Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Débats politiques 2.0

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par François-17 Voir le message
    IHU MED :
    https://m.youtube.com/watch?v=ngwgr4lmVkE

    Il y a des points sur lesquels le Professeur Raoult a des arguments pertinents, d'autres où j'estime qu'il est obtu dans sa démarche. Avis de néophyte.

    Un argument recevable est la différence de mortalité en rea, même avec des patients âgés, par rapport à d'autres endroits. En acceptant l'idée que son protocole ne fait plus la différence lors des crises respiratoires aiguës, la compétence et le suivi deviennent importants pour maintenir quelqu'un en vie. Ses stats locales semblent bien meilleures qu'ailleurs. Ca met en avant la qualité de ses effectifs hautement qualifiés. Je n'ai rien à opposer à leur compétence pour sauver des vies en phase critique.

    La petite contrepartie est qu'il est qualifié pour ça, qu'il a un effectif qualifié et spécialisé, dans un décor récent et dédié au traitement avancé de l'infectiologie. Sans sous-estimer le travail effectué par sa team pendant la pandémie (en dehors d'un essai clinique propre, nécessaire mais refusé), tous les CHU de France n'ont peut-être pas les mêmes compétences dédiées, les mêmes décors récents et la capacité d'obtenir du matériel aussi vite avec des partenaires pharmaceutiques et industriels. Tous les urgentistes de France ont-ils le bon répertoire téléphonique pour compenser des carences matérielles en 2'4'6' ?

    Concernant la phase qui précède l'hospitalisation. 80% des gens peuvent tolérer une contamination sans complication, 20% nécessitent un suivi serieux avec traitement, dont 5% qui connaîtront une crise respiratoire sévère avec passage en rea. Les stats sur 3000 patients (vidéo antérieure) montrent une optimisation de 11 points (80-->91%) sur une population vivant à Marseille, avec une proportion de femmes et d'hommes pas toujours sur le retour. La comparaison avec Mulhouse en avril pourrait tenir compte du décor et de la répartition des profils.

    Après l'annonce récente de l'OMS de l'arrêt des essais cliniques concernés, par manque de résultats probants, le Professeur Raoult continuera d'argumenter que HCQ+AZI c'est avant. Il pourra effectivement dire que les cas sévères meurent moins à l'IHU MED que partout. Je lui reproche depuis 2 mois (mais je suis personne on s'en baleck) sa façon de communiquer depuis l'explosion des hospitalisations en mars et avril, pas sa connaissance scientifique et médicale.

    Il a voulu bien faire, je peux comprendre ses différences de vues avec d'autres scientifiques et médecins à Panam. Je trouve quand même que sa façon de procéder à plus foutu la merde que participé à trouver une solution temporaire pour limiter les frais. Sans son ego surdimensionné (les opposants peut-être aussi), l'essai clinique HCQ ne se serait pas transformé en polarisation mondialisée. L'essai clinique aurait été plus rapide, il n'aurait pas mis d'autres potentielles molécules de côté.

    Le combat contre le Covid n'est pas terminé. Même si la période estivale apporte un break (ça dépend aussi de la météo et de l'endroit), il faut anticiper d'éventuelles complications en automne. J'espère qu'il sera toujours de la partie pour résoudre le problème avant vaccin, mais avec un peu moins d'ego cette fois.
    Sans vouloir rentrer dans le débat qui a tort qui a raison entre les différents points de vue et traitement, ce qui est significatif dans le cas Raoult c'est le traitement de la parole d'un spécialiste.
    Qu'on puisse mettre au même niveau sa parole et celle des soit disant experts qui pullulent sur les plateaux TV, ça complique sévèrement le message.
    Que le mec ait un égo sur-dimensionné provient peut-être de là. Ça doit quand même être assez pénible de devoir se justifier face à des types qui n'y comprennent rien.
    Et la situation ubuesque dans laquelle se trouve la recherche (avec les luttes de pouvoirs bien loin du bien être commun) l'oblige à se positionner pour défendre sa position.
    Ces débats devraient opposer des gens de même pointure et comprennent qui pourra.
    Ca me rappelle un débat entre Lordon et Piketty : https://www.youtube.com/watch?v=mU8nu5YwZ5Y
    Lordon est odieux car il ne joue pas dans la même cours que Piketty. Dès qu'il est face à des types qui ont un bagage équivalent et un raisonnement solide, il rentre dans le dialogue.
    Quand les montagnes s'abaissent à discuter avec les moutons des plaines, il faut accepter quelque dédain.

