Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Division 1 Féminine 2017-2018

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • tasslehoff
    a répondu
    Ils ont quand même réussi à mettre Katoto à Montpellier...

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu


    Les résumés et buts de la 20ème journée : Guingamp-Albi, Rodez-Fleury, Bordeaux-Paris SG, Montpellier-Soyaux, Lyon-Marseille et Paris FC-Lille.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - Trophées FFF de la D1 : les nommées

    La cérémonie de remise des trophées de la D1 Féminine aura lieu à l'Auditorium de la FFF le dimanche 20 mai à 18h30 et sera retransmise en direct. Les prix seront remis par Gilles Eyquem, le sélectionneur des U20 féminines, et l’ancienne internationale Bernadette Constantin.




    Sept prix seront remis à cette occasion :
    • Meilleure joueuse de D2 Féminine
    • Equipe Fair-play
    • Meilleur Espoir
    • Meilleur entraîneur
    • Meilleure gardienne
    • Plus beau but
    • Meilleure joueuse de D1
    L’équipe type de la saison sera également dévoilée









    Jeudi 17 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Trop...es_a14736.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - Le PSG prolonge ses jeunes pépites

    Le Paris Saint-Germain a annoncé la prolongation de quatre jeunes joueuses de son effectif ainsi que la signature d’une joueuse formée au club.




    Âgée de 19 ans, l’attaquante Marie-Antoinette Katoto, formée au Club, prolonge son contrat jusqu’au 30 juin 2022 avec les Rouge et Bleu. Élue dimanche dernier par l’UNFP meilleure Espoir de la Division 1 féminine, la native de Colombes, internationale U20 en équipe de France (6 sélections), a déjà inscrit 24 buts cette saison, toutes compétitions confondues. En 2016, elle a remporté le titre national U19 avec les jeunes Parisiennes.

    Âgée de 20 ans, la milieu de terrain internationale française Grace Geyoro (15 sélections) prolonge également son contrat jusqu’au 30 juin 2022 avec le Paris Saint-Germain. Nommée pour la deuxième année consécutive par l’UNFP dans la catégorie meilleure Espoir de Division 1 féminine, Grace Geyoro s’affirme, saison après saison, comme un des piliers de l’effectif parisien.

    Âgée de 23 ans, la défenseure internationale française Eve Perisset (8 sélections) prolonge jusqu’au 30 juin 2020 son contrat avec le club de la capitale. Arrivée au Paris Saint-Germain en 2016, la latérale est devenue une figure majeure de la défense des Rouge et Bleu depuis deux saisons.

    Âgée de 23 ans, la milieu de terrain internationale française Aminata Diallo (7 séléctions) prolonge jusqu’au 30 juin 2021 son contrat avec le Club. Après avoir gagné l’Euro U19 en 2013, au cours duquel elle marqua un but en finale contre l’Angleterre, un an avant de finir à la 3e place du Mondial U20, Aminata postule désormais, comme plusieurs de ses coéquipières, à une place dans le groupe des Bleues qui disputeront la Coupe du monde, l’an prochain, en France.

    Âgée de 18 ans, la milieu de terrain Sandy Baltimore s’engagera, à partir du 1er juillet 2018, avec son club formateur. Son contrat s’étirera jusqu’au 30 juin 2022. L’internationale U20 (5 sélections) a fait plusieurs apparitions remarquées, cette saison, avec les Rouge et Bleu, un an après avoir remporté le titre national U19, le deuxième d’affilée des Parisiennes. Comme ses coéquipières précitées, Sandy vient de participer comme titulaire à la victoire à Soyaux (3-0) qui, lundi dernier, a envoyé les féminines du Paris Saint-Germain disputer la finale de la Coupe de France pour la deuxième année d’affilée, le 31 mai prochain, à Strasbourg.

    « Je suis très heureux de pouvoir prolonger ces quatre joueuses et faire signer à Sandy son premier contrat professionnel au Paris Saint-Germain, a réagi Bruno Cheyrou, directeur sportif de l’équipe féminine. Ce sont cinq grands talents français de notre équipe et c’est un message fort que nous envoyons au reste du championnat. Nous souhaitons construire une grande équipe compétitive en faisant confiance à nos jeunes joueuses, c’est important pour le club. »

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Le-P...es_a14735.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - Trophées UNFP : Dzsenifer MAROZSAN meilleure joueuse, Marie-Antoinette KATOTO meilleure espoir

    La Lyonnaise Marozsan a conservé le titre de meilleure joueuse lors de la soirée des trophées UNFP alors que la Parisienne Katoto a été élue meilleure espoir succédant à Karchaoui.



    L'Allemande Dzsenifer Marozsan, pour sa deuxième saison à l'Olympique Lyonnais, a conservé le trophée de meilleure joueuse de la D1 féminine, ce dimanche soir lors de la cérémonie des trophées UNFP.

    Deux autres Lyonnaises (Eugénie Le Sommer, Amel Majri) et une joueuse du PSG (Formiga) figuraient parmi les quatre nommées. Dzsenifer Marozsan se succède à elle-même et à Amel Majri, lauréate 2016, et Eugénie Le Sommer vainqueur en 2015. Elle est la sixième joueuse a remporté deux fois ce titre individuel.

    Dans la catégorie Espoir, la Parisienne Marie-Antoinette Katoto a sans surprise été élue. Elle devance sa partenaire Grace Geyoro et deux joueuses de l'OL Delphine Cascarino et Selma Bacha.




    PALMARÈS

    Les votes sont établis uniquement par les joueuses du championnat de D1. Les bulletins ont été remis au club qui les ont donné aux joueuses. Le recueil des votes a permis d'établir la liste des quatre joueuses ayant retenu le plus de voix. Ce vote de l'UNFP est donc celui des joueuses.

    Le palmarès de la meilleure joueuse
    2001 : Anne Zenoni (Toulouse OAC)
    2002 : Marinette Pichon (St Memmie O.)
    2003 : Sandrine Soubeyrand (FCF Juvisy)
    2004 : Sonia Bompastor (Montpellier HSC)
    2005 : Marinette Pichon (FCF Juvisy)
    2006 : Camille Abily (Montpellier HSC)
    2007 : Camille Abily (O. Lyonnais)
    2008 : Sonia Bompastor (O. Lyonnais)
    2009 : Louisa Necib (O. Lyonnais)
    2010 : Eugénie Le Sommer (Saint-Brieuc)
    2011 : Elise Bussaglia (Paris Saint-Germain)
    2012 : Gaëtane Thiney (FCF Juvisy)
    2013 : Lotta Schelin (O. Lyonnais)
    2014 : Gaëtane Thiney (FCF Juvisy)
    2015 : Eugénie Le Sommer (O. Lyonnais)
    2016 : Amel Majri (O. Lyonnais)
    2017 : Dzsenifer Marozsan (O. Lyonnais)
    2018 : Dzsenifer Marozsan (O. Lyonnais)

    Le palmarès de la meilleure espoir
    2016 : Griedge Mbock Bathy Nka (O. Lyonnais)
    2017 : Sakina Karchaoui (Montpellier HSC)
    2018 : Marie-Antoinette Katoto (Paris Saint-Germain)

    Lundi 14 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Trop...ir_a14727.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - L'arbitre Sabine BONNIN a tiré sa révérence

    Sabine Bonnin (45 ans) qui officiait samedi soir lors de la rencontre Paris FC - LOSC a disputé son dernier match après 28 saisons de carrière d'arbitre.


    Sabine Bonnin, deuxième en partant de la gauche, a aussi été arbitre internationale (photo DR)


    On se souviendrait d'elle comme étant devenu la première femme à avoir dirigé un match professionnel de Ligue 2, en 2008 alors que l'arbitre central Olivier Lamarre s'était blessé. L'événement a eu lieu le 24 octobre 2008 à l'occasion du match Angers-Tours, en Ligue 2. Au départ, Sabine Bonnin n'était que quatrième arbitre avant le claquage de l'arbitre et le changement à la mi-temps.

    Après une brève carrière de joueuse, elle a joué jusqu'à l'âge de 14 ans à Bordeaux-Saint-Clair, en Seine-Maritime, elle avait suivi mon père qui était arbitre de district. A 17 ans, elle débute l'arbitrage et va découvrir la D1 féminine lors de la saison 2001-2002, où elle dirigera son premier match le 30 septembre 2001 entre Juvisy et La Roche. Evoluant au niveau fédéral dans les compétitions masculines (Fédérale 5 et 4) avant de redevenir Fédéral Féminine en 2013, elle a dirigé 83 matchs en D1 féminine. Elle compte également deux finales de Coupe de France (ex Challenge de France) au centre en 2003 et 2010 et une comme assistante.

    Elle était devenue seulement observateur cette saison en Nouvelle-Aquitaine, et a donc effectué un dernier match en D1 féminine. Sabine Bonnin continue à être impliquée dans le football à un autre niveau puisque le 18 mars 2017, elle avait été élue à la Haute Autorité du Football en tant que membre du collège des femmes.


    Ses matchs en D1 Féminine

    2001-2002 : 7
    2002-2003 : 6
    2003-2004 : 4
    2004-2005 : 0
    2005-2006 : 3
    2006-2007 : 4
    2007-2008 : 1
    2008-2009 : 0
    2009-2010 : 3
    2010-2011 : 2
    2011-2012 : 5
    2012-2013 : 4
    2013-2014 : 6
    2014-2015 : 8
    2015-2016 : 12
    2016-2017 : 17
    2017-2018 : 1

    Lundi 14 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-L-ar...ce_a14729.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - J20 : L'OL champion pour la 12e fois, l'OM en D2, le duel PSG - MONTPELLIER se poursuit

    En disposant de Marseille sur le score fleuve de 7-0, Lyon a décroché son douzième titre consécutif et a condamné l'OM à la relégation deux ans après son accession. Le PSG vainqueur de Bordeaux garde cinq points d'avance sur Montpellier dans la course à l'Europe. Pour la lutte pour le maintien, Rodez a battu Fleury et a inversé les rôles, le premier sortant de la zone rouge qu'occupe désormais Fleury. Mais Guingamp battu par Albi se retrouve aussi en difficulté alors qu'il reste deux journées à jouer.




