Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Équipe de France A, campagne 2015-2017

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Bleues - Une reprise en douceur face à la BELGIQUE

    Pour sa troisième rencontre au stade de la Mosson, les Bleues en pleine préparation à l'Euro se sont imposées 2-0 face à la Belgique.


    Lavogez a tenté en première période et est impliquée sur le but


    On pouvait espérer un succès plus probant face au 22e du classement FIFA, mais les Bleues victorieuses de la Belgique ne l'ont réussi que sur le score de 2-0 avec une réalisation contre son camp au quart d'heure de jeu, et un but de Catala dans les arrêts de jeu. Le premier des deux matchs de préparation était l'occasion pour Olivier Echouafni de donner du temps de jeu à des joueuses moins sollicitées cette saison en sélection, laissant Henry sur le banc, pour leur permettre de s'exprimer à seulement dix jours de l'Euro.

    Après un vibrant hommage à Louis Nicollin, la rencontre débutait avec les titularisations de Geyoro, Diani et Lavogez. Cette dernière avait une carte à jouer côté gauche avec le forfait de Majri. Sa percussion, ses tentatives et son implication sur le premier but, avant de sortir à la pause, lui auront permis de se montrer. Diani côté droit aura été son alter ego et aura souvent permuté avec Lavogez en première période sans montrer la même vitalité. Cette volonté d'Echouafni de permuter devait donner du mouvement à son équipe pour reprendre ses marques après une période intense de préparation physique.

    Lavogez amène le but contre son camp


    Hommage à Louis Nicollin avant le coup d'envoi


    Les Bleues qui n'avaient plus joué de match depuis trois mois retrouvaient leurs marques progressivement même si Le Sommer se retrouvait souvent esseulée et sans ballon. La première alerte était donnée par Abily qui reprenait un corner de Lavogez, stoppé par la gardienne (7e). Les actions dangereuses étaient initiées dans les couloirs et lorsqu'une longue ouverture de Renard trouvait Lavogez côté droit, l'action s'avérait concluante avec de la réussite. Le centre tendu adressé devant le but par Lavogez était coupé au premier poteau par le pied gauche de Jaques. Sa gardienne ne pouvait rien faire (1-0, 15').

    Un coup de pouce pour les Tricolores qui n'allaient pas se procurer beaucoup d'occasions. Le Sommer en pivotant tentait un centre-tir dangereux claqué par la gardienne (21e) et la France aurait pu être surprise sur une perte de balle de Houara d'Hommeaux dans son couloir que Wullaert exploitait par une frappe au premier poteau. Bouhaddi se couchait bien (30e). A la pause, Olivier Echouafni avait déjà décidé de faire tourner son équipe avec trois remplacements. Le Sommer glissait à gauche, Delie prenait la pointe de l'attaque à la reprise, avec les entrées de Toletti et Thiney.

    Catala marque sur ses terres natales


    Abily a joué la première période


    Attendant une meilleure transmission dans le jeu, le sélectionneur devait aussi patienter pour voir son équipe faire le break. Le Sommer expédiait un centre de Thiney sur la barre (56e), Delie manquait son face-à-face avec la gardienne (77e) puis une tentative de balle piquée de Thiney bien servie par Le Bihan terminait au dessus (85e). Ce n'est que dans les arrêts de jeu qu'une autre remplaçante trouvait le moment pour s'illustrer. Un corner frappé par Bussaglia était dévié de la tête au premier poteau par Delie, puis par le dos de De Neve. Catala se retrouvait à l'affût aux 5,5 m pour reprendre du droit et marquer sur ses terres natales (2-0, 90+1').

    Un second but tardif comme le soulignait le sélectionneur à la fin du match : "Ça a été long à venir. On a quand même un certain nombre d'occasions mais on doit les concrétiser. On doit être plus tueuses. On va essayer de bien récupérer, digérer tout ça. Les matchs de compétition permettent de se projeter vers l'Euro. Il faudra aller plus vite dans la circulation du ballon. On n'a pas concédé d'occasions, il faut aussi le souligner". Si la compétition officielle n'a pas encore débuté, il ne reste plus que la rencontre face à la Norvège mardi prochain pour être fin prêt.


    Match de préparation à l'Euro 2017
    Vendredi 7 juillet 2017
    - 21h00
    FRANCE - BELGIQUE : 2-0 (1-0)
    Montpellier (Stade de la Mosson)
    Temps chaud - Terrain bon
    Arbitres : Krisztina Gyöngyi Gaal (Hongrie) assistée de Katalin Torok (Hongrie) et Brigitta Makkosné Petz (Hongrie). 4e arbitre : Solenne Bartnik (France)
    Buts : Heleen JAQUES 15' c.s.c., Camille CATALA 90+1'
    Aucun avertissement

    France : 16-Sarah Bouhaddi ; 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 4-Laura Georges, 3-Wendie Renard (cap.), 2-Eve Périsset (14-Aïssatou Tounkara 86') ; 23-Onema Grace Geyoro (5-Sandie Toletti 46'), 15-Elise Bussaglia ; 20-Kadidiatou Diani (13-Camille Catala 86'), 10-Camille Abily (17-Gaëtane Thiney 46'), 11-Claire Lavogez (18-Marie-Laure Delie 46') ; 9-Eugénie Le Sommer (7-Clarisse Le Bihan 62'). Entr.: Olivier Echouafni
    Non utilisées : 1-Laëtitia Philippe, 21-Méline Gérard, 6-Amandine Henry, 12-Elodie Thomis, 19-Marion Torrent, 22-Aminata Diallo, 24-Griedge Mbock Bathy Nka, 25-Sakina Karchaoui
    Belgique : 1-Justien Odeurs ; 2-Davina Philtjens (18-Laura De Neve 88'), 10-Aline Zeler (cap.), 3-Heleen Jaques (17-Jana Coryn 88'), 4-Maud Coutereels ; 8-Lenie Onzia, 6-Tine De Caigny, 20-Julie Biesmans (5-Lorca Van de Putte 77'), 7-Elke Van Gorp (14-Davinia Vanmechelen 66') ; 11-Janice Cayman, 9-Tessa Wullaert. Entr.: Ives Serneels
    Non utilisées : 12-Diede Lemey, 21-Nicky Evrard, 13-Sara Yüceil, 15-Yana Daniëls, 16-Nicky Van Der Abbeele, 19-Imke Courtois, 22-Sarah Wunants, 23-Elien Van Wynendaele



    Samedi 8 Juillet 2017
    Sebastien Duret

    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Un...UE_a13827.html
    Dernière modification par Rem56, 09/07/2017, 02h12.
    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

    Commentaire


    • Foot Bleues
      Olivier Echouafni (sélectionneur de l'équipe de France féminine) : «Le match a été difficile»

      Publié le vendredi 7 juillet 2017 à 23:37

      Olivier Echouafni, le sélectionneur de l'équipe de France féminine, a trouvé, logiquement, que ses joueuses avaient éprouvé quelques difficultés face à la Belgique, malgré leur victoire 2-0.


      Olivier Echouafni est plutôt satisfait de la prestation de ses joueuses. (A. Martin/L'Equipe)

      Olivier Echouafni (sélectionneur de l'équipe de France féminine) : «La fatigue? Il faut encaisser la préparation, c'est logique, je m'y attendais. Il fallait déjà retrouver le rythme de la compétition, l'équipe belge avait déjà 90 minutes dans les jambes, elle. Le match a été difficile et j'en suis content, cette difficulté-là on va la rencontrer pendant l'Euro. On a ouvert le score avec un peu de réussite mais derrière, on n'a pas su accélérer. On a eu un peu trop de déchet technique, un manque de vitesse dans les transmissions, il faut aussi s'améliorer un peu dans le dernier geste. Mais cette victoire nous permet de continuer notre série victorieuse.»

      avec AFP

      https://www.lequipe.fr/Football/Actu...fficile/816682
      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

      Commentaire


      • Foot Bleues
        Camille Abily : «Il nous reste du temps»

        Publié le samedi 8 juillet 2017 à 00:50 | Mis à jour le 08/07/2017 à 00:52

        Alors que l'équipe de France a eu des difficultés face au but lors de sa victoire face à la Belgique (2-0), ce vendredi, Camille Abily ne s'inquiète pas et estime que la réussite va venir. Elle explique que les Bleues doivent d'abord encaisser la préparation physique.


        Camille Abily ne s'inquiète pas pour le manque de réussite. (F.Mons/L'Equipe)

        Camille Abily (milieu de l'équipe de France, qui s'est imposée contre la Belgique 2-0) : «C'est le premier match, il y avait encore beaucoup de choses à régler. Physiquement, on commence à être de mieux en mieux. Il faut peaufiner au point de vue technique et dans la finition. Ce qui était important, c'était de se créer les occasions. Ce n'est pas inquiétant. On a fait beaucoup de foncier. Les automatismes vont venir au fur et à mesure, et il nous reste du temps pour nous régler, en espérant être prêtes pour l'Islande (le 18 juillet). Le manque de réalisme, c'est chronique, mais on a encore peu travaillé face au but. Le coach a mis l'accent sur l'aspect défensif au début, pour aborder la suite à l'approche de la compétition. Je pense qu'au fur et à mesure, ça va rentrer.

        (Sur le contexte) On a chacune eu une pensée pour le président Nicollin, qui a beaucoup fait pour nous. C'était le précurseur du foot féminin. Il nous considérait énormément, et on ne peut que le remercier. On a toutes beaucoup d'admiration pour lui».

        N. G, à Montpellier

        https://www.lequipe.fr/Football/Actu...u-temps/816696
        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

        Commentaire


        • Est -ce qu'elle ne joue pas à l'Asse la joueuse qui s'appelle Catala ?
          En tout cas ,sur i_télé ,ils mettent que c'est Gaëtane thiney qui marque

          Pauvre louis Nicollin ,je suis bien peiné par son décès de cet ancien lyonnais
          7titres de champions de France pour l'OL .A jamais les Premiers

          Commentaire


          • Envoyé par Stella69 Voir le message
            Est -ce qu'elle ne joue pas à l'Asse la joueuse qui s'appelle Catala ?
            En tout cas ,sur i_télé ,ils mettent que c'est Gaëtane thiney qui marque

            Pauvre louis Nicollin ,je suis bien peiné par son décès de cet ancien lyonnais
            Ça fait plusieurs années que Catala ne joue plus à l'ASSE, elle est au Paris FC (ex-Juvisy). Et c'est bien Camille qui marque, j'ai édité en mettant la vidéo du résumé juste en haut de page :fier:
            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

            Commentaire


            • Bleues - Le test norvégien avant l'Euro

              La France effectue un dernier round de préparation à l'Euro 2017 ce mardi à Sedan face à la Norvège (21h00). L'occasion de régler les derniers détails.




              Quatorze, c'est le nombre d'années sans défaite face à la Norvège. Redoutable dans les années 90 et au début des années 2000, la sélection norvégienne a été dépassée depuis par la France. Depuis une défaite à la Coupe du Monde 2003 (0-2), les Bleues ont pris le dessus que ce soit en matchs officiels ou amicaux. Sur les huit dernières confrontations, la France a signé 5 victoires pour 3 nuls, 9 buts pour, 3 contre. Des succès souvent difficiles cependant à obtenir face à un adversaire solide et athlétique. (>> historique des confrontations)

              C'est d'ailleurs tout l'intérêt de ce dernier test avant l'Euro. La France va disputer une phase de groupes face à des adversaires qui pourraient faire valoir avant des qualités dans l'impact et à vocation défensive. La Norvège avec son profil peut s'en rapprocher tout en disposant cependant de joueuses de valeur à l'image de la Lyonnaise Ada Hegerberg. Olivier Echouafni devrait profiter de cette confrontation pour ajuster son équipe, en gardant tout le monde impliqué, afin d'être prêt pour le rendez-vous dans une semaine face à l'Islande.

