Annonce

Réduire
Aucune annonce.

+ Topic Santé +

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envoyé par Nicholson
    D'accord avec toi . Le vaccin court toujours ?!
    Ah ben tu peux toujours te faire vacciner hein , à part ça :
    http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsu..._sec_hep_b.htm <<<ça c'est tip top !
    http://www.revahb.org/ <<<association des victimes.

    Commentaire


    • Envoyé par Kemp
      Ah ben tu peux toujours te faire vacciner hein , à part ça :
      http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsu..._sec_hep_b.htm <<<ça c'est tip top !
      http://www.revahb.org/ <<<association des victimes.
      Merci pour les liens ( le 2 est top tip )
      Vacciner chez les nez-de-saints ?? très peu pour moi . Ton excès de sympathie ne doit en aucun cas étouffer cette info .
      sigpic

      Commentaire


      • Envoyé par Nicholson
        Merci pour les liens ( le 2 est top tip )
        Vacciner chez les nez-de-saints ?? très peu pour moi . Ton excès de sympathie ne doit en aucun cas étouffer cette info .

        C'est bien pour ça que j'ai mis le lien 2 ! ;)

        Commentaire


        • Envoyé par Kemp
          C'est bien pour ça que j'ai mis le lien 2 ! ;)
          Cà marche Kemp .
          sigpic

          Commentaire


          • Alerte à la maladie de Chagas en Ile-de-France
            Dans son dernier rapport hebdomadaire, l'Institut de veille sanitaire (INVS) révèle la progression en France d'une maladie infectieuse grave, la trypanosomose humaine américaine, ou maladie de Chagas, transmise par un insecte d'Amérique latine. Suite...
            http://www.futura-sciences.com/fr/si...-france_15887/
            sigpic

            Commentaire


            • Déterrage de topic au regard des circonstances ...
              Ebola: aux États-Unis le patient atteint du virus est mort
              Le HuffPost/AFP
              Publication: 08/10/2014 18h20 CEST


              INTERNATIONAL - Madrid a promis mercredi 8 octobre de la transparence sur la progression du virus Ebola en Espagne, où un premier cas de contagion hors d'Afrique a été rapporté, alors que les Etats-Unis, où un malade est mort, ont évoqué une "crise mondiale urgente".

              Le patient libérien atteint d'Ebola, le premier à avoir été diagnostiqué hors d'Afrique, est décédé ce mercredi matin à Dallas où il était hospitalisé, a annoncé l'hôpital, quelques minutes avant que le secrétaire d'Etat John Kerry n'appelle la communauté internationale à faire davantage exigeant une "réponse mondiale urgente".

              "Nous devons rester attentifs, mais aussi garder notre calme", a déclaré le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy mercredi matin, en s'exprimant pour la première fois sur le sujet devant le Congrès. Il s'est engagé à la "transparence totale", en assurant que ses partenaires internationaux étaient également informés quotidiennement.

              Mardi soir et mercredi matin deux nouvelles personnes, une aide-soignante et une infirmière, ont été admises par précaution à l'hôpital Carlos III de Madrid, traitant les malades d'Ebola. Ces hospitalisations interviennent deux jours après l'annonce de la première contagion hors d'Afrique, touchant Teresa Romero, une aide-soignante de 44 ans qui s'était occupée notamment d'un missionnaire malade rapatrié d'Afrique et décédé le 25 septembre, a annoncé l'hôpital.

              Au total, six personnes sont hospitalisées, mais seule Teresa Romero est malade. L'aide-soignante a pu être contaminée en touchant accidentellement son visage avec des gants, pendant qu'elle retirait sa combinaison, a déclaré à la presse German Ramirez, l'un des médecins qui la traite.

              Polémique sur la prise en charge

              Des détails sur l'emploi du temps de la patiente atteinte d'Ebola et sa prise en charge défaillante selon les syndicats de personnels de santé, ont par ailleurs continué à affluer mercredi alimentant la polémique. Son mari, interrogé par téléphone par le quotidien El Mundo, a raconté qu'elle était à peine sortie de chez elle depuis qu'elle avait ressenti des premiers symptômes. Selon les autorités sanitaires locales, elle en aurait fait état auprès d'un médecin de ville le 29 septembre, sans lui révéler qu'elle avait prodigué des soins à un malade d'Ebola.