    Lyon - Marseille : 7-0 (1-0), à Décines-Charpieu (Groupama Training Center) - 1200 spectateurs environ
    Arbitre : Anaëlle Loidon

    1-0 Griedge MBOCK BATHY NKA 26' (Corner de Bacha cafouillé entre deux joueuses au deuxième poteau, Buchanan envoie le ballon sur Mbock plein axe à 6 m qui reprend du gauche)
    2-0 Ada HEGERBERG 59' (Centre de Majri depuis le côté gauche repris de la tête par Hegerberg à 6 m qui place le ballon sous la barre)
    3-0 Kheira HAMRAOUI 65' (Henry à gauche remet en retrait sur Hamraoui qui reprend en demi-volée du droit de 20 m et trouve le petit filet opposé sur la gauche de Richard)
    4-0 Amandine HENRY 72' (Abily sur la gauche à l'angle de la surface dépose un centre sur la tête d'Henry aux 6 m qui le place sous la barre)
    5-0 Griedge MBOCK BATHY NKA 74' (Corner de Bacha côté droit repris d'une tête décroisée par Mbock au premier poteau)
    6-0 Ada HEGERBERG 77' (Corner de Bacha côté droit repris d'une tête décroisée au point de penalty par Hegerberg)
    7-0 Amandine HENRY 90' (Coup franc d'Abily côté gauche à la limite de la surface, le ballon est remis en jeu au second poteau par Belloumou, et Henry reprend du droit à bout portant dans l'axe)

    Avertissements : Buchanan 70' ; Laplacette 88'
    Lyon : Bouhaddi ; Houara (Petit 68'), Buchanan, Mbock, Bacha ; Hamraoui, Kumagai (Henry 63') ; Cascarino, Abily (cap), Majri (Thomis 68') ; Hegerberg
    Banc : Peyraud-Magnin, Renard, Henry, Thomis, Petit
    Marseille : Richard ; Antoine (Belloumou 79'), Cissoko, M'Bassidje, Soulard (Laplacette 18') ; Asseyi, Pizzala, (cap), Gadea, Lakrar, Cardia ; Fridriksdottir (Bretigny 66')
    Banc : Saint-Léger, Laplacette, Belloumou, Khezami, Bretigny


    Bordeaux - PSG : 0-1 (0-1), à Libourne (Stade Jean-Antoine Moueix) - 1 180 spectateurs
    Arbitre : Solenne Bartnik

    0-1 Jennifer HERMOSO 24' (Katoto côté gauche centre pour trouver Hermoso qui réalise une talonnade à la "Madjer" du gauche au premier poteau et place le ballon dans le petit filet opposé)

    Bordeaux : Nayler ; Lardez, Sousa, Thibaud, Chatelain, Istillart (cap), Lavaud, Tarrieu (Karchouni 86'), Barbance (Cambot 86'), Thomas, Ali Nadjim (Gathrat 69')
    Banc : Nadal, Bornes, Cambot, Gathrat, Karchouni
    PSG : Endler ; Périsset, Paredes, Erika, Boulleau (Lawrence 40', sortie blessée 90+1') ; Diani, Diallo (Geyoro 71'), Formiga (cap), Hermoso, Katoto (Baltimore 56'), Delie
    Banc : Voll, Hegerberg, Lawrence, Baltimore, Geyoro


    Montpellier - Soyaux : 1-0 (0-0), à Montpellier (Stade Bernard Gasset 7)
    Arbitre : Victoria Beyer

    1-0 Valérie GAUVIN 82' (Dégagement en catastrophe de la défense montpelliéraine, Gauvin part en contre, vient crocheter Verges à l'entrée de la surface et ouvre son pied droit à 10 m)

    Avertissements : Torrecilla 30' ; Dumont 14', Tolmais 41'
    Montpellier : Gérard ; Cayman, Nicoli, Sembrant (cap), Karchaoui ; Torrecilla, Dekker ; Mondesir (Veje 61'), Le Bihan (Jakobsson 58'), Blackstenius (Uffren 87'), Gauvin
    Banc : Murphy, Jakobsson, Veje, Uffren, Bourma
    Soyaux : Munich ; Collin (Canon 73'), Verges, Awona, Boudaud ; Clérac, Tandia (cap) ; Babinga (Courel 87'), Bourgouin, Dumont (Gaudriaud 75') ; Tolmais
    Banc : Esnault, Courel, Canon, Gaudriaud


    Rodez - Fleury : 3-1 (2-0), à Rodez (Stade Paul Lignon) - 700 spectateurs environ
    Arbitre : Maika Vanderstichel

    1-0 Flavie LEMAITRE 29' (Lancée en profondeur de Cance, Lemaitre gagne son duel avec Gignoux)
    2-0 Ekaterina TYRYSHKINA 43' (Action collective où Noiran trouve Tyryshkina en retrait qui place une frappe du gauche de 20 m en lucarne)
    2-1 Claire LAVOGEZ 53' (Décalage de Palacin pour Lavogez qui parvient à se retourner et marquer d'une frappe croisée)
    3-1 Marine DE SOUSA 89' (Contre-attaque avec Noiran qui décale parfaitement De Sousa qui dribble la gardienne et marque)

    Avertissements : Amani 43', Lavogez 90+1'
    Rodez : Garcia ; Guitard (cap), Infante, Ginestet, Austry ; Saunier, Tyryshkina, Cance (Mabomba 78') ; Banuta, Lemaitre (De Sousa 86'), Noiran
    Banc : Niphon, Bonet, De Sousa, Mabomba, Chareyron
    Fleury : Gignoux ; Coudon, Sissoko (cap.), Haupais, Butel (Jouan 85') ; Clemaron, Corboz ; Fernandes (Chatelain 77'), Amani, Palacin (Rabanne 65') ; Lavogez
    Banc : Chatelain, Rabanne, Jouan, Multari, Benoist


    Guingamp - Albi : 0-1 (0-0), à Saint-Brieuc (Stade Fred Aubert) - 150 spectateurs
    Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

    0-1 Milica MIJATOVIC 58' (Déboulé côté droit de Belkhiter qui fait une longue ouverture pour Mijatovic qui vient crocheter à l'entrée de la surface et marque au ras du poteau)

    Avertissement : Le Garrec 19'
    Guingamp : Durand ; Meffometou, Debever, Drozo (Abadou 82'), Morin ; Pervier (cap.), Palis (Fleury 61') ; Ollivier (Beche 68'), Le Garrec, Fourré ; Oparanozie
    Banc : Fauvel, Bueno, Fleury, Abadou, Beche
    Albi : Lambert ; Mitchai (cap), Cazes, Rouzies, Belkhiter ; Leuko, Roy-Petitclerc, Condon (Pantelic 83') ; Cazeau, Mijatovic ; Khoury (Benlazar 70')
    Banc : Stefanovic, Pantelic, Schlepp, Benlazar, Lopes Valera


    Samedi 12 mai 2018
    Paris FC - Lille : 2-1
    , à Bondoufle (Stade Robert Bobin) - 572 spectateurs
    Arbitre : Sabine Bonnin

    1-0 Marina MAKANZA 12' (Une deux Makanza Thiney, Makanza marque de l'extérieur du droit dans le petit filet)
    2-0 Léa DECLERCQ 29' (Passe de Thiney pour Declercq qui se décale à l'entrée de la surface et marque d'une frappe croisée du droit)
    2-1 Jana CORYN 30' (Passe en retrait vers la gardienne mal assurée, Coryn se précipite et marque dans le but vide)

    Avertissements : Makanza 84' ; Saidi 35'
    PFC : Pecharman ; Soyer, Butel, Bilbault, Greboval, Jaurena, Vaysse (Lahmari 67'), Declercq (De Almeida 79'), Makanza, Matéo, Thiney (cap)
    Banc : Benameur, De Almeida, Lahmari, Cascarino
    LOSC : Launay ; Lernon, Coutereels (cap), Chapeh (Dafeur 89'), Mansuy, Demeyere (Dali 60'), La Villa, Coryn, Saïdi, Bauduin (Bultel 72'), Sarr
    Banc : Azem, Dali, Bultel, Paprzycki, Dafeur

    Lundi 14 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J20-...it_a14723.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - J20 : L'OL aux portes du sacre, l'OM de la D2...

    Cette 20e journée pourrait apporter les premières réponses de cette fin de saison de D1. Le point.



    Suivez l'évolution des scores sur Twitter

    Le titre

    Avec huit points d'avance sur le PSG, Lyon sera champion en cas de victoire dimanche soir face à Marseille. Si les Lyonnaises concédaient dans leur premier nul de la saison, cela leur suffirait à être sacrées uniquement si le PSG ne gagnait pas de son côté à Bordeaux.

    L'Europe
    Alors que Lyon est déjà assuré de jouer la Ligue des Champions, le deuxième billet est disputé entre le PSG et Montpellier. Avec cinq points d'écart entre les deux équipes, seule une victoire du PSG et une défaute de Montpellier devant Soyaux scellerait déjà le sort pour la fin de saison. Il faudra sinon patienter au moins une journée de plus.

    La relégation
    L'OM est dans la situation la plus délicate, accusant cinq points de retard sur Albi, 10e, et se déplaçant à Lyon dimanche. Pendant ce temps-là, Albi se déplace à Guingamp. Une victoire albigeoise pourrait bien précipiter l'OM en D2 dès dimanche car dans le même temps Rodez est opposé à Fleury. L'issue de ce match quelle qu'elle soit sera défavorable à l'OM.
    Pour la seconde place de relégation, Rodez qui s'est préparé avec une victoire 4-1 contre La Roche (D2) samedi dernier à Limoges, reçoit Fleury. Une victoire assurerait quasiment le maintien des Floriacumoises. L'inversion produirait le scénario inverse. Guingamp qui voit le retour de suspension d'Ollivier mais sera privé de Lorgeré n'est pas non plus à l'abri. Enfin dès samedi, Lille aura un coup à jouer au Paris FC.


    Samedi 12 mai 2018
    Paris FC - Lille : 19h00
    , à Bondoufle (Stade Robert Bobin)
    Arbitre : Sabine Bonnin

    Dimanche 13 mai 2018
    Guingamp - Albi : 14h00
    , à Saint-Brieuc (Stade Fred Aubert)
    Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

    Rodez - Fleury : 15h00, à Rodez (Stade Paul Lignon)
    Arbitre : Maika Vanderstichel

    Lyon - Marseille : 16h30, à Décines-Charpieu (Groupama Training Center)
    Arbitre : Anaëlle Loidon (à suivre en triplex sur Eurosport 2)

    Bordeaux - PSG : 16h30, à Libourne (Stade Jean-Antoine Moueix)
    Arbitre : Solenne Bartnik (à suivre en triplex sur Eurosport 2)

    Montpellier - Soyaux : 16h30, à Montpellier (Stade Bernard Gasset 7)
    Arbitre : Victoria Beyer (à suivre en triplex sur Eurosport 2)

    Samedi 12 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J20-...D2_a14718.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    D1-J20 : (Presque) Rien n’est joué !
    Sandrine Dusang | 11 mai 2018



    Ce week-end se jouera la 20e journée du championnat de D1, et le moins que l’on puisse dire c’est que cette dernière ligne droite s’annonce quasiment imprévisible. En effet, avant les rencontres de ce week-end rien n’est officiellement acté, et la bataille pour le maintien est loin d’être terminée. Point sur la situation.


    2017/2018 est probablement l’une des saisons de D1 les plus serrées que l’on ait connu en termes d’écart de points. Si les cadors du podium ont fait la différence et semé les autres équipes depuis un moment, entre la quatrième place occupée par le Paris FC et la douzième occupée par Marseille, il n’y a que 11 points. À trois journées de la fin, il reste donc beaucoup à faire et à jouer pour chacun des pensionnaires de D1. De quoi maintenir le suspense jusqu’au bout.

    L’OL encore champion ?



