Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Équipe de France A, campagne 2015-2017

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Laure BOULLEAU forfait, Sakina KARCHAOUI appelée pour la première fois en A

    La Parisienne Laure Boulleau est forfait pour le tournoi aux Etats-Unis. C'est la latérale montpelliéraine Sakina Karchaoui qui a été appelée pour la remplacer.


    (photo FFF)


    Blessée, Laure Boulleau ne pourra pas disputer avec l'Equipe de France féminine la "She Believes Cup", organisée en Floride (Etats-Unis) du 3 au 9 mars. Sakina Karchaoui, initialement appelée avec France B, a été convoquée en remplacement.

    Jeudi 25 Février 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-La...-A_a12160.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Viviane ASSEYI remplace Amandine HENRY


    (photo FFF)


    Après concertation entre les staffs de l'Equipe de France féminine et de l'Olympique Lyonnais, Amandine Henry, en phase de reprise suite à une blessure, est laissée à la disposition de son club. La Lyonnaise est remplacée par Viviane Asseyi pour disputer la "She Believes Cup", organisée en Floride (Etats-Unis) du 3 au 9 mars.


    Mercredi 24 Février 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Vi...RY_a12157.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    JO 2016 - La FRANCE fixée le 14 avril

    Le stade Maracanã accueillera le tirage au sort du Tournoi Olympique Féminin de Football le 14 avril prochain. Les Bleues connaîtront alors leur programme.




    La cérémonie qui déterminera la composition des groupes de Rio 2016 se déroulera dans l'auditorium du stade à 10h30, heure locale (15h30 en France).
    Les douze sélections féminines qualifiées seront versées dans trois groupes différents.

    Sept pays sont déjà connus (Brésil, Colombie, Allemagne, France, Afrique du Sud, Zimbabwe, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis, Canada). Les noms des trois derniers participants (2 en Asie, 1 en Europe) seront connus le 9 mars 2016.

    Mardi 23 Février 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/JO-2016-L...il_a12153.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Envoyé par emiky Voir le message
    Amandine est rétablie?
    Faut croire. Elle était trop juste pour Paris...

    Envoyé par emiky Voir le message
    Pas de wendie dans la selection?
    Blessée au genou selon FoF, renoncement par précaution.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Les joueuses retenues pour la SHEBELIEVES Cup aux Etats-Unis : Kelly GADEA appelée mais sans Wendie RENARD, blessée

    Du jeudi 3 au mercredi 9 mars, l’Équipe de France féminine disputera un tournoi international aux États-Unis. Le sélectionneur Philippe Bergerôo a communiqué ce jeudi la liste des joueuses retenues.




    Les Bleues vont rencontrer l'Allemagne (3 mars), les Etats-Unis (6 mars) et l'Angleterre (9 mars) lors d'un tournoi très relevé. Pour cette compétition préparatoire aux JO 2016, Philippe Bergeroo a retenu 23 joueuses.

    Alors que Wendie Renard s'est blessée au genou ce mercredi et a préféré renoncer à la tournée, Kelly Gadea, la capitaine montpelliéraine fait son apparition dans la liste.
    Amandine Henry et Eugénie Le Sommer font leur retour en sélection, après une absence pour blessure en janvier dernier, alors que Kadidiatou Diani est à nouveau appelée. Aurélie Kaci et Charlotte Bilbault sont à nouveau présentes alors que chez les gardiennes, le trio Bouhaddi - Gérard - Philippe se confirme.

    Jeudi 18 Février 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Le...ee_a12130.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues : Quatre "changements" dont Kelly Gadéa
    Publié le 18 février 2016 | Equipe de France A
    Par La Rédaction



    Le sélectionneur de l'équipe de France, Philippe Bergerôo, a dévoilé sa liste de 23 joueuses pour la "SheBelieves Cup", qui se jouera aux Etats-Unis du 3 au 9 mars prochain. Si certaines font logiquement leur retour, la Montpelliéraine, Kelly Gadéa, appelée en remplacement de Wendie Renard, est la surprise de la liste.


    Dans sa liste de 23 joueuses, Philippe Bergerôo a procédé à quatre changements par rapport au dernier match face à la Norvège, le 26 janvier dernier. En effet, Karima Benameur qui n'a pas joué avec son club depuis plusieurs semaines est remplacée par Méline Gérard, tandis que Delphine Cascarino, appelée en U19, laisse sa place à a Juvisienne, Kadidiatou Diani. Au milieu, Amandine Henry reprend sa place au détriment de Viviane Asseyi. Enfin, en l'absence de Wendie Renard, capitaine des Bleues (apparemment blessée), c'est Kelly Gadéa qui fait sa réapparition en défense et complète la liste.
    Pour la première édition de la SheBelieves Cup, les Bleues affronteront l'Allemagne, le jeudi 3 mars (23h00 H.F), les Etats-Unis, le dimanche 6 mars (21h00 H.F) et l'Angleterre, le mercredi 9 mars (23h00 H.F).


    La liste des 23 Bleues

    Gardiennes de but

    Sarah Bouhaddi (Olympique Lyonnais), Méline Gérard (Olympique Lyonnais), Laëtitia Philippe (Montpellier HSC)

    Défenseures
    Laure Boulleau (Paris SG), Sabrina Delannoy (Paris SG), Kelly Gadéa (Montpellier HSC), Laura Georges (Paris SG), Jessica Houara D’Hommeaux (Paris SG), Amel Majri (Olympique Lyonnais), Griedge Mbock Bathy (Olympique Lyonnais).

    Milieux de terrain
    Camille Abily (Olympique Lyonnais), Charlotte Bilbault (FCF Juvisy), Élise Bussaglia (VFL Wolfsburg), Kadidiatou Diani (FCF Juvisy), Kheira Hamraoui (Paris SG), Amandine Henry (Olympique Lyonnais), Aurélie Kaci (Olympique Lyonnais), Marie-Charlotte Léger (Montpellier HSC), Élodie Thomis (Olympique Lyonnais).

    Attaquantes
    Claire Lavogez (Olympique Lyonnais), Marie-Laure Delie (Paris SG), Eugénie Le Sommer (Olympique Lyonnais), Louisa Nécib (Olympique Lyonnais).


    A lire aussi :
    SheBelieves Cup : vraiment une bonne idée ?
    SheBelieves Cup : le programme des Bleues

    http://www.footdelles.com/article/Eq...ea_126895.html

    Laisser un commentaire:


  • emiky
    a répondu
    Amandine est rétablie?

    Laisser un commentaire:


  • emiky
    a répondu
    Pas de wendie dans la selection?

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    She Believes Cup : vraiment une bonne idée ?
    Publié le 17 février 2016 | Equipe de France A
    Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



    Un tournoi avec l'Allemagne et l'Angleterre aux États-Unis, pays-hôte de la compétition tout juste sacré champion du monde, cela va permettre aux Bleues de préparer les Jeux Olympiques face à plusieurs des meilleures nations mondiales. Mais si sur le papier ce tournoi a tout pour plaire, c'est un peu plus compliqué dans les faits...


    Du 3 au 9 mars, les Bleues vont disputer la première édition de la SheBelieves Cup, qui aura lieu aux États-Unis, en Floride et dans le Tennessee plus précisément en compagnie de l'Allemagne et l'Angleterre. Un tournoi qui va donc se dérouler aux mêmes dates que le tournoi de l'Algarve, rendez-vous international amical incontournable ou presque depuis 1994. Les Tricolores vont donc se confronter à trois des demi-finalistes du dernier Mondial. Le tournoi, qui a vocation à s'inscrire de façon durable dans l'agenda football féminin des grandes nations, se jouera en petit comité cette année, notamment parce que plusieurs équipes parmi les meilleures au monde seront impliquées dans des tournois de qualification pour les Jeux Olympiques.

