Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Débats politiques 2.0

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • ben ,comme de nouveau monde, il n'y en a pas eu malgré les promesses,certains vont piocher dans l'ancien. Quand j'écris dray et royal, c'est parce qu'eux en rêvent tous les jours en se levant, montebourg lui pour l'instant ne s'est pas signalé et ne se signalera peut être pas, cazeneuve à voir. Mais en 2 ans à peine, il sera difficile de voir émerger de nouveaux talents assez forts pour entrainer dans une présidentielle.Quel que soit le parti,sauf a l'extrême droite si Marion Marechal y allait, mais elle laissera MLP se planter pour être le recours.A droite pareil.BAROIN prefere rester planqué.
    Noël au balcon, enrhumé comme un con

    Commentaire


    • Castex a demandé à ses ministres d'aller sur le terrain "pour entendre". Et on recommence tout à zéro. Quel besoin a t'on d'entendre alors qu'un homme politique est là pour agir vite et proposer des solutions . Pas besoin de se déplacer à chaque fois qu'il y a un fait divers non plus. Bla,bla. On va entendre jusqu'à 2022 ? et pour la réforme de la retraite, on n'entend pas ?

      A part des ambitions personnelles, on ne voit pas ou ils veulent aller, d'ailleurs le savent ils eux ?
      Noël au balcon, enrhumé comme un con

      Commentaire


      • Gouvernement : le nombre de conseillers ministériels va pouvoir augmenter

        Un décret paru au Journal officiel autorise les membres du gouvernement à avoir entre huit et quinze membres dans leur cabinet selon leur statut, contre de cinq à dix jusque-là.

        Ce ne sera pas finalement le chômage tant attendu à la rentrée. En somme, les échecs répétitifs des ministres viennent du fait qu'ils n'étaient pas assez conseillés. N'hésitons pas après la nomination d'un gouvernement non resserré, auquel il faudra ajouter un nombre certain de secrétaires d'état, de montrer l'exemple sur le serrage de ceinture qui sera demandé à une grande partie de la population.
        Noël au balcon, enrhumé comme un con

        Commentaire


        • Jean Michel Blanquer qui a une liaison avec une journaliste politique de BFM TV, ça ne s'invente pas !

          Commentaire


          • Apparemment gouvernment et la majorité des syndicats ont enfin trouvé un accord de revalorisation salariale des personnels hospitaliers, j'ai entendu 180 euros mensuels hors médecins.

            A un moment un truc m'a choqué quand même, l'hôpital a défendu son bifteak mais plusieurs personnes ont reproché en substance à l'Etat de partager son enveloppe avec le privé et les EHPAD. J'ai entendu à la radio par exemple Patrick Pelloux là dessus, pas n'importe qui quoi. L'égoïsme des secteurs m'a un peu navré, privé, public le combat devrait être le même, tirer la couverture à soi je sais bien que l'Homme est de nature égoïste mais quand on est dans la lumière des médias on se doit de faire des efforts pour être concensuel et constructif ça me semble un minimum (c'est pas Pelloux qui a été le plus virulent là dessus, mais y'en a eu d'autres).

            Y'a pas que les personnels de l'hôpital public à revaloriser, j'espère que l'accord sera équitable pour tous... 8 milliards annuels c'est beaucoup et peu à la fois, peu vu l'étendue du chantier parce que ça couvre revalorisations, réouvertures de lits, embauches, augmentation générale des moyens, je reste sceptique. Beaucoup parce qu'évidément budgétairement c'est une grosse somme mais ça fait longtemps que la santé doit être vue comme une priorité dans la réallocation des budgets, peut-être la n°1 d'ailleurs.

            Commentaire


            • Pourquoi public et privé, ça devrait être le même combat ? Tu n'as pas les mêmes conditions de travail des deux côtés, et pas le même salaire.

              Et je ne vois aucunement en quoi on se devrait d'être consensuel et/ou constructif quand on est dans la lumière des médias, bien au contraire. La vie démocratique, c'est justement le conflit, mais un conflit dans les règles. Dans ce domaine, des conflits, il y en a, et quand on parle d'une revalorisation pour certains personnels, il me semble plus que légitime que de pointer du doigt certaines différences et désavantages.
              Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

              Commentaire


              • En vrac, sinon, sur le débat "gauche, Hollande, etc".