    Avec la réception de Marseille, lanterne rouge du championnat, l’équipe lyonnaise pourrait être officiellement sacrée championne de France dès ce dimanche. Pour asseoir encore un peu plus sa suprématie et continuer d’écrire l’histoire avec un douzième titre consécutif, les Lyonnaises n’ont besoin que d’un seul point. Un match nul serait donc suffisant aux joueuses de Reynald Pedros pour confirmer ce nouveau titre, mais à domicile, on imagine que les Lyonnaises ne se contenteront pas de cela et qu’elles voudront faire les choses avec la manière pour fêter devant leur public. Pas une bonne nouvelle pour les Marseillaises qui sont elles dans une situation plus que compliquée pour se maintenir, et qui ont à tout prix besoin de points. Avec cette sortie à Lyon, on a presque envie de dire que les Phocéennes ne peuvent espérer prendre qu’un maximum de six points d’ici la fin de saison. Six points qui pourraient éventuellement les faire sortir de la zone de relégation, à condition qu’Albi et Rodez -que l’OM rencontrera pour la 21e journée- ne prennent pas de points. Autrement dit, même en gagnant ses matches, l’Olympique de Marseille, n’aura toujours pas son destin entre les mains.

    Toujours un espoir pour Montpellier ?



    Du côté du Montpellier Hérault qui a vu s’éloigner un peu la place européenne à cause d’un match nul à Bordeaux lors de la précédente journée (0-0), on garde malgré tout espoir. Pour tenter de récupérer la deuxième place du championnat, les Héraultaises devront évidemment remporter leurs matches, à commencer par Soyaux ce week-end, et espérer dans le même temps que le Paris Saint-Germain fasse des faux pas. Avec Bordeaux, Lyon, et Soyaux, au programme du PSG, Montpellier essaie de rester optimiste. Pour revenir à hauteur, les joueuses de Jean-Louis Saez devront gagner leurs trois matches et espérer que Paris enregistre au moins un nul et une défaite d’ici la fin de saison. Si tel était le cas, alors les Héraultaises récupèreraient le ticket européen grâce au goal average particulier.

    Casse-tête infernal pour le classement

    Aussi fou que cela puisse paraître, rien n’est joué entre la quatrième et la douzième place pour le moment. Évidemment, certaines équipes sont mieux engagées que d’autres pour se maintenir et il faudrait des petites surprises pour voir le Paris FC ou Bordeaux dégringoler à ce point par exemple, mais mathématiquement le maintien n’est officiel pour personne.



    Au vu du calendrier, bien heureux celui qui arrivera à deviner les résultats des prochaines semaines, tout comme la place occupée par chacun et les relégués à l’issue de cette saison. Si le suspense pour le titre n’existe plus depuis longtemps, on peut en revanche se réjouir pour le reste du championnat, qui à n’en pas douter, va nous tenir en haleine jusqu’à la dernière journée, le 27 mai prochain.


    Le programme de la 20e journée

    Samedi 12 mai : à 19h00 – Paris FC/Lille
    Dimanche 13 mai : à 14h00 – Guingamp/Albi, à 15h00 – Rodez/Fleury, à 16h30 – Bordeaux/Paris SG *, Lyon/Marseille *, Montpellier/Soyaux *

    * Ces trois rencontres seront à suivre en direct sur Eurosport 2 dès 16h15 (multiplex).

    Crédits photos : Damien LG, mhscfoot.com, girondins.com


    http://www.footdelles.com/d1-j20-pre...ien-nest-joue/

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - Les 4 nommées pour le Trophée du plus beau but de la D1

    Découvrez les 4 nommées pour le Trophée du plus beau but de la D1 Féminine dont la lauréate sera connue le dimanche 20 mai lors de la Cérémonie organisée au siège de la FFF.


    https://twitter.com/FFF/status/994267806769274880

    Jeudi 10 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Les-...D1_a14716.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - J19 : FLEURY - LYON : 1-3

    En match en retard de la dernière rencontre de la 19e journée entre Fleury et Lyon, les Lyonnaises se sont imposées 3-1 et se rapprochent du titre de champion qu'elles pourraient décrocher le 13 mai prochain. Fleury qui a connu une défaite honorable jouera son maintien à Rodez


    Buchanan et l'OL ont concédé leur sixième but de la saison toutes compétitions confondues mais surtout décrocher leur 20e victoire (photo Giovani Pablo)


    Après s'être qualifiées pour la finale de la Ligue des Champions, les Lyonnaises ont fait un grand pas vers le titre. Auteure d'un doublé, Ada Hegerberg se rapproche du titre de meilleure buteuse. Elle a inscrit les deux premiers buts qui ont amené son équipe vers la victoire, Van de Sanden inscrivant le troisième avant que Haupais ne profite d'un relâchement défensif pour venir réussir une percée dans la défense lyonnaise et tromper de loin Bouhaddi. Pas encore assuré du maintien, Fleury a montré malgré tout un beau visage face à Lyon (1-3) quatre jours après aussi été solide devant le PSG (2-4).

    L'entraîneur lyonnais Reynald Pedros retenait la victoire : "C'est important d'avoir gagné avec des conditions difficiles, un terrain catastrophique. On avait fait un peu tourner par rapport à dimanche. L'objectif était de gagner pour jouer le titre à domicile contre Marseille. Les filles ont fait ce qu'il fallait. Maintenant, il faut bien préparer notre match de Coupe contre Montpellier."


    Mercredi 2 mai 2018
    Fleury - Lyon : 1-3 (0-1)
    , à Fleury-Mérogis (Stade Auguste Gentelet) - 325 spectateurs
    Arbitre : Elodie Coppola

    0-1 Ada HEGERBERG 13' (Centre venu de la droite de Bronze que Sissoko n'arrive pas à repousser, le ballon arrive sur Hegerberg dos au but qui enchaîne par une frappe en pivot du gauche)
    0-2 Ada HEGERBERG 47' (Henry lance par dessus la défense Van de Sanden sur la droite qui prend sa défenseure de vitesse et centre pour la reprise du droit d'Hegerberg aux 5,5 m)
    0-3 Shanice VAN DE SANDEN 59' (Henry lance sur la gauche Abily qui entre dans la surface, centre pour van de Sanden seule plein axe à 10 m qui contrôle et ajuste la gardienne du plat du pied droit)
    1-3 Marine HAUPAIS 86' (Haupais récupère le ballon sur le côté gauche de sa défense, remonte dans le couloir puis s'avance dans le camp lyonnais sans être attaquée, revient vers l'axe et déclenche une frappe du droit de 35 m qui lobe Bouhaddi et le ballon se loge plein axe sous la barre)

    Fleury : Gignoux ; Fernandes, Sissoko (cap.), Haupais, Coudon (Jouan 66') ; Clemaron, Corboz ; Rabanne (Palacin 72'), Amani, Dunord ; Lavogez (Chatelain 81')
    Banc : Benoist, Palacin, Chatelain, Jouan, Butel
    Lyon : Bouhaddi ; Bronze (Petit 66'), Buchanan, Renard (cap) ; Abily, Henry (Cascarino 61'), Hamraoui, Houara ; van de Sanden, Hegerberg, Bacha
    Banc : Peyraud-Magnin, Cascarino, Petit, Mbock

    Vendredi 4 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J19-...-3_a14706.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - J19 : Dernière mise à jour avec FLEURY - LYON

    Les Lyonnaises disputent leur dernier match en retard ce mercredi face à Fleury. Une rencontre qui ne déterminera pas l'avenir des deux équipes de manière définitive mais s'en rapprocher.


    Amani et Corboz à droite jouent l'OL après le PSG en match en retard (photo PSG.fr)


    En effet, les futures finalistes de la Ligue des Champions avec cinq points d'avance sur le PSG avant les trois dernières journées de championnat, ont l'occasion de passer à huit points d'avance sur leur dauphin. Neuf points resteraient alors en jeu avant la réception de Marseille le 13 mai qui pourrait être décisive à double titre pour l'OL comme l'OM, l'un pour le titre, l'autre pour la relégation.

    La relégation, c'est ce que souhaite éviter Fleury même si la venue de Lyon n'est pas la date essentielle de ce calendrier de mai. Un match que Fleury jouera avec la volonté d'aller de l'avant tout en rappelant samedi dernier par la voix de son entraîneur Lionel Cure lors de la défaite face au PSG (2-4) : "Il ne faudra surtout pas perdre à Rodez". Une rencontre prépondérante pour le maintien car Fleury ne possède à ce jour que deux points d'avance sur Rodez premier relégable.


    Mercredi 2 mai 2018
    Fleury - Lyon : 15h00
    , à Fleury-Mérogis (Stade Auguste Gentelet)
    Arbitre : Elodie Coppola

    >> CLASSEMENT


    LA VIDÉO DE PSG - FLEURY (4-2) jouée samedi dernier



    Mercredi 2 Mai 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J19-...ON_a14705.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - J17 : Le PSG se rapproche de l'Europe en battant FLEURY

    Fleury disputait le premier de ses deux matchs en retard ce samedi face au PSG qui avait l'occasion de creuser l'écart avec Montpellier.



    Le PSG a réalisé une belle opération en s'imposant 4-2 face au Fleury en match, mettant ainsi Montpellier à cinq points. "On a fait le job en gagnant les deux matchs pièges contre Marseille et Fleury qui ont besoin de points", le PSG n'a en effet pas réussi d'impasse. Avec le retour des Sud-Américaines de la Copa America, la Brésilienne Erika et la Chilienne Endler étaient titularisées (Formiga blessée à un genou n'était pas sur la feuille), le PSG retrouvait un effectif plus étoffé. Fleury qui enchaîne le PSG et l'OL était privé de Clemaron, suspendue ce samedi.
    Le match a basculé dès la première période en faveur des Parisiennes. Un premier but inscrit suite à un corner par Diani d'un coup de tête sous la barre, un second d'une frappe croisée de Delie seulement deux minutes après. Avec cet avantage, le PSG se relâchait un peu et Fleury sortait de son camp, avant de finir une réalisation splendide de Hermoso. Enchaînement aile de pigeon du pied gauche, frappe lobée du droit, Gignoux était battue (3-0, 33'). Juste avant la pause, le PSG se heurtait à deux reprises à Gignoux.
    Venus avec des intentions de résultat comme le déclarait Lionel Cure après match : "On est déçus car on avait l’espoir d’accrocher le nul. On a été fébriles, on a eu peur et on a reculé", Fleury revenait avec de meilleures intentions collectives. "On a leur mis une soufflante à la pause" déclarait l'entraîneur floriacumois, alors que ses joueuses réduisaient l'écart sur un centre d'Amani coupé par Delie dans son but (3-1, 62'). Les entrées de Rabanne puis Dunord faisaient du bien aux Essonniennes alors que le PSG se relâchait. Si Katoto filait au but, signalée hors-jeu par l'assistant mais le but validé par l'arbitre centrale (4-1, 80'), Fleury ne se laissait pas abattre et Dunord reprenait un centre de Rabanne pour un second but face à la deuxième meilleure défense du championnat (4-2, 83').
    En guise de conclusion, Patrice Lair se montre serein : "Il nous faut gagner encore deux matchs pour être européen mais il faut rester sérieux et surtout ne pas se relâcher". Pour Fleury, si Lyon se profile, c'est le match suivant qui sera prépondérant avec seulement deux points d'avance sur les Ruthénoises : "Il ne faudra surtout pas perdre à Rodez" était le mot de la fin.