    Commentaire


    • Envoyé par hunkle Voir le message

      Sans vouloir rentrer dans le débat qui a tort qui a raison entre les différents points de vue et traitement, ce qui est significatif dans le cas Raoult c'est le traitement de la parole d'un spécialiste.
      Qu'on puisse mettre au même niveau sa parole et celle des soit disant experts qui pullulent sur les plateaux TV, ça complique sévèrement le message.
      Que le mec ait un égo sur-dimensionné provient peut-être de là. Ça doit quand même être assez pénible de devoir se justifier face à des types qui n'y comprennent rien.
      Et la situation ubuesque dans laquelle se trouve la recherche (avec les luttes de pouvoirs bien loin du bien être commun) l'oblige à se positionner pour défendre sa position.
      Ces débats devraient opposer des gens de même pointure et comprennent qui pourra.
      Ca me rappelle un débat entre Lordon et Piketty : https://www.youtube.com/watch?v=mU8nu5YwZ5Y
      Lordon est odieux car il ne joue pas dans la même cours que Piketty. Dès qu'il est face à des types qui ont un bagage équivalent et un raisonnement solide, il rentre dans le dialogue.
      Quand les montagnes s'abaissent à discuter avec les moutons des plaines, il faut accepter quelque dédain.
      Je crois qu'il faut voir que Raoult, s'est (volontairement ?) mis dans l'impossibilité de mener une étude de l'efficacité de son traitement conforme au plus haut standard de la recherche (répartition aléatoire entre les groupes et double aveugle).

      Sa première étude n'y correspondait pas. De mémoire, il avait choisi d'entrée de jeu de privilégier ce traitement, il a constitué son échantillon avec les patients qui ne l'ont pas refusé et qui ne présentaient pas de contre-indications (ce qui peut avoir des conséquences sur ses observations d'absence d'effets nocifs) et constitué son groupe témoin avec les "refusés" de Marseille et les patients de 3 autres hôpitaux.

      Sur un nombre aussi faible, il y a un fort risque de biais de sélection entre les 2 populations sans compter le traitement de ceux qui ne sont pas allé au bout de l'essai.

      Il y a donc une évidente fragilité méthodologique (qu'il ne pouvait pas ne pas connaître) et il a pourtant prépublié en proclamant haut et fort que c'était conclusif.

      Dès lors, il ne pouvait plus, décemment, proposer à ses patients de participer à un essai randomisé en double aveugle (et on put se demander qui serait assez fou pour accepter).

      Accessoirement, on peut s'interroger sur les difficultés supplémentaires de recrutement de volontaires pour ces essais que cette publication et le battage médiatique ont pu avoir.

      Une étude randomisée en double aveugle a conclu (sur un échantillon de grande taille) sur l'absence d'effets sur la prévention (% personne saine mis en présence du virus et ayant contracté le Covid identique dans les 2 groupes)

      Commentaire


      • Envoyé par Lyonnais921 Voir le message

        Je crois qu'il faut voir que Raoult, s'est (volontairement ?) mis dans l'impossibilité de mener une étude de l'efficacité de son traitement conforme au plus haut standard de la recherche (répartition aléatoire entre les groupes et double aveugle).

        Sa première étude n'y correspondait pas. De mémoire, il avait choisi d'entrée de jeu de privilégier ce traitement, il a constitué son échantillon avec les patients qui ne l'ont pas refusé et qui ne présentaient pas de contre-indications (ce qui peut avoir des conséquences sur ses observations d'absence d'effets nocifs) et constitué son groupe témoin avec les "refusés" de Marseille et les patients de 3 autres hôpitaux.

        Sur un nombre aussi faible, il y a un fort risque de biais de sélection entre les 2 populations sans compter le traitement de ceux qui ne sont pas allé au bout de l'essai.

