Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Débats politiques 2.0

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par RERH92 Voir le message

    Un Ouzbék imberbe en tutu qui marche sur de la mousse au chocolat, oui c'est du haut niveau
    Quasi parfait résumé en deux phrases,
    ​​​Il manquait juste le fond sonore de Klaus Nomi
    http://www.youtube.com/watch?v=uJF5z...eature=related

    Commentaire


    • Tiens, les sénateurs limitent la prime Macron aux entreprises de moins de 50 salariés
      Pouvoir d'achat : les sénateurs limitent la nouvelle "prime Macron" aux entreprises de moins de 50 salariés (francetvinfo.fr)

      Je suis pas sûr que cette restriction rendra la situation plus "égalitaire" ni ne créera " un plus à gagner " pour la sécu .... le risque probable c'est qu'un certain nombre de salariés qui pourraient être éligibles à cette prime ne reçoivent rien ou un montant dérisoire par rapport à ce qu'ils avaient pris l'habitude de recevoir .

      Mais l;avis du sénat n'est que consultatif ?

      Commentaire


      • Nos branleurs macroniste reviennent sur leurs conneries une à une.
        après cinq ans d'expériences hasardeuses aux frais du contribuable, après avoir chier sur le nucléaire et revenir dessus, les voilà revenir à la limite des 90 km/H.

        Cinq ans pour déconstruire , cinq
        ans pour rafistoler= 10 ans de perdu et des tonnes de frics public.

        What else?
        http://www.youtube.com/watch?v=uJF5z...eature=related

        Commentaire


        • En tous cas on peut faire un petit bilan de cette 1ère session parlementaire qui a vu l'adoption des lois veille sanitaire, pouvoir d'achat et finances rectificatives.

          - Macron a pu faire passer ses projets estivaux à disons 90% (quelques petits ratés et amendements de l'opposition mais assez mineurs, globalement ce qu'il avait promis est passé)
          - LR est comme on pouvait s'y attendre en collaboration assez nette avec la majorité, lui garantissant l'apport de voix nécessaire à l'Assemblée pour les textes économiques et sanitaires et le soutien du Sénat. Ce début de quinquennat est de facto une coalition Renaissance - LR qui ne dit pas son nom.
          - Le RN a été étonnamment très constructif dans la session, en faisant des votes logiques plutôt que de posture. Il y a clairement une stratégie de donner une image sérieuse au parti, de se donner l'image d'un parti de gouvernement, en tous cas pour le moment d'une opposition responsable. Je dois dire que je suis aussi agréablement surpris que le RN ait placé d'abord le respect absolu des institutions de la République bien avant tout le reste mais je me leurre pas non plus, cela fait partie de la suite de la stratégie de dédiabolisation qui dure depuis bientôt 2 décennies et qui mine de rien produit des résultats toujours plus importants (les résultats d'élections le prouvent la progression est constante depuis 2007).
          - LFI et EELV sont dans l'obstruction quasi systématique et tient le rang d'opposition la plus dure en tous cas en ce qui concerne les 3 premiers projets de loi.
          - Le PS est dans une posture plus modérée, intermédiaire et assez souvent dans l'abstention mais va pas jusqu'à faire comme le RN à voter ce qui va dans le bon sens même si ça va pas assez loin.

          Mon avis est que la NUPES joue un jeu bien dangereux, attention à cette guerre des oppositions entre le RN et la gauche qui prend une drôle de tournure. Le RN est en train de faire oublier ce qu'est le RN, la stratégie de Le Pen se voit gros comme un éléphant dans un couloir mais pourtant c'est aussi bête qu'efficace, ils endorment un peu tout le monde et ça peut faire très mal dans de futures élections. Le camp macroniste mais surtout la gauche pourraient bien payer très cher tout cela dans le futur, on verra.

          Ceci étant si les LR continuent d'être dans la collaboration, il n'y a pour l'instant aucun intérêt à une prochaine dissolution, on verra sur les projets de lois plus tendus qui arriveront à l'Automne. Et en ce qui concerne les projets plus "gauche-compatible", est-ce que la majorité pourra avoir l'appoint de la NUPES (particulièrement du PS et peut-être quelques GDR, pour le reste faut pas rêver), il faudra voir aussi c'est indispensable si Macron veut faire passer tout son programme, pour le moment la 1ère étape est réussie mais c'était pas la plus difficile. Le pragmatisme a pris le pas sur le front anti-Macron donc une mise en minorité du gouvernement est pour l'instant relégué au rang de fantasme.
          Dernière modification par lochiba84, 05/08/2022, 09h41.

          Commentaire


          • Envoyé par lochiba84 Voir le message
            En tous cas on peut faire un petit bilan de cette 1ère session parlementaire qui a vu l'adoption des lois veille sanitaire, pouvoir d'achat et finances rectificatives.

            - Macron a pu faire passer ses projets estivaux à disons 90% (quelques petits ratés et amendements de l'opposition mais assez mineurs, globalement ce qu'il avait promis est passé)
            - LR est comme on pouvait s'y attendre en collaboration assez nette avec la majorité, lui garantissant l'apport de voix nécessaire à l'Assemblée pour les textes économiques et sanitaires et le soutien du Sénat. Ce début de quinquennat est de facto une coalition Renaissance - LR qui ne dit pas son nom.
            - Le RN a été étonnamment très constructif dans la session, en faisant des votes logiques plutôt que de posture. Il y a clairement une stratégie de donner une image sérieuse au parti, de se donner l'image d'un parti de gouvernement, en tous cas pour le moment d'une opposition responsable.
            - LFI et EELV sont dans l'obstruction quasi systématique et tient le rang d'opposition la plus dure en tous cas en ce qui concerne les 3 premiers projets de loi.
            - Le PS est dans une posture plus modérée, intermédiaire et assez souvent dans l'abstention mais va pas jusqu'à faire comme le RN à voter ce qui va dans le bon sens même si ça va pas assez loin.

