Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Division 1 Féminine 2017-2018

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #D1F - Dzsenifer MAROZSAN a prolongé jusqu'en 2020 avec l'OL

    En fin de contrat à la fin de la saison, Dzsenifer Marozsan a prolongé l’aventure avec l’OL de deux ans, mercredi matin, au Groupama Stadium, en compagnie du Président Jean-Michel Aulas, a annoncé le club lyonnais.


    Source OLweb


    La milieu de terrain allemande est désormais liée au club jusqu’en juin 2020. Arrivée en début de saison dernière, elle a remporté le triplé D1 Féminine – Coupe de France – Women’s Champions League lors de sa première saison lyonnaise et a déjà disputé 43 matches et inscrit 10 buts sous le maillot de l’OL. La joueuse s'est exprimée dans le communiqué du club : "Je suis très heureuse de prolonger mon aventure à l’OL. Je suis dans le meilleur club au monde avec les meilleures joueuses au monde. Cela me permet de progresser chaque jour. Je remercie les dirigeants du club de me renouveler leur confiance. Je me sens bien dans ce club et dans cette ville. Cette saison, l’objectif est de remporter tous nos matches et de réaliser un nouveau triplé."


    Jeudi 7 Décembre 2017
    Sebastien Duret

    https://www.footofeminin.fr/D1F-Dzse...OL_a14277.html
    Sierra Hotel India Echo Lima Delta

    Commentaire


    • #D1F - Eve PERISSET : « Le principal : Faire de bonnes performances avec le PSG »

      La latérale du Paris-Saint-Germain, devenue une titulaire indispensable après deux saisons en Ile-de-France, s’apprête à affronter son ancien club, l’OL, dans une rencontre de D1 féminine au sommet. Un match forcément particulier pour cette enfant du Rhône.


      (photo PSG.fr)

      Tu es devenue une joueuse inamovible du 11 de départ de Patrice Lair depuis l’année dernière, comment est-ce que tu juges ton intégration dans l’effectif parisien, pour cette 2e saison ?

      Déjà, l’année dernière, ça c’était très bien passé, et cette année c’est dans la continuité. Je me sens toujours aussi bien, malgré le fait que le groupe ait un peu changé, mais je suis toujours contente d’être ici. Le climat ? (Sourire) C’est vrai qu’il fait souvent gris ou qu’il pleut un peu, mais ça va !

      Qu’est ce qui te change le plus ici par rapport à Lyon ?
      Les deux clubs se rapprochent beaucoup, après c’est vrai qu’ici, comparé à Lyon, on a un intendant qui s’occupe de nos affaires, etc… c’est important ! C’est un vrai plus !

      Tu es née à Saint-Priest. Lyon, c’est quand même une région avec laquelle tu gardes des liens.
      Ma famille vit toujours là-bas, et je suis née à Lyon donc je resterais toujours Lyonnaise. Quand j’ai quelques jours de repos je reviens souvent voir mes proches là-bas.

      "Toujours particulier de revenir dans son ancien club"



      Ces matches, entre le PSG et l’OL, ça reste donc particulier pour toi forcément…

      J’ai encore quelques contacts avec des personnes du club, on s’envoie des messages de temps en temps. Donc oui, c’est toujours particulier de revenir dans son ancien club, surtout quand il s’agit de son club formateur. C’est là-bas que j’ai fait mes premiers pas en professionnel, donc ça restera un club très important pour moi. Revenir jouer là-bas, surtout au Parc OL, devant ma famille, ça va être spécial.

      Il n’y a pas de sentiment de revanche par rapport à Lyon, où tu es partie tôt sans vraiment avoir ta chance ?
      Déjà j’ai eu la chance de pouvoir sortir du centre de formation et de jouer en D1, ce qui est difficile. C’était un objectif de rempli pour moi. J’aurai préféré exploser là-bas, finalement j’ai pris la décision de partir au PSG, et je ne le regrette pas du tout, parce que depuis l’année dernière je joue et ça me fait du bien.

      Cette année l’OL a l’air encore plus difficile à battre, est-ce que dans le groupe, vous pensez pouvoir prendre le dessus sur leur pelouse ?
      Dans un match de foot, tout peut arriver. Ça reste une très belle équipe, effectivement ils se sont bien renforcés par rapport à la saison passée, mais l’année dernière on a bien vu qu’ici au Camp des Loges, on avait réussi à les battre 1-0. C’est une très grande équipe et il va falloir sortir un gros match pour espérer faire un résultat chez elles.

      Sabrina Delannoy parlait souvent d’une barrière mentale que vous aviez du mal à franchir. Tu penses qu’elle a été dépassée ?
      Vu les résultats qu’on a fait l’année dernière, je pense qu’on a démontré que l’écart avait rapetissé. Il y a eu un match gagné par chaque équipe dans le championnat, et deux matches nuls, perdus sur des penalty. Lyon a un peu d’avance parce qu’ils ont gagné des titres, et que nous non. Mais on va tout faire pour aller les titiller et pourquoi pas ramener un trophée !

      Dans cette optique, la Coupe de France reste aussi un objectif primordial…
      C’est vrai, surtout que cette saison on n’a que le championnat et cette compétition, ce qui nous permet d’être vraiment focalisé sur ces deux objectifs. Ce serait bien de remporter quelque chose dès cette année.

      Certains disent que si vous perdez à Lyon, la saison est finie. C’est une évidence ?
      C’est vrai que vu notre premier faux pas face à Soyaux en début de saison on n’a plus le droit à l’erreur, mais on sait ce qui reste à faire pour continuer à être derrière Lyon, que ça passe par une victoire ou un match nul.

      "Je ne fais pas une fixette sur l’équipe de France"


      (photo Antonio Mesa/FFF)

      Quelle joueuse admires-tu le plus à Lyon ?

      Je n’ai pas trop regardé les matches en début de saison, mais pour avoir côtoyé les joueuses, j’aime bien Wendie Renard. Surtout son professionnalisme ! Elle est toujours là à travailler, à apprendre pour sublimer son niveau, je l’observe beaucoup pour prendre exemple sur elle.

      A ton poste, c’est Lucy Bronze, une référence internationale, qui est arrivée à Lyon cet été, tu penses quoi de cette joueuse ?
      Je l’ai connu avec la sélection, parce qu’on a joué plusieurs fois contre l’Angleterre, c’est là que j’ai pu observer sa qualité. C’est une très grande joueuse et une des meilleures latérale droite du monde. J’ai vu quelques-uns de ses matches, et Lyon a fait un très bon recrutement en la prenant.

      Celle qui sera face à toi normalement, ce sera une bonne connaissance, Amel Majri.
      On connait tous Amel, sa qualité technique. J’ai joué avec elle en équipe de jeunes et en équipe première à Lyon, je la connais un peu, et je vais tout faire pour bien défendre face à elle… Si je joue déjà ! Et si elle est alignée en face. On ne sait pas ! (sourire). Mais je m’attends de toute façon à un match compliqué, quelle que soit l’équipe de Lyon, ce ne sera pas facile.

      D’un point de vue personnel, malgré de bonnes prestations au PSG, tu n’es plus appelée par l’équipe de France depuis le mois de septembre. C’est difficile à vivre ?
      Je ne vais pas mentir, j’étais déçue de ne pas voir mon nom sur la liste ! Mais comme beaucoup de monde je pense ! Mais ça me permet de me remettre en question, parce que si je ne suis pas appelée en équipe de France c’est parce qu’il y a des paramètres qui, peut-être, font que je n’ai pas le niveau, ou la mentalité. Mais ça m’a permis de me relever aussi de ce début de saison où j’ai eu un peu plus de mal. Après on va voir, la Coupe du Monde est encore loin, je vais tout faire pour bien travailler en club et surtout faire de bonnes performances avec le PSG.

      Quand tu as vu Corinne Diacre en septembre, tu as eu l’occasion de parler avec elle ?
      Non, pas du tout. Ça s’est passé très vite en fait, je suis arrivée en cours de stage et je n’ai pas eu l’occasion de discuter avec elle. Mais c’est son choix, je le respecte tout à fait. Si elle fait appel à moi, je ferai tout pour répondre à ses attentes.

      Est-ce que ce match face à Lyon, finalement, ce n’est pas l’occasion de prouver à la sélectionneure que tu as le niveau parmi le gotha international ?
      (Rires) Bon après, je ne fais pas une fixette sur l’équipe de France non plus ! Mon objectif c’est vraiment qu’on fasse une bonne performance collective avant de penser à moi. Si tout le monde fait un bon match face à Lyon, il y a plus de chance qu’on soit appelées, mais faire un bon match et obtenir de bons résultats, ce sera déjà important pour le club.



      Jeudi 7 Décembre 2017
      Sebastien Duret

      https://www.footofeminin.fr/D1F-Eve-...SG_a14276.html
      Sierra Hotel India Echo Lima Delta

      Commentaire


      • Montpellier doit garder le tempo
        Publié le 08 décembre 2017 | Actus
        Par Sandrine Dusang pour Foot d'Elles



        Pour le compte de la 11e journée de D1 qui se jouera ce week-end, le Montpellier Hérault recevra le promu lillois. Avec un effectif bien plus étoffé que son adversaire, les Pailladines, actuellement 3e du championnat, restent pourtant prudentes. Focus.


        Cette saison le Montpellier Hérault joue sur trois tableaux : le championnat d'abord, mais aussi la Ligue des Champions, dont les quarts de finale se joueront en mars, et la Coupe de France, dans laquelle les clubs de D1 feront leur entrée le 7 janvier prochain, pour les 32es de finale. Un agenda bien chargé pour les Héraultaises, qui n'avaient plus joué en Ligue des Champions depuis plus de sept ans. Si pour le moment les joueuses de Jean-Louis Saez ne semblent pas avoir trop souffert de ce calendrier bien booké, la possibilité de les voir faiblir un peu reste néanmoins envisageable.

        Pas de top sans être au top

        Les Montpelliéraines n'ont enregistré que deux défaites en championnat depuis le début de l'exercice 2017-2018. La première face au leader lyonnais, où les Languedociennes avaient bu la tasse, avec une défaite 5 buts à 0, lors de la 4e journée. Janice Cayman, se souvient : « Contre Lyon, nous avons manqué de sérénité et de justesse quand nous avions le ballon. L'OL a été vraiment bien dans son match alors que nous étions dans un jour sans, ou en tout cas, en dessous ce que nous pouvons faire. Peut-être que nous nous mettons un peu trop de pression sur les gros matches. Nous devons aussi travailler et progresser sur cet aspect. » Un mois plus tard, face au Paris Saint-Germain, le MHSC souffrait à nouveau de la « pression », et manquait l'occasion de bousculer les Parisiennes (défaite 3-1). Une première période ratée, deux buts encaissés sur coups francs, le troisième inscrit par Marion Torrent contre son camp... Ce n'était encore pas un bon jour pour Montpellier, même si Cayman sauvait l'honneur sur pénalty en fin de match.
        La championne d'Europe néerlandaise, Anouk Dekker analyse : « Ce sont deux adversaires et concurrents très forts. Lyon était meilleur et c'était donc logique et mérité qu'elles gagnent. Contre le PSG, notre manque de vigilance sur coups de pied arrêtés, nous a valu de ne pas prendre de point ce jour-là. C'est aussi dommage que nous n'ayons pas concrétisé nos occasions. Nous savons que les opportunités ne sont pas nombreuses contre ces adversaires, et que nous devons les mettre au fond pour gagner. Nous ne l'avons pas fait contre Paris, et la défaite était là. »

        « Être encore plus efficaces et avoir un bloc plus compact... »



        A part face aux deux cadors devant elles au classement, les Languedociennes ont remporté toutes leurs rencontres de championnat. Pourtant, on a parfois eu l'impression que l'équipe était poussive, ou que certaines victoires étaient un peu longues à se dessiner. Pour exemple, la rencontre du week-end dernier, à Soyaux, où les joueuses de Jean-Louis Saez étaient à 1-1 jusqu'à la 82e minute de jeu, et se sont finalement imposés 5 buts à 1. Ou encore, la courte victoire face à Guingamp (1-0, 6e journée), obtenue grâce à un coup-franc de la défenseure, Laura Agard. Alors comment expliquer ce « phénomène » ? Bien qu'armé de nombreuses joueuses offensives de qualité, le MHSC manque par moment d'efficacité (même si il a finalement marqué davantage que le PSG pour le moment -38 buts inscrits par Montpellier, contre 28 pour Paris-). Bien que doté d'un effectif relativement étoffé et complet, le MHSC peine parfois à se trouver collectivement. Bien que comptant un bon nombre de joueuses d'expérience, le MHSC n'arrive pas toujours à faire preuve de sérénité et de régularité dans ses matches. Pour Dekker, l'équipe a « beaucoup de qualité » mais les Pailladines doivent « être encore plus efficaces et avoir un bloc plus compact pour récupérer plus vite le ballon ensemble ». Sans doute un peu de tout ça oui, mais malgré ces interrogations, Montpellier s'en sort, et s'en sort même plutôt bien finalement. Alors si l'équipe continue de progresser sur les points soulevés précédemment, ainsi qu'au niveau de son jeu collectif, la deuxième partie de saison pourrait bien voir les Pailladines se rapprocher du duo de tête et rajouter une dose de suspense dans la course à l'Europe pour la saison prochaine.