        Il y a donc une évidente fragilité méthodologique (qu'il ne pouvait pas ne pas connaître) et il a pourtant prépublié en proclamant haut et fort que c'était conclusif.

        Dès lors, il ne pouvait plus, décemment, proposer à ses patients de participer à un essai randomisé en double aveugle (et on put se demander qui serait assez fou pour accepter).

        Accessoirement, on peut s'interroger sur les difficultés supplémentaires de recrutement de volontaires pour ces essais que cette publication et le battage médiatique ont pu avoir.

        Une étude randomisée en double aveugle a conclu (sur un échantillon de grande taille) sur l'absence d'effets sur la prévention (% personne saine mis en présence du virus et ayant contracté le Covid identique dans les 2 groupes)
        En fait si je comprends, il y a son travail de recherche, publication... et son travail de soignant.
        Avant cette affaire, il était mondialement reconnu (il l'est toujours d'ailleurs mais plus à l'étranger que chez nous) et on l'acceptait comme tel en France. Et aujourd’hui sa parole est mise en doute pour diverses raisons et notamment ses recherches sur la chloroquine.
        Néanmoins, il y a moins de décès dans son unité que dans d'autres CHU (là encore les raisons divergent).
        Ce qui m'ennuie c'est qu'on doute d'un type qui est une autorité dans son domaine alors que dans une période dé crise telle que celle qu'on a connu, il serait plutôt bénéfique de lutter avec nos meilleures combattants et nos meilleures armes.
        Et très naïvement, la méthode d'essayer des médocs existants avant de trouver un nouveau principe actif me semble de bon sens.

        Commentaire


        • Envoyé par hunkle Voir le message

          Sans vouloir rentrer dans le débat qui a tort qui a raison entre les différents points de vue et traitement, ce qui est significatif dans le cas Raoult c'est le traitement de la parole d'un spécialiste.
          Qu'on puisse mettre au même niveau sa parole et celle des soit disant experts qui pullulent sur les plateaux TV, ça complique sévèrement le message.
          Que le mec ait un égo sur-dimensionné provient peut-être de là. Ça doit quand même être assez pénible de devoir se justifier face à des types qui n'y comprennent rien.
          Et la situation ubuesque dans laquelle se trouve la recherche (avec les luttes de pouvoirs bien loin du bien être commun) l'oblige à se positionner pour défendre sa position.
          Ces débats devraient opposer des gens de même pointure et comprennent qui pourra.
          Ca me rappelle un débat entre Lordon et Piketty : https://www.youtube.com/watch?v=mU8nu5YwZ5Y
          Lordon est odieux car il ne joue pas dans la même cours que Piketty. Dès qu'il est face à des types qui ont un bagage équivalent et un raisonnement solide, il rentre dans le dialogue.
          Quand les montagnes s'abaissent à discuter avec les moutons des plaines, il faut accepter quelque dédain.
          Merci pour le lien du débat. Je mets ça de côté pour le mater, le sujet m'intéresse.

          On a compris quand on est capable d'expliquer, pas parce qu'on a reçu un titre prétextant une compétence reconnue. Si les gens compétents étaient respectés à leur juste titre, pourquoi ceux qui ont des titres depuis des dizaines d'années résolvent mal des problèmes humains au XXIe siècle ? Cette question est globale, pas dédiée au domaine que nous abordons ici. Je ne dis pas que l'ignorance est le meilleur moyen d'arriver au résultat, j'estime qu'un titre de reconnaissance ne vaudra jamais une explication objective et compréhensible.

          Le brouhaha médiatique et virtuel est la conséquence directe de la démarche de communication médicale. Avec une démonstration étayée correctement, les oppositions n'auraient pas contaminé des gens sous pression et sans approche empirique lors d'un drame difficilement mesurable la première fois. Tu ne peux pas dire "regardons les faits ensemble", pour dire juste après "tu ne comprends pas mon point de vue parce que tu es une sous-merde". Quand les résultats finaux finissent par apparaître, la merde pourrait effectivement se situer au dessus.