                Sur l'impopularité de Hollande, déjà. Elle tient à mes yeux autour de deux pôles, disons. Le premier, plutôt chez les individus de droite, qui a vu chez Hollande un pitre, un mec pas sérieux. Sarkozy a beaucoup joué, contre Hollande, du statut présidentiel, et dans l'imaginaire, ça a globalement fonctionné. Je me rappelle sur une soirée en être venu à parler de ça récemment, avec un étudiant qui me sortait, très sérieusement, que Sarkozy correspondait à cette stature attendue. Bon... Tout ça pour dire qu'à droite, Hollande passait comme le mec pas à sa place, ne correspondant pas au "guide" que les individus de droite aiment souvent bien avoir. Qui plus est, à la base il y avait DSK comme candidat probable, qui semblait également plus légitime, entrainant derrière un autre rejet de Hollande.
                Du côté gauche, il a été impopulaire car il n'était pas de gauche dans beaucoup de domaines.

                J'en viens aussi au débat sur "la gauche". Le problème, François, est déjà que tu utilises dans ce que tu dis une source expliquant les évolutions de ce qu'on entend par gauche sans en réfléchir plus que ça à l'essence. La gauche, historiquement, c'est un regroupement de groupes politiques en faveur du changement, d'une forme de progressisme. Indirectement, donc, on y verra une préoccupation relativement marquée pour ceux le plus en difficulté dans la société. De l'autre côté, à droite, il y a le conservatisme, ou la réaction, la réaction étant une volonté d'en revenir à avant la révolution - ça devient assez rare - et le conservatisme étant la volonté de ne pas trop changer le monde tel qu'il l'est.

                Le problème, donc, de ce que tu classes à gauche, c'est que tu ne veux pas voir le conservatisme chez une grande partie de ceux que l'on classe à gauche maintenant. On pourrait très bien citer les présidentielles américaines d'ailleurs, où s'affrontent, chez les démocrates, et ce depuis déjà 2016, deux courants, un ouvertement conservateur avec Clinton ou Biden, l'autre ouvertement de gauche avec Sanders. Quand on évoque les premiers cités, il est indéniable qu'ils sont conservateurs sur de nombreux points, simplement plus "ouverts" que la droite sur certaines valeurs, ou pensent que l'ordre social sera mieux maintenu en accordant certaines choses aux plus en difficulté.

                Et c'est comme ça qu'on peut analyser Hollande ainsi que d'autres dirigeants officiellement classés à gauche sur les deux dernières décennies, les Blair ou Schröder : ils auront une part d'humanisme - et encore - plus affichée qu'à droite, mais ils ne font rien pour que change le monde tel qu'il l'est.

                Ce que ton article néglige complètement, c'est enfin la part de l'imaginaire. Historiquement, la gauche, c'est l'alternative. Le problème, c'est que beaucoup se réclamant de la gauche actuellement ne proposent pas d'alternative sur le mode de développement et sur ce qu'on entend par futur. Faire le mariage pour tous, même si l'on estime que c'est une bonne chose, ce n'est pas une alternative pour le futur. C'est un ajustement à la marge. Et c'est comme ça qu'on peut en grande partie expliquer le rejet des Hollande et cie : on n'a pas envie d'aller voter pour un monde prônant un "progrès de droite" mais étant plus gentil pour certains groupes d'individus.
                Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                Commentaire


                • 180 euros en plus pour mon épouse aide soignante en ephad public.

                  Tain, j'aurais jamais cru que ma femme me depasserais en paye.

                  Un peu scandaleux que les soignants du privé soit oubliés.

                  Commentaire


                  • Envoyé par oliver69 Voir le message
                    Gouvernement : le nombre de conseillers ministériels va pouvoir augmenter

                    Un décret paru au Journal officiel autorise les membres du gouvernement à avoir entre huit et quinze membres dans leur cabinet selon leur statut, contre de cinq à dix jusque-là.