        « L'hiver est toujours un moment un peu plus compliqué dans la saison »

        Pour les footballeuses, et bien d'autres sportives -surtout celles qui pratiquent en extérieur-, les mois hivernaux sont toujours une passe difficile dans une saison. Avec moins de lumière du jour, des températures plus basses, les premiers flocons, etc... Les organismes et le moral des joueuses en prennent souvent un coup, alors on peut être un peu plus indulgents et comprendre que le rythme des matches n'est pas toujours aussi bon que les supporters le souhaiterait à cette période de l'année. L'internationale belge, Janice Cayman, confirme: « Je pense que l'hiver est toujours un moment un peu plus compliqué dans la saison. Comme nous avons pas mal d'internationales dans l'équipe, peut-être qu'il peut y avoir une baisse de régime, mais je crois que nous gérons ça assez bien pour le moment. »
        Avec l'Euro l'été dernier, et l'enchaînement des matches nationaux et internationaux, le calendrier est en effet assez chargé, et demande sans doute un plus gros investissement de toutes. Si les joueuses héraultaises veulent décrocher un nouveau ticket pour la Ligue des Champions la saison prochaine, elles devront habilement jongler entre performance et récupération pour mettre toutes les chances de leur côté. Pour Anouk Dekker, milieu de terrain, la fatigue commence à se faire sentir, et les vacances à se faire attendre... « Ces six derniers mois ont été intenses pour moi, avec des vacances très courtes après l'Euro. Forcément c'est beaucoup d'efforts de jouer sur toutes les compétitions et de voyager autant, mais en même temps c'est ce qui est aussi stimulant quand on est compétitrice. On a rien sans rien, mais la trêve hivernale va faire du bien (Sourire). »



        Une rencontre à l'accent belge

        Les Lilloises auront aussi envie de poser des problèmes à leurs homologues du Sud, et pour cela elles peuvent compter sur leur combativité, et une Ouleymata Sarr en forme, qui a marqué 5 buts des 9 inscrits par son équipe depuis le début de la saison. Si pour Anouk Dekker cette rencontre n'a pas de signification particulière et que c'est u peu l'inconnu « Je ne connais pas trop l'équipe lilloise, seulement deux ou trois joueuses. Contre nous, elles vont probablement être dures défensivement et dans les duels, jouer assez bas, et attaquer en contre », il y en a une pour qui le match de samedi sera un peu spécial : Janice Cayman. Ce samedi, cette dernière retrouvera plusieurs joueuses qu'elle connait bien, puisque depuis la montée du club lillois, la Belge n'est plus la seule représentante de son pays dans le championnat de D1. En effet, Maud Courtereels, Silke Demeyere, et Jana Coryn (3 buts), arrivées dans le club du Nord il y a maintenant près d'un an et demi, vont affronter leur compatriote pour la première fois. La Montpelliéraine nous fait part de son sentiment avant ce premier MHSC-LOSC : « C'est toujours cool de jouer contre des filles que l'on connait, et cela fait plaisir de voir d'autres Belges évoluer dans le championnat de France. Je sais ce qu'elles sont capables de faire alors il faudra aussi garder un oeil sur elles (Sourire) ». Entre avantage et inconvénient de bien connaître la façon de jouer des adversaires, les Pailladines devront aussi se méfier de leur deuxième adversaire du jour : elles-mêmes.


        Propos recueillis par Sandrine Dusang
        Crédits photos : MHSC, FB Belgian Red Flames


        http://www.footdelles.com/article/Ac...po_154016.html
        Sierra Hotel India Echo Lima Delta

        Commentaire


        • #D1F - J11 : MONTPELLIER - LOSC en ouverture, LYON - PSG en clôture

          Retrouvez les six matchs au programme cette dernière journée des matchs aller en D1 féminine



          A suivre en direct l'évolution des scores et les compos sur footofeminin et sur le compte twitter

          La dernière journée des matchs aller se tient ce week-end et se prolonge même lundi soir par le choc entre le leader lyonnais et son dauphin parisien. Mais l'intérêt sera porté au préalable sur la rencontre entre Montpellier et Lille qui joueront dès ce samedi. Montpellier a l'occasion de tirer profit du duel pour revenir à quelques unités de l'un des deux premiers.

          Dimanche, on parlera avant tout de points pour le maintien avec la rencontre où la défaite sera difficile à digérer entre Rodez (10e) et l'OM (12e), seule équipe à chercher la victoire cette saison. Mais juste devant Guingamp opposé à Fleury, sera également prépondérant avant l'hiver car les deux équipes doivent encore engranger des victoires. Idem pour Albi qui sera cependant opposé au Paris FC. Avec moins de pression mais l'envie de rester dans la première moitié, le derby de la Nouvelle Aquitaine Bordeaux - Soyaux sera l'opportunité de se relancer pour les deux équipes qui restent sur trois défaites consécutives et la nouvelle recrue bordelaise Lindsey Thomas aura l'occasion de s'illustrer.


          Samedi 9 décembre 2017
          Montpellier - Lille : 14h00

          Montpellier (Stade Bernard Gasset 7 - Mama Ouattara)
          Arbitre : Solenne Bartnik
          Suspendue : Julie Pasquereau (Lille)

          Dimanche 10 décembre 2017
          Paris FC - Albi : 14h30

          Bondoufle (Stade Robert Bobin)
          Arbitre : Anaëlle Loidon

          Bordeaux - Soyaux : 14h30
          Blanquefort (Stade Jean-Pierre Delhomme)
          Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

          Guingamp - Fleury : 14h30
          Saint-Brieuc (Stade Fred Aubert)
          Arbitre : Victoria Beyer

          Rodez - Marseille : 14h30
          Rodez (Stade Paul Lignon)
          Arbitre : Maika Vanderstichel
          Suspendue : Hawa Cissoko (Marseille)

          Lundi 11 décembre 2017
          Lyon - PSG : 21h00
          (en direct sur France 4 et Eurosport 2)
          Décines-Charpieu (Groupama OL Stadium)
          Arbitre : Florence Guillemin


          STATS ET CLASSEMENTS

          >> CLIQUEZ ICI


          Samedi 9 Décembre 2017
          Sebastien Duret

          https://www.footofeminin.fr/D1F-J11-...re_a14282.html
          Sierra Hotel India Echo Lima Delta

          Commentaire


          • #D1F - J11 : MONTPELLIER a fait le travail en première période

            Grâce à une efficacité en début de match, Montpellier a pris les devants face à Lille qui a montré un meilleur visage après la pause, sauvant l'honneur dans les arrêts de jeu (4-1)


            Sarr et les Lilloises ont réagi après la pause (photo LOSC.fr)


            A l'inverse de la semaine passée face à Soyaux, c'est en première période que les Montpelliéraines ont fait la différence. Les Loscistes en ont frais les frais concédant trois buts avant la demi-heure de jeu. Malgré la présence de Jakobsson sur le banc, l'absence de Veje blessée, il ne fallait qu'à peine quatre minutes à Léger pour exploiter une passe de Gauvin (1-0, 4'). Pour sa deuxième titularisation de la saison en championnat, Léger signait le doublé vingt minutes plus tard. Dans la foulée, Blackstenius permettait à Cayman de passer à 3-0 avant la pause.

            La seconde période voyait les Lilloises sortir de leur camp et poser des problèmes à la défense adverse. Sarr se mettait en vue une première fois (58e) mais c'est surtout six minutes après servie par Saïdi qu'elle envoyait le ballon sur la barre (64e). Montpellier enfonçait le clou par Gauvin sur une passe de Jakobsson (4-0, 84') avant que le dernier mot ne revienne à Coryn. La Lilloise du plat du pied exploitait la passe de La Villa qui fêtait son retour après une absence de dix mois.


            Samedi 09 décembre 2017 à 14h00
            Montpellier (Stade Bernard Gasset 7-Mama Ouattara)
            Montpellier - Lille : 4-1 (3-0)
            Spectateurs : 104
            Arbitres : Solenne Bartnik assisté de Miguel Quiles et Steve Rivière.
            Buts pour Montpellier : Marie-Charlotte Léger 4', 25', Janice Cayman 28', Valérie Gauvin 84'
            But pour Lille : Jana Coryn 90+3'

            Avertissement : Caroline La Villa 82' pour Lille

            Montpellier : 30-Méline Gérard, 13-Marion Romanelli (22-Morgane Nicoli 63'), 4-Marion Torrent, 5-Laura Agard, 7-Sakina Karchaoui, 17-Janice Cayman, 14-Virginia Torrecilla Reyes, 8-Sandie Toletti ©, 18-Marie-Charlotte Léger (29-Clarisse Le Bihan 85'), 15-Stina Blackstenius (10-Sofia Jakobsson 53'), 21-Valérie Gauvin, Entr.: Jean-Louis Saez
            Non utilisées : 1-Blandine Joly, 26-Manon Uffren
            Lille : 1-Floriane Azem, 27-Héloïse Mansuy (23-Jennifer Bouchenna 74'), 5-Charlotte Saint-Sans Levacher, 17-Maud Coutereels © (14-Caroline La Villa 78'), 28-Marine Dafeur, 4-Jessica Lernon, 6-Silke Demeyere, 8-Justine Bauduin (7-Ludivine Bultel 68'), 10-Rachel Saïdi, 9-Jana Coryn, 11-Ouleymata Sarr, Entr.: Jérémie Descamps
            Non utilisées : 30-Mary Innebeer, 29-Charlotte Sailly

            Dimanche 10 Décembre 2017
            Sebastien Duret

            https://www.footofeminin.fr/D1F-J11-...de_a14286.html
            Sierra Hotel India Echo Lima Delta

            Commentaire


            • #D1F - OL - PSG : Patrice LAIR : «On sera plus ambitieux »

              S’il répète depuis le début de saison que l’OL reste le grand favori du championnat de France, l’entraîneur du PSG Patrice Lair, qui compte deux points de moins que les Fenottes avant un déplacement au sommet au Groupama Stadium, lundi (21h00), veut croire que son équipe peut faire déjouer le géant rhodanien. Et relancer la course au titre.


              Patrice Lair (photo DR)

              Comment abordez-vous cette rencontre face à Lyon ?

              J’estime que j’ai une équipe qui peut battre Lyon, mais qui est également capable de perdre des points contre Soyaux [match nul 1-1 lors de la première journée, NDLR], c’est ça le problème. Je prends les matches les uns après les autres, et je relativise. On y va avec 2 points de retard donc ce sera forcément très compliqué, mais ce sera un match sympa à jouer, au Parc OL un lundi soir… Ça risque d’être très grand mais c’est comme ça.

              A son arrivée, beaucoup de personnes étaient dubitatives quant au choix de placer Reynald Pedros à la tête de Lyon. Comment vous jugez son travail depuis le début de saison ?
              Il se sert de ce qui a été fait avant, sur les différentes façons de jouer. Moi [de 2010 à 2014], j’avais une équipe qui jouait beaucoup vers l’avant, avec pas mal de verticalité, Gérard [entraîneur de 2014 à 2017] avait une équipe qui était portée sur la possession. Reynald est en train de faire un amalgame des deux, et il porte une équipe pas indestructible, mais pas loin. C’est une équipe qui va faire très mal, à nous de la mettre en danger ce lundi.

              Et pour faire déjouer la forteresse lyonnaise, il faut… ?
              Être très solides défensivement, et profiter de nos qualités individuelles. Parce qu’on a des atouts ! On a Marie Katoto qui revient bien, des joueuses qui commencent à aller mieux dans le jeu, d’autres comme Jennifer Hermoso qui peuvent nous permettre de faire la différence sur les phases de jeu arrêtées, et de mieux tenir le ballon. Derrière aussi, on se renforce ... On a des chances ! On sera plus ambitieux que l’année dernière parce que dans le jeu, on peut faire autre chose. A nous d’être forts le jour J, et de hisser notre niveau à la hauteur de celui de l’Olympique Lyonnais.

              "On a des filles qui s’accrochent"

              D’ailleurs dans les scores, votre domination se reflète rarement…

              Parce qu’on a un problème d’efficacité ! Mais c’est pour ça que je pleure depuis un an pour avoir des joueuses supplémentaires. On a loupé Amandine Henry, et Tabitha Chawinga, j’espère qu’avec l’arrivée de Bruno [Cheyrou, en tant que directeur sportif, NDLR], on va devenir plus fort dans ce domaine-là. Ça nous mettra peut-être dans des meilleures conditions pour être au top.

              Face à Bordeaux samedi dernier, ce manque d’efficacité était encore présent. Contre Lyon, il sera primordial de corriger ce défaut…
              Ce sera déjà bien si on se crée des occasions, parce que c’est sûr qu’on en aura moins au Parc OL ! Marie Katoto est capable de le faire, Kadi Diani aussi, elle était peut-être fatiguée à cause de ses matches en sélection… Marie Laure a fait un bon travail de sape devant aussi, tout le monde travaille pour le collectif, c’est bien, on a des filles qui s’accrochent, qui ont de l’ambition !

              Lors du match rocambolesque vécu par votre équipe à Marseille, vous avez eu peur ?
              Non, pas franchement. Je ne me suis même pas énervé à la mi-temps [le PSG était alors mené 2-0]. Je leur ai expliqué qu’on allait changer de tactique, qu’on allait jouer un peu plus haut. Je suis resté positif parce que gueuler c’est bien, mais on ne peut pas faire ça tout le temps. J’ai encouragé l’équipe en leur demandant s’ils voulaient saborder leur championnat ou pas… Il y a eu une super réaction, on a été bien accueillis par les ultras à notre retour, ça met du baume au cœur pour la suite de la saison.

              La finale de Ligue des champions de l’année dernière [victoire de Lyon, 0-0, 6-7 t.a.b] reste un match référence ?
              Non… On avait peut-être fait jeu égal, mais on a été battu mentalement. Ce n’est pas la qualité technique c’est la qualité mentale qui a fait la différence cette fois-là ! On n’avait pas su avoir la maîtrise sur penalty, déjà, mais on avait également raté l’occasion de tuer le match par moment. On a eu des occasions énormes qu’on n’a pas su mettre, et contre Lyon il ne faut pas manquer ces situations-là si on veut les battre.