              Echouafni : "Un très bon test pour nous"

              Face à l'une des équipes prétendantes de cette compétition, Olivier Echouafni a rappelé tout l'intérêt de jouer un tel adversaire : "On va avoir en face de nous une grande nation de football, qui a gagné des titres et qui était finaliste de l'Euro 2013. On sait qu'elles ont un potentiel offensif parmi les meilleurs du monde. C'est un très bon test pour nous".

              Il faudra pour les Bleues se montrer plus efficaces devant le but après les constats du manque de réussite face à la Belgique (2-0) même si le sélectionneur a cherché à minimiser : "C'est tout à fait logique qu'on ait eu cette inefficacité devant le but : c'est ce qui nous manque depuis un certain temps. L'idée c'était, avant tout, de retrouver un peu le rythme de compétition. Cela doit aussi nous servir et se dire qu'on va être confronté à des équipes très regroupées, qu'il va falloir trouver de solutions, et être patient. On est en préparation, cela veut dire aussi qu'il y aura certainement encore des essais et aussi du temps de jeu donné à certaines filles qui n'en ont pas beaucoup eu peut-être jusqu'à présent" a ajouté Echouafni ce lundi alors qu'il est toujours invaincu depuis sa prise de fonction en septembre dernier.

              12 000 spectateurs attendus à Sedan

              Cette rencontre se déroulera dans un stade inédit pour les Bleues. C'est en effet au stade Louis Dugauguez de Sedan que les Bleues vont évoluer ce mardi soir. Un stade qui devrait accueillir au moins 12 000 spectateurs dont une grande partie ne manquera pas de soutenir la nouvelle joueuse du FC Barcelone, Elise Bussaglia, native de Sedan. Les Françaises arriveront ce mardi midi du côté des Ardennes à l'hôtel du château fort de Sedan, alors que la Norvège est installée depuis dimanche soir. Un cours séjour avant deux jours de break pour les Françaises. Ce dernier test sera en effet suivi d'une dislocation avant de se réunir pour prendre la direction des Pays-Bas et entrer dans le vif du sujet.


              Match de préparation à l'Euro 2017
              Mardi 11 juillet 2017
              - 21h00
              FRANCE - NORVÈGE
              Sedan (Stade Louis-Dugauguez)
              Arbitres : Olga Zadinova (République tchèque) assistée de Nikola Safrankova (République tchèque) et Jana Zaplatilova (République tchèque)

              En direct sur CStar



              Mardi 11 Juillet 2017
              Sebastien Duret

              http://www.footofeminin.fr/Bleues-Le...ro_a13831.html
              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

              Commentaire


              • Foot Amical (Femmes)
                La France encore en rodage avant l'Euro

                Publié le mardi 11 juillet 2017 à 22:52 | Mis à jour le 11/07/2017 à 23:00

                Après avoir battu la Belgique (2-0), l'équipe de France féminine a concédé le match nul contre la Norvège lors d'un nouvel amical de préparation à l'Euro (1-1).


                Abily a ouvert le score pour les Bleues. (F.Mons/L'Equipe)

                À quelques jours du début de l'Euro, l'équipe de France n'a pas su battre la Norvège, demi-finaliste des quatre derniers Euros, mardi soir à Sedan (1-1). Vendredi, à Montpellier, les Bleues avaient peu maitrisé leur sujet mais elles avaient gagné contre la Belgique (2-0). Ce mardi, elles ont été un peu meilleures dans la conservation du ballon, dans les transitions, mais elles ont payé leurs trop nombreux errements défensifs.

                La première période a été intéressante offensivement. Trouvée par un super ballon de Renard, Thomis a centré sur la tête d'Abily pour l'ouverture du score (3e). Plusieurs fois dangereuses, les filles d'Olivier Echouafni n'ont pas pu creuser l'écart. Et leur défense très remaniée a été fébrile et a laissé l'adversaire y croire. A cinq minutes de la fin, Mjelde est partie dans le dos de l'arrière-garde bleue et a battu Bouhaddi du plat du pied.

                L'Euro commence mardi pour la France, qui affrontera l'Islande à Tilbourg.

                C.O.-B.

                https://www.lequipe.fr/Football/Actu...-rodage/817537
                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                Commentaire


                • Bleues - La FRANCE termine sa préparation sur un nul

                  Malgré un avantage au score durant plus de 80 minutes, les Bleues ont concédé le nul face à la Norvège (1-1) dans un match marqué par de nombreux remplacements en seconde période.


                  Abily a ouvert le score en tout début de match (photo FFF)


                  Si la victoire est toujours encourageante pour le moral, le match nul concédé a au moins le mérite de rappeler qu'il faudra se montrer plus efficace pour se retrouver à l'abri d'un retour. Cette rencontre aura encore été expérimentale notamment sur le couloir gauche et les très nombreux changements ont perturbé l'organisation défensive.

                  Avant d'aborder l'Euro, Olivier Echouafni avait une dernière rencontre face au finaliste de l'Euro 2013. Une formation norvégienne face à laquelle la France reste sur 8 matchs sans défaite mais dont le jeu agressif la rend difficile à manoeuvrer. Après Périsset côté gauche, c'est Tounkara qui était testée sur le poste de latérale, tandis que Karchaoui encore en soins à Clairefontaine n'était pas du voyage. Trois autres changements étaient proposés dans le onze de départ. Ainsi Henry, ménagée vendredi dernier, débutait à la place de Geyoro, Thomis prenait le couloir droit de l'attaque aux dépens de Diani tandis que Le Sommer cédait sa place à la pointe de l'attaque à Delie.


                  Thomis a apporté de la percussion (photo FFF)

                  Restée sur le banc face à la Belgique, Thomis ne tardait pas à se mettre en évidence. Un premier centre dangereux après 49 secondes, un second deux minutes plus tard repris de la tête par Abily qui catapultait le ballon dans la première lucarne (1-0, 3'). Un 36e but en 179 sélections. L'arrière gauche norvégienne Thorsnes était la peine sur les ballons en profondeur pour Thomis. Comme sur le but, Renard et ses partenaires usaient de ce jeu-là pour trouver les espaces. Abily (5e) et Thomis (17e) étaient moins adroites ensuite, tout comme Delie de la tête au second poteau sur un centre de Houara d'Hommeaux qui manquait le cadre (25e). Lavogez sur un corner tendu permettait aussi à Henry de placer un coup de tête encore au dessus (31e).

                  Dans une première période où les Françaises avaient bien débuté dans l'agressivité, elles se mettaient en difficulté sur le pressing haut adverse. Tounkara jouait en retrait avec Bouhaddi, Minde était proche de récupérer sans le jaillissement de Bouhaddi qui était toute heureuse de voir sa coéquipière lyonnaise Hegerberg rater sa reprise (19e). Sur un coup franc concédé côté gauche de l'attaque norvégienne, la capitaine Mjelde cherchait le premier poteau mais Bouhaddi sortait en corner (34e).


                  Delie n'aura pas été à son avantage, remplacée par Le Sommer

                  La rencontre était accrochée, un souhait d'Olivier Echouafni avant d'entamer l'Euro : "J'avais envie d'avoir un match difficile". Mais en seconde période, les multiples changements perturbaient comme souvent lors des rencontres amicales le rythme. Les actions se faisaient plus rares. La Sedanaise Bussaglia sortait sous les clameurs du public local juste avant que Diani ne manque le cadre (76e), puis la Norvège répondait par une passe en retrait d'Ada Hegerberg pour une tentative cadrée d'Hansen (83e). La défense se faisait surprendre dans la foulée sur un long ballon du rond central de Schjelderup pour la capitaine Mjelde qui passait entre Georges et Houara d'Hommeaux pour conclure juste en entrant de la surface du plat du pied droit (1-1, 84'). La réaction tricolore qui suivait n'y changeait rien.

                  La France a de nouveau pêché dans la finition pour être rejoint en fin de match face à une formation norvégienne qui a joué le parfait sparring-partner à moins d'une semaine du premier match de l'Euro. Quelques jours pour se vider la tête, et le droit à l'erreur ne sera plus permis.


                  Match de préparation à l'Euro 2017
                  Mardi 11 juillet 2017
                  - 21h00
                  FRANCE - NORVÈGE : 1-1 (1-0)
                  Sedan (Stade Louis Dugauguez)
                  Temps humide - Terrain bon
                  Spectateurs : 11 663
                  Arbitres : Olga Zadinova (République tchèque) assistée de Nikola Safrankova (République tchèque) et Jana Zaplatilova (République tchèque). 4e arbitre : Florence Guillemin (France)
                  But pour la France : Camille ABILY 3'
                  But pour la Norvège : Maren MJELDE 84'

                  Avertissement : Andrine Hegerberg 29' pour la Norvège

                  France : 16-Sarah Bouhaddi ; 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 4-Laura Georges, 3-Wendie Renard (cap.), 14-Aïssatou Tounkara (19-Griedge Mbock Bathy Nka 74') ; 6-Amandine Henry ; 12-Elodie Thomis (20-Kadidiatou Diani 59'), 10-Camille Abily (17-Gaëtane Thiney 59'), 15-Elise Bussaglia (23-Onema Grace Geyoro 74'), 11-Claire Lavogez (9-Eugénie Le Sommer 46') ; 18-Marie-Laure Delie (7-Clarisse Le Bihan 59'). Entr.: Olivier Echouafni
                  Non utilisées : 1-Laëtitia Philippe, 21-Méline Gérard, 2-Eve Périsset, 5-Sandie Toletti, 13-Camille Catala, 24-Aminata Diallo, 25-Marion Torrent
                  Norvège : 1-Ingrid Hjelmseth (12-Cecilie Hauståker Fiskerstrand 46') ; 2-Ingrid Moe Wold, 6-Maren Mjelde (cap.), 11-Nora Holstad Berge, 9-Elise Hove Thorsnes (22-Anja Sønstevold 81') ; 18-Frida Leonhardsen Maanum (13-Guro Reiten 81'), 28-Ingrid Marie Karlsen Spord (3-Maria Thorisdottir 64'), 8-Andrine Stolsmo Hegerberg (30-Ingrid Schjelderup 46'), 17-Kristine Minde (20-Emilie Bosshard Haavi 46') ; 14-Ada Stolsmo Hegerberg, 10-Caroline Graham Hansen. Entr.: Martin Sjögren
                  Non utilisées : 23-Oda Maria Hove Bogstad, 7-Kristine Bjørdal Leine, 16-Tuva Hansen, 19-Ingvild Landvik Isaksen, 21-Lisa-Marie Karlseng Utland, 29-Stine Pettersen Reinås





                  Mercredi 12 Juillet 2017
                  Sebastien Duret

                  http://www.footofeminin.fr/Bleues-La...ul_a13832.html
                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                  Commentaire


                  • Bleues - Brèves après FRANCE - NORVÈGE

                    Retrouvez quelques informations après cette dernière rencontre des Bleues avant l'Euro.


                    Le Stade Louis Dugauguez recevait pour la première fois les Bleues (photo FFF)

                    Abily et Georges inséparables

                    Camille Abily et Laura Georges ont fêté leur 179e sélection ce mardi soir. Elles avaient débuté ensemble le 26 septembre 2001 aux Pays-Bas. Laura Georges a été titulaire à 167 reprises contre 140 pour Abily. Le record de Soubeyrand est encore loin (198 sélections, 186 titularisations).