          Complètement d'accord pour les luttes de pouvoir. Rien à ajouter, sinon que le petit grattage des détails tend à démontrer que les biais en question sont communs à tous les protagonistes. Je veux dire ici que ce n'est pas un rebouteux des montagnes qui s'oppose à la doxa académique. De la même façon, des chefs de services d'urgence et d'infectiologie ne sont pas des analphabètes, dès lors qu'ils émettent des doutes sur une méthode à multiples rebondissements. Ce n'est pas parce qu'ils apparaissent à la TV que leur argumentation est bonne ou mauvaise.

          On a compris quand on est capable d'expliquer (avec des données tangibles). Le titre et le décor ne doivent pas prendre le dessus sur l'objectivité.
          Dernière modification par François-17, 18/06/2020, 15h21.

          Commentaire


          • Tous les 18 Juin sont l'occasion des pires récupérations politiques du gaullisme, on a encore des beaux échantillons pour les 80 ans avec notamment Marine qui vient déposer sa gerbe sur l'Île de Sein, acceuillie comme il se doit assez fraîchement, je ne sais pas ce qu'en pense son père de voir son parti nouveau porte drapeau du gaullisme ? Le Front National qui veut taire son nom est prêt à toutes les contorsions et toutes les entourloupes.

            Dans l'échelle de la médiocrité, la politique française est presque au maximum juste devancé par la politique américaine et le football français mais ça tutoie quand même toujours les sommets pas de panique.

            Commentaire


            • Envoyé par hunkle Voir le message

              En fait si je comprends, il y a son travail de recherche, publication... et son travail de soignant.
              Avant cette affaire, il était mondialement reconnu (il l'est toujours d'ailleurs mais plus à l'étranger que chez nous) et on l'acceptait comme tel en France. Et aujourd’hui sa parole est mise en doute pour diverses raisons et notamment ses recherches sur la chloroquine.
              Néanmoins, il y a moins de décès dans son unité que dans d'autres CHU (là encore les raisons divergent).
              Ce qui m'ennuie c'est qu'on doute d'un type qui est une autorité dans son domaine alors que dans une période dé crise telle que celle qu'on a connu, il serait plutôt bénéfique de lutter avec nos meilleures combattants et nos meilleures armes.
              Et très naïvement, la méthode d'essayer des médocs existants avant de trouver un nouveau principe actif me semble de bon sens.
              Essayer les médocs existants a semblé de bon sens à beaucoup de gens. L'essentiel des essais cliniques qui ont été évoqués sont basés sur des molécules connues.

              Les avantages sont nombreux, si ça fonctionne :

              - on gagne un temps précieux, la chaine de production existents

              - les effets secondaires sont connus et donc controlbles

              - le coût de développement est nul.

              Les controverses qu'il a cré sont d'origines multiples.

              Certaines sont basés sur des faits anciens (ses pratiques managériales, sa politique de signature systématique des études provenant de ses services, ....

              D'autres sont liées à ses actions durant la crise.

              On ne peut pas oublier ses déclarations sur les 4 morts en Chine qui font trembler la Terre entière ou la mortalité comparée du Covid et des accidents de trottinette. On peut ranger dans la même catégorie son opinion sur l'absence de seconde vague.

              On est dans le domaine de l'expert qui, sur la base de ses expériences antérieures, imagine ce que va être la crise qui s'annonce.

              La conclusion qui s'impose est qu'il s'est lourdement trompé sur les premières (et je ne crois pas qu'il ait fait amende honorable sur le sujet). Pour la seconde vague, l'Iran et la Chine font planer aujourd'hui un sérieux doute sur l'absence de risque d'une seconde vague. Je note que sa conviction sur le sujet est basé sur des épidémies qui sont allées à leur terme naturel contrairement au Covid où des mesures drastiques ont été prises pour endiguer sa diffusion. Je ne crois pas qu'il ait évoqué cet aspect des choses, à mon avis à tort.

              Enfin sur les études, il y a eu les 2 publications qui ont été "mises sur la table" ce qui a permis de développer des analyses critiques.

              Par contre, dans ses interventions, on est dans du "déclaratif" sans que les éléments d'une analyse contradictoire soient disponibles sans un travail complémentaire.

