Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ligue des Champions Féminine 2016-2017

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le PSG aussi met une option sérieuse sur la finale
    Publié le 22 avril 2017 | Actus
    Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



    Après la victoire de l'Olympique lyonnais sur le terrain de Manchester City, le PSG affrontait le FC Barcelone en Catalogne avec la volonté de prendre une option sur la qualification. Et comme Lyon, Paris s'est imposé sur le score de 3-1, prenant une option certaine sur la finale.


    Grâce à son trio Delie, Cristiane (un but, une passe chacune) et Cruz (les trois buteuses du match retour contre le Bayern Munich), le PSG s'est logiquement imposé sur le terrain du FC Barcelone, devant un nombre record de spectateurs (plus de 10 000). Le match en main, Paris a cependant permis au Barça de réduire le score en fin de match et de relancer (un peu) le suspens avant le match retour.

    Delie lance Paris

    Sans Laura Georges, suspendue, ni Vero Boquete, préservée et laissée sur le banc au coup d'envoi, le PSG, avec une défense à trois Delannoy/Geyoro/Paredes, s'est montré opportuniste pour lancer son match. Longtemps indécis, malgré une possession du ballon largement à l'avantage des joueuses parisiennes, il fallait attendre la 26e minute de jeu pour voir le premier tir de la partie. Un tir gagnant, pour Marie-Delie, servie par Aminata Diallo et qui parvenait à contrôler dos au but avant de se retourner pour battre Sandra Panos. Rebelote dix minutes plus tard, avec de nouveau l'attaquante parisienne à la baguette. Couloir droit, Delie prenait le dessus sur Line Roddick et centrait en bout de course pour Cristiane, qui battait Panos une seconde fois en première période d'une tête piquée de près (36').

    La Brésilienne passait proche d'inscrire un troisième but, bien lancée dans le dos de la défense catalane, mais son tir manquait de puissance pour inquiéter Panos (40'). Sur corner, Paris (avec Diallo 44'), et Barcelone (avec Miriam Dieguez 45+1') inquiétaient la défense adverse, sans conséquence, dans une fin de première période un peu plus vivante dans la zone de vérité. Solide et opportuniste, une qualité dont cette équipe parisienne n'a pas toujours fait étalage cette saison, le PSG a pris un avantage net à la pause suite à une première période maitrisée face à une équipe barcelonaise dont on attendait une plus grande solidité défensive.

    L'inspiration Cruz, l'espoir Latorre

    Fort de son avantage acquis en première période, le PSG continuait sur sa lancée en début de seconde période, mettant la pression sur les buts de Panos pendant un gros quart d'heure. Un temps-fort qui débutait avec la barre transversale trouvée par Aminata Diallo (plutôt offensive) sur une tentative de lob juste en dehors de la surface (48'), et récompensé d'un but, le troisième de la rencontre, œuvre de Shirley Cruz. Décalée par Cristiane, la capitaine parisienne trompait Panos d'une frappe imparable, lobée et placée dans le petit filet adverse (53'). Delie, sur un coup franc de Perisset, voyait sa tête manquer le cadre de peu (56').

    En réponse, Barcelone tentait son premier tir de la partie, obligeant Katarzyna Kiedrzynek à un arrêt sur une frappe sur laquelle Vicky Losada aurait certainement dû mieux faire (59'), et l'équipe catalane se montrait ensuite plus offensive. Alors que l'on se dirigeait vers une victoire nette du PSG, Barbara Latorre, entrée en jeu quelques minutes auparavant, réduisait le score suite à un dégagement raté de Sabrina Delannoy sur un ballon en profondeur (89'). Un but tout à fait évitable qui permettait au Barça de réduire le score et de continuer à croire à la qualification. Le PSG aura réalisé une belle partition pour aller chercher un succès important sur le terrain de adversaire catalan, comme l'OL un peu plus tôt dans l'après-midi à Manchester. L'hypothèse d'une finale franco-française a pris de l'épaisseur...


    Feuille de match

    Les buts de la rencontre :

    26' Marie-Laure Delie (0-1). Delie contrôle dos au but, se retourne vite et marque en pivot.
    36' Cristiane (0-2). Delie fait la différence côté droit et centre pour Cristiane, qui bat Panos d'une tête piquée.
    53' Shirley Cruz (0-3). Décalée par Cristiane, Shirley Cruz, à l'entrée de la surface et sans élan, place une frappe enroulée dans le petit filet opposé.
    89' Barbara Latorre (1-3). Sur un long ballon, à la lutte avec Delannoy, Latorre contre le dégagement de la défenseure parisienne et trompe Kiedrzynek.

    Les compos :
    Barcelone :
    Paños, Ruth, Unzue (c) (Latorre 81'), Røddik (Guijarro 63'), Diéguez, Mariona (Garcia 51'), Hermoso, Alexia, Ouahabi, Losada, Torrejón
    PSG : Kiedrzynek, Lawrence, Paredes, Delannoy, Perisset, Formiga, Geyoro, Diallo, Cruz (Boquete 67'), Delie (Sarr 77'), Cristiane (Morroni 87')

    http://www.footdelles.com/article/Ac...le_147367.html
    Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

    Commentaire


    • Manchester City FC (ANG) 1 - 3 Olympique Lyonnais (FRA)
      0-1 : Saki Kumagai 2' (SP)
      1-1 : Kosovare Asllani 10'
      1-2 : Dzsenifer Marozsán 16'
      1-3 : Eugénie Le Sommer 68'

      FC Barcelone (ESP) 1 - 3 Paris Saint-Germain FC (FRA)
      0-1 : Marie-Laure Delie 26'
      0-2 : Cristiane 36'
      0-3 : Shirley Cruz Traña 53'
      1-3 : Bárbara Latorre 89'
      Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

      Commentaire


      • La finale 100% française est-elle inéluctable ?
        Publié le 27 avril 2017 | Actus
        Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



        Battus sur le score de 1-3 samedi dernier, le FC Barcelone et Manchester City peuvent-ils renverser le Paris Saint-Germain et l'Olympique lyonnais, en position très favorable pour rejoindre Cardiff au Pays de Galles et ainsi proposer la première finale franco-française de l'histoire de la compétition ?


        Ils sont venus, ils ont vu, ils ont vaincu. À Manchester comme à Barcelone, l'Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain ont pris un avantage conséquent à l'extérieur lors de la première manche de ces demi-finales inédites de la Ligue des champions. Face à deux néophytes à ce niveau de la compétition, les deux clubs français ont fait en sorte d'avoir un pied et quelques orteils déjà à Cardiff. Cette première finale franco-française qui se dessine est-elle pour autant inéluctable, et les avantages pris insurmontables ?

        Pour Manchester City, l'obligation de se découvrir

        Samedi dernier fut une journée de découvertes pour Manchester City. Le club anglais disputait en effet sa première demi-finale de Ligue des champions pour sa première participation à la compétition, et pour la première fois également, affrontait un adversaire du calibre de l'Olympique lyonnais, référence sur le continent. Une opposition à laquelle le jeune club mancunien n'est pas habitué en championnat. Si les interviews des joueuses anglaises avant le début de la rencontre laissait transpirer une certaine confiance -en partie du fait de la présence de Carli Lloyd, ou des résultats de l'équipe nationale, sur le podium de la dernière Coupe du monde-, le scénario de la rencontre n'a pas penché en sa faveur et il va désormais falloir réaliser un exploit au Parc OL ce samedi pour rejoindre la ville "voisine" de Cardiff.



        Un exploit, car si l'OL peut perdre (plutôt rare), si l'OL peut encaisser au moins trois buts dans un match (très rare), ces deux paramètres conjugués sont rarissimes. Hénin-Beaumont, en novembre 2009, était parvenu à remplir ces deux cases (3-1). En ajoutant le paramètre d'une rencontre à domicile, il faut remonter encore plus loin, et à octobre 2004, contre Montpellier (0-4). Deux défaites lointaines, alors que l'OL d'alors n'était certainement pas aussi fort qu'il peut l'être cette année. Il faudra que Manchester City parvienne à faire (bien) mieux que Wolfsburg, vainqueur sur le plus petit des scores au Parc OL au tour précédent. Autant dire que la tâche s'annonce plutôt rude pour le club mancunien, pour user d'un euphémisme.

        D'autant plus que le match aller n'a pas donné l'impression que City pouvait surclasser l'OL. Retranché dans son camp, jouant le contre en imprimant un faux rythme, Manchester n'a pas réussi son pari. Pas seulement à cause du penalty encaissé dès la seconde minute de jeu, puisque Asllani a rapidement égalisé. Mais parce que l'équipe a balbutié tactiquement, incapable de sortir du système établi si ce n'est lors des dix dernières minutes. Le Manchester City qui défiera l'OL ce samedi ressemblera certainement plus à celui de la fin de rencontre à l'aller, d'une part parce que cela lui a presque réussi, d'autre part parce qu'il n'aura pas le choix. Obligé de (plus) se découvrir, le club mancunien laissera donc forcément plus d'espace à une équipe qui ne demande que ça pour dérouler son football...

        La "remontada" barcelonaise, une idée farfelue ?

        Néophyte à ce stade de la compétition, le FC Barcelone a manqué son pari de faire au moins aussi bien que l'année passée dans son opposition avec le PSG (0-0) lors du match aller. Là où Paris s'était heurté à une défense compacte et solide, et avait manqué d'efficacité, l'équipe a marqué sur ses deux premiers tirs devant une affluence record au Mini Estadi, avant de faire le trou dès le début de la seconde période. Physiquement, Barcelone a éprouvé des difficultés pendant plus d'une heure face au profil plus athlétique de l'équipe parisienne, au sein de laquelle le trio Delie/Cristiane/Cruz s'est de nouveau montré décisif après avoir offert la victoire face au Bayern Munich lors du match retour au tour précédent.



        Le FC Barcelone a-t-il des raisons d'espérer ? Oui, comme Manchester City, puisqu'il s'agit de football et que rien n'est joué à l'avance. Plutôt largement dominé pendant une heure lors du match aller, Barcelone est monté en puissance et s'est montré plus présent lors de la dernière demi-heure, parvenant même à réduire le score en toute fin de match. Un but parfaitement évitable de la part des Parisiennes qui auraient pu creuser encore plus l'écart, et qui permet à Barcelone d'espérer avant le match retour. A noter que le club catalan a joué en championnat ce mardi, pour une victoire 4-0 face au champion en titre, l'Athletic Bilbao, avec un triplé de Jenni Hermoso, une des principales menaces offensives du club. Forcément bon pour la confiance.

        Le PSG lui-même a montré cette saison qu'il était possible de se qualifier après avoir perdu 1-3 au match aller. C'était lors de son entrée en lice, face à Lillestrøm. Mais Paris recevait pour le match retour. Et si l'équipe dirigée par Patrice Lair avait perdu deux de ses trois rencontres à l'extérieur en Ligue des champions depuis le début de la saison (Lillestrøm donc, et à Munich contre le Bayern), il s'est en revanche montré impeccable à domicile, avec un tarif invariable de quatre buts inscrits (et deux encaissés, un face à Lillestrøm, un autre face au BIIK Kazygurt). Le parcours en Ligue des champions du PSG cette saison parle en sa faveur. En l'emportant, avec trois buts inscrits et deux buts d'écart au match aller, le club parisien a presque parfaitement négocié la première manche. Et s'il n'est pas dos au mur -un cas de figure qui lui a plutôt bien réussi-, la possibilité de retrouver la finale et de garder intacts ses espoirs de disputer la Ligue des champions la saison prochaine devraient suffire comme motivation...


        Crédit photos : Twitter/OL/R.Mouillaud/Le Progrès, Twitter/Vero Boquete

        http://www.footdelles.com/article/Ac...e-_147549.html
        Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

        Commentaire


        • Ligue des Champions (Demies) - L'OL et le PSG prudents mais confiants

          Considérer le match retour comme si rien n'était encore fait, c'est avec le même credo que les deux équipes françaises en passe de se qualifier pour la finale à Cardiff auront ce samedi.


          Des Lyonnaises favorites avant le match retour au Parc OL (photo UEFA.com)


          Les Lyonnaises qui ont atteint cette saison pour la huitième fois les demi-finales de la compétition, égalant ainsi le record de Francfort sont sur la voie d'une sixième participation à la finale européenne après le succès à City (3-1). A l'aller, elles ont montré leur supériorité malgré un but concédé infligeant la première défaite à City, depuis avril 2015. Le club anglais au budget de 2,3 millions d'Euro qui a recruté notamment Lloyd n'a rien pu faire face au collectif lyonnais. Des Lyonnaises qui ont su imposer leur jeu prenant alors le contrôle du match comme le souhaitait leur entraîneur Gérard Prêcheur.

          Prêcheur : "Je serais malhonnête si je disais pas que nous n'avons pas fait un bon pas en avant"

          Proposant un schéma en 3-5-2 qui a permis de se projeter vers l'avant, Lyon devra gérer son avance comme il avait fallu le faire au tour précédent face à Wolfsbourg. Mais en quart, Prêcheur s'était posé des questions par rapport au style de jeu de l'adversaire : "On se posait des questions sur le terrain. Et le fait que nous ne jouions pas la même partition nous avait mis en difficulté". Mais cette fois-ci, Lyon semble mieux parti pour ne pas douter, il faudra reproduire la même chose : "Je serais malhonnête si je disais pas que nous n'avons pas fait un bon pas en avant. Je me contenterais de dire qu'on a fait un bon match", commentait l'entraîneur lyonnais samedi dernier avant d'ajouter : "Ce n'est pas facile de faire des matches de ce niveau en demi-finale de Champions League. On sera qualifié si on a la possibilité de rééditer ce genre de performance chez nous."