                    11 663
                    L'affluence de ce mardi soir est la deuxième de la saison pour un match à domicile derrière France - Brésil à Grenoble (18 020).

                    Bussaglia en terre connue
                    La Sedanaise a eu le droit à un chaleureux accueil pour cette rencontre au stade Louis-Dugauguez de Sedan. Pour sa 172e sélection, elle était titulaire. Sortie à la 74e minute, elle a eu le droit aux clameurs du public local.

                    Abily précoce
                    En inscrivant son 36e but en sélection, Camille Abily a aussi inscrit le plus rapide de sa carrière en Bleue avec cette réalisation dès la 3e minute, soit une minute plus tôt que face aux Pays-Bas en 2007.

                    Audience TV
                    Les Bleues ont réuni en moyenne 751 000 téléspectateurs pour la rencontre France - Norvège soit 3,7% de part d'audience. Un résultat bien meilleur que France - Belgique vendredi dernier avec 395 000 téléspectateurs et 2,2% de PdA.


                    Les numéros de maillots étaient remplis de photos

                    Collector

                    Les maillots portées par les Bleues étaient personnalisés avec des photos des supporters imprimées sur le numéro au dos du maillot.

                    Karchaoui aux soins
                    La gauchère de Montpellier ne figurait pas sur la feuille de match. Pour ce déplacement effectué le jour de la rencontre, Sakina Karchaoui est restée à Clairefontaine pour soigner sa cuisse et être apte pour l'Euro.

                    Et de 11
                    Depuis sa prise de fonction, Olivier Echouafni reste invaincu en 11 matchs avec un bilan de 8 victoires pour 3 nuls, 20 buts pour, 5 contre.

                    Un tarif habituel
                    Pour la 4e fois sur les 7 dernières oppositions, la France et la Norvège se sont séparées sur un score de 1-1 (2016, 2006, 2005).

                    Minute de silence
                    Après un hommage vendredi dernier à Louis Nicollin, une minute de silence a été observée avant la rencontre à la mémoire de Luc Pilard, ancien Président de la Ligue Champagne Ardenne décédé à 96 ans.


                    RÉACTION

                    Olivier Echouafni (sélectionneur)

                    "Etant compétiteur, j'aurais préféré gagner le match. J'avais envie d'un match difficile avant l'Euro, ça a été le cas. Notre première période a été de qualité avec de l'agressivité et plusieurs situations de but. En faisant davantage tourner l'effectif en seconde période, le niveau a logiquement baissé. Je suis néanmoins satisfait du rythme et du jeu proposé."

                    Jeudi 13 Juillet 2017
                    Sebastien Duret

                    http://www.footofeminin.fr/Bleues-Br...GE_a13833.html
                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                    Commentaire


                    • Foot Bleues
                      Olivier Echouafni : «Un match très intéressant» de l'équipe de France féminine

                      Publié le mercredi 12 juillet 2017 à 01:03

                      Le sélectionneur de l'équipe de France Olivier Echouafni a apprécié le visage des Bleues contre la Norvège ce mardi (1-1), à une semaine du début de l'Euro. Mais il attend plus d'efficacité.


                      Olivier Echouafni, le sélectionneur des Bleues. (F.Mons/L'Equipe)

                      Olivier Echouafni (sélectionneur de l'équipe de France, accrochée par la Norvège 1-1) : «C'est rageant parce que je n'aime pas encaisser de but. Mais c'était un match très intéressant, avec un niveau bien supérieur à celui de la Belgique (2-0 vendredi). Ce type de match nous forge mentalement, il faut savoir résister. On est tombé face à un beau bloc très athlétique, qui a su résister à nos attaques. Mais logiquement, le score aurait dû être en notre faveur.

                      J'ai beaucoup aimé l'entame de match, on avait déjà marqué rapidement lors de mon arrivée contre le Brésil (1-1, le 16 septembre), et cela facilite le jeu. Après, on doit être capable de concrétiser nos situations, dont certaines ont été importantes. On doit s'améliorer, mais il y a eu des choses intéressantes, comme cette volonté d'aller de l'avant constamment. On a élevé notre niveau d'agressivité, tout à fait normalement. On monte en régime. C'était notre dernier match de préparation, et il fallait que l'on soit à la hauteur à ce niveau-là. On est invaincu, on va partir à l'Euro avec pas mal de confiance.»

                      N.G., à Sedan

                      https://www.lequipe.fr/Football/Actu...eminine/817577
                      Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                      Commentaire


                      • Foot Bleues
                        Gaëtane Thiney : «On monte en puissance»

                        Publié le mercredi 12 juillet 2017 à 00:43

                        Alors que l'équipe de France a semblé retrouver du rythme contre la Norvège (1-1) ce mardi pour son dernier test avant l'Euro, Gaëtane Thiney estime que les Bleues sont sur la bonne voie.


                        Gaëtane Thiney et les Bleues ont été accrochées par la Norvège. (F.Mons/L'Equipe)

                        Gaëtane Thiney (attaquante de l'équipe de France, accrochée par la Norvège 1-1) : «C'était un match de préparation, avec une équipe de Norvège qu'on attendait avec un gros impact athlétique. Elles ont mis de l'intensité. Ça donne un match nul, même si je pense qu'on aurait dû tuer le match un peu avant. Il faut améliorer la communication et ça ira bien. Il faut continuer à travailler. En face, c'était les finalistes de l'Euro 2013, et dans le jeu, on monte en puissance. On a fait beaucoup de physique, et tout commence vraiment la semaine prochaine. Offensivement, on a vu de bonnes actions, des choses un peu différentes puisque après, la Norvège a changé de système. Il faut continuer à créer du jeu. On n'a pas perdu ce soir, c'est ce qu'il faut retenir aussi.»

                        N.G. à Sedan

                        https://www.lequipe.fr/Football/Actu...issance/817573
                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                        Commentaire


                        • Foot d'Elles vous présente les 23 bleues
                          Publié le 13 juillet 2017 | Equipe de France A
                          Par Benjamin ROUX pour Foot d'Elles



                          A moins d'une semaine du début de l'Euro aux Pays-Bas, Foot d'Elles vous emmènent à la découverte des 23 joueuses de la sélection tricolore. Carrière, vie en dehors du football, études, passions, hobbys... Découvrez ces femmes exceptionnelles !


                          Ils sont arrivés ! Découvrez nos différents portraits des joueuses de l'équipe de France ! Vie professionnelle, football, loisirs, passions... Plongez dans l'univers des bleues.

                          Gaëtane Thiney : Pionnière, double-projet, ambassadrice

                          A 31 ans, Gaëtane Thiney est une figure de proue du FCF Juvisy Essonne et de l’équipe de France. Évoluant au poste de milieu offensif et d'attaquante, elle a cumulé plus de 135 sélections et de 55 buts chez les Bleues. En savoir +

                          Clarisse Le Bihan : Grande première, positive attitude, Instagram

                          Elle faisait partie des réservistes de cet Euro 2017. Suite à la blessure d'Amel Majri durant la phase de préparation, elle a été appelée par le sélectionneur et s'apprête à vivre le premier euro de sa jeune carrière. En savoir +

                          Eugénie Le Sommer : Meilleure joueuse, famille, promotion du football féminin

                          A 28 ans, Eugénie Le Sommer possède une carrière bien remplie. Du haut de ses 135 sélections et de ses 60 réalisations, cette joueuse née à Grasse sera un atout majeur pour le collectif d'Olivier Echouafni. Rapide, cette dribbleuse hors-pair est prête à disputer un nouvel Euro avec l'équipe de France. En savoir +

                          Elise Bussaglia : "Club-trotteuse", record en sélection, institutrice

                          D’un tempérament discret, ce qui ne l’empêche pas d’être une cadre en équipe de France, Elise Bussaglia, qui a récemment signé au FC Barcelone, a déjà vécu mille et une vie, dans le foot et en dehors. En savoir +

                          Kadidiatou Diani : Timide, Ligue des Champions, palmarès

                          L’attaquante de Juvisy, habituée aux joutes internationales en catégories de jeune, va vivre sa première compétition en équipe de France A. Auteure de 7 réalisations cette saison en D1, la tricolore aura à cœur de marquer des points, et des buts. En savoir +

                          Grace Geyoro : Congo, PSG, Andres Iniesta

                          C’est LA révélation cette saison du PSG version Patrice Lair. La joueuse, qui vient tout juste de fêter ses 20 ans, est devenue une pierre angulaire de l'équipe du coach breton. En savoir +

                          Claire Lavogez : Lyon, SheBelieve's Cup, shopping

                          Après son transfert de Montpellier à Lyon en 2015, Claire Lavogez n'a cessé d'évoluer et de franchir les étapes. Si elle n'a pas systématiquement été utilisée par son coach en club cette saison, signer à l'OL lui a permis de donner une nouvelle dimension à sa carrière. En savoir +

                          Camille Abily : Carrière réussie, Lyon, capital sympathie au beau fixe

                          Camille Abily est une joueuse historique de l'équipe de France. Elle effectuait sa première apparition chez les bleues il y a dix ans. Cette année encore, elle a été retenue dans le groupe France par Olivier Echouafni. En savoir +

                          Griedge M'Bock : Ballon d'or, transfert record, "Griedgou"

                          En l’espace de quelques années, Griedge M’Bock a réussi à s’imposer dans son club (l’OL) mais aussi en équipe nationale. Du haut de ses 22 ans et de son mètre soixante-douze, elle tiendra la charnière centrale de l’équipe de France durant l’Euro. En savoir +

                          Elodie Thomis : Cameraman, musique, impressionnant palmarès

                          A 31 ans, Elodie Thomis fait parti des illustres joueuses de l’équipe de France. Ses premières sélections remontent à 2005. Cette année, elle s’apprête à disputer un nouvel Euro avec son équipe nationale. En savoir +

                          Méline Gérard : France 98, STAPS, préparation mentale

                          Passée de l’OL à Montpellier durant le mercato estival, Méline Gérard veut poursuivre son ascension. A la recherche d’un temps de jeu plus important en D1, la native de Massy veut se faire une place de choix dans la tête du sélectionneur national Olivier Echouafni. En savoir +

                          Aïssatou Tounkara : Galactique, grande première, Twitteuse hors-pair

                          A 22 ans, la défenseure de Juvisy s'apprête à disputer son premier Euro avec l’équipe de France. En savoir +

                          Wendie Renard : Palmarès grandiloquent, Chelsea, salaire

                          Capitaine de l’OL et de l’équipe de France à seulement 26 ans, Wendie Renard sera une nouvelle fois l’une des taulières des Bleues lors de cette Euro 2017. Voici 5 faits à connaître sur la défenseure au mètre 87. En savoir +

                          Marie-Laure Delie : Godzilla, Paris, Ronaldo

                          L’attaquante du PSG, auteure de 41 buts en championnat ces trois dernières saisons au PSG, sera particulièrement attendue en Equipe de France cet été. Voyage à la découverte d’une fine gâchette. En savoir +

                          Amandine Henry : Ballon d'Argent, Etats-Unis, pubalgie

                          Milieu de terrain « vitrine » des Bleues, l’ancienne Lyonnaise et Parisienne Amandine Henry, aujourd’hui à Portland, aux Etats-Unis, va vouloir se montrer à nouveau décisive à l’Euro. Découverte d’une étoile. En savoir +