              Il est d'ailleurs dans un discours du type "nous avons de meilleurs résultats parce que nous avons fait les bon choix de traitement et que nous savons faire" écartant d'emblée toute explication par "notre population n'a pas les mêmes caractéristiques que celles des autres" (que les facteurs possibles telle la structure par âge soit connus ou encore inconnu (je pense à des taux d'immunité spontanée variables)).

              Enfin, il ne se demande jamais si les conditions qui existent dans son unité (y compris le nombre de patients qui se sont présentés) sont reproductibles de manière générale dans tous les hôpitaux de France et en particulier face à l'afflux de cas. Un simple exemple, quand il parle des effets secondaires de HCQ, il mentionne que les patients font l'objet d'examens cardiologiques avec analyse de l'électro-cardiogramme, visiblement il avait les moyens matériels et humains de les faire, est-ce vrai partout ?

              Commentaire


              • Merci pour vos précisions Lyonnais921 et François-17.

                J'ajoute les résultats d'une enquête de l'INSEE sur Activité et conditions d’emploi de la main- d’œuvre pendant la crise sanitaire Covid-19 - juin 2020.
                On y apprend sans grande surprise que les secteurs le plus pessimistes sur leurs perspectives sont celui de l’hébergement et restauration et de la fabrication de matériels de transport.

                Par rapport au chômage partiel et notamment à la guerre des chiffres entre Medef et Etat, il est intéressant de lire selon l'INSEE que "le nombre de salariés au chômage partiel au cours du mois de mai est estimé à 7,8 millions de salariés, après 8,7 millions en avril et 7,2 millions en mars, pour 449 millions d’heures en mai (soit 1,7 semaine par salarié en moyenne). Cela équivaudrait à 3,0 millions de salariés travaillant à plein temps sur le mois (après 5,5 millions en avril et 2,2 millions en mars)".

                Et en ce qui concerne les défficultés rencontrées par les entreprises : "Les difficultés rencontrées par les entreprises changent un peu de nature également : les difficultés liées à la gestion sanitaire se réduisent fortement, de même que celles relatives à l’approvisionnement, alors que celles liées à l’aval se stabilisent. Au contraire, les difficultés liées au manque de débouchés augmentent à nouveau ce mois-ci, en particulier dans les secteurs de la fabrication de matériel de transport et de la fabrication d’équipements électriques, électroniques, informatiques, de machines, et dans les secteurs liés à l’énergie".

                Si jamais ça intéresse quelques uns, le site de l'INSEE est riche d'informations.

                Commentaire


                • info virus
                  https://www.leparisien.fr/societe/le...20-8338449.php
                  Noël au balcon, enrhumé comme un con

                  Commentaire


                  • olivier69 bonjour.

                    Est-ce le coronavirus ou la pandémie qui est un élément non maîtrisé à T+1 par les structures étatiques et sanitaires ? Bien que les coronavirus soient étudiés par des chercheurs, celui-ci présente des particularités qui le rendent plus vicieux que d'autres. En l'absence de solution médicale immédiate pour juguler ses phases de contamination (en cours d'observation), les études cliniques permettent de limiter les morts avant l'arrivée d'un vaccin efficace.

                    Par définition, une pandémie ne se résout pas avec des moyens "en l'état" dans des pays développés, sinon l'épidémie initiale dans un pays est jugulée avant de se transformer en pandémie dans d'autres pays. Il est évident que certains choix passés ont rendue plus difficile la réponse sanitaire à la première vague. Peut-on affirmer pour autant que des moyens lourds et immédiats (par anticipation correcte) auraient stoppé la vague d'un coup ? Répondons oui après tous les décès (et deuils), condamnons fermement les incapables sans qui il n'y aurait jamais eu de problème :~ .

                    J'ai une approche largement réfutable dans ce merdier planétaire. Je me fais une situation perso, sans justifier le problème par la simple condamnation facile des structures officielles. Etat, OMS, labos, lobbies, partis politiques. La situation tient compte des uns et des autres en pleine vague, avant la suivante (éventuelle, hypothèse pessimiste subjective). Je crois (ce n'est pas un argument) que la remise en question des structures pendant une crise réelle est contre-productif. Ca ne m'empêche pas d'avoir des jugements personnels négatifs en temps normal, sur des approches officielles. Là ce n'est pas opportun de trop secouer le cocotier, pour regarder ensuite qui ramasse plus que l'autre avec du pop-corn.

