Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le topic des Mayas

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le topic des Mayas

    Zebubu69 la demandé Ulysse31 l a fait!!

    Voici un topic destiné a la civilisation maya apprendre a les comprendre et savoir.
    Bonne lecture
    http://www.youtube.com/watch?v=dlOJ_s1vp0E




    Peuple indien d'Amérique centrale fondateur d'une brillante civilisation précolombienne qui s'étendit sur les territoires actuels des États mexicains des Chiapas et du Yucatán, et sur ceux du Belize, du Guatemala et du Honduras. Aujourd'hui, les Mayas sont quelque 2 millions qui appartiennent au groupe linguistique maya. Dans les forêts tropicales du Petén et sur les terres arides du Yucatán, les Mayas ont, durant plus de deux millénaires, développé une civilisation prestigieuse. Au IXe siècle de notre ère, leurs cités furent peu à peu abandonnées, pour n'être redécouvertes par les explorateurs qu'à partir du XIXe siècle. Mais les peuples mayas ont su jusqu'à nos jours préserver leur identité, en dépit des invasions et des conquêtes.




    La création du Monde par les Mayas

    Jadis, il n'y avait sur terre aucun homme, aucun animal, ni arbres, ni pierres. Il n'y avait rien. Ce n'était qu'une vaste étendue désolée et sans limites, recouverte par les eaux.
    Dans le silence des ténèbres vivaient les dieux Tepeu, Gucumats et Hurakan. Ils parlèrent entre eux et se mirent d'accord sur ce qu'ils devaient faire.

    Ils firent jaillir la lumière qui illumina pour la première fois la terre. Puis la mer se retira, laissant apparaître des terres qui pourront être cultivées, où les arbres et les fleurs pousseront. De douces senteurs s'élevèrent des forêts nouvellement créées.

    Les dieux se réjouirent de cette création. Mais ils pensèrent que les arbres ne devaient pas rester sans gardiens ni serviteurs.
    Alors ils placèrent sous les branches et près des troncs toute sorte d'animaux. Mais ceux-ci restèrent immobiles jusqu'à ce que les dieux leur donnèrent des ordres :
    - Toi, tu iras boire dans les rivières. Toi, tu dormiras dans les grottes. Tu marcheras à quatre pattes et un jour ton dos servira à porter des charges. Toi, oiseau, tu vivras dans les arbres et tu voleras dans les airs sans avoir peur de tomber.

    Les animaux firent ce qu'on leur avait ordonné. Les dieux pensaient que tous les êtres vivants devaient être soumis dans leur environnement naturel, mais ils ne devaient pas vivre dans le silence; car le silence est synonyme de désolation et de mort.
    Alors ils leur donnèrent la voix. Mais les animaux ne surent que crier, sans exprimer une seule parole intelligente.

    Attristés, les dieux tinrent conseil puis s'adressèrent aux animaux :
    - Parce que vous n'avez pas eu conscience de qui nous étions, vous serez condamné à vivre dans la crainte des autres. Vous vous dévorerez les uns les autres sans aucune répugnance.

    Entendant cela, les animaux tentèrent de parler. Mais seuls des cris sortirent de leur gorge et de leur museau. Les animaux se résignèrent et acceptèrent la sentence : bientôt ils seraient poursuivis et sacrifiés, leurs chairs cuites et dévorées par les êtres plus intelligents qui allaient naître.
    Dernière modification par Ulysse31, 19/12/2006, 11h34.
    Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

  • #2
    Moi je connais celle-là :



    Ou comment se dépêcher de faire une blague pouki avant qu'elle ne soit faite par d'autres :grn:

    Commentaire


    • #3
      Envoyé par jopopmk
      Moi je connais celle-là :



      Ou comment se dépêcher de faire une blague pouki avant qu'elle ne soit faite par d'autres :grn:
      toi tu commence deja a pourir mon topic c est pas possible :grn: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:
      Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

      Commentaire


      • #4
        Fini, c'est promis ;)

        A part si je retrouve un jeu de mot exécrable
        Désolé par avance :grn:

        Commentaire


        • #5

          Les origines

          Un peuple stable Venus d'Asie par le détroit de Béring, comme tous les peuples américains, les Mayas s'installèrent à une date qui reste encore inconnue sur le territoire actuellement occupé par leurs descendants. On peut cependant affirmer que ce peuple, ou plutôt ces peuples – car il faut distinguer, d'après leur langue, les Chols, les Chortis, les Yucatèques et de nombreux autres (le maya lui-même regroupant 24 langues indiennes) – ont connu une stabilité exceptionnelle: en dépit des vicissitudes de l'histoire, les Mayas ne se sont pas déplacés depuis le IIe millénaire avant J-C.

          L'aire maya Amérique du Nord : économies et aires culturelles vers 1500 Leur territoire couvre le sud-est du Mexique, le Belize et le Guatemala, l'ouest du Salvador et du Honduras, entre 14 degrés et 22 degrés de latitude nord: tout le pays est donc tropical, mais cette uniformité n'est qu'apparente. L'aire maya est traditionnellement divisée en trois ensembles géomorphologiques: les hautes terres volcaniques méridionales, fertiles et tempérées; les basses terres centrales, bien drainées par de grands fleuves, comme le Motagua ou l'Usumacinta; le plateau calcaire aride du Yucatán, au nord, au drainage souterrain. Cette distinction doit être nuancée en raison de la diversité du relief, des sols et du climat. Les basses terres centrales sont entrecoupées de grandes vallées mais butent au sud-est sur les monts Maya. Le vaste plateau calcaire du Yucatán est interrompu par la chaîne de collines du Puuc. À cette variété de paysages correspond la multiplicité des manifestations culturelles locales: s'il existe effectivement une civilisation maya, on ne saurait sous-estimer la richesse de sa diversité intérieure.

          Dernière modification par Ulysse31, 19/12/2006, 11h36.
          Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

          Commentaire


          • #6
            L'écriture maya
            Les premières écritures

            Les glyphes L'écriture des Mayas est un système combiné de signes idéographiques et syllabiques. Chaque glyphe est composé d'un signe principal et d'affixes qui en complètent le sens. Ces glyphes peuvent être des noms, des verbes, et forment des phrases. Si beaucoup se rapportent à des actes ou désignent des chefs dynastiques, une part importante correspond au découpage du temps.