              Le 2 octobre elle a contacté les services de l'hôpital Carlos III en leur disant qu'elle avait une fièvre à 38°C alors que l'alerte est en général donnée à partir de 38,6°C. Son contact n'a pas jugé utile de l'hospitaliser. Une source hospitalière a aussi affirmé à l'AFP que la malade avait appelé un service d'ambulances vers 6h, qui l'a examinée sans protection particulière, et amenée à l'hôpital d'Alcorcon. Elle est restée plusieurs heures aux urgences sans être isolée selon le quotidien ABC, qui comme d'autres a pointé de nombreuses défaillances dans la prise en charge.

              Tirant de premières conséquences de cette contamination hors d'Afrique, l'Union européenne a décidé mercredi de "renforcer l'information aux voyageurs et professionnels de la santé" pour prévenir une pénétration du virus Ebola sur le territoire européen. A l'issue d'une réunion consacrée en priorité au cas espagnol, le Comité de sécurité sanitaire (HSC) "est convenu de la nécessité" d'une meilleure information "pour assurer que voyageurs et professionnels de la santé puissent identifier le plus tôt possible des cas d'Ebola", a annoncé la Commission européenne.
              huffingtonpost

              Commentaire


              • Ebola en Europe : pourquoi et comment le virus pourrait se propager (ou pas)

                Le HuffPost avec AFP | Par Marine Le Breton
                Publication: 07/10/2014 19h49 CEST


                SANTE - C'était le premier cas de contamination par le virus Ebola hors Afrique. Le 6 octobre au soir, une aide-soignante qui avait traité deux missionnaires morts de la fièvre Ebola dans un hôpital de Madrid a contracté le virus, renforçant les craintes plus ou moins fondées d'une propagation sur le vieux continent.

                En France, on ressentait déjà les signes d'une inquiétude, trois parents ayant refusé de déposer leurs enfants dans une école de la banlieue parisienne fréquentée par un élève fraîchement rentré de Guinée, pays touché par le virus. L'acte est infondé, car l'enfant en question ne présente aucun symptôme de la maladie. On peut supposer qu'après le premier cas de contagion en Europe, les craintes des parents mais également de toute la population ne vont être qu'exponentielles.

                Pourtant, les risques qu'une véritable épidémie du virus frappe l'Europe sont faibles, voire inexistants. Entre faits confirmés et craintes infondées, voici quelques questions pour faire le point.

                Ebola peut-il, théoriquement, se propager en Europe?
                Arriver oui, se propager, a priori non. Avant même le premier cas de contamination en Europe le 6 octobre, les prévisions allaient dans le sens d'une atteinte par le virus dans certains pays d'Europe: 75% de risques pour la France, 50% pour la Grande-Bretagne, 40% pour la Belgique, 14% pour l'Espagne selon des chercheurs britanniques cités par l'agence Reuters.

                "Le risque zéro n'existant pas, on ne peut exclure une importation d'un petit nombre de cas d'Ebola, notamment en Europe. Des voyageurs contaminés, ayant circulé dans ces pays d'Afrique de l'Ouest, pourraient par exemple franchir la douane pendant la phase d'incubation et ainsi faciliter la propagation du virus", expliquait sur Le HuffPost Bernadette Murgue, Directrice adjointe de l'Institut thématique Microbiologie et Maladies Infectieuses (Inserm).

                Rien n'exclut donc qu'il pourrait arriver dans d'autres pays d'Europe, notamment lorsqu'on constate que les prévisions étaient bien moins favorables à la France qu'à l'Espagne, qui se retrouve la première touchée.

                Mais les cas importés d'Afrique et une contagion intra-européenne sont des éléments pas du tout comparables. Si le trafic aérien pourrait nous apporter quelques cas, cela ne signifie en effet pas que le virus pourrait se propager, comme nous le verrons plus bas.

                Et en France?

