Annonce

Réduire

Le forum a été mis à jour, créez un nouveau mot de passe

Suite à la dernière mise à jour, vous devez créer un mot de passe unique avant de vous reconnecter à votre compte pour la première fois.
Il suffit de cliquer sur "S'identifier ou s'inscrire" en haut à droite de l'écran puis sur "Oubli de votre mot de passe ou de votre identifiant ?". Saisissez votre email OL, vous recevrez un email de réinitialisation de mot de passe. Une fois votre mot de passe créé, connectez-vous avec votre pseudo et votre nouveau mot de passe.

En cas de problème, n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client, nous pourrons vous accompagner dans la démarche.
Voir plus
Voir moins

embauches à Lyon 2 et Lyon 3

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • embauches à Lyon 2 et Lyon 3

    UNIVERSITE
    FAC DE SCIENCES HUMAINES : ENFIN DES DEBOUCHES

    Universités. Après Paris, Des grandes entreprises lyonnaises vont s'engager à embaucher des étudiants de Lyon 2 et Lyon 3. Nom de code de l'opération : Phénix. Côté pile : plus de débouchés pour certaines filières. Côté face : l''entrée progressive de l'entreprise dans les facs fait craindre un recul du service public.

    Le chômage ou la thèse non-payée. Voilà ce qui attend généralement les étudiants après leur Master 2 recherche en sciences humaines (bac + 5, ex-DEA). Avec l'opération Phénix, c'est un peu moins vrai. Lancée en avril 2007 dans quelques universités parisiennes, l'opération est déclinée à Lyon. Son principe est simple. Une dizaine de grandes entreprises (parmi lesquelles GDF, EDF, Cegid, BioMérieux, Alliade, Axa, Banque Populaire) vont s'engager fin octobre à embaucher des étudiants de Master 2 des universités Lyon 2 et Lyon 3. Issus de sociologie de lettres ou d'histoire de l'art, les jeunes diplômés devront tout de même passer un entretien d'embauche et suivre ensuite un contrat d'apprentissage. Au terme de la formation, c'est le sésame : un CDI ! Créée par le Ministère de l'enseignement supérieur, l'opération est mise en place par les universités et le Medef qui assure l'intermédiaire avec les grandes entreprises. L'intérêt pour les groupes est de recruter aux côtés d'ingénieurs ou de commerciaux, des candidats aux profils atypiques. “On manque souvent de recul dans les entreprises, explique Bertrand Millet, le président du Medef Rhône. A force d'être toujours baigné dans une même culture, on passe à côté d'opportunité de développement”. En mal de débouchés, les facs lyonnaises ont sauté sur Phénix. Au maximum, elle ne concernera pour la première année que 70 étudiants sur environ 2000 inscrits à Lyon 2 et à Lyon 3. Certes il s'agit d'un lancement. Mais par la suite les embauches ne devraient pas atteindre des sommets, puisque, par définition, elles sont destinées à ne concerner qu'une petite partie du recrutement de grandes entreprises.


    L'Unef crie au Loup
    Sommairement informé, le syndicat étudiant Unef n'en tire pas moins à boulet rouge sur l'opération Phénix. Par la voix de sa secrétaire générale, Elsa Ferri-Bettini : “Les entreprises entrent dans l'université. Elles vont forcément cibler les formations les plus rentables, ce qui va créer des Master 2 à plusieurs vitesses. Si les entreprises se mettent à former les étudiants, c'est le service public de l'éducation qui est mis à mal”. La vice-présidente de Lyon 2 en charge du dossier, Marie-Thérèse Maurer dément catégoriquement cette interprétation de l'opération : “Il ne s'agit pas de vendre son âme au privé mais d'offrir une réelle chance de trouver des débouchés”. Avec Phénix, les entreprises ne sont donc pas impliquées dans la définition du contenu des cours. Dans l'avenir, certains le souhaitent : “Il faut multiplier les passerelles avec les universités, annonce le directeur des ressources humaines de Cegid, Pascal Guillemin. Pas seulement à travers des contrats de professionnalisation, on pourrait adapter les contenus des enseignements”. Ça a le mérite d'être clair.
    perso je vois pas trop l'intérêt pour une entreprise d'engager quelqu'un qui n'a pas le bon profil:confus: . Encore une initiative foireuse des entrepreneurs francais qui ont décidément beaucoup de mal à se mettre à la page de leurs voisins européens en matière de recrutement...

  • #2
    Ils ont l'air de s'être vachement concerté avant de lancer ça:(
    Plus les pandas sucent vite, plus les lamas crachent loin.