              "Aujourd’hui Lyon est plus fort !"

              Comment surmonte-t-on ce déficit mental, justement ?

              C’est difficile, parce qu’on n’a pas vécu ce que j’ai vécu à Lyon, ici. Il faut l’engendrer, l’imposer aux joueuses cette culture de la gagne. Aujourd’hui, on n’est pas encore capable de se sublimer sur tout une saison, c’est pour ça qu’on a ces sautes d’humeur, sinon on gagnerait nos matches comme Lyon, parce qu’on n’a pas cette remise en question, mais une sorte de relâchement qui fait mal. C’est à l’entraînement, dans les petits jeux, surtout, qu’il faut s’appliquer à ne pas manquer une énorme occasion, même dans ces moments-là. C’est ce que je leur dit tout le temps : « Si vous la loupez à l’entraînement, le week-end d’après vous ne la mettez pas ! ».

              Il n’y a pas une forme d’impuissance aujourd’hui par rapport à Lyon ?
              Peut-être, mais il faut être réaliste aussi. Aujourd’hui Lyon est plus fort ! Ils ont monté une ossature, j’ai eu de la chance de la connaître, et à chaque fois on remet des joueuses top autour. Cela donne un rouleau compresseur qui fait mal, pas juste à nous, au monde entier ! En Ligue des champions, je ne vois pas qui peut les embêter, même une équipe comme Wolfsburg, cette année, je ne les vois pas trop exister contre Lyon. Mais ils peuvent avoir un moment de moins bien, et j’espère que le 11 [décembre, date du match, NDLR], ils n’iront pas très bien.

              Propos recueillis par Vincent Roussel


              Reynald Pedros : "C'est un rendez-vous très excitant"

              Le choc contre Paris.

              On prépare ce match sereinement. On a envie de le jouer. C'est un match de haut niveau, on a envie d'y être. C'est normal que les joueuses soient impatientes, elles ne jouent pas ce genre de rencontres tous les week-end. On prend tous nos matches avec beaucoup de sérieux, que ce soit Albi, Fleury, Montpellier ou Paris. On demande énormément d'exigences à nos joueuses et c'est pour cela qu'on fait de très bons matches, quel que soit notre adversaire. On connaît nos forces, il faudra jouer avec. À nous de faire en sorte d'être le moins surpris possible sur ce que fera notre adversaire, en exploitant au mieux nos qualités. C'est un rendez-vous très excitant qu'on prépare bien. Le PSG a de la qualité, une équipe capable de s'adapter, de changer de dispositif tactique en cours de match. Mais si on est à notre niveau, qu'on reste sérieux et appliqué, alors on gagnera ce match je pense.

              Est-ce le tournant de la saison ?
              On est mieux placé que le PSG, si on le bat lundi alors on aura fait un pas en avant, c'est sûr. Après, il faudra quand même enchaîner derrière. Mais une victoire nous donnerait une bouffée d'air frais, c'est clair. C'est un match particulier, contre notre dauphin. Par contre, il ne faut oublier les autres équipes, comme Montpellier. Le championnat se joue à plusieurs équipes. Derrière, il faudra gérer nos matches, qui seront parfois plus simples ou plus compliqués. Que je sois jugé sur ce match, très bien. Mais à aucun moment je ne pense perdre cette rencontre. Dans ma tête, on va le gagner, on va avancer. Ça n'a pas de sens de dire que c'est un duel entre moi et Patrice Lair. Patrice et Gérard (Prêcheur) sont venus ici et ont gagné des titres. À moi de le faire maintenant.

              Comment les Lyonnaises abordent ce match ?
              Nos joueuses auront une grosse envie. Elles ont bien préparé ce match, en étant à l'écoute du staff, en travaillant énormément. Elles ont horreur de la défaite, ne sont jamais rassasiées. Il n'y pas de routine, pas de passe-droit. On est dans l'exigence mais tout en ayant cette notion de plaisir. C'est ce qui fait progresser l'équipe.

              Source : Olweb.fr

              Lundi 11 Décembre 2017
              Vincent Roussel

              https://www.footofeminin.fr/D1F-OL-P...ux_a14289.html
              Sierra Hotel India Echo Lima Delta

              Commentaire


              • #D1F - Pascal GOUZENES (Paris FC) : "On est à notre place"

                Victorieux d'Albi ce dimanche, le Paris FC de Pascal Gouzenes est installé dans une confortable quatrième place. L'entraîneur revient sur ce match et fait un point à mi-parcours.


                Pascal Gouzenes globablement satisfait de la première partie de saison

                Que retenez vous du résultat ?

                Je retiens la victoire, trois points, c'est toujours bien. Après 1-0, ce n'est pas suffisant. En première mi-temps, on n'était pas bien, on n'était pas trop dans le match et pourtant c'est là où l'on marque notre but sur coup de pied arrêté et on ne se crée pas beaucoup d'occasions au final. En deuxième mi-temps, on a quatre face-à-face, une barre transversale. On aurait dû et on aurait pu augmenter le score. On a manqué d'efficacité et je le regrette car on n'est jamais à l'abri d'un but, d'un coup franc, d'un ballon qui traîne dans notre surface. Ca peut finir à un partout bêtement.

                Il y a cette difficulté récurrente pour marquer
                La difficulté, c'est de marquer des buts. Mathilde est rentrée après, elle a eu les occasions. C'est difficile de rentrer dans un match, je ne lui en veux pas. Au vu de notre deuxième mi-temps, on méritait un meilleur score mais on va continuer à travailler devant le but pour finaliser nos actions.

                Albi a joué bas, cela vous a gêné ?
                C'est pour cela que j'ai changé un peu tactiquement à la mi-temps. Albi a joué très bas avec un bloc très serré. Ce sont des joueuses qui lâchent, c'était compliqué, il fallait trouver le décalage, la bonne faille, le bon tempo. Il faut s'habituer, on est Paris FC, les équipes viennent ici pour ne pas prendre de but. Il faut que l'on soit meilleur dans la maîtrise collective et dans l'élimination de notre adversaire.

                Le bilan à mi-saison
                On n'est pas trop mal. On est quatrième, on a un match en retard. Si on fait un bon résultat sur notre match, on a quand même un bon coussin pour notre deuxième partie de saison. On est "à notre place". Sachant que contre le PSG ou Montpellier, on aurait mérité un petit point ou deux. On va continuer à améliorer nos matchs contre les équipes qui défendent contre nous et essayer de ramener des points contre les grosses écuries qui sont devant nous.

                Le prochain match face à l'OM
                On va l'aborder pour faire un résultat et gagner. Ce ne sera pas un match facile parce que Marseille est une bonne équipe. Ils ne sont pas dans une dynamique positive mais j'espère que nous, on les mettra pas dans le positif.

                Propos recueillis par Daniel Marques

                Mardi 12 Décembre 2017
                Sebastien Duret

                https://www.footofeminin.fr/D1F-Pasc...ce_a14290.html
                Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                Commentaire


                • M. Coutereels : "Il n'y a pas photo entre la D1 et la D2"
                  Publié le 11 décembre 2017 | Actus
                  Par Sandrine Dusang pour Foot d'Elles



                  Pour le compte de la 11ème journée de D1, le promu lillois s'est incliné 4 buts à 1 du côté de Montpellier. Pour autant, le club du Nord et sa capitaine, Maud Coutereels, continuent d'apprendre et de travailler pour rester parmi l'élite. Entretien.


                  Malgré un match compliqué sur le terrain du Montpellier Hérault SC, ce samedi, l'équipe lilloise entrainée par Jérémie Descamps n'a pas baissé les bras et a même réussi à poser quelques problèmes aux Languedociennes, notamment en seconde période. La capitaine, Maud Coutereels, a répondu à nos questions.

                  C'est la première année du LOSC en D1. Quel est ton sentiment sur vos débuts dans ce championnat ?
                  M. Coutereels :
                  « Oui effectivement, c'est notre première année au niveau supérieur. Nous avons très bien commencé avec une belle victoire face à Bordeaux (3-0), alors il n'y avait pas meilleur scénario pour débuter en D1. Ensuite, nous avons malheureusement perdu des points essentiels pour le maintien, contre des formations à notre portée. Les défaites contre Lyon et le PSG sont logiques car il faut rester réalistes, ces équipes sont supérieures à la notre à tous les niveaux. Pour le reste, j'ai l'impression que tout le monde peut gagner ou perdre contre tout le monde. C'est finalement assez ouvert, et je crois que cela se joue sur des détails.

                  Sens-tu une réelle différence de niveau entre la D1 et la D2 ? Et si oui, dans quels domaines en particulier ?
                  - Il n'y a pas photo entre le niveau de la D1 et de la D2. La différence se joue sur la vitesse d'exécution des gestes, de la prise de décision. Le jeu est plus rapide, plus physique, plus technique. En D1, la moindre erreur peut se payer cash ! Tu dois donc être capable de rentrer tout de suite dans le match, et être prête mentalement et physiquement pour aller au combat. Certaines choses pouvaient parfois suffir en D2, et ce n'est plus le cas en D1. Tu rencontres des joueuses avec plus d'expérience, plus de qualités (même si il y en avait en D2). Par la force des choses, tu te retrouves à évoluer face à beaucoup de joueuses internationales, et cela hausse forcément le niveau du championnat.



                  Vous vous êtes inclinés 4 buts à 1 contre Montpellier, ce samedi. Comment s'est passée la rencontre ?
                  - Nous avons mal débuté la rencontre car nous avons manqué d'impact physique et de rigueur dans notre jeu, sur la première période. Quand tu encaisses un but à la 4e min de jeu, tu te compliques la tâche et tu ne te mets pas dans les meilleurs conditions. Il faut beaucoup de caractère pour réagir, et nous en avons probablement manqué durant les quarante-cinq premières minutes. Nous avons mieux joué en seconde période, et avons réussi à bousculer un peu Montpellier en nous créant quelques occasions. Mais dans le foot, ce sont les buts qui comptent et qui permettent de gagner... Nous avons eu une bonne réaction, mais cela n'a pas été suffisant pour prétendre à un résultat positif.

                  À part contre les équipes du Top 3, on dirait que cela s'est parfois joué à pas grand chose... D'après toi, qu'est ce qui vous a manqué pour engranger davantage de points depuis le début de la saison ?
                  - En effet, comme je le disais un peu plus tôt, hormis contre les trois équipes de tête, je pense que tout peut arriver, que le championnat reste relativement ouvert, et qu'une rencontre n'est jamais gagnée d'avance. Un match de football se joue sur de nombreuses petites choses, des détails. Je pense que par moment, nous avons manqué de rigueur défensive et "oublié" de tuer le match en concrétisant nos occasions. Il y a aussi eu des erreurs individuelles et collectives qui ne pardonne pas dans les matches de haut-niveau. Nous avons souvent été dans la réaction, plutôt que dans l'action et cela fait toute la différence. Force est de constater, que nous sommes souvent mal rentrées dans nos matches, et que nous avons montré de bien meilleures choses en seconde.



                  Justement, de ton point de vue de capitaine, quelles sont les qualités et les défauts de votre équipe ?
                  - Joker ! (Rires) À vrai dire, c'est toujours difficile de répondre à cette question. J'ai moi-même mes qualités et mes défauts, alors je suis mal placée pour juger de ceux de l'équipe. Je n'ai pas envie de parler de défauts, mais plutôt de points que nous devons continuer de travailler. Nous devons apprendre à être plus efficaces dans les moments importants, tant offensivement que défensivement. Comme évoqué toute à l'heure, il y a le fait de rentrer plus vite dans les matches, mais aussi d'être plus solides et agressives dans les duels. Nous avons fait quelques cadeaux à nos adversaires, et je pense que nous devons faire preuve d'un peu plus de caractère. C'était une de nos forces la saison passée, et nous peinons un peu plus dans ce nouvel exercice en D1. Je pense qu'il suffit de continuer à travailler chaque jour pour devenir meilleures, et gommer nos imperfections. Pour être un peu plus positive, je dirai que nous sommes prêtes physiquement. Nous avons des bases tactiques très intéressantes et nous sommes capables de nous adapter facilement en fonction des demandes du coach. Je crois vraiment que nous sommes une équipe qui tente de proposer du beau jeu, et qui fait tout pour montrer que nous avons les qualités nécessaires pour prétendre au maintien en D1.

                  Quels sont les objectifs du LOSC d'ici la fin de saison ?
                  - L'objectif principal est simple. Nous voulons le maintien ! Nous espérons nous mettre à l'abri le plus rapidement possible. À la fin du championnat, il n'y a que les points qui comptent alors il faut être réalistes : si nous voulons prétendre à quelque chose, il faudra gagner des points dès que l'occasion se présentera.

                  Et tes objectifs à toi, en club et avec les Red Flames (équipe nationale de la Belgique) ?
                  - Mes objectifs personnels sont d'abord, de répondre positivement aux attentes du club et du staff. Être irréprochable, et aider un maximum mon équipe à atteindre nos objectifs collectifs. Travailler plus dur jour après jour pour devenir plus forte. Repousser mes limites, et montrer que j'ai le niveau de la D1. Concernant l'équipe nationale, je dirais que c'est quasiment la même chose, avec pour objectif, la qualification pour la Coupe du Monde 2019, en France, évidemment (sourire) ».