                Le ministère de la Santé considère en outre que le risque d'un "cas importé" en France reste "faible, mais ne peut être totalement exclu". Il a mis sur pied, après la confirmation d'un premier cas d'Ebola en Guinée en mars, un dispositif spécial de détection et de prise en charge des cas suspects. Depuis le début de l'épidémie en Afrique de l'Ouest, 350 cas ont été signalés aux autorités sanitaires françaises. Parmi ceux-ci, dix seulement ont été classés comme "possibles" et ont fait l'objet d'analyses qui se sont toutes révélées négatives, a souligné début octobre la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

                Pourquoi Ebola pourrait-il se propager?

                La réponse est simple: il n'existe aucun traitement ni vaccin pour ce virus qui ait été homologué. Un vaccin candidat prometteur (cAd3-ZEBOV) de la firme britannique GlaxoSmithKline, qui utilise comme vecteur un adénovirus de chimpanzé dans lequel a été inséré un gène du virus Ebola, fait l'objet d'un premier essai clinique avec vingt volontaires en bonne santé aux Etats-Unis depuis début septembre. Si les résultats sont probants, il pourrait être prêt début 2015.




                Une Norvégienne employée par Médecins sans frontières et infectée par le virus Ebola lors d'une mission en Sierra Leone a été convoyée à bord d'un avion sanitaire français puis placée en isolement total à l'hôpital universitaire d'Oslo, où elle devrait recevoir un autre traitement encore expérimental. La Norvège est en passe de se procurer la dernière dose actuellement disponible du traitement expérimental ZMapp, selon un haut responsable des autorités pharmaceutiques, Steinar Madsen, cité par le site spécialisé Dagens Medisin. Les autres traitements expérimentaux, comme l'Avigan et le TKM-Ebola, ont aussi été commandés.

                Et pourquoi pas...

                La transmission du virus d'Ebola, ne se fait pas par voie aérienne comme pour la grippe ou la rougeole, mais par contact direct avec des fluides corporels de malades, du matériel médical contaminé (aiguilles de seringues...) ou des objets (linges, vêtements, couches...) également contaminés. Elle peut encore se faire, mais avec un risque moindre, par l'intermédiaire de surfaces souillées, qu'il convient de nettoyer et de désinfecter selon les procédures appropriées. Le sang, les matières fécales et les vomissures sont les fluides les plus contaminants, souligne l'OMS. Le virus a été détecté dans le lait maternel, l'urine et le sperme de malades. La salive comporterait un risque, mais extrêmement limité, d'après l'OMS. Et tant qu'une personne ne présente aucun des symptômes de la maladie, elle n'est pas contagieuse.

                On ne peut pas être contaminé par un contact de peau à peau, sauf si la peau connaît des lésions, même minimes. En revanche la contamination peut avoir lieu s'il y a contact avec les muqueuses (œil, nez, bouche, sexe, anus...).

                Pour être contaminé, il faut donc entrer en contact (dans les deux cas précédents) avec l'un des fluides ou tissus évoqués. En Afrique, d'autres problèmes se posent, notamment celui du contact avec les corps des victimes lors des rites funéraires, ainsi qu'avec des animaux morts qu'on ne trouve pas chez nous (chimpanzés, des gorilles, antilopes...)

                Et dans quelle mesure le virus pourrait-il se propager ?

                On n'a pas de chiffre sur l'ampleur que pourrait prendre une épidémie, si épidémie il y avait. Ce qu'on sait en revanche, c'est qu'à ce jour, le virus a fait 3.439 morts sur 7.478 cas enregistrés dans la région d'Afrique de l'Ouest (Liberia, Sierra Leone, Guinée) depuis le début de l'année, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), arrêté au 1er octobre. Depuis la découverte du virus en 1976, c'est la flambée la plus grave. Ce qui a conduit l'OMS à déclarer le 8 août la lutte contre Ebola comme "une urgence sanitaire mondiale".

                Pourquoi ne faut-il pas s'inquiéter outre mesure?