    Samedi 28 avril 2018
    PSG - Fleury : 4-2 (3-0)
    , à Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre) - 457 spectateurs
    Arbitre : Maika Vanderstichel

    1-0 Kadidiatou DIANI 17' (Corner depuis la droite de Katoto repris de la tête par Diani à 5 m plein axe, le ballon heurte le dessous de la barre avant d'entrer)
    2-0 Marie-Laure DELIE 19' (Frappe croisée du droit)
    3-0 Jennifer HERMOSO 33' (Sur une passe depuis la gauche, Hermoso effectue un contrôle du gauche avec une aile du pigeon puis enchaîne par une frappe enroulée du droit à 15 m qui lobe Gignoux)
    3-1 Marie-Laure DELIE 62' c.s.c. (Centre depuis le côté droit d'Amani dévié d'une tête décroisée dans les 5,5 m par Delie devant Chatelain)
    4-1 Marie-Antoinette KATOTO 80' (Katoto lancée en profondeur dans l'axe file au but et place une frappe lobée du droit de 20 m sur Gignoux venue à sa rencontre et qui ne peut qu'effleurer le ballon)
    4-2 Danaé DUNORD 83' (Centre de Rabanne repris par Dunord au second poteau)

    Avertissement : Corboz 72'
    PSG : Endler ; Périsset, Paredes (cap.), Erika, Lawrence ; Diani (Boulleau 82'), Geyoro, Diallo, Hermoso (Hegerberg 76'), Katoto, Delie (Baltimore 63')
    Banc : Kiedrzynek, Boulleau, Dudek, Hegerberg, Baltimore
    Fleury : Gignoux ; Coudon, Multari, Sissoko (cap.), Butel ; Corboz (Dunord 73'), Chatelain ; Fernandes (Rabanne 64'), Amani, Palacin (Haupais 82') ; Lavogez
    Banc : Benoist, Dunord, Rabanne, Jouan, Haupais

    >> CLASSEMENT

    Samedi 28 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J17-...RY_a14685.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - L'UNFP dévoile les nommées pour la meilleure joueuse et le meilleur espoir de la saison

    L'UNFP a dévoilé la liste des joueuses nommées pour le titre de meilleure joueuse de D1 féminine et celui de meilleur espoir. La cérémonie aura lieu le dimanche 13 mai



    Trois Lyonnaises (Eugénie Le Sommer, Amel Majri et Dzsenifer Marozsan) et une joueuse du PSG (Formiga) sont nommées.

    Pour le titre de meilleur espoir, ce sont deux joueuses du PSG (Marie-Antoinette Katoto et Grace Geyoro) et deux joueuses de l'OL (Delphine Cascarino et Selma Bacha) qui vont se disputer le trophée.





    Vendredi 27 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-L-UN...on_a14688.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - J17 : PSG - FLEURY en match en retard

    Fleury dispute le premier de ses deux matchs en retard ce samedi face au PSG qui a l'occasion de creuser l'écart avec Montpellier.



    Suivez l'évolution des scores sur Twitter

    Samedi 28 avril 2018
    PSG - Fleury : 15h00
    , à Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre)
    Arbitre : Maika Vanderstichel

    Après avoir profité du match nul de Montpellier pour prendre deux points d'avance au classement, le PSG a l'occasion de conforter sa deuxième place en cas de succès face à Fleury. Les Floriacumoises qui restent sur une précieuse victoire à Marseille n'ont pas encore assuré leur maintien et ne possèdent que deux points d'avance sur Rodez. Cette rencontre s'annonce difficile et la suivante dès mercredi prochain face à Lyon le sera probablement encore plus avant de défier Rodez sur son terrain le 13 mai prochain.

    >> CLASSEMENT

    Vendredi 27 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J17-...rd_a14685.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    D1-J19 : La guerre des nerfs continue
    | 25 avril 2018



    Les cœurs et les esprits se sont encore emballés ce week-end. Que ce soit l’OM, largement battu par le PSG, Albi et Rodez qui se sont neutralisés dans le derby, ou Lille qui a obtenu une victoire précieuse à Guingamp, toutes les joueuses ont vibré. Car la bataille pour le maintien peut-être aussi dévastatrice que bénéfique.


    Comme prévu, les nerfs ont été mis à rude épreuve lors de cette 19e journée de D1. Ce fut le cas à Bordeaux où Montpellier a gâché par un nul (0-0) tout le travail qu’il avait réalisé il y a trois semaines contre Paris dans la course à l’Europe. Ce résultat vient aussi confirmer la montée en puissance des Girondines, qui pointent à la 5e place du championnat, à un point du Paris FC (4e). Le bénéfice de ce maintien arraché à la dernière minute la saison passée ? « Emotionnellement, c’est l’un des meilleurs souvenirs de ma carrière ! », commence Delphine Chatelain, qui rajoute, un brin taquine : « Je suis sûre qu’on était plus contentes que Lyon (sacré champion de France pour la 11e fois de suite, NDLR), tellement elles sont aussi habituées à gagner ». Puis la défenseure embraye : « Cette année on tient plus la balle, on crée du jeu, on a moins peur aussi ! Et plus tu vas chercher les équipes, même les gros, plus tu les embêtes ». Son coach, Jérôme Dauba, lâche de son côté : « Si ça a conditionné cette saison ? Forcément, parce qu’on n’a pas voulu revivre la même galère ! ».

    « Se focaliser sur le jeu et pas sur l’enjeu »

    Evidemment il rappelle que son effectif, auquel il a ajouté des joueuses de qualité (Erin Nayler, Niamh Fahey, Lindsey Thomas) et conditionnées au maintien (les ex-Ruthénoises Solène Barbance et Chloé Bornes, ou l’ancienne joueuse de Saint-Etienne Rose Lavaud), s’est amélioré. Mais que l’expérience acquise lors du maintien a aussi donné ce supplément d’âme à Bordeaux : « Ce qu’on a vécu sur les 4 derniers matches (l’année dernière) avec les joueuses, ça a été quelque chose de très fort sur le plan humain. Parce qu’on a été là les uns pour les autres. Personne n’a triché, personne n’a joué un jeu…. Nous on savait qu’on était capable de le faire, et après ça a été un enchaînement de circonstances qui ont fait qu’après les matches on y a cru de plus en plus ».



    Car les joueuses ne sont pas les seules à souffrir de cette course au maintien. Très souvent, le staff sue lui aussi à grosses gouttes. Des ongles mâchouillés et des petits spasmes, voilà ce qu’on peut observer sur le banc du bord du terrain, reflet du stress qui accable aussi les coaches et autres membres du staff technique : « Il ne faut se focaliser que sur le jeu et pas sur l’enjeu. Et malheureusement c’est compliqué, parce qu’on est jugé que par le résultat et le classement », rappelle Jérôme Dauba, pour qui fixer un cap duquel on ne dévie jamais est le meilleur moyen de faire abstraction de la pression.

    Incertitude, pression et attaque cardiaque

    « Le match ce n’est que la conséquence de ce qu’on fait à l’entraînement, on est conscient que sur ces rencontres, il y a un paramètre qu’on ne maîtrise pas, c’est la valeur de l’adversaire. Donc finalement on reste un peu démunis le jour du match. Par contre on a une philosophie de jeu, et il faut absolument se raccrocher à ça ». Le coach bordelais est la preuve vivante que cette pression peut avoir de graves conséquences, puisqu’il a lui-même été victime d’un accident cardiaque qui l’a mis au repos forcé fin janvier dernier, dû à du surmenage. « Mais tout va bien aujourd’hui et je suis au mieux pour terminer cette saison », rassure le coach.

    Pour s’éviter un maximum de pression, le président albigeois Bernard Espié a sa propre technique : « On n’a pas d’influence sur le match en lui-même non, mais justement on essaye de les mettre dans les meilleures conditions, d’envoyer des ondes positives, du soutien… Dans ce style-là, par exemple, on a eu l’opportunité de faire venir Elie Baup (début avril, NDLR) et il est venu les encourager, voir l’entraînement et discuter avec les joueuses », raconte le dirigeant à la moustache, alors que le club avait aussi lancé une grosse campagne de mobilisation pour le derby contre Rodez sur les réseaux sociaux. Pour lui, c’est surtout cette incertitude qui règne qui ne facilite pas le travail : « Il est temps de réfléchir à la saison prochaine et malheureusement on ne peut pas le faire ».

    « Il nous reste 3 matches abordables »

    Cela sera encore le cas lors des prochaines semaines car le nul concédé contre Rodez (1-1), laisse Albi en position de premier non relégable, avec un calendrier moins favorable que ceux de ses concurrents directs, qui s’affronteront souvent lors de duels à couteaux tirés pour la survie dans l’élite. « Il y a des regrets, forcément, parce que ça fait 3 semaines qu’on préparait ce match, qu’il y a des personnes qui ont tout fait pour qu’on l’emporte. Mais il ne faut pas voir que le négatif, surtout qu’il nous reste 3 matches abordables », explique la buteuse du week-end, qui va devoir défendre sa peau en D1 face à Guingamp, Fleury puis Montpellier dans les semaines à venir. « Si on affiche le même état d’esprit, la même combativité que face à Rodez, je ne me fais pas de soucis. Je suis confiante, surtout quand on voit les matches aller, on a gagné chez nous à Guingamp (2-0), c’était l’un de nos meilleurs matches de la saison et je pense qu’on peut réaliser la même prestation. Contre le Paris FC on a perdu 1 but à 0 sur une erreur de marquage suite à un coup de pied arrêté, mais dans le jeu elles ne nous ont pas posé de problème, donc chez nous, on peut aller chercher la victoire », assure l’attaquante.



    Accablée, comme bon nombre d’adversaires et de partenaires, la Ruthénoise Flavie Lemaître faisait elle aussi part de la déception d’avoir laissé échapper des points dans un match décisif, à nouveau : « Je suis frustrée parce que le but on leur donne un peu sur une accumulation d’erreur, on a une occasion franche en première mi-temps qui nous aurait permis de revenir à 1 partout plus tôt et d’aller chercher autre chose sur le reste du match… Maintenant il faut se remettre au travail dès demain (lundi) à l’entraînement et essayer de pallier tous ces petits défauts ! ».

    Une usure qui s’installe à l’année

    Si le maintien a du bon pour certains, l’attaquante ruthénoise fait aussi état d’une usure qui s’installe sur les années. Une fatigue à laquelle elle n’échappe que lors de ses vacances, entre mi-juin et mi-juillet : « Il faut deux ou trois semaines où on coupe vraiment, pour arrêter de penser au foot, parce qu’on est sollicitées toute l’année ! Moi en tout cas je sais que je fonctionne comme ça, il n’y a plus trop de foot, plus trop de gens du foot, je fais ma vie à côté parce que si je ne fais pas ça et que je suis dans la projection de la saison prochaine, je ne tiens pas ! ». Tout cela si, bien sûr, on part avec des certitudes : « Il faut un cadre de travail dans lequel on sait qu’on va pouvoir travailler. Par exemple l’année dernière on a mis du temps avoir de connaître le nom du coach, ça nous avait déjà pas mal pris la tête (Nicolas Piresse, qui devait prendre la succession de Sébastien Joseph, s’est désisté à la dernière minute, NDLR)… Mais une fois que c’est établi, on part ! ».