          >> LA BILLETTERIE POUR OL - MANCHESTER CITY

          Lair : "Comme si nous n'avions aucun avantage"


          Lair en passe de disputer une finale avec un autre club français (photo PSG.fr)


          Du côté parisien, après le match aller, Patrice Lair, heureux de la performance (3-1), se voulait prudent : "Rien n'est encore fait, on va bien se préparer pour aborder le match retour comme si nous n'avions aucun avantage. Il faudra assurer au Parc !". D'autant que les Parisiennes savent après avoir vécu une défaite 3-1 à Lilleström en seizième de finale que tout est possible (victoire parisienne 4-1 au retour), même si cette fois-ci, ce sont elles qui bénéficient de l'avantage et de trois buts inscrits à l'extérieur. Évoquer la remontada des Barcelonais il y a deux mois chez les hommes ne serait pas nécessairement adapté au contexte des deux équipes. L'effectif féminin parisien se révèle supérieur et plus expérimenté que celui des Barcelonaises, là où ceux de leurs homologues masculins étaient contraires.

          Pour ce match retour, Patrice Lair pourra en plus compter sur le retour de suspension de Laura Georges, alors que seule Sabrina Delannoy sera sous la menace en cas d'avertissement de manquer la finale. Les Parisiennes sont en confiance et en attaque, Marie-Laure Delie a été un atout majeur au match aller (un but et une passe décisive) alors que Cruz reste un indispensable métronome de l'équipe, son absence ayant été réellement préjudiciable après sa suspension en championnat. Aux côtés de Cristiane et Boquete, à 100%, les Parisiennes ont l'occasion d'affirmer leur qualification et de lever rapidement le doute après le but concédé en fin de match. L'entraîneur barcelonais Xavi Llorens positivait ce jeudi : "Nous n'avons rien à perdre et tout à gagner. Mais nous sommes conscients du fait que le PSG est une équipe très puissante et physiquement supérieure à notre équipe".

          Un oubli défensif en fin de match que regrettait Marie-Laure Delie : "C'est dommage d'avoir concédé ce but en fin de match, mais on fera tout pour assurer notre place en finale à Cardiff". Le Parc des Princes s'apprête en tout cas à vibrer à nouveau pour une demi-finale européenne féminine après celle de l'an passé qui n'avait pas la même saveur suite à la lourde défaite à l'aller à Lyon (0-7). Cette fois-ci, l'histoire est tout autre et la projection de retrouver une autre équipe française en finale serait historique.

          >> Les places pour PSG - Barcelone


          Demi-finales retour
          Samedi 29 avril 2017
          PARIS SAINT-GERMAIN - FC BARCELONE (Esp) : 17h00 (aller : 3-1)

          Paris (Parc des Princes)
          Arbitre : Jana Adámková (République tchèque)
          En direct sur beINSPORTS 1

          OLYMPIQUE LYONNAIS - MANCHESTER CITY (Ang) : 20h45 (aller : 3-1)
          Décines-Charpieu (Parc Olympique lyonnais)
          Arbitre : Esther Staubli (Suisse)
          En direct sur C8

          Vendredi 28 Avril 2017
          Sebastien Duret

          http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...ts_a13622.html
          Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

          Commentaire


          • Demi-finales - Matchs aller

            Manchester City FC (ANG) 1 - 3 Olympique Lyonnais (FRA)

            FC Barcelone (ESP) 1 - 3 Paris Saint-Germain FC (FRA)
            Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

            Commentaire


            • Elodie Thomis (OL) : “Notre histoire est belle, il faut continuer à l'écrire”
              Publié le 28 avril 2017 | Top News
              Par Benjamin ROUX pour Foot d'Elles



              A la veille d’une demi-finale retour de Ligue des Champions face à Manchester City demain soir au Parc OL, l’attaquante lyonnaise Elodie Thomis est revenue sur cette prestigieuse affiche, mais aussi sur ses dix ans de carrière passés entre Rhône et Saône. Entretien.


              Dans quel état d’esprit allez-vous aborder ce match retour face à Manchester City au Parc OL ?
              E.T :
              « Je m’attends à une rencontre difficile, car je sais que cette équipe peut nous embêter. C’est un nouveau match qui commence, après notre victoire au match aller. Par expérience, nous savons que la qualification est loin d’être acquise pour le moment. Il faut rester concentrées et essayer de livrer la meilleure performance.

              Vous vous étiez imposées (1-3) lors de la phase aller. La route de Cardiff est désormais toute tracée…
              - Il ne faut pas tomber dans ce piège. Nous avons réussi à l’emporter au match aller, mais il faut désormais confirmer notre prestation. Cette semaine, tout le monde a bien travaillé dans l’optique de réaliser une belle performance. Nous voulons aller chercher cette finale devant notre public. L’objectif, c’est Cardiff ! Cette Ligue des Champions représente beaucoup pour le club, et nous allons tout donner pour décrocher un nouveau titre.

              Comment aviez-vous trouvé cette équipe de Manchester City ?
              - Nous avons travaillé sur différents points, en tenant compte des forces et faiblesses de nos adversaires. Cette formation anglaise défend très bien, et je pense qu’elles sont capables de se créer des occasions à n’importe quel moment. C’est aussi un groupe qui possède d’excellentes individualités. Je pense à l’américaine Carli Lloyd, qui peut marquer des buts et être dangereuse à tout moment. Nous allons développer notre jeu, comme nous le faisons depuis le début. Nous partons disputer ce match comme des guerrières, avec une réelle envie de performer. Dans ce type de match, il faut repartir à zéro, même si le résultat de la phase aller a été positif pour nous. Je connais mes coéquipières et je sais avec quelle détermination elles vont aborder cette partie. Nous avons toutes à coeur de nous imposer à domicile.



              Vous êtes à 90 minutes de disputer une nouvelle finale de Ligue des Champions. Comment cet événement est-il perçu par l’ensemble de l’effectif ?
              - Notre groupe est à la fois composé de joueuses présentes depuis plusieurs années, mais aussi de jeunes professionnelles. Je trouve qu’il y a une vraie osmose au sein de notre collectif. La plupart des filles ont l’habitude des grands rendez-vous européens, ce qui permet aux plus jeunes d’être rapidement dans le bain. Je ne pense pas qu’elles se mettent une pression supplémentaire en vue de cette confrontation. Au contraire, ce sont des matches à l’issue desquels on gagne en expérience.

              La perspective d’une finale 100% française face au Paris Saint-Germain vous satisfait-elle ?
              - Tout d’abord, je serai satisfaite de voir deux équipes françaises arriver en finale. Cela reste une très belle finale si elle venait à avoir lieu. L’OL et le Paris Saint-Germain méritent leurs places. Nous avons l’habitude d’évoluer face à cette formation, et cela donnera forcément lieu à une belle affiche. Au départ, les équipes allemandes dominaient les débats sur la scène européenne. Aujourd’hui, deux formations françaises sont dans le dernier carré, et je trouve ça positif.

              « L'objectif, c'est Cardiff ! »

              A quelle fin de saison vous attendez-vous dans les autres compétitions (D1, Coupe de France) ?

              - Cette fin de championnat peut être belle, dans le sens où nous sommes encore engagées dans les trois compétitions. En D1, si nous parvenons à remporter les deux prochains matches, nous aurons fait un grand pas vers le titre, mathématiquement parlant. Ensuite, je pars du principe que toute finale se gagne, et nous allons nous préparer afin de battre Paris en Coupe de France.

              Réaliser le triplé serait encore une belle récompense pour l’Olympique Lyonnais cette année. Avez-vous envie d’offrir ce cadeau à Gérard Prêcheur avant son départ en fin de saison ?
              - Cela sera pour le club avant tout, mais aussi pour notre Président Jean-Michel Aulas qui investit et croit beaucoup en la réussite de son équipe féminine. Nous voulons aussi récompenser Gérard pour son travail et son investissement. En ce qui concerne l’équipe, chaque joueuse continue à marquer l’histoire de l’Olympique Lyonnais, et j’en suis personnellement très fière. Nous voulons pérenniser le travail qui a été fait jusqu’à présent, et entretenir la dynamique positive que nous connaissons depuis plusieurs années. Notre histoire est belle, et il faut continuer à l’écrire.



              Vous êtes arrivée à Lyon il y a dix ans. Quel regard portez-vous sur l’évolution de l’effectif ?
              - Parfois, je prends le temps de me poser et de réfléchir à la façon dont les choses ont évolué depuis mon arrivée. J’ai vu passer de très nombreuses joueuses ! J’ai eu l’occasion de connaître des styles de jeu très différents, et de travailler aux côtés des meilleures joueuses. Aujourd’hui, je me rends véritablement compte de l’évolution que le club a pu connaître depuis toutes ces années. Je suis quelqu’un qui aime bien s’intéresser aux autres, je suis curieuse de nature et je découvre vraiment plein de choses.

              On sent un véritable engouement autour de cette équipe lyonnaise. Que pensez-vous du public qui vous apporte un soutien de tous les instants ?
              - J’ai pu constater cet engouement qui a pris de l’ampleur petit à petit. Au départ, nous avons construit cette équipe, en commençant à avoir des résultats. Les gens ont commencé à s’intéresser à nous. Je pense que le soutien va dans les deux sens, car les supporters apportent leur soutien, et nous essayons de leur rendre tout cela en faisant de bonnes performances. Au fur et à mesure de notre développement, le public a grandi avec nous, et je suis fière d’être soutenue par tout ce peuple lyonnais. J’apprécie de voir toutes ces personnes s’intéresser à notre discipline. Je tiens à remercier tous les supporters qui suivent le club depuis le début, nous les voyons aux entraînements, mais aussi à l’occasion des matches. La motivation est décuplée lorsque l’on sent ce soutien apporté par les fans. Nous avons un public extrêmement fidèle, dévoué, et qui a un vrai rôle dans notre réussite. »


              Propos recueillis par Benjamin Roux
              Crédits photos : Olweb.


              http://www.footdelles.com/article/Ph...re_147594.html
              Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

              Commentaire


              • Ligue des Champions (Demies) - Le PSG a son billet pour Cardiff

                Les Parisiennes ont décroché sans jamais douter leur ticket pour la finale de la Ligue des Champions en s'imposant 2-0 face au FC Barcelone.


                Delannoy a ouvert le compteur parisien au Parc (photo UEFA.com)


                Malgré les deux buts d'avance au match aller (3-1), une rencontre bien gérée par les Parisiennes, Patrice Lair n'a jamais relâché depuis son banc les encouragements et les replacements de ses joueuses. Après avoir connu la finale de la Ligue des Champions avec l'OL, l'entraîneur du PSG la connaîtra sous d'autres couleurs.

                Dans un Parc des Princes qui a battu un record d'affluence pour son équipe féminine avec 19 192 spectateurs, les Parisiennes ne se laissaient pas surprendre par le début de match agressif des Barcelonaises, venues avec l'intention de ne pas avoir de regrets et surtout qu'elles avaient tout à gagner, plutôt qu'à perdre. Averties, les Parisiennes pouvaient compter sur Cristiane pour cadrer la première frappe de la rencontre, en bout de course (8e). Le bon début de match restait catalan avec trois corners successifs des visiteuses. Cela ne donne rien mais devant cette pression, Georges était avertie, alors même qu'elle revenait de suspension (22e). Le PSG commençait à reprendre le jeu à son compte grâce à Cristiane, mais aussi aux bons débordements de Lawrence dans son couloir. La pause était sifflée sur un score vierge, avec toujours ce même avantage pour les Parisiennes à 45 minutes de la finale.


                Cristiane a obtenu le penalty (photo UEFA.com)

                Patrice Lair y croyait fermement, anticipant la sortie de Georges à la pause, avertie et protégée en prévision de la finale du 1er juin. C'est Geyoro qui basculait derrière, alors que Boquete venait apporter son expérience au milieu de terrain.

                Le match allait prendre une toute autre tournure après moins de dix minutes en seconde période. Toujours aussi dangereuse, la Brésilienne Cristiane était bousculée par la gardienne barcelonaise en retard sur sa sortie. Le lob de l'attaquante ne trouvait pas le cadre mais l'arbitre sifflait un penalty incontestable sur lequel Delannoy ne tremblait d'un plat du pied impeccable. Tout un symbole pour la buteuse, Parisienne de coeur, de conforter la route vers la finale (1-0, 53'). La mission barcelonaise se complique un peu plus mais la réaction est immédiate. Le temps pour le PSG de laisser passer ces quelques instants favorables au Barça que Boquete déclenche une belle frappe bloquée en deux temps par Panos (60e).

                Périsset à l'origine du second but

                Les Barcelonaises craquaient sur une mésentente défensive suite à un coup franc de Périsset. Panos sortait en retard, Dieguez de la tête lobait sa gardienne et Paredes poussait un ballon qui avait déjà franchi la ligne (2-0, 61'). 5-1 sur l'ensemble des deux matchs, l'entraîneur barcelonais Xavi Llorens abattait ses dernières cartes avec deux changements dans la foulée. Cela n'y changeait, Cristiane était encore dangereuse (68e). Les Parisiennes contenaient les dernières intentions catalanes et Kiedrzynek s'imposait une dernière fois face à Latorre (90+2e).