            Le calendrier En mathématiques, les Mayas utilisent trois signes: le point équivaut à un, la barre à cinq, et un coquillage symbolise le zéro. Ils comptent de 20 en 20, et, avec le zéro, utilisent une numérotation de position. C'est sur ces bases que fut élaboré un système de division du temps, par cycles et depuis un jour origine. Lorsque nous donnons une date, par exemple le lundi 1er janvier 1993, nous combinons plusieurs cycles, l'un de 7 jours, le deuxième de 28 à 31 jours, le troisième de 12 mois; et nous complétons par un nombre d'années écoulées à partir d'une année origine. Le calendrier maya est similaire: un premier calendrier rituel combine 13 chiffres et 20 noms de jours, soit 260 possibilités; un second calendrier, solaire, compte 18 mois de 20 jours, plus 5 jours néfastes, soit 365 jours. Avant que le même jour ne revienne dans les deux systèmes simultanément, il doit s'écouler 18?980 jours (approximativement 52 ans). Le dernier élément repose sur le nombre de jours passés depuis une date initiale, soit le jour 4 Ahau (calendrier rituel) 8 Cumku (calendrier solaire) de l'an 3113 avant J-C Comme pour nos unités, dizaines et centaines, les Mayas utilisent des subdivisions: le kin, ou jour, est l'unité de base; le uinal équivaut à 20 jours, le tun à 360, le katun à 7.200 et le baktun à 144.000. Les Mayas érigeaient régulièrement des monuments datés et inscrivaient des dates sur des stèles et des vases, signe de leur hantise du temps.





            Dernière modification par Ulysse31, 19/12/2006, 12h04.
            Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

            Commentaire


            • #7
              Il est tres bien ton topic :oui:

              Commentaire


              • #8
                Les 4 soleils et les olmeques

                Les Mayas ont fait partie de la civilisation la plus avancé de l'Amérique pré colombienne. Ils ont peuplé le Mexique du sud et l'Amérique Centrale entre 600 av. J.-C et 900 ans de notre ère. Ils avaient un système sophistiqué d'écriture hiéroglyphique, mathématiques et astronomie avancé. Les quelques codexs retrouvés traitaient de l'astrologie et de la numérologie, et tous, sauf quatre, a été détruit par le des conquistadors espagnols à leurs arrivés dans les années 1500.


                Bien que l'État Maya se soit effondré 600 ans avant que les Espagnols ne soit arrivés, les restes de la culture Maya existaient toujours jusqu'a l'arrivée dans le Nouveau Monde des consquistadors.

                Dans les années 1500, les indigènes ont été forcés de supprimer les restes de cette civilisation passée (les temples, la langue, interdiction de porter les costumes ancestraux et même de se parler entre-eux dans leur langue natale).

                Les peuples et cultures qui se sont succédées au Mexique, dont notamment les Aztèques et les Mayas, croyaient que le temps était divisé en cinq grands cycles (ou soleils). Les prêtres disaient que quatre cycles s’étaient déjà écoulés depuis la création de la race humaine.

                A l’époque de la conquête espagnole, l’humanité était déjà entrée dans le cinquième soleil, soit notre époque.
                Ces cycles étaient marqués par des créations et des destructions successives. Le dernier cycle aurait commencé le 4 Ahau 8 Lumku c’est-à-dire le 13 août 3 114 avant notre ère.

                Bien après les Mayas, les Aztèques reprirent ce calendrier dont l’origine s’était perdue dans la nuit des temps.

                Créateurs de civilisations, les Mayas ont légué à l’humanité les clés et leur vision du Temps naturel. Cet héritage unique nous offre la possibilité de nous rencontrer dans une dimension jusqu’à présent occultée et de maîtriser ainsi la synchronicité. Le Calendrier Maya, qui commence le 26 juillet de chaque année


                Les hiéroglyphes (Tzolkin) trouvés sur les quatre murs du temple Maya de Chiajxucub dans Cobán, Alta Verapaz, sont les glyphs représentants les vingt jours Maya, calendrier sacré connu comme le ¨Tzolkin¨ (le compte jour court). Le calendrier sacré est calculé selon le cycle lunaire.

                On a pu en déchiffrer une partie grâce à des manuscrits aztèques connus sous le nom de Codex du Vatican :

                " Le premier soleil, Matlactli Atl : durée 4 008 années. A cette époque vivaient des géants. Le premier soleil fut détruit par l’eau.
                On lui a donné le nom d’Apachiohualiztli (inondation, déluge). Les hommes furent transformés en poissons. Un seul couple survécut et repeupla la Terre. D'autres disent que sept couples se cachèrent dans une grotte en attendant la fin du déluge. Ils repeuplèrent la Terre et furent adorés comme des Dieux par leurs nations ..."

                " Le second soleil, Ehecoatl : durée 4 010 années. Ce soleil fut détruit par Ehecoatl (le Serpent du Vent) et les hommes furent changés en singes.
                Un homme et une femme furent sauvés de la destruction..."

                " Le troisième soleil, Tleyquiyahuillo : durée 4 081 années. Ce soleil fut détruit par le feu. Les hommes qui descendaient du couple rescapé du second soleil, mangeaient un fruit appelé tzincoacoc ..."

                " Le quatrième soleil, Tzontlilic : durée 5 026 années. Les hommes moururent de faim après un déluge de sang et de feu..."






                On retrouve ce calendrier aztèque sur un énorme monolithe « la Pierre du Soleil » à Axayacatl. Cet énorme monolithe a été taillé dans le basalte en l'an 1479 de notre ère. Il pèse plus de 80 tonnes. Comme dans le Codex, les formulent inscrites disent que le monde a déjà traversé quatre époques ou soleils.

                Le premier soleil est représenté par Ocelotonatiuh, le "dieu-jaguar". Le deuxième est représenté par la tête du serpent Ehecoatl, le dieu de l'Air. Le troisième est symbolisé par une tête faite de pluie et de feu céleste. Le quetrième est symbolisé par la tête de la déesse de l'Eau Chlachiuhtlicue.

                Le symbole du cinquième soleil est le visage de Tonatiuh, le dieu-soleil. Sa langue fait voracement saillie, symbolisant la soif de sang et la faim de coeurs humains du dieu. Il apparaît à l'intérieur du symbole Ollin qui signifie "mouvement".

                L’année solaire compte 365,2420 jours soit une erreur de seulement 0,0002 jour. Le calendrier Maya se révèle donc encore plus précis que le calendrier grégorien (365,2425) introduit en Europe en 1582.
                Nous savons aujourd’hui que le chiffre exact est de 365,2422 jours.

                Les Mayas utilisaient leur propre système de notation qu’ils tenaient des Olmèques.