    Commentaire


    • #3
      Envoyé par [email protected]
      Ils ont l'air de s'être vachement concerté avant de lancer ça:(
      je trouve surtout qu'ils sont tout simplement a coté de la plaque! cette histoire de "prendre du recul" c'est du pipo

      Commentaire


      • #4
        UNIVERSITE
        FAC DE SCIENCES HUMAINES : ENFIN DES DEBOUCHES

        Universités. Après Paris, Des grandes entreprises lyonnaises vont s'engager à embaucher des étudiants de Lyon 2 et Lyon 3. Nom de code de l'opération : Phénix. Côté pile : plus de débouchés pour certaines filières. Côté face : l''entrée progressive de l'entreprise dans les facs fait craindre un recul du service public.1

        Le chômage ou la thèse non-payée. Voilà ce qui attend généralement les étudiants après leur Master 2 recherche en sciences humaines (bac + 5, ex-DEA). Avec l'opération Phénix, c'est un peu moins vrai. Lancée en avril 2007 dans quelques universités parisiennes, l'opération est déclinée à Lyon. Son principe est simple. Une dizaine de grandes entreprises (parmi lesquelles GDF, EDF, Cegid, BioMérieux, Alliade, Axa, Banque Populaire) vont s'engager fin octobre à embaucher des étudiants de Master 2 des universités Lyon 2 et Lyon 3. Issus de sociologie de lettres ou d'histoire de l'art, les jeunes diplômés devront tout de même passer un entretien d'embauche et suivre ensuite un contrat d'apprentissage2. Au terme de la formation, c'est le sésame : un CDI ! Créée par le Ministère de l'enseignement supérieur, l'opération est mise en place par les universités et le Medef qui assure l'intermédiaire avec les grandes entreprises. L'intérêt pour les groupes est de recruter aux côtés d'ingénieurs ou de commerciaux, des candidats aux profils atypiques. “On manque souvent de recul dans les entreprises, explique Bertrand Millet, le président du Medef Rhône. A force d'être toujours baigné dans une même culture, on passe à côté d'opportunité de développement”. En mal de débouchés, les facs lyonnaises ont sauté sur Phénix. Au maximum, elle ne concernera pour la première année que 70 étudiants sur environ 2000 inscrits à Lyon 2 et à Lyon 3. Certes il s'agit d'un lancement. Mais par la suite les embauches ne devraient pas atteindre des sommets, puisque, par définition, elles sont destinées à ne concerner qu'une petite partie du recrutement de grandes entreprises.


        L'Unef crie au Loup
        Sommairement informé, le syndicat étudiant Unef n'en tire pas moins à boulet rouge sur l'opération Phénix. Par la voix de sa secrétaire générale, Elsa Ferri-Bettini : “Les entreprises entrent dans l'université. Elles vont forcément cibler les formations les plus rentables, ce qui va créer des Master 2 à plusieurs vitesses. Si les entreprises se mettent à former les étudiants, c'est le service public de l'éducation qui est mis à mal”3. La vice-présidente de Lyon 2 en charge du dossier, Marie-Thérèse Maurer dément catégoriquement cette interprétation de l'opération : “Il ne s'agit pas de vendre son âme au privé mais d'offrir une réelle chance de trouver des débouchés”. Avec Phénix, les entreprises ne sont donc pas impliquées dans la définition du contenu des cours4. Dans l'avenir, certains le souhaitent : “Il faut multiplier les passerelles avec les universités, annonce le directeur des ressources humaines de Cegid, Pascal Guillemin. Pas seulement à travers des contrats de professionnalisation, on pourrait adapter les contenus des enseignements”5. Ça a le mérite d'être clair.
        1) comment peut on raconter de telles sornettes ?! Quel est le but de l'université ? De former des personnes qui pourront travailler non ?Je suis effaré!:clown:

        2)Non mais comment Edf, Axa ou Biomérieux peuvent embaucher une personne qui sort d'histoire de l'art ?
        Dans quelle division vont ils les mettre ? A la compta ou au courrier ?:clown:

        3) Heureusemnt que les entreprises vont rentrer dans les universités! Ca fait un moment qu'elles ne l'ont pas fait d'ailleurs! Pourquoi est ce qu'on va à la fac ? Pour sa culture générale, ou pour trouver un boulot plus tard ? Il faut être parfois un peu pragmatique et réaliste. Les entreprises vont cibler les master les plus intéressants et les plus en phase avec leur domaine et c'est logique! Un master de philosophie, anthropologie ou histoire de l'art, ça ne sert strictement à rien! C'est de la création en masse de futurs Rmistes, chomeurs ou dans le meilleur des cas fonctionnaires.