                UEFA Women's Champions League - Demi-finale retour
                Samedi 29 avril 2017
                - 17h00
                PARIS SAINT-GERMAIN - FC BARCELONE (ESP) : 2-0 (0-0) (aller : 3-1, cumulé : 5-1)
                Paris (Parc des Princes)
                Temps doux - Terrain excellent
                Spectateurs : 19 192
                Arbitres : Jana Adámková (République tchèque) assistée de Lucie Ratajová (République tchèque) et Maria Lisická (Slovaquie). 4e arbitre : Olga Zadinová (République tchèque)

                Buts :
                1-0 Sabrina DELANNOY 55' s.p.
                (Faute de Panos sur Cristiane. Delannoy ouvre son pied droit et prend la gardienne à contre-pied)
                2-0 Miriam DIEGUEZ 61' c.s.c. (Coup franc frappé côté gauche à 30 m par Périsset, le ballon est prolongé par Dieguez vers son but, lobe sa gardienne et Paredes pousse au fond du droit mais le ballon a déjà franchi la ligne)

                Avertissements : Georges 22' pour le PSG ; Paños 55', Losada 81' pour Barcelone

                PSG : 1-Katarzyna Kiedrzynek ; 5-Sabrina Delannoy, 4-Laura Georges (21-Veronica Boquete Giadans 46'), 14-Irene Paredes Hernandez ; 17-Eve Périsset, 28-Shirley Cruz Trana (cap.), 26-Grace Onema Geyoro, 24-Formiga Miraildes Maciel Mota (7-Aminata Diallo 72'), 12-Ashley Lawrence ; 18-Marie-Laure Delie (27-Ouleymata Sarr 79'), 10-Cristiane Rozeira De Souza Silva. Entr.: Patrice Lair
                Non utilisées : 16-Loes Geurts, 19-Lina Boussaha, 22-Sana Daoudi, 23-Hawa Cissoko
                Barcelone : 13-Sandra Paños; 18-Marta Torrejón, 8-Miriam Diéguez, 6-Line Røddik Hansen, 15-Leila Ouahabi ; 3-Ruth Garcia ; 11-Alexia Putellas, 4-Marta Unzué (cap.) ((12-Patricia Guijarro 62'), 7-Gemma Gili (19-Bárbara Latorre 62'), 16-Vicky Losada (24-Aitana Bonmati 84') ; 10-Jennifer Hermoso. Entr.: Xavi Llorens
                Non utilisées : 1-Laura Rafols, 5-Melanie Serrano, 9-Mariona Caldentey, 20-Olga García


                Le onze parisien (photo TeamPics/PSG)


                Dimanche 30 Avril 2017
                Sebastien Duret

                http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...ff_a13632.html
                Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                Commentaire


                • Le PSG vainqueur et en finale !
                  Publié le 29 avril 2017 | Actus
                  Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



                  Après être allé s'imposer sur le terrain du FC Barcelone la semaine passée, le PSG a récidivé à domicile devant une affluence record (19 192 spectateurs) pour s'assurer de sa présence à Cardiff le 1er juin. Ce samedi, Paris s'est imposé 2-0 grâce à Sabrina Delannoy et Miriam Diéguez csc en début de seconde période.


                  Il y a une semaine, le PSG a obtenu une victoire importante qui lui permettait d'aborder ce deuxième acte de la double opposition avec le FC Barcelone avec confiance. Après un premier acte peu spectaculaire, le PSG a fait la différence en début de seconde période sur coups de pied arrêtés (Sabrina Delannoy, Miriam Diéguez csc), pour s'assurer d'une deuxième victoire en deux rencontres et de sa présence à Cardiff en finale de la Ligue des champions le 1er juin.

                  Un premier acte pauvre en occasions

                  Pour cette demi-finale retour, Laura Georges, de retour de suspension, faisait équipe avec Sabrina Delannoy et Irene Paredes en défense centrale, Aminata Diallo débutant sur le banc, comme Vero Boquete. Dans un premier acte sans grand rythme et plutôt équilibré, les Parisiennes ont réussi à se procurer plus d'occasions mais n'ont pas vraiment inquiété Sandra Paños dans les buts catalans avec des tirs manquant de puissance et un manque de lucidité, à l'image de Marie-Laure Delie à la 6e minute de jeu, qui ne voyait pas deux de ses partenaires seules sur sa droite. Les occasions barcelonaises seront rares au cours de ce premier act, la seule véritable intervenant sur corner juste avant la dixième minute de jeu sur corner, Miriam Diéguez manquant le cadre (9').
                  Après une première demi-heure plutôt équilibrée, le PSG se montrait plus offensif à l'approche de la pause sans toutefois mettre en danger la gardienne catalane, que Cristiane ne trompait pas à la 23e minute, alors que l'attaquante brésilienne était trop courte de justesse sur un centre d'Ashley Lawrence (41'). Plutôt en gestion avec son avance confortable obtenue au match aller, le PSG n'a pas forcé mais n'a pas non plus été en danger défensivement même si Laura Georges, suspendue pour la rencontre aller, était avertie assez rapidement pour un tacle appuyé sur Alexia Putellas (22'). A la pause, les deux équipes rentraient au vestiaire sur un score nul et vierge qui faisait forcément les affaires du PSG alors que Barcelone n'avait pas réussi à emballer la rencontre dès son entame face à une équipe parisienne en place.

                  Le PSG fait la différence sur coups de pied arrêtés

                  Pour l'entame de la seconde période, Georges, avertie en première période, laissait sa place à Vero Boquete, Grace Geyoro descendant d'un cran dans l'axe de la défense centrale. Très rapidement, l'attaque parisienne se mettait en évidence, Cristiane servant Marie-Laure Delie aux 20m, dont le tir passait largement au-dessus des cages catalanes (51'). Trois minutes plus tard, servie dans la surface, Cristiane était séchée par Paños et obtenait un penalty qui permettait à Sabrina Delannoy d'ouvrir le score (55'). Il ne fallait ensuite que quelques minutes au PSG pour faire le break, de nouveau sur coup de pied arrêté, la minute suivant une belle frappe de Boquete qui obligeait Paños a un bel arrêt. Sur un coup franc tiré par Eve Perisset, une défenseure barcelonaise déviait le ballon qui trompait sa gardienne, et Irene Paredes s'assurait que le ballon -qui avait franchi la ligne et sera attribué après le match à Miriam Diéguez- allait bien au fond des filets (61').
                  Ces deux buts parisiens qui ont mis fin à tout suspens ont permis de voir une rencontre plus ouverte par la suite, Paris comme Barcelone se procurant des situations intéressantes lors de la dernière demi-heure. Il fallait une défense parisienne vigilante pour éviter une nouvelle réduction du score, Katarzyna Kiedrzynek concluant la rencontre sur un duel remporté avec Barbara Latorre (90+2'). De l'autre côté, les Parisiennes n'aura pas réussi à aggraver le score, mais le principal était acquis avec une deuxième victoire et la qualification pour la finale où le club de la capitale retrouvera soit l'Olympique lyonnais, soit Manchester City, les deux clubs étant opposés en soirée à Lyon, dont le club dispose d'un bel avantage avant la rencontre.


                  Feuille de match

                  Les buts de la rencontre

                  55' Sabrina Delannoy (1-0) [4-1]
                  61' Miriam Diéguez csc (2-0) [5-1]

                  Les compos :
                  PSG :
                  Kiedrzynek, Paredes, Georges (Boquete 46'), Delannoy, Perisset, Lawrence, Formiga (Diallo 72'), Geyoro, Cruz, Cristiane, Delie (Sarr 78')
                  Barcelone : Paños, Ruth, Unzue (c) (Patri Guijarro 62'), Røddik, Gemma (Latorre 62'), Diéguez, Hermoso, Alexia, Ouahabi, Torrejón, Losada (Bonmati 84')


                  Crédit photo : UEFA

                  http://www.footdelles.com/article/Ac...e-_147610.html
                  Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                  Commentaire


                  • Ligue des Champions (Demies) - Patrice LAIR : "Tout est à leur honneur"

                    Après cette nouvelle victoire face au FC Barcelone et la qualification pour la finale


                    Patrice Lair a félicité le travail de ses joueuses, justement récompensées (photo TeamPics/PSG)


                    Patrice Lair : "Il y a beaucoup de bonheur par rapport aux filles qui ont fait beaucoup d'efforts cette saison, qui jouaient très gros. Elles ont été capables de bien réagir. Sur la première mi-temps, j'étais un petit fautif parce que je les avais mis une pression énorme. Pour moi, c'était quand même d'aller chercher une quatrième finale. Les filles ont été capables de le faire, de bien réagir. On a fait une réorganisation. Vero (Boquete) a joué plus haut et Laura (Georges) avait pris un carton, je n'avais pas envie de prendre de risque. Après on a réussi à provoquer ce penalty, à marquer ce deuxième but. 20 000 spectateurs, c'est une belle fête, le Paris Saint-Germain en finale de la Ligue des Champions.
                    On a travaillé, avec un groupe, une ambiance. Tout est à leur honneur, elles ont su s'imprégner d'une motivation. J'ai été dur à la mi-temps. Je n'étais pas trop content parce que l'on ne jouait pas trop à notre niveau. On était un peu sous pression. Après cela s'est débridé et quel bonheur à la fin. La communion avec le public. Je pense que c'est un moment important pour le Paris-Saint-Germain féminin cette communion avec le public. J'espère que cela va faire avancer les choses. J'espère aussi que le Président Nasser va être au courant de certaines choses, le club aussi, il y a beaucoup de symboles".

                    Laura Georges : "C'était une belle demi-finale, on venge l'équipe masculine mais surtout on remplit nos objectifs. C'était au Barça de venir et de marquer, et elles nous ont quand même mis en difficulté, on a reculé. Il y a eu discussion à la mi-temps. On a pas mal joué en retrait. Il y a discussion à la pause. Il fallait aller de l'avant, retrouver nos valeurs, jouer. A la fin, la communion avec le public, c'est juste génial. Merci à eux d'être venu, j'espère que cela va continuer. Le kop, on l'a entendu du début à la fin, c'était vraiment impressionnant.

                    Eve Périsset : "Je suis tellement fière de faire partie de ce groupe. En début de saison, personne ne nous voyait en finale de la Ligue des Champions. On a un groupe assez jeune avec des anciennes plutôt jeunes dans leur tête. Cela nous permet d'acquérir de l'expérience. On est toujours contente de gagner le Barça avec une victoire au match aller et au match retour. On a battu le record, c'est bien, cela montre que le football féminin intéresse de plus en plus de personnes".


                    L'immense joie des Parisiennes de PSG

                    Dimanche 30 Avril 2017
                    Sebastien Duret

                    http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...ur_a13637.html
                    Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                    Commentaire


                    • Lair : «Il faut que le rêve se poursuive»
                      Publié le 29 avril 2017 | Actus
                      Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles



                      Après leur qualification en finale de la Ligue des champions, grâce à leur victoire (2-0) sur Barcelone au Parc des Princes ce samedi, les Parisiennes savouraient leur deuxième participation à la finale en trois ans, et l’ambiance qui a régné pendant la rencontre.


                      Laura Georges :
                      « C’est vrai qu’en début de match on a envoyé pas mal de ballons en retrait, on aurait dû jouer plus de l’avant. A la mi-temps il y a eu un discours musclé du coach, et entre nous on s’est dit qu’il fallait aller de l’avant, jouer comme on savait le faire. Cette finale, c’est ce qu’on souhaitait. C’est vrai qu’on a gardé cette ambition dans le groupe depuis le début de saison. On a vécu des moments difficiles mais maintenant on est en finale et on savoure. Mais on ne va pas juste se satisfaire de cette finale. Il faut ramener un résultat. On va jouer trois matches contre Lyon donc je pense que notre stratégie face à elles va varier, mais en finale l’objectif c’est toujours de rester concentrées de faire attention aux détails et d’être vigilantes sur les coups de pied arrêtés.
                      A la fin, la communion avec le public c’était génial, je remercie encore les gens qui sont venus, merci d’avoir répondu à l’appel, on espère que ça continuera puisque c’est un vrai soutien. A l’échauffement quand on a commencé à entendre le Kop entonner des chants c’était… pfff, impressionnant ! Dans le vestiaire après le match ? C’était festif, il y avait des chants, des cris, c’était une communion. Une finale 100% française ça fait du bien à notre discipline, on a besoin de la développer et de montrer aux filles qu’elles peuvent elles aussi devenir joueuses professionnelles. Au-delà de ça, nous concernant, on n’a encore rien gagné donc il faudra bien terminer cette saison ».

                      Eve Perisset : « On a eu une première mi-temps assez compliquée, Les Barcelonaises avaient la maîtrise et nous on perdait pas mal de ballons, on s’est repris dans le deuxième acte et ce but marqué nous a libéré un peu. Ensuite, on a pu gérer la fin de match. La finale de Ligue des champions était un des objectifs du début de saison, et puis c’est toujours une bonne chose de se qualifier pour la finale, maintenant le plus dur reste à faire, c’est-à-dire aller gagner à Cardiff. Je suis extrêmement heureuse de faire partie de ce groupe, parce qu’en début de saison personne ne nous voyait arriver là. J’en apprends tous les jours et je progresse tous les jours, je remercie mes coéquipières et le staff. Ca va nous permettre de grandir pour la suite de la compétition.
                      Quand on va en finale, c’est plus pour la gagner que pour la perdre, on va tout faire pour ça mais avant ça il nous reste des matches de championnat et une finale de Coupe de France. Venger les garçons ? On y a pas pensé, c’est peut-être plus présent dans la tête des supporters, mais on est contentes d’avoir remporté les deux matches, et on est toujours fières de gagner contre le Barça. Je crois qu’on a battu le record de spectateurs au Parc des Princes pour une rencontre du PSG féminin, c’est beau, ça montre que le foot féminin intéresse de plus en plus de personnes. On voulait aussi gagner pour demander aux supporters de venir nous voir à Cardiff en finale. J’espère qu’on la gagnera pour faire évoluer encore plus les choses au sein du club. Nasser ? Oui oui on l’a vu, ça nous suffit parce que ca montre qu’il nous accorde de l’importance ».