                          Laëtitia Philippe : Dents de sagesse, numéro 2, Schelin

                          La gardienne de Montpellier, qui a obtenu la deuxième place en championnat cette saison, va vivre une nouvelle compétition dans l’ombre de Sarah Bouhaddi. Toujours prête à porter secours aux Bleues en cas de besoin. En savoir +

                          Eve Perisset : Lyon, Lair, Boulleau

                          La latérale polyvalente de l’équipe de France est l’une des nouvelles têtes de cette équipe de France made in Echouafni. Cet été aux Pays-Bas, où elle rencontrera le gotha du foot européen, elle composera avec l’envie tenace qui la tient de toujours vouloir progresser. En savoir +

                          Sandie Toletti : Coup-franc, blessures, Occitanie

                          Milieu de terrain installée en club à seulement 21 ans, Sandie Toletti, arrivée en équipe de France en 2013, fait progressivement son trou chez les Bleues. Avec l’envie de s’y inscrire un peu plus grâce à l’Euro aux Pays-Bas. En savoir +

                          Laura Georges : Taulière, over-bookée, Thuram

                          « Vétérane » de l’équipe de France, Laura Georges symbolise depuis plusieurs années cette génération de Bleues aux capacités incroyables mais qui s’incline toujours au plus mauvais moment. Devenue parallèlement dirigeante cette saison, elle compte aussi changer de statut sur le terrain… En savoir +

                          Sarah Bouhaddi : Blessures, penaltys, indétrônable

                          Gardienne titulaire des Bleues depuis de nombreuses années, la Lyonnaise souhaite gagner des titres autre part qu’en club. Rien de choquant quand on sait tout ce que la Cannoise a gagné depuis 10 ans… En savoir +

                          Camille Catala : Livres, athlétisme, protestantisme

                          L’attaquante de Juvisy empile les bonnes performances ces derniers mois. La professeure des écoles, buteuse mais aussi passeuse, va jouer sa deuxième compétition internationale avec les A. En savoir +

                          Jessica Houara d'Hommeaux : Secrétaire médicale, joueuse engagée, à l'aise au micro

                          Après sept saisons au PSG, la défenseure native d’Angers a remporté trois titres cette année avec l’Olympique Lyonnais : la Coupe de France, le championnat de D1 et l’UEFA Champions League. En savoir +

                          Sakina Karchaoui : Terroir, JO, Zaho

                          Nouveau visage en équipe de France mais déjà bien installée dans son club de Montpellier où elle compte déjà 4 saisons pleines en D1, Sakina Karchaoui progresse à la vitesse de l’éclair. Une montée en puissance qu’elle aimerait symboliser par un titre, dès cet été. En savoir +

                          http://www.footdelles.com/article/Eq...es_149815.html
                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                          Commentaire


                          • Euro 2017 - Les Bleues installées près de ROTTERDAM

                            C'est à l'Ouest du pays près de Rotterdam que les Bleues se sont installées au Van Der Valk Hotel ce samedi 15 juillet. Retrouvez les lieux d'hébergement des 16 finalistes.




                            Onze équipes ont choisi le centre du pays. Parmi elles se trouvent les hôtes, l'Angleterre, la Russie et l'Écosse, qui sont tous dans et autour d'Utrecht. La Belgique est à Tilburg, une ville située à seulement 10 km de la frontière belge. L'Allemagne est à Den Bosch, à moins d'une heure du sol allemand. L'Italie tout comme la France sont hébergées près de Rotterdam.

                            Les installations du ZVV Pelikaan pour s'entraîner

                            L'hôtel des Bleues se situe dans un cadre agréable au bord de la Vieille Meuse sur la commune de Zwijndrecht. Un espace paisible choisi par le staff tricolore avec la possibilité de disposer d'espaces de remise en forme, piscine, sauna, salle de sports...

                            Les Bleues s'entraîneront à cinq kilomètres de leur hôtel au Complexe Sportif Bakestein sur le terrain Groote Lindt habituellement utilisé par le club des Pélicans de Zwijndrecht, le "Z.V.V. Pelikaan".



                            Samedi 15 Juillet 2017
                            Sebastien Duret

                            http://www.footofeminin.fr/Euro-2017...AM_a13838.html
                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                            Commentaire


                            • Le Sommer, Houara, et Thiney en tête sur la toile
                              Publié le 17 juillet 2017 | Top News
                              Par Benjamin ROUX pour Foot d'Elles



                              Alors que l’équipe de France disputera son premier match de l’Euro 2017 demain face à l’Islande (20h45), Foot d’Elles vous dévoile aujourd’hui le top 5 des joueuses françaises les plus suivies sur les réseaux sociaux.


                              1 646 628, comme le nombre total de followers des joueuses de l’équipe de France. Nous nous sommes intéressés aux comptes Facebook, Twitter, et Instagram officiels des bleues, afin d’établir un classement. A l’heure où la communication et le partage sur les médias sociaux sont essentiels afin d’entretenir son image auprès du public, les joueuses tricolores animent des pages et des comptes sociaux. Tour d’horizon.

                              Deux lyonnaises et une juvisienne au sommet

                              Eugénie Le Sommer (381 163), Jessica Houara d’Hommeaux (203 824), et Gaëtane Thiney (203 352) sont les trois joueuses de l’équipe de France qui totalisent la plus grande communauté sur les réseaux sociaux. A elles trois, elles regroupent près de 48 % du total des followers de l’équipe. Une performance impressionnante pour ces joueuses de haut niveau. Car si l’image d’une sportive se traduit d’abord par ses capacités footballistiques et sa relation avec les supporters, le contenu développé sur la toile doit être en adéquation avec l’image que la joueuse veut justement montrer. A l’exception d’Elise Bussaglia (qui ne possède aucun compte sur les réseaux sociaux), la grande majorité des bleues que vous pourrez suivre à l’Euro dès demain se prête au jeu de Facebook et consort.

                              Photos, vidéos, « Lifestyle »

                              Si les joueuses partagent d’abord des instants de leur quotidien de footballeuse professionnelle, elles n’hésitent pas à faire découvrir les coulisses de leurs vies. Et ça marche ! Promenade en montagne ou au bord de la mer lors d'un week-end « off » avant l’Euro, sorties entre amis, rencontres avec des artistes et personnalités, repas, sorties… C’est toute une « histoire » partagée quotidiennement par les joueuses avec leurs communautés respectives.

                              A l’heure de disputer un premier match face à l’Islande demain soir, les joueuses de l’équipe de France sont prêtes… sur le terrain comme sur le web !



                              Crédits photos : statistiques Foot d'Elles.

                              http://www.footdelles.com/article/Eu...le_149866.html
                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                              Commentaire


                              • #WEURO2017 - Les Bleues vers de nouveaux sommets au plat pays

                                Le jour est venu pour les Bleues d'entamer leur onzième phase finale d'une grande compétition. Mais éliminées en quart de finale en 2009 et 2013, les Bleues veulent tourner ces pages d'histoire pour en écrire une nouvelle avec un staff renouvelé.


                                Echouafni (photo Antonio Mesa/FFF)


                                Pas facile de ne pas ressasser à chaque phase finale d'une Coupe du Monde, d'un championnat d'Europe ou des Jeux Olympiques, que les Bleues n'ont toujours rien gagné et surtout n'ont jamais terminé sur le podium de l'une de ces compétitions. De l'époque de la découverte à l'Euro 1997 lors d'une première à la phase finale vingt ans plus tard aux Pays-Bas, les conditions ont changé mais le palmarès de la sélection reste vierge.

                                Bien sûr l'Allemagne rafle tout, ne laissant que des miettes aux pays scandinaves, mais la France a su démontrer qu'elle pouvait rivaliser sur les dernières oppositions avec cette équipe. Un titre ne se limite cependant pas à la seule confrontation sur un match des Allemandes, c'est aussi un état d'esprit, une gestion de groupe, de l'état de forme des joueuses lors d'un grand rendez-vous.

                                Aimé Mignot, Elisabeth Loisel, Bruno Bini et Philippe Bergerôo ont chacun à leur manière tenter de trouver leur meilleur amalgame pour glaner une médaille. Mignot ne disposait pas des moyens d'aujourd'hui, Loisel a connu une montée progressive de la prise en considération fédérale, Bini a amené deux quatrièmes places avec le fruit de ce travail initié à la FFF, tandis que Bergerôo est resté aux portes du dernier carré, avant d'être remercié. Qu'en sera-t-il pour Olivier Echouafni, nommé en septembre dernier pour un contrat de deux ans. Cet ancien joueur professionnel est celui qui a connu le haut niveau le plus récemment sur le terrain. Il lui a fallu depuis sa prise de fonction, observer, apprendre et tirer les conclusions pour élaborer la meilleure équipe, le meilleur groupe qui devra établir de nouvelles performances.

                                Echouafni a appris à les connaître

                                Dès son arrivée, Echouafni a donc privilégié l'écoute, réalisant des entretiens individuels et allant observer dans tous les clubs du championnat : "J'avais besoin d'apprendre à les connaître sur leur vécu. Leur ressenti était nécessaire". Des joueuses se sont livrées et cela a permis de faire de l'état d'esprit, l'atout numéro 1 pour franchir un nouveau palier. Car les Françaises font toujours attendues par leurs adversaires comme le rappelle Laura Georges : "Sur le terrain, tactiquement, techniquement, elles voient qu'on sait faire, mais elles ne saisissent pas pourquoi, mentalement, on n'arrive pas à terminer les matches". La confiance n'est-elle pas suffisante, la difficulté à se libérer ? La capitaine Wendie Renard évoque cela alors qu'en club, le levier est tombé depuis plusieurs saisons : "Peut-être n'avons-nous pas toujours assez confiance en nous. Alors que quand on se libère..."

                                "Il a créé une nouvelle dynamique"


                                Provost est l'adjointe d'Echouafni (photo Antonio Mesa/FFF)


                                L'état d'esprit ne semble pas ou plus poser de problème lorsque l'on interroge les joueuses même si les nouvelles méthodes comme celle de changer de voisin à table a pu étonner. "Cela nous a permis de sortir de notre petite bulle de 3-4 joueuses avec lesquelles on restait" souligne l'une des plus expérimentées Elise Bussaglia. Le sélectionneur estime que le travail a porté ses fruits : "On a fait depuis le départ beaucoup de travail dessus. Ça continue encore, et ça va devenir encore plus important lors des prochains matches", utilisant l'expérience de la SheBelievesCup qui a permis d'avancer dans la bonne direction. Si le vouvoiement est désormais nécessaire avec le sélectionneur, c'est avant tout les méthodes de travail et les qualités de l'encadrement que loue les Bleues. "Il a créé une nouvelle dynamique et a su s'entourer d'un staff très compétent" souligne l'attaquante des Bleues Eugénie Le Sommer

                                "Précieux sur les détails"

                                L'ancien professionnel Frédéric Née travaille avec les attaquantes apportant ce petit plus même s'il ne manque pas de dire à propos de l'attaquante Eugénie Le Sommer : "C’est une joueuse de classe mondiale" avant de louer "sa vivacité au niveau des appuis avec un centre de gravité assez bas". Mais tout n'est pas parfait : "Il y a beaucoup de déchet dans ses appels. Il faut améliorer certains déplacements" ajoute ce dernier avant de souhaiter qu'elle devienne une des leaders de l'équipe. Car la France qui pêche offensivement, c'est avant tout les attaquantes qui sont montrées du doigt.

