en terme de résultat avec une dernière place dans le tournoi et une équipe ne tenant pas le coup physiquement. Il semble cependant compliqué pour les joueuses peu ou non utilisées de se faire une place dans l'équipe à court terme.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...if_128437.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    SheBelieves Cup : Les Tops et Flops
    Publié le 12 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



    La SheBelieves Cup s'est terminée ce jeudi après six matches en une semaine entre les quatre meilleures équipes au monde, en considérant la chute du Japon dans les qualifications asiatiques. Entre une équipe des Etats-Unis au top et une équipe de France décevante, découvrez les tops et flops de la compétition


    TOPS

    Etats-Unis

    Sans surprise, l'équipe hôte et vainqueur du tournoi fait partie des satisfactions de la SheBelieves Cup, dont elle a remporté toutes les récompenses individuelles (Ballon d'Or et Soulier d'Or pour Alex Morgan, Gant d'Or pour Hope Solo). En allant chercher à chaque match un succès étriqué, obtenu à la dure, les championnes du monde et olympique ont encore une fois fait preuve d'un mental d'acier et d'opportunisme dans le money time. Tout cela en continuant à intégrer des jeunes joueuses et à mettre en forme l'US Women's National Team de demain, avec des joueuses telles que Crystal Dunn, auteure du (très beau) but de la victoire contre l'Angleterre, Morgan Brian, indispensable au milieu, Lindsey Horan, qui prend peu à peu ses marques, Mallory Pugh, qui confirme tout son potentiel, ou encore Emiliy Sonnett et Sam Mewis, la seconde étant auteure du but permettant à l'équipe de remporter le tournoi. Alors que la saison de NWSL débute dans un mois environ, l'équipe peut porter haut les espoirs de cinquième titre olympique en six participations cet été à Rio.

    Mallory Pugh
    Il y a eu des satisfactions dans chaque équipe (on pensera à Mbock ou Hamraoui pour la France), mais personne autant que Mallory Pugh a crevé l'écran durant le tournoi. La jeune pépite états-unienne, annoncée depuis plusieurs années comme la future superstar de l'équipe nationale, a vu Jill Ellis la lancer, à 17 ans à peine, avec les seniors en début d'année. Un fait plutôt rare alors que la majorité des joueuses attend sa sortie de l'université pour prétendre à l'équipe nationale. Rapidité, technique, fraîcheur, Pugh a fait mal aux défenses et s'est déjà fait une place dans une équipe qui regorge de talents. A moyen terme, il est à peu près certain qu'elle sera en France en 2019. Mais également en 2018, où elle pourrait être LA star au Mondial des moins de 20 ans.


    FLOPS

    France

    Trois matches, zéro but marqué, deux défaites et deux buts encaissés en toute fin de match. La France n'a pas fait forte impression, et si son inefficacité continue de faire parler en France, mais également dans le monde, elle a également confirmé ses problèmes d'endurance, réalisant en général de bons débuts de matchs avant de ne plus pouvoir tenir le rythme physiquement, jusqu'à tenir à peine une mi-temps face à l'Angleterre, en raison également d'un manque de roulement dans l'effectif. Si la défense fut toute de même une satisfaction, le travail devant le but et pour tenir le rythme d'une compétition est indispensable si la France veut réaliser une belle performance aux JO.

    Pelouse



    Cette photo du terrain du FAU Stadium de Boca Raton, prise par la gardienne américaine Hope Solo, pose encore une fois la question du traitement par la Fédération américaine de son équipe nationale, la meilleure au monde. On regrettera la qualité du terrain alors que le tournoi se veut être une compétition d'élite pour les meilleures équipes au monde. Et même si un peu de vert à été ajouté manuellement avant le match des Bleues contre l'Angleterre pour faire meilleure figure, cela n'a empêché personne de voir des mottes de sable s'envoler au passage des joueuses. Un choix de stade et de terrain qui ne devrait en tout cas pas améliorer les relations tendues entre l'US Soccer et son équipe nationale féminine, alors qu'elle avait déjà protesté et annulé un match pour cette même raison fin 2015 à Hawaii...


    A LA FOIS TOP ET FLOP

    Publics records

    13,027 spectateurs au Raymond James Stadium de Tampa (Floride), 25,363 au Nissan Stadium de Nashville (Tennessee), 13,501 au FAU Stadium de Boca Raton (Floride). Dans le sillage de son Victory Tour post-titre mondial, l'équipe des Etats-Unis a battu des records locaux en terme du nombre de spectateurs. Non seulement le public a fait honneur à son équipe nationale, mais il fut également, et comme toujours, très vocal. Un vrai "douzième femme" qui porte son équipe. On regrettera toutefois, même si cela était prévisible, que le public soit venu exclusivement pour voir "son" équipe, et que les autres matches, offrant pourtant de très belles affiches sur le papier, se soient disputés dans une ambiance feutrée. Cela aura au moins permis d'entendre les joueuses et les sélectionneurs communiquer et donner leur consignes...

    http://www.footdelles.com/article/Eq...ps_128436.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Envoyé par mickael Voir le message
    J'ai suivi cette tournée Américaine de loin, contre les US et l'Allemagne, c'était les équipes type en face ?
    J'ai pas trop regardé les joueuses non plus, mais il y avait aussi des absentes dans chaque équipe... moins du côté anglais et US j'ai eu l'impression :oui:

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Les enseignements de la She Believes Cup
    Publié le 11 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Après avoir joué trois matches en l'espace de dix jours lors de cette première She Believes Cup, l'équipe de France repart des Etats-Unis avec une quatrième place et aucune victoire. Mais pleins d'axes de travail pour le tournoi olympique.


    Sur le plan comptable, le bilan est mauvais. Au cours de cette She Believes Cup, l'équipe de France a subi deux revers consécutifs et concédé un match nul sans inscrire le moindre but. Elle termine donc quatrième et dernière de la tournée. Il faut remonter à 1999 pour retrouver pareille situation. A cette époque, les Bleues s'étaient inclinées face au Japon (0-1) et aux Pays-Bas (0-1 et un nul 0-0).
    Une fois ce constat fait, cette tournée a toutefois été l'occasion pour les joueuses de Philippe Bergerôo de se confronter à ce qui se fait de mieux sur la planète foot féminin sur un rythme plutôt intense. Dix jours de vie et trois matches de haut niveau qui ont permis au staff tricolore de récolter une somme d'informations intéressantes en vue des Jeux olympiques.

    Un jeu parfois séduisant

    D'ailleurs, certaines joueuses ont marqué des points. Titulaire lors du troisième match face à l'Angleterre, Méline Gérard a été impeccable dans les buts. Auteure de quelques parades et sorties bien senties, la portière lyonnaise a permis à l'équipe de France de conserver ce résultat nul et de peut-être redonner un peu d'émulation à Sarah Bouhaddi.
    Globalement, la défense a été au rendez-vous. Mention spéciale à Griedge Mbock Bathy qui a une nouvelle fois montré énormément d'assurance et de solidité dans les duels. Un contrat de longue durée avec la maison bleue. Dans l'entrejeu, Kheira Hamraoui a plutôt bien remplacé Amandine Henry. Dotée d'un volume de jeu intéressant, la milieu de terrain parisienne a eu un abattage qui a permis aux Bleues de souffler quand il le fallait, même s'il lui reste encore du déchet technique à gommer.
    Des performances individuelles qui se sont ressenties de façon collective par séquence. Face aux USA et à l'Angleterre, les tricolores ont développé un jeu intéressant, à une touche de balle avec des alternances qui leur ont permis de se créer nombre d'occasions. Ce qui prouve que l'équipe de France est capable de rivaliser avec les meilleures sur certaines séquences.