                    Ce ne sera pas finalement le chômage tant attendu à la rentrée. En somme, les échecs répétitifs des ministres viennent du fait qu'ils n'étaient pas assez conseillés. N'hésitons pas après la nomination d'un gouvernement non resserré, auquel il faudra ajouter un nombre certain de secrétaires d'état, de montrer l'exemple sur le serrage de ceinture qui sera demandé à une grande partie de la population.
                    En même temps c'est absolument impossible d'avoir des ministères aussi sous dimensionnés, quand l'exécutif de ce pays est aussi devenu le pouvoir législatif, les chambres n'étant devenu que des organes délibératifs depuis 1958.

                    Andrea Pirlo : "Malbranque a Lione era seduto accanto a noi anche sul pullman"

                    Commentaire


                    • Dans ce cas là, on ne fait pas des promesses de sagesse budgétaire.A l'Elysée, il y a plus de conseillers qu'avant.Pour quel résultat ? Est-ce que le fait de disposer de 5 conseillers de plus va changer la vision de la société de MACRON et de ses ministres tous millionnaires qui ne la connaissent pas dans sa profondeur.Quand on voit les jeunes donneurs de leçons perpétuels qui étaient conseillers avant et leurs échecs, on peut se poser la question de l'utilité de leur nombre.


                      2017 : S'appuyer sur l'administration

                      En réalité, cette décision semble découler de la volonté d'Emmanuel Macron de changer ou, a minima, de confirmer individuellement "l'intégralité des postes de direction dans la fonction publique", comme l'expliquait un article du Monde . Au total, environ 250 emplois sont concernés. En agissant de la sorte, le président de la République veut s'assurer que les différentes administrations appliqueront bien les politiques décidées par leur ministre de tutelle. Il espère également ainsi que les cabinets compteront moins de conseillers techniques pour s'appuyer directement sur leurs administrations.


                      Très fluctuante cette politique pour le jeune étudiant président.Apprentissage difficile , mais qui coûte cher.
                      Noël au balcon, enrhumé comme un con

                      Commentaire


                      • Pas une goutte de sang français mais fier d'être français. Fier de son histoire, de ses institutions. Merçi a la france d'avoir accepté et intégrée tous ces gens venus de l'est de l'Europe il y a 80 ans. Bonne fêtes à tous

                        Commentaire


                        • Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
                          En vrac, sinon, sur le débat "gauche, Hollande, etc".

                          Sur l'impopularité de Hollande, déjà. Elle tient à mes yeux autour de deux pôles, disons. Le premier, plutôt chez les individus de droite, qui a vu chez Hollande un pitre, un mec pas sérieux. Sarkozy a beaucoup joué, contre Hollande, du statut présidentiel, et dans l'imaginaire, ça a globalement fonctionné. Je me rappelle sur une soirée en être venu à parler de ça récemment, avec un étudiant qui me sortait, très sérieusement, que Sarkozy correspondait à cette stature attendue. Bon... Tout ça pour dire qu'à droite, Hollande passait comme le mec pas à sa place, ne correspondant pas au "guide" que les individus de droite aiment souvent bien avoir. Qui plus est, à la base il y avait DSK comme candidat probable, qui semblait également plus légitime, entrainant derrière un autre rejet de Hollande.
                          Du côté gauche, il a été impopulaire car il n'était pas de gauche dans beaucoup de domaines.

                          J'en viens aussi au débat sur "la gauche". Le problème, François, est déjà que tu utilises dans ce que tu dis une source expliquant les évolutions de ce qu'on entend par gauche sans en réfléchir plus que ça à l'essence. La gauche, historiquement, c'est un regroupement de groupes politiques en faveur du changement, d'une forme de progressisme. Indirectement, donc, on y verra une préoccupation relativement marquée pour ceux le plus en difficulté dans la société. De l'autre côté, à droite, il y a le conservatisme, ou la réaction, la réaction étant une volonté d'en revenir à avant la révolution - ça devient assez rare - et le conservatisme étant la volonté de ne pas trop changer le monde tel qu'il l'est.

