Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Débats politiques 2.0

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    Merci pour la réponse, et je vais jeter un oeil à l'article après ma sieste post-foot ! Ca faisait longtemps que je n'étais pas allé sur Cairn...

    Pour le clivage Paris / "province", disons que c'est un peu le clivage habituel en fait, peut-être pas lié qu'aux profs. Ca m'avait juste marré de voir les mecs vivre dans des milieux quand même très aisés et parler comme s'ils étaient en REP+. J'ai aussi trouvé assez peu de camaraderie disons, et d'entraide entre profs. Ca, plus les discours comme : "ma belle-mère était soignée en province d'un cancer, ils lui ont donné du paracétamol et elle est morte". J'avais aussi eu le droit à "Lyon est une ville avec bien trop de bagnoles", sachant que le gonze ne connaissait pas encore les quais du Rhône piétonnisés... et surtout qu'il vit à Paris.

    Je suis parfaitement d'accord avec la suite. Rural à proprement parler mais j'ai fait disons établissement genre à 30km de Lyon, donc pas énorme cambrousse non plus, et ce n'est pas le même monde : c'est très familial, posé, et reposant. Je parle du côté collège, mais même au lycée je pense que ça doit être similaire.
    En REP, il y a tellement de difficultés qu'on trouve généralement beaucoup de soutien dans les équipes. Après, suivant si la direction est bien ou non, tu peux avoir de gros conflits car s'il n'y a pas une ligne commune ça peut être vraiment horrible en conditions de travail.
    Petite ville je ne connais pas, et CSP+ c'est assez particulier, mais je me rappelle néanmoins d'un excellent accueil dans un établissement plutôt huppé. Plutôt côté parents où c'était un peu bizarre.

    Alors les EIP, je n'en ai jamais eu. Par contre j'ai eu déjà 2 fois, dans mes souvenirs, des parents qui justifiaient le comportement exécrable de leur enfant par une soi-disant précocité... que les tests n'avaient pas confirmée. Et j'ai déjà eu un chef d'établissement - l'ancien croque-mort - qui s'était placé en faveur des gamins ce qui m'avait mis en position difficile, puisqu'ils contestaient mon autorité en disant "C'est trop facile", tout en ne faisant pas le travail demandé et en ne réussissant pas les activités plus exigeantes que j'avais essayé de leur proposer pour jouer leur jeu.

    Sinon, même si ce n'est pas exactement le sujet, je ne pratique pas la différenciation mais j'essaie de faire des plans de classe qui mettent en lien des élèves à niveau varié. Ca demande de les connaître un minimum, mais les forts caractères et bons scolairement, je vais les mettre à côté d'un relou pour le canaliser, et en général ça tourne assez bien comme ça. Après j'anticipe toujours la possibilité de faire plus pour les élèves qui sont très à l'aise, mais plus dans une logique de trouver des défis aux meilleurs ayant réussi plutôt que d'adapter vraiment systématiquement mes exigences aux élèves.

    Je n'ai pas eu de sensibilisation sur les EIP dans ma formation, puisque je n'ai pas de formation :grn: Et non, ça n'a jamais été évoqué, mais je n'ai jamais été confronté à ce profil. J'ai déjà eu des élèves brillants à 18/19 de moyenne générale au lycée par exemple, mais qui n'étaient pas du tout en rupture scolaire donc cette approche de défi fonctionnait. A noter aussi que c'était régulièrement des enfants de prof, très à l'aise dans le cadre scolaire et le groupe classe.
    J'adore le personnage du chef d'établissement ancien croque-mort. Y a une histoire à écrire ou à dessiner.

    Pour ce que j'ai vu du rural profond dans un département extrêmement pauvre, le corps enseignant ne bouge pas. Personne ne veut venir et ceux qui sont présents sont tous du coin ou des fous. Ca fait que dans un collège, tu peux faire toute ta scolarité avec le même prof de français. Pour un peu qu'il ne soit pas brillant, ce sont des générations de mômes qui sont nuls. J'avais une amie qui bossait dans un établissement paumé au fin fond du Morvan, c'était complètement fou. Elle crêchait dans une annexe où on lui avait dit, très sérieusement, qu'il y avait des fantômes ! Elle flippait grave. Certains mômes se pointaient en tracteur, faisaient la bise à la prof de sport parce que c'était tata. Elle a tenu 2 ans. J'adorais ses histoires ;-)
    Dans le lycée de la grand'ville du coin, tu voyais débarquer ces mômes en seconde, ils étaient paumés, presque condamnés à se planter. Cette fatalité était vraiment terrible à contrer. Malgré toutes les aides, toute la bienveillance, 1 sur 10 réussissait son année. Et ça ne se passait pas dans les années 80. C'était il y a 4 ans et ça se déroule encore.