    La ferveur du soccer féminin

    Adieu le sud du Portugal, ses stades vides et les retransmissions disparates, bonjour la ferveur des stades remplis de fans convertis au ballon rond (pendant les matches des États-Unis en tout cas) ! Du point de vue du public, il n'y a pas de comparaison possible avec le tournoi de l'Algarve. La SheBelieves Cup devrait permettre aux équipes de jouer devant des stades remplis dans un pays où le football féminin est très suivi, au contraire par exemple de l'Algarve où il n'y a parfois qu'une cinquantaine de spectateurs aux matches lors d'un tournoi dont même les locaux ignorent l'existence pour la plupart. Stades remplis, tournoi suivi médiatiquement, droits TV, ce tournoi devrait également être un bon coup financièrement, alors que l'équipe de France a bouclé son premier exercice à l'équilibre cette saison. Le tournoi s'inscrit donc dans la continuité d'une économie qui commence à marcher.
    D'un point de vue de l'opposition, difficile de faire mieux avec les États-Unis, l'Angleterre et l'Allemagne, tous les trois demi-finalistes de la dernière Coupe du monde. Pour une première, en année olympique avec les tournois qualificatifs que cela implique, c'est un beau plateau. Un mini-tournoi au sommet, en somme, qui devrait servir de répétition aux Jeux pour les trois qualifiés que sont les États-Unis (qualifications en cours), l'Allemagne et la France. A priori, ce nouveau tournoi, qui confirme la place de l'équipe de France parmi le gotha mondial de la discipline, ne présente que des avantages pour l'équipe de France. Mais est-ce vraiment le cas ?



    Un calendrier chargé

    Jouer les meilleures équipes au monde devant des stades remplis, ça fait rêver... mais pour cela, il va falloir se rendre aux États-Unis entre un quart de finale de Coupe de France le week-end du 28 février* et la 17e journée de championnat le 13 mars. C'est donc un déplacement certainement fatigant dans une fenêtre très réduite qui attend les joueuses de l'équipe de France, auquel il faudra ajouter le trajet Floride-Tennessee-Floride puisque les Bleues iront affronter les États-Unis à Nashville lors de leur deuxième match. De ce point de vue-là, avec en plus les quarts de finale aller de la Ligue des Champions à disputer pour la majorité des Bleues le 23 mars, on peut regretter le tournoi de l'Algarve, proche géographiquement pour les équipes européennes, un de ses avantages en plus du temps souvent appréciable et de l'esprit bon enfant qui y règne.
    A noter que cette courte fenêtre ne concernera que l'équipe de France, puisqu'en Allemagne, le championnat ne reprendra que le week-end suivant (le 20 mars), et que l'Angleterre et les États-Unis sont des championnats d'été. Cela signifie que ce tournoi sera une belle occasion pour ces deux équipes nationales et les joueuses qui les composent de préparer la saison à venir (les championnats débutent début avril). On peut donc imaginer, si l'existence de ce tournoi devait se confirmer et s'inscrire dans la durée, avec d'autres équipes comme le Japon (également un championnat d'été), que le calendrier des compétitions françaises puisse être aménagé quelque peu pour permettre à l'équipe de disputer ce tournoi dans de meilleures conditions.

    Tournoi pour insomniaques

    La SheBelieves Cup promet six rencontres de très haut niveau. Mais à l'exception de l'opposition entre les États-Unis et la France le dimanche 6 à Nashville, aucune rencontre ne terminera avant minuit (heure française). Et si la France est programmée à chaque fois en "première partie" de soirée, les matches auront lieu à 23h contre l'Allemagne, le jeudi 3, puis l'Angleterre, le mercredi 9, et à 21h le 6 contre les États-Unis. Les audiences des matches, diffusés sur D17, devraient logiquement en pâtir. Celles de Canal + Sport, qui diffusera les autres rencontres (à 1h45 les 3 et 9 et 23h45 le 6), encore plus. Avec trois équipes européennes, et si le fait que les matches soient joués en grande partie sur la côte est réduit le décalage horaire, il sera compliqué de suivre le tournoi comme il se doit, d'autant plus qu'il sera en concurrence avec le tournoi de l'Algarve, même si le plateau sera moins alléchant cette année, et surtout le tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques dans la zone Asie et celui qui se déroulera aux Pays-Bas pour le dernier billet de la zone UEFA. Pour faire simple, début mars sera sous le signe de l'insomnie (ou des vacances) pour les fans de football féminin.

    Prometteur sur le papier, certainement intéressant d'un point de vue financier et médiatique, le nouveau tournoi amical international SheBelieves Cup, qui se déroulera aux Etats-Unis du 3 au 9 mars, pourrait cependant bénéficier d'un meilleur timing pour les équipes nationales telles que la France, pour laquelle le tournoi, qui devrait apporter son lot non négligeable de déplacements fatigants, est coincé entre un match de Coupe de France et une rencontre de championnat.


    Rappel du programme (heures françaises) :



    *Le tirage des quarts de finale réalisé hier (mardi 16) a toutefois été très favorable pour les trois équipes pourvoyeuses de joueuses en équipe de France que sont Lyon, Paris et Montpellier, puisque les trois clubs recevront les trois "petits poucets" respectivement Dijon (D2), Metz (D2) et Saint-Maur (actuellement 11e de D1).

    http://www.footdelles.com/article/Eq...e-_126603.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - FRANCE - GRÈCE au Roazhon Park à RENNES le 3 juin prochain

    L’Équipe de France féminine affrontera la Grèce le vendredi 3 juin (21h00) à Rennes, dans le cadre des éliminatoires à l’Euro de l’UEFA 2017.



    Elle y a déjà joué deux fois : en 1998 (victoire 3-2 face à l’Espagne), et en 2006 (1-1 contre l’Angleterre) alors appelé Stade de la Route de Lorient. Le Roazhon Park fait partie des onze stades présélectionnés pour la Coupe du Monde de la FIFA 2019. Un choix stratégique aussi sept jours avant l'Euro 2016 où aucun match de la compétition n'aura lieu dans l'Ouest de la France. Une ville que connaît bien par ailleurs Camille Abily pour y être née.


    BILLETTERIE

    A PARTIR DU 15 FÉVRIER – 14H00 :
    • Commercialisation vers le grand public via www.fff.fr et dans les magasins Carrefour ainsi que sur www.carrefourspectacles.fr, Partenaire Officiel des Equipes de France.
    • Commercialisation vers les licenciés sur www.fff.fr, rubrique billetterie.
    Tarif -30% dans la limite de 10 places par licencié.
    Commercialisation vers les abonnés du Stade Rennais sur www.fff.fr, rubrique billetterie. Tarif -30% dans la limite de 10 places par abonné avec un code promo réservé aux abonnés.
    • Commercialisation via la Ligue de Bretagne de Football sur http://footbretagne.fff.fr Tarif -30% pour les demandes à partir de 10 places.
    • Commercialisation via Le Club des Supporters : http://supporters.fff.fr
    • Commercialisation vers les CE / Groupe / Association. Téléphone 097 025 22 61 (coût d’un appel local) – [email protected]

    A PARTIR DU 22 FÉVRIER – 14H00 :
    • Commercialisation vers le grand public dans l’ensemble des réseaux FranceBillet et TicketNet
    • Commercialisation pour les PMR : [email protected] ou par téléphone au 0 820 00 00 35

    CONDITIONS COMMERCIALES :
    Places plein tarif : 25€ / 18€ / 12€ / 5€
    SAV : 097 025 22 61 – [email protected]

    Mardi 16 Février 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-FR...in_a12115.html

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Sur les derniers matchs j'étais également comme toi, mais ce matchla je l'ai trouvé mieux quand même, après, c'est peut être les matchs de l'OL masculin qui me fait baisser mon curseur d'attente :)

    Concernant les matchs de qualif, moi non plus je ne parles pas de changer la moitié de l'équipe, mais tu met 1 ou 2 jeunes d'entrée que tu remplaces par des titulaires si ça se passe mal et auquel tu ajoutes encore 1 ou 2 jeunes si ça se passe bien.