                Pour ce qui est de l'Europe, Frédéric Vincent, le porte-parole de la Commission européenne, estime qu'"il n'y a pas d'inquiétude" à avoir, la propagation du virus Ebola "en Europe restant hautement improbable". Marisol Touraine a également tenu à rassurer quant à un risque de propagation du virus de l'Espagne au reste de l'Europe en affirmant que "toutes les mesures pour garantir la sécurité du personnel hospitalier et de toute la population étaient prises". L'Espagne collabore avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et suit toutes ses recommandations, a-t-elle ajouté.

                On peut imaginer que seule une mutation du virus pourrait rendre la propagation possible. Un risque que soulignait le chef de la mission de l’ONU pour Ebola, Anthony Banbury en estimant une possible propagation du virus par l'air, "un scénario cauchemardesque et peu probable, mais qui ne peut pas être exclu".

                Et en France?

                Il faut savoir que les cas "possibles" sont isolés et pris en charge dans l'un des 12 hôpitaux de référence en France pour Ebola. Il faut alors "éviter tout contact physique avec le patient", avait souligné le ministère de la Santé. Un cas avéré serait immédiatement mis en quarantaine dans une unité spéciale, avec chambre à "pression négative" pour éviter que le virus ne s'échappe et un personnel soignant dédié protégé avec des tenues spéciales pour assurer des "conditions de sécurité maximale". C'est ce qui s'est passé pour l'infirmière de MSF, contaminée au Liberia et soignée à l'hôpital militaire Bégin de Saint-Mandé, près de Paris. Guérie, la jeune femme a quitté l'hôpital la semaine passée. C'est aussi ce qui devrait se passer pour la Norvégienne arrivée se mardi à Oslo. En Afrique en revanche, la qualité des infrastructures sanitaires est bien plus rudimentaire, ce qui explique une propagation plus importante.

                "En France, nous avons la capacité de diagnostiquer, d'isoler et de prendre rapidement en charge les patients. Nous sommes également en mesure de repérer et tracer efficacement les personnes ayant été en contact avec les malades. Nos services de santé nous permettraient donc de casser cette fameuse chaîne à l'origine de la transmission du virus et de circonscrire assez rapidement l'épidémie. En résumé, si un patient infecté arrivait sur le territoire français, le risque de dissémination serait faible", avait de son côté expliqué la directrice adjointe de l'Inserm sur Le HuffPost.

                Le cas déclaré en Espagne n'est-il pas le signe que tout est possible?

                Selon un article du Monde rapportant les propos du journal espagnol El Pais, les moyens de protection employés par le personnel de l'hôpital Carlos III de Madrid, où le premier cas de contagion a été déclaré hier, étaient "extrêmes" et irréprochables: combinaisons de protection, deux paires de gants, des lunettes. Mais, rapporte Le Monde, dès le soir de l'annonce de la contagion, les syndicats des personnels soignants ont dénoncé un "manque de total de contrôle" de la situation.

                La faille pourrait notamment se trouver dans les moments où l'aide-soignante a changé les couches, puis a pris les vêtements de la victime après sa mort. "Les infirmières se trouvent confrontées à des patients qui peuvent produire beaucoup de déchets hautement infectieux via la diarrhée ou les vomissements. Ces fluides corporels peuvent contenir des millions de virus Ebola et il suffit d'un seul pour transmettre l'infection", a précisé Ben Neuman, un expert britannique de l'Université de Reading à l'AFP. Il ajoute que l'un des moments les plus délicats se situe au moment du déshabillage du soignant. "Une toute petite quantité de liquide contenant le virus peut avoir été projetée sur le vêtement de protection et transférée sur la peau lorsqu'il l'enlève."

                "Le protocole suivi pour ce type de contagion n'était pas adéquat: il n'y a pas eu les mesures préventives opportunes, à commencer par la formation pour être en contact avec les patients", a affirmé à l'AFP la porte-parole du syndicat Csi-F, (Centrale syndicale indépendante et de fonctionnaires), Elena Moral. On peut donc supposer que les conditions n'étaient pas aussi irréprochables qu'annoncé.

                Si le protocole est respecté, on peut cependant être confiant et estimer que l'Europe ne sera pas touchée par une propagation massive du virus. Quoi qu'il en soit, il faudra attendre encore quelques jours pour en avoir la certitude. Selon l'OMS, c'est "42 jours après le dernier cas enregistré", qu'on peut affirmer qu'il n'y a plus de transmission d'Ebola dans un pays.

                huffingtonpost

                Commentaire


                • Ebola: que se passe-t-il réellement lorsqu'une personne est infectée?