            Mon avis est que la NUPES joue un jeu bien dangereux, attention à cette guerre des oppositions entre le RN et la gauche qui prend une drôle de tournure. Le RN est en train de faire oublier ce qu'est le RN, la stratégie de Le Pen se voit gros comme un éléphant dans un couloir mais pourtant c'est aussi bête qu'efficace, ils endorment un peu tout le monde et ça peut faire très mal dans de futures élections. Le camp macroniste mais surtout la gauche pourraient bien payer très cher tout cela dans le futur, on verra.

            Ceci étant si les LR continuent d'être dans la collaboration, il n'y a pour l'instant aucun intérêt à une prochaine dissolution, on verra sur les projets de lois plus tendus qui arriveront à l'Automne. Et en ce qui concerne les projets plus "gauche-compatible", est-ce que la majorité pourra avoir l'appoint de la NUPES (particulièrement du PS et peut-être quelques GDR, pour le reste faut pas rêver), il faudra voir aussi c'est indispensable si Macron veut faire passer tout son programme, pour le moment la 1ère étape est réussie mais c'était pas la plus difficile. Le pragmatisme a pris le pas sur le front anti-Macron donc une mise en minorité du gouvernement est pour l'instant relégué au rang de fantasme.
            Plutôt d'accord avec ton analyse.
            Il se dégage une majorité, d'idées on va dire, entre Macron et la droite LR. Elle est assez naturelle, donc on peut penser qu'elle sera durable, et l'AN va fonctionner sans dissolution prochaine.
            L'opposition RN prépare déjà le 2è tour de l'élection présidentielle 2027, pour MLP. Donc ils la jouent sérieux et responsables.
            Je conçois que tu n'aimes pas l'attitude de la NUPES mais leur stratégie est le rassemblement de ceux qui en ont ras le bol de Macron. Ca marchera s'il suscite autant de haine qu'à son 1er mandat. Aujourd'hui il est un peu effacé. Il me semble qu'il n'a pas encore bien compris ce qui lui est arrivé aux législatives. Mais cet effacement va peut-être lui servir car c'était son omniprésence et son omniscience qui le rendait détestable.
            En tout cas, j'aime bien l'idée que cette 5è république soit devenue plus parlementaire.
            Débattre c'est accepter la mise en danger de nos certitudes

            Commentaire


            • Envoyé par Florentin Voir le message

              Plutôt d'accord avec ton analyse.
              Il se dégage une majorité, d'idées on va dire, entre Macron et la droite LR. Elle est assez naturelle, donc on peut penser qu'elle sera durable, et l'AN va fonctionner sans dissolution prochaine.
              L'opposition RN prépare déjà le 2è tour de l'élection présidentielle 2027, pour MLP. Donc ils la jouent sérieux et responsables.
              Je conçois que tu n'aimes pas l'attitude de la NUPES mais leur stratégie est le rassemblement de ceux qui en ont ras le bol de Macron. Ca marchera s'il suscite autant de haine qu'à son 1er mandat. Aujourd'hui il est un peu effacé. Il me semble qu'il n'a pas encore bien compris ce qui lui est arrivé aux législatives. Mais cet effacement va peut-être lui servir car c'était son omniprésence et son omniscience qui le rendait détestable.
              En tout cas, j'aime bien l'idée que cette 5è république soit devenue plus parlementaire.
              Moi aussi je trouve ce début de législature plutôt rafraîchissant. Après la peur d'un pays ingouvernable, pour le moment c'est le rafraîchissement du débat démocratique qui a primé et sans blocages pour autant, on verra avec le temps.
              Si c'est pour avoir une république plus parlementaire mais qui ne soit pas condamnée à l'immobilisme alors oui on ne peut être que gagnant, mais il faut que chacun se responsabilise pour ça et ça semble au moins être partiellement le cas pour le moment. La NUPES joue l'opposition frontale c'est leur choix, c'est un peu normal vu les textes proposés, j'attendrais de voir leur attitude sur des textes qui vont plutôt dans le sens de la gauche (même si le pouvoir d'achat y'avait des mesures de bon sens bien qu'insuffisantes aux yeux de la gauche).

              Je suis curieux de voir qui tirera au final le plus de bénéfices de tout ça entre la NUPES et le RN qui ont adopté 2 stratégies diamétralement opposées.

              Pour aller plus loin pour la 1ère fois, je suis obligé de reconnaître que le RN a montré qu'ils pourraient à l'avenir participer à un gouvernement de coalition sans affaiblir la France s'ils adoptent l'attitude qu'ils ont actuellement à l'Assemblée. C'est déjà un séisme politique que d'arriver à ce constat même si ça s'est déjà produit ailleurs en Europe avec des partis similaires. En tous cas l'idée par exemple d'une coalition RN - LR (pas sur cette législature puisque minoritaires mais sur une prochaine) c'est plus du tout fantaisiste, qui peut encore le nier ? Voire même RN - LR - Renaissance pour mettre en minorité la gauche NUPES si d'aventure celle-ci progressait sur les prochaines élections législatives. Tout cela c'est juste ce qu'on observe sur certains votes à l'Assemblée, y'a plus de scénario impossible avec cette nouvelle donne mais ça fait déjà 5 ans que j'annonce un nouveau paradigme avec la fin des majorités à un seul parti, là on y entre on peut peut-être pas parler de 6ème République mais tout a changé, le paysage s'est fragmenté, l'ancienne alternance RPR - PS a définitivement vécu.

              Commentaire


              • J'oubliais aussi de noter que des députés de la majorité (Horizons en l'occurence) ont voté un tout petit peu différemment des préconisations du gouvernement. C'est bien aussi ça transperce un peu l'idée de députés godillot bien que tous les LREM/Rennaissance aient eux probablement voté pareil. Ca montre un peu la pluralité même au sein de la majorité relative et donc que le gouvernement doit aussi prendre en compte son propre camp, ça me paraît sain même quand on soutient la majorité. Je pense que pas grand monde ne se plaindra de ça, à part les LREM et Macron lui-même qui a la tâche un peu plus compliquée mais c'est le jeu démocratique et il faut l'accepter.