                Le système est une combinaison :

                De points (correspondant au chiffre 1 ou à des multiples de 20)
                De barres (chiffre 5 ou des multiples de 5 fois 20)
                De glyphes en forme de coquillages (le zéro)

                Le temps était compté de la manière suivante :

                En jours (kin)
                En périodes de 20 jours (uinal)
                En année de calcul de 360 jours (tun)
                En périodes de 20 tuns (katun)
                En périodes de 20 katuns (bactun)
                Il y avait aussi des périodes de 8 000 kuns (pictun) et de 160 000 tuns (calabtun)

                Un des rôles les plus importants du calendrier n'était pas de fixer les dates avec précision dans le temps, mais d'établir une corrélation entre les actions des chefs mayas et les événements historiques et mythologiques. Les faits et gestes accomplis par les dieux durant les journées mythiques étaient reproduits par les chefs mayas, souvent le jour anniversaire de l'événement - une date qui était soigneusement calculée par les prêtres mayas. Le calendrier servait aussi à désigner le moment des événements passés et futurs. Certains monuments mayas, par exemple, consignent les dates des événements qui se sont produits 90 millions d'années auparavant, tandis que d'autres prédisent des événements qui auront lieu 3000 ans plus tard.
                Dernière modification par Ulysse31, 19/12/2006, 12h30.
                Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                Commentaire


                • #9
                  Le calendrier prédisait aussi l'avenir comme c'est le cas pour notre calendrier du zodiaque. Les Mayas croyaient par exemple que la date de naissance d'une personne ou le signe sous lequel elle était née déterminait le sort qui lui était réservé sa vie durant. Le nouveau-né était donc sous l'influence d'un dieu particulier tout au long de son existence. Certains dieux étaient plus bienveillants que d'autres et l'on considérait comme chanceux un enfant né sous d'heureux auspices. L'enfant né sous l'influence d'un dieu moins bénéfique devait toute sa vie s'attirer ses faveurs - surtout durant les périodes inquiétantes comme celle du uayeb de l'année solaire.

                  Les savants se sont souvent demandé pourquoi le calendrier maya était si complexe. La raison en est, en partie, qu'il revenait aux prêtres mayas de décider des dates des événements sacrés et du cycle agricole. Il importait donc peu que les gens ordinaires comprennent le calendrier et les prêtres pouvaient le rendre hermétique à souhait.

                  Les Mayas croyaient en l'influence du cosmos comme activateur de l’esprit humain. Grâce à leurs observations astronomiques et à leurs connaissances mathématiques, ils ont développé un système de calendriers très complexes pour marquer le temps. Ils forment des cycles récurrents basés sur le cosmos et qui s’engrènent comme les rouages d'une montre. Le cycle actuel aurait commencé en 3114 avant J. C. Ce qui serait pour le point de départ de la vie humanine et prendrait fin en l’an 2012 de notre ère. Cette année sera alors un moment de grande transition et de transformation. Les calendriers les plus connus de nos jours sont - le Tzolkin ou calendrier sacré basé sur un cycle de 260 jours. Cycle qui nous convient bien puisque c'est celui de la gestation humaine, influence de la lune. Il induit un recommencement, une évolution, une maturité et une naissance vers un nouveau cycle de vie. - le Haab basé sur un cycle solaire de 365 jours comme notre calendrier Grégorien. Le Tzolkin associe les nombres de 1 à 13 avec une séquence de 20 signes appelés glyphes qui s'entremêlent et se répètent sans cesse. (un cycle de 20 jours combiné avec un cycle de 13 jours) Le Haab se compose de 18 mois de 20 jours et d’un mois de 5 jours.

                  2012 est une date importante dans l’histoire humaine. Elle marque la fin d’un cycle de 5 125 ans et d’un cycle de 13 ans. Le grand spécialiste américain de l’astrologie Maya, Bruce Scofield, pense que d’après les inscriptions mayas trouvées sur les stèles, le début du cycle de 5 125 ans dans lequel nous vivons aujourd’hui se situerait le 11 août 3114 avant J.C. Ce qui correspond à la date du calendrier Julien 584.283. Cette corrélation a été connue grâce à 3 chercheurs : Goodman, Martinez et Thompson (GMT). Nous sommes également dans un cycle de 13 ans qui a débuté le 21 décembre 1999.

                  Ces deux cycles prendront fin le 21 décembre 2012 Cette date marquera l’entrée de l’humanité dans une ère nouvelle, dans une autre dimension qui nous demande une transformation personnelle si nous voulons suivre le mouvement.
                  Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                  Commentaire


                  • #10
                    Le crop circle de la Fin des Temps

                    Au cours de l’été 2004, les « cercles de cultures » ont, pour la première fois depuis 10 années, été moins nombreux que lors des années précédentes. Cette raréfaction du phénomène s’observe non seulement en Angleterre mais sur l’ensemble de l’hémisphère nord de notre planète.

                    Après l’engouement suscité par les crop circles auprès d’un public toujours plus large, en raison de leur extraordinaire beauté et de la complexité croissante de leurs cryptogrammes, les formations de 2004 semblent avoir incité à plus de retenue, à plus d’intériorisation et de réflexion.

                    Certains médiums ont capté qu’il ne nous était plus demandé désormais de nous perdre en conjectures sur l’origine de ces chefs d’œuvre éphémères et la nature de la technologie utilisée pour leur matérialisation, mais de réaliser et d’intégrer grâce à eux que nous sommes à présent bel et bien entrés dans la phase ultime du processus de transformation avant l’Ascension.

                    Comprendre et accepter que l’Ascension de la Terre et de l’humanité entraîne inéluctablement des déchirements, que ce processus est lié à de grandes épreuves, à des cataclysmes terribles, ainsi qu’à l’écroulement final de notre civilisation et de tous nos anciens repères, tel semble bien avoir été le principal message du « cru 2004 ».

                    À cet égard, la formation matérialisée en Angleterre près du tumulus de Silbury Hill entre le 2 et le 3 août 2004, et désignée par de nombreux spécialistes comme « le crop circle de l’année », annonce peut-être le véritable commencement de cette période de profonds bouleversements qui est sensée précéder ce que certains considèrent comme « la fin des temps » et d’autres « la fin de notre temps ». Le tsunami du 26 décembre 2004 ne constituerait ainsi que l’amorce d’un extraordinaire mouvement de basculement vers une autre octave fréquentielle, aboutissant inexorablement à l’avènement d’un monde nouveau, totalement différent de tout ce que nous avons connu et expérimenté jusqu’ici, un monde où il est dit que nous vivrons enfin unis à notre Famille de Lumière.