                      Patrice Lair : « Les filles ont été capables de bien réagir après un début de match compliqué. On a changé d’organisation à la mi-temps, je ne voulais pas qu’on se retrouve à dix c’est pour ça que j’ai sorti Laura à la mi-temps, et que j’ai fait rentrer Véro qui a joué un peu plus haut. Je n’étais pas content en première période parce que je trouvais qu’on ne jouait pas à notre niveau, on était sous pression, après ça s’est débridé et puis la communion avec le public… C’est une belle fête, devant 20 000 spectateurs, le PSG est en finale de la Ligue des champions, c’est inespéré mais c’est du bonheur ! Je suis un compétiteur, les filles pareil, on a un mois pour travailler, on va essayer de faire douter Lyon et peut-être qu’on aura une ouverture, c’est un super challenge, un moment extraordinaire.
                      C’est vrai qu’en arrivant j’ai douté mais les filles ont su travailler et c’est tout à leur honneur. C’est un grand moment pour le Paris Saint Germain, j’espère que ca va faire avancer les choses et que le président Nasser va comprendre certaines choses ainsi que le club pour développer la section féminine. Venger les garçons ? C’est un mot fort, mais que d’émotions ce soir. On va avoir deux finales à jouer, la Ligue des champions c’était plus qu’on rêve, aujourd’hui on est en finale, il faut que le rêve se poursuive ».

                      Shirley Cruz : « On n’y croyait pas au début mais on était très contentes de voir autant de personnes nous soutenir, c’est très spécial pour nous. Etre en finale c’est du bonheur. A Lillestrom en 8e de finale quand on perdait 3-1 après le match aller on ne pensait pas arriver là. Maintenant on va profiter et on va laisser le staff réfléchir à ce qu’il faut faire par la suite. Nasser Al-Khelaifi nous as dit qu’il était content parce que les garçons n’étaient pas allés aussi loin. C’est notre cas et on espère ramener la coupe. On est très solidaires entre nous et c’est aussi pour ça qu’on est en finale. Patrice est venu ici pour gagner des titres et il va falloir travailler dur pour aller au bout.
                      Une finale 100% française ? C’est bien puisqu’on représente le foot français, en finale tout peut arriver, on a 50% de chance d’y arriver donc à nous d’en profiter. Jouer devant ce public c’est un bonheur, quand on les entend chanter on se dit qu’on n’a pas le droit de rater un contrôle (rires). L’ambiance était bonne, le public était derrière nous et on a essayé de les remercier. Oui, on peut dire qu’on a vengé les garçons ! Quand on a vu qu’on allait jouer face au Barça on savait que ce serait un match particulier. En allant les battre chez elles, on avait fait un gros coup, et avec cette victoire à domicile on a montré qu’il fallait nous respecter. On n’a pas pensé à une remontada, pas chez nous (rires) ! On a respecté Barcelone qui est une bonne équipe mais ici c’est chez nous, et on l’a montré ce soir ».

                      Aminata Diallo : « Je suis très contente, très heureuse. Moi personnellement c’est ma première participation à la Ligue des champions, donc aller en finale c’est quelque chose d’extraordinaire. Il y avait beaucoup de monde comme lorsqu’on a affronté le Bayern le mois dernier, ça ne nous arrive pas tous les jours, c’était vraiment exceptionnel ».



                      Katarzyna Kiedrzynek : « L’ambiance dans le vestiaire ? C’était magnifique, on a attendu pour ce moment pendant une semaine après notre bon résultat du match aller. L’objectif c’était de nous qualifier pour la finale à l’issue de ce match et c’est le cas. Le secret de cette équipe c’est l’ambiance, l’état d’esprit, c’est ça qui nous fait gagner, pas uniquement notre rendement sur le terrain mais aussi tout ce qu’il y a en dehors. Je pense que je ne réalise pas encore qu’on est en finale de la Ligue des champions, j’y étais déjà il y a deux ans, mais cette année c’est une autre histoire.
                      Je pense qu’avant on n’avait pas une grande équipe dans l’attitude et au niveau mental, maintenant on l’a. Et puis on a encore le championnat et une finale de Coupe de France à gagner. On ne sait pas encore qui sera en finale ni ce qui se passera à Cardiff le 1er juin, mais c’est sûr que ça va etre un bon moment pour l’équipe et les supporters. J’espère qu’on fera la fierté du club ».

                      http://www.footdelles.com/article/Ac...ve_147611.html
                      Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                      Commentaire


                      • Ligue des Champions (Demies) - Défaite sans conséquence pour l'OL qui atteint sa sixième finale

                        Comme au tour précédent, l'OL s'est incliné à domicile (0-1) mais avait assuré sa qualification après une victoire 3-1 à l'aller. La sixième finale du club se jouera à Cardiff face au PSG.


                        Marozsan et Lyon s'inclinent de nouveau au Parc OL (photo UEFA.com)


                        Adversaires en demi-finale de la compétition la saison dernière, les deux clubs français Lyon et le PSG iront jusqu'au bout de l'aventure cette saison puisque les Lyonnaises ont décroché leur place en finale quelques heures après le PSG. L'OL n'a cependant pas rendu la meilleure des copies puisque c'est avec la déception de la défaite que la joie de la qualification est venue. Après un premier acte marqué par quelques opportunités, l'OL s'est incliné sur une erreur de relance de Bouhaddi.

                        Un but qui est intervenu avant l'heure de jeu, alors même que Bouhaddi venait de se montrer décisive sur une frappe de l'Américaine Lloyd. Cette dernière allait hériter dans les secondes qui suivaient d'une relance du ballon par la gardienne lyonnaise sur elle. Une offrande que ne pouvait pas laisser échapper l'expérimentée Lloyd. Contrôle, accélération avant d'armer une frappe du droit en force (0-1, 57'). Renard n'avait pas pu rattraper l'Américaine, surprise aussi par la relance hasardeuse de sa coéquipière.

                        Deuxième défaite à domicile en Ligue des Champions


                        Houara déborde devant Asllani (photo UEFA.com)


                        Un but qui n'allait pas coûter la qualification à l'OL, les Anglaises devant s'imposer 3-0 pour se qualifier mais a réussi à entretenir un peu le suspense. Les Lyonnaises auraient cependant plier l'affaire plus tôt. Car si les joueuses de Manchester City se montraient moins frileuses que la semaine passée, elle devait s'en remettre à des arrêts décisifs de leur gardienne comme sur la demi-volée du droit de Marozsan claquée en corner (9e) ou bien la tentative juste avant le repos de Majri, bien décalée à gauche par Abily. Une frappe difficile dans un angle fermé que Bardsley repoussait à la manière d'une gardienne de hand (44e)

                        A la reprise, Scott avait la première frappe cadrée anglaise sur une passe en retrait de Bronze, mais Bouhaddi se couchait bien sur cette tentative du droit (48e). Le but anglais intervenait neuf minutes plus tard. Lyon mettait plus de pression profitant de l'entrée de Morgan à la pause, puis de celle de Thomis dans le dernier quart d'heure. L'Américaine manquait cependant de ressortir prématurément lorsque Bardsley sortait à toute allure pour la percuter de plein fouet, rappelant l'intervention de Schumacher sur Battiston en 1982. Un choc violent mais aucun carton (71e) !

                        L'Américaine avait la tête dure et reprenait la rencontre. On la retrouvait d'ailleurs s'infiltrant dans les espaces laissés par la défense. Le public poussait, Lyon aussi mais sans réussir à égaliser. Une défaite sans conséquence, le billet pour Cardiff est pris.


                        UEFA Women's Champions League - Demi-finale retour
                        Samedi 29 avril 2017
                        - 20h45
                        OLYMPIQUE LYONNAIS - MANCHESTER CITY WFC (ANG) : 0-1 (0-0)
                        Décines-Charpieu (Parc Olympique lyonnais)
                        Temps dégagé - Terrain excellent
                        Spectateurs : 19 214
                        Arbitres : Esther Staubli (Suisse) assistée de Belinda Brem (Suisse) et Sanja Rodjak Karšić (Croatie). 4e arbitre : Lina Lehtovaara (Finlande)

                        But :
                        0-1 Carli LLOYD 57'
                        (Relance au pied de Bouhaddi sur Lloyd qui récupère à 25 m accélère côté droit, entre dans la surface et décoche une frappe puissante du droit sous la barre)

                        Avertissements : Lloyd 68', Stanway 77' pour Manchester

                        Lyon : 16-Sarah Bouhaddi ; 29-Griedge Mbock Bathy Nka, 3-Wendie Renard (cap.), 21-Kadeisha Buchanan ; 8-Jessica Houara d'Hommeaux (12-Elodie Thomis 75'), 23-Camille Abily (27-Caroline Seger 63'), 5-Saki Kumagai, 7-Amel Majri ; 10-Dzsenifer Marozsan ; 14-Ada Hegerberg (31-Alex Morgan 46'), 9-Eugénie Le Sommer. Entr.: Gérard Prêcheur
                        Non utilisées : 30-Méline Gérard, 11-Kheira Hamraoui, 18-Claire Lavogez, 26-Josephine Henning
                        Manchester : 1-Karen Bardsley ; 2-Lucia Bronze, 6-Stephanie Houghton (cap.), 23-Abbie McManus, 3-Demi Stokes ; 8-Jill Scott, 24-Keira Walsh, 11-Isobel Christiansen (17-Nikita Parris 84') ; 7-Kosovare Asllani (4-Tessel Middag 69'), 55-Carli Lloyd, 9-Toni Duggan (12-Georgia Stanway 60'). Entr.: Nicholas Cushing
                        Non utilisées : 21-Marie Hourihan, 36-Ellie Roebuck, 5-Jennifer Beattie, 16-Jane Ross


                        Dimanche 30 Avril 2017
                        Sebastien Duret

                        http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...le_a13633.html
                        Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                        Commentaire


                        • Malgré la défaite, l'OL est qualifié pour la finale !
                          Publié le 29 avril 2017 | Actus
                          Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



                          Fort de son avantage acquis à l'aller, l'Olympique lyonnais s'est qualifié pour la finale de la Ligue des champions malgré sa défaite 0-1 (Carli Lloyd) ce soir à Gerland, devant 19 214 spectateurs. Une deuxième défaite consécutive à domicile sans conséquence en Ligue des champions pour les Fenottes.


                          Dominateur une majorité de la rencontre, l'Olympique lyonnais s'est pourtant incliné ce soir à domicile contre Manchester City devant 19 214 spectateurs. Un mauvais dégagement de Sarah Bouhaddi sur Carli Lloyd a permis aux Mancuniennes de remporter un succès de prestige pour leur première apparition à ce stade de la compétition, même s'il ne suffit pas à renverser la situation. On l'attendait, elle est désormais là : le 1er juin à Cardiff, c'est bien une finale franco-française qui aura lieu !

                          Domination stérile des Rhodaniennes

                          Avec une équipe sans surprise alignée par Gérard Prêcheur, Eugénie Le Sommer et Ada Hegerberg formant cette fois-ci le duo à la pointe de l'attaque lyonnaise, les Fenottes ont largement dominé le premier acte face à une équipe mancunienne qui s'est vite retranchée en défense, avant de se montrer dans l'incapacité d'enchainer trois passes. Du coup, pas mises en danger défensivement, elles ont pu attaquer et se sont procuré plusieurs situations intéressantes, sans parvenir à ouvrir le score face à une défense en place. La meilleure occasion de cette première période étant certainement cette magnifique demi-volée de Dzsenifer Marozsan qui contraignait Karen Bardskey à bien se détendre pour détourner la frappe en corner en début de rencontre (9').
                          Il n'aura pas manqué grand chose à l'Olympique lyonnais pour ouvrir le score, mais il y a aura eu quelques approximations dans le dernier geste au sein d'une défense compacte. Cependant, pas vraiment sur le reculoir -si ce n'est quelques velléités offensives et de pressing en tout début de rencontre- face à une équipe anglaise en manque de solutions et avec bien trop de déchet technique pour espérer mettre à contribution Sarah Bouhaddi, l'OL pouvait gérer tranquillement son match en attendant de trouver l'ouverture pour mettre définitivement fin aux (très minces) espoirs mancuniens.

                          Bouhaddi, une boulette sans conséquence

                          Alors que Lyon avait dominé la première période face à une équipe anglaise qui n'avait pas proposé grand chose, les Fenottes se montraient moins précises dans leurs transmissions alors que les Mancuniennes jouaient plus haut. Jill Scott était la première à se montrer dangereuse, sur une frappe cadrée qui ne posait cependant pas de problème à Sarah Bouhaddi, bien placée (48'). Mais la gardienne française allait ensuite offrir une balle de but à Carli Lloyd alors qu'elle venait de se montrer dangereuse sur un tir de cette dernière en contre-attaque. En dégageant directement sur la joueuse états-unienne, qui ne se faisait pas prier pour aller fusiller le dernier rempart de l'OL et ouvrir le score (57'). Entre les deux, Steph Houghton n'était pas passée loin de marquer contre son camp en voulant dégager un centre lyonnais, frappant puissamment vers son but, mais Bardsley veillait (53').
                          L'ouverture du score anglaise réveillait les Lyonnaises qui se mettaient à pousser pour égaliser, face à une équipe anglaise plus présente. Eugénie Le Sommer marquait un but logiquement refusé pour hors-jeu (68'), et Lyon mettait la pression sans trouver le chemin des filets malgré un ballon allant d'un but à l'autre dans les dernières minutes de la rencontre. Lyon s'incline donc une nouvelle fois à domicile (après Wolfsburg sur le même score au tour précédent) suite à une grosse erreur de Sarah Bouhaddi, finalement sans conséquence, car l'OL avait fait la différence lors du match aller. Il ne fait aucun doute que les Fenottes ne se satisferont pas de cette défaite et de leur mauvaise entame de seconde période, et qu'elles répondront présentes le 1er juin à Cardiff en finale face au PSG, lors de la première finale franco-française de l'histoire de la compétition.