                Commentaire


                • Envoyé par fooooot Voir le message
                  Nos branleurs macroniste reviennent sur leurs conneries une à une.
                  après cinq ans d'expériences hasardeuses aux frais du contribuable, après avoir chier sur le nucléaire et revenir dessus, les voilà revenir à la limite des 90 km/H.

                  Cinq ans pour déconstruire , cinq
                  ans pour rafistoler= 10 ans de perdu et des tonnes de frics public.

                  What else?
                  En même temps , Vulcain a remplacé Jupiter
                  C'est l'alternance .

                  Commentaire


                  • Envoyé par lochiba84 Voir le message

                    Moi aussi je trouve ce début de législature plutôt rafraîchissant. Après la peur d'un pays ingouvernable, pour le moment c'est le rafraîchissement du débat démocratique qui a primé et sans blocages pour autant, on verra avec le temps.
                    Si c'est pour avoir une république plus parlementaire mais qui ne soit pas condamnée à l'immobilisme alors oui on ne peut être que gagnant, mais il faut que chacun se responsabilise pour ça et ça semble au moins être partiellement le cas pour le moment. La NUPES joue l'opposition frontale c'est leur choix, c'est un peu normal vu les textes proposés, j'attendrais de voir leur attitude sur des textes qui vont plutôt dans le sens de la gauche (même si le pouvoir d'achat y'avait des mesures de bon sens bien qu'insuffisantes aux yeux de la gauche).

                    Je suis curieux de voir qui tirera au final le plus de bénéfices de tout ça entre la NUPES et le RN qui ont adopté 2 stratégies diamétralement opposées.

                    Pour aller plus loin pour la 1ère fois, je suis obligé de reconnaître que le RN a montré qu'ils pourraient à l'avenir participer à un gouvernement de coalition sans affaiblir la France s'ils adoptent l'attitude qu'ils ont actuellement à l'Assemblée. C'est déjà un séisme politique que d'arriver à ce constat même si ça s'est déjà produit ailleurs en Europe avec des partis similaires. En tous cas l'idée par exemple d'une coalition RN - LR (pas sur cette législature puisque minoritaires mais sur une prochaine) c'est plus du tout fantaisiste, qui peut encore le nier ? Voire même RN - LR - Renaissance pour mettre en minorité la gauche NUPES si d'aventure celle-ci progressait sur les prochaines élections législatives. Tout cela c'est juste ce qu'on observe sur certains votes à l'Assemblée, y'a plus de scénario impossible avec cette nouvelle donne mais ça fait déjà 5 ans que j'annonce un nouveau paradigme avec la fin des majorités à un seul parti, là on y entre on peut peut-être pas parler de 6ème République mais tout a changé, le paysage s'est fragmenté, l'ancienne alternance RPR - PS a définitivement vécu.
                    Oui j'avais oublié de le souligner: si la NUPES est frontalement dans l'opposition, c'est que la philosophie de ce gouvernement est toujours clairement libérale. Ca ne peut donc que convenir à LR.
                    Bien sûr il y a des mesures de pouvoir d'achat qui ne peuvent pas être contestées par la gauche, qui peut trouver que ce n'est pas assez. Exemple, la revalorisation de la pension des retraités de 4%. La gauche ne peut pas s'y opposer mais dit que c'est en dessous de l'inflation. Moi je trouve que, à travers ces mesures de pouvoir d'achat, Macron fait de plus de en plus du Sarkosy. Donc comment voter contre quand on est de droite, et comment voter pour quand on est de gauche ?
                    Débattre c'est accepter la mise en danger de nos certitudes

                    Commentaire


                    • Envoyé par lochiba84 Voir le message

                      Moi aussi je trouve ce début de législature plutôt rafraîchissant. Après la peur d'un pays ingouvernable, pour le moment c'est le rafraîchissement du débat démocratique qui a primé et sans blocages pour autant, on verra avec le temps.
                      Si c'est pour avoir une république plus parlementaire mais qui ne soit pas condamnée à l'immobilisme alors oui on ne peut être que gagnant, mais il faut que chacun se responsabilise pour ça et ça semble au moins être partiellement le cas pour le moment. La NUPES joue l'opposition frontale c'est leur choix, c'est un peu normal vu les textes proposés, j'attendrais de voir leur attitude sur des textes qui vont plutôt dans le sens de la gauche (même si le pouvoir d'achat y'avait des mesures de bon sens bien qu'insuffisantes aux yeux de la gauche).

                      Je suis curieux de voir qui tirera au final le plus de bénéfices de tout ça entre la NUPES et le RN qui ont adopté 2 stratégies diamétralement opposées.

                      Pour aller plus loin pour la 1ère fois, je suis obligé de reconnaître que le RN a montré qu'ils pourraient à l'avenir participer à un gouvernement de coalition sans affaiblir la France s'ils adoptent l'attitude qu'ils ont actuellement à l'Assemblée. C'est déjà un séisme politique que d'arriver à ce constat même si ça s'est déjà produit ailleurs en Europe avec des partis similaires. En tous cas l'idée par exemple d'une coalition RN - LR (pas sur cette législature puisque minoritaires mais sur une prochaine) c'est plus du tout fantaisiste, qui peut encore le nier ? Voire même RN - LR - Renaissance pour mettre en minorité la gauche NUPES si d'aventure celle-ci progressait sur les prochaines élections législatives. Tout cela c'est juste ce qu'on observe sur certains votes à l'Assemblée, y'a plus de scénario impossible avec cette nouvelle donne mais ça fait déjà 5 ans que j'annonce un nouveau paradigme avec la fin des majorités à un seul parti, là on y entre on peut peut-être pas parler de 6ème République mais tout a changé, le paysage s'est fragmenté, l'ancienne alternance RPR - PS a définitivement vécu.
                      Si tu analyses simplement le RN pour son idéologie et non pour ce que le parti représente ou peut représenter, c'est globalement des idées de droite, de travail, de mérite, d'ordre, etc. Là-dessus, ça me semble assez évident que par rapport au positionnement traditionnel de Macron, ça va bien plus dans son sens que celui de NUPES. Le RN joue la carte du parti des petites gens mais ça reste avant tout un parti bien à droite : ils n'aideront pas les petites gens par des aides mais en dégageant les immigrés et en leur redonnant du boulot (je grossis le trait, mais c'est un peu l'idée).