    Par contre je confirme, j'ai rarement vu quelque chose d'intéressant dans un match (que ce soit chez les filles ou les garçons) apres 5 ou 6 changements.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Envoyé par tasslehoff Voir le message
    Je te trouves un peu sévère sur ce match, la 1er mi-temps était moyenne, la 2eme déjà plus intéressante, quand elles se sont décidés à jouer plus à gauche avec Laure et Amel.
    Dans les moins, je mettrais Elodie, Louisa et bien sur MLD, cette dernière n'étant titulaire que par l'absence de ELS, je ne serais pas étonné que lors d'un prochain rassemblement, le sélectionneur tente une autre titulaire si Eugénie devait encore être absente.
    Pour Louisa, quand elle a le ballon dans les pieds, ça va, mais le problème, c'est que si le ballon est à 20cm, là, elle fait pas l'effort pour être la 1er dessus.
    Sévère mais juste, je me suis encore fait chier comme un rat mort en regardant un match des Bleues, comme depuis 6 mois... et je n'étais pas du tout le seul à le penser. Ça manque d'animation, d'envie, de folie, de peps... des choses qui ont disparu progressivement au fil des ans, je ne prends plus de plaisir à les regarder désormais, je le déplore...
    On ressent que l'absence d'Amandine au milieu a été vraiment préjudiciable, on a un manque d'impact (même si la bouchère d'Hamraoui fait son boulot là-dessus) et un manque de créativité qui se ressent vraiment sans elle. Camille a fait le boulot et est vraiment précieuse au milieu, même si elle ne fait plus des coups d'éclats comme autrefois, Louisa fait du Louisa et se complique encore trop la vie dès fois balle au pied.
    Devant, Elodie dans la lignée de ses dernières prestations en Bleue, transparente même s'il y a eu du léger mieux ; pour la première fois, Amel m'a déçu, beaucoup de mauvais choix balle au pied hier ; pour MLD, égale à elle-même, et encore plus esseulée qu'à l'accoutumée... mais ce qui me fait vraiment flipper, c'est si elle se blesse, vu que ELS est déjà blessée et Thiney exclue de la sélection, il n'y a absolument personne d'expérimentée pour reprendre le flambeau derrière au poste d'attaquante...
    Par contre, chose inhabituelle, j'ai pas trouvé notre charnière centrale sereine hier soir avec beaucoup trop d'approximations dans le placement ou la relance... faut dire que les Bleues ont eu du mal à jouer hier, avec le pressing exercé par les joueuses norvégiennes.

    Envoyé par tasslehoff Voir le message
    Là, je suis pas d'accord non plus. Si on choisi de faire des matchs contre des bonnes nations, c'est pour permettre à l'équipe titulaire de mieux gérer ces matchs là, en vue des grands tournois. Ça m'avait énervé qu'il mette une équipe si remanié contre les Pays Bas. Pour moi, les jeunes, faut qu'il les incorpore dans nos match de qualif qui sont des matchs facile, histoire de les mettre dans le bain.

    Sa compo de départ était logique, ses remplacements également, même si il aurait pu effectivement faire le 3eme. Faut dire, je n'aime pas non plus quand il y a plus de 3 changements dans un match, généralement, derrière les changements de masse, les match n'ont plus d’intérêt. (j'approuve juste dans les tournois amicaux ou ça joue tous les 2 jours)
    Nuance, je ne dis pas de mettre par exemple une équipe mixte jeunes/expérimentées à chaque fois ou même dans ce match contre la Norvège et dès le départ, mais d'en faire rentrer un maximum pendant des matchs amicaux, qui sont justement là pour faire des tests, faire tourner pendant les matchs, donner de l'expérience aux jeunes en les faisant jouer quelques minutes et faire grimper leur nombre de sélections... là, notre point de vue diffère totalement.
    Sinon, je ne dis pas non plus de faire 10 changements dans un match amical comme hier soir car il n'y a aucun intérêt, mais au moins 5-6 pour faire souffler nos joueuses cadres (essentiellement lyonnaises et parisiennes) car ce ne sont pas des machines non plus, elles se blessent de plus en plus avec l'accumulation des matchs ces dernières années, et un importantissime PSG-OL arrive en championnat (mauvais souvenir de l'autre ancienne bûcheronne parisienne de Krahn qui nous avait pété Camille en match amical lors d'Allemagne-France l'année dernière avant la triple confrontation OL-PSG, son absence nous avait été fortement préjudiciable). Là, je critique fortement sa gestion du groupe pendant le match hier soir au vu des évènements à venir...

    Par contre, ton raisonnement sur les matchs de qualifs aurait été juste il y a quelques années... mais depuis le début des qualifs de l'Euro 2017, on peine vraiment a gagner et avec la manière contre des équipes de 2ème ou 3ème division européenne dans notre groupe (j'exclus l'Albanie, en développement même si un 6-0 est un "petit" score contre elles) et si on se foire en ayant mis une compo où on a fait tourner, on sera bien marron...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu


    Résumé de Norvège-France (0-1).

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Norvège-France : correct mais sans plus
    Publié le 27 janvier 2016 | Equipe de France A
    Par La Rédaction



    Désormais après chaque match de l'équipe de France, vous pourrez retrouver notre article attribuant des notes sur dix aux joueuses tricolores avec une appréciation de leur match. Et des focus sur l'équipe adversaire ou certaines joueuses marquantes.


    Sarah Bouhaddi : 4

    Une frappe de Haavi repoussée et une tête claquée hors du cadre... A part ces deux actions, la gardienne tricolore n'a pas eu énormément d'arrêts à faire. Pour son retour et sa centième sélection, Sarah Bouhaddi n'a pas vraiment brillé et s'est montrée hésitante à plusieurs reprises, sur des sorties aériennes et quelques dégagements. Sauvée en fin de match par sa barre transversale.

    Laure Boulleau : 6
    Relativement active dans son couloir -encore plus en seconde période-, la latérale a été en place défensivement et a su couvrir ses axiales lorsque celles-ci étaient dépassées. Bien servie par Hamraoui, et après un bon contrôle, Boulleau s'est sans doute procurée la meilleure occasion des Bleues en première période (43e).

    Griedge Mbock : 5
    Si Griedge M'Bock a souvent été au contact des attaquantes adversaires et fait preuve d'application sur ses premiers ballons de relance, elle s'est parfois fait avoir à cause de son -re-placement et a eu pas mal de déchets dans son jeu long.

    Wendie Renard : 4,5
    Pas complètement sereine, la capitaine des Bleues a fait quelques sorties « hasardeuses » face à Hegerberg et a ouvert des espaces dans son dos. Si ses relances ont été correctes, Renard n'était pas spécialement dans un bon jour, et n'a pas apporté autant qu'à son habitude sur les coups de pieds arrêtés.

    Jessica Houara D'Hommeaux : 5,5
    Un peu à l'image de sa coéquipière Laure Boulleau, Jessica Houara a été relativement active dans son couloir. Si la Parisienne a manqué certaines passes à cause du pressing norvégien, elle a en revanche été précieuse dans ses retours défensifs (couverture) et dans la gestion de la profondeur.

    Kheira Hamraoui : 5,5
    Si tout n'a pas réussi à Hamraoui et qu'elle a commis un certain nombre de fautes -parfois inutiles-, elle a sans doute été la milieu la plus importante dans le système des Bleues, hier soir. La joueuse du PSG a été essentielle dans le « ratissement » et la récupération du ballon, mais a également offert de belles ouvertures, notamment la passe pour Boulleau à la 43e.

    Camille Abily : 4,5
    Pleine de bonne volonté, Camille Abily n'a par ailleurs pas réussi à se montrer et à se rendre suffisamment disponible dans le milieu de terrain tricolore. En mouvement mais souvent sans changements de rythme, la Lyonnaise n'a pas été très tranchante et a parfois manqué d'appuyer ses passes. Abily ne s'est finalement procurée qu'une occasion, en reprenant un corner de Necib au deuxième poteau (82e).

    Louisa Nécib : 5
    Un match correct, mais pas fou non plus. Nécib obtient la moyenne grâce aux efforts fournis dans ses appels et son envie de se rendre disponible pour l'équipe. La n°10 des Bleues a inscrit le penalty de la victoire (84e) et s'est procurée les occasions les plus franches (5e, 78e), mais a parfois manqué de justesse dans ses passes et a été très fragile, voire absente dans les duels.

    Elodie Thomis : 4,5
    Contrairement à ses habitudes, la Lyonnaise a eu du mal à prendre de vitesse son adversaire directe, et a donc peiné à se mettre véritablement dans son match. Avec une seule frappe -écrasée- à la 19e, Thomis n'a pas pu s'exprimer offensivement mais est restée disponible dans son couloir. La Lyonnaise a fait des efforts défensifs intéressants pour aider ses partenaires.