    Les histoires dans le collège rep+ étaient moins drôles. Le principal était obligé d'accompagner les élèves à la sortie pour tenter de prévenir les agressions. Mais ça ne suffisait pas tout le temps. L'équipe éducative était ultra soudée et très agréable mais ils morflaient. Il n'y avait que la prof d'allemand qui s'en sortait. Je ne sais pas pourquoi. Elle n'avait rien du panzer. Ces cours étaient détendus avec une pédagogie très libre. Du coup, il y avait plus de mômes inscrits en allemand qu'en anglais. Mais avec le haut niveau de violence qu'il y avait, tu comprends pourquoi les parents qui peuvent scolarisent leurs enfants ailleurs. Le lycée fait office d'écrémage. C'est une caricature mais la violence se retrouvait au lycée pro alors que les lycées généraux récoltaient les gamins qui roulaient bien. Ce qui ne veut pas dire que la marche n'était pas haute pour eux. Et la bienveillance qu'ils avaient connu au collège, ils ne l'a retrouvait pas au lycée. Là pour le coup le corps enseignant était totalement aveugle à ce qui se passait aux alentours. Ils récupéraient des mômes qui avaient eu un enseignement partiel du fait de tous les problèmes de discipline et ils se plaignaient de la baisse constante du niveau des élèves par rapport à jadis. Mais ce n'est pas tant le niveau qui baisse que les conditions dans lesquelles les uns enseignent et les autres apprennent.

    Dans le lycée CSP+ c'est la même chose avec en plus le dédain pour les mômes qui rentrent pas dans le cadre. Il y a une sorte de mépris les uns envers les autres et vice versa qui tend l'atmosphère alors que toutes les conditions sont bonnes pour passer une scolarité agréable. C'est un vrai gâchis.

    Pour les EIP, je te posais la question car j'en parlais avec des potes prof, l'un dans le privé et l'autre dans le public. Le dernier disait la même chose que toi alors que l'autre expliquait que le privé a réagit depuis longtemps en proposant des classes spécialisées avec des enseignants formés. C'était pas toujours simple à gérer mais ça permettait à certains mômes en échec scolaire de reprendre pieds et surtout de mieux vivre leur différence. C'est quand même dommage de laisser ce champ au privé. Il faudrait peut-être revoir la notion d'égalité des mômes devant l'enseignement républicain. Sans parler des EIP, admettre que tous les mômes n'ont pas le même degré de maturité et qu'ils n'évoluent pas de façon similaire pourrait amener à constituer des groupes de niveau par matière. Je crois que c'est ce qui se fait en Angleterre mais je n'en suis pas certains.

    Commentaire


    • Envoyé par alain_suit_cris Voir le message

      Il y a aussi bcp de parents qui avouent ne pas pouvoir maitriser leur gamin. Ils ont laché eux-memes. Plus aucune autorité. J'avais lu un article interessant sur une difference sociale dans le rapport a l'autorite qui se traduisait par une meilleure reussite a l'ecole. D'un coté un autoritarisme patriarcal, du genre le gosse fait tout ce qu'il veut jusqu'a ce que le pere pete un cable, s'enerve et sanctionne d'un seul coup, avec des gosses qui ne supportent pas l'autorite, et sont toujours dans la recherche de tester la limite, de l'autre des regles posees a l'avance, dont on connait donc la consequence si on depasse, et une acceptation plus aisee de l'autorite. Mon fiston (tout petit) m'a sorti la meme chose l'autre jour: je lui demandais si c'etait dur d'obeir, ou qqchose comme ca, et il m'a repondu "bah non, il suffit de mettre des regles". La je me suis dit "mon fils!!!".
      Ce qui peut être troublant c'est quand tu éduques tes mômes selon les mêmes règles et que ça marche pour l'un et pas pour l'autre. La tu commences à tergiverser. J'ai admis une constante que j'aimerais partager avec ceux qui ont plusieurs gamins : le cadet fait vraiment chi.er. Est-ce que vous validez ?

      Commentaire


      • Je n'ai pas tout l'article, parce que c'est payant, mais le debut de l'article se suffit a lui meme, il est completement delirant

        C'est un article du magazine CHALLENGES

        François Bayrou mis en examen : un sommet en Absurdie!



        Challenges1 décembre 2019
        Il se pourrait fort qu’on atteigne cette semaine les sommets en Absurdie : les principaux dirigeants du Modem, à commencer par son président François Bayrou et Marielle de Sarnez, la numéro 2, ainsi que Sylvie Goulard, ex-ministre de la Défense, devraient être mis en examen le 6 décembre prochain si l’on en croit la rumeur des Palais de justice. Ainsi, après Michel Mercier, le trésorier du parti centriste et ex-garde des Sceaux, inculpé récemment de complicité de détournements de fonds publics, ce serait toute la direction d’une organisation qui, toujours et bien seul, a œuvré pour l’Europe, qui serait promise à procès dans cette affaire dite des assistants parlementaires poursuivis pour avoir travaillé au profit du mouvement, et non du parlement de Strasbourg.