    Attaque en berne et déficit physique

    Mais évidemment, tous les secteurs n'ont pas été aussi efficaces, loin de là. Ce qui aurait diamétralement changer les résultats. Le gros point noir se situe devant. Entre Eugénie Le Sommer et Marie-Laure Delie, aucune n'a su trouver le chemin de filets en l'espace de 270 minutes de jeu. Ce n'est pas faute d'avoir eu les occasions pour. Mais les attaquantes françaises ont cruellement manqué de réalisme. Un peu à l'image de leur saison où la première n'est plus sur le même rythme que la saison passée (7 buts inscrits, soit trois fois moins qu'en 2014-2015), et où la seconde peine à avoir un temps de jeu suffisant pour s'exprimer. Un gros déficit d'efficacité qui ne pardonne pas face à des nations majeures comme les USA ou l'Allemagne. Le souci, c'est que derrière « ELS » et « MLD », en l'absence de Clarisse Le Bihan, le vivier n'est pas impressionnant en nombre. Dans le groupe, Marie-Charlotte Léger n'a eu le droit qu'à un petit quart d'heure face à l'Allemagne. Ses entraînements n'auraient pas été assez satisfaisants Outre-Atlantique.
    Ce qui est aussi inquiétant, c'est que les trois matches ont connu un scenario similaire. D'abord, une équipe de France séduisante en première période, avant qu'elle ne sombre physiquement au retour des vestiaires. Et finisse parfois par être prise de panique à certains moments notamment face à l'Angleterre de peur revivre le même épilogue. Le déficit physique des Bleues a été parfois important. La préparation physique pré-olympique devra être musclée car dans ce secteur là, l'équipe de France semble en retard.

    Une répétition des JO

    Enfin, cette She Believes Cup était aussi une répétition grandeur nature du tournoi olympique. Un match de haut niveau tous les trois jours avec des déplacements réguliers. Une chose est sûre, les coéquipières de Camille Abily devront obtenir des résultats opposés car si c'était la fin de la phase de poules après ce match face à l'Angleterre, elles seraient sorties de la compétition.
    Evidemment, cet été le contexte sera tout autre. Puisque les Bleues bénéficieront d'un mois de préparation, arriveront près de dix jours avant le début du tournoi au Brésil et devraient récupérer toutes les blessées : Wendie Renard, Amandine Henry, Laure Boulleau, et Clarisse Le Bihan. Mais si cette génération veut enfin ouvrir le palmarès du football féminin français, il faudra tout de même tuer les matches quand l'occasion se présentera. Faute de quoi, les mêmes regrets éternels resteront. Au travail.


    Crédit photo : fff.fr / Antonio Mesa

    http://www.footdelles.com/article/Eq...up_128420.html

    Laisser un commentaire:


  • mickael
    a répondu
    J'ai suivi cette tournée Américaine de loin, contre les US et l'Allemagne, c'était les équipes type en face ?

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Je ne vais pas plus être originaux que vos réactions : encore et toujours le même scénario, on domine sans marquer... mais la seule différence, c'est qu'on ne perd plus en fin de match. On progresse :D:grn::fier:
    Encore une fois, quelle purge... même si le terrain était vraiment affreux pour jouer correctement au football. Et que dire une nouvelle fois du coaching totalement pourri de Bergeroo...

    Bref, fiasco total des Bleues dans cette SheBelieves Cup en terme de résultat, pas de but en 3 matchs... même si dans le jeu, on fait quasiment jeu égal avec les grosses nations, mais on souffre toujours de ce même mal devant le but. En tous cas si rien ne change, ça annonce malheureusement la couleur pour les JO cet été. Et on l'aura vu venir de très loin...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    France-Angleterre : En attaque, l'inefficacité perdure
    Publié le 10 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



    Désormais après chaque match de l'équipe de France, vous pourrez retrouver notre article attribuant des notes sur dix aux joueuses tricolores avec une appréciation de leur match. Et des focus sur l'équipe adversaire ou certaines joueuses marquantes.


    Méline Gérard : 6,5

    A fait le job. Méline Gérard a su rassurer sa défense avec ses bonnes sorties aériennes. Egalement attentive sur les ballons déviés ou joués dans le dos des défenseures, elle est notamment bien intervenue sur la frappe de Demi Stokes (42e) et devant Toni Duggan (44e). Un seul dégagement « vrillé » à la 23e mais sans conséquence. Méline Gérard a montré qu'on pouvait compter sur elle.

    Laura Georges : 6,5
    A eu moins de duel à jouer que face aux Américaines, mais a été présente quand il le fallait. Dans l'esprit et la rigueur, Laura Georges a certainement été la meilleure joueuse française sur ce match encore. Ses relances ont souvent été des passes simples mais efficaces, et elle a perdu peu de ballons. Remplacée par Griedge M'Bock à la 54e, qui a fait une bonne entrée.

    Sabrina Delannoy : 5,5
    Si défensivement, elle a été présente et relativement efficace, elle a en revanche perdu pas mal de ballons sur ses relances, et a parfois donné l'impression d'être un peu paniquée en première période. Quelques passes mal ajustées dont celle à Méline Gérard, qui l'a obligée à crocheter pour éliminer Jill Scott (16e).

    Jessica Houara d'Hommeaux : 6
    Un premier quart d'heure « douloureux » avec deux chocs coup sur coup, la Parisienne a ensuite réussi quelques bons centres ou ouvertures (18e, 19e notamment) mais qui n'ont pas trouvé preneuse. Jessica Houara d'Hommeaux a également été solide et accrocheuse défensivement, et ne s'est fait prendre qu'une fois dans le dos sur l'action menant à la frappe de Demi Stokes (42e), sans conséquence.

    Amel Majri : 4
    En début de match, la gauchère s'est retrouvée en difficulté à cause du pressing anglais et a perdu pas mal de ballons. Malheureusement, Amel Majri n'a pas vraiment réussi à se reprendre et a été moins présente qu'habituellement. En seconde période, la fatigue s'est sentie et la Lyonnaise a manqué d'agressivité défensive. Un seul centre dans les bras de Bardsley en toute fin de partie (91e).

    Camille Abily : 4
    Une belle passe en profondeur pour Elodie Thomis sur la première grosse occasion du match. Après cela le match a été relativement compliqué. Pas mal de déchet technique et parfois en retard sur des phases de jeu rapide des Anglaises dans le milieu. Il y a eu du mieux en seconde période. Elle a finalement laissé sa place à Elise Bussaglia à la 77e minute de jeu.