    Avant de rêver aux plages de sable blanc ou autre, il y aura une fin de saison éprouvante en partie du fait de ce match nul décevant, qui laisse Rodez en position de relégable. Pour éviter d’y repenser, celle qui a inscrit le but égalisateur avait déjà prévu une bonne soirée de repos dimanche soir, « avec un bon film », avant de repartir pour une nouvelle semaine d’efforts. Ce n’est pas toujours le cas, puisque pas mal d’équipes visiteuses repartent parfois en bus, pour de longues heures, ce qui implique de terminer le week-end sur les routes de France. « Mieux vaut avoir gagné ! », reconnait dans un sourire Cazeau, qui profite des matches à domicile pour fêter la victoire avec ses coéquipières, ou alors tranquillement sur le canapé- « avec le petit Mac Do du dimanche (rires) » –devant le match de Ligue 1.

    « Travailler à côté, ça fait partie de mon équilibre »

    En effet, si les professionnelles de Lyon, Paris ou Montpellier- ainsi que certaines joueuses de Guingamp, Lille, Bordeaux ou Fleury, peuvent se concentrer uniquement sur le foot, d’autres doivent directement pointer au travail le lundi matin. « Quand on perd un match, ça me poursuit oui, avoue la défenseure albigeoise Manon Rouzies. Surtout des matches « à notre portée », c’est vrai que ce n’est pas évident d’aller travailler après, on a encore le match en tête. Mais bon c’est juste le cas le lundi, puisqu’après ça part dans la semaine, parce qu’on est obligées de voir plus loin ». Et surtout assurer aussi au travail, ce qui n’est pas gagné d’avance pour cette ostéopathe établie à son compte à Toulouse : « J’ai besoin d’assez de concentration pour pouvoir soigner mes patients, quelle que soit ma vie à côté, et je suis obligée d’être la même avec tous. Le foot prend assez de place dans notre vie, donc il faut savoir faire la part des choses et ce n’est pas évident, si on avait que ça à penser c’est vrai que ce serait bien plus simple ! ».



    Delphine Chatelain, qui insiste aussi sur la difficulté de séparer foot et travail- elle qui s’occupe de l’organisation d’évènements pour les Girondins -pense le contraire : « Je sais que j’ai besoin de travailler, ça fait partie de mon équilibre. Je n’ai jamais était habituée à vivre du foot donc j’ai toujours continué à faire mes études, puis à travailler… Je me suis toujours conditionné comme ça ! ». « Je me dis que je n’aimerais pas passer ma journée à n’être que dans le foot, va-t-elle jusqu’à assurer. Quand tu es une jeune joueuse et que tu sais que tu peux devenir pro, ton conditionnement n’est pas le même, bien que je pense que dans tous les cas, c’est important d’avoir un plan B ».

    Des hourras pour les Lilloises

    Sans oublié que certaines joueuses sont connues des habitants (et souvent fans), dans des municipalités moins grandes qu’en région lyonnaise ou parisienne. A l’image de Flavie Lemaître, qui confirme : « Rodez c’est une petite ville ! Moi je travaille au club (elle gère l’école de foot, NDLR), donc c’est encore pire, mais il y a des filles qui bossent à l’extérieur, et du coup les gens t’en parlent ! Vu que tu joues au RAF, la seule équipe féminine au plus haut niveau dans un coin où on parle pas mal de foot, tu croises forcément quelqu’un que tu connais dans la rue, et il va te parler de ça… ».



    Connaissant la ferveur qui accompagne le football pratiqué par les femmes dans le Nord, les joueuses du LOSC ont dû recevoir de beaux messages de félicitations si elles ont croisé des fans en ce début de semaine. La victoire étriquée (1-0) obtenue face à Guingamp ce week-end a donné un grand bol d’air aux Lilloises pour leur première saison dans l’élite. Avec 4 points d’avance sur la zone rouge mais une fin de saison très compliquée (déplacement au PFC, puis réception de Montpellier, et déplacement à Bordeaux).

    A Marseille, l’OMerta ?

    Si Fleury a deux points d’avance sur Rodez avec deux matches en retard, les Franciliennes vont continuer de trembler puisque ces deux rencontres les opposeront… à Paris et Lyon. Le déplacement sur la pelouse du RAF, le 13 mai, devrait donc lui aussi être vital pour les deux équipes. En revanche, si elles ont là encore promis de tout donner jusqu’à la fin, les Marseillaises n’ont pas réalisé l’exploit de s’imposer contre le PSG (0-4), ce qui devrait entériner définitivement leur descente en D2. Un gros coup dur pour une équipe si surprenante l’an dernier (4e), mais à qui il a manqué beaucoup de choses cette saison. Les supporters (et observateurs) n’ont pas manqué de notifier toute l’année un certain désintérêt de la direction du club pour sa section féminine, qu’il avait pourtant su si bien accompagner l’année passée.



    Christophe Parra a voulu à tout prix protéger son groupe cette saison, d’où la difficulté d’obtenir vraiment la réponse au pourquoi d’un exercice si chaotique. Mais le recrutement s’est montré décevant dans l’ensemble, et même l’animation du site internet du club, pourtant bien alimenté la saison dernière, s’est désépaissi. La preuve qu’à l’OM, on a cessé de soutenir les féminines, comme le laisse entendre certains ? Après un match très compliqué face à Lyon, puis deux rencontres (Rodez et Guingamp) où la victoire sera impérative, Marseille sera enfin fixé sur son sort et il ne subsistera alors plus que des regrets. Car l’effectif olympien est de qualité, avec des internationales (ou ex-internationales) françaises (Asseyi, Cissoko, Gadéa, Bretigny) ou étrangères (Fridriksdottir, Alidou d’Anjou, Ferral). Une équipe qui, sur le papier, fait beaucoup plus trembler qu’Albi ou Rodez par exemple. Mais plombées par des scénarios défavorables et des contre-performances, les Olympiennes ont, malgré un grand courage, beaucoup manqué de confiance. La preuve que, peu importe votre talent balle au pied, mieux vaut une tête solide pour l’accompagner.


    Tous propos recueillis par Vincent Roussel
    Crédits photos : Vincent Roussel pour Foot d’Elles / Capture d’écran Twitter PSG féminine / Capture d’écran twitter / Mica GB M PhootoRafettes / Jean-Louis Bories – Centre Presse Aveyron


    http://www.footdelles.com/d1-j19-la-...erfs-continue/

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu


    Les résumés et buts de la 19ème journée : Bordeaux-Montpellier, Soyaux-Paris FC, Paris SG-Marseille, Albi-Rodez et Lille-Guingamp.

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - J19 : le résumé de la journée

    Le PSG conforte sa deuxième place en profitant du nul de Montpellier à Bordeaux. L'OM se rapproche de la D2 alors que la lutte se poursuit pour Albi et Rodez (1-1), mais aussi Guingamp battu à Lille.


    PSG - MARSEILLE : 4-0


    Katoto signe un doublé face à l'OM (photo Giovani Pablo)


    Ce sont deux destins diamétralement opposés que ceux du PSG et de l'OM. Deux clubs rivaux historiques avec leurs équipes masculines et dont malheureusement certains chants ont déteint ce dimanche dans un stade Jean Bouin que les Parisiennes foulaient pour la première fois. Le PSG a infligé ce dimanche à Marseille une treizième défaite. Si mathématiquement, l'OM accuse cinq points de retard sur Albi et que neuf sont encore en jeu, le prochain match à Lyon pourrait condamner les Marseillaises à la relégation.
    Le soutien populaire a boosté des Parisiennes qui visent l'Europe. Katoto en fer de lance de l'attaque parisienne a été la première à marquer concluant un bon travail de Delie qui avait trouvé la barre (1-0, 19'). Le PSG manquait le break et l'OM pensait égaliser lorsqu'un long ballon de Pizzala parvenait à Gadea qui lobait Kiedrzynek de la tête avant d'être signalé hors-jeu (40e). Dur à avaler d'autant qu'avant la pause, Katoto délivrait un centre pour Diani qui trouvait la lucarne (2-0, 44').
    Sans être éclatant, le PSG était efficace. Hegerberg manquait d'inscrire le troisième but pour sa première titularisation mais la frappe de 20 m terminait sur la barre (55e). C'est finalement un penalty sévère pour une présumée main de Soulard que Katoto s'offrait un doublé (3-0, 64'). Si Richard sortait courageusement devant Delie et Diani (86e), elle concédait un dernier but réalisé par deux remplaçantes. Boulleau centrait pour Hermoso qui plaçait une jolie reprise de la tête (4-0, 88'). Le PSG est bien-là, deuxième, et Patrice Lair n'a pas manqué de rappeler après le match : "Après la défaite à Montpellier, beaucoup de gens nous voyaient déjà mort, mais on a su relever la tête. On profite du match nul de Montpellier pour reprendre cette deuxième place. On est à trois matches d'une coupe d'Europe, il faut être costaud, avoir un état d'esprit comme aujourd'hui". Son homologue Parra veut entretenir l'espoir dans son équipe. Cela se complique et passera par au moins deux victoires mais aussi des contreperformances des adversaires directs.

    PSG - Marseille : 4-0 (2-0)
    Paris (Stade Jean Bouin) - 4 500 spectateurs
    Arbitre : Elodie Coppola
    En direct sur Eurosport 2

    1-0 Marie-Antoinette KATOTO 19' (Delie dans la surface à gauche dos au but face à M'Bassidje arrive à se retourner et place une frappe du gauche dans un angle fermé sur la barre. Le ballon revient plein axe et Katoto n'a plus qu'à pousser du droit au fond)
    2-0 Kadidiatou DIANI 44' (Périsset décale sur Katoto à droite qui déborde et centre en retrait pour la reprise de Diani de 10 m du droit dans la lucarne gauche)
    3-0 Marie-Antoinette KATOTO 64' s.p. (Frappe de Baltimore sur Soulard. Penalty décidé par l'arbitre que Katoto transforme du droit sur la droite de Richard prise à contre-pied)
    4-0 Jennifer HERMOSO Fuentes 88' (Boulleau sur la gauche délivre un centre dévié par Cissokho et repris d'une tête décroisée par Hermoso qui trouve le petit filet opposé)

    Avertissements : Lawrence 71', Dudek 79'
    PSG : Kiedrzynek ; Perisset (Boulleau 76'), Paredes (cap), Dudek, Lawrence ; Diani, Geyoro, Hegerberg (Diallo 58'), Baltimore (Hermoso 70') ; Katoto, Delie
    Banc : Voll, Boulleau, Diallo, Hermoso, Karaoun
    OM : Richard ; Cissokho, Pizzala (cap.), M'Bassidje (Fridriksdottir 46'), Lakrar (blessée 84') ; Soulard (Laplacette 80'), Storti (Brétigny 59'), Gadea, Coton-Pélagie ; Asseyi, Cardia
    Banc : Saint-Léger, Antoine, Laplacette, Fridriksdottir, Brétigny




    BORDEAUX - MONTPELLIER : 0-0


    Lardez lors du penalty obtenu par Bordeaux (photo FCGB)