        4) C'est bien la le gigantesque problème. On fait tous le contraire de ce qu'on devrait faire. Parce que les universités françaises ne sont pas professionalisantes et pas adaptées au monde de l'entreprise.

        5) Et il a bien raison ! C'est la priorité numéro dans les futures réformes des universités!
        Comment explique t'on que le chômage des moins de 25 ans en France tourne aux alentours des 25 % alors qu'en Bavière, il n'est que de 8 % ? Parce que les entreprises participent à l'élaboration des cursus là-bas et pas chez nous. Les Chefs d'entreprises participent directement chaque année avec les recteurs et les responsables universitaires des programmes et des spécificités à développer. Au final, les entreprises n'ont plus qu'à se servir dans les facs à la fin des master, et elles ne seront pas obligées de former à nouveau leurs étudiants.

        Qu'est ce qu'on fait concrètement ici ? ON forme des étudiants pendant 5 ans dans l'histoire de l'art. Avec ce programme, on les fait rentrer dans des entreprises et des domaines dont ils ne connaissent ni les fondements ni la portée. L'entreprise doit donc les former totalement (!) et ensuite ils deviendront rentables et commenceront à travailler. Il ne faut pas s'étonner que les entreprises n'embauchent que difficilement.

        Dans ce programme, il y a deux formations. Regroupons la en une seule, dans le cursus universitaire, et les entreprises auront tendance à être plus flexibles sur leurs futurs employés et moins exigentes, car elles sauront qu'elles auront une personne correctement formée, qui possède les bases du secteurs en question et qui sera opérationelle très rapidement dans l'entreprise.

        Commençons auss par réorganiser les sections, par instaurer des quotas, sous la forme du Numerus Clausus comme pour la médecine, et limitons les places dans les filières sans aucun débouché, au profit des filières qui sont le plus demandées par les entreprises. Une réorganisation planifiée, et tous les 5 ans ne devrait pas être si difficile à mettre en place.
        On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

        Commentaire


        • #5
          Bien d'accord avec toi Earls!
          On sent que tu as vécu à l'étranger! La France est à la ramasse en terme d'emplois. elle est restée sur un modèle étatique aujourd'hui totalement obsolète compte tenu de la démographie francaise.
          L'Etat ne peut pas tout gérer. Il faut donner aux entreprises privées envie de recruter.

          Et sur quoi se base une compagnie pour recruter quelqu'un? Sur un potentiel rentabilité.

          Dans quelle mesure un un "cireur de banc coureur de jupons" va-t-il être rentable pour une entreprise?

          Commentaire


          • #6
            Ptin mais ils ont vraiment un grain a l'UNEF.

            Bon par contre, j'suis bien d'accord avec toi earls, j'me demande bien ce que va foutre chez Biomérieux, un étudiant en histoire de l'art. On est vraiment dans un pays de clown:clown:

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par Earls court
              1) comment peut on raconter de telles sornettes ?! Quel est le but de l'université ? De former des personnes qui pourront travailler non ?Je suis effaré!:clown:

              2)Non mais comment Edf, Axa ou Biomérieux peuvent embaucher une personne qui sort d'histoire de l'art ?
              Dans quelle division vont ils les mettre ? A la compta ou au courrier ?:clown:

              3) Heureusemnt que les entreprises vont rentrer dans les universités! Ca fait un moment qu'elles ne l'ont pas fait d'ailleurs! Pourquoi est ce qu'on va à la fac ? Pour sa culture générale, ou pour trouver un boulot plus tard ? Il faut être parfois un peu pragmatique et réaliste. Les entreprises vont cibler les master les plus intéressants et les plus en phase avec leur domaine et c'est logique! Un master de philosophie, anthropologie ou histoire de l'art, ça ne sert strictement à rien! C'est de la création en masse de futurs Rmistes, chomeurs ou dans le meilleur des cas fonctionnaires.

              4) C'est bien la le gigantesque problème. On fait tous le contraire de ce qu'on devrait faire. Parce que les universités françaises ne sont pas professionalisantes et pas adaptées au monde de l'entreprise.