        On mesure ainsi l’absurdité perverse de ces poursuites à l’heure ou une mise en examen passe pour une présomption de culpabilité : ceux qui ont consacré leurs forces, leur existence même, à une cause tenue par eux pour sacrée se voient suspectés de ne pas avoir respecté des règles qu’ils ont eux-mêmes établis. On comprend que cela puisse blesser, car si les élus de l’ex-Front national se trouvent eux-mêmes mis en examen, à commencer par Marine Le Pen, ceux là ont toujours combattu l’Europe et ses principes tout en profitant de ses largesses ad nauseam.

        Coup rude pour Bayrou

        Jusqu’à il y a peu, François Bayrou avait le plus grand mal à imaginer qu’il puisse être mis en examen par le parquet financier. Il ne s’en ouvrait guère. Pas de déclaration publique, même s’il aurait comme Jacques Chirac pu recourir au qualificatif d’ « acadabrantesque » face à ces poursuites qui revenaient d’abord à s’attaquer à des mouvements politiques, outre le sien, les Insoumis et l’ex-FN, dont la Constitution précise qu’ils concourent à l’exercice de la démocratie. Certes cela ne les encourage pas à enfreindre la loi. Mais il faut qu’ils survivent pour participer de l’exercice démocratique.
        Voila le niveau des merdias francais en 2020 (presque)
        J'ai du le relire pour voir si j'avais pas mal compris, mais non

        Ils ne se cachent meme plus d'etre ouvertement mafieux et infeodés aux eurofacistes.
        Et ils touchent des subventions de l'Etat, on est forcé par nos impots a leur donner de l'argent !
        "Hmmm oui mère..."

        Commentaire


        • Envoyé par Pr.Skinner Voir le message
          Je n'ai pas tout l'article, parce que c'est payant, mais le debut de l'article se suffit a lui meme, il est completement delirant

          C'est un article du magazine CHALLENGES



          Voila le niveau des merdias francais en 2020
          J'ai du le relire pour voir si j'avais pas mal compris, mais non

          Ils ne se cachent meme plus d'etre ouvertement mafieux et infeodés aux eurofacistes.
          Et ils touchent des subventions de l'Etat, on leur donne nos sous !
          J'ai cru que c'était un communiqué émanant directement du MODEM mais apparemment non...
          Donc grosso modo, le "journaliste" nous explique que la justice ne devrait pas poursuivre le MODEM pour détournement de fonds public parce qu'il a toujours défendu la construction européenne ?

          Commentaire


          • Envoyé par hunkle Voir le message

            Ce qui peut être troublant c'est quand tu éduques tes mômes selon les mêmes règles et que ça marche pour l'un et pas pour l'autre. La tu commences à tergiverser. J'ai admis une constante que j'aimerais partager avec ceux qui ont plusieurs gamins : le cadet fait vraiment chi.er. Est-ce que vous validez ?
            Oui. Mon opinion (qui vaut ce qu'elle vaut et n'est peut être pas du tout généralisable, je ne suis pas spécialiste), est que le cadet, quand l'écart d'âge est faible avec l'aîné et quand ils sont encore petits, est plus susceptible d'être frustré par tout ce que fait son aîné(e) et qu'il/elle aurait envie de faire, mais ne peut pas (activités, relations avec les autres, apprentissages etc etc). Ce qui peut se manifester par plus d'agressivité par exemple.

            Commentaire


            • Envoyé par Judgeman2 Voir le message

              J'ai cru que c'était un communiqué émanant directement du MODEM mais apparemment non...
              Donc grosso modo, le "journaliste" nous explique que la justice ne devrait pas poursuivre le MODEM pour détournement de fonds public parce qu'il a toujours défendu la construction européenne ?
              Apparement pour les journalistes de Challenges et le directeur de publication, la Justice ne devrait s'occuper que de ceux qui sont contre l'UE, et "l'exercice democratique" ne devrait s'exercer qu'entre partisans de l'UE. Bref, les collabos Eurofascistes devraient etre intouchables et les seuls a avoir le droit d'exercer le pouvoir (comme bon leur semble donc).


              N'oublions pas que dans cette affaire, on a toujours rien vu venir de la part de l'UE concernant le Modem !
              J'ai peut-etre loupé le coup, mais je n'ai entendu aucune declaration, aucune ouverture d'enquete, aucune poursuite de la part de l'UE, de la commission europeenne, de responsables europeens, alors que depuis 2014, 5 ans deja, un livre a clairement denoncé le systeme de detournement de fond du Modem !
              Cela dit, ca vient peut-etre d'un blackout de nos merdias ?
              Dernière modification par Pr.Skinner, 02/12/2019, 14h08.
              "Hmmm oui mère..."