                  The Huffington Post | Par Amanda L. Chan
                  Publication: 08/10/2014 11h13 CEST


                  SANTÉ - La pire épidémie du virus Ebola de l'histoire, actuellement répandu en Afrique de l'Ouest, a fait près de 3400 victimes, selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la santé. Les décès sont survenus en Sierra Leone, au Liberia, en Guinée et au Nigeria. Et un premier cas a été détecté cette semaine hors d'Afrique, en Europe.

                  La souche Zaïre du virus Ebola qui est impliquée dans l'épidémie actuelle avait atteint un taux de mortalité de 90% par le passé. Néanmoins, le taux de mortalité actuelle est inférieur. Selon le Docteur Nahid Bhadelia, directrice du contrôle des infections au laboratoire national des maladies infectieuses émergentes de l'université de Boston, cela s'explique car "ces 90% correspondent à des situations où aucun traitement n'est administré". "À l'heure actuelle, on note une mortalité de 60% avec un traitement symptomatique", déclare-t-elle au HuffPost US.

                  Mais comment fonctionne exactement le virus Ebola connu pour entraîner des symptômes graves, comme des saignements au niveau des yeux et des oreilles, allant jusqu'à la mort? Le Docteur Bhadelia explique pourquoi l'organisme avait tant de difficultés à vaincre ce virus mortel.

                  • Comment le virus Ebola pénètre-t-il dans l'organisme en premier lieu?

                  Selon le Docteur Bhadelia, le virus Ebola ne se transmet pas par l'air. Vous devez être en contact avec lui d'une certaine façon pour être exposé à un risque d'infection. On peut être contaminé en cas d'exposition à un animal porteur du virus (comme une chauve-
                  souris ou un primate), à des fluides corporels d'un humain infecté et symptomatique, mais aussi à des éléments contaminés par le virus. Les gens qui "prodiguent des soins à un membre de leur foyer... lorsqu'ils nettoient les vomissements ou la diarrhée, ils sont en contact (avec le virus) et sont contaminés par ces fluides, explique-t-elle. Ce virus rentre dans votre organisme par le nez, la bouche, etc."

                  Le virus Ebola peut également survivre à l'extérieur de l'hôte pendant une période considérable (deux jours) à température ambiante. "Voilà pourquoi le contrôle de l'infection est aussi important, déclare le Docteur Bhadelia. Si vous stérilisez le matériel, si vous disposez de désinfectants et si vous pouvez nettoyer tous ces environnements et isoler parfaitement les patients, l'épidémie ne gagnerait jamais du terrain". Elle ajoute que les endroits avec un contrôle de l'infection et une infrastructure médicale adaptés ne sont exposés à "aucun risque d'épidémie" de ce pathogène.

                  • Que se passe-t-il dans l'organisme après l'infection?


                  Une fois que le virus Ebola s'introduit dans l'organisme, il rentre dans les cellules du corps et se reproduit. "Puis, les cellules éclatent, ce qui crée cette protéine qui cause des dégâts", explique le Docteur Bhadelia. La protéine est appelée "glycoprotéine du virus Ebola" et se fixe aux cellules à l'intérieur des vaisseaux sanguins. Ceci accroît leur perméabilité, entraînant ainsi des écoulements de sang. "Le virus perturbe la capacité de l'organisme à coaguler et épaissir le sang", indique-t-elle. Même les patients sans symptômes hémorragiques apparents souffriront de ces saignements des vaisseaux pouvant finalement conduire à l’état de choc et, au final, à la mort.

                  Le virus Ebola se caractérise aussi par sa capacité à échapper aux défenses naturelles de l'organisme: il bloque le signalement effectué aux cellules appelées "neutrophiles", des globules blancs chargés d'alerter le système immunitaire. Ebola infectera alors les cellules immunitaires et passera dans d'autres parties de l'organisme: le foie, les reins, la rate et le cerveau.