                  Propos recueillis par Sandrine Dusang
                  Crédit photos : LOSC.fr


                  http://www.footdelles.com/article/Ac...D2_154045.html
                  Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                  Commentaire


                  • #D1F - J11 : Un but suffit à l'OL pour s'échapper

                    Vainqueur sur la plus petite des marges, l'OL grâce à la seizième réalisation d'Ada Hegerberg, file vers un douzième titre avec cinq points d'avance à mi-saison.



                    Ada Hegerberg n'est pas la meilleure buteuse du championnat pour rien. Dans le choc entre le leader et son dauphin, elle a inscrit son 16e but personnel qui a permis à l'OL de s'imposer 1-0 et de terminer championnat d'automne avec 11 victoires.

                    Une réalisation survenue dans le premier quart d'heure que les Lyonnaises avaient entamé en venant presser haut leurs adversaires. La défense parisienne proposée avec une ligne de cinq devant la gardienne chilienne Endler titularisée pour la deuxième fois suite à la blessure de Kiedrzynek. Erika venait compléter la ligne défensive axiale avec Berglund et Paredes. Mais cette densité défensive n'a pas suffi à contenir les assauts locaux. D'entrée Hegerberg s’infiltrait (1re) puis van de Sanden venait semer le doute (2e). Il fallait une intervention d'Erika sur une reprise de Bronze cinq minutes après pour éviter ce but (7e). La période de flottement se poursuivait et Diani s'arrachait pour contrer la reprise de Marozsan (8e).

                    Hegerberg trouve la faille

                    Les Lyonnaises étaient récompensées de cette entame sur un bon mouvement collectif. Dans l'axe, Kumagai lançait Majri à gauche. La latérale délivrait un centre qui passait devant le but pour finir couloir opposé sur Hamraoui. Cette dernière s'appuyait sur Bronze venue porter le surnombre et délivrer un centre pour le coup de tête d'Hegerberg plus prompte face à Paredes (1-0, 12').

                    Un avantage logique mais mesuré malgré tout pour l'entraîneur lyonnais Reynald Pedros qui regrettait que son équipe n'ait pas fait le break : "On aurait pu mener très rapidement 2-0. On aurait pu aussi concrétiser plus vite, marquer un peu plus tôt. Si on avait mis le deuxième, le match aurait été différent. On s'est un peu exposé face à cette équipe de Paris qui a de la qualité".

                    Surtout que Bouhaddi comme rarement cette saison allait devoir réaliser deux parades en première période. Une première fois en claquant un centre-tir de Lawrence (14e) puis en sortant une parade à bout portant après un gros travail de Lawrence, qui s'est déjouée de Bronze et Kumagai pour offrir un centre à Katoto achevée par une reprise du gauche (31e). Patrice Lair regrettait ce but concédé "bêtement" même s'il reconnaissait après le match : "l'OL aurait pu marquer avant".

                    Diani manque la balle d'égalisation

                    Les Lyonnaises un peu moins pressantes continuaient cependant à s'approcher du but d'Endler qui devait repousser une reprise du genou de Bronze sur un corner de Majri (26e) et bloquer en deux temps une frappe de Marozsan (32e). Juste avant le repos, Berglund évitait à un centre de Majri de trouver van de Sanden pour le 2-0 (40e).

                    Patrice Lair procédait à deux changements dès la pause et après les opportunités de Katoto en première période, Diani avait la plus belle occasion d'égaliser. Récupérant le ballon à plus de 30 m côté droit suite à une passe de Renard vers Majri, elle accélérait et venait placer une frappe du droit qui s'envolait au-delà de la lucarne de Bouhaddi (66e). En revenant à une défense à quatre avec l'entrée de Boquete, cela n'y changeait rien. Une certaine déception pour Patrice Lair : "Diani a manqué une occasion qu'il ne fallait pas louper" relativisant malgré tout le résultat final et une supériorité de l'OL dans son ensemble : "On n'a pas été ridicule. Les filles ont fait une bonne deuxième mi-temps. Ça montre que l'on a une équipe pour être deuxième". Car les Parisiennes veulent retrouver l'Europe.

                    L'OL en maîtrise

                    Ce à quoi Jean-Michel Aulas, le Président lyonnais, semble déjà penser comme il l'expliquait ce lundi soir évoquant déjà les rendez-vous de mars face à Barcelone : "Le PSG a su utiliser certaines de nos faiblesses ce soir. C'était un match costaud. Cela permet de bien s'échauffer pour la Ligue des Champions. On devra faire encore plus". Dans cette seconde période, les Lyonnaises auront été plus en maîtrise, sans concéder beaucoup d'occasions. Si Le Sommer tenta une frappe en angle fermé (62e), il aura fallu un show de Cascarino à droite en fin de match pour animer la fin de match (88e). Malgré quelques temps faibles moins bien gérés par l'OL, le PSG a montré ses limites offensives faisant dire à l'entraîneur parisien : "Il faut que le club soit capable d'injecter plus devant. J'espère que le club va faire les efforts" alors que Delie qui n'avait pas convaincu lors de ses dernières sorties n'était pas du voyage.

                    Pour la milieu de terrain parisienne, Geyoro, entrée à la pause, le bilan était mitigé : "On n'a pas été absente. On essayer de jouer. 1-0, c'est peu, mais c'est une victoire de l'OL. A nous de ne pas lâcher". Cependant avec ses cinq unités d'avance, les Lyonnaises de Reynald Pedros peuvent voir venir : "On est dans nos objectifs mais il y a encore du travail" avançait l'entraîneur de l'OL qui réalise pour l'instant le sans-faute avant un dernier match dimanche prochain face à Guingamp.


                    Championnat de France de Division 1 - 11e journée
                    Lundi 11 décembre 2017
                    - 21h00
                    OLYMPIQUE LYONNAIS - PARIS SAINT-GERMAIN : 1-0 (1-0)
                    Décines-Charpieu (Groupama Stadium)
                    Temps partiellement couvert (8°C) - Terrain souple
                    Spectateurs : 7 050
                    Arbitres : Florence Guillemin assistée de Solenne Bartnik et Manuela Nicolosi
                    But :
                    1-0 Ada HEGERBERG 12'
                    (Majri délivre un centre de la gauche qui arrive sur Hamraoui au second poteau qui remet en retrait pour Bronze. Cette dernière centre à son tour pour la reprise de la tête plein axe à 8 m d'Hegerberg qui prend le dessus sur Paredes et place le ballon sur la gauche de la gardienne)

                    Avertissements : Hamraoui 16', Marozsan 37' pour Lyon ; Lawrence 44' pour le PSG

                    Lyon : 16-Sarah Bouhaddi ; 22-Lucia Bronze, 21-Kadeisha Buchanan, 3-Wendie Renard (cap.), 7-Amel Majri ; 11-Kheira Hamraoui (23-Camille Abily 68'), 5-Saki Kumagai, 10-Dzsenifer Marozsan ; 19-Shanice van de Sanden (20-Delphine Cascarino 83'), 14-Ada Hegerberg, 9-Eugénie Le Sommer. Entr.: Reynald Pedros
                    Non utilisées : 1-Pauline Peyraud-Magnin, 4-Selma Bacha, 29-Griedge Mbock Bathy Nka
                    PSG : 16-Christiane Endler Mutinelli ; 17-Eve Périsset, 15-Emma Berglund, 8-Erika Cristiano dos Santos (21-Veronica Boquete Giadans 75'), 14-Irene Paredes Hernandez, 12-Ashley Lawrence ; 28-Shirley Cruz Trana (7-Aminata Diallo 46'), 24-Formiga Miraildes Maciel Mota (cap.) ; 10-Jennifer Hermoso Fuentes (26-Onema Grace Geyoro 46') ; 11-Kadidiatou Diani, 9-Marie-Antoinette Katoto. Entr.: Patrice Lair
                    Non utilisées : 1-Katarzyna Kiedrzynek, 27-Melike Pekel

                    Mardi 12 Décembre 2017
                    Sebastien Duret

                    https://www.footofeminin.fr/D1F-J11-...er_a14292.html
                    Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                    Commentaire


                    • Sympa lair avec delie !:grn:
                      Au placard
                      Délie disparait des resaux sociaux

                      Commentaire


                      • Apres avoir fait exploser l'asse le 5 novembre dernier lors du derby
                        L'olympique lyonnais est a deux doigts de faire exploser ou plutôt imploser le psg feminin
                        http://rmcsport.bfmtv.com/football/p...e-1327086.html
                        :grn:

                        Commentaire


                        • Envoyé par Izihood69 Voir le message
                          Apres avoir fait exploser l'asse le 5 novembre dernier lors du derby
                          L'olympique lyonnais est a deux doigts de faire exploser ou plutôt imploser le psg feminin
                          http://rmcsport.bfmtv.com/football/p...e-1327086.html
                          :grn:
                          Oui bon une victoire limitée, une domination pas outrageuse, je ne pense pas que l'on peut dire que l'OL fait "imploser" le PSG. Il s'agit surtout d'affaires internes mises en valeurs par la proximité avec le match.

                          On peut comprendre le staff technique lorsqu'il voit l'investissement de l'OL par rapport à son budget et le budget global du PSG.
                          sigpic

                          Commentaire




                          • Les résumés et buts de la 11ème journée : Montpellier-Lille, Guingamp-Fleury, Bordeaux-Soyaux, Paris FC-Albi, Soyaux-Marseille et Lyon-Paris SG.
                            Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                            Commentaire


                            • Guingamp dans le dur
                              Publié le 15 décembre 2017 | Actus
                              Par Sandrine Dusang pour Foot d'Elles



                              Actuellement dixième du classement de D1, l'En Avant Guingamp vit une saison 2017-2018 quelque peu compliquée. Le déplacement à Lyon ce dimanche, pour le compte de la 12e journée de championnat, ne devrait pas arranger les affaires de l'EAG. Focus sur l'équipe bretonne.


                              Alors que la phase aller du championnat s'est achevée le week-end dernier, le bilan comptable de l'En Avant Guingamp est pour le moment relativement décevant. En effet, depuis le début de la saison, les joueuses de Sarah M'Barek n'ont pris que 9 points, grâce à deux victoires et trois matches nuls. Pour s'en sortir et ne pas avoir de mauvaise surprise à la fin de l'exercice, les Bretonnes vont devoir mettre les bouchées doubles sur cette deuxième partie de saison. Malheureusement pour l'EAG, la dernière rencontre de l'année 2017 ne sera pas un cadeau, puisqu'il se déplacera chez son homologue, leader aux onze victoires, l'Olympique Lyonnais.

                              Un seul être vous manque et...

                              Depuis qu'il a pris le nom de l'EAG en 2011, le club breton n'a certes jamais vraiment connu les sommets de la D1, mais a en revanche, toujours fait bonne figure. Alors voir Guingamp dixième du classement à mi-chemin, peut paraître un peu inquiétant. Beaucoup cherche à comprendre pourquoi cette équipe guingampaise manque de régularité et a tant de mal à trouver son souffle cette saison. L'effectif n'a pas énormément bougé, et a même enregistré les arrivées de deux joueuses, déjà devenues indispensables à l'équipe, en les personnes de Solène Durand, ancienne gardienne du Montpellier Hérault, et de la Camerounaise, Claudine Falonne Meffometou Tcheno, en provenance d'Arras.



                              Pourtant, on ne peut s'empêcher de penser que le départ de Salma Amani, partie pour le FC Fleury 91, n'est pas pour rien dans ce début de saison complexe du côté de Guingamp. En effet, Amani était une pièce maîtresse de l'équipe bretonne, de par son poste d'abord, puisqu'elle évoluait en tant que meneuse, mais aussi de par son rôle de capitaine, qui allait au-delà du terrain... Non seulement, Salma Amani manque au coeur du jeu, mais son absence pourrait aussi être la réponse au faible nombre de buts inscrits par l'EAG depuis septembre (7 buts seulement). La saison dernière Amani était la deuxième meilleure buteuse de l'équipe -avec 9 buts-, juste derrière Desire Oparanozie -10 buts-, beaucoup plus silencieuse et discrète cette année, avec seulement deux réalisations au compteur. Pourtant, le milieu de terrain guingampais compte toujours dans ses rangs, Faustine Robert, meilleure passeuse de l'effectif l'année passée -5 passes-, Marine Pervier, néo-capitaine, et Léa Le Garrec, capable de distribuer le jeu et de prendre sa chance à distance. La qualité semble bien là, alors la machine bretonne finira peut-être par se mettre en route...

                              Mieux vaut-être mené ?

                              Cette saison, l'En Avant Guingamp n'a décroché que deux victoires, face à Soyaux (2-1) et Lille (1-0), trois matches nuls face à Marseille (0-0), Rodez (1-1), et le Paris FC (2-2), et s'est incliné à six reprises. Parmi ces défaites, certaines ont été plus décevantes que d'autres, comme celles face à Albi (0-2) et à Fleury (1-2), lors des deux dernières journées de championnat. À côté de cela, les Guingampaises ont parfois su montrer un état d'esprit de « lâche-rien », leur permettant de s'imposer dans le dernier quart d'heure à Soyaux, alors qu'elles étaient menées depuis la 5e minute. Ou encore contre le Paris FC, où Marine Pervier et ses coéquipières se dirigeaient vers une défaite 2 buts à 0, avant de finalement revenir à 2-2 grâce à des buts de Léa Le Garrec et Desire Oparanozie dans les arrêts de jeu (94', 96').