    Amel Majri : 4,5
    Un peu comme contre la Grèce, Amel Majri a beaucoup bougé mais sans forcément être efficace. Malgré tout, c'est elle qui provoque le penalty victorieux en fin de rencontre (84e). Rien de spécial même si comme toujours, Majri n'a pas rechigné à l'effort et s'est beaucoup déplacée.

    Marie-Laure Delie : 4
    Probablement la joueuse la moins en vue lors de la première période (une belle passe à Thomis à la 19e), Marie-Laure Delie a été poussive et n'a pas touché énormément de ballons. Si elle s'est rendue plus disponible en appui et en point de fixation après la mi-temps, Delie n'a pas eu une seule occasion franche. Son manque de temps de jeu en club se ferait-il ressentir chez les Bleues ?


    La Norvège
    L'équipe norvégienne a réussi à poser des problèmes à l'équipe de France, notamment en première période. L'impact dans les duels et le pressing exercé en zone médiane par les Scandinaves ont souvent été payants et synonymes de récupération de balle. En attaque, le duo Hegerberg/Hansen a mis à mal la défense centrale des Bleues à plusieurs reprises, grâce à la percussion (ou point de fixation) et à la prise d'espaces dans le dos de Renard et M'Bock. Si les Norvégiennes n'ont pas trouvé la faille, elles ont proposé un jeu plus posé et technique que par le passé, le rendant sans doute plus efficace et plus agréable à regarder.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...us_125581.html

    Laisser un commentaire:


  • tasslehoff
    a répondu
    Envoyé par Rem56 Voir le message
    Franchement, un match qui ne rentrera pas du tout dans les annales et dans la lignée de ce que l'on voit depuis 6 mois : chiant, lent, envie moyenne dans le jeu, apathique... mais encore une fois, ça gagne, et on ne va retenir que ça dans ce match.
    Je te trouves un peu sévère sur ce match, la 1er mi-temps était moyenne, la 2eme déjà plus intéressante, quand elles se sont décidés à jouer plus à gauche avec Laure et Amel.
    Dans les moins, je mettrais Elodie, Louisa et bien sur MLD, cette dernière n'étant titulaire que par l'absence de ELS, je ne serais pas étonné que lors d'un prochain rassemblement, le sélectionneur tente une autre titulaire si Eugénie devait encore être absente.
    Pour Louisa, quand elle a le ballon dans les pieds, ça va, mais le problème, c'est que si le ballon est à 20cm, là, elle fait pas l'effort pour être la 1er dessus.

    Envoyé par Rem56 Voir le message
    Encore une fois, Bergeroo nous incorpore des jeunes et ne les fait pas jouer... il n'a fait que 2 changements alors que la Norvège en a fait 5 et a tourné dans ce match amical. On lui explique le truc, que si les jeunes veulent de l'expérience, il faut qu'elles jouent des matchs tests comme celui-ci pour espérer progresser et pas par la force du Saint-Esprit ???
    Non seulement, il épuise nos internationales titulaires mais en plus, les jeunes ne jouent pas. Faut qu'on lui explique ou pas ??? :rolleye::rolleye::rolleye:
    Là, je suis pas d'accord non plus. Si on choisi de faire des matchs contre des bonnes nations, c'est pour permettre à l'équipe titulaire de mieux gérer ces matchs là, en vue des grands tournois. Ça m'avait énervé qu'il mette une équipe si remanié contre les Pays Bas. Pour moi, les jeunes, faut qu'il les incorpore dans nos match de qualif qui sont des matchs facile, histoire de les mettre dans le bain.

    Sa compo de départ était logique, ses remplacements également, même si il aurait pu effectivement faire le 3eme. Faut dire, je n'aime pas non plus quand il y a plus de 3 changements dans un match, généralement, derrière les changements de masse, les match n'ont plus d’intérêt. (j'approuve juste dans les tournois amicaux ou ça joue tous les 2 jours)

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Franchement, un match qui ne rentrera pas du tout dans les annales et dans la lignée de ce que l'on voit depuis 6 mois : chiant, lent, envie moyenne dans le jeu, apathique... mais encore une fois, ça gagne, et on ne va retenir que ça dans ce match.

    Encore une fois, Bergeroo nous incorpore des jeunes et ne les fait pas jouer... il n'a fait que 2 changements alors que la Norvège en a fait 5 et a tourné dans ce match amical. On lui explique le truc, que si les jeunes veulent de l'expérience, il faut qu'elles jouent des matchs tests comme celui-ci pour espérer progresser et pas par la force du Saint-Esprit ???
    Non seulement, il épuise nos internationales titulaires mais en plus, les jeunes ne jouent pas. Faut qu'on lui explique ou pas ??? :rolleye::rolleye::rolleye:

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Foot Bleues
    Wendie Renard : «C'était compliqué» contre la Norvège (1-0)

    Le 27/01/2016 à 00:09:00 | Mis à jour le 27/01/2016 à 00:17:31

    La capitaine des Bleues Wendie Renard reconnaît que le succès contre la Norvège mardi soir (1-0) fut difficile à obtenir, en raison de l'opposition relevée et du manque de repères liés au nouveau schéma tactique utilisé.


    «Quelle analyse faites-vous de ce match face à la Norvège ?

    Ce fut un match difficile face à une bonne équipe de Norvège qui prépare son tournoi qualificatif aux Jeux Olympiques, début mars. Ce ne fut pas simple mais on a eu plus d’occasions qu’elles même si elles touchent la barre en fin de match. On a fait une grosse seconde période. En première, on les a laissées trop jouer et il y avait trop d’espaces entre nos lignes, on s’est repris ensuite et on obtient ce penalty qui nous permet de gagner.

    Justement sans ce fait de jeu, on ne voit pas trop comment vous auriez pu l’emporter...
    Oui, c’est vrai. C’était compliqué. On a eu de nombreuses occasions mais il n’y avait pas assez de présence devant le but. Ça a été compliqué. C’est rare qu’on siffle un penalty en notre faveur et on a pu voir ce soir que l’arbitre a fait un peu n’importe quoi. Amel (Majri) a bien provoqué et Louisa (Necib) l’a bien tiré. Bien sûr, il y a des choses à améliorer.

    Vous évoluiez dans un nouveau schéma tactique. Comment vous êtes-vous senties dans ce 4-2-3-1 ?
    Tout est nouveau. On entame une nouvelle année et le coach a décidé de jouer dans ce dispositif. Ça change pour quelques joueuses. Amel (Majri), par exemple, évoluait plus haut que d’habitude. On a manqué d’automatismes mais quand on ne s’entraîne pas au quotidien ensemble, ça demande du temps. Il y a des choses positives. On a été récompensées de nos efforts avec cette provocation et ce penalty obtenu par Amel.

    «PSG-Lyon ? Bien sûr que c'est dans un coin de la tête !»

    Ce 4-2-3-1 s’explique par l’absence d’Eugénie Le Sommer. La rencontre confirme qu’elle est indispensable à l’attaque des Bleues ?

    Oui quand on connaît ses qualités, on sait que c’est une joueuse qui compte énormément. Après, je ne sais pas si le coach a choisi ce schéma parce qu’elle était absente. Il faudrait le lui demander (rires) ! Pour nous, c’était intéressant de changer. Mais on a trop reculé, trop attendu. Il faut continuer à travailler.

    Maintenant, on se projette sur PSG-Lyon, la finale du Championnat de France, le 5 février ?
    (rires) Avant ce match, il y a la rencontre de Coupe de France qu’il ne faut pas négliger, ce week-end. Mais bien sûr que c’est dans un coin de la tête. On sait que ce sera le tournant de la saison. On va bien se préparer pour ça.»

    C. Ga.

    http://www.lequipe.fr/Football/Actua...mplique/628568

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Jessica HOUARA D'HOMMEAUX : "On a su répondre présente et le gagner"

    La latérale droite des Bleues est revenue sur la victoire tricolore, la défense inviolée et le retour de Sarah Bouhaddi à l'occasion du match Norvège - France remporté 1-0 à la Manga.