                      Quant au parti de Philippe, je pense que c'est juste un petit rappel pour montrer qu'ils ne diront pas oui à toi et qu'il faut aussi un minimum les respecter.

                      Je n'ai pas évoqué LR, mais même principe : eux sont de droite et clairement, dans ce que propose Macron, s'ils ne jouent pas aux gamins insatisfaits, t'as 90% des trucs qui reprennent leur idéologie. Ils peuvent éventuellement discuter un peu du degré, mais leur logique de pensée est respectée. C'est évident qu'ils seront en soutien sur pas mal de points, car au bout d'un moment ça devient quasiment impossible de s'opposer par principe quand on te propose des lois qui auraient pu être proposées par ton propre parti.
                      Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                      Commentaire


                      • Envoyé par ilovetokyo Voir le message

                        En même temps , Vulcain a remplacé Jupiter
                        C'est l'alternance .
                        Ben quoi c’est ça d’être non binaire

                        fin bref, le macronisme devrait être classée parmi les maladies mentales.

                        Enfin quand Bertrand & Chantal seront les deux pieds devant, on pourra espérer qu’un parti pro France commande le pays.

                        Commentaire


                        • Pendant ce temps la en France, on bat tous les records, non, pas ceux de chaleurs, non pas non plus ceux de notre endettement, ceux nos déficits commerciaux.

                          13.1 milliards d'Euro de deficit commercial sur le mois de Juin, record sur 1 mois
                          39 milliards d'Euro de deficit commercial sur le trimestre, record sur 1 trimestre
                          121.9 milliards d'Euros de deficit commercial sur un an, record sur 1 an



                          Envoyé par interactif
                          si j'avais du aller voter, j'aurais évidemment voté Juppé.

                          Commentaire


                          • Envoyé par Al Bundy Voir le message
                            Pendant ce temps la en France, on bat tous les records, non, pas ceux de chaleurs, non pas non plus ceux de notre endettement, ceux nos déficits commerciaux.

                            13.1 milliards d'Euro de deficit commercial sur le mois de Juin, record sur 1 mois
                            39 milliards d'Euro de deficit commercial sur le trimestre, record sur 1 trimestre
                            121.9 milliards d'Euros de deficit commercial sur un an, record sur 1 an


                            Il paraît que notre président est un Mozart de la finance. Notre économie n'est pas forte ?????????

                            Commentaire


                            • Je suis meme assez gentil, j'aurais du parler de nouveaux records battus, car ca fait deja plusieurs fois qu'il bat ses precedents records !!!
                              Envoyé par interactif
                              si j'avais du aller voter, j'aurais évidemment voté Juppé.

                              Commentaire


                              • Envoyé par Al Bundy Voir le message
                                Pendant ce temps la en France, on bat tous les records, non, pas ceux de chaleurs, non pas non plus ceux de notre endettement, ceux nos déficits commerciaux.

                                13.1 milliards d'Euro de deficit commercial sur le mois de Juin, record sur 1 mois
                                39 milliards d'Euro de deficit commercial sur le trimestre, record sur 1 trimestre
                                121.9 milliards d'Euros de deficit commercial sur un an, record sur 1 an


                                L’€ c’est un gage de prospérité, l’Allemagne c’est un pays frère, l’Ukraine de zelenski est un pays propre et macron a tué la russie grâce à Bruno le maire.

                                meme lyonnais921, cheval de Troie macroniste, n’aurait pas osé

                                Commentaire


                                • Envoyé par FAN2FOOT93 Voir le message

                                  Je n'ai pas le sentiment que l'espace médiatique soit "colonisé" par la droite.
                                  Au contraire, je pense que sur les sujets de société, par exemple, les idées de gauche, progressistes, sont largement diffusées, y compris sur France Télévisions et que le succès d'une chaîne comme CNews témoigne justement du fait qu'une partie des opinions n'étaient pas ou peu représentées jusqu'ici.

                                  Personnellement, payer une redevance TV pour voir, par exemple, une Anne-Sophie Lapix multiplier, dans le public, des mimiques grotesques pendant l'interview d'un Éric Zemmour me dérange profondément (sur le fond comme sur la forme).
                                  Je préfère un média qui assume son positionnement, quel qu'il soit, plutôt qu'un autre, qui se présente comme neutre alors qu'il ne l'est pas (à fortiori lorsqu'il s'agit du service public).
                                  Quelles idées de gauche sont "largement" diffusées dans les médias? Celles où les cheminots sont sans cesse présentés comme des preneurs d'otages? Celles où on a criminalisé des CGTistes parce qu'ils avaient arraché une chemise? Celles où l'on parle sans arrêt des patrons qui ne peuvent recruter sans jamais présenter le point de vue de ceux qui ne veulent pas retourner au travail? Ou encore celles contenues dans l'interview de France Inter sur Carlos Ghosn présenté comme un véritable agent secret et en montrant les Japonais comme des gens cyniques et fourbes?

                                  Des exemples comme ça, il y en a à la pelle dans les médias.

                                  A moins que tu ne considères l'antiracisme, la lutte contre l'homophobie ou contre les violences faites aux femmes comme des idées "de gauche" et qu'il est normal pour le débat public qu'une chaîne comme CNEWS puisse diffuser des programmes et des idées haineuses. A ce moment là je te dirai qu'il est temps pour toi de mettre à jour ton logiciel républicain parce que ces idées n'ont pas être représentées. Ceci d'autant plus, comme je le disais, que les cadres des débats ne sont pas respectés puisqu'on invite des Zemmour ou Onfray sans réel contradicteur.