                              En regardant les résultats et l'évolution des scores, il semble que l'EAG soit davantage dans la réaction que dans l'action. En effet, il apparaît que lorsque les joueuses de Sarah M'Barek ont marqué les premières, elles n'ont finalement pas réussi à s'imposer... Sauf contre Lille, où les Bretonnes l'ont emporté 1 but à 0 grâce à une réalisation de Faustine Robert, à la 38e. Les deux autres rencontres dans lesquelles les Rouge et Noir avaient ouvert le score, se sont soldées par un match nul, à Rodez (1-1, Robert 38' ; Mabomba 86'), et une défaite contre Fleury (1-2, Le Garrec 27' ; Rabanne 40', Fernandes 70'). Les résultats laissent donc penser que pour Guingamp, être mené au score n'est pas forcément une mauvaise chose. Mais forcément contre le rouleau compresseur lyonnais, on sait qu'un but peut en cacher un autre -et encore un autre...-, et qu'il s'avère plus que compliqué de revenir au score. Déjà dans le dur, ce n'est probablement pas ce dimanche que l'EAG reprendra une bouffée d'oxygène. Heureusement, la trêve hivernale arrive...


                              Les 10 dernières confrontations entre l'EAG et l'OL
                              10 défaites guingampaises
                              58 buts encaissés
                              3 buts marqués
                              À Lyon : 29 buts encaissés, 1 seul marqué


                              Crédit photos : olweb.fr, EAG.com

                              http://www.footdelles.com/article/Ac...ur_154250.html
                              Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                              Commentaire


                              • #D1F - J12 : la phase retour débute avec deux reports

                                Seulement quatre des six matchs au programme cette douzième journée se joueront ce dimanche.


                                A suivre en direct l'évolution des scores et les compos sur footofeminin et sur le compte twitter

                                Dimanche 17 décembre 2017
                                Marseille - Paris FC : 14h30

                                Marseille (Stade Roger Lebert)
                                Arbitre : Solenne Bartnik

                                La phase aller achevée, l'OM n'a toujours pas gagné le moindre match et s'est vu décrocher par Rodez victorieux des Marseillaises dimanche dernier (4-2). Avec six points de retard sur le premier non relégable, il faudrait une réaction avant la trêve devant le Paris FC. L'ex-Juvisy avait été un déclic pour les Marseillaises en novembre 2016, mais en sera-t-il autant cette fois-ci face au quatrième du championnat ?

                                Lyon - Guingamp : 14h30
                                Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center)
                                Arbitre : Stéphanie Di Benedetto
                                Suspendue : Margaux Bueno (Guingamp)

                                Lyon au top avec 11 victoires après celle de lundi face au PSG reçoit une équipe de Guingamp en difficulté, premier non relégable mais qui vient de s'incliner face à deux adversaires directs (Fleury et Albi). La tâche s'annonce bien trop compliquée et c'est le premier match en janvier face à Rodez qu'il ne faudra pas manquer.

                                Lille - Soyaux : 14h30
                                Champhin-en-Pévèle (Complexe Sportif de Luchin)
                                Arbitre : Victoria Beyer

                                Quatre défaites de suite pour les Lilloises qui ont glissé vers la zone de relégation, avec un match en retard à jouer. Les joueuses de Jérémie Descamps accueille une équipe de Soyaux auteure d'un bon nul en Gironde face à Bordeaux (0-0).

                                Paris Saint-Germain - Rodez : 14h30
                                Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre)
                                Arbitre : Solen Dallongeville

                                La deuxième place semble désormais l'issue pour retrouver la Ligue des Champions pour les Parisiennes qui reçoivent Rodez dont le principal vient d'être acquis en battant l'OM avec une huitième place à la clé.


                                Reportés

                                Albi - Bordeaux
                                Fleury - Montpellier


                                STATS ET CLASSEMENTS

                                >> CLIQUEZ ICI


                                Samedi 16 Décembre 2017
                                Sebastien Duret

                                https://www.footofeminin.fr/D1F-J12-...ts_a14302.html
                                Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                Commentaire


                                • #D1F - J12 : L'OM obtient sa première victoire, quatre victoires à domicile

                                  Seulement quatre des six matchs au programme cette douzième journée se jouent ce dimanche.


                                  LYON - GUINGAMP : 4-0

                                  Les Lyonnaises ont terminé l'année par une nouvelle victoire, la 35e toutes compétitions confondues depuis un an. Face à l'équipe de Guingamp en proie au doute et qui lutte pour le maintien, l'armada rhodanienne a fait parler son expérience devant un adversaire rajeuni. La meilleure buteuse du championnat Hegerberg en a profité pour inscrire ses 17e et 18e réalisations de la saison en championnat. Le Sommer a aussi inscrit un but alors que Marozsan s'est offert le quatrième et dernier du match. "Il fallait faire un bon match avant de penser aux vacances. On a vu une équipe impliquée, engagée avec beaucoup d'application et qui ne lâche rien. On a concédé aucune occasion. Je suis très satisfait du comportement des filles". Intenable depuis septembre, l'équipe lyonnaise va désormais souffler avant d'entamer une deuxième partie de saison décisive pour les trophées.

                                  Lyon - Guingamp : 4-0 (2-0)
                                  Décines-Charpieu (Stade Groupama Training Center) - 730 spectateurs
                                  Arbitre : Stéphanie Di Benedetto

                                  1-0 Ada HEGERBERG 8'
                                  2-0 Eugénie LE SOMMER 27'
                                  3-0 Ada HEGERBERG 61'
                                  4-0 Dzsenifer MAROZSAN 66'

                                  Lyon : Bouhaddi ; Bronze, Mbock, Renard (cap.), Bacha ; Van de Sanden, Marozsan (Hamraoui 69'), Abily, Majri (Cascarino 63') ; Hegerberg (Kumagai 80'), Le Sommer
                                  Banc : Peyraud-Magnin, Kumagai, Hamraoui, Cascarino, Buchanan
                                  Guingamp : Durand ; Dinglor, Debever (cap.), Lorgeré, Meffometou ; Drozo (Ollivier 69'), Palis (Fleury 56'), Abadou, Morin, Robert (Dolain 83') ; Oparanozie
                                  Banc : Fauvel, Pervier, Ollivier, Fleury, Dolain
                                  Suspendue : Margaux Bueno (Guingamp)


                                  PSG - RODEZ : 6-0
                                  Avec Christophe Ott, aux manettes en l'absence de Lair pour une opération médicale bénigne, les Parisiennes ont certes ouvert mené au score à la pause, mais c'est en seconde période que le score a pris de l'ampleur. Bien aidée par une déviation de Tyryshkina contre son camp sur un centre (1-0, 23'), les joueuses du PSG s'en retourne à la meilleure passeuse du championnat Hermoso pour permettre à Berglund de doubler la mise (2-0, 56'). Dans la foulée, Diani permettait à Katoto de marquer de la tête (3-0, 57'). Les Rafettes cédaient sur chaque offensive, Hermoso devenait buteuse pour la première fois de la saison (4-0, 63') alors que Delie y allait de son coup de tête un quart d'heure plus tard. Le dernier but était inscrit par Diani sur un service de Boulleau (6-0, 87'). Large succès qui a permis de montrer une bonne réaction après la défaite à Lyon et avant la trêve.

                                  Paris Saint-Germain - Rodez : 6-0 (1-0)
                                  Saint-Germain-en-Laye (Stade Georges Lefèvre) - 200 spectateurs environ
                                  Arbitre : Solen Dallongeville

                                  1-0 Ekaterina TYRYSHKINA 23' c.s.c. (Suite à un corner, le ballon est renvoyé, un nouveau centre est dévié par Tyryshkina dans son but)
                                  2-0 Emma BERGLUND 56' (Corner d'Hermoso repris par Berglund au second poteau)
                                  3-0 Marie-Antoinette KATOTO 57' (Passe de Katoto)
                                  4-0 Jennifer HERMOSO 63' (Passe de Diani)
                                  5-0 Marie-Laure DELIE 78' (Centre de Diani repris par Delie de la tête)
                                  6-0 Kadidiatou DIANI 87' (Action Boulleau - Diallo puis centre pour Diani)

                                  PSG : Endler ; Geyoro, Paredes, Berglund, Lawrence (Boulleau 81') ; Erika, Formiga (cap.), Diallo ; Hermoso (Boquete 69'), Katoto (Delie 64'), Diani
                                  Banc : Kiedrzynek, Boulleau, Delie, Boquete, Cruz
                                  Rodez : Garcia ; Banuta, Infante, Guitard (cap.), Austry ; Saunier, Tyryshkina (Bonet 46') ; Peruzzetto, Lemaitre (Bodain 81'), Noiran (Da Costa 64') ; Cance
                                  Banc : Robert, Hoarau, Robert, Da Costa, Bodain


                                  MARSEILLE - PARIS FC : 1-0
                                  L'histoire se répète pour les Marseillaises. Il y a presque 13 mois, elles avaient connu leur première victoire face à Juvisy. Devenu Paris FC, l'équipe francilienne a connu le même sort en s'inclinant face à son adversaire en quête d'une première victoire. Acquise, juste avant Noël, elle va permettre à l'équipe de Christophe Parra de continuer à y croire. Ne profitant pas du vent favorable en première, le Paris FC s'est retrouvé face à lui après le repos. Lorsque Jaurena trouvait le montant (65e), l'OM échappait au pire, alors que Lakrar avait eu l'opportunité de donner l'avantage à son équipe mais son ballon frôla le montant (59e). Celui de Gadea allait faire mouche. Elle jaillissait sur un coup franc de Caputo pour venir catapulter le ballon au fond à vingt minutes du terme. L'équipe géra ensuite ce court mais précieux avantage jusqu'au terme.

                                  Marseille - Paris FC : 1-0 (0-0)
                                  Marseille (Stade Roger Lebert) - 150 spectateurs environ
                                  Arbitre : Solenne Bartnik

                                  1-0 Kelly GADEA 70' (Coup franc tiré par Caputo couloir droit qui envoie le ballon au deuxième poteau, Gadea surgit à 4 m du but pour reprendre de volée du droit à bout portant face au but)

                                  Avertissements : Asseyi 10', Alidou D'Anjou 18', Gadea 50' ; Cascarino 11', Catala 75'
                                  OM : Richard ; Lakrar, M'Bassidje, Pizzala (cap.), Cissoko ; Fridriksdottir (Coton-Pelagie 60'), Gadea, Alidou ; Traoré (Caputo 46'), Asseyi, Cardia (Soulard 81')
                                  Banc : Saint-Léger, Coton-Pélagie, Ferral, Caputo, Soulard
                                  Paris FC : Benameur ; De Almeida, Butel, Cascarino, Soyer ; Matéo (Otaki 78'), Bilbault, Jaurena (Catala 71'), Lahmari (Declercq 71'), Bourdieu, Thiney (cap.)
                                  Banc : Tounkara, Otaki, Declercq, Catala, Vaysse


                                  LILLE - SOYAUX : 2-0
                                  La série de quatre défaites consécutives s'est achevée face à Soyaux. Une équipe charentaise qui enchaîne là une nouvelle contre-performance et une série de huit matchs sans victoire. Alors que Bultel avait posé des problèmes à la défense (22e, 25e, 45e), c'est Coryn qui filait au but pour battre la gardienne Munich (1-0, 33'). En seconde période, les Lilloises restaient les plus dangereuses, Dafeur manquant d'un rien de trouver la faille sur un coup franc sorti du bout des gants par la gardienne sojaldicienne (83e). La délivrance venait finalement de Sarr, entrée à l'heure de jeu et qui marquait dans les arrêts de jeu (2-0, 90+1').

                                  Lille - Soyaux : 2-0 (1-0)
                                  Champhin-en-Pévèle (Complexe Sportif de Luchin) - 100 spectateurs environ
                                  Arbitre : Victoria Beyer

                                  1-0 Jana CORYN 33' (Passe en retrait pour Coryn qui file vers le but, fixe la gardienne et marque)
                                  2-0 Ouleymata SARR 90+1'

                                  Avertissements : Pasquereau 31' ; Boudaud 66'
                                  Lille : Azem ; Lernon, Coutereels (cap.), Levacher, Dafeur ; Saïdi (La Villa 79'), Pasquereau, Demeyre, Bauduin (Dufour 69') ; Bultel (Sarr 64'), Coryn
                                  Banc : Innebeer, Sarr, La Villa, Chapeh Yimga, Dufour
                                  Soyaux : Munich ; Verges, Rouge (Fleury 79'), Awona (Courel 71'), Boudaud ; Babinga, Djebbar, Deschamps, Clérac ; Dumont, Bourgouin (cap.)
                                  Banc : Moinet, Courel, Fleury


                                  STATS ET CLASSEMENTS

                                  >> CLIQUEZ ICI


                                  https://www.footofeminin.fr/D1F-J12-...le_a14305.html
                                  Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                  Commentaire




                                  • Les résumés et buts de la 12ème journée : Lyon-Guingamp, Lille-Soyaux et Paris SG-Soyaux.
                                    Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                    Commentaire


                                    • #D1F - Les dates des matchs en retard

                                      Trois matchs en retard sont à jouer en Division 1. Les dates sont désormais toutes connues.


                                      Dimanche 21 janvier 2018

                                      ASPTT Albi - FC Girondins de Bordeaux

                                      Mercredi 14 février 2018
                                      Lille OSC - Paris FC

                                      Mercredi 21 février 2018
                                      FC Fleury 91 - Montpellier HSC


                                      STATS ET CLASSEMENTS

                                      >> CLIQUEZ ICI


                                      Vendredi 22 Décembre 2017
                                      Sebastien Duret

                                      https://www.footofeminin.fr/D1F-Les-...rd_a14313.html
                                      Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                      Commentaire


                                      • Les étrangères de D1, un mal pour le foot français ?
                                        Publié le 22 décembre 2017 | Actus
                                        Par Sandrine Dusang pour Foot d'Elles



                                        Depuis plusieurs saisons, les joueuses étrangères sont de plus en plus nombreuses à rejoindre le championnat de France. Si cela semble apporter pas mal de positif, les questions commencent à fuser sur les côtés qui le sont peut-être moins : le manque de temps de jeu pour certaines joueuses tricolores, et le déséquilibre de la D1, notamment. Le débat est lancé.