              Commentaire


              • Al : Tu me fais toujours rire à parler des "merdias" pour... Challenge. Comme toujours avec toi, tu mélanges tout sous le même vocable, ce qui ne veut strictement rien dire. Est-ce que une chaîne de TV comme BFM ou un journal mensuel comme Le monde diplomatique ont quelque-chose à voir ? Est-ce qu'un mec comme Morandini et son site sont des médias dans le sens noble du terme ?
                Dire que Challenges et le journaliste en question sont des torchons / un abruti me convient très bien, mais alors ton truc de souligner à chaque fois ce qui déraille pour généraliser en ne cherchant inversement jamais à t'intéresser à ceux qui font leur boulot est ridicule.

                Upe : Merci, ça me fait ma catharsis ces échanges !

                Alain : L'IPR nous dit que ça ressemble beaucoup à ce qui s'appelait, je crois, le résumé-discussion du passé, puisque la contraction doit être suivi d'un essai. Je pensais l'exercice facile mais les premiers résultats sont très décevants...

                Ce que tu décris sur les parents sinon est très vrai : on a la caricature du père pas souvent absent et qui va donner des coups de ceinture au gamin. Ca donne un rapport à l'autorité très particulier puisque pour beaucoup, tu peux mettre X sanctions type travaux supplémentaires, heure de colle et autres, ça ne changera rien. Mais si tu appelles le papa, ils se décomposent. Tout le problème dans le relationnel avec ce genre d'élèves, c'est l'impossibilité du juste milieu. Si tu appelles, tu es directement détesté. Si tu n'appelles pas, tu dois attendre que ça monte un peu, et c'est ensuite difficile de rétablir une autorité et surtout un rapport de confiance.
                Inversement, ce que tu décris pour les autres enfants s'appliquait très bien aux élèves disons CSP+ : si tu commences à mettre des petites sanctions, ils savent que la suite risque d'être à leur désavantage et souvent se calment. Il y a aussi beaucoup moins de contestation.
                En passant, mes parents m'ont vraiment éduqué dans la seconde option, et on ressent d'ailleurs très peu la problématique de l'autorité étant enfant. J'ai toujours eu l'impression de faire quasiment ce que je voulais, alors que c'était totalement faux, mais je savais profiter de mes libertés ce qui m'évitait de les questionner.

                Dernier point, ceux qui me posent problème, c'est ceux pour qui ça se passe extrêmement mal à la maison et qui déraillent. Cette année on a une élève qui a insulté un prof, et entre temps on a appris que son père la fracassait à la maison. J'ai eu aussi le cas d'une élève que le père battait, qu'il avait tondue quand elle s'était fait virer car elle avait explosé dans mon cours - j'avais dû la mettre au sol -, et là, tu ne sais pas comment réagir.

                Hunkle : Très triste ce que tu décris du rural. Il faut croire que dans tous les domaines de la fonction publique, personne ne veut y aller apparemment. Peut-être qu'ils devraient mettre une majoration de points comme quand on enseigne en REP ?
                Pour le REP+, raccompagner des élèves j'ai dû le faire vendredi dernier jusqu'à ce que le bus passe...
                Pour les profs tout ne se comprend pas toujours sur le rapport à l'autorité, j'ai un collègue, vu sa façon de parler et de se comporter, je l'imaginais au début comme étant peu respecté et dans ses cours ça ne bouge pas, avec en prime un super relationnel avec les élèves.
                Sur la suite de ta description je suis d'accord, le constat est extrêmement juste. Et toute la difficulté, justement, c'est la dégradation des conditions de travail au collège, qui accentue l'écart de niveau attendu avec le lycée. Et notre position est celle d'un équilibriste, car on doit aussi nous occuper des bons élèves, et surtout préparer en post-bac. Si jamais on a la paix sociale en faisant tel ou tel anciennement, on peut aussi savoir qu'après, nos élèves ne réussiront pas. En gros, en processus de gavage ça marche à peu près, mais sur le travail autonome c'est plus compliqué. Ca peut leur suffire pour obtenir le bac, mais après, c'est un carnage...

                Et tout ça, bien sûr, on doit le faire en redéfinissant en entrée au lycée ce qu'on entend par travail, par cours, par quasiment tout ce qu'ils connaissent. Moi, j'ai des élèves qui jouaient aux cartes en français depuis 2 ans et à qui je dois apprendre le commentaire. Ils n'ont quasiment jamais lu de leur vie. C'est très compliqué de s'en sortir. Et toute la difficulté, c'est qu'à ça se rajoute la problématique soulevée par Alain : ils fonctionnent souvent par l'échec, et je continue ça après !
                Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                Commentaire


                • Pour finir donc, la difficulté c'est la différence entre collège et lycée : certains élèves on va dire se tenaient plutôt bien et passaient entre les mailles du filet mais n'ont jamais appris à travailler. Soit on se met à leur rythme et on les perd, soit on les met en difficulté. Mais pour l'instant, que ça soit en attaquant fort ou au contraire en étant très patient, j'ai du mal à obtenir des résultats.