    Kheira Hamraoui : 6
    Bonne dans la récupération, elle a également distillé des ballons intéressants pour les offensives tricolores. Si tout n'a pas été parfait, et que la milieu a parfois perdu des ballons dans la zone dangereuse, elle a fait preuve d'une belle combativité. Comme pour beaucoup la fatigue s'est fait sentir en seconde période, et la Parisienne a été moins lucide mais a continué à se battre.

    Louisa Necib : 6
    Louisa Necib a été relativement en vue. En plus d'une superbe passe pour Marie-Laure Delie (20e), la Lyonnaise a montré ses qualités techniques, est venue chercher les ballons, les a conservés ou a gagné quelque chose. A parfois « manqué » l'appel de ses partenaires pour les servir à temps, à l'image de celui de Thomis (37e). Remplacée par Eugénie Le Sommer à la 60e, qui n'a finalement pas touché beaucoup de ballons (et a perdu la plupart de ces ballons), ou en tout cas pas dans la zone « décisive ». Elle a tout de même raté une très belle occasion sur une passe de Marie-Laure Delie.

    Elodie Thomis : 4,5
    C'est elle qui s'est procurée les premières occasions côté tricolore (8e, 11e). Un bon centre à la 26e et une prise d'initiative intéressante dans la percussion, la Martiniquaise a parfois perdu le ballon sur ses contrôles ou sur une mauvaise touche de balle. L'envie était là, la réalisation par toujours.

    Claire Lavogez : 4
    Un début de rencontre très (trop) timide, jusqu'à son beau retourné acrobatique sur la barre (29e). Quelques belles combinaisons et passes, mais Claire Lavogez a manqué de régularité, notamment en seconde période où on l'a finalement très peu vue. A laissé sa place à Viviane Asseyi à la 86e.

    Marie-Laure Delie : 4,5
    Si face aux USA, son jeu dos au but avait été précieux, cela a été plus compliqué face aux Anglaises où elle a même dû souvent redescendre très bas en seconde période pour toucher le ballon. Auteure de trois frappes (21e, 28e, 69e), ses choix à l'approche de la surface n'ont peut-être pas toujours été les plus judicieux, à l'image de sa frappe alors que Claire Lavogez attendait le ballon, seule de l'autre côté de la surface.


    L'Angleterre

    Après 40 minutes de domination française, les Anglaises ont commencé à pointer le bout de leur nez dès la fin de la première période, avec notamment l'occasion de Demi Stokes (42'). C'est ensuite elle qui a largement dominé la seconde période, assiégeant une équipe de France qui jouait très bas. S'il faut ressortir une joueuse en particulier, c'est Jill Scott, grande plaque tournante à la vision du jeu et au placement toujours impeccables. On pourra également apprécier le beau duel qu'elle a livré avec Kheira Hamraoui, notamment en première période, les deux joueuses se montrant à leur avantage.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...re_128269.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    "On sait ce qu'il nous reste à travailler"
    Publié le 10 mars 2016 | Equipe de France A
    Par La rédaction



    A la sortie de leur troisième rencontre de cette She Believes Cup, les joueuses de l'équipe de France féminine étaient lucides sur leurs performances lors de cette tournée américaine. Conscientes du travail qui leur reste à accomplir d'ici aux Jeux olympiques.


    Sabrina Delannoy

    "Déjà on n'a pas perdu, c'est déjà un point positif par rapport aux deux premiers matches. Après il ne faut pas se contenter de ce résultat là et de ce jeu là car cela ne suffira pas. Si on prend une configuration Jeux olympiques je pense que là on est sorti de la compétition. Il faut en tirer les enseignements, on a été je pense costaud défensivement. Elles ne se sont pas créées beaucoup d'occasions. Mais il va falloir se projeter peut-être plus vite vers l'avant et essayer d'être plus dangereuses devant le but. Maintenant on ne va pas se trouver d'excuses, il faut continuer de travailler. On a encore du temps. On a affronté les meilleures équipes mondiales, c'est très bien aussi pour se préparer et cela nous montre le chemin qu'il nous reste à parcourir."

    Elodie Thomis
    "On fait une bonne première période, on se crée des occasions. C'est encourageant pour la suite, c'est vrai que c'est frustrant de perdre deux matches et de faire un nul. On aurait pu faire mieux mais sur l'ensemble du tournoi mais je pense que l'on a fait de bonnes choses. On sait ce qu'il faudra travailler et on verra la suite. Il ne faut pas oublier que l'on a joué les deux meilleures nations mondiales.
    Inconsciemment, on a un petit peu peur de se faire voler comme contre les USA et l'Allemagne. Il va falloir travailler sur ça, être plus sereines, avoir plus confiance en notre jeu car on est capables de rivaliser avec ces équipes, devant il faut que l'on soit plus tueuses et les mettre au fond. Si on veut prendre une médaille olympique, ces détails il va falloir les régler."

    http://www.footdelles.com/article/Eq...er_128273.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Au moins, la France n'a pas perdu
    Publié le 10 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Après deux défaites consécutives dans cette She Believes Cup, l'équipe de France féminine a terminé cette tournée américaine par un match nul et vierge face à l'Angleterre. Comme face à l'Allemagne et les Etats-Unis, les Bleues ont d'abord dominé avant de fléchir en seconde période.


    Pendant plus d'une demi-heure dans cette seconde période entre la France et l'Angleterre, on a cru appuyer sur la touche retour du magnétoscope pour revoir le même scenario. Celui qui vous fait dire que cela va finir par craquer. Que cette équipe de France commence parfois à être prise de panique. Mais cette fois, à force de volonté les Bleues ont au moins réussi à préserver leur cage inviolée. Pourtant soixante-dix minutes plus tôt, tout semblait plus fluide.

    Des occasions à la pelle

    Avec une volonté d'accélérer le jeu, avec des actions à une touche de balle, pour ensuite prendre dans le dos la défense anglaise, l'équipe de France parvient rapidement à trouver des espaces et se procurer des situations intéressantes. Mais comme face à l'Allemagne ou aux USA, c'est encore une fois la même chanson. Les Bleues manquent de précision dans la zone de vérité. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir multiplié les frappes cette fois-ci. Ni Marie-Laure Delie qui n'aura pas pu fêter sa centième sélection (21', 33'), ni Elodie Thomis (8', 13'), ou encore Claire Lavogez sur une belle reprise qui échoue sur la barre ne parviendront à tromper Karen Bardsley.
    Si les coéquipières de Sabrina Delannoy doiminent globalement ce premier acte, elles éprouvent, par séquences, quelques difficultés face au pressing anglais. Mais Méline Gérard veille. A l'exception d'un dégagement raté, la doublure de Sarah Bouhaddi a été impeccable en première période. D'abord, très à l'aise techniquement pour réaliser un crochet dans sa surface face au pressing anglais, puis en remportant son duel devant Stokes (42').