                  Chaque fois que l'une des cellules est infectée par le virus Ebola et éclate répandant ainsi son contenu, la présence des particules du virus active des molécules appelées "cytokines". Dans un organisme sain, ces substances sont chargées de provoquer une réaction inflammatoire pour que le corps sache qu'il est attaqué. Le Docteur Bhadelia explique que, dans le cas d'un patient atteint par le virus Ebola, "la libération (de cytokines) est tellement importante qu'elle provoque des symptômes analogues à ceux de la grippe", qui sont le premier signe du virus Ebola.

                  A quoi ressemblent les symptômes?

                  Le virus Ebola commence généralement par des symptômes analogues à ceux de la grippe. Même s'il est connu pour des symptômes hémorragiques graves (saignement des yeux, etc.), ces derniers ne seront pas ressentis par tout le monde. "En réalité, seulement 20% des gens présenteront (ces symptômes graves)", déclare le Docteur Bhadelia. "Certaines personnes peuvent succomber à la maladie avant qu'elle n'atteigne ce stade, d'autres peuvent avoir des saignements mineurs, d'autres encore peuvent juste avoir les gencives qui saignent ou des bleus."




                  Les symptômes analogues à ceux de la grippe surviennent généralement aux premiers stades de la maladie, avant que la personne ne devienne plus malade et commence à avoir des symptômes plus graves: vomissements, diarrhée et pression artérielle basse. Les hémorragies importantes ont lieu vers la fin de la maladie. Les gens qui décèdent des suites d'une infection par le virus Ebola finissent généralement par mourir d'une défaillance de plusieurs organes et d'un état de choc. "L'état de choc est provoqué par les saignements. Votre corps saigne à différents endroits et le sang s'écoule de vos vaisseaux sanguins, explique le Docteur Bhadelia. Même si (vous ne présentez pas) de caractéristiques hémorragiques, vous perdez quand même du sang."

                  • Comment est-il possible que certaines personnes aient survécu à cette infection mortelle?

                  Cela s'explique principalement par deux choses. La première est la santé générale de la personne: son système immunitaire et sa capacité à se rétablir rapidement suite à une infection virale. La deuxième est la façon dont elle a été contaminée. Selon le Docteur Bhadelia, la guérison est plus probable si l'exposition n'était pas grave: la personne a peut-être été en contact avec une personne qui était seulement au début de la maladie. La quantité de virus dans les fluides corporels n'était donc pas encore très élevée.

                  De plus, on sait que le virus Ebola a besoin d'un marqueur connu qui aide à le transporter de la surface à l'intérieur des cellules. Les chercheurs ont découvert dans des essais en laboratoire que les lignées cellulaires de certaines personnes ne comportaient pas ce marqueur ou qu'il pouvait avoir muté d'une certaine façon empêchant le virus de pénétrer les cellules. Le Docteur Bhadelia explique que les recherches à ce sujet en sont encore à leurs débuts et les connaissances sur le comportement du virus évoluent encore.

                  Néanmoins, les découvertes de ce genre ouvrent la voie à des traitements potentiels. Le Docteur Bhadelia déclare qu'à l'heure actuelle, les recherches visent à mettre au point des soins qui fonctionnent de différentes façons. Parmi celles-ci, on compte le fait d'empêcher le virus de se reproduire une fois qu'il est dans la cellule. "En fait, cela permet de mettre un terme au processus et d'éviter que le virus ne copie inlassablement son matériel génétique pour créer de nouveaux virus", indique le Docteur Bhadelia. Une autre idée est d'aider le système immunitaire à réagir rapidement contre le virus Ebola en l'exposant à une version atténuée. De cette façon, "il peut lutter efficacement. Donc, lorsque le véritable virus se présente, le système immunitaire n'est pas contourné, comme il l'est régulièrement." Enfin, une autre solution est de créer des anticorps spécifiques contre le virus pour "donner au système immunitaire un élan venant de l'extérieur".


                  huffingtonpost

                  Commentaire


                  • Ebola: Un bâtiment de la DDASS de Cergy-Pontoise bouclé en raison de cas suspects


                    Anne-Laëtitia Béraud avec AFP
                    Créé le 09.10.2014 à 19:04


                    Un bâtiment de la Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales (DDASS) de Cergy-Pontoise est bouclé en raison de cas suspects de malades d'Ebola.