                    Dernière modification par Ulysse31, 19/12/2006, 12h39.
                    Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                    Commentaire


                    • #11
                      suite

                      Baptisé « Jour du Destin » par certains, « Jugement Dernier » ou encore « Fin des Temps » par d’autres, ce majestueux cercle de cultures de plus de 150 mètres de diamètre évoque irrésistiblement la symbolique des anciens calendriers mayas et aztèques. Il présente en effet sur son pourtour une suite binaire bien connue des anthropologues spécialistes de l’Amérique précolombienne. On en retrouve notamment des éléments sur le socle circulaire d’une statue du XVIème siècle représentant le dieu aztèque Xochipilli et découverte dans les années 1850 sur un versant du volcan Popocatépetl, près de Tlamanalco au Mexique.



                      Ci-dessus : statuette représentant le dieu Xochi Pilli.


                      Xochi signifie fleurs ou végétation et Pilli signifie Prince. Dans la tradition maya-aztèque, Xochipilli est le dieu de la végétation, des fleurs et des récoltes, mais aussi celui de l’amour, de la beauté, de la musique et de la danse. La statue est faite d’une seule pièce, et d’après le grand anthropologue espagnol Carlos Barrios, qui a passé 25 années au Guatemala chez les Mam, ''les Gardiens du Temps'' selon la tradition maya, elle représente le dieu assis sur la Terre en train d’organiser et d’harmoniser les cycles du temps.

                      Selon les Olmèques, les Mayas et les Aztèques, ainsi d’ailleurs que dans la tradition indienne et mésopotamienne, le temps n’est pas linéaire mais procède de cycles qui se répètent continuellement : de la même manière que les planètes, les systèmes solaires et les univers naissent, meurent et renaissent de leurs cendres, les particules du temps se répètent indéfiniment en s’enroulant autour d’elles-mêmes sur le serpent de l’infini.

                      Tout comme la mort physique d’un être humain n’est qu’une sorte de passage, une ouverture vers une autre forme d’expérimentation de la vie par son âme, ainsi ce que l’on a appelé « la Fin des Temps » ou « le Jugement Dernier », c’est-à-dire la fin de notre monde, ne correspond en réalité qu’à une sorte d’aspiration, d’élévation et de projection de l’humanité vers la multidimensionnalité, vers une nouvelle octave fréquentielle sur la portance de laquelle nos limitations actuelles auront disparu.

                      Or, les différents calendriers mayas-aztèques présentent tous l’année 2012 - et plus précisément la fin de l’année 2012 - comme marquant la fin du Cycle actuel, celui du « Quatrième Soleil », et le commencement d’un nouveau Soleil, le Cinquième, celui de l’Âge Cosmique, Âge dont on ne peut se faire aucune idée à travers nos repères actuels. C’est pourquoi l’extraordinaire cryptogramme de Silbury Hill, inspiré de ces calendriers, se réfère probablement lui aussi à cette échéance de l’année 2012.

                      NOTA : on retrouve d’ailleurs cette classification du temps en 4 Âges non seulement dans les calendriers mayas et aztèques, mais également dans les Puranas de l’Inde antique et dans les tablettes chaldéennes. Les Mésopotamiens mentionnent la division cyclique du temps en 4 Shars, et les Puranas décrivent également une succession de quatre Ères, le Satya Yuga ou Âge d’Or, le Treta Yuga ou Âge d’Argent, le Dwapara Yuga ou Âge de Cuivre, et le Kali Yuga ou Âge de Fer, précédant le passage au Nouvel Âge d’Or. Ces Âges se divisent eux-mêmes en sous-âges. Ainsi, le Kali Yuga a son Âge d’Or, son Âge d’Argent, son Âge de Cuivre et son Âge de Fer, si bien que nous sommes actuellement sensés vivre les dernières heures de « l’Âge de Fer de l’Âge de Fer » !

                      Le chercheur britannique C. Lewis a passé des nuits blanches à essayer de comprendre le fonctionnement du système de mesures utilisé dans les anciens calendriers mayas et aztèques pour l’adapter au cryptogramme de Silbury Hill.

                      Pour comptabiliser le temps, les Mayas utilisaient un système complexe de symboles basé sur des multiples de 20 (par exemple : 1 tun = 360 jours, 1 katun = 20 tuns et 1 baktun = 20 katuns). Ce système leur permettait de définir des périodes de temps colossales - plusieurs dizaines de milliers de nos années - avec un niveau de précision comparable à celui de nos secondes par rapport à nos journées.

                      Selon Lewis, il ne fait aucun doute que le diagramme figuré sur ce crop circle d’un genre tout à fait nouveau indique une sorte de compte à rebours sur une minuterie en forme « d’horloge-calendrier » inspirée du modèle maya-aztèque.
                      Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                      Commentaire


                      • #12
                        Il serait peut-être bien de faire figurer tes sources, non ?

                        Marrant, sinon, le passage sur les crop circles.
                        Dans l'adversité, ne jamais lâcher.

                        Commentaire


                        • #13
                          Envoyé par Gy^
                          Il serait peut-être bien de faire figurer tes sources, non ?

                          Marrant, sinon, le passage sur les crop circles.
                          recherches diversent sur internet.

                          Cadran de l’horloge (double lisière) :

                          Le double cadran comporte 4 zones couvrant chacune 90°. Ces 4 zones correspondent chacune à 5.200 années de notre calendrier au niveau du cadran externe et à 1300 années de notre calendrier au niveau du cadran interne. Les 4 zones extérieures symbolisent les 4 Âges solaires (les 3 précédents + le nôtre) ; ces 4 x 5.200 ans correspondent aux 20.800 années qu’il faut à notre Soleil pour accomplir sa révolution complète autour du Soleil Central de notre galaxie. Les 4 zones du cadran intérieur symbolisent les 4 sous-âges du dernier Âge qui précède la Fin des Temps, c'est-à-dire les 4 sous-âges du Quatrième Soleil.

                          - Sur la lisière externe du cadran, chaque Âge solaire (= 5.200 ans) correspond donc à un quadrant de 90° (soit ¼ du cadran), et il est représenté par 10 carrés (8 + 1 zone pleine qui équivaut à 2 carrés) valant chacun 520 ans.

                          - Sur la lisière interne du cadran, chaque sous-âge du quatrième Soleil correspond également à un quadrant de 90° comportant 10 carrés, mais chaque carré vaut cette fois 130 ans (= 520/4).