    Aucun but en trois matches

    Comme lors des deux premiers matches de cette tournée américaine, la physionomie de la rencontre s'inverse peu à peu au retour des vestiaires. Apparaissant à la peine physiquement, les Bleues éprouvent des difficultés à ressortir le ballon proprement, bousculées par la densité physique anglaise. Les actions bien huilées de la première période laissent vite place à des dégagements à la va-vite. C'est au tour des joueuses de Mark Sampson de multiplier les centres et les récupérations hautes. les coéquipières de Camille Abily vont même connaître quelques instants de panique comme si le scenario et cette peur de reprendre un but en toute fin de rencontre inhibait les joueuses de Philippe Bergerôo. Mais à l'inverse des deux premières rencontres face aux deux premières nations mondiales, les Bleues parviennent tant bien que mal à conserver leur cage inviolée. C'est donc finalement sur un match nul que l'équipe de France conclut cette tournée sans avoir marqué le moindre but pendant trois rencontres. Une première depuis 1999.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...du_128272.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - FRANCE - ANGLETERRE : 0-0 - L'attaque est encore restée muette

    La France a terminé la SheBelieves Cup sur un match nul ennuyeux (0-0) face à l'Angleterre et termine à la dernière place de ce tournoi quadrangulaire sans avoir marqué le moindre but.


    Majri et Jill Scott (photo US GI)


    Trois matchs consécutifs sans marquer de but, les Bleues n'avaient connu cela qu'à trois reprises dans leur passé. La dernière fois, c'était entre mars et avril 1999 face au Japon (0-1) et les Pays-Bas (0-1, 0-0). L'histoire s'est reproduite dix-sept ans plus tard après les défaites face à l'Allemagne (0-1), les Etats-Unis (0-1) et ce dernier match nul et vierge contre l'Angleterre.

    Pour cette rencontre, Gérard était alignée pour garder le but tricolore et la défense centrale modifiée avec Georges et Delannoy. Delie était de nouveau à la pointe de l'attaque, alors que Lavogez était privilégiée à Le Sommer. Sur un terrain indigne, les Tricolores affichaient quelques prétentions dans les premières minutes avec Thomis bien servie par Abily qui mais ouvrait trop son pied droit (7e). Cinq minutes plus tard, c'est Houara d'Hommeaux qui permettait de nouveau à Thomis de se retrouver en position de frappe. Une tentative cadrée mais bloquée par Bardsley (12e). Delie était également en situation mais son tir était trop écrasé (21e).

    La France manquait encore une fois de réussite surtout que les Anglaises ne semblaient pas plus en jambes pour se montrer dangereuses. La plus belle (la seule) opportunité de trouver la faille était à mettre au crédit de Lavogez qui réalisait un retourné sur un ballon de Necib repoussé par Houghton. La Lyonnaise réussissait le geste parfait...sauf que le ballon allait s'écraser sur la transversale (29e).

    Lavogez a touché du bois

    Il était dit que les Bleues n'allaient pas encore renouer avec le chemin des filets. Gérard veillait heureusement dans le but pour éviter que les Anglaises n'en profitent. Elles avaient d'ailleurs un sursaut avant la pause avec Stokes lancée par Jill Scott qui percutait à gauche mais frappait en bout de course sur la gardienne tricolore bien sortie (41e). Elle devait d'ailleurs rester vigilante pour jaillir devant Duggan (45e).

    La seconde période allait être soporifique avec deux équipes qui semblaient éprouvées par ce troisième match en six jours. Les Anglaises gardaient le ballon à leur compte mais il n'y avait pas grand chose à retenir des 45 autres minutes si ce n'est le peu d'actions. Seule Chapman récupérait un ballon perdu par Hamraoui pour tenter sa chance de 18 m mais sans trouver le cadre (57e), alors que Le Sommer après son entrée avait l'occasion de frapper à deux reprises (69e, 88e).

    Le tournoi s'achève donc pour ces deux équipes sur un match nul et vierge (0-0) peu reluisant. Les soucis offensifs des Bleues ne sont pas réglées. A cinq mois des Jeux Olympiques, la situation n'est pas à l'enthousiasme. Le prochain rassemblement arrive vite puisque dès le mois d'avril les Bleues seront en Roumanie avant de recevoir l'Ukraine (8 avril), à Valenciennes (11 avril).

    Classement
    1. Etats-Unis, 9 pts (4-1)
    2. Allemagne, 6 pts (4-3)
    3. Angleterre, 1 pt (1-3)
    4. France, 1 pt (0-2)


    SheBelieves Cup - Troisième journée
    Mercredi 9 mars 2016
    - 17h00 locales (23h00 françaises)
    FRANCE - ANGLETERRE : 0-0
    Boca Raton (Florida Atlantic University (FAU) Stadium)
    Temps chaud et légèrement venteux - Terrain en mauvais état
    Spectateurs : 5 000 environ (lever de rideau d'Etats-Unis - Allemagne)
    Arbitres : Gillian Martindale (Barbade) assistée de Stacy-Ann Greyson (Jamaïque) et Princess Brown (Jamaïque). 4e arbitre : Cardella Samuels (Jamaïque)
    Aucun avertissement

    FRANCE : 21-Méline Gérard ; 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 5-Sabrina Delannoy (cap.), 4-Laura Georges (19-Griedge Mbock Bathy Nka 54'), 22-Amel Majri ; 12-Elodie Thomis, 23-Kheira Hamraoui, 10-Camille Abily (15-Elise Bussaglia 77'), 11-Claire Lavogez (6-Viviane Asseyi 86'), 14-Louisa Necib (9-Eugénie Le Sommer 59') ; 18-Marie-Laure Delie. Entr.: Philippe Bergerôo
    Non utilisées : 1-Laëtitia Philippe, 16-Sarah Bouhaddi, 2-Kelly Gadea, 3-Marion Torrent, 7-Charlotte Bilbault, 13-Marie-Charlotte Léger, 17-Aurélie Kaci, 20-Kadidiatou Diani
    ANGLETERRE : 1-Karen Bardsley ; 12-Alex Scott (2-Lucy Bronze 69'), 5-Stephanie Houghton (cap.), 15-Casey Stoney, 14-Claire Rafferty ; 4-Fara Williams, 7-Jordan Nobbs, 17-Katie Chapman, 11-Demi Stokes (10-Karen Carney 71') ; 8-Jill Scott ; 19-Toni Duggan (20-Eniola Aluko 56'). Entr.: Mark Sampson
    Non utilisées : 3-Alex Greenwood, 6-Gilly Flaherty, 9-Jodie Taylor, 13-Siobhan Chamberlain, 16-Laura Bassett, 18-Isobel Christiansen, 21-Carly Telford, 22-Francesca Kirby, 23-Gemma Davison


    France-Angleterre Féminine 2016 : le résumé en... par ffftv





    Jeudi 10 Mars 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-FR...te_a12235.html

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Envoyé par emiky Voir le message
    Bref!..j'ai ferme a la mi temps......le temps de voir sur ce terrain pourri avec que de longs ballons balances par les anglaises que Hamraoui...Delie,n'ont rien a faire dans cette equipe!
    J'ai suivi la fin du match, uniquement parceque en meme temps, j'essayais de chopé des places pour l'euro sur le portail de revente de l'uefa.
    Mais c'était encore pire que la 1er mi-temps.