                    Les autorités suspectent un cas d'Ebola et ont enfermé soixante personnes dans le bâtiment, rapporte RTL. Quatre personnes de ce centre reviennent de Guinée.

                    Les premiers secours sont arrivés sur place et un périmètre de sécurité a été mis en place, précise la radio.

                    http://www.20minutes.fr


                    MAJ
                    Soupçon d'Ebola à la DDASS de Cergy-Pontoise: «La suspicion est levée», annonce la préfecture
                    Créé le 09/10/2014 à 19h04 -- Mis à jour le 09/10/2014 à 19h39
                    Dernière modification par 007., 09/10/2014, 19h05.

                    Commentaire


                    • Les articles font froid dans le dos. Quelle ******rïe ce truc...
                      Envoyé par stadier
                      - Upe : ça tiendrait qu'à moi tu serais responsable des Sports sur Canal ...

                      Commentaire


                      • D'une certaine on voudrait vraiment mettre à zéro le risque de contamination vers l'Europe il faudrait boucler les frontières à ce qui a transité par l'Afrique touchée.
                        Du reste il vaudrait mieux pas qu'on soit touché en France, en Rhone Alpes, seul 4 lits sont aptes à acceuilir comme il faut des patients atteintes d'Ebola. :D
                        sigpic

                        Commentaire


                        • Paris: un cas d'Ebola "probable" à l'hôpital Bichat?

                          Par LEXPRESS.fr, publié le 10/10/2014 à 11:48, mis à jour à 11:48
                          Selon Europe 1, une femme qui aurait contracté le virus Ebola en Afrique a été hospitalisée à l'hôpital Bichat, dans le 18e arrondissement. L'information n'a pas été confirmée par l'hôpital ou les autorités.

                          Moins d'une semaine après l'annonce de la guérison de l'infirmière de MSF, un cas d'Ebola "probable" pourrait avoir été enregistré à Paris, selon Europe 1 qui a révélé l'information. Une femme, qui aurait contracté le virus en Afrique, serait actuellement hospitalisée à l'hôpital Bichat dans le 18e arrondissement de Paris. Elle a été placée en chambre stérile.

                          Le cas de cette patiente était jusqu'à présent considéré comme suspect. Il a basculé à "probable", après un interrogatoire de l'Institut de veille sanitaire (INVS), détaille la radio. Des prélèvements ont été effectués et envoyés à l'Institut Pasteur de Lyon pour confirmer la contamination.

                          L'hôpital Bichat est l'un des deux établissements de référence habilités à prendre en charge des patients atteints par le virus Ebola.

                          Contactés par L'Express, ni l'hôpital ni les autorités n'ont confirmé cette information
                          .

                          http://www.lexpress.fr

                          Commentaire


                          • J'ai besoin de l'adresse d'un bon psy spécialisé en phobie, sur Lyon. Un psy qui soit une pointure, quand même. Merci.

                            Commentaire


                            • Envoyé par Myrelingues Voir le message
                              J'ai besoin de l'adresse d'un bon psy spécialisé en phobie, sur Lyon. Un psy qui soit une pointure, quand même. Merci.
                              Je ne pourrai pas t'être utile directement,
                              mais concernant les phobies je me demande -je ne prétends donc rien- si l'hypnose ne fait pas plus preuve d'efficacité pour soigner les phobies qu'un psy ?

                              Commentaire


                              • Envoyé par 007. Voir le message
                                Je ne pourrai pas t'être utile directement,
                                mais concernant les phobies je me demande -je ne prétends donc rien- si l'hypnose ne fait pas plus preuve d'efficacité pour soigner les phobies qu'un psy ?
                                Le psy s'occupe des phobies. Après je pense que cela se soigne avec l'hypnose également.
                                Pour l'efficacité je pense que ça doit dépendre des personnes.