                          Le problème, donc, de ce que tu classes à gauche, c'est que tu ne veux pas voir le conservatisme chez une grande partie de ceux que l'on classe à gauche maintenant. On pourrait très bien citer les présidentielles américaines d'ailleurs, où s'affrontent, chez les démocrates, et ce depuis déjà 2016, deux courants, un ouvertement conservateur avec Clinton ou Biden, l'autre ouvertement de gauche avec Sanders. Quand on évoque les premiers cités, il est indéniable qu'ils sont conservateurs sur de nombreux points, simplement plus "ouverts" que la droite sur certaines valeurs, ou pensent que l'ordre social sera mieux maintenu en accordant certaines choses aux plus en difficulté.

                          Et c'est comme ça qu'on peut analyser Hollande ainsi que d'autres dirigeants officiellement classés à gauche sur les deux dernières décennies, les Blair ou Schröder : ils auront une part d'humanisme - et encore - plus affichée qu'à droite, mais ils ne font rien pour que change le monde tel qu'il l'est.

                          Ce que ton article néglige complètement, c'est enfin la part de l'imaginaire. Historiquement, la gauche, c'est l'alternative. Le problème, c'est que beaucoup se réclamant de la gauche actuellement ne proposent pas d'alternative sur le mode de développement et sur ce qu'on entend par futur. Faire le mariage pour tous, même si l'on estime que c'est une bonne chose, ce n'est pas une alternative pour le futur. C'est un ajustement à la marge. Et c'est comme ça qu'on peut en grande partie expliquer le rejet des Hollande et cie : on n'a pas envie d'aller voter pour un monde prônant un "progrès de droite" mais étant plus gentil pour certains groupes d'individus.
                          Je trouve ton analyse "un peu courte". Pas vraiment fausse, mais courte.

                          Pour les USA, l'opposition républicain/démocrate n'a rien à voir avec le clivage gauche/droite français. Elle porte sur pouvoir de l'Etat fédéral vs pouvoir des collectivités locales (même si Trump a joué à contre-emploi dans la crise du Covid pour de basses raisons électorales de faire contester pour les faire battre des gouverneurs démocrates) et protectionnisme vs ouverture.
                          Les différences entre Biden et Sanders portent en partie sur un peu plus de social mais il me semble que les soutiens de Sanders sont une agrégation des revendications des "minorités (ce qui ne suffit pas à faire une politique globale).

                          En France, cette opposition a été royaliste contre républicain puis est devenu capitalisme contre socialisme.

                          Le souci actuel est qu'il n'y a plus de "mouvement ouvrier" et qu'il n'y a plus de forces sociales pour demander la destruction du capitalisme.

                          Le discours de gauche a perdu son fond idéologique et doit se contenter "d'un peu plus de solutions collectives que de solutions purement individuelles". Ca fait moins rêver surtout quand les contraintes du marché mondial limitent fortement les marges de maneuvre (même si le niveau très bas des taux d'intérêt empêche les dette des Etats de contraindre encore plus fortement ces marges).

                          Commentaire


                          • Plus terre à terre, voici donc l'obligation du masque. Dans le doute sur la réalité de la gravité de la situation,on va dire d'accord. Je ne suis pas sûr que ça aurait changé grand chose sur le contexte du chauffeur de bus à Bayonne. C'est comme sur la route, ceux qui n'ont pas le permis et l'assurance se foutent complètement des lois.Et ceux qui n'ont pas grand chose ou rien n'ont rien à perdre et continueront à être agressifs sous l'effet de l'alcool et de la drogue (il n'y a pas que ceux là qui n'ont pas grand chose). Bref, encore du zig zag. Sans compter que l'achat des masques, du gel, de la javel, des savons va finir par devenir un impôt supplémentaire ou une baisse de salaire.
                            En parlant d'impôt, plus de baisse de taxe d'habitation pour ceux qui dépassent 2500 euros de revenus mensuels. Au même titre que ceux qui en ont 75000. Tous étant considérés comme "les plus fortunés". Il est vrai que 2501 par mois, c'est une vraie fortune. En tout cas, on est rassuré car l'ISF ne sera pas rétablie.

                            On a donc bien noté le 14 juillet 2020 qu'il n'y aurait pas d'augmentation d'impôt. On n' a pas parlé de taxes, ou de contributions ou de fiscalité locale. J'ai vu le nez de JUPITER s'allonger comme celui de Pinocchio, mais bon présomption d'innocence.On fera le point le moment venu.
                            Noël au balcon, enrhumé comme un con

                            Commentaire


                            • franchement, ils cumulent et on ne sait quand le sommet sera atteint. Pour parler, y a du monde, mais après...Le virus révèle encore plus l'amateurisme.Je ne sais pas s'il y a pire, et j’espère qu'il y a mieux.