                  Sur ce que tu dis sur les CSP+ c'est très souvent ça. On attend un élève bien dans le moule, en rejetant les différents.

                  Pour ce qui se fait dans le privé, bon, la différence, c'est que tu tries le public. Les groupes de niveau, l'énorme problème, c'est que c'est souvent des groupes aussi de comportement : ceux qui sont faibles sont à 80%, facile, les élèves les plus problématiques, et tu te retrouverais probablement à condamner scolairement les faibles mais au comportement exemplaire. Sur le même principe que les classes de niveau qui ont déjà été essayées : les classes avec les bons élèves tournent bien et les autres partent en couille, non pas sur les activités scolaires mais sur tout ce qui est à côté.
                  Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                  Commentaire


                  • PISA 2018 : extrait de l'article du point (c'est l'un des rares qui ne soit pas en accès payant)

                    Inégalité : "la France est ainsi l'un des pays de l'OCDE où le lien entre le statut socio-économique et la performance dans Pisa est le plus fort, avec une différence de 107 points entre les élèves issus d'un milieu favorisé et ceux issus d'un milieu défavorisé. Maigre consolation : depuis la dernière édition (Pisa 2015), le creusement des inégalités ne s'est pas accentué. La chute s'est enrayée, mais l'indicateur reste malgré tout stable à un niveau élevé. Par ailleurs, de nombreux élèves, en particulier les élèves issus d'un milieu défavorisé, ont des ambitions moins élevées que ce à quoi on pourrait s'attendre compte tenu de leurs résultats scolaires. En France, parmi les élèves ayant de bons résultats dans Pisa, un sur cinq ne prévoit pas de faire des études supérieures quand il vient d'un milieu défavorisé, alors que cette proportion est très faible quand il vient d'un milieu favorisé".

                    Stéréotype : "parmi les élèves les plus performants en mathématiques ou en sciences, un garçon sur trois souhaite travailler comme ingénieur ou scientifique à l'âge de 30 ans, contre seulement une fille sur six. De même, toujours en France, 6 % des garçons souhaitent travailler dans des professions liées aux technologies de l'information et de la communication (TIC), et presque aucune fille !"

                    Climat scolaire : "les élèves français sont plus préoccupés par les problèmes de discipline, qui perturbent l'enseignement, que dans la plupart des autres pays de l'OCDE : un élève sur deux a déclaré au cours de l'enquête Pisa qu'il y avait du bruit et du chahut dans la plupart ou la totalité des cours (un élève sur trois en moyenne dans les pays de l'OCDE). Un indicateur qui ne s'est pas amélioré depuis 2009".

                    Profs : "Enfin, la France est l'un des pays où les élèves ressentent le moins de soutien de la part de leurs enseignants : moins d'un élève sur quatre en France (un sur trois en moyenne dans les pays de l'OCDE) déclare que son professeur lui indique ses points forts. Et moins de deux élèves sur cinq en France déclarent que leur professeur leur indique souvent ou toujours comment améliorer leurs résultats, contre un sur deux en moyenne dans les pays de l'OCDE".
                    Ca c'est la faute d'Ishkarnaval ;-)

                    "l'OCDE préconise de poursuivre la réflexion sur le métier d'enseignant, notamment sur les salaires, les formations initiales et continues, les évaluations et les perspectives de carrière".
                    En France, la réflexion va porter déjà sur la retraite des enseignants, historie de bien les soutenir !

                    Commentaire


                    • Envoyé par hunkle Voir le message

                      Ce qui peut être troublant c'est quand tu éduques tes mômes selon les mêmes règles et que ça marche pour l'un et pas pour l'autre. La tu commences à tergiverser. J'ai admis une constante que j'aimerais partager avec ceux qui ont plusieurs gamins : le cadet fait vraiment chi.er. Est-ce que vous validez ?
                      Pas chez moi. Ou pas encore :-)

                      et pour Ishkar, d'accord avec ce que tu m'as répondu.
                      Dernière modification par alain_suit_cris, 07/12/2019, 15h46.

                      Commentaire


                      • Ishkar, je ne trouve plus de topic FEF. Ca n'existe plus? Depuis quand?