                                Bruno Valencony a en charge les gardiennes et dans une hiérarchie établie, il continue à faire progresser le trio des gardiennes. Dernière arrivée, Peggy Provost apporte une autre touche au staff, liant entre les joueuses avec son expérience internationale chez les féminines. Le dernier mot reste cependant au sélectionneur selon Amandine Henry : "Il connaît le foot moderne et m'a donné de précieux conseils sur les déplacements". Même sonorité avec la capitaine Wendie Renard : "Il est précieux sur les détails, les déplacements entre les lignes, comment se positionner pour aller plus vite..." Tout le monde le confère, il a apporté une touche de professionnalisme.

                                Cet apport permettra-t-il enfin aux Bleues de franchir le cap des quarts de finale d'un Euro, mais bien plus que cela, d'atteindre une première finale internationale pour ainsi montrer que le travail a payé et les Bleues ne sont pas qu'une équipe redoutée, mais une équipe redoutable.

                                Mardi 18 Juillet 2017
                                Sebastien Duret

                                http://www.footofeminin.fr/WEURO2017...ys_a13849.html
                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                Commentaire


                                • #WEURO2017 - Groupe C : la FRANCE arrache la victoire

                                  Les Bleues ont buté durant 85 minutes sur une équipe islandaise qui proposa un défi physique. C'est finalement un penalty de Le Sommer qui a délivré la France.


                                  Le Sommer a son 61e but en sélection (photo UEFA.com)


                                  Un premier match de phase finale, un adversaire physique et difficile à manoeuvrer, le match piège était pressenti. Il fallait donc trouver les solutions pour mettre à mal ce bloc.

                                  Le sélectionneur Olivier Echouafni avait annoncé des surprises, elles étaient attendues côté gauche et ce fut le cas avec la titularisation de Karchaoui, de retour de blessure, et le placement de la dernière appelée, Le Bihan, en milieu gauche. Après différents essais lors de la préparation pour pallier le forfait de Majri, c'est un couloir composé de deux Montpelliéraines qui était choisi pour débuter la rencontre.

                                  Une première période manquée


                                  Echouafni a redonné la bonne direction à son équipe après la pause


                                  L'équipe islandaise soutenue par plus de 2 000 supporters s'est montrée fidèle à elle-même pour le sélectionneur français : "Une équipe très athlétique qui nous a fait mal". Les Bleues étaient prévenues mais elles se sont retrouvées dans la difficulté en rentrant dans le jeu de leurs adversaires. Deux premiers duels aériens engagés d'Henry et Georges donnaient le ton (2e) cependant les Islandaises ne faisaient pas de la figuration non plus.

                                  Un match engagé qui amenait de la crispation et de l'énervement lorsque les décisions arbitrales surprenaient (avertissement à Renard 15e). Mais aussi du déchet technique en ne parvenant pas à se libérer. Abily cherchait Le Sommer (6e, 9e), et Le Bihan tentait sa chance (9e). Placée à gauche, elle avait cependant tendance à revenir trop régulièrement vers l'axe. De quoi favoriser la tactique islandaise avec une équipe regroupée.

                                  Transversale pour Renard


                                  Renard et la défense française sont restées vigilantes sur les contres islandais


                                  Les Bleues dans la difficulté ne parvenaient pas à cadrer, obtenant quelques corners et coups francs. Ce sont ces coups de pied arrêtés qui offraient deux premières alertes devant le but islandais. Le coup franc d'Abily de la gauche vers la droite était dégagé par Brynjarsdóttir devant sa ligne (35e). Henry cadrait une première frappe sur un coup franc lointain dans la foulée (36e). Juste avant le repos, la France était proche de connaître deux coups durs. Le premier était de sortir Le Bihan, touchée à la cheville droite, avant la pause (42e) puis le second aurait pu être un penalty sifflé en faveur des Islandaises pour une poussée de Georges sur Friðriksdóttir (45+2e).

                                  0-0 à la pause, et la défense française avait passé une première période tranquille, Bouhaddi n'ayant eu aucun travail à effectuer avant de devoir intervenir hors de sa surface (70e). La France affichait un autre visage à la reprise en étant plus à son avantage pour dérouler le ballon. Il n'en restait pas moins que le bloc islandais ne se désolidarisait pas. La gardienne sortait un coup franc vicieux d'Abily en corner (49e). Les corners se répétaient plus régulièrement, et l'un d'eux frappé par Abily, Renard plaçait une reprise de la tête sur la barre (75e).

                                  La délivrance sur penalty


                                  La joie de Le Sommer


                                  La France tentait de forcer la décision et allait parvenir à ses fins. Un centre depuis la droite d'Abily dans la surface, Henry se retrouvait dos au but au duel avec Jensen, juste entrée en jeu. La milieu de terrain française se retrouvait déséquilibrée sous le regard de l'arbitre italienne. Penalty que Le Sommer se chargeait de transformer sans trembler (1-0, 86').

                                  Ouf dans le camp français, le piège islandais a été évitée mais cette entrée en matière difficile a permis de rappeler la complexité de jouer ce type d'adversaires au jeu fermé. Samedi, le scénario sera le même face à l'Autriche qui a déjà acquis de la confiance en battant la Suisse (1-0).

                                  Sébastien Duret
                                  Photos UEFA.com


                                  Championnat d'Europe de l'UEFA 2017 - Groupe C - Première journée
                                  Mardi 18 juillet 2017
                                  - 20h45
                                  FRANCE - ISLANDE : 1-0 (0-0)
                                  Tilburg (Koning Willem II stadion)
                                  Temps chaud - Terrain excellent
                                  Spectateurs : 4 894
                                  Arbitres : Carina Vitulano (Italie) assistée de Lucia Abruzzese (Italie) et Svetlana Bilić (Serbie). 4e arbitre : Kateryna Monzul (Ukraine)
                                  But :
                                  1-0 Eugénie LE SOMMER 86' s.p. (Jensen ceinture Henry sur un centre d'Abily. Penalty transformé du droit d'un contre-pied parfait)
                                  Avertissements : Renard 17' pour la France ; I.Sigurðardóttir 34', staff islandais 45+2', Albertsdóttir 54' pour l'Islande

                                  France : 16-Sarah Bouhaddi ; 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 4-Laura Georges, 3-Wendie Renard (cap.), 22-Sakina Karchaoui ; 6-Amandine Henry ; 12-Elodie Thomis (18-Marie-Laure Delie 78'), 10-Camille Abily, 15-Elise Bussaglia (17-Gaëtane Thiney 64'), 7-Clarisse Le Bihan (20-Kadidiatou Diani 42') ; 9-Eugénie Le Sommer. Entr.: Olivier Echouafni
                                  Non utilisées : 1-Laëtitia Philippe, 21-Méline Gérard, 2-Eve Périsset, 5-Sandie Toletti, 11-Claire Lavogez, 13-Camille Catala, 14-Aïssatou Tounkara, 19-Griedge Mbock Bathy Nka, 23-Onema Grace Geyoro
                                  Islande : 1-Guðbjörg Gunnarsdóttir ; 4-Glódís Perla Viggósdóttir, 2-Sif Atladóttir, 3-Ingibjörg Sigurðardóttir ; 5-Gunnhildur Yrsa Jónsdóttir, 8-Sigríður Lára Garðarsdóttir (16-Harpa Thorsteinsdóttir 75'), 7-Sara Björk Gunnarsdóttir (cap.), 11-Hallbera Guðný Gísladóttir ; 17-Agla María Albertsdóttir (9-Katrin Ásbjörnsdóttir 61'), 10-Dagný Brynjarsdóttir, 23-Fanndís Friðriksdóttir (15-Elín Mette Jensen 82'). Entr.: Freyr Alexandersson
                                  Non utilisées : 12-Sandra Sigurdardóttir, 13-Sonny Lára Thrainsdóttir, 6-Hólmfrídur Magnúsdóttir, 14-Málfrídur Erna Sigurdardóttir, 18-Sandra Jessen, 19-Anna Björk Kristjansdóttir, 20-Berglind Björg Thorvaldsdóttir, 21-Arna Ásgrímsdóttir, 22-Rakel Hönnudóttir







                                  Mercredi 19 Juillet 2017
                                  Sebastien Duret

                                  http://www.footofeminin.fr/WEURO2017...re_a13859.html
                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                  Commentaire


                                  • #WEURO2017 - Réactions après FRANCE - ISLANDE : "On est entré dans leur jeu en première mi-temps"

                                    Retrouvez les réactions d'après-match du sélectionneur, d'Amandine Henry, de Wendie Renard, d'Eugénie Le Sommer, de Jessica Houara d'Hommeaux et Clarisse Le Bihan


                                    Olivier Echouafni (sélectionneur)

                                    Ce sont celles qui sont le plus dur à obtenir, ce sont les meilleures aussi. Cela démontre dans ce championnat d'Europe qu'il va falloir élever son niveau de jeu. Quand on voit les équipes qui ont débuté, on s'aperçoit que c'est très accroché lors de ce premier match, qu'il y a de la tension, de la pression et qu'il faut libérer tout ça. C'est ce qui s'est passé ce soir notamment en première mi-temps où on est rentré un peu trop dans le jeu des Islandaises. On a su quand même faire le dos rond et obtenir cette victoire qui va nous faire beaucoup de bien.
                                    La grande ligne a été d'être patient, serein. On a su finalement aller chercher ce résultat et ce but. Cette équipe, je pense qu'elle ne se rend pas compte de la qualité qu'elle a et des ressources qu'elle a. Quelques années en arrière, ces matchs-là, l'équipe de France les aurait perdu. On a rencontré une grande équipe islandaise qui a joué avec ces atouts, mais malgré tout on a réussi à gagner.
                                    L'Autriche ? Cette équipe autrichienne a été surprenante face à la Suisse. On vient de remporter notre premier match et dès le deuxième match il y aura peut-être une confrontation directe pour remporter cette première place. On va avoir le même profil d'équipe que l'Islande, un jeu axé sur l'aspect athlétique, physique et beaucoup de générosité, de confiance avec leur victoire face à la Suisse.

                                    Amandine Henry
                                    Une victoire compliquée, on marque en fin de match mais la victoire est là. Ce n'est pas facile de rentrer dans une compétition, il y a la pression. Mais on n'a pas perdu patience, et on a été récompensées.
                                    Sur le penalty ? Je suis un peu accrochée et forcément dans la surface il y a un peu de vice aussi. Je pense qu'il y a faute. C'est bien pour nous. Je pense que sur la globalité du match, on a pris pas mal de coup.

                                    Wendie Renard
                                    Difficile, je pense que l'on est entré un peu trop dans le jeu des Islandaises, à vouloir balancer. On avait vu dans la vidéo qu'elles mettaient beaucoup d'impact, elles jouaient avec leurs armes, on est entré dans leur jeu. En deuxième mi-temps, le coach a remis les choses en place. On s'est aussi reboosté entre nous, pour garder beaucoup de calme, et reprendre de la sérénité. Quand on a posé le ballon, on a vu qu'il n'y avait pas photo. C'était long, contre une très bonne équipe. Les matchs sont difficiles, le premier est difficile, la victoire est encore plus belle comme cela et j'espère qu'elle va nous lancer dans cette compétition.

                                    Eugénie Le Sommer
                                    Elles ont très bien défendu. Nous nous attendions à cela. C'est une équipe qui joue avec ses valeurs. Elles ont tout donné. On a poussé et on a été récompensées. Tout le monde nous voit déjà qualifiées, mais on sait que ça va être difficile. Il faut en passer par là.
                                    Sur le penalty ? Je fais partie des trois joueuses désignées, j'avais envie de le tirer, j'ai pris le ballon. J'ai marqué, mais c'est la victoire de toute l'équipe. On a rien lâché, on a poussé et on a été récompensées par ce penalty. Il faut se servir de ça pour les prochains matchs.