                          Feuille de match

                          Le but de la rencontre :

                          57' Carli Lloyd (0-1)

                          Les compos :
                          OL :
                          Bouhaddi, Mbock, Renard, Buchanan, Majri, Kumagai, Abily (Seger 63'), Marozsan, Houara d'Hommeaux (Thomis 75'), Le Sommer, Hegerberg (Morgan 46')
                          Manchester City : Bardsley, Stokes, Houghton, McManus, Bronze, Walsh, Scott, Lloyd, Asllani (Middag 69'), Duggan (Stanway 60'), Christiansen (Parris 84')


                          Crédit photo : UEFA

                          http://www.footdelles.com/article/Ac...e-_147612.html
                          Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                          Commentaire


                          • Ligue des Champions (Demies) - Les réactions après OL - MANCHESTER CITY

                            Retrouvez les réactions de l'entraîneur lyonnais et des joueuses après la qualification pour la finale de la Ligue des Champions


                            Les Lyonnaises fêtent la qualification avec leur public (photo UEFA.com)


                            Gérard Prêcheur (entraîneur)
                            : « On est frustré mais il faut prendre du recul et se dire que l’on a gagné 3-2 sur l’ensemble des deux matchs. Je suis surtout déçu d’être battu au Parc OL et que les filles ne soient pas récompensées. Je n’avais pas grand-chose à leur reprocher à la mi-temps. C’est injuste pour Sarah Bouhaddi car on connaît ses qualités. »

                            Camille Abily (milieu de terrain) : « On est qualifiés pour la finale donc on ne va pas faire la fine bouche, mais on avait aussi à cœur de l’emporter ce soir. Il y a donc un peu de frustration car on est perfectionniste et on a envie de faire mieux. »

                            Ada Hegerberg (attaquante) : « On est contentes de la qualification car c’était notre objectif. Il faudra maintenant faire mieux pour les finales à venir. On est consciente que l’on n’a pas montré notre meilleur niveau ce soir et on va tout faire pour jouer beaucoup mieux. »

                            Eugénie Le Sommer (attaquante) : « La qualification est une bonne chose. Il faut savourer cette place en finale. On va affronter le PSG à trois reprises et je crois qu’à la fin on va se connaître par cœur. »

                            Sarah Bouhaddi (gardienne de but) : « Sur le but, j’ai l’appui qui n’est pas très bien et je loupe ma relance. Je vais essayer de corriger pour les prochaines fois. On va maintenant bien digérer ce match et tout faire pour aller gagner cette finale. »

                            Griedge Mbock (défenseure) : « On a eu une belle opposition. Elles ont mis beaucoup plus d’intensités et cela nous a posé des problèmes. Le but nous a fait du mal mais on est qualifié et c’est l’essentiel. On va retrouver le PSG et cela va donner une belle empoignade. »

                            Réactions recueillies par OLTV

                            Dimanche 30 Avril 2017
                            Sebastien Duret

                            http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...TY_a13639.html
                            Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                            Commentaire


                            • Paris Saint-Germain FC (FRA) 2 - 0 FC Barcelone (ESP) [3-1]
                              1-0 : Sabrina Delannoy 55' (SP)
                              2-0 : Miriam Diéguez 61' (CSC)

                              Olympique Lyonnais (FRA) 0 - 1 Manchester City FC (ANG) [3-1]
                              0-1 : Carli Lloyd 57'



                              *Score du match aller
                              Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                              Commentaire


                              • LDC : OL-PSG aura bien lieu
                                Publié le 30 avril 2017 | Actus
                                Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



                                Sans forcément convaincre au match retour, l'OL et le PSG ont obtenu sans trembler leur qualification pour la finale de la Ligue des champions. La finale 100% espérée depuis le tirage au sort aura bien lieu, et ce pour la première fois de l'histoire de la compétition. Retour sur les demi-finales.


                                Depuis le 25 novembre, et le tirage des quarts de finale de la Ligue des champions (et des demies), l'idée d'une finale franco-française est devenue réelle. L'Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain, opposés aux clubs allemands en quarts, ne pouvaient se rencontrer avant la finale. Il y a un mois, les deux clubs français ont obtenu leur qualification pour les demi-finales en perdant un de leurs deux matches, mais en faisant la différence lors de leur victoire. Après avoir éliminé Wolfsburg et le Bayern Munich, les demif-finales qui s'offraient aux deux représentants français en faisaient les grands favoris pour la finale face aux néophytes à ce stade de la compétition, Manchester City et le FC Barcelone. Retour sur ces demi-finales et ce samedi 29 avril historique.

                                Manchester City et Barcelone trop justes

                                Pour la première fois de leur histoire, Mancuniennes et Catalanes se retrouvaient dans le dernier de la compétition, pour City pour sa première participation à l'épreuve. Si les deux équipes ont logiquement été éliminées, elles ont pu mesurer le chemin qui leur reste à parcourir pour faire partie des meilleures équipes du continent. Le FC Barcelone était trop juste de façon générale, et n'a pas fait le poids physiquement en particulier face à la puissance parisienne. Les Catalanes n'ont jamais réellement mis en danger Katarzyna Kiedrzynek (même avec le but inscrit) malgré les qualités de l'équipe qui a développé un jeu attendu et toujours agréable à regarder. A l'aller comme au retour, et même si le PSG n'a pas forcé au Parc des Princes, Barcelone n'avait tout simplement pas les armes, d'autant plus que Paris avait décidé de faire la différence dès le match aller.
                                Le bilan est malgré tout positif pour Manchester City, qui a découvert le haut niveau lors du match aller et n'a pas su répondre au défi, et s'est vite adapté pour obtenir une victoire de prestige au Parc OL. En pleine progression, la jeune équipe anglaise inexpérimentée à ce niveau de compétition a su réagir face à une équipe lyonnaise qui n'a il est vrai pas montré son meilleur visage à domicile. Il n'en reste pas moins qu'il s'agit au final d'un résultat très positif pour les Mancuniennes que l'on devrait rapidement revoir jouer les premiers rôles dans la compétition dans les années à venir, avec une base défensive solide qui lui permet de pouvoir construire.

                                Liens utiles :
                                Lyon prend une option sur la finale
                                Paris aussi

                                Lyon et Paris en gestion

                                Favoris de leur oppositions respective, l'Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain se sont logiquement qualifiés pour la finale, faisant respecter la hiérarchie dès le match aller pour gérer à domicile au retour. Le PSG a fait la différence en une heure de jeu au match aller et a géré ensuite, avec une marge certaine par rapport à son adversaire. S'il pouvait exister des questions sur le match aller, étant donné que le club de la capitale avait perdu deux de ses trois rencontres à l'extérieur depuis le début de la saison dans la compétition, il a vite douché les espoirs barcelonais en répondant présent et efficace d'entrée de jeu. Grâce à ses deux victoires, le PSG retrouve donc la finale de la Ligue des champions deux ans après sa défaite contre Francfort.
                                Le bilan est peut-être plus mitigé pour l'OL qui ne pourra se satisfaire de sa défaite à domicile et de la prestation qui l'a accompagnée, d'autant plus qu'il s'agit de la deuxième défaite consécutive du tenant du titre à domicile. On retiendra plutôt la performance du match aller face à une équipe retranchée en défense qui ne lui a offert aucun rythme. Ce fut certainement une opposition intéressante pour l'équipe lyonnaise qui a su inscrire trois buts face à une défense compacte composée en majeure partie de joueuses chevronnées au niveau international.

                                Liens utiles :
                                Paris en finale
                                Lyon aussi



                                Le public a répondu présent

                                Si les spectateurs étaient venus en nombre pour les matches aller, avec un record à la clé pour le Mini Estadi pour la réception du PSG, c'est l'affluence des matches retour qui a particulièrement marqué. Peut-être moins du côté du Parc OL alors qu'il s'agit de la meilleure affluence de ces demi-finales (19 214 spectateurs), tout simplement car le record datant d'il y a un an n'a pas été battu (3000 personnes de plus). Côté parisien, où il est souvent compliqué de se faire déplacer les foules pour du football féminin, alors que l'équipe avait battu son record au match précédent déjà, plus de cinq milles personnes supplémentaires ont fait le déplacement pour un nouveau record (19 192 spectateurs). Surtout, l'ambiance a été au rendez-vous avec des Ultras au rendez-vous et un stade réceptif. Les affluences à Lyon et Paris ont contribué à faire de ce samedi un jour historique pour le football féminin français, de très bon augure à deux ans de la Coupe du monde.

                                Classement des buteuses

                                Alors que Zsanett Jakabfi (Wolfsburg) et Vivianne Miedema (Bayern Munich), huit buts chacune, étaient éliminées en quart de finale (la première, blessée, n'ayant pas eu l'occasion de faire monter son total), plusieurs joueuses étaient à l'affût, parmi lesquelles la Barcelonaise Jenni Hermoso, la Parisienne Cristiane et les Lyonnaises Eugénie Le Sommer et Camille Abily. Lors des quatre matches des demi-finales, seules Cristiane et Le Sommer ont trouvé le fond des filets, à une reprise, pour revenir à deux buts du duo de tête. Il leur faudra marquer au moins un doublé en finale pour terminer en tête du classement.



                                http://www.footdelles.com/article/Ac...eu_147613.html
                                Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                Commentaire


                                • Demi-finales - Matchs retour

                                  Paris Saint-Germain FC (FRA) 2 - 0 FC Barcelone (ESP) [3-1]

                                  Olympique Lyonnais (FRA) 0 - 1 Manchester City FC (ANG) [3-1]


                                  *Score du match aller
                                  Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                  Commentaire


                                  • Ligue des Champions - La finale 100% française sur France 2

                                    Programmée en prime-time le jeudi 1er juin prochain (20h45), la finale sera en clair sur France Télévisions. Ce sera la 6e finale en clair avec au moins un club français présent.


                                    Renard hissant le trophée sur France 2 l'année dernière (photo UEFA.com)


                                    Si Eurosport diffuseur historique avec l'UEFA de la finale de la Ligue des Champions était assurée quelle que soit de proposer la rencontre, l'affiche entre Lyon et le PSG sera proposée en clair sur France 2.

                                    France 2 a déjà diffusé les deux dernières éditions avec l'an dernier Wolfsbourg - Lyon, programmée en accès prime-time (18h00) qui avait réuni dans le temps réglementaire 1,4 millions de téléspectateurs (9,6% de part d'audience) avant de basculer sur France 3 pour la prolongation et les tirs au but avec un pic d'audience de 4,9 millions soit près d'un téléspectateur sur cinq au moment de la victoire. En 2015, France 2 avait pour la première fois proposé la finale opposant Francfort et le PSG. Le match avait alors séduit 2,1 millions de téléspectateurs soit 13,2% de part d'audience.

                                    Un pic à 4,9 millions en 2016


                                    2011, première finale diffusée en clair (photo UEFA.com)


                                    La finale 2013 en prime time (20h30) avait pour sa part été diffusée sur C8. La chaîne avait alors réalisé sa 7e audience de l'année avec 1,738 millions de téléspectateurs soit 6,8% de part d'audience, malgré la défaite lyonnaise. L'année précédente en 2012, Lyon s'imposait face à Francfort sur Direct8 qui terminait première chaîne de la TNT sur le créneau (18h-20h) avant 790 000 téléspectateurs pour 5% de part d'audience.

                                    Il reste que la diffusion en prime time permet de meilleurs chiffres d'audience comme en 2011 sur Direct8 avec Lyon - Potsdam. Diffusée à 21 heures, cette finale avait été suivie par 1,147 millions de téléspectateurs, soit 4,5% de part d'audience. Cette finale était la première diffusée en clair puisqu'en 2010 l'opposition entre Lyon et Potsdam était alors uniquement sur Eurosport, mais c'était avant la Coupe du Monde 2011 en Allemagne, élément déclencheur majeur pour les diffuseurs.

                                    France 2 en prime time

                                    Pour l'édition 2017 programmée en prime-time, un nouveau record devrait être battu avec ce Lyon - PSG. France Télévisions qui restait sur les deux dernières diffusions de la finale a de nouveau les droits en clair. C'est sur France 2 que les clubs français proposeront cette affiche inédite à ce stade de la compétition.

                                    En plus

                                    Cette saison, beINSPORTS détenait les droits de diffusion de l'équipe parisienne pour ces matchs à domicile, ceux à l'extérieur étant acquis à chaque tour suivant la volonté d'un diffuseur (Eurosport a ainsi pu proposer des matchs des clubs français à l'étranger). Pour Lyon, il en était de même avec le groupe Canal qui possédait ceux de Lyon à domicile. Après avoir proposé les tours précédents sur Canal + sport, c'est C8 qui a proposé les deux demi-finales.

                                    Mardi 2 Mai 2017
                                    Sebastien Duret

                                    http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...-2_a13623.html
                                    Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                    Commentaire


                                    • #UWCL : Ligue des Champions - Choc franco-français au sommet de l'Europe (20h45)

                                      Les deux clubs français qui ont investi le plus de millions depuis quelques années se retrouveront au plus de la scène européenne. Une finale 100% française inédite à la clé.




                                      Grand rival de l'OL, le PSG ne peut faire valoir le même palmarès. Les Lyonnaises qui ont déjà quatre finales à leur actif et trois trophées (2011, 2012, 2016) ont depuis longtemps faire leurs preuves. Finaliste en 2015, le PSG n'a pas encore connu le Graal. Un rêve que souhaiterait réaliser Patrice Lair face à son ancien club.

                                      C'est en tout cas un choc entre des joueuses qui se connaissent par coeur et où chaque détail aura son importance. L'Equipe qui fait sa une ce jeudi sur la rencontre titrait "Règlement de comptes à Cardiff". L'occasion de rappeler la rivalité qu'il existe entre les deux clubs. L'un rafle tout, l'autre est l'éternel second depuis sa montée en puissance. 3 Ligue des Champions, 11 championnats, 7 Coupes de France sous l'ère de l'OL, 1 Coupe de France sur la même période pour le PSG.