    Laisser un commentaire:


  • emiky
    a répondu
    Envoyé par chaponoir69 Voir le message
    Bon courage à tous ceux qui tentent de suivre le match ! Terrain pourri, équipe qui a du mal à jouer, les anglaises qui n'ont que de longs ballons vers l'avant, bref je baille !
    Bref!..j'ai ferme a la mi temps......le temps de voir sur ce terrain pourri avec que de longs ballons balances par les anglaises que Hamraoui...Delie,n'ont rien a faire dans cette equipe!

    Laisser un commentaire:


  • chaponoir69
    a répondu
    Deuxième mi-temps : même purge....

    Laisser un commentaire:


  • chaponoir69
    a répondu
    Bon courage à tous ceux qui tentent de suivre le match ! Terrain pourri, équipe qui a du mal à jouer, les anglaises qui n'ont que de longs ballons vers l'avant, bref je baille !

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Retrouver le chemin
    Publié le 09 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Pour sa troisième et dernière rencontre dans cette She Believes Cup, l'équipe de France féminine affronte à Boca Raton (Floride) l'Angleterre. Avec l'objectif de relever la tête et de ne pas terminer avec la cuillère de bois.


    Cela commence à trotter dans leur tête. Toutefois, il ne faudrait pas que cela devienne un complexe. Mais à force de répéter ce type de défaite face aux grandes nations, les joueuses de l'équipe de France pourraient connaître un certain blocage, presque un complexe d'infériorité. « Forcément il y a un blocage. Si on gagne ce match contre l'Angleterre, cela peut vite repartir. Après il ne faut pas se poser trop de questions, faire le foot que l'on sait faire et cela viendra tout seul », admet Sarah Bouhaddi.

    Equipe cherche efficacité

    Au terme des 180 premières minutes de cette She Believes Cup, les Bleues sont restées muettes. Incapables de trouver le chemin des filets. Il faut remonter à juin 2014 pour trouver trace d'un enchaînement de deux rencontres au cours desquelles l'équipe de France n'a pas inscrit le moindre but. C'était lors de sa dernière tournée américaine où les Bleues avaient concédé un nul face au Brésil en Guyane (0-0), puis s'était inclinées 1-0 face aux USA à Tampa Bay. Faut-il y voir une coïncidence ? En tout cas, le résultat est là.
    Si il n'y a pas péril en la demeure dans ce contexte de tournoi amical très relevé et qu'il ne faut pas oublier que les Bleues sont aux Etats-Unis sans leur capitaine Wendie Renard, ni Amandine Henry et Laure Boulleau, les carences offensives ou les erreurs défensives des joueuses de Philippe Bergerôo peuvent aussi s'expliquer par ce manque de fréquence de matches à haute intensité au cours de la saison en club. Les tricolores peinent parfois à hausser leur niveau de jeu face aux grandes nations avec de la constance : « Avec Lyon, à part le top 3 du championnat, quand on joue avec les autres équipes, on a 20, 25 occasions et on met 7,8 buts. Forcément ça doit y jouer de ne pas répéter ces matches avec cet enjeu et de se dire que la moindre occasion, il faut la mettre. Il manque ce genre de matches en championnat où tout se joue », concède Eugénie Le Sommer.

    Ne pas rentrer bredouille

    Après avoir digéré le revers face aux championnes du monde, l'équipe de France se dirige désormais vers l'Angleterre pour relancer la machine. La nation qui progresse. Il faudra s'attendre là aussi à un combat à l'image de ce qu'avaient connu les Bleues lors de leur entrée en lice au Mondial. Ce troisième et dernier match est donc l'occasion de retrouver la confiance. Pour cela, les coéquipières de Camille Abily ont travaillé longuement devant le but lors de leur dernier entrainement. Elles l'assurent, elles feront tout pour ne pas récolter la cuillère de bois dans cette She Believes Cup. « On veut rentrer avec quelque chose. Ce sera une victoire. On a envie mais cela va être difficle car elles sont dans la même situation que nous. On a envie de ne pas repartir bredouille et de ramener une victoire », avance l'attaquante lyonnaise.

    Et si finalement, ces deux défaites ou, voire pire, perdre ces trois matches était plus bénéfique dans l'optique des JO que trois victoires. « C'est un mal pour un bien, je préfère perdre maintenant qu'aux JO ou dans d'autres compétitions. Maintenant, je pense que l'on a fait de très gros matches, on était bien en place on a bien défendu, il nous reste quelques détails à travailler pour la suite », confie Kheira Hamraoui. C'est souvent dans les périodes difficiles que les groupes se resserrent et que les caractères se dévoilent un peu plus. Un bon résultat sera tout de même important pour la confiance.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...in_128183.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    E. Le Sommer : "La réussite s'est évadée"
    Publié le 09 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Muette et peu en réussite au cours des deux premières rencontres de cette She Believes Cup, l'attaquante de l'équipe de France féminine Eugénie Le Sommer traverse une période de doute. La vie cruelle d'une attaquante qui enfilait les buts comme des perles il y a un an.


    Comment vivez-vous cette tournée américaine ?
    E-L.S :
    « Je vais dire, ça va, après cela pourrait être mieux c'est sûr. On est des compétitrices et on reste sur deux défaites en deux matches. Forcément au niveau sportif on est déçu après on est dans de bonnes conditions, on vit bien, les hôtels sont biens, le groupe vit bien. De ce côté là ça va, et après c'est au niveau sportif que l'on aurait aimé faire mieux. Il reste un match pour se rattraper.

    Avec ces deux défaites consécutives, le moral en a pris un coup ?
    - Oui surtout après cette deuxième défaite car le but fait mal. On le prend à la 90e minute et on pensait tenir au moins le match nul. Je me suis sentie comme après un échec en Coupe du monde ou aux JO, vraiment abattue, sur le coup on se dit que ce n'est pas possible, on est maudit on va dire. On a l'impression d'être dans une compétition et d'avoir tout perdu. On avait mis beaucoup d'ingrédients dans ce match mais malheureusement, à la fin c'est nous qui perdons. On était très déçu, là ça va mieux mais c'est vrai que cela nous a mis un petit coup au moral.

    Au niveau personnel, la réussite semble vous avoir quittée ?
    - Elle s'est évadée... (sourire) Non c'est dur parce qu'on a envie d'aider l'équipe surtout dans ces moments où ce sont des gros matches et on ne peut pas se permettre d'avoir dix occasions pour marquer. Malheureusement, devant on n'est pas efficace moi la première. C'est sur car on sait que c'est à nous d'aider l'équipe mais cela ne veut pas rentrer. J'espère que cela va aller mieux et que l'on va retrouver notre efficacité après je sais que cela ne passe pas que par nous mais on est attaquante et on doit être décisive. Dans ces matches clés il faut marquer et malheureusement on n'a pas su le faire alors la défaite est aussi dure pour nous parce qu'on aurait pu faire mieux. C'est un challenge pour nous ce dernier match, il faut que l'on marque et que l'on gagne surtout.