    Bordeaux a accroché Montpellier actuel 3e du championnat et à la lutte pour l'Europe. Les joueuses de Jérôme Dauba sont même passées tout près de l'exploit manquant un penalty qui aura permis de prendre l'avantage.
    Les Montpelliéraines affichaient pourtant leur domination dès le début du match mais la défense locale résistait bien malgré la sortie prématurée sur blessure de Fahey. La Brésilienne Sousa veillait devant le but gardé par Nadal. Prenant confiance, l'équipe bordelaise tentait quelques coups avec Tarrieu et Ali Nadjim. Juste avant le repos, Sembrant commettait une main dans la surface. Penalty que Lardez se chargeait de frapper mais trouvait le poteau de Murphy (45+2e). Une belle occasion manquée par les locales.
    La seconde période redémarrait tambour battant. Ali Nadjim (49e), Thomas (54e) et Tarrieu (58e) étaient présentes pour porter le danger. Montpellier répondait et il fallait un sauvetage de Tarrieu (69e) puis une parade de Nadal sur corner (70e). La fin de match était plus compliquée pour les locales. Léger manquait une belle occasion de reprendre (82e) puis Gauvin plaçait une tête piquée captée par Nadal (87e). Avec courage, Bordeaux accroche une équipe du Top3 pour le grand plaisir de l'entraîneur bordelais : "Le plan de jeu était parfait, on a fait quelques ajustements à la mi-temps. On a les situations en deuxième période pour gagner le match mais on peut aussi le perdre à la fin, le match nul est logique. On n'est pas loin de réaliser l'exploit." La quatrième place reste envisageable pour Bordeaux tandis que Montpellier laisse au PSG l'opportunité de creuser l'écart lors de son match en retard.

    Bordeaux - Montpellier : 0-0
    Blanquefort (Stade Jean-Pierre Delhomme) - 417 spectateurs
    Arbitre : Céline Bagrowski
    NB. Penalty de Lardez qui trouve le poteau (45+2')

    Avertissements : Dekker 34', Karchaoui 70'
    Bordeaux : Nadal ; Lardez, Sousa, Fahey (Thibaud 19'), Chatelin ; Thomas, Istillart (cap), Barbance, Lavaud (Cambot 76'), Tarrieu, Ali Nadjim
    Banc : Pimentel, Bornes, Cambot, Karchouni, Thibaud
    Montpellier : Murphy ; Agard, Dekker, Sembrant (cap), Karchaoui, Toletti (Gauvin 65'), Torrecilla, Cayman, Le Bihan, Blackstenius (Léger 65'), Jakobsson
    Banc : Gérard, Léger, Gauvin, Nicoli, Uffren


    LILLE - GUINGAMP : 1-0


    Les Lilloises félicitent Jessica Lernon, buteuse unique du jour (photo LOSC)


    Les Lilloises ont décroché un succès capital face aux Guingampaises. Une victoire décrochée suite à un corner à dix minutes de la fin.
    Si Dali se montrait précieuse et dangereuse sur coups francs (3e, 21e), c'est sur un corner qu'elle allait apporter sa contribution. Sarr le déviait de la tête pour Lernon qui concluait du pied gauche (1-0, 83'). Un but libérateur pour une équipe du LOSC qui aura été mise en danger à plusieurs reprises par l'équipe bretonne. Les joueuses de Sarah M'Barek pensaient ouvrir le score mais Lernon sauvait in extremis (17e). La gardienne Launay allait réussir un match impeccable, décisive devant Oparanozie (27e) mais aussi en réussite lorsqu'un coup franc terminait sur le poteau (62e). A trois matchs de la fin, le LOSC passe devant Guingamp et avance vers le maintien. L'entraîneur lillois déclarait à l'issue du match : "Guingamp nous a mis en difficulté de par son jeu direct, cette équipe a l’expérience de la D1 et ça se voit. On n’a pas réussi à poser notre jeu, on n’a pas été assez justes dans l’animation et techniquement sur certains moments. On n’était pas bien dans le jeu mais les joueuses ont réalisé un match extraordinaire dans l’abnégation, elles ont répondu présentes dans la bataille. On a eu ce petit plus mental pour passer le cap et aller ensuite forcer la décision".

    Lille - Guingamp : 1-0 (0-0)
    Camphin-en-Pévèle (Complexe sportif de Luchin) - 325 spectateurs
    Arbitre : Victoria Beyer

    1-0 Jessica LERNON 83' (Sur un corner de Dali, Sarr dévie de la tête et Lernon expédie rageusement du pied gauche le ballon au fond)

    Avertissements : Dafeur 36' ; Lorgeré 22', Debever 40'
    Lille : Launay ; Lernon, Chapeh, Coutereels (cap.), Dafeur (Dellidj 65') ; Coryn (La Villa 87'), Dali, Demeyere, Paprzycki (Mansuy 37') ; Saidi, Sarr
    Banc : Azem, La Villa, Mansuy, Levacher, Dellidj
    Guingamp : Durand ; Meffometou, Debever, Lorgeré, Morin ; Palis (Bueno 70'), Pervier (cap.) ; Robert, Le Garrec, Fleury (Fourré 58') ; Oparanozie
    Banc : Lebastard, Fourre, Bueno, Abadou


    SOYAUX - PARIS FC : 1-1

    Soyaux a tenté bon face au Paris FC qui s'est montré pressant en seconde période manquant à plusieurs reprises de signer le but de la victoire. Les Parisiennes n'ont pas encore gagné en D1 en 2018 et après un bon début de Soyaux, parvenaient à revenir dans la partie. Sur un terrain difficile, le jeu privilégié par les équipes étaient directs. Les deux équipes ne se créaient pas d'occasions franches avant le repos. En seconde période, c'est une équipe du PFC plus entreprenante qui ouvrait rapidement la marque avec une action en une-deux entre Makanza et Thiney qui concluait (0-1, 49'). Avantage de courte durée, Dumont décalée par Bourgouin sur son côté lui remettait le ballon pour l'égalisation (1-1, 51'). Les Parisiennes poussaient et un centre de Greboval repris de la tête par Matéo terminait sur la barre (60e). Une autre partenaire allait aussi toucher du bois. Declercq, décalée par Thiney, d'une frappe du gauche touchait la barre. Thiney avait suivi mais se heurtait aussi au montant (86e). Les contres tentées par Soyaux ne donnaient rien, la dernière action de Lahmari se concluait par un but, refusé pour un contrôle de la main (90+6e). Un match nul qui permet à Soyaux et sa capitaine de prendre un point important et de rester à la lutte pour la quatrième place que Siga Tandia envisage encore : "Au vue de la deuxième période, je pense que le nul est mérité. En première mi-temps, on a dominé même si cela n'a pas été aussi flagrant que Paris en première période. Cela fait deux saisons que l'écart s'est resserré avec cette équipe. On a envie d'aller chercher cette quatrième place."

    Soyaux - Paris FC : 1-1 (0-0)
    Soyaux (Stade Léo Lagrange) - 440 spectateurs
    Arbitre : Solenne Bartnik

    0-1 Gaëtane THINEY 49' (Une-deux entre Thiney et Makanza dans les 18 mètres, Thiney ajuste Munich)
    1-1 Laura BOURGOUIN 51' (Bourgouin décale Dumont sur le côté. L'ailière rentre dans l'axe et remet à Bourgouin, qui trompe Benameur)

    Avertissements : Dumont 15' ; Thiney 64'
    Soyaux : Munich ; Rougé, Verges, Awona, Boudaud ; Tandia, Clérac, Dumont, Bourgouin, Babinga (Fleury 88'), Tolmais (Courel 81')
    Banc : Moinet, Courel, Fleury, Collin
    Paris FC : Benameur ; Soyer, Butel, Cascarino (Declercq 36'), Greboval, Jaurena, Bilbault, Makanza, Vaysse (Lahmari 61'), Thiney (cap), Matéo
    Banc : Pecharman, Lahmari, Jaffrelot, Declercq


    ALBI - RODEZ : 1-1

    Un derby, ça se gagne. Albi et Rodez, opposés, n'y sont pas parvenus et restent au coude à coude pour le maintien. Les Albigeoises étaient les premières en action. Cazeau frappait au dessus sans conviction (11e). Sur un contre, Noiran pour Cance puis Lemaitre répondait aux 20 m mais Lambert veillait (16e). L'action suivante était la bonne. Cazeau profitait d'une erreur de la défense adverse pour éliminer la gardienne et marquer dans un angle fermé (1-0, 23'). Les Ruthénoises réagissaient bien et lorsque Saunier trouvait Cance, il fallait une sortie réussie de Lambert (32e). La gardienne de l'ASPTT s'employait ensuite sur un coup franc de Noiran vers la lucarne (40e).
    Pressantes, les Rafettes allaient bénéficier d'un penalty pour une faute sur Cance que Lemaitre exécutait (1-1, 66') avant d'aller exulter devant le but local. Le coaching tactique opéré ensuite des deux côtés n'y changeaient rien. La tentative de Saunier frôlait la lucarne albigeoise (84e). La dernière action de son homonyme était sans danger (87e). Les deux équipes partagent les points et sont toujours sous pression.

    Albi - Rodez : 1-1 (1-0)
    Albi (Stade Maurice Rigaud) - 720 spectateurs
    Arbitre : Camille Soriano

    1-0 Kimberley CAZEAU 23' (Cazeau profite d'une mauvaise passe pour récupérer à gauche, éliminer la gardienne et marquer dans un angle fermé pour trouver la lucarne gauche)
    1-1 Flavie LEMAITRE 66' s.p. (Penalty frappé du droit par Lemaitre sur la droite de Lambert partie du bon côté)
    Avertissements : Leuko 25', Pantelic 71' ; Cance 57'

    Albi : Lambert ; Belkhiter, Mitchai (cap), Rouzies, Cazes, Roy-Petitclerc, Leuko, Pantelic, Mijatovic (Benlazar 67'), Cazeau, Khoury (Saulnier 82')
    Banc : Martinez, Schlepp, Benlazar, Saulnier, Condon
    Rodez : Garcia ; Guitard (cap), Ginestet, Infante (Chareyron 84'), Hoarau ; Cance, Saunier, Tyryshkina ; Noiran, Lemaitre (Banuta 82'), De Sousa (Austry 46')
    Banc : Guellati, Chareyron, Banuta, Austry, Niphon

    Lundi 23 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J19-...ee_a14678.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - Sarah M'BAREK quitte l'En Avant Guingamp en fin de saison

    L'entraîneur de l'équipe féminine ne sera plus à Guingamp la saison prochaine. Alors que Guingamp doit encore assurer son maintien en D1, l'entraîneur qui arrive en fin de contrat ne prolongera pas l'aventure dans le club breton comme elle l'a laissé dire dans le journal Ouest France, ce samedi.




    "Pour l'instant, je n'ai pas de nouvelles des dirigeants. Et quand on n'a pas de nouvelles à cette date, on sait à quoi s'attendre... C'est la fin d'un cycle. J'ai besoin de me reposer aussi. Je repartirai sur autre chose après. Il y a besoin de renouveau pour repartir sur un nouvel élan" a déclaré celle qui était devenue en juin dernier, la deuxième femme à obtenir le Diplôme d'entraîneur professionnel de football (BEPF) après Corinne Diacre. Elisabeth Loisel étant la troisième avec le diplôme obtenu par équivalence.