              5) Et il a bien raison ! C'est la priorité numéro dans les futures réformes des universités!
              Comment explique t'on que le chômage des moins de 25 ans en France tourne aux alentours des 25 % alors qu'en Bavière, il n'est que de 8 % ? Parce que les entreprises participent à l'élaboration des cursus là-bas et pas chez nous. Les Chefs d'entreprises participent directement chaque année avec les recteurs et les responsables universitaires des programmes et des spécificités à développer. Au final, les entreprises n'ont plus qu'à se servir dans les facs à la fin des master, et elles ne seront pas obligées de former à nouveau leurs étudiants.

              Qu'est ce qu'on fait concrètement ici ? ON forme des étudiants pendant 5 ans dans l'histoire de l'art. Avec ce programme, on les fait rentrer dans des entreprises et des domaines dont ils ne connaissent ni les fondements ni la portée. L'entreprise doit donc les former totalement (!) et ensuite ils deviendront rentables et commenceront à travailler. Il ne faut pas s'étonner que les entreprises n'embauchent que difficilement.

              Dans ce programme, il y a deux formations. Regroupons la en une seule, dans le cursus universitaire, et les entreprises auront tendance à être plus flexibles sur leurs futurs employés et moins exigentes, car elles sauront qu'elles auront une personne correctement formée, qui possède les bases du secteurs en question et qui sera opérationelle très rapidement dans l'entreprise.

              Commençons auss par réorganiser les sections, par instaurer des quotas, sous la forme du Numerus Clausus comme pour la médecine, et limitons les places dans les filières sans aucun débouché, au profit des filières qui sont le plus demandées par les entreprises. Une réorganisation planifiée, et tous les 5 ans ne devrait pas être si difficile à mettre en place.
              Je suis entièrement d'accord avec toi !

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par zoxea
                Ptin mais ils ont vraiment un grain a l'UNEF.

                Bon par contre, j'suis bien d'accord avec toi earls, j'me demande bien ce que va foutre chez Biomérieux, un étudiant en histoire de l'art. On est vraiment dans un pays de clown:clown:
                Ca c'est pas nouveau !!

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par zoxea
                  Ptin mais ils ont vraiment un grain a l'UNEF.

                  Bon par contre, j'suis bien d'accord avec toi earls, j'me demande bien ce que va foutre chez Biomérieux, un étudiant en histoire de l'art. On est vraiment dans un pays de clown:clown:
                  Je suis sidéré quand je vois les réactions de l'UNEF...:(( Je trouve déjà que les entreprises qui participent à ce programme font un sacré geste.
                  Faut leur faire comprendre qu'Happy Days c'est fini.
                  On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par Earls court
                    Je suis sidéré quand je vois les réactions de l'UNEF...:(( Je trouve déjà que les entreprises qui participent à ce programme font un sacré geste.
                    Faut leur faire comprendre qu'Happy Days c'est fini.
                    Il faudrait deja prendre le probleme a la source et donner acces a ce genre de filieres de maniere limitée : donc dossier + entretiens pour ceux qui veulent aller en histoire de la'rt de maniere a ce que ceux qui sont retenus soient limités et en mesure de faire quelquechose (dans la mesure du possible) avec leur diplome.

                    Commentaire


                    • #11
                      Envoyé par stadier
                      Il faudrait deja prendre le probleme a la source et donner acces a ce genre de filieres de maniere limitée : donc dossier + entretiens pour ceux qui veulent aller en histoire de la'rt de maniere a ce que ceux qui sont retenus soient limités et en mesure de faire quelquechose (dans la mesure du possible) avec leur diplome.
                      C'est sur!
                      Il faudra que je pense à l'occasion de vous mettre un extrait de mon rapport de stage ou j'ai parlé des relations 'Universités/ Entreprises en Bavière. C'est un modèle à suivre, et qui est parfaitement applicable en France si le financement suit!
                      On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par Earls court
                        C'est sur!
                        Il faudra que je pense à l'occasion de vous mettre un extrait de mon rapport de stage ou j'ai parlé des relations 'Universités/ Entreprises en Bavière. C'est un modèle à suivre, et qui est parfaitement applicable en France si le financement suit!
                        Oui et non tant que t'auras l'UNEF and co...faut deja une prise de conscience de la part de ceux qui composent le monde universitaire pour que cela soit applicable, or la j'ai quand meme des doutes. Souviens-toi Earls on parle de la France la

                        Commentaire


                        • #13
                          Envoyé par stadier
                          Oui et non tant que t'auras l'UNEF and co...faut deja une prise de conscience de la part de ceux qui composent le monde universitaire pour que cela soit applicable, or la j'ai quand meme des doutes. Souviens-toi Earls on parle de la France la
                          :grn:
                          C'est pas faux.
                          Je pense néanmoins qu'on a la bonne présidence pour faire passer les mesures nécessaires.
                          On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                          Commentaire


                          • #14
                            Ya pas un gentil militant de l'UNEF qui voudrait nous expliquer leur point de vue la? Parcequ'on est tous d'accord pour dire que beaucoup de fillières a la fac mènent a pas grand chose.
                            Si c'est pas par l'implication des entreprises dans l'université, j'vois pas bien comment on va améliorer la situation.