                              https://www.capital.fr/economie-poli...oiture-1374895
                              Noël au balcon, enrhumé comme un con

                              Commentaire


                              • Sur ce que j'ai pu voir de Jean Castex, ça a l'air d'être une sacrée erreur de casting. Un charisme au niveau de celui de Jean Marc Ayrault, voir pire même.

                                Quand à Macron et sa clique de guignols qui rendent le masque obligatoire dans les lieux publics clos, une belle bande d'inutiles qui font de la poudre aux yeux pour plaire à la frange peureuse de la population qui est prête à vivre sous cloche comme des soumis et des lâches.

                                Tout ça alors qu'on voit de plus en plus que le confinement n'a servit a rien et a même été une grosse erreur.

                                Commentaire


                                • Envoyé par JuniGarde Voir le message
                                  Sur ce que j'ai pu voir de Jean Castex, ça a l'air d'être une sacrée erreur de casting. Un charisme au niveau de celui de Jean Marc Ayrault, voir pire même.

                                  Quand à Macron et sa clique de guignols qui rendent le masque obligatoire dans les lieux publics clos, une belle bande d'inutiles qui font de la poudre aux yeux pour plaire à la frange peureuse de la population qui est prête à vivre sous cloche comme des soumis et des lâches.

                                  Tout ça alors qu'on voit de plus en plus que le confinement n'a servit a rien et a même été une grosse erreur.
                                  Perso son charisme, je m'en cogne s'il mène bien son gouvernement et que le pays avance...
                                  Je te trouve dur avec Macron (que je ne porte pourtant pas dans mon coeur) parce que s'il ne fait rien pour rassurer les gens, il va inéluctablement se faire taper sur les doigts...regarde Trump, Bolsonaro et Johnson pour ne citer que les dirigeants de quelques pays qui n'ont pas soutenu le confinement et ont voulu privilégier l'économie (ce qui est un choix respectable), ca n'a pas empêché le bordel dans leur pays à des niveaux différents, l'explosion du chômage, la problématique de l'économie informelle, le nombre de morts qui nuisent malgré tout à leur image etc...

                                  Je ne suis pas sûr qu'il y'ait une "bonne solution" dans des crises perçues comme majeures comme ca dans un monde aussi interdépendant que le nôtre...
                                  ça west je sui pas un alocolique! (EC)

                                  Commentaire


                                  • Mais bien sûr le confinement n'a servi à rien.....
                                    7019 personnes en rea le 8 avril, 456 le 16 juillet......
                                    Junigarde est pour moi un mystère
                                    autant il peut aligner des posts intéressant
                                    Quelquefois il peut-être aussi con qu'un gilet jaune complotiste

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
                                      En vrac, sinon, sur le débat "gauche, Hollande, etc".

                                      Sur l'impopularité de Hollande, déjà. Elle tient à mes yeux autour de deux pôles, disons. Le premier, plutôt chez les individus de droite, qui a vu chez Hollande un pitre, un mec pas sérieux. Sarkozy a beaucoup joué, contre Hollande, du statut présidentiel, et dans l'imaginaire, ça a globalement fonctionné. Je me rappelle sur une soirée en être venu à parler de ça récemment, avec un étudiant qui me sortait, très sérieusement, que Sarkozy correspondait à cette stature attendue. Bon... Tout ça pour dire qu'à droite, Hollande passait comme le mec pas à sa place, ne correspondant pas au "guide" que les individus de droite aiment souvent bien avoir. Qui plus est, à la base il y avait DSK comme candidat probable, qui semblait également plus légitime, entrainant derrière un autre rejet de Hollande.
                                      Du côté gauche, il a été impopulaire car il n'était pas de gauche dans beaucoup de domaines.