    Jessica Houara d'Hommeaux à la lutte avec Emilie Haavi

    Aucun but encaissé

    C'était important de ne pas prendre aujourd'hui. Je pense que l'on a été solide face à une très bonne équipe de Norvège qui prépare ses qualifications aux J.O. C'était un match difficile où on a su répondre présente et le gagner. C'est bien pour la confiance.

    Première période difficile
    La Norvège nous a beaucoup plus pressé en première période. C'était difficile de poser notre jeu. En plus, on faisait quelques erreurs techniques. En deuxième mi-temps, elles nous ont laissé plus d'espaces, on a pu plus poser notre jeu et avoir des occasions.

    Peu d'occasions dans cette rencontre
    C'est une déception même si on en a eu quelques unes. On a eu des occasions de centres. Il y a la frappe de Laure (Boulleau) en première mi-temps, un ou deux face-à-face et l'occasion de Louisa (Necib) en deuxième. Contre une grosse équipe solide comme la Norvège qui est bien en place tactiquement, avoir quatre occasions franches, c'est déjà bien après il faut qu'on les mette au fond plus facilement pour se rendre le match plus facile. C'est un peu notre pêché mignon.

    Le jeu d'Ada Hegerberg
    On connait ses qualités d'Ada, on sait que c'est une très grande joueuse, une très jeune joueuse aussi. On savait que c'était leur arme offensive mais il y avait aussi la n°10 Hansen qui était très bonne et que l'on a beaucoup vu en première période. Quand Hansen est sortie, cela nous a fait un peu de bien car elles nous ont laissé plus le ballon. Cette équipe a aussi des atouts en plus d'Ada même s'il est sûr qu'elle est très une grande joueuse, et qu'elle peut devenir l'une des meilleures du Monde.

    Le retour de Sarah Bouhaddi
    On n'a jamais eu aucun doute sur Sarah, on sait toutes les qualités qu'elle a. C'est une des très grandes gardiennes, l'une des meilleures du monde, elle a déjà prouvé maintes et maintes fois. Elle nous a fait un grand match en nous sauvant deux/trois occasions avec des arrêts qui font du bien. C'est bon d'avoir une "Sarah" comme ça, car si on a une "Sarah" qui n'encaisse pas de but, on ne perd pas de match.

    Propos recueillis par Sébastien Duret

    Mercredi 27 Janvier 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Je...er_a12028.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Hamraoui : "On pense toutes aux Jeux olympiques"
    Publié le 26 janvier 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    A la sortie du terrain après cette première victoire de 2016 face à la Norvège à La Manga (1-0), la satisfaction régnait dans les rangs de l'équipe de France. Des Bleues, à l'image de Kheira Hamraoui, qui sont désormais concentrées sur l'objectif olympique.


    Vous débutez cette année olympique par une victoire face à la Norvège, quel sentiment domine après ce succès ?
    K.H :
    « On est très contentes. Ce résultat est très positif surtout que le match a été compliqué notamment pendant l'entame. Mais on s'est vite remises dedans après cinq minutes de jeu.

    Un contexte de match amical en janvier, malgré cela, on a senti de la motivation au sein de l'équipe de France ?
    - Oui c'est sûr, dans nos têtes on pense toutes au Jeux olympiques, on est très motivées et on aborde tous les matches, mêmes les matches amicaux, avec beaucoup de sérieux.

    Au retour des vestiaires, vous avez décidé de passer plus par les côtés et jouer plus haut, c'était une consigne de l'entraîneur ?
    - Oui dans les vestiaires on s'est dit qu'il fallait aller jouer plus haut, aller les embêter car on les avait trop laissées jouer en première période. Cela nous avait posé beaucoup de problèmes. On a passé la plupart du temps dans leur camp et cela a fini par se concrétiser.

    La Norvège était donc un bon test en vue des échéances à venir ?
    - Oui c'est un bon test, c'est une très belle équipe avec beaucoup d'impact. On a dû être vigilantes.

    Désormais place aux clubs, à la Coupe de France et au choc face à Lyon le 5 février à Charléty.
    - Oui après l'équipe de France c'est le retour dans les clubs. On va se remettre dans notre bulle pour pouvoir travailler pendant presque deux semaines. Evidemment, on va préparer cette rencontre pour s'imposer et recoller au classement. Qui va jouer pour perdre ! En plus, on va jouer à domicile, c'est une raison de plus pour bien préparer ce match. »

    http://www.footdelles.com/article/Eq...es_125507.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues : une rentrée gagnante
    Publié le 26 janvier 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    Pour son premier match de cette année olympique, l'équipe de France féminine s'est imposée 1-0 face à la Norvège à La Manga (Espagne). Si tout n'a pas été parfait dans ce match de rentrée, les Bleus ont montré de l'envie et ont réussi à répondre au défi tactique et physique proposé par la 10e nation mondiale.


    Pendant une heure et demi, on s'est cru au bord de la pelouse, presque assis à côté de Philippe Bergerôo sur le banc de touche. A entendre les voix des Bleues se donner des consignes, se parler pour mieux se placer. Comme à l'entrainement. Et pour cause le stade de La Manga qui accueille ce match amical de rentrée 2016 Norvège-France, est un complexe dédié à l'entrainement donc avec une faible capacité d'accueil du public.

    Le potentiel norvégien

    Un manque de spectateurs qui n'a pas démotivé les Scandinaves. Comme attendu, les coéquipières d'Ada Hegerberg imposent d'entrée un défi physique dans les duels. Leur pressing très haut empêche les Bleues de ressortir proprement le ballon. Et comme attendu le duo Hegerberg-Hansen montre toute sa complémentarité et son potentiel qui ne fait que se dévoiler. En première période, leurs appels ont perturbé la défense tricolore qui a plusieurs fois été sauvée par des couvertures de Jessica Houara d'Hommeaux ou Laure Boulleau.
    Dans cette première période, ce sont pourtant les Bleues qui se procurent la première situation dangereuse par l'intermédiaire de Louisa Necib. Mais la frappe de la milieu de terrrain lyonnaise, replacée dans l'axe pour l'occasion, trop écrasée n'inquiète pas Fiskerstrand (5'). Les Norvégiennes lui répondent à deux reprises. Tout d'abord par Hegerberg d'une tête non cadrée suite à un coup franc (24'), puis par Haavi qui oblige Bouhaddi à la parade (30'). A part ça, les Bleues ne réussissent pas toujours à se projeter rapidement vers l'avant à la récupération du ballon et sont trop imprécises sur certaines séquences de jeu. Pourtant, la défense norvégienne laisse de l'espace dans son dos. Comme l'a montré cette passe de Kheira Hamraoui par-dessus dans la surface de réparation pour Laure Boulleau dont la frappe est déviée par Fiskerstrand (43'). Une action de fin de première période où les Bleues réussissent à mieux répondre au pressing norvégien.

    De l'intensité et de la réussite

    Au retour des vestiaires, Hansen et Ronning, qui régulait bien le tempo du milieu de terrain, cèdent leurs places. La tendance s'inverse. C'est au tour des Bleues de prendre la possession du terrain et aux Norvégiennes de connaître quelques difficultés pour ressortir proprement le ballon. Les coéquipières de Wendie Renard utilisent beaucoup plus les couloirs avec Laure Boulleau notamment qui bénéficie de beaucoup d'espace.
    Les Bleues auraient même pu faire la différence sur une grosse erreur de relance de la défense scandinave mais Louisa Necib perd son duel face à Fiskerstrand (78'). La numéro 14 tricolore a l'occasion de se rattraper quelques minutes plus tard sur penalty. Après une faute sur Amel Majri, Necib prend parfaitement à contre-pied la portière norvégienne (84'), inscrivant là son trente-quatrième but sous le maillot bleu. Dans les toutes dernières secondes, Sarah Bouhaddi, battue sur sa sortie aérienne, sera sauvée par sa barre transversale sur un corner norvégien.
    Finalement, l'équipe de France entame donc son année olympique par une victoire 1-0 face à la 10e nation mondiale. Tout n'a pas été parfait pour cette rentrée au cours de cette rencontre, mais le succès permettra de garder de la confiance après une opposition et une équation tactique pleine d'enseignements.


    LA FEUILLE DE MATCH

    Composition d'équipes :

    FRANCE

    Bouhaddi - Houara Mbock Renard (cap) Boulleau – Thomis (Léger 72') Hamraoui Abily Necib Majri – Delie (Lavogez 66').