                                  Tu confirmes en fait ce que je dis: l'espace médiatique est tellement colonisé par la droite qu'on en vient à accepter des Zemmour comme candidat (je pense d'ailleurs que beaucoup plus de français voulaient voter pour lui mais ont préféré voter utile avec Le Pen pour faire barrage à Mélenchon) ou à considérer France Télé comme de gauche juste parce qu'ils ont tancé les candidats d'extrême-droite. Il a tellement colonisé nos esprits que même des pauvres hurlent lorsqu'on dit qu'on va imposer plus les riches. Dans les années 80, la télé accordait un sujet au congrès annuel de la CGT, aujourd'hui tu n'as même pas une seconde.

                                  Cela me rappelle il y a quelques années justement: il fallait "respecter" les idées conservatrices (comprenez par là, les idées anticommunistes, racistes, antipauvres, etc), ne pas critiquer les riches, ne pas être trop méchant car tout ceci relevait d'un "politiquement correct" venu de tyrans voulant le retour de la Terreur, critiquer les élites relevait du "populisme" voire de l'antisémitisme.

                                  Aujourd'hui quel résultat! A l'heure de la plus grande sécheresse jamais mesuré, nous avons toute une aile conservatrice qui pense que le réchauffement climatique est de la blague et fustige l'écologie "punitive", un gouvernement qui n'a plus peur d'utiliser de la matraque dès qu'il y a une manifestation ou qui se donne le droit de priver les citoyens de liberté sans débat démocratique ni sans justifier son action tout en accentuant les causes qui le pousse vers plus de contrôle, une ministre qui peut parler de "ces gens là" sans démissionner.

                                  Le ministre de l'écologie qui déclare d'ailleurs à propos de la sécheresse: "va falloir vous habituer". En gros, nous les élites, nous les riches on s'en branle puisque de toute façon, on saura s'en sortir et nous sommes inatteignables. On ne fera rien pour limiter les profits ou l'exploitation de la terre rassurez-vous quand même, on sera là pour envoyer la police si vous râlez un peu trop ou si vous prenez un peu trop de douches par jour ou si vous avez eu l'outrecuidance d'acheter une piscine.

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par MockingBird69 Voir le message

                                    Quelles idées de gauche sont "largement" diffusées dans les médias? Celles où les cheminots sont sans cesse présentés comme des preneurs d'otages? Celles où on a criminalisé des CGTistes parce qu'ils avaient arraché une chemise? Celles où l'on parle sans arrêt des patrons qui ne peuvent recruter sans jamais présenter le point de vue de ceux qui ne veulent pas retourner au travail? Ou encore celles contenues dans l'interview de France Inter sur Carlos Ghosn présenté comme un véritable agent secret et en montrant les Japonais comme des gens cyniques et fourbes?


                                    Des exemples comme ça, il y en a à la pelle dans les médias.


                                    A moins que tu ne considères l'antiracisme, la lutte contre l'homophobie ou contre les violences faites aux femmes comme des idées "de gauche" et qu'il est normal pour le débat public qu'une chaîne comme CNEWS puisse diffuser des programmes et des idées haineuses. A ce moment là je te dirai qu'il est temps pour toi de mettre à jour ton logiciel républicain parce que ces idées n'ont pas être représentées. Ceci d'autant plus, comme je le disais, que les cadres des débats ne sont pas respectés puisqu'on invite des Zemmour ou Onfray sans réel contradicteur.


                                    Tu confirmes en fait ce que je dis: l'espace médiatique est tellement colonisé par la droite qu'on en vient à accepter des Zemmour comme candidat (je pense d'ailleurs que beaucoup plus de français voulaient voter pour lui mais ont préféré voter utile avec Le Pen pour faire barrage à Mélenchon) ou à considérer France Télé comme de gauche juste parce qu'ils ont tancé les candidats d'extrême-droite. Il a tellement colonisé nos esprits que même des pauvres hurlent lorsqu'on dit qu'on va imposer plus les riches. Dans les années 80, la télé accordait un sujet au congrès annuel de la CGT, aujourd'hui tu n'as même pas une seconde.


                                    Cela me rappelle il y a quelques années justement: il fallait "respecter" les idées conservatrices (comprenez par là, les idées anticommunistes, racistes, antipauvres, etc), ne pas critiquer les riches, ne pas être trop méchant car tout ceci relevait d'un "politiquement correct" venu de tyrans voulant le retour de la Terreur, critiquer les élites relevait du "populisme" voire de l'antisémitisme.


                                    Aujourd'hui quel résultat! A l'heure de la plus grande sécheresse jamais mesuré, nous avons toute une aile conservatrice qui pense que le réchauffement climatique est de la blague et fustige l'écologie "punitive", un gouvernement qui n'a plus peur d'utiliser de la matraque dès qu'il y a une manifestation ou qui se donne le droit de priver les citoyens de liberté sans débat démocratique ni sans justifier son action tout en accentuant les causes qui le pousse vers plus de contrôle, une ministre qui peut parler de "ces gens là" sans démissionner.


                                    Le ministre de l'écologie qui déclare d'ailleurs à propos de la sécheresse: "va falloir vous habituer". En gros, nous les élites, nous les riches on s'en branle puisque de toute façon, on saura s'en sortir et nous sommes inatteignables. On ne fera rien pour limiter les profits ou l'exploitation de la terre rassurez-vous quand même, on sera là pour envoyer la police si vous râlez un peu trop ou si vous prenez un peu trop de douches par jour ou si vous avez eu l'outrecuidance d'acheter une piscine.
                                    J'ai cité les sujets sociétaux.
                                    Pour te prendre un exemple concret, Delphine Ernotte a indiqué que, d'après le CSA, les personnes « perçues comme non blanches » représenteraient environ 25 % de la société française, contre 15 % à la télévision, qu'il y avait donc un énorme rattrapage à faire et que ce serait le fil rouge de son nouveau mandat.
                                    Je considère qu'ici, la Présidente de France Télévisions fait de la politique, avec des concepts inspirés tout droit des États-Unis, que ce n'est pas son rôle et que payer pour cela me dérange.