                                    Jessica Houara d'Hommeaux
                                    Les victoires les plus difficiles sont généralement les plus belles. On a vu que tous les premiers matches de cet Euro ont été très serrés, avec parfois des surprises. On s'attendait à un match très difficile. Face à une équipe d'Islande très accrocheuse qui mettait beaucoup de coups. Dans la seconde période, on a su poser le ballon et on a été récompensé par un but en fin de match. Le plus important est là, c'était la victoire. Le premier match est très important.

                                    Clarisse Le Bihan
                                    La blessure ? Il y a une joueuse islandaise qui m'a marché sur le pied, il y a une cheville qui est partie. On a vu avec le médecin, on a préféré ne pas prendre de risque.
                                    C'est une superbe belle histoire, je n'étais pas dans le groupe au départ. Je ne faisais pas partie du groupe et je démarre. Je prends ça comme du bonus, je profite à fond. Je me sens bien, j'ai travaillé dur toute la fin de saison. Je suis contente que ça me sourit. Je vais continuer.

                                    Propos recueillis sur France 2 et Eurosport 2



                                    Mercredi 19 Juillet 2017
                                    Sebastien Duret

                                    http://www.footofeminin.fr/WEURO2017...ps_a13860.html
                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                    Commentaire


                                    • Espérons qu'il ne s'agisse que de l'effet laborieux habituel du premier match de poule en attendant du mieux : j'ai le sentiment d'une régression. Amandine Henry a tenu la baraque du milieu plus que jamais, trop même comme si elle était seule au monde, malgré les fulgurances d'Abily et les promesses de Le Bihan.
                                      Wendie toujours au top. En revanche Laura Georges préférée à Griedge Mbock, ça pose question. Elodie Thomis titulaire, j'aurais pas cru...
                                      Ce canard n'a qu'un bec, et n'eut jamais envie d'en avoir deux.

                                      Commentaire


                                      • France-Islande : Une victoire, mais pas de réponses
                                        Publié le 19 juillet 2017 | Euro 2017
                                        Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles



                                        La France a fait le plus dur (1-0) dans son entrée au championnat d’Europe mardi soir. Si les trois points sont au bout, et que l’abnégation tricolore est louable, ce premier match difficile ne soulève aucune certitude pour le moment.


                                        Toute la France du football attendait ce match depuis l’élimination en quart de finale face à l’Allemagne en Coupe du Monde, il y a deux ans. La rencontre qui opposait la France à l’Islande, remportée par les Bleues (1-0), n’a pourtant pas encore levé tous les doutes concernant la capacité de cette équipe à aller au bout de l’aventure, et enfin ramener une médaille, voire un trophée dans l’Hexagone. Alignée dans un 4-3-3 classique au sein du stade Willem II, l’équipe de France présentait une belle surprise dans son onze de départ. Clarisse Le Bihan, appelée en renfort suite au forfait tardif d’Amel Majri, était titulaire sur l’aile gauche. Alignée en 3-4-3, l’équipe de Freyr Alexandersson voulait jouer crânement sa chance, et pourquoi ne pas battre l’un des favoris du tournoi, comme l’avait annoncé le sélectionneur islandais avant la rencontre.

                                        Combat physique et crispation

                                        Si l’Islande, poussée par ses infatigables et très nombreux supporters, à grand renfort de « clappings », avait le monopole du cœur, c’est bien la France qui détenait les clés de la rencontre. Supérieures techniquement, plus appliquées dans la conservation du ballon et bien en place pour couper les quelques velléités offensives adverses, les Bleues ne parvenaient pas à trouver la faille dans le bloc nordique, et pour cause. En blanc, les joueuses islandaises étaient prêtes à partir à la guerre, en témoigne la tacles (trop ?) virulents, comme celui de Sigrídur Gardarsdóttir sur Eugénie Le Sommer (18'), qui lui valait un carton jaune. Les contacts étaient nombreux, et faisaient une victime, l’inattendue Clarisse Le Bihan, qui devait céder sa place à Kadidiatou Diani cinq minutes avant le repos (40'), puisque touchée à une cheville.

                                        Après la pause, l’équipe de France a su réagir avec intelligence à l’opposition qui lui était proposée. Tout n’a pas été parfait, mais les intentions étaient là. Peut-être que la fatigue et la pression de ce premier match en Hollande auront aussi eu raison d’une partie du talent tricolore. De son côté, l’Islande se procurait aussi un peu plus d’occasions dangereuses (56’, 67’). Mais elle le devait aussi aux errements défensifs dont était parfois coupable l’arrière-garde française. Wendie Renard a parfaitement assumé son rôle de capitaine, remportant la majorité (si ce n’est la totalité) de ses duels dans la surface, et prenant même parfois l’initiative de l’attaque, à l’image de cette montée où, après une récupération au milieu de terrain, elle servait Thomis sur la droite avant de réclamer le ballon, que l’attaquante ne pouvait lui déposer sur la tête (52’).

                                        Une défense pas exempte de tout reproche

                                        Mais elle fut bien la seule à faire preuve d’autant d’autorité. Houara d'Hommeaux n’a pas pesé assez, et sur une tête ratée, il s’en est fallu de peu pour qu’elle offre une excellente occasion de but à l’Islande. Sakina Karchaoui n’a pas spécialement failli, contrairement à Laura Georges, qui, en plus de plusieurs gros tacles parfois non maîtrisés, aurait pu concéder un penalty juste avant la mi-temps, lorsque Fridriksdottir s’écroulait dans la surface. Heureusement, l’arbitre italienne Carina Vitulano n’a pas bronché cette fois non plus.

                                        Reste qu’offensivement, la France se montrait plus appliquée dans le deuxième acte, et donc plus dangereuse, bien que les nombreuses tentatives tricolores (48', 52', 61', et 71') se soldent à chaque fois par un arrêt ou un contre adverse. Renard pensait subir un sort différent lorsque, à un quart d’heure du terme de la rencontre, elle déviait un corner de Camille Abily au premier poteau de la tête. Mais le ballon s’écrasait sur la barre. Finalement, suite au ceinturage de trop d’Elin Jensen dans la surface, Eugénie Le Sommer libérait tout le clan français en inscrivant son 61ème but en sélection, sur penalty (1-0, 86').

                                        Un but qui a suffi aux Bleues pour empocher les trois points et revenir à hauteur de l’Autriche, vainqueure un peu plus tôt, mais sur le même score, de la Suisse, en tête du groupe C. Des Autrichiennes qui seront les prochaines à se présenter sur la route de la bande d’Olivier Echouafni, samedi à 20h45. Cette fois, face à une équipe joueuse, les Bleues devraient trouver plus d’espace pour développer leur jeu, mais les surprenantes Tyroliennes offriront aussi une toute autre opposition à la défense des Bleues, et comme on sait que, dans cet Euro, les surprises ne sont jamais loin…

                                        http://www.footdelles.com/article/Eu...es_149972.html
                                        Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • #WEURO2017 - Groupe C : la conférence de presse avant FRANCE - AUTRICHE : "Avoir les cartes en main"

                                          La gardienne des Bleues Sarah Bouhaddi et le sélectionneur Olivier Echouafni étaient interrogés à la veille de la rencontre face à l'Autriche. Retour sur cette conférence.


                                          photo UEFA.com

                                          Olivier Echouafni (sélectionneur)
                                          Les Françaises sont apparues tendues lors du premier match face à l'Islande ?

                                          C’était un premier match, il y a toujours beaucoup de tension, beaucoup de pression, c’est difficile de se libérer. Ce premier match était attendu par le groupe, par les filles. Il fallait bien le négocier ce virage. Cela avait l'air d'un match piège et je trouve que l'on s'en est bien sorti. On est rentré dans la compétition Maintenant ce n'est pas parce que l'on a une victoire qu'il faut se relâcher. Avoir les cartes en main, c'est ça avant tout le premier objectif.

                                          Ce match est déjà décisif pour la qualification ?
                                          L'Autriche a gagné son premier match, la France a gagné son premier match, on joue peut-être la qualification sur ce match-là. Cela dépendra aussi de l'autre match. C'est bien dès le deuxième match de pouvoir être confronté à une équipe qui vient aussi de gagner, c'est forcément intéressant. On a cœur de réaliser une bonne performance et de prendre les trois points.

                                          Que pensez-vous de l'Autriche ? Une petite Allemagne ?
                                          Vous appelez l'Autriche la petite Allemagne, vous avez raison. On s’attend à un match difficile. C’est le profil de l’Islande, très athlétique mais avec d’autres spécificités. C'est une équipe qui peut prendre en contres et mettre de la vitesse. Il va falloir en tenir compte. C’est une équipe capable de s’adapter à l’adversaire. Mais nous, on est capables de faire beaucoup mieux, à l’image de notre deuxième mi-temps contre l’Islande.
                                          Toutes les joueuses de cette équipe sont dangereuses. Il est toujours difficile de ressortir une joueuse en particulier. Cette équipe d'Autriche est un bloc très compact. Elles ont tendance à être bien positionnées, bien disciplinées et qui jouent sur ses qualités de vitesse. Je n'ai pas été surpris du résultat de ce que j'avais vu des matchs de préparation. Cela ne va pas être facile pour nous mais on a aussi des arguments pour les mettre en difficulté.
                                          Cette équipe autrichienne, on sent qu'elle a énormément progressé avec ses résultats. Elle s'est qualifiée pour cet Euro derrière la Norvège. On n'est pas surpris de voir cette équipe où elle en est aujourd'hui. Il y a un sélectionneur qui a donné un vrai style à cette équipe avec ses qualités. Aujourd'hui cela se ressent sur le terrain


                                          Sarah Bouhaddi (gardienne)
                                          Quelle est l'ambiance dans le groupe ?

                                          Le groupe vit bien, c’était important de gagner ce 1er match pour la suite de la compétition, pour l'état d'esprit, pour bien travailler derrière. Le match face à l'Autriche, on ne se dit pas que c’est une petite finale. Il faut que l'on gagne et en fonction des résultats des autres équipes, cela nous permettra de savoir si l'on se qualifie. Avant tout, on va bien le préparer.

                                          Que pensez-vous de votre adversaire ?
                                          L’équipe d’Autriche ressemble à l’équipe islandaise, mais elle a un style de jeu particulier. Elles ont deux façons différentes de jouer. Par rapport aux matchs amicaux que l'on a pu voir de cette équipe, il y a une équipe qui reste bien en place, qui fait bien circuler le ballon et qui est capable de se replier devant le but et attendre l’adversaire pour procéder en contres. Donc il va falloir très méfiantes et être patientes.

                                          On a été surprises de voir les Autrichiennes gagner contre la Suisse, elles ont été très sérieuses tout au long du match, elles ont de très bonnes joueuses, elles ont un état d’esprit qui fait qu’elles ne lâchent rien et elles ont une bonne attaquante qui fait beaucoup d’efforts. On est dans une phase finale de championnat d'Europe et on se rend compte que tous les résultats sont très serrés.


                                          Thalhammer (AUTRICHE) : "On veut trouver notre style"

                                          Carina Wenninger (milieu de terrain de l'Autriche)

                                          "La France nous a montré du respect en conférence de presse. Elles nous considèrent comme étant fortes, mais la France est favorite dans ce match. Elles le savent bien. Malgré notre succès contre la Suisse, la France est favorite. Cette victoire ne change rien. La France est une excellente équipe."