    Après l'arrêt de sa carrière de joueuse en 2005 à Montpellier, Sarah M'Barek a débuté sa carrière d'entraîneur dans son ancien club en juin 2007. Elle y restera jusqu'en mai 2013 avec à la clé une place de vice-championne de Division 1 en 2009 et une victoire en Challenge de France la même saison. Arrivée en 2013 à Guingamp avec un contrat de trois ans, elle a permis au club breton de se classer deux fois consécutivement à la 5e place, avant de prolonger son contrat deux années supplémentaires. Avec des 8e et 6e places ensuite, elle arrive en fin de contrat pour cette ultime saison alors que le maintien reste encore à assurer.

    Samedi 21 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Sara...on_a14674.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - Laëtitia TONAZZI annonce la fin de sa carrière

    C'est avec une grande amertume que Laëtitia Tonazzi a annoncé ce mercredi l'arrêt de sa carrière de joueuse. La Montpelliéraine touchée par une énième blessure au pied s'est résignée à tirer sa révérence.




    Laëtitia Tonazzi, alias Toto, a marqué de son empreinte le championnat de France de D1. Internationale à 66 reprises avec 15 buts, Tonazzi a décroché quatre titres de championnes de France avec Juvisy (2003, 2006) puis l'Olympique Lyonnais (2013, 2014). Elle a terminé à deux reprises meilleure buteuse du championnat avec Juvisy (2008 : 27 buts, 2011 : 20 buts).

    Vainqueur également du Challenge de France avec Juvisy (2005) puis de la Coupe de France avec l'OL (2013, 2014), elle était la joueuse ayant évolué en D1 la plus ancienne encore en activité. En effet, après avoir évolué avec les garçons de 8 ans à 14 ans au Plessis-Trévise, elle arrive à la VGA Saint-Maur lors de la saison 1996-1997. En N1A (ancien nom de la D1), elle va découvrir à 15 ans à peine, le plus haut niveau féminin durant deux saisons avant que les Saint-Mauriennes ne soient relégués en N1B. Trois saisons à ce niveau et une trentaine de buts inscrits, elle rejoint le club voisin de Juvisy. Durant onze saisons, sous les couleurs du FCF Juvisy devient championne de France et découvre à l'été 2003 la Coupe d'Europe avec un doublé à la clé pour son premier match européen contre Dublin.



    En avril 2002, ce sont les portes de l'équipe de France qui lui sont ouvertes. Six premières minutes de jeu contre la République tchèque (4-1) en remplacement de Marinette Pichon. Elle inscrira son premier but international face à l'Islande en septembre 2003 juste avant de partir disputer la Coupe du Monde 2003 aux Etats-Unis avec trois matchs joués. Ce sera cependant sa seule phase finale jouée. Présente à l'Euro 2009, elle ne disputera aucune minute de jeu puis en 2013, retenue dans la liste des 30 présélectionnées de Bruno Bini pour la Coupe du monde en Allemagne, l'attaquante qui avait alors rejoint Lyon, touchée à un mollet, doit déclarer forfait : "désolé pour elle" déclarait alors Bini. Elle connaîtra sa 66e dernière sélection en juin 2014 aux Etats-Unis.

    Désireuse de se lancer un nouveau défi, elle a rejoint à l'été 2014, Montpellier. Venue pour apporter son expérience comme le souhaitait Jean-Louis Saez, elle a réussi une première saison pleine avec 20 matchs mais a ensuite connu plusieurs blessures ne disputant que 24 matchs en D1 en trois saisons mais a su toujours participer à la vie du groupe. Son annonce mercredi était empreinte de beaucoup de tristesse : "C’est avec une profonde émotion que je vous annonce la fin de ma carrière (...) 29 ans dans le football.... c’est long et court à la fois. Le temps est passé trop vite, beaucoup trop vite. J’ai tout traversé joie, bonheur, rires, victoires, tristesse, peine, défaites, blessures... cela fait partie de la carrière d’un sportif de haut niveau. J’ai vécu des moments incroyables dans tous les clubs où je suis passée. Je pars avec des souvenirs plein la tête. Il n’y a que le football pour te faire vibrer.
    Je sais que je ne revivrai plus de telles émotions.
    "

    >> Sa fiche

    https://www.facebook.com/tonazzi31/v...2315079933553/

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Laet...re_a14665.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - J19 : Le programme de la journée

    Cinq matchs au programme ce dimanche. La dernière rencontre entre Fleury et Lyon qui joue en Ligue des Champions a été décalée au 2 mai.



    Suivez l'évolution des scores sur Twitter

    Dimanche 22 avril 2018
    Lille - Guingamp : 14h00

    Camphin-en-Pévèle (Complexe sportif de Luchin)
    Arbitre : Victoria Beyer

    Bordeaux - Montpellier : 15h00
    Blanquefort (Stade Jean-Pierre Delhomme)
    Arbitre : Céline Bagrowski

    Soyaux - Paris FC : 15h00
    Soyaux (Stade Léo Lagrange)
    Arbitre : Solenne Bartnik

    Albi - Rodez : 15h00
    Albi (Stade Maurice Rigaud)
    Arbitre : Camille Soriano

    PSG - Marseille : 16h30
    Paris (Stade Jean Bouin)
    Arbitre : Elodie Coppola
    En direct sur Eurosport 2


    >> Classement

    Suspendues

    Agathe Ollivier (EA Guingamp)
    Maeva Clemaron (FC Fleury)

    Dimanche 22 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-J19-...ee_a14671.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    D1-J19 : Le maintien, c’est dans la tête
    Publié le 20 avril 2018 | Actus
    Par Vincent Roussel pour Foot d'Elles



    Alors que la course pour le maintien s’annonce palpitante, comment les joueuses gèrent-elles la pression qui les guettent depuis- parfois – le début de la saison ? Relaxation, méthode couet… chacun ses méthodes. Et ça tombe bien, car plus que les jambes, c’est surtout la tête qui, selon les joueuses et entraîneurs, est la plus à-même de vous garantir un futur en D1.


    La légende de la NBA Kobe Bryant a ceci d’extraordinaire qu’en plus d’un talent inné ballon en main, il a surtout affiché tout au long de sa carrière un état d’esprit incroyable. Certains le traiteront d’arrogant, d’autres de fou, toujours est-il qu’il affirmait avec sérieux que : « La pression n’existe pas ». La marque des champions, car ils sont peu, tous sports confondus, à pouvoir en affirmer autant. Ainsi, le footballeur du Barça André Gomes, dévoré par cette même pression, a expliqué « avoir honte de sortir dans la rue », à cause de prestations en deçà des attentes. Surtout, dans l’entretien accordé au magazine Panenka, il a confié qu’il n’arrivait plus à prendre du plaisir sur le terrain. Un comble pour ce joueur habitué à jouer dans le haut de tableau, dans l’un des meilleurs clubs du monde.

    « Je ne me suis jamais dit qu’on descendrait »

    A une autre échelle, comment imaginer le quotidien de nos joueuses de D1, surtout celle qui sont confrontées au maintien depuis le début de la saison ? Loin de Lyon, du PSG ou du MHSC et des clubs plus ou moins bien installés dans la première partie de tableau, comme le Paris FC, Bordeaux, ou Soyaux, il y a bien évidemment les Marseillaises (12 pts), les Ruthénoises (15 pts), mais aussi les Albigeoises (16), les Lilloises (17), les Floracumoises (18) et enfin les Guingampaises (19).



    Evidemment, il n’y aura personne pour vous dire que tout est fini, et qu’il ne faut pas y croire jusqu’au bout. Au-delà de la démagogie, ce discours a surtout valeur de leitmotiv pour des joueuses qui peuvent, même dos au mur, réaliser l’impossible. Ce fut le cas de Bordeaux l’année dernière, à qui l’on avait promis l’enfer après 2 défaites face à des concurrents directs (Metz et Albi), à 4 journées de la fin de la D1. « Dans le vestiaire (après la défaite à Albi, NDLR) ça a été très très dur », se remémore Delphine Chatelain, arrivé à la hâte en janvier 2017 pour sauver une institution en danger. « Je ne me suis jamais dit qu’on descendrait », affirme pourtant la joueuse, qui avait déjà connu pareille mésaventure avec Toulouse, en 2011. « Et la preuve que toutes les filles ont pensé à peu près comme moi, c’est qu’on n’est pas descendu ! Si on n’avait pas eu un minuscule espoir de se dire qu’on aurait gagné, on n’aurait pas fait une telle fin de championnat ». Car c’est après 1 victoire contre Marseille et deux nuls face à Juvisy, puis Paris pour conclure, que les Bordelaises ont assuré leur maintien sur la ligne d’arrivée.

    Solidarité et préparation mentale, cocktail parfait

    Cette année, l’équivalent des Girondines n’est autre que l’OM, qui traverse une saison compliquée et est pour l’instant dernier, avec un calendrier corsé : après Paris ce week-end, lors d’un Classico aussi tendu qu’important, les Sudistes vont aller à Lyon, puis se mesurer à Rodez et enfin Guingamp. L’équipe bretonne, en souffrance depuis le début de la saison a su relever la tête, en gagnant 2 de ses 4 derniers matches, face à Soyaux (1-0), mais surtout face au PFC (3-1) il y a 2 mois. Une victoire dûe à l’abnégation de sa numéro 9, Désiré Oparanozie, buteuse en Ile-de-France et qui reconnaît les tourments qui ont pu l’accabler certains soirs post-rencontres : « Forcément parfois, après certains matches, on rentre à la maison en étant tristes, déçues… Mais quand on revient à l’entraînement le lundi, on oublie tout ça », affirme toutefois la Nigériane.



    « Avec les filles, les coachs, on est positifs à propos de ce qu’on veut. On se concentre sur le prochain match, en s’encourageant et en se motivant mutuellement, afin de s’améliorer en vue de la prochaine partie, et de continuer à pousser dans le bon sens. On s’entraide et on se soutien beaucoup », explique Oparanozie, en écho aux propos de Jérôme Dauba, le coach Bordelais pour qui l’élément fondateur du maintien est la cohésion de groupe. « Ce qu’on a vécu sur les 4 derniers matches l’année dernière avec les joueuses, ça a été quelque chose de très fort sur le plan humain. Parce qu’on a été là les uns pour les autres. Du coup parfois cette année, alors qu’on était en mauvaise posture on a été capables de gagner ou d’égaliser dans les arrêts de jeu. On a eu les ressources mentales parce que le groupe est très fort, il y a une grosse cohésion, la star c’est l’équipe », reprend le coach aquitain pour expliquer, en partie, la bonne saison de son club, actuellement 5e malgré une mauvaise série de 5 matches sans victoire.