                        Commentaire


                        • Envoyé par hunkle Voir le message

                          Ce qui peut être troublant c'est quand tu éduques tes mômes selon les mêmes règles et que ça marche pour l'un et pas pour l'autre. La tu commences à tergiverser. J'ai admis une constante que j'aimerais partager avec ceux qui ont plusieurs gamins : le cadet fait vraiment chi.er. Est-ce que vous validez ?
                          Qu'est ce que tu entends par cadet ? cadet d'une famille de 2 ou de plus ? perso, dans tout ce que je connais, que ce se soit ma famille ( mon frere et ma soeur +moi on est trois), mes enfants, la famille de ma femme, mes potes, ma famille un peu plus eloigné........la constante c'est que le casse kouille c'est le 2e et le pire c'est le 2e dans une famille de 3. Le gamin a surement un probleme pour trouver sa place, c'est ni l'ainé, ni le dernier, je sais pas, je suis pas psy, mais ce doit etre un bordel dans sa tete.
                          Envoyé par imago01
                          toi c"est umtiti qui est dans le tien connard
                          Envoyé par imago01
                          allez l'OM

                          Commentaire


                          • Non Alain il n'y a plus de FEF officiel via le forum car il n'y avait plus grand monde et en fait plus de réels participants au forum, ou très rarement. Après on est sur Whatsapp pour les quelques habitués si tu veux venir une fois (ça joue toujours aussi à route de Vienne pour certains)
                            Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                            Commentaire


                            • Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
                              Non Alain il n'y a plus de FEF officiel via le forum car il n'y avait plus grand monde et en fait plus de réels participants au forum, ou très rarement. Après on est sur Whatsapp pour les quelques habitués si tu veux venir une fois (ça joue toujours aussi à route de Vienne pour certains)
                              Dommage.... :-(

                              Mais donc certains jouent encore via un groupe (si ça existe) WhatsApp? Après, je ne sais pas si je suis encore apte. Ca joue demain? J'ai vérifié, je n'ai plus ton numéro, je ne sais pas pq. Jay joue tjs? J'ai son numéro, s'il n'en a pas changé depuis longtemps.

                              Commentaire


                              • Envoyé par Ewanoahlucasino Voir le message

                                Qu'est ce que tu entends par cadet ? cadet d'une famille de 2 ou de plus ? perso, dans tout ce que je connais, que ce se soit ma famille ( mon frere et ma soeur +moi on est trois), mes enfants, la famille de ma femme, mes potes, ma famille un peu plus eloigné........la constante c'est que le casse kouille c'est le 2e et le pire c'est le 2e dans une famille de 3. Le gamin a surement un probleme pour trouver sa place, c'est ni l'ainé, ni le dernier, je sais pas, je suis pas psy, mais ce doit etre un bordel dans sa tete.
                                Par cadet, j'entends le deuxième... mais c'était une boutade. Quoi que... il faudrait faire des stats ;-)

                                Commentaire


                                • Envoyé par hunkle Voir le message

                                  Par cadet, j'entends le deuxième... mais c'était une boutade. Quoi que... il faudrait faire des stats ;-)
                                  On parlant de cadet, je suis à deux doigts de vendre le mien sur E-Bay ...
                                  Il ne fout rien à l'école, il ne fout rien à la maison. Fortnite est son Dieu. Le skate et le baseball, ses passions. Le reste, il en a rien à branler.
                                  Tout le contraire de son frère aîné, sérieux et appliqué.

                                  La seule chose qui me retient de le jeter dehors, c'est la musique ... Il commence à développer les mêmes goûts que moi, du coup, je suis bien obligé de lui donner une seconde chance ... Criss, c'est dur d'élever des gamins ...
                                  IF YOU FAIL TO PREPARE, BE PREPARED TO FAIL !

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par Ewanoahlucasino Voir le message

                                    Qu'est ce que tu entends par cadet ? cadet d'une famille de 2 ou de plus ? perso, dans tout ce que je connais, que ce se soit ma famille ( mon frere et ma soeur +moi on est trois), mes enfants, la famille de ma femme, mes potes, ma famille un peu plus eloigné........la constante c'est que le casse kouille c'est le 2e et le pire c'est le 2e dans une famille de 3. Le gamin a surement un probleme pour trouver sa place, c'est ni l'ainé, ni le dernier, je sais pas, je suis pas psy, mais ce doit etre un bordel dans sa tete.
                                    Par cadet, j'entends le deuxième... mais c'était une boutade. Quoi que... il faudrait faire des stats ;-)

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par hunkle Voir le message
                                      PISA 2018 : extrait de l'article du point (c'est l'un des rares qui ne soit pas en accès payant)

                                      Inégalité : "la France est ainsi l'un des pays de l'OCDE où le lien entre le statut socio-économique et la performance dans Pisa est le plus fort, avec une différence de 107 points entre les élèves issus d'un milieu favorisé et ceux issus d'un milieu défavorisé. Maigre consolation : depuis la dernière édition (Pisa 2015), le creusement des inégalités ne s'est pas accentué. La chute s'est enrayée, mais l'indicateur reste malgré tout stable à un niveau élevé. Par ailleurs, de nombreux élèves, en particulier les élèves issus d'un milieu défavorisé, ont des ambitions moins élevées que ce à quoi on pourrait s'attendre compte tenu de leurs résultats scolaires. En France, parmi les élèves ayant de bons résultats dans Pisa, un sur cinq ne prévoit pas de faire des études supérieures quand il vient d'un milieu défavorisé, alors que cette proportion est très faible quand il vient d'un milieu favorisé".