                                Sinon, un psy praticien en hypnose ? :-)

                                Commentaire


                                • Envoyé par Yotama Voir le message
                                  . Après je pense que cela se soigne avec l'hypnose également.
                                  Pour l'efficacité je pense que ça doit dépendre des personnes. :-)
                                  J'ai une amie qui s'est totalement guérie de sa phobie des araignées par l'hypnose......en une séance ! Ca doit fonctionner !
                                  La culotte glacière fond, ce qui fait dériver les ours polaires.

                                  Commentaire


                                  • Envoyé par Parko Voir le message
                                    J'ai une amie qui s'est totalement guérie de sa phobie des araignées par l'hypnose......en une séance ! Ca doit fonctionner !
                                    Oui mais il me semble que l'hypnose peut très bien marcher sur certaines personnes et très mal sur d'autres (?). C'est ce que je voulais dire.

                                    Commentaire


                                    • Envoyé par Yotama Voir le message
                                      Oui mais il me semble que l'hypnose peut très bien marcher sur certaines personnes et très mal sur d'autres (?). C'est ce que je voulais dire.
                                      quand tu dis "très mal" tu veux dire simplement inefficace, ou ça peut "mal tourner" ?

                                      Commentaire


                                      • Envoyé par 007. Voir le message
                                        quand tu dis "très mal" tu veux dire simplement inefficace, ou ça peut "mal tourner" ?
                                        Inefficace. Mais bon c'est peut-être pareil pour la consultation chez le psy finalement.

                                        Commentaire


                                        • Envoyé par Yotama Voir le message
                                          Inefficace. Mais bon c'est peut-être pareil pour la consultation chez le psy finalement.
                                          Est-ce qu'on peut faire faire quelque-chose à un hypnotisé, genre la samba ?

                                          Commentaire


                                          • Envoyé par Myrelingues Voir le message
                                            Est-ce qu'on peut faire faire quelque-chose à un hypnotisé, genre la samba ?
                                            Des très bonnes nouvelles aujourd'hui.
                                            Déjà l'aide soignante espagnole qui avait eu la malchance de contracter Ebola n'a pratiquement plus de souche virale, pratiquement guérie, second test en attente, le premier était négatif, ça sent bon.
                                            Et pareil pour le voyageur nigérian qui souffrait de fièvre et de tremblement, les tests sont négatifs, il aurai pris toutes les précautions adéquates avant de partir de son pays, bon voila, ça fait toujours plaisir d'entendre des bonnes nouvelles dans un monde ou en ce moment règne toujours une sorte de psychose par rapport a ce virus.

                                            Commentaire


                                            • Salut !

                                              J'ai une sensation de gène dans l'estomac. Très désagréable. Je pense que c'est dû à une alimentation trop grasse la veille.

                                              Ma question : est-ce qu'un gastro-résistant comme Lansoprazole peut m'aider ? Ou ça accentuerait le mal ?

                                              Commentaire


                                              • Hier le genou qui se bloque sur un léger contact en faisant un foot à deux à l'heure... Gros craquement (direct grosse frayeur j'ai cru revivre une vieille blessure au rugby, où je m'étais fait fracture péroné malléole et cartilage de la cheville qui se décolle), je peux plier la jambe doucement (entièrement) et poser le pied légèrement. Ca a gonflé depuis ce matin. Ça me tire sur le côté extérieur du genou et dans le creux derrière. Je vais aller voir un ami osthéo qu'il fasse le test du tiroir pour les croisés, on avisera ensuite.. Si c'est ça, adieu le ski cet hiver.:-(
                                                Adios Genesios.

                                                Commentaire


                                                • RIP ....
                                                  des fois vaut mieux que ca soit le croisé, plutot que le menisque
                                                  (le doc sonnery cottet, qui a opéré kb, vercoutre, fekir est très bon)

                                                  image hosting

                                                  Commentaire


                                                  • Bon bah voilà... Croisés! Et dire que je vais passer 4 mois et demi en station cet hiver pour les études/le taff. Sans ski donc!

                                                    Opération l'année prochaine du coup! Ça va être folklo pour monter en nord sup pour le derby :grn:
                                                    Adios Genesios.

                                                    Commentaire

                                                    Chargement...
                                                    X