    Qu'est-ce que vous vous dites lorsque vous êtes face à cette situation sur le terrain ?
    - C'est dur parce qu'on se dit que cela ne veut pas rentrer. Déjà contre l'Allemagne, on peut gagner et cela ne rentre pas, et cela recommence contre les Etats-Unis. Forcément, il y a un petit doute qui se met en place. On n'a pas ce petit brin de réussite avec nous, le poteau n'est pas rentrant, la barre n'est pas rentrante. Après, moi, j'ai une occasion on va dire en or, je ne sais pas ce qu'il s'est passé dans ma tête, je ne sais pas pourquoi je rate ce ballon (sur le centre d'Elodie Thomis à la 11e minute de jeu).

    Il y a un an, vous enfiliez les buts comme des perles, en ce moment c'est plus compliqué. C'est la vie cruelle d'une attaquante...
    - Oui, oui après cela fait partie du métier d'attaquante aussi, je le sais. Mais c'est dur de passer par ces moments là. Forcément, en plus on est pointé du doigt parce que ce sont des gros matches où on n'a pas beaucoup d'occasions, parce que c'est un but qui va te faire gagner le match. Et ne pas réussir à le mettre c'est dur mais il ne faut pas baisser les bras, continuer à travailler, essayer de ne pas douter même si c'est difficile et repartir de l'avant. Je connais mes qualités je sais que cela va revenir mais je ne sais pas quand. Il faut que j'accélère le processus. »

    http://www.footdelles.com/article/Eq...ee_128179.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Delie, future centenaire
    Publié le 09 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Pour ce dernier match de la She Believes Cup, l'attaquante de l'équipe de France féminine, Marie-Laure Delie, pourrait honorer sa 100e sélection. Un cap dans une carrière internationale. Retour sur cette longévité chez les Bleues.


    Face à l'Angleterre, cela pourrait être un match spécial pour vous ?
    M.L-D :
    « C'est ma 100e si tout va bien, si je participe à ce match là, ce sera ma 100e*. Cela fait maintenant six ans et demi que je suis en sélection et je suis très contente d'arriver à ce stade là.

    C'est un stade toujours symbolique d'être centenaire en équipe de France, cela montre une certaine longévité ?
    - C'est sûr en arrivant en équipe de France, j'avais l'objectif d'y rester. C'est ce que j'ai su faire. C'est quelque chose d'important pour moi, et j'espère encore avoir de beaux jours encore avec l'équipe de France

    Et vous êtes la meilleure buteuse en activité de l'équipe de France ?
    - Oui c'est ça ! J'ai marqué beaucoup de buts, il faudrait que j'en marque encore beaucoup. Au moins décrocher un titre avec l'équipe de France, c'est mon objectif majeur et je vais tout faire pour y arriver. Je sais que mes buts compteront et il faudra vraiment que je sois dans une forme optimale sur ce côté là.

    Vous souvenez-vous de votre première sélection ?
    - Oui, c'était en Croatie (victoire finale 7-0) ! Je joue 45 minutes, je marque un but de la tête. C'était plutôt mal, une première sélection plutôt réussie même si j'étais un peu timide dans le jeu. Un but c'est pas mal pour une première sélection.

    Y-a-t-il des buts qui vous ont marqué tout au long de ces 100 sélections ?
    - Il y en a plusieurs. Après le premier on ne l'oublie jamais, ça c'est sûr. Après des buts contre les Etats-Unis, contre l'Allemagne, il y a des buts qui comptent un peu plus contre les grosses équipes. Ou en Coupe du monde, c'est important de marquer, il faut marquer.

    Si vous aviez un but à inscrire un but dans les prochains mois, ce serait pendant quelle rencontre ?
    - En finale des Jeux Olympiques, ce serait vraiment le top. On a vraiment envie d'aller décrocher ce titre et on va tout faire pour car c'est ce qui manque à l'équipe de France ».


    *Marie-Laure Delie a inscrit 63 buts en 99 sélections. Elle marque donc 0.64 buts/match. Elle a connu sa première sélection le 23 septembre 2009 en Croatie pour le compte des qualifications pour la Coupe du monde 2011. La meilleure buteuse de l'histoire reste Marinette Pichon avec 81 réalisations en 112 sélections.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...re_128186.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Claire LAVOGEZ : "Il faut que l'on reprenne confiance devant le but"

    Après deux défaites, la milieu de terrain offensive des Bleues et de Lyon (17 sélections, 4 buts) fait le point sur ces rencontres et l'inefficacité offensive des Bleues, avant le match face à l'Angleterre (23h00).


    Titulaire face à l'Allemagne, Lavogez a joué le dernier quart d'heure contre les Etats-Unis (photo Antonio Mesa/FFF)

    Deux matchs, deux défaites et le même scénario qui se répète, comment l'avez-vous vécu ?

    C'est compliqué de perdre comme ça sur le fil. On a dans l'ensemble fait deux bons matchs, c'est dommage. A ce niveau-là, ces petites erreurs, on les paye cash. En espérant ne pas le reproduire sur le dernier match.

    On revient toujours sur cette inefficacité, quel discours a eu le staff sur ce sujet ? Faites-vous quelque chose de différent pour travailler cela ?
    A l'entraînement, on ne change rien, on ne va pas se forcer à faire plus d'exercices que d'habitude devant le but. C'est à nous de concrétiser les actions, on sait le faire. Il faut que l'on reprenne confiance devant le but.

    Est-ce uniquement la confiance qui vous manque ?
    Il faut que l'on arrive à marquer le premier but. Lorsque l'on aura réussi à marquer, cela ira mieux.

    "Une répétition des JO"


    Lavogez et la France y croient (photo Antonio Mesa/FFF)

    A choisir, il vaut mieux perdre les matchs-là et les gagner aux JO ?

    J'en parlais avec des filles qui sont là depuis pas mal de temps et qui disaient qu'elles étaient "championnes du monde des matchs amicaux". Et qu'après en compétition, elles ne terminaient pas sur le podium. Maintenant, elles se disent qu'en perdant les matchs amicaux, cela permettra peut-être de faire quelque chose pour être prêtes dans les compétitions.

    Ce tournoi est-il la bonne préparation pour les JO ?
    C'est en quelque sorte une répétition des JO parce que c'est un peu le même contexte, avec des matchs tous les trois jours. On se déplace, il y a des voyages, la fatigue à gérer. On voit comment cela sera aux JO. C'est une très bonne chose de jouer aussi contre ces nations.

    Face à l'Angleterre, l'objectif est d'éviter la troisième défaite ?
    Partir avec trois défaites, ce serait compliqué. Je pense qu'on peut le faire. On l'a montré, on peut développer du beau jeu. Si on fait cela sur le troisième match, on peut repartir de ce tournoi avec une victoire.

    Mais l'Angleterre est dans la même situation...
    Il va falloir s'attendre à un gros match car les Anglaises n'auront pas envie de repartir bredouilles. Ce sera à nous de tout donner face à ces Anglaises qui ne vont pas vouloir perdre non plus.