                                      Stéréotype : "parmi les élèves les plus performants en mathématiques ou en sciences, un garçon sur trois souhaite travailler comme ingénieur ou scientifique à l'âge de 30 ans, contre seulement une fille sur six. De même, toujours en France, 6 % des garçons souhaitent travailler dans des professions liées aux technologies de l'information et de la communication (TIC), et presque aucune fille !"

                                      Climat scolaire : "les élèves français sont plus préoccupés par les problèmes de discipline, qui perturbent l'enseignement, que dans la plupart des autres pays de l'OCDE : un élève sur deux a déclaré au cours de l'enquête Pisa qu'il y avait du bruit et du chahut dans la plupart ou la totalité des cours (un élève sur trois en moyenne dans les pays de l'OCDE). Un indicateur qui ne s'est pas amélioré depuis 2009".

                                      Profs : "Enfin, la France est l'un des pays où les élèves ressentent le moins de soutien de la part de leurs enseignants : moins d'un élève sur quatre en France (un sur trois en moyenne dans les pays de l'OCDE) déclare que son professeur lui indique ses points forts. Et moins de deux élèves sur cinq en France déclarent que leur professeur leur indique souvent ou toujours comment améliorer leurs résultats, contre un sur deux en moyenne dans les pays de l'OCDE".
                                      Ca c'est la faute d'Ishkarnaval ;-)

                                      "l'OCDE préconise de poursuivre la réflexion sur le métier d'enseignant, notamment sur les salaires, les formations initiales et continues, les évaluations et les perspectives de carrière".
                                      En France, la réflexion va porter déjà sur la retraite des enseignants, historie de bien les soutenir !
                                      C'est mal rédigé ou ça veut dire que les métiers "TIC" n'attirent personne?


                                      Sinon vous êtes quelques-uns à avoir parlé de l'Enseignement, y a qui connaissent la SNCF RATP etc. ? La grève prend de l'ampleur mais le service minimum instauré "aux heures de pointe" fait qu'au final, les gens peuvent aller bosser mais en galérant. Pareil pour les bouchons.
                                      Est-ce qu'il ne vaudrait mieux pas une "vraie" paralysie (genre 100% de grévistes + blocus par les routiers) pour faire reculer le Gouvernement ?
                                      Envoyé par stadier
                                      - Upe : ça tiendrait qu'à moi tu serais responsable des Sports sur Canal ...

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par Upe Voir le message

                                        C'est mal rédigé ou ça veut dire que les métiers "TIC" n'attirent personne?


                                        Sinon vous êtes quelques-uns à avoir parlé de l'Enseignement, y a qui connaissent la SNCF RATP etc. ? La grève prend de l'ampleur mais le service minimum instauré "aux heures de pointe" fait qu'au final, les gens peuvent aller bosser mais en galérant. Pareil pour les bouchons.
                                        Est-ce qu'il ne vaudrait mieux pas une "vraie" paralysie (genre 100% de grévistes + blocus par les routiers) pour faire reculer le Gouvernement ?
                                        D'après Pôle Emploi, le secteur de l'informatique fait parti des métiers qui recrutent le plus, donc qui a le plus de mal à attirer :
                                        https://www.pole-emploi.fr/region/au...e.jspz?id=6428
                                        C'est quelque chose qui me surprend. Est-ce qu'il y a des jeunes qui sont diplômés de cette branche en recherche d'emploi sur le forum ? Quelle est leur expérience à ce sujet ?

                                        Pour ce qui est des retraites, nous en avons peu parlé ici. Je n'y connais rien à la SNCF ni à la RATP. Mais devons-nous leur laisser la charge de la grève ? Très hypocritement, je ne fais pas grève car je ne peux pas me permettre une journée sans solde mais je suis vent debout contre cette réforme. Je délègue donc mon opposition aux cheminots tout en sachant qu'une fois qu'ils auront obtenu ce qu'ils veulent, ils se peut que ce soit la loose pour moi.