                          Ailes (aiguilles) de l’horloge :

                          Les ailes internes correspondent aux aiguilles de nos horloges et tournent dans le même sens. Mais contrairement à nos aiguilles qui sont droites et se réfèrent à un temps linéaire, ces ailes sont circulaires, parce qu’elles désignent des cycles de temps en recommencement perpétuel ; et elles ont la forme d’ailes car elles symbolisent le grand voyage interdimensionnel de l’âme humaine et la finalité de notre incarnation actuelle : l’Ascension.

                          - L’aile-aiguille du bas pointe vers le cadran externe et indique quel stade de notre Âge Solaire nous avons atteint. Elle touche pratiquement la zone de deux carrés pleins, ce qui signifie que le Quatrième Soleil (qui dure 5200 ans) est pour ainsi dire terminé.

                          - L’aile-aiguille du haut pointe vers le cadran interne et indique notre position actuelle à l’échelon du quatrième sous-âge du Quatrième Soleil (qui dure quant à lui 520 ans). À la différence de l'aiguille du bas qui touche pratiquement la zone de deux carrés pleins indiquant le changement d'Âge, l'aiguille du haut en est un tout petit peu éloignée. En effet, le petit reliquat de temps avant le changement d'Ère, qui n’est pas visible sur le cadran externe parce qu’il couvre une période trop importante : 20.800 années, apparaît un peu mieux sur le cadran interne, parce qu’il représente une durée 4 fois moindre ; les détails y sont donc plus visibles.

                          Chaque carré interne valant 130 ans, la position de l’aiguille sur le dernier carré indique qu'il nous reste un peu plus de 5 % de ces 130 ans à parcourir, soit environ 8 années. Or, si l’on ajoute environ 8 années à août 2004, on tombe à peu près exactement sur l’échéance du 21 décembre 2012 qui correspond à la fin des calendriers mayas.

                          La série de 20 fines ailettes (19 + 1) agrémentant chacune des aiguilles confirme que nous raisonnons en termes d'arithmétique maya-aztèque. (katun et baktun = 20 années et 20 x 20 années).

                          NOTA : Selon Sheldan Nidle, les Mayas auraient hérité leurs connaissances dans le domaine astronomique des habitants de Sirius. Or, les calendriers les plus anciens auraient comporté 18 mois de 20 jours. Ce n'est que plus tard, qu'un 19ème mois de 5 jours aurait été ajouté pour donner naissance à une année de 365 jours. L'explication serait qu'il y a plusieurs milliers d'années, la Terre tournait autour du Soleil en 360 jours sur une orbite strictement circulaire, avec sans doute un axe pôle nord - pôle sud exactement perpendiculaire par rapport au plan de l'écliptique. Une guerre galactique aurait perturbé l'ensemble de notre système solaire, entraînant notamment l'anéantissement de Mardouk et la formation de ce que les astronomes appellent « la ceinture d'astéroïdes », ainsi que la disparition de l'atmosphère de Mars, et la déstabilisation de la Terre par rapport à son orbite initiale. Le système solaire dans son ensemble serait à présent en chantier de réorganisation, afin de permettre non seulement aux Terriens mais à un très grand nombre de civilisations extraterrestres d’atteindre un stade d'évolution plus avancé.
                          Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                          Commentaire


                          • #14
                            http://www.aok-conquerors.com/Les-Ma...ion.258.0.html

                            J'aimais beaucoup les Mayas:proud: :grn:

                            J'ai pas envie d'être sérieux là, désolé:-)
                            Plus les pandas sucent vite, plus les lamas crachent loin.

                            Commentaire


                            • #15
                              Envoyé par Ulysse31
                              Zebubu69 la demandé Ulysse31 l a fait!!

                              Voici un topic destiné a la civilisation maya apprendre a les comprendre et savoir.
                              Bonne lecture
                              http://www.youtube.com/watch?v=dlOJ_s1vp0E




                              Peuple indien d'Amérique centrale fondateur d'une brillante civilisation précolombienne qui s'étendit sur les territoires actuels des États mexicains des Chiapas et du Yucatán, et sur ceux du Belize, du Guatemala et du Honduras. Aujourd'hui, les Mayas sont quelque 2 millions qui appartiennent au groupe linguistique maya. Dans les forêts tropicales du Petén et sur les terres arides du Yucatán, les Mayas ont, durant plus de deux millénaires, développé une civilisation prestigieuse. Au IXe siècle de notre ère, leurs cités furent peu à peu abandonnées, pour n'être redécouvertes par les explorateurs qu'à partir du XIXe siècle. Mais les peuples mayas ont su jusqu'à nos jours préserver leur identité, en dépit des invasions et des conquêtes.




                              La création du Monde par les Mayas

                              Jadis, il n'y avait sur terre aucun homme, aucun animal, ni arbres, ni pierres. Il n'y avait rien. Ce n'était qu'une vaste étendue désolée et sans limites, recouverte par les eaux.
                              Dans le silence des ténèbres vivaient les dieux Tepeu, Gucumats et Hurakan. Ils parlèrent entre eux et se mirent d'accord sur ce qu'ils devaient faire.

                              Ils firent jaillir la lumière qui illumina pour la première fois la terre. Puis la mer se retira, laissant apparaître des terres qui pourront être cultivées, où les arbres et les fleurs pousseront. De douces senteurs s'élevèrent des forêts nouvellement créées.

                              Les dieux se réjouirent de cette création. Mais ils pensèrent que les arbres ne devaient pas rester sans gardiens ni serviteurs.
                              Alors ils placèrent sous les branches et près des troncs toute sorte d'animaux. Mais ceux-ci restèrent immobiles jusqu'à ce que les dieux leur donnèrent des ordres :
                              - Toi, tu iras boire dans les rivières. Toi, tu dormiras dans les grottes. Tu marcheras à quatre pattes et un jour ton dos servira à porter des charges. Toi, oiseau, tu vivras dans les arbres et tu voleras dans les airs sans avoir peur de tomber.

                              Les animaux firent ce qu'on leur avait ordonné. Les dieux pensaient que tous les êtres vivants devaient être soumis dans leur environnement naturel, mais ils ne devaient pas vivre dans le silence; car le silence est synonyme de désolation et de mort.
                              Alors ils leur donnèrent la voix. Mais les animaux ne surent que crier, sans exprimer une seule parole intelligente.

                              Attristés, les dieux tinrent conseil puis s'adressèrent aux animaux :
                              - Parce que vous n'avez pas eu conscience de qui nous étions, vous serez condamné à vivre dans la crainte des autres. Vous vous dévorerez les uns les autres sans aucune répugnance.