    Physiquement, vous serez prêtes ?
    Il y a une journée de récupération après chaque match. Maintenant c'est le troisième match consécutif, cela sera un peu compliqué pour les organismes, mais on va devoir faire avec. On fait tout pour récupérer au maximum.

    Sur un plan personnel, les JO vous y pensez ?
    Oui forcément. J'aimerai bien participer aux JO, ce sont des moments extraordinaires. Je fais tout pour prouver au sélectionneur que je mérite d'être dans ce groupe.

    Mercredi 9 Mars 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Cl...ut_a12232.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues
    Kheira Hamraoui : «On se remet en question»

    Le 08/03/2016 à 17:32:00 | 8 Commentaires

    L'équipe de France rencontre l'Angleterre ce mercredi (23h) pour son troisième et dernier match dans la She Believes Cup, un tournoi amical. Après deux revers, les Bleues veulent finir sur une note positive.

    Après deux défaites face à l’Allemagne puis les États-Unis, sur le même score (0-1), les Bleues vont retrouver l’Angleterre pour leur dernier rendez-vous dans la She Believes Cup, ce mercredi. Les filles de Philippe Bergeroo auront un objectif : remporter cet ultime rencontre face à une sélection qui n’a plus battu l’équipe de France depuis… 1974.

    La tâche s'annonce toutefois compliquée pour les Françaises, car les Anglaises, troisièmes du dernier Mondial, ont donné du fil à retordre aux Américaines (0-1) puis aux Allemandes (2-3) dans ce tournoi amical. «Franchement, je n’aurais jamais pensé retrouver l’Angleterre à ce niveau-là, reconnaît Kheira Hamraoui, la milieu de terrain de l’équipe de France. On les avait jouées il y a deux ans à Chypre, ce n’était pas du tout la même équipe, le même niveau. Elles ont beaucoup progressé. C’est une très bonne équipe, vraiment costaud. Il va falloir être très forte dans l’impact et dans l’agressivité car cela ne va pas être un match facile. Elles vont mettre le pied, il va falloir le mettre aussi. Ne pas lâcher et surtout mettre nos occasions au fond», prévient celle qui porte également le maillot du PSG.

    «On était déçues, mais le lendemain ça allait mieux. On arrive à positiver les choses, se dire qu'on va travailler pour ne plus que cela se reproduise»

    Malgré des performances collectives intéressantes contre leurs deux premiers adversaires, les Françaises n’ont toujours pas marqué dans cette compétition et courent après leur efficacité comme l’avait souligné Eugénie Le Sommer. «Dans l’ensemble, on a réalisé deux grosses prestations, on a bien défendu, analyse Hamraoui. Maintenant, il va falloir gommer les petites erreurs. C’est un mal pour un bien. C’est mieux de les produire maintenant qu’aux JO, ajoute la milieu de terrain, confirmant les propos de Camille Abily après la défaite contre les USA. On a le même scenario lors des deux matches (une défaite dans les dernières minutes). On rate des occasions franches. Il ne faudra pas les manquer pendant les grandes compétitions. On était déçues, mais le lendemain ça allait mieux. On arrive à positiver les choses, se dire qu’on va travailler pour ne plus que cela se reproduise.»

    Quel que soit le résultat final, Kheira Hamraoui estime que l’expérience sera bénéfique pour les Bleues qui rêvent d’aller décrocher une médaille (d’or ?) au prochain JO. «C’était une très bonne chose de participer à ce tournoi, remarque-t-elle. Ce sont les meilleures nations du monde. Là au moins on se remet en question, ça va nous permettre de travailler sur ce qui ne fonctionne pas.»

    Sy. D.

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...uestion/641360

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Envoyé par Rem56 Voir le message

    Mention spéciale à Mallory Pugh que j'ai trouvé énorme sur ce match. A peine 18 ans, elle promet :fier:
    Je connaissais pas, c'est clair qu'elle était de partout, elle est rapide, joue juste, effectivement, elle promet.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Je viens de me revoir le match en replay, il n'y a pas grand chose à rajouter dans vos analyses qui se sont assez bien complétées.

    Je me demande comment on a pu rater autant d'occasions en 1MT alors qu'on dominait nos adversaires de cette manière, même si les USA ont eu leur mot à dire, mais un peu plus timidement... ELS toujours dans la lignée de sa saison, que de vendanges encore, tandis que MLD a encore une fois brillé par sa transparence devant.

    La 2MT a été différente où les Bleues ont baissé le pied physiquement et ont subi un peu plus le jeu adverse, même si ce n'était pas une domination écrasante non plus, on était un peu plus dans la gestion. J'ai pas compris comment Camille a raté le but en fin de rencontre en tous cas, puis quelques secondes après on prend un beau but à la con... causé par une perte de balle de Griegde, gênée par cette grosse escroquerie notoire de Bilbault (bravo la vision du jeu, 6 matchs de merde pour autant de sélections, c'est du grand art). Après, suffit qu'Alex Morgan soit lancée comme il faut dans la profondeur et ça ne pardonne pas...

    Encore une fois, que de regrets... on continue de ne rien apprendre de nos erreurs. Si on continue comme ça, on ira droit dans le mur aux JO. Et ce ne sera malheureusement pas une surprise...


    Mention spéciale à Mallory Pugh que j'ai trouvé énorme sur ce match. A peine 18 ans, elle promet :fier:

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    USA-France : Georges-Mbock, une charnière qui tient la route
    Publié le 07 mars 2016 | Equipe de France A
    Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



    Désormais après chaque match de l'équipe de France, vous pourrez retrouver notre article attribuant des notes sur dix aux joueuses tricolores avec une appréciation de leur match. Et des focus sur l'équipe adversaire ou certaines joueuses marquantes.


    Sarah Bouhaddi : 6

    Peu mise en danger, auteure de bonnes anticipations et d'un arrêt sur une frappe de Kelley O'Hara. Ne peut rien faire sur le but d'Alex Morgan. Un seul dégagement raté.

    Amel Majri : 5
    Après une bonne intervention en début de match (5'), a presque complètement abandonné son couloir en défense en première mi-temps. Mieux après la pause, elle a notamment offert un bon centre à Marie-Laure Delie (54'). Auteure de trois fautes consécutives en fin de match (78', 80', 83') qui ont offert trois coups francs dangereux aux Américaines. A récolté un carton. A également frappé sur la barre en première période (29')

    Griedge Mbock : 6,5
    Très bonne prestation de la défenseure lyonnaise qui a montré sa complémentarité avec Laura Georges. De nombreuses interventions décisives alors qu'elle a beaucoup dû couvrir le couloir gauche en première période, et un bon service pour Camille Abily qui aurait dû se transformer en passe décisive (90'). Une des meilleures Françaises ce soir, malgré le fait qu'elle perde la balle sur le but américain, gênée par Charlotte Bilbault.

    Laura Georges : 7
    C'est LA patronne. Impassable ou presque, n'hésitant pas à défendre haut, elle fut la meilleure joueuse française ce soir. Comme sa partenaire de la charnière centrale avec laquelle l'entende semble naturelle, ses nombreuses interventions décisives ont été importantes et sa défense sur Alex Morgan précieuse. Elle ne peut rien faire sur le but de Morgan qui a fait jouer sa vitesse.