                    Pour De Gaulle, je regrettre que les situations mondiale, européenne et française soient différentes, entre la seconde moitié du XXe siècle et maintenant. L'hommage rendu à un grand homme ne doit pas occulter des différences actuelles dans les rapports humains, la circulation des valeurs, les attentes des populations et surtout les interconnexions aux effets dominos plus mesurables qu'en 45, 58 et 68.

                    Tes arguments sur la mondialisation sont fondés, je n'ai aucune leçon de mondialisation heureuse à te donner depuis pas mal d'années, puisque cette mondialisation exploite salement la planète les hommes et les animaux. Par contre, je risque de tiquer sur la réponse à apporter: parce que la mondialisation (telle quelle) est destructrice, il ne faudrait plus de mondialisation et une baisse drastique des échanges internationaux. Je regrette d'anticiper alors des flux migratoires vers des zones qui s'en sortent mieux que d'autres, mais je ne développe pas le sujet, c'est trop polarisé pour avoir une vision equanime.

                    Je pense qu'il faut une AUTRE mondialisation, dont le socle serait une relance économique verte. Jusqu'à présent, les tentatives de développement durable passent par des taxations d'industries polluantes. Je ne suis pas contre, mais ce serait plus efficace si les entrepreneurs de chaque pays (au sens large, de l'artisan ou GAEC à la PME, pas que Monsanto et son greenwashing) avaient des débouchés réels. La taxation et confiscation ne sont pas suffisants pour sauver la planète, sans gain économique qualitatif pour des structures qui redistribuent ensuite vers l'activité (main invisible verte).

                    Pour résumer, je constate un fossé infranchissable entre les tenants de l'activité libérale qui placent une planète de qualité au troisième plan, et les tenants d'une vie moins grotesque dans un décor vivable de qualité qui considèrent que le libéralisme économique et la mondialisation des échanges sont à détruire. C'est rapide comme raisonnement, je reconnais mes limites cérébrales dans un monde dichotomique où les grands penseurs clives detiennent tous la vérité.

                    Je ne connais pas l'origine de ce virus. Si l'origine doit servir à condamner sans focus la limitation des dégâts à moyen terme (médical, économie, sociétal, géopolitique), je préfère ne pas savoir tout de suite. Je préfère lire ton dernier post et, même si je ne partage pas toutes tes solutions éventuelles à un constat que je partage souvent, ce que tu écris ici me donne envie de croire en l'intelligence. N'hésites pas à m'envoyer petre avec des arguments nouveaux, ça construit ma petite pensée, le cul entre deux chaises.

                    Désolé pour la logorrhée indigeste.

                    Commentaire


                    • C'est assez drôle ce revirement depuis quelques jours de pas mal de candidats dans plusieurs villes (Lyon, Lille, Paris, Bordeaux, Marseille, Annecy...), qui mettaient du vert à toutes les sauces au premier tour dans leurs programmes, et qui maintenant diabolisent les écologistes et montent des alliances anti-candidat écologistes. Auraient-ils du mal à accepter que la population préfère l'original à de pâles copies ? Ça jouait à "qui sera le plus écolo" au premier tour, et maintenant c'est tout juste s'ils ne diraient pas que l'écologie c'est le retour aux calèches et aux bougies. Ah les belles hypocrisies politiciennes... ! Démasqués.

