Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités internationales

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • lochiba84
    a répondu
    Maduro qui propose de revoter... pour les éléctions législatives... lol le Parlement est aux mains de l'opposition, tu m'étonnes il n'a rien à y perdre. L'éléction frauduleuse est bien la présidentielle puisqu'il a empêché l'opposition de s'y présenter.


    Du coup de nombreux pays européens dont la France ont emboîté le pas des pays américains en reconnaissant le président par intérim Guaido pour organiser de nouvelles élections.
    Dernière modification par lochiba84, 04/02/2019, 18h01.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    C'est chaud au Venezuela une fois de plus

    http://www.lefigaro.fr/international...ar-interim.php

    On pouvait s'y attendre, suite à la farce qu'a représenté l' "éléction" présidentielle qui a emmené la réelection de Maduro, ce dernier est de plus en plus contesté dans la rue comme par l'opposition. Le président du Parlement et opposant n°1, Juan Gaido s'est autoproclamé président par intérim. Le pays est donc plus que jamais divisé. Le président par interim a été reconnu par nombre de pays américains et pas des moindres (Etats-Unis, Canada, Brésil, Colombie, Pérou, Paraguay, Chili...) soit tous les gros et les voisins à part le Mexique et la Bolivie en gros. La position de notre ami Mélenchouno est de plus en plus intenable sur fond de faillite du pays, le régime ferait désormais mieux d'organiser de vraies élections libres pour éviter un bain de sang (déjà plusieurs morts dans des manifestations d'ampleur), on ne sait pas encore que fera l'armée pour l'instant fidèle au régime mais c'est assez instable.

    Evidément la France insoumise entre autres va crier au coup d'Etat impérialiste américain comme d'habitude et c'est aussi le ton que tient le régime qui vient de rompre ses relations diplomatiques avec les US et expulser les diplomates. Bien sûr que ça arrange bien les US mais de plus en plus c'est un discours intenable parce que de plus en plus marginalisé dans la population vénézuelienne qui devrait elle et elle seule pouvoir s'exprimer. Une posture anti-impérialiste ne peut justifier un maintien au pouvoir par la force.

    Laisser un commentaire:


  • oliver69
    a répondu
    Comme il est difficile de trouver le texte, et que tout se fait en catimini....
    https://www.les-crises.fr/urgent-tex...le-22-janvier/

    Laisser un commentaire:


  • huascaran
    a répondu
    Envoyé par lochiba84 Voir le message
    Bon accord rejeté sans surprise par contre 432 contre 202 c'est une sacrée claque, ça s'est pas joué à un poil de cul quoi, ça va être très chaud pour May.

    Rien à voir avec la Grèce, au final un accord avait été arraché mais en mettant une pression de dingue à tel point que Tsipras a du se renier. Là c'est franchement pas comparable, ça cherche pas l'accord à tout prix, y'a beaucoup de brexiters durs qui préfèrent le no-deal et t'as aussi ceux qui sont pour rester dans l'Union, bref le bordel est à l'intérieur même de l'UK, pas entre l'UK et l'UE.

    Est-ce qu'ils vont sortir quand même au 29 Mars ? Bah rien n'est moins sûr désormais, le no-deal la majorité n'en veut clairement pas. Peuvent t-ils négocier encore ? Bah en même temps le voté avait déjà été reporté de début Décembre à aujourd'hui pour essayer de justement négocier et faire passer ce deal. Je vois pas trop ce qu'un (court) délai supplémentaire pourrait apporter de plus. Ca sent la fin pour May, mais pour la suite, difficile de privilégier une voie plutôt qu'une autre. Le gouvernement est fermement opposé à un nouveau référendum mais s'il est renversé on ne peut plus présager de rien. C'est le flou total à 2 mois et demi de la deadline. J'y crois pas du tout pour la sortie au 29 Mars. Je sais pas quelles répercussions ça peut avoir sur l'élection européenne mais faut être réaliste. Le plan de sortie de 2 ans a planté totalement.
    je faisais le comparatif avec la Grèce juste sur l'histoire de la deadline du 29 mars à respecter. A l'été 2015, la Grèce devait rembourser un prêt impérativement (de mémoire au FMI), et d'ailleurs d'un montant pas très important. Les jours précédents, tout le monde spéculait sur ce qui allait se passer si elle ne payait pas (donc "faillite" de fait). Certains annonçaient en cascade la chute de l'euro et des places boursières européennes, et l'enfer pour l'UE, etc. Au final, elle n'a pas payé et l'accord a été trouvé plusieurs semaines plus tard (et effectivement Tsipras a bouffé son chapeau). Mais bon, comme quoi les deadlines...