                                    Sur le principe, néanmoins, je suis pour la pluralité donc je pense, contrairement à toi, que oui, toutes les sensibilités politiques doivent être représentées.
                                    Je considère qu'on ne peut pas se revendiquer tolérant, ouvert et en même temps, vouloir censurer des opinions qui ne sont pas les siennes (quand bien même elles paraîtraient insupportables).
                                    Ainsi fonctionne mon "logiciel républicain".

                                    Pour le reste, tout est un peu mélangé mais pour ton combat syndical, qui prend une place importante dans ton propos, je pense que le problème de la CGT tient surtout du fait que, comme les autres syndicats, elle ne représente plus grand monde aujourd'hui donc il y a un moment où il faut aussi se poser les bonnes questions.
                                    De la même manière, si le Parti Socialiste avait encore des idées, il ne serait peut-être pas, lui non plus, là où il est aujourd'hui (ce que je déplore).

                                    Commentaire


                                    • Le truc, c'est que les "sujets sociétaux" deviennent une sorte de caution de "Je suis de gauche" pour derrière être relativement conservateur sur différents plans.

                                      MockingBird a parlé de l'interview de Carlos Ghosn, c'est l'exemple parfait. Quelqu'un comme Léa Salamé sera plutôt du côté "des minorités" parce-que c'est globalement assez facile de dire qu'on est "pour" les femmes, les personnes de couleurs, les homosexuels, etc. Et on peut en plus se donner bonne conscience.
                                      Par contre, être du côté de ceux qui sont objectivement exploités, c'est plus compliqué. Et elle sera très agressive avec Philippe Martinez. Qu'on estime qu'il ne représente plus grand monde ou non ne change pas trop la donne : à la télé, il y avait une majorité de gens "pour les bonnes causes" mais qui s'en foutent, dans le fond, des inégalités, ou en tout cas qui seront bien plus inquiets par les propos un minimum radicaux - car il faut l'être - de ceux qui les condamnent plutôt que par les inégalités elles-mêmes.

                                      La télé a été colonisée par un bloc "centriste / progressiste", sûrement majoritaire, et un bloc un peu plus "conservateur / réactionnaire", qui a eu plus d'audience récemment notamment avec Cnews. Mais des idées véritablement de gauche, on en voit assez peu.
                                      Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
                                        Le truc, c'est que les "sujets sociétaux" deviennent une sorte de caution de "Je suis de gauche" pour derrière être relativement conservateur sur différents plans.

                                        MockingBird a parlé de l'interview de Carlos Ghosn, c'est l'exemple parfait. Quelqu'un comme Léa Salamé sera plutôt du côté "des minorités" parce-que c'est globalement assez facile de dire qu'on est "pour" les femmes, les personnes de couleurs, les homosexuels, etc. Et on peut en plus se donner bonne conscience.
                                        Par contre, être du côté de ceux qui sont objectivement exploités, c'est plus compliqué. Et elle sera très agressive avec Philippe Martinez. Qu'on estime qu'il ne représente plus grand monde ou non ne change pas trop la donne : à la télé, il y avait une majorité de gens "pour les bonnes causes" mais qui s'en foutent, dans le fond, des inégalités, ou en tout cas qui seront bien plus inquiets par les propos un minimum radicaux - car il faut l'être - de ceux qui les condamnent plutôt que par les inégalités elles-mêmes.

                                        La télé a été colonisée par un bloc "centriste / progressiste", sûrement majoritaire, et un bloc un peu plus "conservateur / réactionnaire", qui a eu plus d'audience récemment notamment avec Cnews. Mais des idées véritablement de gauche, on en voit assez peu.
                                        La gauche a déserté ce qui faisait son identité depuis longtemps. Elle ne défend plus les travailleurs ou que marginalement. Elle abandonne aussi la laicité.

                                        Aujourd'hui, être de gauche en France c'est plutôt la défense des minorités revendicatives, l'écologie punitive, l'immigration, le laxisme judiciaire, la théorie du genre, la transexualité, C'est Sandrine Rousseau plutôt que Jean Jaurès.

                                        Ghosn est un brillant chef d'entreprise qui a été victime d'un coup monté par les japonais qui ne voulaient pas de la fusion avec Renault qu'a essayé d'imposer Macron. Il incarne l'abus du faste et de la recherche de la lumière mais il n'était pas coupable d'abus au Japon Les accusations sont ridicules et son co accusé a été condamné a une peine symbolique, dont il a fait appel.

                                        Pas sur que les salariés de Renault s'en tire mieux sans Ghosn vu les résultats de l'entreprise depuis son départ.

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
                                          Le truc, c'est que les "sujets sociétaux" deviennent une sorte de caution de "Je suis de gauche" pour derrière être relativement conservateur sur différents plans.

                                          MockingBird a parlé de l'interview de Carlos Ghosn, c'est l'exemple parfait. Quelqu'un comme Léa Salamé sera plutôt du côté "des minorités" parce-que c'est globalement assez facile de dire qu'on est "pour" les femmes, les personnes de couleurs, les homosexuels, etc. Et on peut en plus se donner bonne conscience.
                                          Par contre, être du côté de ceux qui sont objectivement exploités, c'est plus compliqué. Et elle sera très agressive avec Philippe Martinez. Qu'on estime qu'il ne représente plus grand monde ou non ne change pas trop la donne : à la télé, il y avait une majorité de gens "pour les bonnes causes" mais qui s'en foutent, dans le fond, des inégalités, ou en tout cas qui seront bien plus inquiets par les propos un minimum radicaux - car il faut l'être - de ceux qui les condamnent plutôt que par les inégalités elles-mêmes.