                      Commentaire


                      • Envoyé par huascaran Voir le message
                        C'est assez drôle ce revirement depuis quelques jours de pas mal de candidats dans plusieurs villes (Lyon, Lille, Paris, Bordeaux, Marseille, Annecy...), qui mettaient du vert à toutes les sauces au premier tour dans leurs programmes, et qui maintenant diabolisent les écologistes et montent des alliances anti-candidat écologistes. Auraient-ils du mal à accepter que la population préfère l'original à de pâles copies ? Ça jouait à "qui sera le plus écolo" au premier tour, et maintenant c'est tout juste s'ils ne diraient pas que l'écologie c'est le retour aux calèches et aux bougies. Ah les belles hypocrisies politiciennes... ! Démasqués.
                        Le principe de la politique est l'hypocrisie à toutes les sauces. Les écologistes percent, ça devient l'ennemi à abattre, du coup on fait des alliances entre LREM et droite et même entre gauche et droite (la droite qui soutient Aubry lol)

                        Commentaire


                        • Très intéressant les aveux de l'ex directrice du Parquet National Financier qui admet qu'il y a eu de fortes pressions pour démarrer une information judiciaire contre François Fillon pendant la campagne présidentielle.

                          Mais qui en doutait réellement? Le parquet national financier a été créer par François Hollande et le PS. Tous les adversaires de Macron et de la majorité sortante, Fillon, le RN et le LFI se sont retrouvé avec la justice aux trousses.

                          Ce sont des stratégies qu'on a l'habitude de voir dans d'autres types de pays.

                          Commentaire


                          • Envoyé par JuniGarde Voir le message
                            Très intéressant les aveux de l'ex directrice du Parquet National Financier qui admet qu'il y a eu de fortes pressions pour démarrer une information judiciaire contre François Fillon pendant la campagne présidentielle.

                            Mais qui en doutait réellement? Le parquet national financier a été créer par François Hollande et le PS. Tous les adversaires de Macron et de la majorité sortante, Fillon, le RN et le LFI se sont retrouvé avec la justice aux trousses.

                            Ce sont des stratégies qu'on a l'habitude de voir dans d'autres types de pays.
                            Serieusement, qui ignore encore que la Justice est manipulée par les politiques ?
                            Ceux qui s'imaginent que les massmerdias ne sont pas des outils de propagande ?


                            "Hmmm oui mère..."

                            Commentaire


                            • Envoyé par Pr.Skinner Voir le message

                              Serieusement, qui ignore encore que la Justice est manipulée par les politiques ?
                              Ceux qui s'imaginent que les massmerdias ne sont pas des outils de propagande ?

                              Et dire que certains criaient au complotisme quand on évoquait ces manoeuvres pourtant évidentes.

                              A noter aussi la censure de la loi Avia par le conseil constitutionnel, loi qui était une grave menace pour la liberté d'expression en ligne.

                              Commentaire


                              • la différence entre la democratie et la dictature?? la longueur de la laisse what else

                                Commentaire


                                • En tout cas celui qui croit encore que la France est une démocratie...

                                  Commentaire


                                  • "Samedi midi, la convention a rejeté à 65% une proposition de réduction du temps de travail à 28 heures. Il s'agit de la première mesure rejetée par les 150 participants".
                                    La seule mesure intéressante ils la rejettent d'emblée.
                                    Quelle foutaise encore cette convention citoyenne.

                                    Commentaire


                                    • C'est vrai que les 35h ont été une telle réussite pour l'économie française que ce serait vraiment dommage de ne pas reproduire l'expérience !

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par JuniGarde Voir le message
                                        Très intéressant les aveux de l'ex directrice du Parquet National Financier qui admet qu'il y a eu de fortes pressions pour démarrer une information judiciaire contre François Fillon pendant la campagne présidentielle.

                                        Mais qui en doutait réellement? Le parquet national financier a été créer par François Hollande et le PS. Tous les adversaires de Macron et de la majorité sortante, Fillon, le RN et le LFI se sont retrouvé avec la justice aux trousses.

                                        Ce sont des stratégies qu'on a l'habitude de voir dans d'autres types de pays.
                                        Tempête dans un verre d'eau qui surfe sur la méconnaissance du fonctionnement de la Justice en France.

                                        Le Parquet (et donc les Procureurs) n'ont jamais été "indépendants".

                                        Il y aurait un scandale si c'était un Juge d'instruction ou un Juge de siège qui avait subi des "pressions".

                                        Certainement pas quand c'est un Procureur.

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Judgeman2 Voir le message
                                          C'est vrai que les 35h ont été une telle réussite pour l'économie française que ce serait vraiment dommage de ne pas reproduire l'expérience !
                                          C'est vrai que l'économie néo-libérale est une telle réussite.