                                      J'en viens aussi au débat sur "la gauche". Le problème, François, est déjà que tu utilises dans ce que tu dis une source expliquant les évolutions de ce qu'on entend par gauche sans en réfléchir plus que ça à l'essence. La gauche, historiquement, c'est un regroupement de groupes politiques en faveur du changement, d'une forme de progressisme. Indirectement, donc, on y verra une préoccupation relativement marquée pour ceux le plus en difficulté dans la société. De l'autre côté, à droite, il y a le conservatisme, ou la réaction, la réaction étant une volonté d'en revenir à avant la révolution - ça devient assez rare - et le conservatisme étant la volonté de ne pas trop changer le monde tel qu'il l'est.

                                      Le problème, donc, de ce que tu classes à gauche, c'est que tu ne veux pas voir le conservatisme chez une grande partie de ceux que l'on classe à gauche maintenant. On pourrait très bien citer les présidentielles américaines d'ailleurs, où s'affrontent, chez les démocrates, et ce depuis déjà 2016, deux courants, un ouvertement conservateur avec Clinton ou Biden, l'autre ouvertement de gauche avec Sanders. Quand on évoque les premiers cités, il est indéniable qu'ils sont conservateurs sur de nombreux points, simplement plus "ouverts" que la droite sur certaines valeurs, ou pensent que l'ordre social sera mieux maintenu en accordant certaines choses aux plus en difficulté.

                                      Et c'est comme ça qu'on peut analyser Hollande ainsi que d'autres dirigeants officiellement classés à gauche sur les deux dernières décennies, les Blair ou Schröder : ils auront une part d'humanisme - et encore - plus affichée qu'à droite, mais ils ne font rien pour que change le monde tel qu'il l'est.

                                      Ce que ton article néglige complètement, c'est enfin la part de l'imaginaire. Historiquement, la gauche, c'est l'alternative. Le problème, c'est que beaucoup se réclamant de la gauche actuellement ne proposent pas d'alternative sur le mode de développement et sur ce qu'on entend par futur. Faire le mariage pour tous, même si l'on estime que c'est une bonne chose, ce n'est pas une alternative pour le futur. C'est un ajustement à la marge. Et c'est comme ça qu'on peut en grande partie expliquer le rejet des Hollande et cie : on n'a pas envie d'aller voter pour un monde prônant un "progrès de droite" mais étant plus gentil pour certains groupes d'individus.
                                      Bonjour.

                                      L'article wiki correspond à une définition. Je n'ai pas osé c/c une encyclopédie Larousse mais pour déterminer le point de basculement entre gauche et droite, un texte rapide facilement accessible suffit.

                                      Au cours de l'histoire mondiale des mouvements dits de gauche, les références à des concepts économiques qui se situent dans le marché (interventionnisme, régulation, lois et critères) "OU" contre le libre marché (condamnation du Capital omniscient, planification poussée limitant la concurrence), restent dans le giron de gauche. Je ne parle pas discours politiciens à visées électorales (ciblage maximisation des voix), je fais allusion à des concepts macroéconomiques qui ne se résument pas au tout Capital contre tout Bolchoi (2 pts sur le i).

                                      Les références intéressantes que tu partages ici, me rendent dubitatif pour clarifier le point de basculement entre gauche et droite. Je réfléchis (j'essaie) au sein d'une 5e république démocratique en 2020, riche de nombreuses évolutions économiques et sociales dans le temps long (républiques précédentes). Je tiens aussi et surtout compte des manières économiques (pas partisanes) proposées pour aller vers des lendemains moins grotesques et plus objectifs (à gauche comme à droite).

                                      Le combat de la République contre la Royauté ?

                                      1/ Est-ce nécessaire le 18 juillet 2020? Ca fait un petit moment que la République est reine (disons clairement ceux qui se succèdent à la tirelire).
                                      2/ J'ai croisé cent fois plus de monarques et barons en quarante ans dans la Res Publica, à gauche comme à droite, en haut comme en bas, même en banlieue dans des bus, que dans tous les livres d'histoire traitant de pouvoir absolu. Tu peux parfaitement réfuter, ça reste une interprétation subjective. Je caricature un peu mais pas trop.

                                      L'imaginaire de l'alternative ? Le Cambodge sous Polpot, la Chine sous Mao, la Russie sous Staline, la Roumanie sous Ceausescu, la RDA pendant la guerre froide, le printemps de Prague, c'est de l'imagination ?