                              Entendant cela, les animaux tentèrent de parler. Mais seuls des cris sortirent de leur gorge et de leur museau. Les animaux se résignèrent et acceptèrent la sentence : bientôt ils seraient poursuivis et sacrifiés, leurs chairs cuites et dévorées par les êtres plus intelligents qui allaient naître.

                              merci beaucoup Ulysse31 ...comme promis je lirais avec beaucoup d' attention ce topic...

                              Commentaire


                              • #16
                                Certains objecteront qu’il est facile de faire dire aux nombres ce que bon nous semble en fonction de la valeur que l’on attribue à l’unité à laquelle ils sont supposés se référer.

                                Force est cependant de constater qu’après une moisson en crop circles aussi inhabituellement maigrelette que celle de 2004, le seul agroglyphe véritablement nouveau dans son symbolisme et dans son inspiration, est justement celui qui évoque la Fin des Temps et le Jugement dernier.

                                On peut également s’étonner qu’il se soit précisément matérialisé quelques semaines avant la venue de plus grand cataclysme qu’ait connu l’humanité depuis des siècles ! N’y a-t-il pas là un message destiné à nous confronter à l’urgence de notre situation actuelle, urgence de se préparer à envisager les choses d’un autre point de vue, du point de vue de l’Esprit ?

                                Pourquoi, après tout, l'Intelligence ou l’Être à l’origine de la formation de Silbury Hill ne serait-il pas Celui-là même qui inspira jadis les auteurs des calendriers mayas ? Rappelons d’ailleurs à ce sujet que Yochi Pilli était le dieu des cultures et des moissons et que les matérialisations de crop circles se produisent la plupart du temps au milieu des cultures céréalières. D’un point de vue spirituel, le temps, tel que nous le concevons, n’est qu’une donnée relative indiquant la localisation d'un événement. L'Esprit, lui, mesure ses activités en termes de 'moments'. Ces 'moments' spirituels sont cycliques et se répètent jusqu'à ce que l'intention qui s’exprime à travers eux soit manifestée avec succès. Une fois qu'une intention particulière est manifestée, une nouvelle intention et de nouveaux moments cosmiques peuvent voir le jour.

                                Nous ne sommes pas simplement un point de conscience. Nous appartenons à une structure spirituelle hiérarchique, multidimensionnelle, composée de plusieurs couches ou niveaux. Cette structure spirituelle s'élève ou ascensionne à partir de notre conscience individuelle, en passant par notre Moi supérieur, notre âme, les royaumes angéliques, pour finalement retourner jusqu’à Dieu.

                                Les Mayas l’avaient bien compris. Et il se pourrait bien que l’Esprit qui les guidait jadis soit revenu pour nous remémorer et nous indiquer précisément sur le crop circle de Silbury Hill où se trouve la fin de « l’intention actuelle » de notre humanité avant le passage à la manifestation de son « intention suivante ». Il aurait réutilisé ce diagramme maya, car les Mayas étaient parfaitement au courant de notre intention actuelle. Ils nous avaient déjà expliqué, il y a des siècles, que la fin du temps (la lisière de la zone pleine après le dernier trait fin sur le crop circle) était 2012, car ils ne pouvaient pas voir plus loin que 2012 : cela n’existait pas pour eux. Après 2012, il n’y avait tout simplement plus de temps. Ce n’était pas parce que l’univers prenait fin, mais parce que le monde dans lequel ils existaient, c’est-à-dire l’ancien monde avec les vieilles énergies cessait d’exister, parce que selon eux, à cette date, le train de notre création sautera littéralement sur une autre voie cosmique et basculera sur une ligne de temps totalement différente.

                                Ce mystérieux seuil, ce franchissement du Point Zéro en 2012, qui avait été prédit par les Mayas et qui vient, semble-t-il, d’être confirmé à Silbury Hill, pourrait donc désigner le palier au-delà duquel notre humanité s’éveillera enfin, manifestant individuellement et collectivement un grand « moment » d’Ascension et acceptant consciemment d’entreprendre le saut quantique vers le Nouveau Monde - la Terre Bis comme la nomment certains télépathes (Cf. Les Pèlerins de la Terre Bis).

                                Dès que le choc des tribulations sera absorbé par l’humanité et que ceux qui combattent présentement leurs démons 3D seront éveillés, nous assisterons probablement à l’avènement d’un monde étonnamment plein d’amour, de prospérité et de paix.
                                Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                                Commentaire


                                • #17
                                  Envoyé par Ulysse31
                                  recherches diversent sur internet.
                                  Ben, justement, la moindre des choses quand on fait des copier-coller c'est de citer ses sources. C'est plus intéressant, à la fois pour les auteurs à qui tout mérite doit revenir mais à la fois pour tes lecteurs. On trouve de tout et de n'importe quoi sur le net, alors je pense qu'il est indispensable de savoir si ce qu'on lit vient de recherches universitaires d'un labo de civilisation ou d'un ufologue fan de Nostradamus : cela permet juste d'avoir un regard critique sur ce qu'on lit, sinon, pour moi, ça ne sert à rien.
                                  Dans l'adversité, ne jamais lâcher.

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    Une longue maturation
                                    Implantation


                                    Des traces d'occupation antérieures au IIe millénaire ont été identifiées dans les hautes terres (Los Tapiales), au Belize et au Yucatán (grottes de Loltún). Mais les plus anciennes maisons – avec, à proximité, des édifices publics – que les archéologues aient découvertes, à Cuello, ne datent que de 1000 avant J-C Ils ont reconnu aussi un motif en natte, généralement associé à l'idée de pouvoir et qui est donc l'indice d'une hiérarchisation sociale. Des objets en jade ou en obsidienne, minéraux importés de gisements lointains, prouvent l'existence d'échanges à longue distance. À cette époque, de nombreux sites sont occupés, comme Tikal, et les Mayas colonisent progressivement toutes les basses terres. Il est cependant difficile de définir la nature de leurs relations avec les civilisations voisines, les Olmèques par exemple: il semble que les centres des hautes terres du Sud, Izapa, Abaj Takalik ou Kaminaljuyú, aient hérité de certains traits olmèques, pour élaborer à leur tour leurs traditions (écriture, calendrier), mais les modalités de leur adoption dans les basses terres restent inexpliquées.