                                          Dominik Thalhammer (sélectionneur de l'Autriche)
                                          "On est sereins après notre victoire, et on est une équipe qui pense à notre manière de jouer, par forcément au résultat. On a notre propre style. J’ai trouvé que l’Islande avait bien joué contre la France. On veut trouver notre style. L’objectif de la France est de gagner ce tournoi et nous, on veut que le match reste ouvert le plus longtemps possible."

                                          Vendredi 21 Juillet 2017
                                          Sebastien Duret

                                          http://www.footofeminin.fr/WEURO2017...in_a13871.html
                                          Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par Lalgeriano Voir le message
                                            Espérons qu'il ne s'agisse que de l'effet laborieux habituel du premier match de poule en attendant du mieux : j'ai le sentiment d'une régression. Amandine Henry a tenu la baraque du milieu plus que jamais, trop même comme si elle était seule au monde, malgré les fulgurances d'Abily et les promesses de Le Bihan.
                                            Wendie toujours au top. En revanche Laura Georges préférée à Griedge Mbock, ça pose question. Elodie Thomis titulaire, j'aurais pas cru...
                                            Le match n'était vraiment pas terrible en lui-même... pression du premier match, une équipe islandaise qui cherchait plus à casser le jeu et les joueuses qu'autre chose. Prestation d'ensemble moyenne, mais on a l'habitude désormais :oui:

                                            Match pas facile demain contre l'Autriche... j'en garde pas un super souvenir en qualifs il y a quelques années, même si les filles avaient gagné les deux confrontations :crazy:
                                            Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • #WEURO2017 - Groupe C : Les Bleues accrochées par l'AUTRICHE

                                              L'équipe de France a souffert face à l'Autriche. Cueillies à froid en première période, les Françaises sont rentrées aux vestiaires avec un but de retard (1-0). En seconde période, Amandine Henry a égalisé sur corner (51e). Les Françaises joueront la qualification mercredi face à la Suisse.


                                              Henry ici en train de tacler devant Feiersinger a permis d'égaliser (photos UEFA.com)


                                              Au coup de sifflet final, la joie autrichienne résonnait comme une victoire pour les protégées de Dominik Thalhammer. Le camp français s'était méfié de son adversaire, mais cela n'a pas suffi à éviter le piège tendu par l'Autriche qui prend part à son premier Euro. L'Autriche avait averti en battant la Suisse (1-0), la France avait été alertée en peinant à marquer face à une défense regroupée (Islande 1-0).

                                              Echouafni modifiait la moitié de son équipe, laissant Karchaoui, Abily, Georges, Thomis sur le banc en plus de Le Bihan blessée pour titulariser Périsset, Geyoro, Mbock, Delie et Thiney. Un système différent pour essayer de contrer son adversaire. Cela n'a pas souri même si dès la deuxième minute, Delie sur une talonnade aurait pu surprendre la gardienne autrichienne. Les vingt premières minutes voyaient les Bleues garder le ballon mais manquaient de mouvement en l'absence de réelles latérales pour amener le surnombre et bouger le bloc adverse. Delie cadrait un second essai sur un centre en retrait de Thiney (16e).

                                              Makas donne du tracas aux Bleues


                                              L'Autriche a réussi son coup


                                              La défense française allait alors montrer de la fébrilité dont l'Autriche allait profiter. Une première alerte sur une relance de Bouhaddi vers Mbock interceptée par Burger. La buteuse autrichienne du premier match centrait pour Feiersinger et Bouhaddi se rattrapait en partant chercher le ballon sur sa gauche (22e). Cinq minutes plus tard, elle ne pouvait par contre rien faire lorsqu'une longue touche d'Aschauer arrivait jusque dans l'axe du but français. Thiney n'arrivait pas à repousser le ballon que Makas reprenait du droit de 15 m en pleine puissance (0-1, 27').

                                              Les milieux de terrain françaises sonnaient la réaction français avec Henry qui prenait ses responsabilités en déclenchant une frappe (31e). Bussaglia cadrait aussi à son tour mais la tentative lointaine était bloquée par Zinsberger (34e). Le doute était encore présent sur une relance ratée de Bouhaddi (40e). D'autant que l'Autriche jouait parfaitement le coup en se projetant rapidement vers l'avant avec Makas et Billa.

                                              Henry encore décisive

                                              Au retour des vestiaires, Bussaglia était la première à allumer la mèche (47e). Ne parvenant pas à ses fins dans le jeu, c'est sur un corner de Bussaglia que l'égalisation intervenait. Au second poteau, Henry était oubliée au marquage, la gardienne lobée. Le ballon catapulté au fond des filets remettait les deux équipes à égalité (1-1, 51'). Déjà décisive en ayant obtenu le penalty face à l'Islande, la milieu des Bleues était cette fois buteuse.

                                              La suite ressemblait à une litanie avec une équipe de France qui butait sur un bloc. Henry tentait bien de le contourner en éliminant quatre joueuses, s'appuyant sur Le Sommer avant de déclencher une frappe croisée vers la lucarne opposée. La gardienne sortait le ballon du bout des doigts en corner (66e). L'Autriche ne se montrait dangereuse qu'à une seule reprise sur une tentative de 22 m en demi-volée de Prohaska, Bouhaddi intervenait de justesse (77e).

                                              Diani a tenté


                                              Echouafni devra trouver la bonne équipe face à la Suisse


                                              Les changements apportés par Echouafni redonnaient un nouvel élan à l'équipe. Diani à deux reprises était dangereuse. Une première fois servie par Henry, elle enchaînait contrôle et frappe (84e). On retrouvait la nouvelle joueuse du PSG sur un service d'Abily avec une frappe qui frôlait le poteau (90+4e). Me Sommer (80e, 88e), Delie (89e) se montraient aussi en fin de match mais sans plus d'efficacité.

                                              Avec quatre points en deux rencontres et une première place partagée avec l'Autriche, la France devra faire un nul face à la Suisse pour se qualifier tandis que la première place se disputera peut-être à distance et sans être maître de son destin. L'Autriche jouera une équipe d'Islande quasiment éliminée mercredi prochain.

                                              Sébastien Duret
                                              Photos UEFA.com

                                              >> LES RÉACTIONS


                                              Championnat d'Europe de l'UEFA 2017 - Groupe C - Deuxième journée
                                              Samedi 22 juillet 2017
                                              - 20h45
                                              FRANCE - AUTRICHE : 1-1 (0-1)
                                              Utrecht (Stadion Galgenwaard)
                                              Temps nuageux puis pluvieux (22°C) - Terrain excellent
                                              Spectateurs : 4 387
                                              Arbitres : Jana Adámková (République tchèque) assistée de Lucie Ratajová (République tchèque) et Maria Sukenikova (Slovaquie). 4e arbitre : Bibiana Steinhaus (Allemagne)
                                              Buts :
                                              0-1 Lisa MAKAS 27' (Longue touche d'Aschauer depuis le côté gauche, le ballon arrive sur Thiney qui tente une aile de pigeon, Makas hérite du ballon et arme une frappe du droit de 15 m qui termine sur la droite de Bouhaddi)
                                              1-1 Amandine HENRY 51' (Corner de Bussaglia joué qui retombe au second poteau pour la reprise de la tête d'Henry, oubliée au marquage, qui catapulte le ballon)
                                              Avertissements : Houara d'Hommeaux 44' pour la France ; Feiersinger 20' pour l'Autriche

                                              France : 16-Sarah Bouhaddi ; 8-Jessica Houara d'Hommeaux (22-Sakina Karchaoui 63'), 19-Griedge Mbock Bathy Nka, 3-Wendie Renard (cap.), 2-Eve Périsset ; 6-Amandine Henry ; 23-Onema Grace Geyoro, 15-Elise Bussaglia (10-Camille Abily 78') ; 17-Gaëtane Thiney (20-Kadidiatou Diani 70') ; 18-Marie-Laure Delie, 9-Eugénie Le Sommer. Entr.: Olivier Echouafni
                                              Non utilisées : 1-Laëtitia Philippe, 21-Méline Gérard, 4-Laura Georges, 5-Sandie Toletti, 7-Clarisse Le Bihan, 11-Claire Lavogez, 12-Elodie Thomis, 13-Camille Catala, 14-Aïssatou Tounkara
                                              Autriche : 1-Manuela Zinsberger ; 6-Katharina Schiechtl, 7-Carina Wenninger, 13-Virginia Kirchberger ; 18-Laura Feiersinger, 11-Viktoria Schnaderbeck (cap.), 17-Sarah Puntigam, 19-Verena Aschauer ; 15-Nicole Billa (16-Jasmin Eder 85') ; 10-Nina Burger (4-Viktoria Pinther 75'), 20-Lisa Makas (8-Nadine Prohaska 68'). Entr.: Dominik Thalhammer
                                              Non utilisées : 21-Jasmin Pfeiler, 23-Carolin Grössinger, 2-Marina Georgieva, 3-Katharina Naschenweng, 5-Sophie Maierhofer, 9-Sarah Zadrazil, 12-Stefanie Enzinger, 14-Barbara Dunst, 22-Jennifer Klein








                                              Dimanche 23 Juillet 2017
                                              Sebastien Duret

                                              http://www.footofeminin.fr/WEURO2017...HE_a13877.html
                                              Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • France-Autriche : L’art du suspens
                                                Publié le 22 juillet 2017 | Top News
                                                Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles



                                                Au terme d’un match disputé contre une équipe qui a une nouvelle fois démontré toute sa qualité, l’équipe de France a concédé le nul (1-1) face à l’Autriche ce samedi. Les Bleues, qui n’ont pas rassuré, joueront leur qualification en quart face à la Suisse, mercredi.


                                                Ce n’est pas tant le résultat (1-1) des Bleues face à une équipe d’Autriche qui est arrivée aux Pays-Bas sur la pointe des pieds, et dont la qualité n’est plus à questionner, qui laisse circonspect, mais plutôt la manière. Entre doute et approximations, malgré quelques améliorations, rien n’a vraiment changé côté français depuis la victoire face à l’Islande (1-0), quatre jours avant. L’équipe de France s’est heurtée à une sélection qui aura démontré un état d’esprit- combattif et rigoureux -que l’on aurait souhaité voir dans les deux camps. Une leçon infligée par une équipe dont c’est la première apparition dans cette compétition. Ce manque d’expérience n’avait pas empêché les rouge et blanc de gagner leur premier match, face à la Suisse, en pratiquant un jeu rapide, fait de contre-attaques.