                                          La télé a été colonisée par un bloc "centriste / progressiste", sûrement majoritaire, et un bloc un peu plus "conservateur / réactionnaire", qui a eu plus d'audience récemment notamment avec Cnews. Mais des idées véritablement de gauche, on en voit assez peu.
                                          MockingBird69 regrettait, par exemple, que le congrès annuel de la CGT ne soit plus couvert médiatiquement, comme c'était le cas dans les années 80.
                                          J'ai donc répondu qu'aujourd'hui, le syndicat ne représente plus grand monde, ce qui légitime, quelque part, le fait qu'on s'y intéresse moins.

                                          Ton dernier paragraphe me semble plutôt juste.
                                          En ce qui concerne les idées "véritablement de gauche", sur les sujets disons économiques, elles n'ont pas juste disparu de l'espace médiatique.
                                          Elles ont disparu tout court !

                                          Le drame pour les électeurs de gauche, pour la classe ouvrière notamment, il est donc moins dans la manière dont Léa Salamé traite Philippe Martinez (un point sur lequel je pourrais éventuellement vous rejoindre) que dans ces constats.
                                          La gauche a perdu le contact avec sa base, voire l'a quasiment abandonné, au profit de ce qu'évoque JuniGarde, au profit d'idées progressistes qui, comme je l'indiquais dans mon commentaire initial, ont un écho non nul dans l'espace médiatique actuel.
                                          Personnellement, je le regrette profondément.

                                          En ce qui concerne Carlos Ghosn, la perception des patrons, la perception des actionnaires, etc., il y aurait beaucoup à dire mais c'est un autre sujet.
                                          Dernière modification par FAN2FOOT93, 10/08/2022, 18h57.

                                          Commentaire


                                          • Je pense que les idées de gauche reviennent tout simplement avec la demande de pouvoir d'achat. Mais ce ne sont pas forcement les partis de gauche qui la portent.
                                            La gauche, ça ne devrait être que ça: pouvoir d'achat pour ceux qui en ont besoin, financé par une politique fiscale qui taxe les gros profits. Tout le reste est du bla-bla dans lequel baigne effectivement une Léa Salamé (ses interviews de P Martinez, B Tapie et C Ghosn ont suffi à me la faire détester).
                                            Débattre c'est accepter la mise en danger de nos certitudes

                                            Commentaire


                                            • Envoyé par JuniGarde Voir le message

                                              La gauche a déserté ce qui faisait son identité depuis longtemps. Elle ne défend plus les travailleurs ou que marginalement. Elle abandonne aussi la laicité.

                                              Aujourd'hui, être de gauche en France c'est plutôt la défense des minorités revendicatives, l'écologie punitive, l'immigration, le laxisme judiciaire, la théorie du genre, la transexualité, C'est Sandrine Rousseau plutôt que Jean Jaurès.

                                              Ghosn est un brillant chef d'entreprise qui a été victime d'un coup monté par les japonais qui ne voulaient pas de la fusion avec Renault qu'a essayé d'imposer Macron. Il incarne l'abus du faste et de la recherche de la lumière mais il n'était pas coupable d'abus au Japon Les accusations sont ridicules et son co accusé a été condamné a une peine symbolique, dont il a fait appel.

                                              Pas sur que les salariés de Renault s'en tire mieux sans Ghosn vu les résultats de l'entreprise depuis son départ.
                                              Aujourd'hui, être de droite c'est résumer la gauche comme tu le fais. Ca n'a aucun sens. On ne résume pas la droite à la seule Pécresse, ou à la seule Le Pen. Ce sont des positionnements qui sont sur tout le spectre de droite.

                                              "La gauche" qui ne défendrait plus les travailleurs, ça dépend de qui tu parles. L'écologie punitive, ça ne veut rien dire. Ou alors, je suis curieux que tu m'expliques, mais tu sais, là, j'ai l'impression que le dérèglement climatique nous punit pas mal, cet été. Et c'est autrement plus punitif que des militants dégonflant des roues de SUV.

                                              La théorie du genre, ça ne veut rien dire non plus, à moins que tu nies l'existence même du genre. La transexualité, que peux-tu en dire ?

                                              Ce n'est pas Sandrine Rousseau plutôt que Jean Jaurès, mais c'est ce que tu sélectionnes. Il y a souvent les débats ici sur ce qu'est la gauche, ce qu'est la droite, le fait, comme tu as pu le défendre, que les frontières seraient brouillées et qu'un camp partageant les valeurs des deux pourrait se créer, etc. Pourtant, à gauche fois que des individus de droite, comme toi, parlent de la gauche, ils ne savent la résumer que de façon totalement caricaturale. Ca c'était même bien vu sur le plan local avec la fameuse viande à la cantine : quand Collomb était encore maire c'est passé comme une lettre à la poste, et quand la mairie est passée à gauche, ça a fait un scandale avec des bouchers qui sont allés jusqu'à offrir des steaks aux enfants qui venaient.

                                              Carlos Ghosn, je m'en fous qu'il soit brillant chef d'entreprise ou non. Je ne juge pas son boulot car je ne le connais pas assez bien. Je note simplement le ton employé par une journaliste "classée à gauche" par beaucoup, très peu critique, tandis qu'un membre de la CGT lui donne de l'urticaire. Que l'on soit complaisant avec Ghosn en lui laissant la possibilité d'exprimer ses idées sans l'agresser et le couper en permanence comme trop souvent, ça me va très bien. Ca pourrait cependant être partagé.

                                              J'aurais pu citer d'autres que Salamé. Yves Calvi c'est un assez bon exemple, avec Patrick Cohen qui me vient à l'esprit, de l'espèce de positionnement "neutre" et "respectueux des minorités" mais qui devient extrêmement critiqué et excluant dès que ça franchit une petite limite.
                                              Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                                              Commentaire


                                              • Envoyé par FAN2FOOT93 Voir le message

                                                MockingBird69 regrettait, par exemple, que le congrès annuel de la CGT ne soit plus couvert médiatiquement, comme c'était le cas dans les années 80.
                                                J'ai donc répondu qu'aujourd'hui, le syndicat ne représente plus grand monde, ce qui légitime, quelque part, le fait qu'on s'y intéresse moins.