                                    Des cités autonomes Vers 300 avant J-C se produit un phénomène d'accélération: à la multiplication des sites s'ajoute une activité architecturale intense, signe d'un fort accroissement de la population. À Komchén ou à El Mirador, les habitants édifient de vastes plates-formes ou pyramides; à Cerros apparaissent les premiers terrains de jeu de balle. La voûte à encorbellement est utilisée à Tikal pour des tombes décorées de peintures. De grands masques en stuc ornent les façades, à Cerros ou à Uaxactún. Chaque site se développe de façon autonome, néanmoins on utilise partout la même céramique rouge, marque indéniable d'unité culturelle.

                                    L'époque protoclassique Des tensions se manifestent, peut-être dues à cette rapide croissance, entre 50 et 250 de notre ère, période traditionnellement dénommée «protoclassique». On ne sait si c'est à cause de difficultés internes ou s'il s'agit de conséquences d'une invasion, mais certains sites, comme El Mirador, Komchén ou Cerros, disparaissent définitivement, tandis que d'autres, Tikal ou Dzibilchaltún, s'imposent. Des cités déclinent provisoirement (Seibal) ou se fortifient (Becan). L'instabilité règne et bénéficie à certaines villes, par exemple Tikal, qui va désormais compter durant la période suivante, dite du «classique ancien».

                                    Vers un pouvoir dynastique En 292, Tikal érige la première stèle datée connue, revendiquant ainsi un pouvoir politique dominant pour sa dynastie, laquelle va imposer sa marque à une grande partie du monde maya. Le rôle de Tikal semble avoir été renforcé par les liens qui l'unissent à la grande métropole du Mexique central, Teotihuacán. Cette dernière cité, peuplée de 200.000 habitants environ, exerce alors son influence sur toute la Méso-Amérique, et on en trouve les témoignages tant dans les hautes que dans les basses terres, à Kaminaljuyú, Becan, Yaxhá ou Altun Ha. Mais Tikal jouit de rapports privilégiés: certains de ses dirigeants seraient alliés à des groupes mexicains, et l'appui de la métropole, qui se manifeste dans l'architecture, la céramique et la sculpture, n'est pas étranger au jeu politique de Tikal: alliances (avec Uaxactún) ou conquêtes (la dynastie de Río Azul est chassée et remplacée).

                                    L'apogée culturel Vers le milieu du VIe siècle, on note toutefois en territoire maya un ralentissement des activités, qui se traduit par l'interruption de l'érection de monuments datés. Cet arrêt marque la fin du classique ancien. Bientôt s'opère un renouveau d'activité architecturale et artistique, accompagné d'un fort accroissement de population: les grands sites se développent encore, d'autres sortent de leur léthargie, comme Seibal, et de nouvelles cités sont fondées. Autour de centres où abondent pyramides et monuments sculptés s'organisent des cités-États qui rivalisent de prestige. La culture maya atteint son apogée: il durera jusqu'au Xe siècle
                                    Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      Envoyé par Gy^
                                      Ben, justement, la moindre des choses quand on fait des copier-coller c'est de citer ses sources. C'est plus intéressant, à la fois pour les auteurs à qui tout mérite doit revenir mais à la fois pour tes lecteurs. On trouve de tout et de n'importe quoi sur le net, alors je pense qu'il est indispensable de savoir si ce qu'on lit vient de recherches universitaires d'un labo de civilisation ou d'un ufologue fan de Nostradamus : cela permet juste d'avoir un regard critique sur ce qu'on lit, sinon, pour moi, ça ne sert à rien.
                                      lol :mdr: :mdr:
                                      Voici pour les sources::(
                                      http://www.abc-latina.com/civilisations/maya.htm, http://en.wikipedia.org/wiki/Main_Page, photos de chez google.
                                      Fais moi confiance je lis bien tout avant de poster n importe quoi!!! : ev) :
                                      Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                                      Commentaire


                                      • #20
                                        Envoyé par Ulysse31
                                        lol :mdr: :mdr:
                                        Voici pour les sources::(
                                        http://www.abc-latina.com/civilisations/maya.htm, http://en.wikipedia.org/wiki/Main_Page, photos de chez google.
                                        Fais moi confiance je lis bien tout avant de poster n importe quoi!!! : ev) :
                                        T'énerves pas, ça sert pas à grand chose.
                                        Je m'en fous que tu lises tout bien. Laisse les autres se faire leur opinion sur ce que tu postes et pour ça, il faut les sources, c'est quand même pas sorcier à comprendre, non ?

                                        Merci pour les sources.
                                        Dans l'adversité, ne jamais lâcher.

                                        Commentaire


                                        • #21
                                          L'économie du monde maya
                                          L'agriculture


                                          Comme les autres peuples du continent, les Mayas ignorent la métallurgie et l'élevage, et n'ont donc pas d'animaux de trait. Leur économie, proche de celle du néolithique, repose donc pour l'essentiel sur l'agriculture et la pierre taillée. L'agriculture sur brûlis est le système le plus courant: le paysan défriche un champ (la milpa) en saison sèche, puis brûle la végétation, la cendre jouant le rôle de fertilisant; le champ est ensemencé au début de la saison des pluies, et la récolte se fait à l'automne. Le même champ, vite épuisé, ne peut être cultivé que deux ou trois ans d'affilée, puis doit être laissé en jachère pendant plus de dix ans. Chaque cité avait donc besoin pour sa subsistance de vastes territoires, sinon elle ne pouvait nourrir qu'une population réduite. Or la dimension de la plupart des cités comme l'ampleur des travaux menés à bien en peu de temps font penser que ce mode de production ne pouvait suffire aux besoins. Les Mayas avaient mis au point des systèmes plus intensifs, comme l'agriculture en terrasses (à Caracol ou à Río Bec) ou en jardins potagers, autour des maisons: un site maya n'est pas une cité comme dans l'Ancien Monde, mais un habitat dispersé, sans rues, autour d'un noyau central fortement concentré. La chasse, la pêche, la cueillette constituaient des ressources d'appoint.
                                          Un fragile équilibre L'essentiel de l'activité économique se déroulait dans le cadre familial. Mais la fabrication de céramiques de luxe, la production de vêtements pour l'élite, la construction des édifices ou la sculpture suggèrent l'existence de catégories de spécialistes. Mais, surtout, la diversité du territoire s'accompagne d'une variété des ressources. Les zones côtières produisent du sel (et des salaisons), qui fait défaut à d'autres cités: la production doit donc être intensive. À Colha, la présence de gisements de silex permet la fabrication en série d'outils agricoles: de vastes ateliers y ont en effet été identifiés.