                                      Un déséquilibre réel que Patrice Lair, l'entraineur parisien, ex-lyonnais espère commencer à contrebalancer : "Il y a la fierté d'appartenir à un grand club. On peut réaliser un truc extraordinaire". Arrivée au PSG en provenance de Lyon, Cruz veut aussi voir le club "grandir et gagner des titres", rappelant que "Ce n'est pas tout d'avoir des millions. Il faut savoir où on les met". La Costaricaine évoque notamment le turn-over de l'effectif parisien ces dernières années qui complique la stabilité du groupe au contraire de l'OL. Ce duel s'annonce donc disputé sur le terrain mais aussi par bancs interposés.

                                      Delannoy : "On a nos chances pour cette deuxième finale"

                                      L'entraîneur lyonnais et son homologue parisien n'ont pas manqué par conférences interposées de se tacler : "Pour gagner des titres il faut un gros état d'esprit" soulignait qui peut réaliser un deuxième triplé consécutif avec l'OL avant de céder son fauteuil à Reynald Pedros. Et dans une finale, Patrice Lair ne manque de rappeler que "il n'y a que les vainqueurs qui comptent". Si Lyon reste le favori et "meilleure équipe du monde" selon les propos de Patrice Lair, la finale du 19 mai dernier a laissé des espoirs : "Il y a un travail qui a été fait toute la saison, on est arrivé quand même à tenir Lyon quand même. Il n'y a pas beaucoup d'équipes qui y arrivent. On les a battu au mois de décembre (1-0). On s'est préparé pour faire un bon match à Cardiff et pourquoi pas que cela nous arrive. On est un peu déçu, mais pas abattu". Cette déception était immense au soir de la finale de la Coupe de France perdue aux tirs au but.

                                      Un match accroché dont Sabrina Delannoy qui raccroche les crampons après cette finale avait ainsi commenté : "Je suis déçue, mais je n'ai pas de frustration, j'ai l'impression que c'était le destin, c'était écrit un peu comme ça. Et cela nous donne une force pour cette deuxième finale qui nous attend. On garde l'espoir pour la suite, malgré ce qu'elles peuvent dire, je sais ce qui s'est passé sur le terrain, j'ai vécu le match de l'intérieur. J'ai entendu beaucoup de choses, j'ai vu beaucoup de choses, et je sais que l'on a nos chances pour cette deuxième finale."

                                      Renard : "On se connaît par coeur"



                                      Pour le sélectionneur Olivier Echouafni, interrogé mardi lors de l'annonce de la liste de l'Euro 2017, ces tensions sont logiques au regard des enjeux : "Il y a des trophées à remporter, de grands et magnifiques trophées comme la Champions League. De la nervosité il y en a obligatoirement sur le terrain. Ça doit servir à l’Équipe de France ces matches a haute intensité, où il y a du rythme, de l'agressivité".

                                      La trilogie débutée le 13 mai s'achèvera en tout cas ce jeudi soir. Le PSG avait en décembre dernier surpris les Lyonnaises (1-0) mais au mois de mai, par un succès 3-0 en championnat et une victoire aux tirs au but en finale de Coupe de France, la tendance a rebasculé dans ce qui donne à Lyon sa domination territoriale. Mais pour Shirley Cruz, le moment est venu : "On a pu montrer nos qualités lors de la finale de la Coupe de France. Le match se jouera sur des détails. Nous sommes prêtes, et nous sommes venues pour gagner la finale tout simplement. On veut ramener ce trophée à Paris, il ne faut rien lâcher".

                                      La capitaine lyonnaise Wendie Renard évoque aussi les détails qui feront la différence : "On se connaît par cœur. Ce match se jouera sur des détails et on devra répondre présentes." Lyon ne devra cependant pas faire preuve de suffisance et Gérard Prêcheur a insisté auprès de ses joueuses sur cet aspect : "On ne fera donc pas preuve de suffisance à l’approche de cette rencontre. On a bien préparé ce match en s’appuyant sur nos caractéristiques propres. On voudra imposer notre jeu, tout en tenant compte des qualités de l’adversaire". Car si les Parisiennes ne se jetteront pas dans la "gueule du loup", elles sont capables de surprendre comme elles l'ont déjà fait à l'aller en championnat et en finale de Coupe de France.

                                      Tous les projecteurs sont désormais sur le Cardiff City Stadium afin de clore cette saison de la plus belle des manières avec deux clubs français. Une chose est sure, ce soir le trophée rentrera en France.

                                      http://www.footofeminin.fr/UWCL-Ligu...45_a13745.html
                                      Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                      Commentaire


                                      • OL-PSG, une finale Guiness
                                        Publié le 31 mai 2017 | Actus
                                        Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



                                        Demain soir, l'OL et le PSG vont se retrouver pour la troisième fois en moins d'un mois. Cette fois-ci, c'est le titre européen qui sera en jeu. Une finale qui va voir des records tomber ou être égalés. Zoom sur quelques uns de ceux-ci.


                                        Une finale franco-française

                                        Pour la première fois en seize éditions, la finale va opposer deux clubs français. Un dernier match forcément historique, et qui confirme la place nouvelle des clubs français dans le paysage européen. Un seul pays a par le passé réussi à placer deux équipes en finale, il s'agit bien sûr de l'Allemagne, en 2006. À l'époque, il s'agissait de la Coupe de l'UEFA féminine, et la finale se jouait en matches aller/retour. Francfort avait facilement et largement disposé de Potsdam (7-2 sur l'ensemble des deux rencontres).
                                        Demain, l'Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain vont donc écrire une nouvelle page dans la compétition et dans l'histoire du football féminin français. Pour la première fois, la finale sera diffusée en prime time sur France 2 (également sur Eurosport), une possibilité d'exposition médiatique de premier plan et dans le bon timing, à six semaines du début de l'Euro dont les Bleues (une majorité du groupe est à Cardiff) feront partie des favorites. En espérant un bis avant la tenue de la Coupe du monde en 2019 !


                                        Lyon, toujours plus dans l'histoire
                                        L'Olympique lyonnais détient déjà plusieurs records (plus grand nombre de victoires, de buts inscrits, la différence de but la plus importante), et va en égaler plusieurs de façon certaine ce jeudi. En premier lieu, le nombre de matches européens, détenu par Arsenal (79). En second lieu, celui de présences en finale (6), détenu pour l'instant par Francfort, qui a vu Lyon revenir à sa hauteur en terme de nombre de présences dans le dernier carré (8). En remportant le titre, l'OL égalerait également le nombre de titres européens du club de l'Hesse (4), et celui de titres consécutifs, détenu par Umeå, le club suédois étant le premier à l'avoir fait en 2003 et 2004, Lyon déjà en 2011 et 2012, et Wolfsburg en 2013-2014. En s'inclinant, le club ferait aussi "bien" qu'Umeå, défait à trois reprises en finale.
                                        En ce qui concerne les performances personnelles, deux joueuses actuellement comptent quatre victoires européennes à leur palmarès. Il s'agit des Allemandes Viola Odebrecht (2005, 2010, 2013, 2014) et Conny Pohlers (2005, 2008, 2013, 2014). En cas de victoire de l'OL demain, cette (courte) liste va sérieusement s'allonger puisque Sarah Bouhaddi, Wendie Renard, Corine Petit, Camille Abily, Élodie Thomis ou encore Eugénie Le Sommer ont pris part aux trois sacres de l'OL depuis 2011. Aurélie Kaci, qui n'est pas entrée en jeu cette saison dans la compétition et qui ne fait pas partie du groupe pour la finale, ne pourra pas rejoindre ses coéquipières. Une autre joueuse lyonnaise pourrait ajouter un quatrième titre à son palmarès, l'Allemagne Josephine Henning, qui après avoir gagné en 2010 (Potsdam), 2013 et 2014 (Wolfsburg), pourrait réussir cette performance avec trois clubs différents. Elle n'en était pas passée loin avec le PSG en 2015.


                                        Cristiane, douze ans après ?
                                        Pour sa première expérience en Europe, la Brésilienne Cristiane, actuellement dans les rangs du Paris Saint-Germain, avait rejoint le Turbine Potsdam en février 2005. Et participé à l'aventure victorieuse du club en Coupe de l'UEFA féminine. Demain, elle aura l'occasion de remporter un second trophée, douze ans après le premier. Qui dit mieux ? Quant à sa compatriote Formiga, elle pourrait remporter son premier trophée européen à 39 ans passés et pour sa première participation à l'épreuve.


                                        Patrice Lair vs Gérard Prêcheur
                                        Le coach parisien Patrice Lair, il pourrait devenir le premier entraîneur à remporter trois fois la compétition européenne, lui qui fait partie du quatuor à avoir remporté deux fois la compétition (2011 et 2012) avec les Allemands Hans-Jürgen Tritschoks (avec Francfort en 2006 et 2008), Bernd Schröder (avec Potsdam en 2005 et 2010) et Ralf Kellermann (avec Wolfsburg en 2013 et 2014). Un quatuor qui deviendrait bien sûr un quintet en cas de victoire lyonnaise, Gérard Prêcheur allongeant la liste avec des victoires en 2016 et 2017. Patrice Lair pourrait devenir le seul entraineur à avoir remporté la compétition avec deux équipes différentes.

                                        http://www.footdelles.com/article/Ac...ss_148560.html
                                        Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                        Commentaire


                                        • Paris peut-il créer l'exploit ?
                                          Publié le 31 mai 2017 | Actus
                                          Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



                                          Demain à 20h45, la finale de la Ligue des champions va opposer l'Olympique lyonnais, tenant du titre, au Paris Saint-Germain, qui doit remporter le titre pour disputer la prochaine édition. Le club de la capitale va-t-il parvenir à renverser le favori à sa propre succession ?


                                          0-3 le 13 mai, 1-1 le 19, ?-? le 1er juin. Pour la troisième fois en moins d'un mois, l'Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain vont en découdre, pour la deuxième fois en finale. L'OL est sorti vainqueur des deux premières rencontres, et ne voudra pas faire mentir l'adage "jamais deux sans trois" pour réaliser un second triplé consécutif. Le PSG de son côté voudra éviter le zéro pointé, et surtout faire d'une pierre deux coups en remportant un premier titre européen tout en obtenant sa qualification pour la prochaine saison.

                                          La Coupe de France en exemple

                                          Après une défaite nette à Lyon, le Paris Saint-Germain était parvenu à contenir l'Olympique lyonnais en finale de la Coupe de France il y a deux semaines, passant à côté du titre après la séance de tirs au but. Pour le PSG, qui avait réalisé une prestation très solide à Vannes, il faudra évoluer au moins au même niveau pour embêter ou battre l'OL, qui avait paru en-dedans. Cette saison, Paris a déjà battu Lyon et réussi à le tenir en échec, le tout en trois rencontres. Un bilan plutôt positif et encourageant l'heure de disputer le match le plus important de la saison pour le club parisien, pour l'enjeu et les conséquences qu'un titre apporterait à l'équipe parisienne, au sein de laquelle Sabrina Delannoy, l'âme du club, disputera le dernier match de sa carrière.
                                          Il est difficile d'imaginer le PSG attaquer à tout va dans cette finale, car c'est très certainement en montrant la même solidité défensive qu'en décembre et le 19 mai que le club de la capitale a une chance de remporter le titre. En se montrant offensif lors du match retour en championnat, il avait été puni (0-3) et voudra éviter un scénario similaire. Devant, Marie-Laure Delie et Cristiane, qui ont toutes les deux marqué face à Lyon cette saison de belle manière, voudront certainement rééditer l'exploit. La Française s'était signalée il y a deux ans par un joli coup de tête en finale face à Francfort à Berlin, un jeu de tête qui sera une des armes de l'équipe parisienne pour prendre le dessus sur la très solide défense rhodanienne. Cette finale pour le PSG, c'est la démarcation entre une nouvelle saison sans titre et un premier titre prestigieux accompagné du droit à défendre sa couronne européenne l'année prochaine.



                                          L'OL, records en vue

                                          C'est avec Alex Morgan dans le groupe que Lyon a fait le déplacement à Cardiff, avec la ferme intention de réaliser un nouveau triplé et prendre le dessus sur le PSG pour la troisième fois en moins d'un mois. Favori de la rencontre, l'expérience de ce genre de rencontre est largement en sa faveur, avec trois titres remportés depuis 2011. Pour Lyon, ce match est l'occasion de battre ou égaliser plusieurs records, et l'équipe rhodanienne ne voudra pas rater cette occasion. Alors qu'un tiers du groupe présent au Pays de Galles peut remporter un quatrième titre dans la compétition, rejoignant ainsi les Allemandes Viola Odebrecht et Conny Pohlers en tête de ce classement spécifique, Gérard Prêcheur aura l'occasion de faire aussi bien que -entre autres- son homologue parisien Patrice Lair, déjà double vainqueur. Jusqu'alors, deux finales se sont jouées aux tirs au but, avec la présence de l'OL à chaque fois, pour un bilan d'un titre.
                                          Face au Paris Saint-Germain, Lyon va devoir trouver des solutions offensives pour prendre le dessus sur une équipe qui devrait présenter un bloc défensif solide. Difficile de savoir si Alex Morgan sera titulaire pour cette rencontre, elle qui revient tout juste d'une blessure contractée lors du match de championnat contre le PSG. Mais l'OL ne manque pas d'atouts dans toutes les lignes, et notamment offensifs. Dzsenifer Marozsan, qui n'avait pas réussi sa meilleure performance en finale de la Coupe de France, aura certainement un rôle à jouer pour prendre à revers la défense parisienne, alors qu'Eugénie Le Sommer, comme elle l'avait montré lors du match retour en championnat, peut faire la différence toute seule à n'importe quel moment. Les options sont nombreuses, et en ouvrant le score, l'OL mettrait certainement une option sur le titre, alors que le PSG a ouvert le score à deux reprises, lors des deux non-victoires de Lyon.