    NORVÈGE
    Fiskerstrand – Moe Wold, Skammelsrud, Holstad, Thorsnes – Minde, Mjelde (Stensland 66'), Rønning, Haavi - Ada Hegerberg, Hansen (Hegerberg 46').

    But(s) : Necib (84')


    Crédit photo : fff.fr

    http://www.footdelles.com/article/Eq...te_125506.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - NORVÈGE - FRANCE : 0-1, une première victoire pour débuter l'année

    En match amical à La Manga (Espagne), les Bleues se sont imposées 1 à 0 face à la Norvège grâce à un but de Louisa Necib sur penalty en fin de rencontre.


    2016 débute par une victoire sur un but de Louisa Necib


    Pour cette première rencontre amicale de l'année 2016 entre la Norvège et la France, les deux équipes avaient pour objectif de préparer les futurs Jeux Olympiques de Rio. Mais si les Françaises ont déjà décroché leur billet lors de la Coupe du Monde au Canada, les Norvégiennes tenteront d'y parvenir lors du tournoi qualificatif début mars aux Pays-Bas avec également la Suède et la Suisse. Un match de reprise avec des Norvégiennes dans leur camp de base hivernal de La Manga qui avaient déjà eu l'occasion de disputer une rencontre facilement remportée face à la Roumanie (6-0) alors que pour les Bleues, rassemblées depuis vendredi soir, la préparation de ce match avait été plus courte.

    Hamraoui titulaire


    Amel Majri, milieu gauche


    Philippe Bergerôo alignait dans le but Sarah Bouhaddi qui effectuait sa reprise en Bleue depuis son opération à l'épaule et fêtait à cette occasion sa 100e sélection. Griedge Mbock était à nouveau titulaire aux côtés de la capitaine Wendie Renard, de retour de blessure, alors que les latérales Houara d'Hommeaux et Boulleau complétaient la ligne défensive. En l'absence d'Amandine Henry, Kheira Hamraoui débutait la rencontre pour la 4e fois en 24 sélections A, la dernière remontant au 25 octobre 2014. Camille Abily était à ses côtés comme milieu défensif. Elodie Thomis à droite, Amel Majri positionnée à gauche prenaient les couloirs alors que Louisa Necib retrouvait un poste de numéro 10, alors que Marie-Laire Delie était à la pointe de l'attaque.

    Bouhaddi décisive pour sa 100e sélection


    Delie n'a pas trouvé la faille


    C'est une première période sans rythme à laquelle on assista. Le milieu de terrain français eut du mal à conserver le ballon et imposer son rythme. Les Norvégiennes en profitaient pour récupérer souvent le ballon et se projeter rapidement vers l'avant avec notamment la Lyonnaise Ada Hegerberg. Elle inquiétait Sarah Bouhaddi sur un ballon aérien avec une reprise qui terminait au dessus du cadre (24e). Emilie Haavi était ensuite bien servie par Ada Hegerberg et plaçait un crochet devant Jessica Houara d'Hommeaux avant d'armer une frappe que Sarah Bouhaddi repoussait d'un arrêt réflexe (30e). La plus belle occasion de cette première période, que Laure Boulleau imitait sur un service de Kheira Hamraoui mais là aussi la gardienne repoussait (43e). Les autres tentatives de part et d'autre ne donnaient rien, la faute à trop de passes interceptées.

    Necib débloque la situation sur penalty

    La France revenait avec de meilleures intentions et le même onze. Il restait cependant à les concrétiser en occasion. Et si Renard manquait une opportunité de la tête (53e), la France n'allait pas avoir beaucoup d'occasions. Les entrées de Lavogez et Léger rajeunissaient l'attaque mais c'est Louisa Necib pour sa 135e sélection qui avait la plus belle action en interceptant un ballon dans la défense pour enchaîner par une frappe où la gardienne était décisive (78e). La Norvégienne répondait deux minutes après sur une tête en cloche que Sarah Bouhaddi devait sortir du bout des doigts en corner (80e). Et alors que le match nul semblait logique, une faute de la grande soeur Hegerberg, Andrine, commise sur Amel Majri, permettait aux Bleues d'obtenir un penalty. Louisa Necib le transformait d'un contre-pied parfait (0-1, 84'). Le premier but encaissé par le sélectionneur norvégien Roger Finjord depuis sa prise de fonction en août dernier. Le dernier sursaut norvégien était l'occasion pour Utland de reprendre un corner de la tête mais elle trouvait la transversale (90e).

    La France débute son année 2016 par une victoire. Si l'attaque n'a pas été très dangereuse, la défense n'a pas concédé de but. Les prochains rendez-vous en mars aux Etats-Unis face à l'Allemagne, les Etats-Unis et l'Angleterre seront l'occasion de juger du potentiel actuel des Bleues.


    Mardi 26 janvier 2016 - 21h00
    NORVÈGE - FRANCE : 0-1 (0-0)
    Los Belones (La Manga) [Espagne]
    Temps nuageux - Terrain moyen
    Spectateurs : 80
    Arbitres : Elia Maria Martinez Martinez (Espagne) assistée de Yolanda Parga Rodriguez (Espagne) et Guadalupe Porras Ayuso (Espagne). 4e arbitre : Maria Dolores Martinez Madrona (Espagne)
    But : Louisa NECIB 84' s.p.
    Aucun avertissement

    NORVÈGE : 12-Cecilie Fiskerstrand ; 13-Ingrid Moe Wold, 3-Marita Skammelsrud Lund, 11-Nora Holstad Berge, 16-Elise Thorsnes (9-Synne Sofie K. Jensen 46') ; 19-Kristine Minde, 6-Maren Mjelde (cap.) (4-Ingvild Stensland 66'), 7-Trine Rønning (8-Andrine Stolsmo Hegerberg 46'), 20-Emilie Bosshard Haavi (14-Gry Tofte Ims 73') ; 21-Ada Stolsmo Hegerberg, 10-Caroline Graham Hansen (2-Lisa-Marie Karlseng Utland 46'). Entr.: Roger Finjord
    Non utilisées : 23-Kristine Nøstmo, 5-June Renate Pedersen, 15-Kristine Bjørdal Leine, 17-Anja Sønstevold, 18-Stine Reinas, 24-Silje Blakstad
    FRANCE : 16-Sarah Bouhaddi ; 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 19-Griedge Mbock Bathy Nka, 2-Wendie Renard (cap.), 3-Laure Boulleau ; 10-Camille Abily, 23-Kheira Hamraoui ; 12-Elodie Thomis (13-Marie-Charlotte Léger 72'), 14-Louisa Necib, 22-Amel Majri ; 18-Marie-Laure Delie (11-Claire Lavogez 66'). Entr.: Philippe Bergerôo
    Non utilisées : 1-Laëtitia Philippe, 21-Karima Benameur, 4-Laura Georges, 5-Sabrina Delannoy, 7-Charlotte Bilbault, 9-Viviane Asseyi, 15-Elise Bussaglia, 17-Aurélie Kaci, 20-Delphine Cascarino

    Mercredi 27 Janvier 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-NO...ee_a12027.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Ada Hegerberg : "Un vrai test avant les Jeux olympiques"
    Publié le 26 janvier 2016 | Top News
    Par Benjamin ROUX pour Foot d'Elles



    Alors que son équipe disputera ce soir un match amical face à la France, Ada Hegerberg, attaquante de l'Olympique Lyonnais et de la Norvège, s’apprête à rencontrer ses coéquipières de club. Avec une qualification pour les Jeux olympiques dans un coin de sa tête, la Norvégienne de 20 ans se réjouit de ce match test face à une grande nation. Interview.


    Vous allez rencontrer l'équipe de France ce soir. Quelle idée vous faites-vous de cette opposition ?
    A.H :
    « Tout d'abord, j'ai vraiment hâte de disputer ce match, car c'est une des meilleures équipes du monde. Elles pratiquent un jeu de qualité, et nous allons pouvoir nous tester en vue des échéances à venir. C'est un bon challenge pour nous. Pour obtenir un résultat positif, il faudra nécessairement montrer le jeu que nous développons depuis le mois de septembre dernier. Je trouve que nous avons fait de gros progrès, et nous allons pouvoir montrer tout cela ce soir. Je m'attends à un grand match de foot.