                                          En l'absence de roues ou d'animaux de trait, seuls le portage ou la navigation rendaient possibles les échanges, en faibles quantités ou sur de courtes distances. Le commerce à longue distance ne pouvait concerner que les produits de luxe, en faibles quantités également. La situation économique était donc stable, mais fragile, sensible à tout impondérable.


                                          Ici Yum Kaax dieu du mais
                                          Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.

                                          Commentaire


                                          • #22
                                            Pfiouuu que de pavés .....

                                            je trouve tout de meme étrange certains points :
                                            la précision du calendrier (par rapport à l' actuel),le couple rescapé ( en rapport à adam & eve ) ..

                                            Par contre je n' ai pas tout compris sur le Crop circle de 2004 ...qui l' a fait ?? pourquoi dis-tu " Au cours de l’été 2004, les « cercles de cultures » ont, pour la première fois depuis 10 années, été moins nombreux que lors des années précédentes. " ...pas compris .
                                            De plus il a été réalisé l' année du tsunami ,si j' ai bien compris ...donc le début de la fin ??
                                            Mais ca veut dire que certain point se raproche des religions actuelles ??l' apocalypse tout ca tout ca ...les religions modernes ont-elles tirées une quelconque inspiration de cette civilisation ??

                                            Des hommes perpetuent ces " constuctions " mais moins en 2004 ..j' ai pas pigé là ( je ne cherche pas à parler d' ufologie hein..pas taper !!) .

                                            Et puis il y a un petit coté paco rabanne ..pour 2012 :sick:

                                            Il manque peut-etre une partie dans ton topic ,le coté sacrifice sanglants pratiqués parait-il....


                                            P.S : pas un succès fou ce topic...

                                            Commentaire


                                            • #23
                                              quelle belle idée de topic Ulysse

                                              Sauf que je ne cautionne pas les références aux crop circles et autres délires contemporains basés sur les légendes mayas (bon a part l'histoire des 13 cranes de cristal qui est encore loin d'avoir été élucidée).

                                              Au sujet du calendrier maya et de ses prévisions astronomiques (et non astrologiques), je peux vous annoncer en avant premiere qu'il vient d'etre mis a jour une erreur fondamentale dans l'interprétation qu'on en faisait. Concretement il s'agit d'une erreur de calcul (plus précisément une erreur d'engrenage entre les calendriers maya et grégorien) qui a conduit a un déalage dans les dates et les prévisions. Je collabore avec un groupe de recherche qui vient de faire cette découverte, et des que toutes les conséquences auront été tirées et l'information rendue publique (en principe debut 2007) je ne manquerai pas de vous en faire part. En attendant la date du 21 décembre 2012 reste d'actualité, meme s'il reste un doute sur le fait qu'a cette date (equinoxe d'hiver) toutes les planetes du systeme solaire se trouveront alignées par rapport au centre de la galaxie, comme on l'interprétait jusqu'alors.
                                              Dernière modification par jerome caquelon, 19/12/2006, 15h39.
                                              You don't wanna be like me, kid. Go home, start a family, get a picket fence...

                                              Commentaire


                                              • #24
                                                Envoyé par zebubu69
                                                Pfiouuu que de pavés .....

                                                je trouve tout de meme étrange certains points :
                                                la précision du calendrier (par rapport à l' actuel),le couple rescapé ( en rapport à adam & eve ) ..

                                                Par contre je n' ai pas tout compris sur le Crop circle de 2004 ...qui l' a fait ?? pourquoi dis-tu " Au cours de l’été 2004, les « cercles de cultures » ont, pour la première fois depuis 10 années, été moins nombreux que lors des années précédentes. " ...pas compris .
                                                De plus il a été réalisé l' année du tsunami ,si j' ai bien compris ...donc le début de la fin ??
                                                Mais ca veut dire que certain point se raproche des religions actuelles ??l' apocalypse tout ca tout ca ...les religions modernes ont-elles tirées une quelconque inspiration de cette civilisation ??

                                                Des hommes perpetuent ces " constuctions " mais moins en 2004 ..j' ai pas pigé là ( je ne cherche pas à parler d' ufologie hein..pas taper !!) .

                                                Et puis il y a un petit coté paco rabanne ..pour 2012 :sick:

                                                Il manque peut-etre une partie dans ton topic ,le coté sacrifice sanglants pratiqués parait-il....

                                                P.S : pas un succès fou ce topic...
                                                Raté, la civilisation maya est une des tres rares civilisations précolombiennes qui ne pratiquait pas de sacrifices humains (ou de maniere tres marginale, comme nous finalement sauf que nous c'etait ya seulement 4 ou 5 siecles).
                                                Pour les offrandes aux dieux les mayas versaient du sang dans une coupe en papier et la brulaient. La fumée symbolisait l'offrande.
                                                You don't wanna be like me, kid. Go home, start a family, get a picket fence...

                                                Commentaire


                                                • #25
                                                  Envoyé par jerome caquelon
                                                  quelle belle idée de topic Ulysse

                                                  Sauf que je ne cautionne pas les références aux crop circles et autres délires contemporains basés sur les légendes mayas (bon a part l'histoire des 13 cranes de cristal qui est encore loin d'avoir été élucidée).

                                                  Au sujet du calendrier maya et de ses prévisions astronomiques (et non astrologiques), je peux vous annoncer en avant premiere qu'il vient d'etre mis a jour une erreur fondamentale dans l'interprétation qu'on en faisait. Concretement il s'agit d'une erreur de calcul (plus précisément une erreur d'engrenage entre les calendriers maya et grégorien) qui a conduit a un déalage dans les dates et les prévisions. Je collabore avec un groupe de recherche qui vient de faire cette découverte, et des que toutes les conséquences auront été tirées et l'information rendue publique (en principe debut 2007) je ne manquerai pas de vous en faire part. En attendant la date du 21 décembre 2012 reste d'actualité, meme s'il reste un doute sur le fait qu'a cette date (equinoxe d'hiver) toutes les planetes du systeme solaire se trouveront alignées par rapport au centre de la galaxie, comme on l'interprétait jusqu'alors.

                                                  Désolé pour la bourde sur les mayas et les sacrifices sanglants ,c'est quand meme moins violent que ce que je pensais..à mon avis ce ne sera pas la dernière de ma part vu mon niveau sur la question :grn:

                                                  Et pour les crop circles ce n'est qu' un fantasme contemporrain alors ??


                                                  c'est quoi cette histoire des 13 cranes ??

                                                  Je prefere vous poser ces questions qu' effectuer des recherches seul ,ainsi ca me permet d' etre sur des infos trouvés...

                                                  Commentaire

                                                  Chargement...
                                                  X