    « Un derby ça ne se joue pas, ça se gagne ! »

    Dans la même optique, Rodez, 11e va affronter trois concurrents directs d’ici à la fin de saison, et surtout le rival, Albi, ce week-end, dans un derby là encore brûlant. Une union sacrée qui motive l’incompréhension de Flavie Lemaître : « Ce qui est très frustrant cette année c’est qu’on a un groupe qui vit bien ! Je ne dis pas qu’il vivait mal les saisons précédentes mais le groupe est plus solidaire, plus harmonieux, que les années précédentes. On a un groupe joueuses plus staff qui fonctionne très bien ! Ce qui est frustrant, c’est qu’on travaille beaucoup, on met énormément de rigueur, on s’implique énormément… Mais on fait trop de matches nuls ». Ca ne devrait pas être le cas ce week-end puisque, comme l’affirme la vice-capitaine adverse, Manon Rouzies, un point devant le RAF au classement : « Un derby ça ne se joue pas, ça se gagne ! ».



    A Albi justement, les dirigeants ont fait quelque chose de rare dans un monde du foot pour qui cerveau et performance vont de plus en plus ensemble. Depuis 4 ans, Romain Brunot suit le groupe albigeois, en (grande) partie en tant que préparateur mental. « Pour être performant, il y a une obligation, c’est ce qu’on appelle la congruence entre trois verbes d’action : le pouvoir, le vouloir et le devoir, expose ainsi celui qui s’occupe également de la communication du club, notamment sur les réseaux sociaux. Le vouloir c’est toute la sphère affective par rapport à l’action qu’on doit mettre en place. Le pouvoir c’est la capacité qu’on a à le faire, et le devoir c’est le sentiment d’obligation qu’on a à le faire ».

    « Une balance entre les ressources qu’on nous demande et celles qu’on a »

    Avec lui, les filles de l’ASPTT qui le souhaitent effectuent régulièrement des sessions de groupe, où chacune prend la parole : « L’objectif c’était de recréer une dynamique positive pour la fin de la saison. Parce qu’il y a une usure mentale qui se fait, et si les problèmes ne sont pas réglés en amont, c’est en fin de saison qu’on voit les conséquences et il est déjà trop tard ! », dixit celui qui a également travaillé avec les espoirs du MHR, club leader de Top 14 cette saison. En plus d’une responsabilisation de l’athlète et de la gestion « de leur double voire de leur triple projet (sportif, professionnel et affectif) », il travaille aussi, lors des séances régulières et/ou individualisées, sur la gestion du stress : « En fait le stress c’est une balance entre les ressources qu’on nous demande et celles qu’on a. Quand on n’a pas assez de ressources pour la demande, obligatoirement il va y avoir du stress. Là on va avoir un match important, donc les coaches, l’entourage, appuient fortement sur la demande. Un de mes travaux ça va donc être d’appuyer sur leurs ressources et ce qu’elles sont capables de faire, tout en allégeant un peu la demande, puisque de toute façon ça restera toujours qu’un match de foot, même si c’est un match important ». « Son travail nous permet d’avoir une vraie cohésion d’équipe, qui nous permet de nous aider chaque année, appuie Manon Rouzies. C’est vrai que [le derby] c’est un match à enjeux, on joue notre maintien sur un match comme ça, donc il faut dédramatiser ».



    Pas de problème de jambes qui tremblent non plus pour Flavie Lemaître qui affectionne la situation : « Il y a énormément de motivation. A l’heure actuelle, quand je joue contre Lyon, ce n’est pas mes meilleurs matches. Je préfère 10 000 fois jouer contre un concurrent direct sur ce genre de match, que jouer contre Lyon ou Paris. Certes il y a des internationales, c’est prestigieux de jouer contre elles, mais ce sont les meilleurs matches à jouer parce que ce sont des matches à enjeu ! ». De son côté, le roc défensif de l’Essonne Teninsoun Sissoko, reléguée avec Saint-Etienne la saison dernière avoue : « Pour moi le mental c’est 99% de la joueuse, donc à partir du moment où il n’y est pas, peu importe la joueuse, c’est compliqué ! ». Rien de bien important non plus pour elle, qui reste sereine malgré les évènements et rappelle ne s’être vraiment senti en danger la saison dernière qu’au bout… des 4 derniers matches. Cette fois la menace est moins prégnante, et la qualité de cette équipe de Fleury (18 pts), qui compte un match en moins, devrait lui permettre de rester loin des profondeurs.



    Mixer jeunesse insouciante et vieille garde rassurante

    De l’avis de beaucoup de sondés, l’expérience est enfin évidemment primordiale. « L’an dernier on a de très jeunes joueuses qui ont fait leur match, mais il a fallu qu’elles soient accompagnées par les plus anciennes », rappelle Jérôme Dauba, avant d’enchaîner : « L’insouciance de la jeunesse, c’est surtout important sur les postes offensifs ! On le voit avec Emelyne Laurent qui nous fait une demi-saison extraordinaire l’an passé (5 buts en 9 matches, NDLR) ». Un peu comme à Lille, où la jeune (22 ans) Ouleymata Sarr, arrivée en provenance du PSG cet été, est finalement l’une des plus anciennes de ce jeune groupe. Bien sûr, elle côtoie aussi des joueuses expérimentées (Jana Coryn, 25 ans ; Ludivine Bultel, 28 ans ou encore Maud Coutereels, 31 ans). Et pour l’instant, le cocktail prend bien, puisque Lille, 9e avec deux points d’avance sur le premier relégable, et Ouleymata Sarr, qui réalise sa meilleure saison à titre personnel (8 buts), ont leur destin entre leur main. Les nerfs devraient toutefois être mis à rude épreuve lors du match de ce week-end face à Guingamp. Ne vous étonnez donc pas : Si les têtes chauffent, dimanche, ce ne sera pas seulement à cause du retour du soleil.


    Classement D1
    Calendrier D1

    Tous propos recueillis par Vincent Roussel
    Crédits photos : Vincent Roussel pour Foot d'Elles / Mica GB M PhootoRafettes / FCGB.com


    http://www.footdelles.com/article/Ac...te_157519.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - Les enjeux pour le maintien : Scénario compliqué pour l'OM, LILLE aussi

    Douze points sont encore en jeu dans le championnat. Et contrairement à la saison dernière où 16 points avaient permis à Bordeaux de se maintenir, cette saison, en raison de l'homogénéité constatée derrière le trio de tête, le total sera supérieur.


    Pour Rodez, comme pour Lille, le maintien est encore à l'ordre du jour (photo Mica GBM/Phootorafettes)


    Mathématiquement, ce sont encore neuf équipes qui sont à la lutte pour éviter la relégation. Si le Paris FC semble le moins inquiété avec ses sept points d'avance sur le premier relégable, l'équipe parisienne pourrait être assurée mathématiquement du maintien dans le cas d'une victoire à Soyaux et d'un succès d'Albi devant Rodez ce dimanche.

    Pour les huit autres équipes, cette prochaine journée ne permettra pas de clarifier définitivement leur avenir. Malgré tout, certaines rencontres vont peut-être éclaircir la situation comme le duel midi-pyrénéen entre Albi et Rodez, et celui entre Lille - Guingamp. Au coude à coude au classement, ces équipes ont intérêt à s'imposer face à un adversaire direct. Cela s'annonce plus compliqué pour l'OM en déplacement à Paris, et pour Bordeaux qui reçoit Montpellier.

    Compliqué pour l'OM et Lille

    Si l'on étudie le programme des équipes en dehors de cette journée, Rodez dispose ensuite d'un calendrier avec deux autres adversaires à la lutte pour le maintien : Fleury puis Marseille. Autre équipe qui aura toutes les cartes en main : Guingamp qui jouera après Lille, Albi, Fleury et Marseille. Fleury qui compte un match en retard face au PSG, jouera ensuite Lyon, avant une série face à Rodez, Guingamp et le Paris FC.

    Le programme s'annonce plus complexe pour Marseille opposé successivement au PSG et à Lyon, avant de terminer si le maintien est encore possible face à Rodez et Guingamp. Soyaux et Lille devront rester aussi prudents. Soyaux va devoir jouer que des équipes mieux classées, alors que Lille aura trois adversaires similaires classés dans le top 5 du championnat.


    LE CALENDRIER



    Vendredi 20 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Les-...si_a14661.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu
    #D1F - Amical : BORDEAUX s'impose face à l'ATHLETIC BILBAO

    Face au troisième du championnat d'Espagne, Bordeaux s'est imposé 2-1 en match amical à Saint-Jean de Luz ce dimanche 8 avril.


    Rose Lavaud (photo Girondins4ever)


    A l'occasion de la trêve internationale, les Bordelaises disputaient un match de gala pour garder le rythme. Une rencontre où les deux formations étaient rajeunies à l'image de la gardienne bordelaise au coup d'envoi née en 2002. L'équipe espagnole en avait fait autant.

    Les Bordelaises réussissaient un bon début de match récompensé par une réalisation de Lavaud. Cette dernière lancée en profondeur par Touzeau décochait une frappe qui heurtait la barre avant d'entrer (1-0, 12'). Sur leur deuxième occasion du match, les Basques égalisaient par Nekane d'une frappe croisée au deuxième poteau (1-1, 22'). Mais juste avant la pause, sur un coup franc de Lardez, Kathellen Sousa smashait le ballon de la tête (2-1, 42'). La seconde période restait ouverte sur un terrain de plus en plus abîmé. Après que Nadal ait dû intervenir dans les pieds de Marta Perea (68e), Leguina en faisait autant devant Zubieta (77e). Le jeu en contre espagnol n'allait pas surprendre la défense bordelaise et ainsi permettre cette victoire (2-1).


    Dimanche 8 avril 2018 - 15h30
    BORDEAUX - ATHLETIC BILBAO : 2-1 (2-1)
    Saint-Jean de Luz (Stade Kéchiloa)
    Arbitres : Cyril Jourda assistée de Mathieu Kohler et Guy Lhuillier
    Buts : Rose LAVAUD 12', Kathellen SOUSA 42' ; NEKANE Diez Tapia 22'

    Bordeaux :
    Marie Petiteau (Alizée Nadal 46') ; Chloé Bornes (Marine Perea 80'), Camille Eliceche (Emmanuelle Lacroix 73'), Kathellen Sousa (Manon Valery 87'), Delphine Chatelin (cap.), Andrea Lardez, Solène Barbance (Margaux Montegut 72'), Axelle Touzeau (Florie Saint-Cricq 81'), Rose Lavaud, Nadjma Ali Nadjim (Chloé Zubieta 68'), Sarah Cambot. Entr.: Jérôme Dauba
    Athletic : Andere Leguina Garcia ; Andrea Sierra Larrauri, Ainhoa Álvarez, Nekane Diez Tapia (Amaiur Sarriegi Isasa 60'), Yulema Corres Somovilla (Ane Azkona Fuente 46'), Maite Oroz (Vanesa Gimbert 60'), Jone Ibáñez Mazo (Garazi Murua 76'), María Díaz Cirauqui, Marta Perea Jauregi, Leia Zarate Gonzalez, Ane Bergara Artieda. Entr.: Joseba Aguirre

    Lundi 9 Avril 2018
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Amic...AO_a14633.html

    Laisser un commentaire:


  • Rem56
    a répondu


    Les résumés et buts de la 18ème journée : Guingamp-Soyaux, Montpellier-Paris SG, Lyon-Albi, Paris FC-Bordeaux, Marseille-Fleury et Rodez-Lille.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X