                                        Il y a une quinzaine d'années, les premières joueuses étrangères débarquaient en France pour découvrir la D1... On se souvient notamment des cinq américaines : Hope Solo, Aly Wagner, Lorrie Fair, Christie Welsh et Danielle Slaton, venues embellir l'effectif de l'équipe de Lyon, fraîchement passée de FC Lyon à Olympique Lyonnais. Depuis, le championnat de France a vu des joueuses d'un peu partout dans le monde rejoindre les rangs de plusieurs équipes de D1. À première vue, une bonne chose pour le football français puisque cela prouve sans doute son attractivité grandissante. Mais l'arrivée de joueuses étrangères, au fur et à mesure des saisons, est-elle vraiment si positive que cela pour la D1, voire même indirectement, pour l'équipe de France ? Lorsque l'on pose la question à Sonia Haziraj, Directrice du Pôle féminin de Rennes et consultante sur Cstar, la réponse ne se fait pas attendre : « Je ne crois vraiment pas que le fait d'avoir un bon nombre de joueuses étrangères au sein d'équipes de D1, soit un frein pour le foot français. Au contraire cela permet de donner davantage de visibilité à nos équipes, comme cela a été le cas avec la finale de Ligue des Champions la saison dernière, entre l'OL et le PSG, par exemple. En revanche, où cela peut poser problème pour moi, c'est davantage par rapport à l'équipe de France et aux joueuses -ou potentielles joueuses- qui la composent... ».

                                        Au top mais avec moins de temps de jeu ?

                                        Pour jouer dans les meilleurs clubs français où la concurrence est plus forte à chaque poste, certaines joueuses bien installées dans leur club décident finalement de quitter leur « cocon », au risque de perdre une place de titulaire et d'avoir bien moins de temps de jeu. À première vue, pas grand chose à voir avec les étrangères de la D1 direz-vous, et pourtant ces dernières sont bien concernées puisque dans les équipes du Top de la D1, où elles sont de plus en plus nombreuses, ce sont souvent elles qui envoient les joueuses françaises sur le banc de touche ou en tribunes. Dernier exemple en date, la rencontre entre l'Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain, lors de la 11e journée, où quatorze joueuses sur les vingt-deux qui débutaient la rencontre, étaient... des joueuses « non-françaises » (six pour l'OL, huit pour le PSG).

                                        Alors oui, prendre le risque, accepter la concurrence, et se battre pour une place de titulaire, sont de bonnes choses pour une joueuse de haut-niveau. S'entrainer quotidiennement avec des joueuses de ce talent, et apprendre d'autres « cultures foot », le sont aussi. Mais à quel prix ? Signer dans une équipe du Top et avoir un -meilleur- contrat fédéral, vaut-il mieux que d'avoir plus de temps de jeu dans un autre club -qui par le fait peut aussi faciliter une éventuelle sélection en Bleues- ? Pour Sonia Haziraj, « Ce n'est pas simple parce qu'effectivement, en tant que compétitrice tu veux évoluer dans les meilleurs clubs et c'est normal, mais avant de prendre la décision je pense que la joueuse doit vraiment se poser les bonnes questions, du type "En signant ici, est-ce que j'aurai le temps de jeu nécessaire pour m'exprimer ? Pour progresser ?..." ».



                                        L'internationalisation creuse l'écart

                                        Malheureusement, ce n'est pas un secret, tous les clubs de D1 n'ont pas les moyens de faire des contrats fédéraux à chacune de leurs joueuses, et encore moins d'attirer des joueuses de classe européenne ou mondiale par ce biais. En effet, même si le football français se développe bien et qu'à l'heure actuelle, dix clubs sur les douze qui composent le championnat de D1 sont rattachés à des clubs masculins (Albi et Soyaux sont les deux derniers), les budgets ne sont pas les mêmes pour tous, et encore moins ceux alloués aux sections féminines et au recrutement. Les clubs « pros » s'envolent et les autres n'ont pas les moyens de suivre... Alors même si à partir de la saison 2018-2019, les droits télé devraient permettre aux clubs de D1 de récupérer un peu d'argent, pas certain que cette somme puisse être suffisante à un « budget recrutement », ou que le club puisse la dédier à cela, car comme la FFF et Brigitte Henriques l'avaient souligné, cet argent devra être utilisé intelligemment afin que les clubs français continuent de se développer, au niveau des infrastructures et de la formation notamment.

                                        La solution pourrait-elle se trouver chez des homologues plus ou moins proches du territoire français ? Peut-être pas, mais en tout cas, nous pourrions probablement y trouver un peu d'inspiration. D'abord avec le championnat américain, où pour faire court, les meilleures joueuses sont réparties d'une façon assez équitable dans chaque club. Ou encore, sur ce que la fédération anglaise va mettre en place à partir de la saison prochaine, avec un championnat entièrement professionnel de dix équipes. Pour cela, il faut bien sûr du temps, mais aussi un gros investissement de la fédération pour donner des moyens à tous les clubs.

                                        Que jeunesse se passe... ou se prête

                                        Dans l'ombre des stars qui viennent gonfler les effectifs des cadors du championnat, la jeunesse n'arrive pas toujours à se faire sa place. On pense à la sélection U20 de Gilles Eyquem (qui jouera la Coupe du Monde en France, durant l'été 2018), avec des joueuses talentueuses et pleine d'ambition, mais qui peuvent parfois manquer de temps de jeu car elles se retrouvent entre deux catégories, comme l'évoque la native de Melun : « C'est aussi dans cette tranche d'âge qu'il se passe normalement pas mal de choses au niveau de ta vie de joueuse. Tu franchis des paliers, tu emmagasines un peu d'expérience, mais si tu n'as pas le temps de jeu nécessaire, cela peut vite se compliquer ». Il y a aussi les plus jeunes encore... Parfois formées au club, elles ne parviennent pas à atteindre l'équipe fanion, et se retrouvent -quasi- forcées de partir pour trouver du temps de jeu ailleurs. Un mal pour un bien, puisque dans ce cas, la joueuse fera finalement le bonheur d'un autre club qui aura davantage besoin d'elle.



                                        Lors de la rencontre contre le Paris Saint-Germain, le 10 décembre dernier, le Président lyonnais, Jean-Michel Aulas, s'est dit ouvert à l'idée de prêter certaines joueuses, car il sait que tous les clubs de la D1 ne peuvent pas investir autant pour recruter. Une option qui pourrait être une petite solution, et qui permettrait de donner du temps de jeu plus régulier à certaines jeunes -ou moins jeunes- d'ailleurs, mais aussi de combler un peu la différence de niveau qui existe au sein de la D1. Reste à savoir quelles seraient les conditions exactes de ce genre de « prêts », puisque dans un prêt classique c'est normalement le club accueillant la joueuse qui doit payer son salaire. Chose qui paraît impossible pour la majorité des clubs du championnat en l'état actuel.

                                        Impact sur l'équipe de France ?

                                        On pourrait penser que le fait d'évoluer en France permet aux joueuses étrangères de mieux analyser le style de jeu français, de mieux connaître les joueuses... Si il y a effectivement une part de vrai, il ne faut pas non plus tomber dans la paranoïa. Quelle que soit leur nationalité, les joueuses étrangères de la D1 sont là pour jouer, prendre du plaisir et « performer » avant tout, pas pour décortiquer la façon de jouer des Bleues ou potentielles Bleues, afin de livrer un carnet de notes détaillées à leurs différents sélectionneurs. Elles en parleront sans doute parce qu'on leur posera la question, mais elles n'ont probablement pas rejoint la D1 pour une « mission d'espionnage ».
                                        Sonia Haziraj voit les choses un peu différemment, mais reconnaît volontiers que « les joueuses étrangères qui évoluent dans le top 3 de la D1 sont des joueuses de classe mondiale » et que « c'est génial de les avoir ici ». Malgré cela, l'ancienne coach de Saint-Brieuc voit aussi un côté un peu plus « négatif » et explique : « Par moment, je me dis que les étrangères sont peut-être dans des conditions qu'elles n'auraient pas dans leur pays. Je parle en termes d'infrastructures, d'aménagements, de finances, et parfois même d'un point de vue technico-tactique, notamment pour les Américaines ou Canadiennes, qui ont un style de jeu très différent à la base. Je pense qu'elles apprennent beaucoup en France, et qu'elles continuent leur progression. Je suis donc un peu mitigée parce que j'ai parfois le sentiment que cela aide plus les nations étrangères que notre propre équipe de France ».

                                        Samedi dernier, lors de l'assemblée fédérale, Noël Le Graët, a fait part de son souhait de voir les meilleures équipes françaises faire jouer les meilleures joueuses françaises. Le Président de la FFF n'a d'ailleurs pas caché le lien avec les joueuses étrangères qui évoluent dans les clubs du Top français, en précisant qu'il trouvait ça très bien mais que c'était un peu trop. Noël Le Graët a déjà discuté de cette problématique avec Jean-Michel Aulas, et souhaite également le faire rapidement avec les Présidents du Paris Saint-Germain et du Montpellier Hérault. Également présente à l'assemblée fédérale, Sonia Haziraj confirme que Noël Le Graët « veut faire en sorte de trouver les solutions pour que la D1 reste attractive au-delà des frontières, mais qu'elle puisse davantage aider et servir l'équipe de France ».
                                        La machine semble donc lancée pour trouver le juste équilibre, et tenter de préparer au mieux la Coupe du Monde 2019 en France, où les étrangères de la D1 seront probablement les meilleures ennemies des Bleues...


                                        Propos recueillis par Sandrine Dusang
                                        Crédit photos : Stéphane Guiochon/olweb.fr/DamienLG, MHSC


                                        http://www.footdelles.com/article/Ac...s-_154430.html
                                        Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                        Commentaire


                                        • #D1F - J12 : Ada HEGERBERG en tête des buteuses à la trêve

                                          La Norvégienne a su garder un avantage conséquent à l'issue de la 12e journée avec 18 unités, 6 de plus que Katoto et 7 que sa partenaire Le Sommer.



                                          LE CLASSEMENT


                                          Ada Hegerberg (Lyon) 18

                                          Marie Antoinette Katoto (PSG) 12

                                          Eugénie Le Sommer (Lyon) 11

                                          Stina Blackstenius (Montpellier) 10

                                          Gaëtane Thiney (Paris FC) 9

                                          Marie-Laure Delie (PSG) 8

                                          Valérie Gauvin (Montpellier) 7

                                          Ouleymata Sarr (Lille) 6

                                          Camille Abily (Lyon) 5
                                          Kimberley Cazeau (Albi) 5
                                          Jana Coryn (Lille) 5
                                          Clarisse Le Bihan (Montpellier) 5

                                          Kheira Hamraoui (Lyon) 4
                                          Sofia Jakobsson (Montpellier) 4
                                          Marie-Charlotte Léger (Montpellier) 4
                                          Dzsenifer Marozsán (Lyon) 4

                                          Viviane Asseyi (Marseille) 3
                                          Mathilde Bourdieu (Paris FC) 3
                                          Laura Bourgouin (Soyaux) 3
                                          Camille Catala (Paris FC) 3
                                          Janice Cayman (Montpellier) 3
                                          Kadidiatou Diani (PSG) 3
                                          Saki Kumagai (Lyon) 3
                                          Flavie Lemaître (Rodez) 3
                                          Ana Caroline Martins Rodrigues (Bordeaux) 3
                                          Irene Paredes Hernandez (PSG) 3
                                          Wendie Renard (Lyon) 3
                                          Siga Tandia (Soyaux) 3
                                          Virginia Torrecilla Reyes (Montpellier) 3

                                          Marie Yasmine Alidou D Anjou (Marseille) 2
                                          Solène Barbance (Bordeaux) 2
                                          Lucia Bronze (Lyon) 2
                                          Cindy Caputo (Marseille) 2
                                          Charlotte Fernandes (Fleury) 2
                                          Juliane Gathrat (Bordeaux) 2
                                          Inès Jaurena (Paris FC) 2
                                          Léa Le Garrec (Guingamp) 2
                                          Julie Machart-Rabanne (Fleury) 2
                                          Clara Matéo (Paris FC) 2
                                          Ugochi Desire Oparanozie (Guingamp) 2
                                          Ami Otaki (Paris FC) 2
                                          Julie Peruzzetto (Rodez) 2
                                          Faustine Robert (Guingamp) 2
                                          Sandie Toletti (Montpellier) 2
                                          Katrine Veje (Montpellier) 2

                                          Laura Agard (Montpellier) 1
                                          Salma Amani (Fleury) 1
                                          Coralie Austry (Rodez) 1
                                          Pamela Babinga (Soyaux) 1
                                          Emma Berglund (PSG) 1
                                          Delphine Cascarino (Lyon) 1
                                          Anna Clerac (Soyaux) 1
                                          Daphne Corboz (Fleury) 1
                                          Erika Cristiano dos Santos (PSG) 1
                                          Shirley Cruz Traña (PSG) 1
                                          Gwendoline Djebbar (Soyaux) 1
                                          Anaïs Dumont (Soyaux) 1
                                          Danaé Dunord (Fleury) 1
                                          Fanndís Friðriksdóttir (Marseille) 1
                                          Kelly Gadea (Marseille) 1
                                          Jennifer Hermoso Fuentes (PSG) 1
                                          Sophie Istillart (Bordeaux) 1
                                          Ghoutia Karchouni (Bordeaux) 1
                                          Anissa Lahmari (Paris FC) 1
                                          Maëlle Lakrar (Marseille) 1
                                          Andréa Lardez (Bordeaux) 1
                                          Emelyne Laurent (Lyon) 1
                                          Gloria Mabomba (Rodez) 1
                                          Amel Majri (Lyon) 1
                                          Griedge Mbock Bathy Nka (Lyon) 1
                                          Clara Noiran (Rodez) 1
                                          Sarah Palacin (Fleury) 1
                                          Eve Perisset (PSG) 1
                                          Manon Rouzies (Albi) 1
                                          Laurie Saulnier (Albi) 1
                                          Océane Saunier (Rodez) 1
                                          Manon Uffren (Montpellier) 1
                                          Shanice van de Sanden (Lyon) 1

                                          https://www.footofeminin.fr/D1F-J12-...ve_a14316.html
                                          Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                          Commentaire


                                          • #D1F - J12 : Jennifer HERMOSO maintient le cap chez les passeuses

                                            L'Espagnole du PSG compte 8 passes décisives après 12 journées devant un trio de Lyonnaises à six unités.