    Jessica Houara : 6
    Présente, elle a réalisé un bon match. Plusieurs interventions décisives en deuxième période (52', 64', 69', 75') alors que la pression américaine s'intensifiait. A été présente en attaque sans pouvoir faire la différence.

    Camille Abily : 5
    Une bonne première mi-temps pour la capitaine, qui a progressivement disparu en deuxième période avant de rater la balle de match (90').

    Kheira Hamraoui : 5
    De bonnes interventions (13', 23', 62', 74'), mais également un peu de déchet. A récolté un carton jaune (41'). Remplacée par Charlotte Bilbault (77') que l'on n'aura pas beaucoup vue et qui est impliquée sur la perte de balle amenant au but.

    Louisa Necib : 5
    Une belle inspiration sur coup franc qui aurait pu faire mouche (14'), plutôt intéressante en première période, a ensuite peu à peu disparu avant d'être remplacée par Claire Lavogez (75'), peu vue.

    Elodie Thomis : 5
    Plusieurs actions intéressantes, auteure notamment d'un très bel enchainement récupération ligne médiane/course/centre qui aurait dû trouver le fond des filets (11'). Cramée après l'heure de jeu, ne s'est plus montrée dangereuse. Remplacée par Viviane Asseyi (75') qui a obtenu un bon coup franc en fin de match, la balle de match ratée par Camille Abily.

    Marie-Laure Delie : 4,5
    Intéressante dans son jeu dos au but, son pressing a permis aux Bleues de récupérer des touches ou des dégagements américains ratés en première période. Obtient le coup franc que Majri envoie sur la barre (29'). A raté plusieurs occasions dangereuses (15', 54').

    Eugénie Le Sommer : 4
    Décevante. Aurait dû marquer dans le premier quart d'heure, notamment suite à un très bon service de Thomis (11'), ou sur la frappe de Delie repoussée (15'). Remplacée par Elise Bussaglia (85').

    Philippe Bergerôo : Malgré des joueuses ayant très clairement baissé le pied physiquement en seconde période, il a fallu attendre le dernier quart d'heure de jeu pour voir le sélectionneur français faire entrer du sang neuf. Pour voir comment l'équipe réagit sous pression et sans jus ?
    A l'exception d'Elise Bussaglia entrée en jeu (à la place de Le Sommer) pour tenter de garder le résultat nul à cinq minutes du terme de la partie, ce ne furent que des changements poste pour poste. On en regrettera le manque d'ambition.


    Les Etats-Unis

    Plutôt dominée par la France en première période, l'équipe des Etats-Unis a ensuite progressivement pris le dessus en deuxième période avant d'obtenir une victoire logique vu sa domination lors de la dernière demi-heure. La joueuse américaine du match est sans nul doute Mallory Pugh, que l'on a pu découvrir en 2013 avec les moins de 17 ans états-uniennes et qui confirme année après année, et match après match, depuis sa première sélection avec les seniors en janvier, tout son potentiel, à seulement 17 ans. Très en vue tout au long du match, elle offre la passe décisive à Alex Morgan pour l'unique but de la rencontre. Quant à Alex Morgan, un poison bien muselé tout au long de la partie, il ne lui aura fallu qu'une réelle occasion pour marquer.


    Les notes d'Allemagne-France : http://www.footdelles.com/article/Eq...ux_127887.html

    http://www.footdelles.com/article/Eq...te_127989.html

    Laisser un commentaire:


  • emiky
    a répondu
    Envoyé par tasslehoff Voir le message
    Oui, vraiment tres bonne 1er mi-temps, c'était plaisant, ça jouait bien, mais comme d'hab, ce manque de finition, je suis pas sur qu'on peut parler de 3 buts immanquable, mais en tout cas, celui de ELS l'était, c'est sur. En 2eme mi-temps, on s'est fait manger. Quand j'ai entendu le selectionneur dire aux remplaçantes, dans 5mn, alors qu'on était déjà a la 70eme et que ça fait au moins 10mn qu'il aurait du faire des changements ça m'a gavé.

    Les joueuses qui sont rentrés n'ont rien apporté (quoique Bilbault a été pas trop mal), mais en meme temps l'equipe ne passait plus la moitié de terrain depuis déjà un bon moment.

    En 2eme mi-temps, a part Amel et Griedge, pas grand chose de positif a dire.

    edit : ah, et quand on sais pas marquer, la moindre des choses serait maintenant de commencer par eviter de prendre des buts dans les 5 dernieres minutes.
    Au moment de la reception...le ballon saute....ca peut expliquer cela!

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Envoyé par chaponoir69 Voir le message
    Très bonne première mi-temps, mais pas de réussite pour mettre les deux trois buts immanquables néanmoins ratés, plus un coup de sifflet de l'arbitre alors que MLD filait seule vers la gardienne. On dit : pas de réalisme. Même chose côté USA qui a raté au moins deux occases.
    Les USA sont rentrés en deuxième mi-temps avec un esprit nettement plus conquérant. L'EdF a alors reculé, ne s'est plus vraiment montrée dangereuse sauf sur coup de pied arrêté, puis les changements ont fait le reste...
    Oui, cette équipe ne progresse plus, surtout dans le mental.
    Oui, vraiment tres bonne 1er mi-temps, c'était plaisant, ça jouait bien, mais comme d'hab, ce manque de finition, je suis pas sur qu'on peut parler de 3 buts immanquable, mais en tout cas, celui de ELS l'était, c'est sur. En 2eme mi-temps, on s'est fait manger. Quand j'ai entendu le selectionneur dire aux remplaçantes, dans 5mn, alors qu'on était déjà a la 70eme et que ça fait au moins 10mn qu'il aurait du faire des changements ça m'a gavé.

    Les joueuses qui sont rentrés n'ont rien apporté (quoique Bilbault a été pas trop mal), mais en meme temps l'equipe ne passait plus la moitié de terrain depuis déjà un bon moment.

    En 2eme mi-temps, a part Amel et Griedge, pas grand chose de positif a dire.

    edit : ah, et quand on sais pas marquer, la moindre des choses serait maintenant de commencer par eviter de prendre des buts dans les 5 dernieres minutes.

    Laisser un commentaire:


  • chaponoir69
    a répondu
    Envoyé par Rem56 Voir le message
    Je vais essayer de retrouver le match en replay. Selon les résumés que j'ai pu lire, la France n'a pas fait un mauvais match, mais a encore été punie de la manière dont on est habitués...
    Très bonne première mi-temps, mais pas de réussite pour mettre les deux trois buts immanquables néanmoins ratés, plus un coup de sifflet de l'arbitre alors que MLD filait seule vers la gardienne. On dit : pas de réalisme. Même chose côté USA qui a raté au moins deux occases.
    Les USA sont rentrés en deuxième mi-temps avec un esprit nettement plus conquérant. L'EdF a alors reculé, ne s'est plus vraiment montrée dangereuse sauf sur coup de pied arrêté, puis les changements ont fait le reste...
    Oui, cette équipe ne progresse plus, surtout dans le mental.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X