    Ce n'est pas que entre UK et UE, ou que au sein de l'UK. D'autres pays foutent la pression en coulisse. L'Irlande sur l'Irlande du Nord, l'Espagne l'a fait sur Gibraltar, l'Ecosse veut un nouveau référendum pour revenir dans l'UE, la France sur la pêche, etc.

    Les anglais ont mal commencé à mettant à la tête des négociations quelqu'un qui ne voulait pas du brexit. Au moins finalement les grecs ils était plus cash, mais pas de bol ils n'avaient plus un rond.

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    Evidemment qu'il a planté le plan de sortie de deux ans
    T.May a perdu ces deux ans a vouloir chercher a rester un pied dans l'UE un pied en dehors

    Fallait bien se mettre dés le depart dans l'idée que le RU allait quitter l'UE et negocier cette sortie de l'UE, mais ca la majorité des politiques elus ne voulaient pas le voir, ni meme seulement l'imaginer.

    C'est maintenant que ca devient interessant du coup
    Les politiques vont ils respecter ou trahir le verdict des urnes
    Dernière modification par Pr.Skinner, 15/01/2019, 21h35.

    Laisser un commentaire:


  • Lyonnais921
    a répondu
    Il me semble qu'il n'y a aucune majorité au Parlement pour une quelconque de ces 3 solutions

    - l'accord avec l'UE (rejeté ce soir)

    - une sortie sans accord le 29 mars (au risque d'ailleurs de la reprise de la guerre civile en Ulster)

    - le maintien dans l'UE (qui irait à l'encontre des résultats du référendum).

    On va déjà voir s'il y a une majorité pour renverser le Gouvernement (normalement non).

    Si le Gouvernement tient, quel sera le plan B qu'il doit doit soumettre au Parlement et quel sera le texte qui en sortira (puisque le Parlement s'est donné le droit de l'amender).

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Bon accord rejeté sans surprise par contre 432 contre 202 c'est une sacrée claque, ça s'est pas joué à un poil de cul quoi, ça va être très chaud pour May.

    Rien à voir avec la Grèce, au final un accord avait été arraché mais en mettant une pression de dingue à tel point que Tsipras a du se renier. Là c'est franchement pas comparable, ça cherche pas l'accord à tout prix, y'a beaucoup de brexiters durs qui préfèrent le no-deal et t'as aussi ceux qui sont pour rester dans l'Union, bref le bordel est à l'intérieur même de l'UK, pas entre l'UK et l'UE.

    Est-ce qu'ils vont sortir quand même au 29 Mars ? Bah rien n'est moins sûr désormais, le no-deal la majorité n'en veut clairement pas. Peuvent t-ils négocier encore ? Bah en même temps le voté avait déjà été reporté de début Décembre à aujourd'hui pour essayer de justement négocier et faire passer ce deal. Je vois pas trop ce qu'un (court) délai supplémentaire pourrait apporter de plus. Ca sent la fin pour May, mais pour la suite, difficile de privilégier une voie plutôt qu'une autre. Le gouvernement est fermement opposé à un nouveau référendum mais s'il est renversé on ne peut plus présager de rien. C'est le flou total à 2 mois et demi de la deadline. J'y crois pas du tout pour la sortie au 29 Mars. Je sais pas quelles répercussions ça peut avoir sur l'élection européenne mais faut être réaliste. Le plan de sortie de 2 ans a planté totalement.

    Laisser un commentaire:


  • huascaran
    a répondu
    On disait pareil avec la Grèce : s'il n'y a pas d'accord sur la dette ou pas de remboursement de X euros avant telle date, la Grèce est en faillite et le système monétaire européen s'effondre. La sauce est montée pendant des jours, puis la date n'a pas été respectée. Et....... ta'da'da'... il ne s'est rien passé pour autant... La Grèce est toujours dans l'Euro, les états membres continuent de contribuer fortement à la gestion de la dette grecque.