                                                Ton dernier paragraphe me semble plutôt juste.
                                                En ce qui concerne les idées "véritablement de gauche", sur les sujets disons économiques, elles n'ont pas juste disparu de l'espace médiatique.
                                                Elles ont disparu tout court !


                                                Le drame pour les électeurs de gauche, pour la classe ouvrière notamment, il est donc moins dans la manière dont Léa Salamé traite Philippe Martinez (un point sur lequel je pourrais éventuellement vous rejoindre) que dans ces constats.
                                                La gauche a perdu le contact avec sa base, voire l'a quasiment abandonné, au profit de ce qu'évoque JuniGarde, au profit d'idées progressistes qui, comme je l'indiquais dans mon commentaire initial, ont un écho non nul dans l'espace médiatique actuel.
                                                Personnellement, je le regrette profondément.


                                                En ce qui concerne Carlos Ghosn, la perception des patrons, la perception des actionnaires, etc., il y aurait beaucoup à dire mais c'est un autre sujet.
                                                Clairement, la moyenne d'âge des syndicalistes est assez parlante. Je suis plus partagé sur le "Ca ne représente plus grand monde" : je pense que tu en as pas mal pour qui ça ne vient pas à l'esprit de se syndiquer, en fait, mais qui ne se sentent pas pour autant mal représentés par tel syndicat. Ils peuvent aussi être à droite comme Alliance pour la police, ça peut toujours être intéressant de les écouter, ceci dit. Mais bon, c'est une pratique politique qui se perd, je pense, à part peut-être dans les plus grandes corporations.

                                                Sur ce que j'ai mis en gras, pas vraiment. Les différents courants de gauche que tu pouvais encore bien entendre dans les années 80 ne sont pas moins pertinents. On a malheureusement pas mal résumé la gauche à ce qui a été soluble dans le PCF et le PS, et depuis le tournant avec Mitterrand, ça a été mis de côté car c'est souvent une lecture qui manque de pertinence. Mais tous ceux qui ont pu notamment questionner la problématique environnementale et le temps de travail sont toujours aussi intéressants, encore plus maintenant !

                                                Ce que j'ai mis en italique, je suis tout à fait d'accord, si l'on parle du PS de Hollande. Son think tank principal l'avait d'ailleurs explicitement recommandé : les classes moyennes leur rapporteraient plus que les classes populaires, notamment car les premières citées votent. Ils ont cherché l'évolution qu'on a pu voir avec Blair, en très gros. Ce qui est intéressant dans le bordel, c'est que la moitié de ceux qui défendent cette ligne se retrouvent depuis chez Macron, avec des mecs issus de la droite.

                                                Par contre, j'insiste vraiment sur un point, c'est que côté Insoumis, cette base plutôt populaire, il y a clairement le projet de la reconquérir et c'est d'ailleurs le seul parti à s'être approché des scores du RN côté ouvrir. Je suppose qu'avec le temps ça viendra aussi un peu sur le courant côté EELV mais ça passe encore trop aujourd'hui pour un caprice de petit bourgeois que d'être préoccupé par l'environnement. A mesure que les problèmes vont se succéder, plus de personnes ouvriront les yeux sur la capacité d'un mouvement écologiste de penser un changement de société profitant aussi aux classes populaires (qui, en passant, sont les premiers à subir les très fortes chaleurs dans des passoires thermiques).

                                                Sur la perception des patrons, un point pour exprimer ma pensée : à part du côté du NPA ou LO, il n'y a pas de discours "anti-riche", qui me semble pas mal inventé par ceux qui tiennent à dire "Ouin en France on ne valorise pas la réussite". Dire qu'on aimerait un peu plus d'impôts sur les très gros revenus (qui en paient souvent moins que les CSP+ d'ailleurs), c'est pas pareil que de dire que les propriétaires doivent finir au goulag, tout de même.

                                                Nouveau pseudo pour une nouvelle vie.

                                                Commentaire


                                                • Envoyé par FAN2FOOT93 Voir le message

                                                  J'ai donc répondu qu'aujourd'hui, le syndicat ne représente plus grand monde, ce qui légitime, quelque part, le fait qu'on s'y intéresse moins.
                                                  Ça c'est un lieu commun mais ça ne veut pas dire grand chose.

                                                  En quoi un syndicat dont le but est la protection des salariés ne les représenteraient plus ? Tu crois que les gens veulent toujours plus d'heures moins bien payées ? Moins de vacances ?

                                                  Bin non sauf qu'à l'heure où le PS faisait sa mue libérale, que l'État ne faisait rien pour empêcher les délocalisations et les privatisations, le tout couplé à une propagande capitaliste qui nous a martelé pendant des années que les fonctionnaires étaient un poids, que les salariés étaient un coût et que les entrepreneurs étaient des créateurs, le résultat a été que beaucoup de travailleurs ont commencé à perdre confiance en leur force.

                                                  Je ne parlerai d'ailleurs pas de la répression antisyndicaliste qui peut s'abattre dans les entreprises. Encore une fois l'imaginaire de droite nous a complètement envahi.

                                                  Commentaire


                                                  • Envoyé par FAN2FOOT93 Voir le message

                                                    En ce qui concerne Carlos Ghosn, la perception des patrons, la perception des actionnaires, etc., il y aurait beaucoup à dire mais c'est un autre sujet.
                                                    Qu'est ce qu'il y a à dire de plus ? Que ce sont des créateurs ? Que ce sont eux qui prennent les risques ?

                                                    Sans des gens pour travailler à leur place pas de profit, les actionnaires eux sont des parasites qui prennent tout le magot. Le fait que nous acceptions qu'ils touchent plus que ceux qui travaillent est ahurissant.

                                                    La politique se résume à toujours plus pour le patronat depuis 40 ans. La France est le pays dont le nombre de milliardaires a le plus augmenté. Pourtant, dans le quotidien, cela se traduit par moins de services publics, moins de salaires et plus de chômage. On se demande bien à quoi nous servent ces "capitaines d'industrie" qui volent toute la richesse française.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X