                                      Restons français une seconde. Le seul moment républicain de pouvoir a gauche toute se situe entre 1981 et 1983. Les périodes 2000-2002 et 2014-2017 sont de gauche modérée, plus assimilables à de la social-démocratie qu'à du socialisme de la 1ère internationale. Bref, de 1981 à 1983, l'inflation des prix explosive a obligé FM à se séparer de PM et du PCF de GM, pour revenir à une approche économique plus nuancée, sous les contraintes de l'explosion des prix et de l'affaiblissement drastique des exportations (sauf peut-être quelques armes en Afrique et au MO). Je ne suis pas précis, tu peux tout à fait me dire que PM ne s'est pas pris dans la gueule une puting d'inflation, une balance commerciale inquiétante à terme et surtout une horde de doux rêveurs qui veulent se faire raser gratis pendant mille ans de paix (allusion à un discours ÉLECTORAL, pas ÉCONOMIQUE).

                                      Le conservatisme, la réaction, le progressisme, le populisme, sont des termes que j'associe à des camps, des communautés de valeurs intrinsèques à des intérêts personnels (autant à gauche qu'à droite). Ce qui détermine le clivage entre gauche et droite au cours de l'histoire moderne, c'est l'élaboration de politiques de développement territorial en fonction de réflexions économiques revendiquées. Les coups de becs électoraux de pélicans qui crachent pour prendre la place, je m'en tape complètement, qu'ils soient déguisés en Robin des bois, d'Artagnan ou JR Ewing.

                                      Ton analyse est juste, mais elle ne répond à aucun moment à des débats d'idées pour limiter la casse. Ton analyse met en valeur, avec justesse, un bal masqué où depuis un siècle (cent ans), les Cendrillon finissent à chaque fois dans les cendrillons. Désolé pour le second degré de mauvais goût et merci pour ta réponse constructive.

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par ganay03 Voir le message
                                        Mais bien sûr le confinement n'a servi à rien.....
                                        7019 personnes en rea le 8 avril, 456 le 16 juillet......
                                        Junigarde est pour moi un mystère
                                        autant il peut aligner des posts intéressant
                                        Quelquefois il peut-être aussi con qu'un gilet jaune complotiste
                                        JuniGarde se fait le défenseur d'un individualisme forcené qui lui a fait perdre toute lucidité sur les conséquences sociales de ses agissements.

                                        *Mas il serait le premier à hurler à l'incompétence des politiques et à revendiquer haut et fort son droit à recevoir les soins que nécessitent son état le jour où la maladie le rattrapera.

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Lyonnais921 Voir le message
                                          JuniGarde se fait le défenseur d'un individualisme forcené qui lui a fait perdre toute lucidité sur les conséquences sociales de ses agissements.
                                          *Mas il serait le premier à hurler à l'incompétence des politiques et à revendiquer haut et fort son droit à recevoir les soins que nécessitent son état le jour où la maladie le rattrapera.
                                          me fait penser à la drôle de vidéo de l'américain qui se fait refouler d'un magasin en Floride parce qu'il ne veut pas porter de masque (alors que cet état compte ses morts à la pelle), et qui verse un torrent d'insulte sur le commerçant en hurlant "vous violez mes droits constitutionnels"
                                          Libérééééééé, délivréééééééé !

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par ganay03 Voir le message
                                            Mais bien sûr le confinement n'a servi à rien.....
                                            7019 personnes en rea le 8 avril, 456 le 16 juillet......
                                            Désolé mais c'est absolument pas une preuve ça...

                                            Et le confinement c'est l'arme des faibles, des incapables et des dictateurs en herbe. Y avait bien d'autres choses à faire hein.

                                            Commentaire


                                            • Envoyé par auto67 Voir le message

                                              Désolé mais c'est absolument pas une preuve ça...

                                              Et le confinement c'est l'arme des faibles, des incapables et des dictateurs en herbe. Y avait bien d'autres choses à faire hein.
                                              On attend avec intérêt l'impressionnante liste des forts, compétents et démocrates qui ont trouvé avec succès les autres choses à faire (accompagné de la liste de ce qui a été fait bien sûr).