    Est-ce particulier pour vous de jouer un match international face à cette équipe, dans le sens où vous serez finalement "seule" face à une armada de Lyonnaises ?
    - En effet, c'est un peu spécial. Ce sont des joueuses qui sont devenues mes amies à Lyon, mais je pense qu'il faut mettre cela de côté lorsque l'on porte le maillot de sa sélection nationale. Je serai concentrée dans l'optique de faire une bonne prestation. Pour l'emporter, nous devrons effectuer un gros travail toutes ensemble, comme lors de toute autre partie. Evidemment, le contexte change un petit peu, nous allons pouvoir discuter, être entre nous avant le match... Cependant, lorsque l'arbitre sifflera le coup d'envoi, tout le monde sera concentré, et nous devrons tout donner pour l'emporter.

    « Un bon challenge pour nous »

    Quel enjeu aura véritablement ce match pour la Norvège ?

    - Cela sera une opposition très importante. Même si c'est un match amical, nous devrons jouer à notre meilleur niveau. C'est notre dernier challenge avant de s'attaquer aux qualifications pour les Jeux olympiques. Tout au long de l'année, nous n'avons que peu d'occasions de disputer des matches de haut niveau avec nos sélections respectives. Lorsque l'occasion se présente, il faut savoir la saisir. Nous devrons nous servir de ce match pour progresser. L'équipe de France possède des joueuses de talent, et je pense que c'est l'occasion rêvée de se confronter à ce qui se fait de mieux actuellement dans le football féminin international.

    Que retenez-vous du jeu pratiqué par l'équipe de France ?
    - Je prends toujours beaucoup de plaisir à disputer des matches face à de telles joueuses. C'est une formation qui insiste énormément sur la possession de balle, à l'image de ce que nous pouvons faire à Lyon. Je trouve que la force de cette nation est de posséder un bon équilibre au sein de l'équipe. Elles attaquent et défendent ensemble. C'est un style de jeu auquel je suis habituée, et nous allons tout donner pour justement tenter de déséquilibrer les plans de l'entraîneur adverse.

    Pour voir plus loin, quels seront vos objectifs avec l'équipe nationale de Norvège pour l'année 2016 ?
    - Il faudra avant tout se concentrer sur les Jeux Olympiques. Nous devrons parvenir à nous qualifier, c'est notre principale ambition. Dès ce mardi face à la France, nous aurons un vrai test avant ces JO. Cette compétition est un immense challenge pour une équipe comme la nôtre, et je pense que nous avons les capacités pour prétendre à un tel objectif. Je suis contente de voir que l'équipe de Norvège est soudée, et que l'état d'esprit est très bon. Mes coéquipières, comme moi-même d'ailleurs, sont toutes tournées vers le même objectif, et c'est ce qui fait que nous possédons une vraie force. Tout au long de cette année 2016, et lors des différentes échéances auxquelles nous devrons faire face, nous devrons nécessairement être une équipe solide et collective pour réussir. »


    Propos recueillis par Benjamin Roux
    Crédits photos : UEFA.


    http://www.footdelles.com/article/Au...es_125410.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues : des essais, mais pourquoi ?
    Publié le 25 janvier 2016 | Equipe de France A
    Par La Rédaction



    Avec la convocation de Delphine Cascarino, le sélectionneur de l'équipe de France féminine, Philippe Bergerôo, a ouvert les portes de la maison bleue à une nouvelle jeune attaquante. Un choix qui soulève une question : pourquoi ces essais ne sont ciblés que sur le secteur offensif ? Explications.


    En équipe de France, tout le monde a-t-il vraiment sa chance ? On peut effectivement se poser la question. Si, depuis qu'il est sélectionneur, Philippe Bergerôo a convoqué quelques jeunes joueuses avec du potentiel, toutes n'ont pas eu le « privilège » et le temps de montrer leurs qualités. Le but de ces convocations est alors peut-être davantage de tester la joueuse et de la découvrir dans un cadre différent de celui de son club. Pourquoi pas. Mais reste à savoir si la priorité de Philippe Bergerôo et de l'équipe de France est d'observer pour préparer l'avenir, ou d'avoir le groupe le plus performant possible à chaque rassemblement. Un mélange des deux.
    Dernier exemple en date : Delphine Cascarino, la surprise de la liste pour Norvège-France. En effet, malgré un temps de jeu relativement faible en D1 et aucune rencontre disputée face aux cadors du championnat (huit matches joués, aucune titularisation), la jeune attaquante de l'OL a été convoquée par le sélectionneur des Bleues.

    Bergerôo et la notion de groupe

    S'il est rare de trouver un sélectionneur qui fasse l'unanimité au niveau de ses choix, les questions existent sur la logique de Philippe Bergerôo pour composer son groupe. Depuis le début de la saison, le sélectionneur des Bleues a parfois fait appel à des joueuses qui avaient peu de temps de jeu et de rythme avec leurs clubs. Kheira Hamraoui et Marie-Laure Delie en sont deux exemples. Avec respectivement seulement sept matches de D1 pour la première (cinq titularisations) et dix pour la seconde (quatre titularisations, quatre buts), le manque de temps de jeu pourrait s'avérer problématique à une moment de la saison. Toutefois, une marque de confiance, un encouragement à ne pas lâcher, peut s'avérer être une stratégie payante pour garder ces joueuses concernées. Surtout lorsqu'elles occupent une certaine place dans le groupe, même si Bergerôo a prévenu que le manque de temps de jeu pourrait être problématique à moyen terme. Pour l'instant aucune conséquence dans les faits. En revanche, qu'en est-il pour celles qui jouent et « performent » avec leurs clubs mais semblent « oubliées » des listes d'équipe de France ?

    Pas de test en défense

    Ces six derniers mois, certaines cadres tricolores ont connu la blessure. À l'image de Wendie Renard, Amandine Henry, ou encore Laura Georges. Des joueuses blessées qui n'ont pas forcément été remplacées par une autre évoluant au même poste...« Finalement la défense est la ligne qui ne bouge pas ou en tout cas pas avec de "nouvelles" joueuses, quitte à mettre Sabrina Delannoy ou Griedge M'Bock Bathy en latérale alors que ce n'est pas leur poste de prédilection », analyse Sandrine Dusang, consultante Foot d'Elles.
    Contrairement à Charlotte Bilbault, la réserviste Julie Soyer n'a plus fait d'apparition dans le groupe depuis la fin de la préparation de la Coupe du monde. A 31 ans, la latérale de Juvisy ne rentrerait pas, a priori, dans les plans d'avenir du sélectionneur. En défense centrale, Kelly Gadéa (24 ans) réalise une saison complète à Montpellier (12 titularisations). Elle doit y être pour quelque chose si le MHSC possède la deuxième meilleure défense de D1. Pourtant, elle n'a plus été appelée chez les A depuis juillet 2012. Enfin dans le domaine offensif, là où Philippe Bergerôo s'est laissé tenter par les essais. Pas de Camille Catala (cinq réallsations en D1) ou de Julie Peruzzetto (huit buts). Pourtant, le sélectionneur a identifié depuis bien longtemps le mal français : l'efficacité devant le but. Ce qui a d'ailleurs coûté une place en demi-finale de la dernière Coupe du monde. Avec l'émergence de Marie-Charlotte Léger et Clarisse Le Bihan, il semble avoir trouvé des qualités qui lui conviennent.

    Dans ce processus, on peut y voir aussi la volonté du staff de garder l'ossature de son groupe. D'autres sélectionneurs d'autres équipes par le passé ont soutenu que leur ligne de conduite était, non pas de prendre le meilleur élément à chaque poste, mais d'excellents éléments qui pouvaient aussi s'intégrer au mieux dans le collectif.

    http://www.footdelles.com/article/Eq...i-_125422.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    D. Cascarino : "Je me suis dit que c'était une erreur"
    Publié le 25 janvier 2016 | Equipe de France A
    Par Anthony Rech pour Foot d'Elles



    En marge de la rencontre amicale à La Manga (Espagne) face à la Norvège, Philippe Bergerôo a donc convoqué pour la première fois la jeune lyonnaise Delphine Cascarino. A 18 ans, l'attaquante fait ses premiers pas dans la maison bleue.