                                                Le changement c'était maintenant

                                                Déçu Olivier Echouafni ? Ou alors simplement envieux pousser la concurrence à son paroxysme dans cet Euro ? Plusieurs hypothèses s’opposaient alors que le sélectionneur avait décidé d’opérer 4 changements dans son onze de départ pour ce deuxième match. Perisset, Thiney, Mbock et Geyoro commençaient à la place de Le Bihan et Karchaoui (toutes deux au repos) ainsi que de Georges et Abily, au sein d’un 4-3-3 qui se mouvait parfois en 4-4-2. L’électrochoc n’aura pas marché, et c’est le premier enseignement de cette rencontre.
                                                Pour contrecarrer les plans de son homologue, Dominik Thalhammer avait aussi délaissé le 4-1-4-1 adopté face à la Suisse pour un 5-3-2 plus compact, avec une triade offensive composée de Burger, Billa et Makas. On avait critiqué leur animation défensive ? Echouafni et son staff en ont pris bonne note, et avaient travaillé en ce sens (les centres, le positionnement dans les couloirs) cette semaine à l’entraînement. Logiquement, les Bleues ont beaucoup plus centré, avec plus ou moins de réussite. Cette persévérance aurait pu être payante lorsque Delie reprenait un centre de Thiney au quart d’heure de jeu, mais Zinsberger repoussait sur sa ligne.
                                                Et malgré les tentatives lointaines de Bussaglia, Henry et consort, la France s’est montrée de nouveau trop passive en défense. Alertées une première fois par le déboulé dans le dos de leur défense de l’attaquante Nina Burger, puis par une relance ratée de Bouhaddi qui offrait une occasion en or (non convertie) par Feiersinger à la 21e, les Bleues étaient punies de leur attentisme sur un coup franc. Makas profitait d’un ballon dévié et d’un marquage défaillant pour transformer l’opportunité (1-0, 26e). Déboussolée, l’équipe hexagonale tirait la langue avant de rentrer aux vestiaires, menée. «On s’est mises toutes seules en difficulté», reconnaissait d’ailleurs après le match Eve Perisset, au micro d’Eurosport.

                                                La Suisse, à la vie à la mort

                                                L’entame de deuxième acte française était plus mordante, et les Bleues relevaient la tête presque du tac au tac, grâce à Amandine Henry, joueuse du match. La milieu de terrain profitait d’une sortie manquée de la gardienne autrichienne sur corner pour égaliser de la tête (1-1, 50e). Les tourments de la défense française s’estompaient par la suite mais ne disparaissaient pas non plus totalement, comme cette frappe de Prohaska, sur laquelle Sarah Bouhaddi devait s’employer pour envoyer le ballon en corner, à la 76e minute. Dix minutes auparavant, Amandine Henry avait failli se muer en bonne fée, mais sa frappe aux 16 mètres était déviée sur la barre par Zinsberger. Dominatrice, la France profitait aussi de la fatigue autrichienne en fin de match pour se créer quelques occasions (83e, 87e, 88e, 90+3e), en vain.
                                                Si les chiffres sont à l’avantage des Bleues (19 tirs à 7, 66% de possession), rien ne leur assure d’être présentes en quart de finale alors que la Suisse, vainqueure quelques heures auparavant de l’Islande (2-1) et qui a repris par la même occasion ses chances de qualification en main, se dresse sur le chemin des Bleues, mercredi. On disait que les Françaises, qui n'ont toujours pas marqué dans le jeu lors de cet Euro, n’aimaient pas les matches à enjeux, elles viennent de s’en ajouter un. La dernière rencontre de ces phases de poules s’annonce dantesque. Tout le monde espère bien sûr que le dénouement sera heureux, et il suffit de se rappeler qu’avant de glaner son huitième titre continental en 2013, l’Allemagne avait passé la phase de groupe avec 4 points, pour se dire que tout n’est pas si noir.


                                                Les compositions d’équipe :

                                                France :
                                                Bouhaddi - Perisset, Renard, M’Bock, Houara d’Hommeaux (Karchaoui, 63e) – Bussaglia (Abily, 77e), Geyoro, Henry - Le Sommer, Thiney (Diani, 69e), Delie.
                                                Autriche : Zinsberger – Schiechtl, Wenninger, Kirchberger – Schnaderbeck, Puntigam, Feiersinger, Aschauer – Makas (Prohaska, 68e), Burger (Pinther,75e), Billa (Eder, 84e).

                                                Buts : Makas (26e) pour l’Autriche ; Henry (50e) pour la France

                                                http://www.footdelles.com/article/Eu...ns_150051.html
                                                Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                Commentaire


                                                • #WEURO2017 - Wendie RENARD : "On a facilité leur plan de jeu"

                                                  La capitaine des Bleues est revenue à l'issue de la rencontre sur le résultat nul de son équipe.



                                                  Le scénario du match

                                                  Il y avait de place, on était prévenu dès que le début du match qu'elles laissaient complétement le ballon avec un bloc compact. Malheureusement pour nous, on a encaissé ce but qui leur a facilité leur plan de jeu. Heureusement on est revenu au score même si cela reste un match nul. Il nous reste un match. On a la qualification entre nos pieds.
                                                  Sur le but, cela va vite. Sur une touche, deux centimètres mal placés, la fille, elle prend le ballon et cela va au fond. Derrière on a été obligées de faire encore plus d'efforts.

                                                  La difficulté face à un bloc
                                                  On a fait dix à quinze premières minutes où on faisait rapidement circuler le ballon. On arrivait à se créer des situations. Après à partir du moment où on a commencé à trop porter le ballon, face à un bloc comme cela ce n'est pas possible. Il faut faire circuler rapidement, perdre moins de ballon. Ce soir, on a eu quelques déchets mais je vais quand même retenir le positif, on a quand même réalisé à revenir au score et ce n'était pas simple face à cette équipe-là.

                                                  La fébrilité défensive
                                                  Il n'y a pas tellement eu de fébrilité même si on a concédé un but. Cela ne reflète pas le match. Quand on regarde le match, elles n'ont pas eu tellement de situations. Mettre le but sur la fébrilité globale, ce n'est pas bon car dans l'ensemble, on a quand même été costaudes.
                                                  On est prévenues, on peut regarder la vidéo mais c'est le rectangle qui parle. Une fois que le coup d'envoi est donné, des fois des équipes font certaines choses face à d'autres et contre nous, elles font autre chose. On essaye de s'adapter au mieux. Maintenant on doit être capable dans notre jeu de faire beaucoup mieux.

                                                  A Utrecht, Sylvain Jamet

                                                  Dimanche 23 Juillet 2017
                                                  Sebastien Duret

                                                  http://www.footofeminin.fr/WEURO2017...eu_a13879.html
                                                  Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • #WEURO2017 - Réactions après FRANCE - AUTRICHE : "rien n'est perdu mais rien n'est facile"

                                                    Olivier Echouafni, Amandine Henry et Eve Périsset étaient interrogées à l'issue de la rencontre. Retrouvez les réactions.



                                                    Olivier Echouafni (sélectionneur de la France)

                                                    Le match ?

                                                    Un peu de frustration sur la physionomie du match, on aurait pu mériter la victoire. C'est vrai que l'on a eu face à nous une équipe très organisée défensivement. Je ne conçois le football de cette façon-là, elles ont énormément défendu et il a fallu trouver des solutions. On aurait pu la trouver très rapidement, on n'a pas su le faire. La situation qu’a Marie-Laure (Delie) dès l’entame de match nous aurait permis de faire ressortir cette équipe d’Autriche. Ça ne s’est pas fait et ces moments de fébrilité, derrière on se met en danger alors qu’il n’y a aucune pression. Ce petit grain de sable a tendance à faire déjouer. Finalement on s'est mis en danger, on encaisse un but et on court après le score. On arrive en deuxième mi-temps avec des intentions bien meilleures et du coup on arrive à égaliser rapidement. On a su être patient malheureusement on n'a pas réussi à marquer. Finalement on n'a pas réussi à trouver la solution pour marquer ce deuxième but. Si on ne fait pas quelques erreurs en première mi-temps, on enlevait le doute et peut être que la physionomie du match aurait été différente. On le sait, les autres équipes sont là, on sait que ce n'est pas facile.

                                                    Votre discours à la pause ?
                                                    Je leur ai dit de continuer à jouer, que l'on avait pris le dessus collectivement, d'apporter plus de mouvements, plus de solutions et de se projeter. On savait que sur les coups de pied arrêtés, cela allait être déterminant, on a su égaliser de cette façon-là. A la fin, on aurait pu en marquer un deuxième. On prend un point, il faudra aller chercher une victoire contre la Suisse au troisième match.

                                                    Le dispositif en 4-4-2 ?
                                                    On a fait quelques choix sur le plan offensif, on savait très bien que cette équipe allait être regroupée avec deux lignes derrière bien compactes. Il fallait essayer de trouver des solutions, sur les côtés, mais aussi à l'intérieur pour les faire tourner un peu. Malheureusement cela n'a pas toujours été efficace, on a perdu un certain nombre de ballons en première mi-temps, c'était mieux en deuxième. Mais il faudra être encore plus performant devant le but.

                                                    Des buts sur coups de pied arrêtés ?
                                                    On vient de faire deux matchs face à des équipes qui ne jouent pas. Si vous leur donnez l'opportunité de marquer un but, cela devient plus compliqué. Il faut trouver les solutions. A elles de le trouver, à nous de leur donner aussi les outils pour aller marquer des buts dans le jeu mais on sait que les coups de pied arrêtés sont très importants.

                                                    La Suisse ?
                                                    On va bien récupérer parce que les deux matchs ont laissé beaucoup de traces sur les corps des joueuses. Dans un second temps, on va se projeter sur ce match face à la Suisse. On espère de tout coeur que cette équipe va un peu plus jouer parce que nous aussi on a des arguments quand une équipe joue.


                                                    Henry : "Rien n'est perdu mais rien n'est facile"

                                                    Amandine Henry (milieu et buteuse pour la France)

                                                    C'est de la frustration. Je pense que l'on avait le match en main sur la possession de balle. Elles en ont profité pour avoir un contre, c'est ce qu'elles attendaient. Elles étaient pratiquement à onze dans leur surface, on aurait pu essayer tous les systèmes. C’était un match piège face à une équipe regroupée dans leur surface. C'est comme ça, c'était à nous d'être plus efficaces, de mettre plus de mouvement. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Ce n'était pas notre soir. Malheureusement on a une réputation d'une équipe qui aime la possession de balle et quand on joue contre des équipes comme ça, il faut trouver l'efficacité. Il faudra trouver l'efficacité par la suite. On va aller chercher notre qualification sur ce troisième match, on ne va rien lâcher. On va jouer pour gagner, rien n'est perdu mais rien n'est facile. On garde la tête sur les épaules.

                                                    Eve Périsset (défenseure de la France) :
                                                    En première mi-temps, cela a été compliqué après ce premier but que l'on a encaissé. En deuxième mi-temps on a su relever la tête et marquer. Il reste encore un match, ce n'est pas encore fini. Le sélectionneur nous a dit que l'on n'avait pas perdu mais que l'on s'est mis toute seule en difficulté, que l'on n'a pas su mettre nos occasions au fond. Il faut vraiment que l'on récupère bien et que l'on se concentre bien sur le match face à la Suisse. On aurait mérité de gagner. C'est un peu frustrant il faut être patient, ne pas se précipiter, faire la bonne passe et marquer ce but.

                                                    Dominik Thalhammer (sélectionneur de l'Autriche) :
                                                    C'était très semblable au match contre la Suisse, une performance défensive. La France est une équipe de classe mondiale mais nous avons réussi à les mettre sous pression pendant 15 minutes en première période et à la fin de la seconde également. Nous étions défensifs comme l'a souligné le sélectionneur français, mais nous n'avons pas autant de joueuses de classe mondiale à notre disposition donc nous avons joué avec nos forces.
                                                    Nous avons reçu beaucoup de messages positifs du pays et l'intérêt est évidemment croissant, comme le prouve la couverture télé en Autriche. Cela ne peut que nous aider.
                                                    Bien sûr, nous songeons aux quarts de finale mais nous devons d'abord nous concentrer sur l'Islande. Nous devons nous assurer que les joueuses récupèrent bien.

                                                    Avec Sylvain Jamet à Utrecht, France 2, Eurosport 2 et UEFA.com

                                                    http://www.footofeminin.fr/WEURO2017...le_a13878.html
                                                    Since 2004. Plus de 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X