                                          http://www.footdelles.com/article/Ac...t-_148561.html
                                          Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                          Commentaire


                                          • Ligue des Champions - Les brèves avant la finale (20h45)

                                            Retrouvez une première série de brèves sur la finale de la Ligue des Champions qui oppose ce jeudi soir les deux clubs français Lyon et le PSG.




                                            21 000
                                            Le nombre de spectateurs attendu pour cette finale de Ligue des Champions. Le record de Munich lors de Lyon - Francfort en 2012 (50 212) ne sera pas battu , mais ce chiffre serait la seconde affluence depuis le passage à une finale sur un match simple. A noter qu'en 2008 et 2009 lors que la finale se jouait en aller-retour, le match retour en Allemagne avait réuni 27 640 à Francfort et 28 112 l'année suivante à Duisburg.

                                            Brassard
                                            Les joueuses du PSG porteront un brassard noir pour la finale en hommage à Emmanuel Lamy, le maire de St-Germain-en-Laye disparu mercredi à l'âge de 69 ans suite à un accident vasculaire cérébral.

                                            Louisa Cadamuro en consultante
                                            Aux côtés de Fabien Lévêque et Marinette Pichon, la jeune retraitée Louisa Necib-Cadamuro sera consultante pour France 2. Une première pour l'ex-Lyonnaise.

                                            Présidents
                                            Les deux Présidents des clubs finalistes Jean-Michel Aulas et Nasser Al-Khelaïfi seront présents ce jeudi. Le Président lyonnais était déjà là ce mercredi après un passage par Londres pour rencontrer les dirigeants de Chelsea et négocier une offre pour la venue de Bertrand Traoré.

                                            Embouteillage
                                            L'entraîneur lyonnais n'a pas apprécié le déplacement de l'hôtel vers le stade pour la conférence de presse et n'a pas manqué de le rappeler. La navette a eu près de 45 minutes de retard et la conférence a été différée à 18 heures, faisant dire à ce dernier : "Pas d'escorte pour venir jusqu'au stade, c'est inacceptable ! Je me demande si ce qu'il s'est passé peut arriver chez les garçons. Il y a encore des progrès à faire pour qu'on prenne plus en considération le foot féminin. La navette de l'UEFA qui devait nous emmener au stade a eu une heure de retard, et on a dû attendre dans le hall de l'hôtel (ndlr : avec Wendie Renard et Dzsenifer Marozsan)"

                                            Remise sur la pelouse
                                            Le trophée de de l'UEFA Women's Champions League sera remis au capitaine vainqueur sur la pelouse, à la suite d'une décision du président de l'UEFA Aleksander Čeferin, ajoutant : "La pelouse, c'est la scène des joueurs et il convient que leurs exploits y soient célébrés". Un décor scénique pouvant être monté en cinq minutes a été conçu pour l'occasion.

                                            La prolongation d'Abily
                                            La milieu de terrain lyonnaise a prolongé d'un an son contrat à l'OL. Un choix qu'elle a commenté : "En début de saison, j'envisageais de mettre un terme à ma carrière. Mais en réalisant une saison pleine, sans blessure, je me dis que je peux encore jouer une saison. Il y a encore cette finale de Ligue des Champions à disputer, on s'attend à un match âpre face au PSG. La saison prochaine, il y aura un nouvel entraîneur, ça sera un beau challenge pour moi. Je pense que l'expérience de joueur de Reynald Pedros va beaucoup nous apporter. L'objectif sera encore d'essayer de tout gagner."


                                            C'est dit

                                            Lotta Schelin, l'ex-Lyonnaise : "On va se réunir chez Anja Mittag avec toute l’équipe. Je serai à 110% supportrice de l’OL ! Même si Anja est passée par le PSG, mes coéquipières savent à quel point je suis attachée à ce club et je pense qu’elles seront toutes pour l’OL aussi ! Je croise les doigts pour les filles, je serai à fond derrière elles."

                                            Gérard Prêcheur : "Ce ne sera pas un match facile. Il suffit de voir la finale de Coupe de France, où ça s’est terminé aux tirs au but. On ne fera donc pas preuve de suffisance à l’approche de cette rencontre. On a bien préparé ce match en s’appuyant sur nos caractéristiques propres."

                                            Wendie Renard : "On n’a rien changé à l’approche de cette rencontre. C’est une fierté d’avoir une finale franco-française. C’est bénéfique pour le football dans notre pays et j’espère que ça donnera un élan pour continuer cette progression. Ce sera un match de haut niveau, avec des duels et de l’impact. On se connaît par cœur. Ce match se jouera sur des détails et on devra répondre présentes. Maintenant, nous sommes des compétitrices. Je ne me lasse pas de gagner"

                                            Dzsenifer Marozsan : "J’ai gagné cette compétition avec Boquete sous le maillot de Francfort en 2015. J’ai beaucoup de respect pour elle, c'est une super joueuse. On doit maintenant se battre l’une contre l’autre, on verra qui est la meilleure équipe demain. Il n'y aura pas de cadeau"

                                            Katarzyna Kiedrzynek : "Il y a deux ans, nous n'étions peut-être pas capable de la gagner, mais maintenant nous le sommes. Cette finale va montrer quelle équipe est la plus constante et quelle équipe vit le mieux ensemble."

                                            Patrice Lair : "Forcément, Lyon est favori. C'est ce qui se fait de mieux au monde. On a peut-être un effectif moins large, mais nous aussi, on a des arguments. Au complet, on a des qualités (...) Je n'avais jamais pensé que ce serait possible d'avoir deux équipes françaises en finale."

                                            Shirley Cruz : "On a montré en Coupe de France qu’on avait les qualités. Ca va se jouer sur des détails. On est prêtes. Elles ont compris qu’on est venues pour gagner la finale. On attend que ça commence"


                                            Surprise pour Ada

                                            https://twitter.com/OL/status/869635...224320/video/1

                                            Elue joueuse de l'année 2017 par la BBC, Ada Hegerberg a eu la surprise de voir sa soeur Andrine Hegerberg, venir spécialement lui remettre le trophée.

                                            Protège-tibia spécial Ligue des Champions pour Le Sommer

                                            https://twitter.com/ELS_9_FRANCE/sta...351297/photo/1

                                            http://www.footofeminin.fr/Ligue-des...45_a13744.html
                                            Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                            Commentaire


                                            • #UWCL - Quatrième Ligue des Champions pour l'OLYMPIQUE LYONNAIS

                                              Les Lyonnaises se sont imposées au terme d'une finale vierge de buts et d'une séance de tirs au but achevée sur les tentatives des gardiennes, ratée par Kiedrzynek et réussie par Bouhaddi.




                                              Les Lyonnaises ont égalé la performance de Francfort en décrochant le titre européen, réussissant du même coup le triplé Championnat - Coupe de France - Ligue des Champions comme la saison écoulée. Battues pour la seconde fois dans une finale, le PSG ne rejouera pas l'Europe la Ligue des Champions avec cette défaite la saison prochaine et devra donc patienter.

                                              Entre deux formations qui se connaissent par coeur et qui se rencontraient pour la troisième fois en moins de trois semaines, c'est une finale tactique et fermée qu'elles ont proposée à Cardiff.

                                              Lyon évoluait avec son visage offensif en 4-3-3, avec le retour de Morgan en attaque, alors que le PSG proposait un système en 3-5-2 ou 5-3-2 selon le positionnement défensif des deux latérales Périsset et Lawrence. A noter que l'expérimentée Georges débutait sur le banc.



                                              En finale de Coupe de France, Lyon s'était fait surprendre par les Parisiennes et c'est un système similaire que proposait Patrice Lair. En première période, les Parisiennes ont tenté leur chance et d'entrée Bouhaddi devait intervenir pour devancer Delie (1re). Le bloc parisien était bien en place, et Lyon mettait souvent trop de temps à construire ses offensives pour déstabiliser la défense adverse. Il fallait d'ailleurs une glissade de Diallo pour qu'Hegerberg puisse frappe (12e). L'attaquante norvégienne malade la nuit dernière allait apparaître diminuée dans cette finale, alors que sa partenaire américaine de retour de blessure devait quitter prématurément ses partenaires (23e). Malgré le travail intensif pour rendre apte Morgan, cette dernière allait ressentir une douleur. Thomis faisait son entrée et l'entraîneur parisien permutait Lawrence et Périsset en réponse à ce changement.

                                              Plus efficace dans leurs offensives, les Parisiennes réussissaient à s'approcher à plusieurs reprises du but parisien, par un frappe de Cristiane (20e), une tentative de Delie (27e) ou encore les occasions plus nettes de Cruz lancée en profondeur par une déviation de la tête de Delie sur un dégagement de sa gardienne. La capitaine du PSG se retrouvait à l'entrée de la surface, et tentait une frappe du droit repoussée par Bouhaddi (33e). Une alerte suivie d'une autre sur un coup de tête de Formiga consécutif à un coup franc de Périsset (38e). L'indécision était de mise au repos.

                                              Le PSG a reculé en seconde période



                                              Lyon allait se montrer plus inspiré à la reprise, même si c'est Diallo qui était proche de marquer contre son camp (47e). La métronome allemande Marozsan distillait un ballon pour Hegerberg (53e), puis tentait sa chance de loin (62e). Lyon n'y arrivait pas et lorsque Thomis tentait d'exploiter une mésentente entre Kiedrzynek et Geyoro, la gardienne s'en sortait (68e). Le score restait vierge jusqu'au terme des 90 minutes. Le PSG moins inspiré qu'en première période manquait une belle occasion de prendre les devants lorsque Cruz trouvait Delie plein axe qui venait ouvrir trop son pied (63e).

                                              La prolongation n'allait pas apporter plus d'éléments. Les tentatives lyonnaises étaient les plus nombreuses par Majri ou encore Marozsan mais Kiedrzynek était là (96e, 99e) ou le ballon non cadré (103e, 120e). Les jambes étaient trop lourdes et un contre initié par Cristiane se terminait dans les bras de Bouhaddi (117e).

                                              Bouhaddi réussit le tir décisif



                                              C'est une nouvelle fois aux tirs au but que les deux équipes allaient décider de l'attribution du trophée. Kiedrzynek déviait la tentative de Le Sommer sur la barre, mais Geyoro dans la foulée échouait. Avec des tirs au but bien exécutés, tout se jouait à la 8e tentative parisienne. Kiedrzynek prenait l'initiative de frapper mais se manquait totalement. Bouhaddi choisissait aussi de prendre ses responsabilités avec plus de réussite pour envoyer son équipe décrocher le quatrième titre européen de son histoire.

                                              Photos UEFA.com


                                              UEFA Womens Champions League - Finale
                                              Jeudi 1er juin 2017
                                              - 19h45 locales (20h45 françaises)
                                              OLYMPIQUE LYONNAIS - PARIS-SAINT-GERMAIN : 0-0 a.p. (t.a.b. 7-6)
                                              Cardiff (Cardiff City Stadium)
                                              Temps doux et nuageux - Pelouse excellente
                                              Spectateurs : 22 433
                                              Arbitres : Bibiana Steinhaus (Allemagne) assistée de Katrin Rafalski (Allemagne) et Christina Biehl (Allemagne). 4e arbitre : Riem Hussein (Allemagne). Arbitre réserviste : Sian Massey (Angleterre)
                                              Avertissements : Kumagai 66' pour Lyon ; Diallo 55', Georges 81', Morroni 115' pour le PSG

                                              Tirs au but : Cristiane (0-1), Majri (1-1), Delannoy (1-2), Le Sommer (arrêté), Geyoro (arrêté), Renard (2-2), Delie (2-3), Mbock (3-3), Formiga (3-4), Kumagai (4-4), Boquete (4-5), Marozsan (5-5), Lawrence (5-6), Abily (6-6), Kiedrzynek (à côté), Bouhaddi (7-6)

                                              Lyon : 16-Sarah Bouhaddi ; 29-Griedge Mbock Bathy Nka, 21-Kadeisha Buchanan, 3-Wendie Renard (cap.), 7-Amel Majri ; 5-Saki Kumagai, 23-Camille Abily ; 9-Eugénie Le Sommer, 10-Dzsenifer Marozsan, 31-Alex Morgan (12-Elodie Thomis 23', 18-Claire Lavogez 107') ; 14-Ada Hegerberg (22-Pauline Bremer 60'). Entr.: Gérard Prêcheur
                                              Non utilisées : 30-Méline Gérard, 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 26-Josephine Henning, 27-Caroline Seger
                                              PSG : 1-Katarzyna Kiedrzynek ; 26-Onema Grace Geyoro, 5-Sabrina Delannoy, 14-Irene Paredes Hernandez ; 17-Eve Périsset (20-Perle Morroni 90+4'), 7-Aminata Diallo (21-Veronica Boquete Giadans 57'), 28-Shirley Cruz Trana (cap.) (4-Laura Georges 80'), 24-Formiga Miraildes Maciel Mota, 12-Ashley Lawrence ; 10-Cristiane Rozeira de Souza Silva, 18-Marie-Laure Delie. Entr.: Patrice Lair
                                              Non utilisées : 16-Loes Geurts, 3-Laure Boulleau, 19-Lina Boussaha, 22-Sana Daoudi





                                              http://www.footofeminin.fr/UWCL-Quat...IS_a13754.html
                                              Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                              Commentaire


                                              • LDC : Un 4e titre pour Lyon !
                                                Publié le 01 juin 2017 | Actus
                                                Par Charlotte Vincelot pour Foot d'Elles



                                                Après une rencontre âprement disputée, l'Olympique lyonnais a remporté un quatrième trophée européen et réalisé un deuxième triplé consécutif, prenant le dessus sur le PSG suite à une longue séance de tirs au but, comme en Coupe de France. Pas de Ligue des champions pour Paris la saison prochaine.