    Comment avez-vous appris cette première convocation chez les Bleues ?
    D.C :
    « Je l'ai apprise par mail car j'étais sur mon téléphone. Au début, je ne m'y attendais pas du tout, je me suis dit que c'était peut-être une erreur. Je me suis dit : "C'est bizarre parce que les U19, notre prochain rassemblement se déroule en mars". Donc je suis allée de voir la liste et j'ai vu les grandes joueuses qui y figuraient dessus. Me voir, c'était une fierté, une satisfaction, et une surprise.

    Quel est votre objectif pendant ce rassemblement ?
    - J'essaie de donner le meilleur de moi-même pour montrer de quoi je suis capable. Entre guillemets, je suis en test, j'essaie de tout donner pour laisser une bonne impression et être rappelée.

    Philippe Bergerôo dit qu'il prépare aussi l'avenir, pensez-vous pouvoir faire partie de l'avenir de l'équipe de France ?
    - En tout cas, je l'espère. Il faut encore que je progresse et j'espère que je vais y participer.

    Croyez-vous pouvoir vous immiscer dans le groupe pour les JO ?*
    - Oui j'espère après je me dis que j'ai encore le temps. Ce serait super bien. Je sais que cela va être dure, et qu'il y a de la concurrence.

    Quelles différences y-a-t-il entre les équipes de France jeunes et la sélection A ?
    - En U19, c'est un peu plus strict. Là, on est un peu plus libre. Au niveau de l'entrainement, il y a une grande différence avec les U19 mais pas tellement par rapport au club car il y a beaucoup de Lyonnaises en équipe de France et des internationales. Le premier entrainement ici était un peu plus stressant.

    Vous avez été sacrée championne du monde U17 en 2012, quel souvenir gardez-vous de cette compétition et de ce titre ?
    - La joie, car on avait un bon groupe, on rigolait bien ensemble. Même si j'étais un peu plus jeune que les autres. On m'a bien intégrée. Et puis la victoire au bout : rien de plus parfait.

    Avec toutes vos coéquipières de l'Olympique Lyonnais, votre intégration a dû être facilitée ?
    - Je ne suis pas dépaysée, c'est presque comme en club. Il y a beaucoup de Lyonnaises qui me conseillent. Il y a Camille Abily qui me donne des conseils et Amel Majri car elle a été jeune comme moi et elle me conseille beaucoup. Elles me disent de rester comme je suis, de ne pas en faire trop pour essayer de montrer trop. »*


    *Pour un tournoi olympique, le sélectionneur doit fournir une liste restreinte de dix-huit joueuses.
    NB : Cette saison, en Division 1, Delphine Cascarino a participé à huit matches, sans jamais être titulaire, pour 314 minutes de temps de jeu. Elle a inscrit deux buts.

    Crédit photo : uefa.com


    http://www.footdelles.com/article/Eq...ur_125418.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    Bleues - Laëtitia PHILIPPE : "Je peux encore progresser"

    Internationale dans toutes les catégories jeunes, Laëtitia Philippe a rejoué avec les Bleues en octobre dernier après plus de trois ans d'absence. Convoquée pour le match face à la Norvège, elle évoque sa saison.


    Laëtitia Philippe en séance avec Albert Rust (photo Antonio Mesa/FFF)


    La gardienne montpelliéraine ne compte que 4 sélections en équipe de France A dont deux comme titulaire, mais le maillot tricolore, elle le connait depuis des années et un premier match en U17 en 2006. Laëtitia Philippe a d'ailleurs participé à un Euro U17 (en 2007, défaite en finale contre l’Allemagne 0-3), une Coupe du Monde U17 (2008), une autre en U20 (2012) et à deux championnats d’Europe des moins de 19 ans, le 1er perdu en demi-finale contre la Suède en 2009, le second remporté l’année suivante, en Macédoine face à l'Angleterre. "Un souvenir magnifique, se souvient-elle interrogée sur mhscfoot. En plus, j'arrive là-bas blessée, je rate le premier match puis ensuite on va au bout. Ces échéances internationales ont été très formatrices pour moi. Il y a plus d'intensité, le niveau est plus élevé… Ça permet de découvrir un autre football aussi rencontrer des équipes sud-américaines ou asiatiques par exemple…". Présente à la Coupe du Monde 2011 en Allemagne et aux JO de Londres en 2012 avec l’Equipe de France, elle a connu des périodes plus difficiles par la suite en raison de blessure.

    "Les blessures m’ont fait grandir"


    Lors du match à Jean Bouin face aux Pays-Bas (photo Fred Grando/LMP)


    Mais c'est plus forte qu'elle est revenue de ces douloureuses expériences. "Je me dis que c'était peut-être un mal pour un bien". Aujourd'hui, elle espère bien rester au haut niveau et tutoyer de nouvelles expériences internationales. "Les blessures m’ont fait grandir, je me sens plus forte mentalement. Aujourd’hui, je me sens bien, les matchs s’enchainent, on ne prend pas beaucoup de buts, les résultats sont là".

    Alors Laëtitia profite de ces instants : "Ça fait plaisir de revenir après une grosse blessure. J'ai travaillé pour retrouver mon meilleur niveau. Cette saison, je profite de pouvoir jouer tous les matchs". Le point d'orgue a été de rejouer avec la sélection lors du match France - Pays-Bas (1-2) trois ans et demi après le précédent : "Il manquait pas mal de joueuses cadres. C'était vraiment une bonne équipe des Pays-Bas. J'étais contente de pouvoir rejouer en équipe de France. C'était une fierté de remettre le maillot et de jouer". Malgré la défaite et les deux buts encaissés, le bilan est satisfaisant sur le plan individuel : "J'ai eu des bons retours sur mon match. Cela fait toujours plaisir d'avoir des retours positifs".

    Les JO 2016 "dans un coin de la tête"

    Laëtitia mise beaucoup sur cette bonne saison en club pour continuer ce cercle vertueux : "Pour être appelée en sélection, il faut faire de bonnes performances en club. Ça passe forcément par les matchs de championnat et c'est vrai que le fait de ne pas avoir encaissé beaucoup de buts cette saison, ça compte". Malgré la défaite face au PSG, la gardienne est avec son club en encore en course dans toutes les compétitions : "Pouvoir se qualifier, ce serait bien. C'est un niveau au dessus, ce serait bien de pouvoir jouer cette compétition de haut niveau. Cela fait 5/6 ans que le club ne l'a pas joué". Et le groupe semble solide et mieux se connaître : "Le recrutement de cet été a été intéressant avec les étrangères espagnole, brésilienne et puis récemment néerlandaise. Le groupe vit bien. On se connait mieux sur le terrain. C'est pour cela que l'on a réussi à accrocher des équipes comme Lyon et le PSG à l'aller".

    Mais celle qui a prolongé jusqu'en 2019 avec le club héraultais, veut encore avancer : "Je pense que je peux encore progresser. J'essaye déjà d'apporter mon expérience même si je n'ai que 24 ans. Il y a encore du travail, j'ai encore des pistes pour progresser. Je vais tout faire pour les réaliser". Les réaliser pour voir la vie encore plus en Bleue. Car même s'il y a une hiérarchie en sélection, les rassemblements comme celui de cinq jours pour ce match sont importants : "On est là pour se montrer, pour prouver qu'on a notre place dans la sélection. Je dois travailler en club".

    En sélection, Laëtitia retrouve des partenaires de ses aventures en sélection de jeunes comme Wendie Renard et ses repères : "On se connait. Je sais comment mes partenaires jouent. Dans les buts, c'est un peu différent, ce n'est pas que c'est moins important mais on ne fait pas le jeu. Il suffit de sentir que l'on est présent". Et ce premier rassemblement de l'année 2016 est aussi celui qui permet de se rapprocher un peu plus des Jeux Olympiques : "On y pense, c'est dans un coin de la tête mais c'est encore loin. Cela dépendra des performances en club, il faut que je continue comme cela et on verra ce qui arrivera."


    SA FICHE



    Lundi 25 Janvier 2016
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-La...er_a12022.html

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X