                                          Commentaire


                                          • "Les citoyens impliqués ont commencé à passer en revue quelque 150 propositions vendredi. Premier objectif voté à 96% : "développer d'autres modes de transport que la voiture individuelle", avec notamment une réforme de l'indemnité kilométrique dans l'impôt sur le revenu, ou une "amélioration du forfait mobilité durable". La réduction de la vitesse sur l'autoroute de 130 à 110 km/h, un point particulièrement clivant au sein de la Convention citoyenne pour le climat, a recueilli 60% de votes. Cette proposition a sans surprise déclenché l'ire des associations d'automobilistes, faisant écho à la grogne déjà déclenchée par les 80 km/h".

                                            De mieux en mieux.

                                            Commentaire


                                            • Quelle connerie cette convention citoyenne, il sera temps de jeter l'intégralité de "leur travail" à la poubelle. C'est surement le but recherché, discrédité la démocratie directe en mettant des charlots dans une assemblée pour jouer à la dinette, euh au parlementaire.

                                              La seule chose interessante pour l'écologie et réduire les transports, se serait donner la possibilité au salarié d'imposer des jours de télétravail à l'entreprise si son poste le permet, et tous les postes en bureau le permettent.

                                              On voit les entreperises qui essaient de tuer le teletravail et de forcer les salariés a revenir sur site, ce qui est un non sens d'un point de vue écologique, et également productif. Qui a déja travailler dans un open space sait très bien qu'il sera plus efficace chez lui. CQFD. Mais le gouvernement est trop faible pour imposer cette mesure aux entreprises.

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par JuniGarde Voir le message
                                                Quelle connerie cette convention citoyenne, il sera temps de jeter l'intégralité de "leur travail" à la poubelle. C'est surement le but recherché, discrédité la démocratie directe en mettant des charlots dans une assemblée pour jouer à la dinette, euh au parlementaire.

                                                La seule chose interessante pour l'écologie et réduire les transports, se serait donner la possibilité au salarié d'imposer des jours de télétravail à l'entreprise si son poste le permet, et tous les postes en bureau le permettent.

                                                On voit les entreperises qui essaient de tuer le teletravail et de forcer les salariés a revenir sur site, ce qui est un non sens d'un point de vue écologique, et également productif. Qui a déja travailler dans un open space sait très bien qu'il sera plus efficace chez lui. CQFD. Mais le gouvernement est trop faible pour imposer cette mesure aux entreprises.
                                                Le télétravail c'est bien mais il y a la menace d'individualiser encore plus la société. Le medef l'a bien compris et milite assez fortement pour la généralisation du télétravail dans ces dernières communications renforcé par le fait que le télétravail semble rimer avec plus de productivité. je me méfie de cette généralisation alors qu'à première vue le télétravail peut avoir des vertus comme tu le dis en termes d'écologie et de confort pour les employés. Là encore c'est une histoire d'équilibre

                                                Commentaire


                                                • Envoyé par hunkle Voir le message

                                                  Le télétravail c'est bien mais il y a la menace d'individualiser encore plus la société. Le medef l'a bien compris et milite assez fortement pour la généralisation du télétravail dans ces dernières communications renforcé par le fait que le télétravail semble rimer avec plus de productivité. je me méfie de cette généralisation alors qu'à première vue le télétravail peut avoir des vertus comme tu le dis en termes d'écologie et de confort pour les employés. Là encore c'est une histoire d'équilibre
                                                  De mon point de vue les entreprises ne laisseront pas aux salariés la possibilité de choisir de se mettre en télétravail, cela va trop à l'encontre du syndrome des petits chefs qui veulent avoir du controle visuel sur les salariés et qui bien souvent ne font eux même rien de productif et auraient du mal à justifier leur propre emploi.

                                                  Commentaire


                                                  • Tous les emplois de bureau en télétravail..... il n'y a pas que les start.up ou les sièges sociaux des multinationales dans la vraie vie du travail. Dans l'industrie, très peu de postes de bureau sont accessibles au télétravail.
                                                    .

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X