                                                Lyon a ajouté un nouveau titre à son palmarès à Cardiff, grâce à un tir au but décisif de Sarah Bouhaddi lors de la séance de tirs au but. Il n'aura pas manqué grand chose au PSG pour gagner un titre précieux qui lui aurait ouvert la prochaine Ligue des champions. Avec deux défaites 6-7 aux tirs au but en Coupe de France et en Ligue des champions, le Paris Saint-Germain aura connu une fin de saison cruelle, au contraire de l'OL qui offre un dernier titre à Gérard Prêcheur.

                                                Une première période équilibrée

                                                Pour ce dernier match de la saison, et son dernier à la tête de l'OL, Gérard Prêcheur décidait de titulariser Alex Morgan aux côtés d'Ada Hegerberg et Eugénie Le Sommer, la joueuse américaine revenant tout juste d'une blessure contractée le 13 mai. Un retour qui sera furtif, l'attaquante devant laisser sa place à Élodie Thomis après moins de vingt minutes disputées. Comme attendu, l'Olympique lyonnais aura tenu le ballon en ce début de rencontre, et se montrait dangereux le premier, suite à un centre de Le Sommer. Geyoro repoussait mais Hegerberg récupérait dans les 6m et voyait sa frappe contrée par la jeune Parisienne (13'). Alors que l'entrée en jeu de Thomis voyait les deux polyvalentes latérales parisiennes changer de côté pour utilisr la vitesse de la Canadienne qui faisait face à la nouvelle entrante, le PSG et l'OL échangeaient plusieurs situations dangereuses. Du côét rhodanien, à signaler un centre d'Amel Majri pour Hegerbgerg, trop courte (30'), et une frappe de la numéro 7 lyonnaise suite à une-deux avec Camille Abily, sans souci pour Katarzyna Kiedrzynek, sûre dans ses interventions derrière une défense bien en place (32').

                                                Le PSG répliquait avec une frappe non cadrée de Marie-Laure Délie, suite à une remise en retrait ratée de Griedge Mbock (27'), et ce qui fut la meilleure occasion de cette première période, une déviation de Delie, une course de Shirley Cruz, qui éliminait Camille Abily d'un crochet dans la surface mais butait sur la main gauche ferme de Sarah Bouhaddi, avant que Wendie Renard ne mette le ballon en corner (33'). Alors que l'OL srétait montré très dominateur en début de rencontre, la fin de la première période était plus à l'avantage du PSG bien en place défensivement et prêt à saisir toutes les oppostunités devant. Ce sont les Parisiennes qui se procuraient la dernière occasion des quarante-cinq premières minutes, suite à un décalage de Cruz pour Lawrence. Le centre de la Canadienne était légèrement dévié par Delie, trop courte, et Cristiane récupérait le ballon mais frappait au-dessus des buts de la gardienne tricolore (45+2'). La pause était sifflée sur cette action, qui mettait fin à une première période au final plutôt équilibrée malgré la possession de balle en faveur des tenantes du titre.

                                                Hegerberg et Delie manquent le coche

                                                L'OL repartait pied au plancher en début de seconde période, et se créait plusieurs occasions parmi lesquelles on retiendra un ballon presque contre son camp d'Aminata Diallo sur coup franc (47'), et une double pour Hegerberg de nouveau sur coup franc, le PSG en concédant beaucoup en début de seconde période dans ses trente mètres. Son premier tir était repoussé, le second frôlait le poteau droit de la gardienne polonaise (52'). Le PSG, qui ne parvenait pas à sortir de sa moitié de terrain, manquer de frapper fort sur un caviar de Cruz pour Delie, dont la frappe frôlait le poteau gauche de Bouhaddi, prise à contre-pied (63'). Thomis passait proche de profiter d'une mésentente dans la défense parisienne, mais Kiedrzynek sortait finalement pour s'emparer du ballon, protégée par Geyoro, très en vue (67'). Dix minutes plus tard, face à une Pauline Bremer fraîche, il fallait un double retour de la défense parisienne pour éviter l'ouverture du score (77'), alors qu'Abily et Le Sommer voyaient le ballon leur filer sous le nez sur un centre de Mbock (79'). Un centre-tir de Le Sommer (82'), un coup franc d'Abily repoussé en deux temps (83'), et une frappe instantanée non cadrée de Marozsan clôturait la seconde période avant trente minutes de prolongation.

                                                Ni Lyon ni Paris ne prennent l'avantage

                                                Alors que des deux côtés, les jambes sont lourdes et qu'il y a moins de mouvement sur le terrain, Majri (96'), Marozsan (99') puis encore l'Allemande, dont la frappe enroulait ne passait pas loin de la lucarne opposée de Kiedrzynek (103'), et un coup franc juste à côté d'Amel Majri pour la dernière occasion de la rencontre, faisait passer quelques frissons dans la défense parisienne pendant les trente minutes de prolongation. Comme en Coupe de France deux semaines plus tôt, la décision allait se faire aux tirs au but.

                                                Lors de la séance fatidique, Kiedrzynek arrêtait le tir de Le Sommer, puis Bouhaddi celui de Geyoro dans la foulée. La séance continuait avec un sans-faute jusqu'au double duel des gardiennes. La gardienne parisienne frappait à côté, Bouhaddi ne manquait pas de donner un nouveau titre à l'Olympique lyonnais, qui remporte ainsi son quatrième titre européen, et réalise son deuxième triplé consécutif pour priver le PSG de Ligue des champions la saison prochaine. Une issue forcément décevante pour le PSG qui a manqué le titre en Coupe de France comme en Ligue des champions suite à une longue séance de tirs au but, et pour Sabrina Delannoy qui disputait le dernier match de sa carrière. Au bilan des finales européennes jouées aux tirs au but, l'OL mène désormais 2-1 après ce deuxième titre consécutif suite à la séance des tirs au but.


                                                La feuille de match

                                                OL-PSG : 0-0 (7-6 TAB)

                                                Tirs au but :

                                                Cristiane (PSG) : OK (0-1)
                                                Majri (OL) : OK (1-1)
                                                Delannoy (PSG) : OK (1-2)
                                                Le Sommer (OL) : KO (1-2)
                                                Geyoro (PSG) : KO (1-2)
                                                Renard (OL) : OK (2-2)
                                                Delie (PSG) : OK (2-3)
                                                Mbock (OL) : OK (3-3)
                                                Formiga (PSG) : OK (3-4)
                                                Kumagai (OL) : OK (4-4)
                                                Boquete (PSG) : OK (4-5)
                                                Marozsan (OL) : OK (5-5)
                                                Lawrence (PSG) : OK (5-6)
                                                Abily (OL) : OK (6-6)
                                                Kiedrzynek (PSG) : KO (6-6)
                                                Bouhaddi (OL) : OK (7-6)

                                                Les compos :
                                                OL :
                                                Bouhaddi, Mbock, Buchanan, Renard, Majri, Kumagai, Abily Marozsan, Morgan (Thomis 23') (Lavogez 107'), Hegerberg (Bremer 60'), Le Sommer
                                                PSG : Kiedrzynek, Paredes, Delannoy, Geyoro, Lawrence, Formiga, Diallo (Boquete 57'), Périsset (Morroni 90+4'), Cruz (Georges 80'), Cristiane, Delie

                                                http://www.footdelles.com/article/Ac...n-_148603.html
                                                Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                Commentaire


                                                • Foot Ligue des Champions (Femmes)
                                                  Lyon bat de nouveau le PSG en finale, après une séance de tirs au but

                                                  Publié le jeudi 1er juin 2017 à 23:35 | Mis à jour le 02/06/2017 à 16:16

                                                  Après un match peu enthousiasmant, et une séance de tirs au but interminable, Lyon s'est imposé contre le PSG en finale de la Ligue des champions.


                                                  Le match : 0-0 (7-6 t.a.b.)


                                                  Quinze jours après avoir battu le PSG aux tirs au but, en finale de la Coupe de France, Lyon a bissé face à ce même adversaire en finale de la Ligue des champions féminines. L'OL, grand spécialiste de la Coupe d'Europe, s'est encore appuyé sur son expérience pour remporter un match ponctué de nombreuses fautes techniques et pas vraiment enthousiasmant. C'est la quatrième fois que Lyon gagne la C1. Le PSG, qui a perdu deux finales en trois ans, ne disputera même pas cette compétition la saison prochaine puisqu'il a terminé 3e de la dernière D1.

                                                  Les joueuses de Patrice Lair ont pourtant bien entamé leur match, avec notamment une première occasion de Delie dès la 2e. Laissant la possession à leurs adversaires, elles ont maintenu leur schéma de jeu sans problème. L'ex-Lyonnaise Cruz a même eu une énorme occasion à la 33e, mais Bouhaddi a sorti la parade qu'il fallait. La deuxième période a été plus compliquée pour le PSG. Diallo a failli marquer contre son camp (47e) puis Hegerberg s'est heurtée à Kiedrzynek (52e).

                                                  Les deux équipes se connaissant parfaitement (c'était leur 4e affrontement de la saison), la fin de la rencontre a été totalement verrouillée. Il a fallu les tirs au but pour les départager. Le Sommer et Geyoro ont vu les gardiennes adverses stopper leurs tirs. Kiedrzynek s'est totalement manqué et a permis à Bouhaddi de marquer pour le titre final.

                                                  Le film du match

                                                  Le fait : Morgan a rechuté


                                                  Rassuré par son staff médical, Lyon a aligné sa star américaine Alex Morgan d'entrée de jeu à Cardiff. De retour d'une lésion aux ischios de la jambe gauche, la star américaine a pourtant rapidement rechuté. Elle s'est d'abord fait bander la jambe pour tenter de reprendre le jeu en effectuant des étirements sur la touche. Mais elle a été contrainte de sortir et a été remplacée par Thomis dès la 23e minute.

                                                  Le tournant : Le raté de Delie

                                                  En grande difficulté juste après la pause, le PSG a relevé la tête à l'heure de jeu. Les filles de Lair ont eu une très grosse occasion à la 63e. Lancée en profondeur par Cruz, Delie s'est trouvée en position de frappe. Devant Bouhaddi, elle a malheureusement trop ouvert son pied droit et son tir a manqué le cadre. Les Parisiennes, seulement trois tirs cadrés contre neuf pour les Lyonnaises, n'auront plus d'occasion par la suite.

                                                  Cyril Olives-Berthet

                                                  https://www.lequipe.fr/Football/Actu...-au-but/806581
                                                  Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                  Commentaire


                                                  • #UWCL - Ligue des Champions - Réactions des entraîneurs : PRÊCHEUR : "Pour les tirs au but, je n'y suis pour rien, c'est Yoann Vivier"

                                                    Retrouvez les réactions de Gérard Prêcheur et Patrice Lair à l'issue de la rencontre




                                                    Gérard Prêcheur (entraîneur de Lyon) : "Très sincèrement, je ne pensais pas que ce serait aussi dur. Vous avez connu les péripéties avec l'état de santé de nos attaquantes. Cascarino blessée, Bremer revenait de blessure, Morgan remplacée en début de rencontre, Ada Hegerberg avec une intoxication alimentaire avec diarrhées, vomissement et fièvre. On l'a ressenti dans les 45 premières minutes où le match était équilibré. Heureusement qu'on a pu le faire en deuxième période, et dans les 30 dernières minutes. Il ne fallait pas en prendre en contre. Malheureusement il nous a manqué de la fraîcheur et des attaquantes pour la mettre au fond. Pour les tirs au but, je n'y suis pour rien, c'est Yoann Vivier et Sarah Bouhaddi qui s'occupent de ça.
                                                    J'étais déjà content du doublé la première année, le triplé la deuxième et finir avec un triplé comme ça, c'est l'apothéose, on va fêter ça. Je suis très content et très fier d'avoir obtenu ce nouveau triplé. Je vais dire à Sonia Souid, surtout qu'elle ne trouve pas un club trop tôt (sourires)".

                                                    Patrice Lair (entraîneur du PSG) : "On a perdu le trophée. A un moment donné, si on avait pu jouer plus haut, on aurait pu poser plus de problèmes à Lyon. Après les penalties, c'est quand même un geste technique, on a été battus deux fois. C'est malheureux, les filles ont une énorme saison mais il faut s'accrocher. On reviendra dans deux ans, cette fois pour ramener la coupe. Maintenant, il faudra aller chercher une place en Ligue des Champions. On va garder certaines ambitions, continuer à structurer et on sera récompensé. L'état d'esprit m'a plu. Les filles ont fait ce qu'on leur avait demandé. Cela s'est joué à pas grands choses mais le 'pas grand chose' il faut aussi le mettre dans le bon sens. Il faut que l'on travaille là-dessus. Il y a une équipe qui a gagné, on n'est pas encore arrivé là. Il faut que l'on ait plus d'ambitions et que l'on joue plus vers l'avant mais faut-il encore le pouvoir. Dommage qu'il n'y ait pas plus d'armes offensives pour aller chercher un peu plus haut cette équipe de Lyon. Deuxième défaite aux tirs au but en dix jours, ce n'est pas facile. Mais c'est déjà très bien d'être arrivé jusque là, d'avoir poussé deux fois l'Olympique Lyonnais aux penalties, c'est quand même pas mal. Je ne vais pas quitter le groupe, les filles m'ont donné satisfaction. Je serai lâche de ma part de partir comme ça. On doit structurer, aujourd'hui on n'est pas encore une structure féminine".

                                                    Avec Sylvain Jamet, à Cardiff

                                                    http://www.footofeminin.fr/UWCL-Ligu...nn_a13755.html
                                                    Since 2004. 15 ans d'excellence au service de ce forum.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X