                            Commentaire


                            • #15
                              Envoyé par Earls court
                              :grn:
                              C'est pas faux.
                              Je pense néanmoins qu'on a la bonne présidence pour faire passer les mesures nécessaires.
                              En esperant que tu ais raison mais autant je le pensais avant les elections autant j'en suis de moins en moins sur, on verra bien...

                              (Un petit HS vite fait en passant : c'etait bien l'Oktoberfest ?)

                              Commentaire


                              • #16
                                Envoyé par zoxea
                                Ya pas un gentil militant de l'UNEF qui voudrait nous expliquer leur point de vue la? Parcequ'on est tous d'accord pour dire que beaucoup de fillières a la fac mènent a pas grand chose.
                                Si c'est pas par l'implication des entreprises dans l'université, j'vois pas bien comment on va améliorer la situation.
                                [Mode militant de l'UNEF ON] Les patrons se sont tous de mechants capitalistes obsédés par le fric qui n'en ont rien a foutre des gens, qui comprennent ien a l'art et aux sciences humaines, ils ne feraient donc que spolier la fac la pureté de son enseignement et de ses etudiants. C'est un moyen detourné pour prendre le controle de l'education superieur afin de faire du profit d'une part et de formater et lobotomiser les etudiants qui deviendront les gentils toutous du MEDEF d'autre part[Mode militant de l'UNEF OFF]

                                C'est pourtant simple non ? :crazy:

                                Commentaire


                                • #17
                                  Envoyé par stadier
                                  En esperant que tu ais raison mais autant je le pensais avant les elections autant j'en suis de moins en moins sur, on verra bien...

                                  (Un petit HS vite fait en passant : c'etait bien l'Oktoberfest ?)
                                  Enorme!:grn:
                                  J'ai terminé dans un bel état en train de chanter debout sur les bancs (comme tous le monde en fait!) entouré de personne que je ne connaissais pas...!
                                  On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                                  Commentaire


                                  • #18
                                    Envoyé par Earls court
                                    Enorme!:grn:
                                    J'ai terminé dans un bel état en train de chanter debout sur les bancs (comme tous le monde en fait!) entouré de personne que je ne connaissais pas...!
                                    Ca a l'air sympa quand meme, je pense que je vais essayer d'y assister l'an prochain (depuis Zurich c'est pas trop loin). Question quand meme : est ce que ca dechire (dans tout ce que ça implique) plus qu'une St Pat' a Dublin ?

                                    J'ai un collegue munichois qui me montrait les photos du concours de deguisement en costume bavarois et franchement y a du matos chez les particpantes :shock: Ca donne envie cette histoire :p

                                    Commentaire


                                    • #19
                                      Envoyé par stadier
                                      Ca a l'air sympa quand meme, je pense que je vais essayer d'y assister l'an prochain (depuis Zurich c'est pas trop loin). Question quand meme : est ce que ca dechire (dans tout ce que ça implique) plus qu'une St Pat' a Dublin ?

                                      J'ai un collegue munichois qui me montrait les photos du concours de deguisement en costume bavarois et franchement y a du matos chez les particpantes :shock: Ca donne envie cette histoire :p
                                      Ouais je pense que c'est quand même à vivre une fois. Tu rentres en début d'après midi sous des chapiteaux de 8000 personnes, et en début de soirée, tous le monde commence à être rond, un groupe se met à jouer des musiques connues de tous, pas toujours traditionnelles, et tous le monde monte sur les tabourets et chante! C'est énorme! Ca fait un bordel absolument monstrueux.

                                      Pour les costumes, tu as tous les mecs en Lederhose, ces pantalons traditionnels en peau de chèvre (et qui coutent si cher::sick: ) et les miss en Drindl, les jolies petites robes du coin. Il est vrai que certaines sont très... bien portées. Ces drindl ont la particularité de bien mettre en avant les poitrines de ces demoiselles:D
                                      On était à l'OL, là où on avait toujours rêvé d'être. On était entre potes [...]

                                      Commentaire

                                      Chargement...
                                      X