                                            Jennifer Hermoso Fuentes (PSG) 8

                                            Camille Abily (Lyon) 6
                                            Eugénie Le Sommer (Lyon) 6
                                            Amel Majri (Lyon) 6

                                            Stina Blackstenius (Montpellier) 5
                                            Gaëtane Thiney (Paris FC) 5

                                            Viviane Asseyi (Marseille) 4
                                            Sofia Jakobsson (Montpellier) 4
                                            Sakina Karchaoui (Montpellier) 4
                                            Dzsenifer Marozsán (Lyon) 4
                                            Julie Peruzzetto (Rodez) 4
                                            Shanice van de Sanden (Lyon) 4

                                            Oumy Stéphanie Bayo (Albi) 3
                                            Lucia Bronze (Lyon) 3
                                            Cindy Caputo (Marseille) 3
                                            Janice Cayman (Montpellier) 3
                                            Kadidiatou Diani (PSG) 3
                                            Valérie Gauvin (Montpellier) 3
                                            Ada Hegerberg (Lyon) 3
                                            Elodie Thomis (Lyon) 3
                                            Sandie Toletti (Montpellier) 3
                                            Virginia Torrecilla Reyes (Montpellier) 3
                                            Katrine Veje (Montpellier) 3

                                            Nadjma Ali Nadjim (Bordeaux) 2
                                            Salma Amani (Fleury) 2
                                            Charlotte Bilbault (Paris FC) 2
                                            Laure Boulleau (PSG) 2
                                            Laura Bourgouin (Soyaux) 2
                                            Laurie Cance (Rodez) 2
                                            Erika Cristiano dos Santos (PSG) 2
                                            Saki Kumagai (Lyon) 2
                                            Rose Lavaud (Bordeaux) 2
                                            Ashley Lawrence (PSG) 2
                                            Ana Caroline Martins Rodrigues (Bordeaux) 2
                                            Irene Paredes Hernandez (PSG) 2

                                            Pamela Babinga (Soyaux) 1
                                            Myriam Benlazar (Albi) 1
                                            Emma Berglund (PSG) 1
                                            Allison Blais (Soyaux) 1
                                            Jennifer Bouchenna (Lille) 1
                                            Annaig Butel (Paris FC) 1
                                            Céline Chatelain (Fleury) 1
                                            Delphine Chatelin (Bordeaux) 1
                                            Anna Clerac (Soyaux) 1
                                            Océane Closset (Albi) 1
                                            Elise Courel (Soyaux) 1
                                            Maud Coutereels (Lille) 1
                                            Shirley Cruz Traña (PSG) 1
                                            Marine Dafeur (Lille) 1
                                            Elisa De Almeida (Paris FC) 1
                                            Léa Declercq (Paris FC) 1
                                            Marie-Laure Delie (PSG) 1
                                            Justine Deschamps (Soyaux) 1
                                            Louise Fleury (Guingamp) 1
                                            Onema Grace Geyoro (PSG) 1
                                            Théa Greboval (Paris FC) 1
                                            Kheira Hamraoui (Lyon) 1
                                            Inès Jaurena (Paris FC) 1
                                            Caroline La Villa (Lille) 1
                                            Anissa Lahmari (Paris FC) 1
                                            Clarisse Le Bihan (Montpellier) 1
                                            Léa Le Garrec (Guingamp) 1
                                            Marie-Charlotte Léger (Montpellier) 1
                                            Julie Machart-Rabanne (Fleury) 1
                                            Clara Matéo (Paris FC) 1
                                            Claudine Falonne Meffometou Tcheno (Guingamp) 1
                                            Ugochi Desire Oparanozie (Guingamp) 1
                                            Julie Pasquereau (Lille) 1
                                            Eve Perisset (PSG) 1
                                            Faustine Robert (Guingamp) 1
                                            Arielle Roy-Petitclerc (Albi) 1
                                            Amandine Soulard (Marseille) 1
                                            Julie Soyer (Paris FC) 1
                                            Julie Thibaud (Bordeaux) 1
                                            Manon Uffren (Montpellier) 1
                                            Elba Vergés Prats (Soyaux) 1

                                            https://www.footofeminin.fr/D1F-J12-...es_a14317.html
                                            Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                            Commentaire


                                            • #D1F - Top 10 des buts de la phase aller du championnat

                                              A l'issue de la phase aller du championnat, découvrez les 10 plus beaux buts inscrits lors de ce début de saison 2017-2018 proposés par FFF TV




                                              Vendredi 29 Décembre 2017
                                              Sebastien Duret

                                              https://www.footofeminin.fr/D1F-Top-...at_a14318.html
                                              Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                              Commentaire


                                              • #D1F - Le PSG et Laura GEORGES se séparent d'un commun accord

                                                Le Paris Saint Germain et l’internationale française ont résilié le contrat qui les liait jusqu’en 2019 a annoncé le club parisien dans un communiqué ce samedi soir. Laura était venue ce vendredi une dernière fois au centre d’entraînement de Bougival.


                                                photo PSG


                                                Âgée de 33 ans, la native du Chesnay (Yvelines) évoluait depuis 2013 au Paris Saint-Germain, le club où elle avait effectué ses tout premiers pas dans le football de 1996 à 2004, et qu’elle avait décidé de retrouver après des expériences à Boston College et à l’Olympique Lyonnais.

                                                Ces quatre dernières saisons, Laura Georges aura été une actrice majeure de l’équipe féminine des Rouge et Bleu, participant notamment aux deux parcours qui mèneront les Parisiennes en finale de la Ligue des champions, en 2015 et en 2017.

                                                Devenue en mars 2017 secrétaire générale de la FFF et alors que la France accueillera la prochaine Coupe du monde féminine, en 2019, Laura Georges affiche 185 sélections (7 buts) sous le maillot des Bleues. La défenseure est notamment la seule joueuse à avoir pris part à la totalité des rencontres disputées par l’équipe de France en phases finales de Coupe du monde, soit 14 matches entre 2003 et 2015.

                                                Le club parisien a remercié dans son communiqué Laura pour son investissement au cours des quatre dernières années et lui souhaite le meilleur dans les nouveaux challenges qui l’attendent désormais.

                                                Deux matchs en D1 nationale, deux en D1 de District et quatre en Bleue

                                                Après avoir disputé deux matchs en D1 cette saison, lors de la 1re journée en entrant à la 70e minute, voyant son équipe concédée le nul (1-1) en fin de match, puis à l'occasion de la 5e journée, le 8 octobre avec une victoire 1-0 contre Albi, c'est avec l'équipe réserve que Laura Georges a disputé deux autres rencontres.
                                                Le 14 octobre à Guyancourt pour une victoire 8-0 en 1re division de District des Yvelines, puis le 4 novembre lors d'un succès 28-0 contre le FC Saint-Denis au premier tour de Coupe de la Ligue Paris Ile de France.

                                                En sélection, elle aura été titulaire à quatre reprises depuis la rentrée. En septembre face à l'Espagne et le Chili, puis en octobre face à l'Espagne. Enfin son dernier match reste face à l'Allemagne (0-4), le 24 novembre, où elle fût sortie à la mi-temps par Corinne Diacre

                                                Laura Georges vers le Bayern

                                                Ce jeudi, selon les informations de RMC Sport, la défenseure centrale internationale du PSG Laura Georges (33 ans) devrait être prêtée au FC Bayern Munich. Actuel 2e de la Fraeun Bundesliga derrière le VfL Wolfsbourg, le club a été éliminé par Chelsea LFC en 16e de finale de la Ligue des Champions cette saison.

                                                Dimanche 7 Janvier 2018
                                                Sebastien Duret

                                                https://www.footofeminin.fr/D1F-Le-P...rd_a14325.html
                                                Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                                Commentaire


                                                • #D1F - Le point avant la reprise : Lyon tranquille, Guingamp et Marseille dans le dur

                                                  Ce week-end se déroule la 13e journée du championnat de première division. Une nouvelle fois, alors que tous les matches de la phase aller n'ont pu se tenir, le suspense devrait venir du bas de tableau puisque Lyon a déjà fait le trou dans la course au titre et réalisé le carton plein. La course au maintien sera en revanche animée avec la moitié des équipes plus ou moins concernées, et le Paris Saint-Germain et Montpellier devraient une nouvelle fois se disputer le deuxième billet pour la prochaine Ligue des champions. Bilan de la première phase, et enjeux de la seconde club par club.


                                                  Les Lyonnaises caracolent en tête

                                                  À Lyon, changement d'entraîneur, mais pas de cap

                                                  Second à la trêve la saison passée avant de remporter son onzième titre consécutif de champion de France, l'Olympique lyonnais a fait le plein cette année et peut viser une nouvelle saison record. Avec cinq points d'avance sur le PSG, son premier poursuivant battu lors de la dernière journée de la phase aller, difficile d'imaginer Lyon laisser le titre lui échapper. Les arrivées estivales et hivernales doivent, et vont offrir à Reynald Pedros, remplaçant de Gérard Prêcheur, un casse-tête lors des compositions d'équipes, avec un effectif probablement plus fort que jamais.

                                                  À Paris, objectif Ligue des champions
                                                  En débutant sa saison par un match nul face à Soyaux, le PSG avait déjà utilisé son joker, et sa défaite face à Lyon en fin d'année 2017 a rendu la tâche quasiment impossible. Le club de la capitale, qui dégraisse cet hiver en attendant de recruter une ou deux grosses pointures, a pour objectif premier la qualification en Ligue des champions, et livrera un duel attendu et désormais habituel avec Montpellier, battu lors de la phase aller, et cherchera également à remporter la Coupe de France. Un titre qui passera par le Paris Football Club, le tirage n'ayant pas attendu pour proposer un énième derby francilien.

                                                  À Montpellier, continuer l'aventure européenne


                                                  Jakobsson a fait un retour remarqué avec Montpellier


                                                  Si le PSG aura du mal à concurrencer l'OL dans la course au titre, il en va de même pour Montpellier, battu par ses deux concurrents. En parallèle de chercher à continuer son parcours européen -avec un parcours du combattant qui l'attend pour aller jusqu'au titre-, le club héraultais voudra naturellement décrocher une seconde qualification consécutive pour la compétition européenne. Avec le retour de Sofia Jakobsson qui monte en puissance et une Stina Blackstenius désormais installée, le club a les atouts et l'effectif pour jouer sur tous les tableaux.

                                                  Au PFC, retrouver sa place dans le top 4
                                                  Juvisy avait terminé sa « carrière » par une cinquième place, le Paris Football Club veut retrouver le top 4. Si le report de plusieurs matches empêche une lecture définitive du classement, le PFC est pour l'instant pris entre deux eaux. Trop loin du trio de tête, l'équipe francilienne a fait le trou avec Bordeaux, cinquième. Pour l'équipe, qui dispose de nombreux jeunes éléments prometteurs, il s'agit plutôt d'une année de transition qui doit permettre notamment à ses jeunes talents de prendre de l'expérience. Pour jouer un coup en Coupe de France, il faudra mettre fin à une série qui lui est fortement défavorable face au PSG à la fin du mois.

                                                  À Bordeaux, afficher ses ambitions
                                                  Après avoir frôlé la relégation pour sa première année dans l'élite, Bordeaux a recruté judicieusement (été comme hiver) et gardé son état d'esprit conquérant pour aller de l'avant. Parmi les clubs ayant un match en retard à disputer, le club a réalisé une début de saison solide et s'est installé en première partie de classement. Confirmer sa cinquième place actuelle serait synonyme de saison réussie, et de pas supplémentaire fait par un club qui veut s'inviter dans le gratin de l'élite. Les arrivées de Lindsey Thomas et Mylaine Tarrieu (si placée en attaque) pourraient permettre au club de se montrer plus incisif en attaque, secteur handicapé par la blessure de Carol Rodrigues. Si la zone de relégation n'est qu'à cinq points, le club girondin regarde devant lui.


                                                  Bordeaux et Paris FC

                                                  À Soyaux, garder le cap

                                                  En accrochant le PSG dès la première journée, puis en enchaînant trois victoires et un nouveau match nul, le club charentais avait bien débuté la saison, avant de terminer l'année difficilement. L'équipe dirigée par Sébastien Joseph depuis cet été devra avoir rechargé les batteries pour aller chercher une place d'honneur. Pas concerné par la qualification en Ligue des champions, le club pourra toutefois jouer la cinquième place, qu'il n'a jamais atteinte depuis son retour dans l'élite en 2013, et cherchera à éviter de se mêler à la lutte pour le maintien, à quatre points. Comme Bordeaux, un peu plus de tranchant offensif sera le bienvenu dans cette « bataille » ouverte.