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par hunkle Voir le message
                                          PISA 2018 : extrait de l'article du point (c'est l'un des rares qui ne soit pas en accès payant)

                                          Inégalité : "la France est ainsi l'un des pays de l'OCDE où le lien entre le statut socio-économique et la performance dans Pisa est le plus fort, avec une différence de 107 points entre les élèves issus d'un milieu favorisé et ceux issus d'un milieu défavorisé. Maigre consolation : depuis la dernière édition (Pisa 2015), le creusement des inégalités ne s'est pas accentué. La chute s'est enrayée, mais l'indicateur reste malgré tout stable à un niveau élevé. Par ailleurs, de nombreux élèves, en particulier les élèves issus d'un milieu défavorisé, ont des ambitions moins élevées que ce à quoi on pourrait s'attendre compte tenu de leurs résultats scolaires. En France, parmi les élèves ayant de bons résultats dans Pisa, un sur cinq ne prévoit pas de faire des études supérieures quand il vient d'un milieu défavorisé, alors que cette proportion est très faible quand il vient d'un milieu favorisé".

                                          Stéréotype : "parmi les élèves les plus performants en mathématiques ou en sciences, un garçon sur trois souhaite travailler comme ingénieur ou scientifique à l'âge de 30 ans, contre seulement une fille sur six. De même, toujours en France, 6 % des garçons souhaitent travailler dans des professions liées aux technologies de l'information et de la communication (TIC), et presque aucune fille !"

                                          Climat scolaire : "les élèves français sont plus préoccupés par les problèmes de discipline, qui perturbent l'enseignement, que dans la plupart des autres pays de l'OCDE : un élève sur deux a déclaré au cours de l'enquête Pisa qu'il y avait du bruit et du chahut dans la plupart ou la totalité des cours (un élève sur trois en moyenne dans les pays de l'OCDE). Un indicateur qui ne s'est pas amélioré depuis 2009".

                                          Profs : "Enfin, la France est l'un des pays où les élèves ressentent le moins de soutien de la part de leurs enseignants : moins d'un élève sur quatre en France (un sur trois en moyenne dans les pays de l'OCDE) déclare que son professeur lui indique ses points forts. Et moins de deux élèves sur cinq en France déclarent que leur professeur leur indique souvent ou toujours comment améliorer leurs résultats, contre un sur deux en moyenne dans les pays de l'OCDE".
                                          Ca c'est la faute d'Ishkarnaval ;-)

                                          "l'OCDE préconise de poursuivre la réflexion sur le métier d'enseignant, notamment sur les salaires, les formations initiales et continues, les évaluations et les perspectives de carrière".
                                          En France, la réflexion va porter déjà sur la retraite des enseignants, historie de bien les soutenir !
                                          Finalement, pas grand chose de nouveau dans cette enquête.

                                          Le point le plus intéressant (point de vue personnel) est le maintien de ces fortes inégalités.

                                          On ne peut pas dire que la classe politique ne l'ait pas vu et ne s'en soucie pas. Le dédoublement des classes dans les zones difficiles est une réponse à ce problème.

                                          On peut évidemment discuter pour savoir si c'est "suffisant". On peut évidemment toujours faire "plus". Mais c'est, rapidement, à condition d'accepter de faire "moins" ailleurs et donc "où".

                                          Mais je crois qu'il faut aussi se demander si l'Education Nationale, quoiqu'elle fasse, ne sera pas dépendante des attentes des catégories "en échec scolaire" vis à vis d'elle.

                                          Il me semble que beaucoup ne croit plus en l'école pour donner un "bon" avenir à leurs enfants. Je penserai même qu'elles ne croient plus en rien pour y parvenir. Eventuellement le développement d'une économie informelle illégale.

                                          Si c'est vrai, c'est un problème beaucoup plus général que la réussite ou l'échec scolaire et c'est la cohésion sociale globale qui est en cause, l'échec scolaire n'en étant qu'un symptôme et une conséquence.

                                          Et ça ne se règle pas en quelques mois ni même un quinquennat.

                                          Commentaire


                                          • Le gouvernement de Macron essaie d'imposer l'âge de la retraite à 64 ans, evolutif vers toujours plus loin. J'espère que les syndicats, les grévistes et l'opinion auront leur peau et les feront reculer.

                                            Commentaire


                                            • Il sont sur la bonne voie, ils réussissent à se mettre la CFDT à dos alors que ce syndicat était plutôt pour des réformes, l'âge pivot de 64 ans ne passe pas!
                                              http://www.youtube.com/watch?v=uJF5z...eature=related

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par JuniGarde Voir le message
                                                Le gouvernement de Macron essaie d'imposer l'âge de la retraite à 64 ans, evolutif vers toujours plus loin. J'espère que les syndicats, les grévistes et l'opinion auront leur peau et les feront reculer.
                                                Reculer jusqu'ou ? 65 ou 67 ans ?
                                                "Hmmm oui mère..."

                                                Commentaire

                                                Chargement...
                                                X