                                              Un bête calcul, 1% de la population en réa pendant 20 jours (durée moyenne il me semble pour le Covid), c'est 15 000 000 journées.

                                              Etalées sur 100 jours, c'est 150 000 "lits de réa".

                                              A comparer aux 10 000 lits de l'Allemagne, pays souvent mis en exergue pour les moyens de ses hopitaux.

                                              Commentaire


                                              • Tous les pays du monde n'ont pas confiné hein et ça n'a pas été l'apocalypse. Vous êtes fous de relayer la propagande gouvernementale faisant croire que le confinement était l'alpha et l'oméga des mesures. Alors que c'est tout sauf une mesure médicale. On n'est pas au Moyen-Age hein mais au 21e siècle comme aiment bien le dire les progressistes et on est pas le tiers-monde mais la 5e (ou 6e) puissance mondiale.

                                                Pêle-mêle on pouvait :

                                                1) fermer les frontières, terrestres et aéroportuaires
                                                2) tester/masquer/isoler les vulnérables et malades (un confinement individuel)
                                                3) éviter de massacrer notre système de santé avec une absence de matériel (respirateur, blouses, gants)

                                                Au final, on a appliqué une méthode de tocards faute de moyens, parce que l'austérité imposée par l'UE et validée par nos gouvernants soumis tue. On a préféré emprisonner toute la population qui a cédé par peur plutôt que de fournir du matériel et de contrôler les entrées dans le territoire (alors que pour fliquer la population, pas de soucis là).

                                                Et je passe sur les tonnes de mythos des ministres et hauts fonctionnaires. Qui sont des criminels ni plus ni moins (cf scandales des Ephads, ou la sélection des vieux dans les hôpitaux faute de place).

                                                Mais bon, on a applaudi 2 mois à 20h donc tout va bien.

                                                Commentaire


                                                • Accessoirement, on avait déjà les infos dès octobre 2019 que des pneumonies étranges apparaissaient aux JO militaires en Chine, le patient 0 français est probablement un membre de l'armée. Ensuite on pouvait éviter de faire revenir les français malades comme ça en les foutant à Carry-le-Rouet. On pouvait mieux contrôler notre espace maritime puisque la France est le second empire des mers au monde car on est présent partout via nos DOM-TOM.

                                                  Non effectivement, y avait rien d'autre que le confinement pur et dur, et stupide. Mais des confinements ciblés de personnes et localisés sur des territoires/villes, j'aurais pas dit non hein. Le confinement a servi à masquer l'absence honteux de moyens (où partent nos impôts), les mensonges à répétition et à empêcher une révolte populaire.

                                                  Fin bref, Buyzin la corrompue disait qu'elle a tout bien fait en juillet 2020 alors qu'en février de la même année, elle sort qu'elle a prévenu que ça allait être la merde et elle n'a rien fait à part chialer pour se victimiser. Et Macro qui a le culot de sortir "je félicite ceux qui savent tout après", bah mec, t'avais déjà des retours fin 2019 et si toi tu sais pas, ça sert à quoi d'avoir ta tronche d'aphte au pouvoir ? C'est bien ce que je dis, ceux qui ont le pouvoir sont irresponsables quoi.

                                                  Ah si, pardon je suis injuste, Buyzin a fait un truc : classer un médoc inoffensif et efficace depuis 70 ans en substance dangereuse pour favoriser les labos avec lesquels elle est maquée et sans doute celui de sa crapule de mari. Désolé Agnès, t'as bien travaillé.

                                                  Commentaire


                                                  • Envoyé par auto67;n11526073[B
                                                    ]Tous les pays du monde n'ont pas confiné hein et ça n'a pas été l'apocalypse[/B]. Vous êtes fous de relayer la propagande gouvernementale faisant croire que le confinement était l'alpha et l'oméga des mesures. Alors que c'est tout sauf une mesure médicale. On n'est pas au Moyen-Age hein mais au 21e siècle comme aiment bien le dire les progressistes et on est pas le tiers-monde mais la 5e (ou 6e) puissance mondiale.

                                                    Pêle-mêle on pouvait :

                                                    ....
                                                    De l'art de ne pas répondre à une question simple : qui a fait quoi de mieux".

                                                    En noyant le poisson sous une réthorique yavaika.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X