                                                  À Lille, poser les bases pour le futur
                                                  Septième avant la 13e journée, le club nordiste (qui dispose d'un match en retard à disputer) a plutôt réussi ses débuts dans l'élite. Mais il lui faudra faire attention car le premier relégable, Fleury, n'est qu'à deux points... Il lui faudra savoir engranger des points, et avec désormais comme seule compétition à disputer le championnat, tous les efforts seront concentrés sur la D1, et la volonté de rester dans l'élite pour construire sur le long terme. L'expérience de certaines joueuses, à commencer par les internationales belges, ou des jeunes talents comme Ouleye Sarr, arrivée à l'intersaison et meilleure buteuse du club, Lille va devoir garder le cap sur l'intégralité de la saison.

                                                  À Albi, éviter des sueurs froides
                                                  La plus mauvaise attaque de D1 (sept buts marqués) est dans la même situation que Lille, avec 11 points au compteur et un match en retard à disputer. Après une saison compliquée mais relancée par sa victoire sur tapis face au PSG, le club tarnais aimerait bien éviter de se mêler à la lutte pour le maintien. Avec pour débuter l'année trois rencontres abordables, Albi ne devra pas hésiter à engranger des points, et pour cela, il faudra marquer. Avec cinq buts, Kim Cazeau est la meilleure buteuse du club, et il lui faudra continuer sur sa lancée pour faire monter Albi au classement, à moins que du renfort n'arrive d'ici à la fin du mois.

                                                  À Rodez, éviter la relégation
                                                  Le départ de Sébastien Joseph et de plusieurs joueuses, ainsi que plusieurs blessures, n'ont pas rendu la tâche facile au club qui avait terminé cinquième du championnat en 2016. À quelques jours de la reprise, le club ne compte qu'un point d'avance sur la zone rouge et devrait donc faire partie des clubs à se battre pour le maintien jusqu'à la fin de la saison, à moins de parvenir à se mettre rapidement hors de portée, en remportant par exemple son premier match face à Guingamp ce week-end. L'expérience et les buts de Julie Peruzzetto et Flavie Lemaître seront importants pour l'équipe.

                                                  À Fleury, continuer l'apprentissage


                                                  Fleury monte en puissance


                                                  Promu dans l'élite en début de saison, Fleury a réalisé un recrutement ambitieux, avec notamment des joueuses rodées à la D1. Les débuts ont été compliqués, et le club a concédé plusieurs courtes défaites, dont deux infligées dans le temps additionnel, avant de remporter sa première victoire face à l'OM. Les recrues -parfois tardives- et retours au terrain ont retardé quelque peu l'éclosion du groupe, qui a terminé 2017 avec deux nouvelles victoires. Premier non-relégable à égalité de points avec Guingamp, avec Claire Lavogez en renfort, le club francilien a réussi à se montrer accrocheur et espère continuer sur sa lancée de la fin d'année 2017, avec un effectif compétitif et de l'ambition.

                                                  À Guingamp, retrouver de l'allant
                                                  Du côté de la Bretagne, le début de saison a été compliqué, et l'équipe a eu bien du mal à trouver le chemin des filets adverses, avec la plus mauvaise attaque (ex-aequo) du championnat après douze rencontres, accompagné d'un statut de premier relégable. Le départ de Salma Amani ne peut pas être la seule raison à ce début d'exercice délicat, et Sarah M'Barek doit attendre plus de ses leaders, à commencer par la buteuse Desire Oparanozie, bien loin de ses standards depuis son arrivée en Bretagne. Corinne Diacre a permis à plusieurs joueuses de découvrir le groupe France, et l'expérience accumulée avec les Bleues devra aider le groupe à relever la tête. Une première victoire face à Rodez ce week-end sera importante, car le calendrier verra ensuite le club affronter ses adversaires dans un ordre proche du classement actuel, à l'exception de l'OL déjà rencontré à deux reprises.

                                                  À l'OM, pour éviter la chute


                                                  L'OM à la peine n'a pas dit son dernier mot


                                                  De nombreux départs, un recrutement discuté, et un groupe qui n'a pas réussi à surfer sur la vague de sa saison passée. Promu et quatrième en 2017, le club n'est pas parvenu à enchaîner, et s'il avait mis plusieurs journées avant de lancer sa saison en 2016, il a cette fois multiplié les contre-performances jusqu'à trouver l'ouverture pour son dernier match de l'année, face au PFC. Une première victoire précieuse qui lui permet de ne pas être détaché avant la dernière partie de la saison, et obtenue face au même adversaire qui lui avait permis de lancer son aventure historique il y un an à peine. Il va falloir enchaîner, et pour l'instant, le club ne s'est pas montré actif du côté du recrutement, si ce n'est le retour aux affaires de Sandrine Brétigny, qui devrait jouer un rôle important sur et en dehors du terrain, au sein d'un club qui a souvent eu du mal à proposer un effort constant au sein d'un même match.

                                                  Il y aura du suspense
                                                  Lyon a déjà pris une option sérieuse pour le titre, mais cela ne signifie pas que la deuxième partie de saison manquera de suspens. Il y aura dans un premier temps le duel entre Montpellier et le Paris Saint-Germain, qui veulent disputer la prochaine Ligue des champions, des ambitions personnelles pour accéder à des places d'honneur pour plusieurs clubs, mais surtout, et comme souvent ces dernières années, une course au maintien qui s'annonce disputée. Mathématiquement, tous les clubs classés entre la cinquième (Bordeaux) et la dernière place (Marseille) sont concernés, puisque seulement cinq points séparent les Girondines du premier relégable guingampais.
                                                  Parmi ces huit clubs, quatre ont un match en retard à disputer, et cela pourrait déjà avoir des conséquences sur le classement. Il est impossible de connaître aujourd'hui l'identité des deux clubs qui rejoindront la D2 la saison prochaine. Les deux relégables disposent de joueuses de grande expérience, qui pourront aider leur équipe à sortir de la zone rouge. Les promus ont montré de belles choses, affiché leurs ambitions et leur volonté de s'inscrire dans l'élite sur le long terme. Albi et Rodez sont deux clubs qui font partie du paysage de la D1, et Bordeaux et Soyaux, qui ont un peu d'avance au classement, comptent bien regarder devant et pas dans le rétroviseur...

                                                  Charlotte Vincelot
                                                  Photos : footofeminin/CHR$



                                                  Vendredi 12 Janvier 2018
                                                  Charlotte Vincelot

                                                  https://www.footofeminin.fr/D1F-Le-p...ur_a14331.html
                                                  Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                                  Commentaire


                                                  • #D1F - J13 : Le PSG se déjoue de LILLE, MONTPELLIER qui gagne mais BRÉTIGNY impressionne

                                                    Toujours à la lutte derrière Lyon et loin devant le Paris FC, le PSG et Montpellier confortent leurs places de 2e et 3e pour ce début d'année 2018 en s'imposant respectivement 3-1 et 3-2.


                                                    Hermoso a ouvert la marque face au LOSC (photo LOSC)


                                                    Six jours après la victoire parisienne en Coupe de France, le PSG a de nouveau battu le LOSC mais cette fois-ci à l'extérieur devant un Stadium où plus de 2 000 spectateurs avaient pris place.
                                                    Les Lilloises jouaient sans complexe et l'ex-Parisienne Sarr tentait une première frappe qui fuyait le cadre (3e). Bultel allait aussi prendre sa chance mais sur une tentative de lob (15e). Ces vélléités étaient refroidies par la sortie sur blessure prématurée de Pasquereau, touchée à la cheville droite et de l'ouverture du score de l'Espagnole Hermoso (0-1, 23'). Un avantage conservé jusqu'à la pause même si Endler devait sortir une parade décisive face à Sarr (40e).
                                                    La récompense lilloise survenait à la reprise avec un coup franc de Bultel et Lernon à la finition de la tête (1-1, 51') dans une défense parisienne privée de Berglund, absente plusieurs mois en raison de sa blessure aux ligaments. Cependant le PSG refroidissait à nouveau les ardeurs locales par Delie (1-2, 59') et assurait la victoire au bout des arrêts de jeu par Boquete, l'autre Espagnole, d'une frappe en pleine lucarne (1-3, 90+5') !

                                                    Lille - PSG : 1-3 (0-1)
                                                    Villeneuve d'Ascq (Stadium) - 2 262 spectateurs
                                                    Arbitre : Solenne Bartnik

                                                    0-1 Jennifer HERMOSO 23' (Frappe à bout portant)
                                                    1-1 Jessica LERNON 51' (Coup franc de Bultel repris de la tête par Lernon)
                                                    1-2 Marie-Laure DELIE 59'
                                                    1-3 Veronique BOQUETE 90+5'


                                                    Avertissement : Diani 75'
                                                    Lille : Launay ; Lernon, Chapeh, Coutereels (cap.), Dafeur ; Saïdi, Pasquereau (Mansuy 14', Dolignon 70'), Demeyere, Bultel, Coryn, Sarr (Boucly 82')
                                                    Banc : Azem, Paprzycki, Dolignon, Mansuy, Boucly
                                                    PSG : Endler ; Périsset, Paredes, Geyoro, Boulleau (Lawrence 54') ; Hermoso, Formiga (cap.), Diallo, Diani, Delie (Baltimore 82'), Katoto (Boquete 74')
                                                    Banc : Voll, Erika, Baltimore, Lawrence, Boquete


                                                    Montpellier gagne mais perd Toletti, l'OM retrouve la buteuse Brétigny


                                                    Brétigny s'offre un doublé (photo footofeminin)


                                                    Revigorées par la victoire face au Paris FC avant la trêve et rassurées après la qualification aisée en Coupe de France devant Caen (6-0), les Marseillaises se déplaçaient chez l'Européen Montpellier, qui avait profité de sa semaine pour disputer une rencontre amicale face à Twente (4-1, buts de Gauvin x2, Jakobsson et Muller).
                                                    Dans le domaine offensif, Montpellier a frappé rapidement dans cette rencontre. Malgré la présence dans les duels de l'OM, Montpellier en profitait sur un coup franc exécuté par Toletti pour marquer d'un coup franc de tête de Sembrant à 11 m (1-0, 3'). Un premier but sur coup de pied arrêté suivi d'un second, sur penalty cette fois-ci, avec un main de Laplacette sifflée et Cayman à la réalisation (2-0, 25'). L'OM ne se laissait pas abattre mais la volonté ne suffisait pas, Gauvin reprenait un centre de Le Bihan pour enfoncer le clou (3-0, 66').
                                                    A 3-0, Montpellier allait montrer quelques défaillances. Un relâchement dont l'origine pourrait être multiple. Car outre cet avantage au score, un coup dur venait d'avoir lieu avec la sortie sur la civière de Toletti, qui a ressenti une violente douleur à la jambe gauche (57e). En face, l'OM dégainait son joker. Brétigny a rechaussé les crampons et après un but et une passe décisive contre Caen en Coupe de France, elle s'est offert un doublé en vingt minutes ! Brétigny est à l'affût devant un ballon relâché par Gérard pour le placer d'une volée en lucarne (3-1, 78'), puis dans les dernières secondes, elle plaçait une reprise de la tête sur un centre de Fridriksdottir (3-2, 90+5'). Trop tard pour revenir mais suffisant pour retrouver la confiance en ce début d'année 2018. Montpellier est bien là en haut de tableau, mais l'OM n'a pas dit son dernier mot en bas de classement.

                                                    Montpellier - Marseille : 3-2 (2-0)
                                                    Montpellier (Stade Bernard Gasset 7 - Terrain Mama Ouattara) - 181 spectateurs
                                                    Arbitre : Victoria Beyer

                                                    1-0 Linda SEMBRANT 3' (Coup franc de Toletti côté droit à 30 m pour la reprise de la tête de Sembrant à 6 m)
                                                    2-0 Janice CAYMAN 25' s.p. (Main de Laplacette dans la surface. Penalty frappé du droit à ras de terre par Cayman sur la droite de Richard)
                                                    3-0 Valérie GAUVIN 66' (Centre à ras de terre de Le Bihan entrée côté gauche de la surface pour la reprise du plat du pied droit de Gauvin à 8 m au second poteau)
                                                    3-1 Sandrine BRETIGNY 78' (Centre venu de la gauche, Gérard plonge au point de penalty mais le ballon lui est disputé par Cardia et relâché, Brétigny à l'affût reprend de volée du droit à 11 m et place le ballon dans la lucarne gauche)
                                                    3-2 Sandrine BRETIGNY 90+5' (Centre de Fridriksdottir repris de la tête par Brétigny)

                                                    Avertissements : Toletti 34' ; Laplacette 24'
                                                    Montpellier : Gérard ; Torrent, Dekker, Sembrant (cap.), Karchaoui ; Veje (Romanelli 80'), Torrecilla, Toletti (Le Bihan 58'), Cayman ; Gauvin (Blackstenius 69'), Jakobsson
                                                    Banc : Joly, Romanelli, Blackstenius, Léger, Le Bihan
                                                    Marseille : Richard ; Laplacette (Cardia 46'), Pizzala (cap.), M'Bassidje, Lakrar ; Alidou (Bretigny 73'), Gadea, Soulard ; Caputo (Dali-Storti 55'), Fridriksdottir ; Asseyi
                                                    Banc : Saint-Léger, Antoine, Cardia, Dali-Storti, Bretigny

                                                    Dimanche 14 Janvier 2018
                                                    Sebastien Duret

                                                    https://www.footofeminin.fr/D1F-J13-...ne_a14341.html
                                                    Sierra Hotel India Echo Lima Delta

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X