    Accord ou pas, je pense que l'UK dégage de l'UE au printemps prochain, parce que les sièges occupées jusqu'alors par eux ont déjà été redistribués entre les États membres, qui sont déjà entrés en période d'élections européennes (certains pays sont déjà bien entrés dedans en comparaison de la France qui a d'autres priorités sur le feu !). Je ne les vois pas revenir en arrière à 4-5 mois des élections. Dans tous les cas, une période de transition de plusieurs années après la sortie de l'UK de l'UE était prévue pour renégocier les traités commerciaux.

    Mais je ne serais pas étonné que May se retire si elle se prend une nouvelle claque. ça va commencer à faire beaucoup pour elle. J'ai cru comprendre qu'elle s'opposait de toute façon, par principe démocratique, et dans tous les cas à organiser un nouveau référendum sur le brexit.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Quoiqu'il en soit, le vote décisif est ce soir, ça passe ou ça casse. Gros capharnaüm en perspective si ça casse. Les analystes sont pessimistes sur l'issue du scrutin, ce brexit pourrait se transformer en chemin de croix, c'était déjà le cas mais là ça prendrait encore une autre dimension si l'accord est rejeté.

    Pour rappel les différents scénarios

    1. L'accord est validé ce soir, le Brexit a bien lieu le 29 Mars

    2. L'accord est rejeté, le gouvernement tient et le Brexit a bien lieu le 29 Mars sur un no deal

    3. L'accord est rejeté, le gouvernement tient mais un nouvel accord doit être négocié, le 29 Mars étant intenable, le Brexit est reporté d'une ou plusieurs années ?

    4. L'accord est rejeté, le gouvernement tient et décide de la tenue d'un nouveau référendum

    5. L'accord est rejeté, le gouvernement est renversé et le nouveau gouvernement (travailliste ?) décide de sortir sur un no-deal

    6. L'accord est rejeté, le gouvernement est renversé et le nouveau gouvernement relance les négociations et reporte le Brexit

    7. L'accord est rejeté, le gouvernement est renversé et le nouveau gouvernement organise un nouveau référendum.

    Bon j'aurais pu simplifier :

    Accord ou pas ce soir ?

    Si pas accord, renversement du gouvernement May ou pas ?

    Si pas accord et quelque soit le gouvernement, no-deal, report du Brexit ou nouveau référendum ?

    Faites vos jeux, je sais que les britanniques sont friands des paris en ligne, j'aimerais bien voir les cotes

    Il y a un autre problème, on est censé voter pour les européennes en Mai, on était parti du postulat que le RU ne serait plus là à cette date mais désormais cette certitude est remise en cause ce qui change concrètement la donne pour l'éléction du Parlement européen. Comment on ferait si effectivement le RU ne sort plus le 29/03 ?
    Dernière modification par lochiba84, 15/01/2019, 14h40.

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    Au lieu de chercher a tout prix un accord de libre echange qui semblait dés le depart impossible, histoire de rester dans l'UE sans en faire partie, T.May aurait mieux fait de tirer parti des deux ans de negociations pour elaborer les futurs traités commerciaux avec l'UE une fois l'UK sortie de l'UE.

    On arrive a la fin des negociations et tout ce qu'elle aura reussi a obtenir c'est un accord qui ne passera probablement pas... et sans clair perspective derriere.
    On pourra me repondre qu'il reste encore 2 mois et demi, trois mois, avant la fin du gong et qu'elle peut toujours se mettre a negocier ces futurs traités commerciaux, mais c'est idiot de s'y prendre s'y tardivement, alors que tout aurait vraisemblablement pu etre bouclé a temps si le Brexit, la sortie de l'UE avait ete prise vraiment comme il aurait du l'etre dés le debut: Une sortie de l'UE.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Ca sent encore pas bon chez nos amis britanniques

    https://www.europe1.fr/international...lement-3835631

    Le vote sur l'accord est prévu dans 4 jours après avoir déjà été repoussé d'un mois. La date de sortie pour Mars de cette année ne laisse théoriquement pas la place à un nouveau prolongement des négociations mais je vois pas trop ce qu'ils vont faire à la place.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Envoyé par UniversLyon

    Chavez, l'équivalent vénézuélien de Mélenchon, a complètement anéanti son pays.
    Depuis que Maduro est là c'est encore pire mais tu as raison de toute façon j'ai toujous mis Mélenchon et Le Pen dans le même sac, comme leurs modèles.

    Envoyé par peblyon Voir le message

    Il faut être naïf ou aveugle pour ne pas s'apercevoir que c'est vrai, même si il s'agit d'une forte minorité fanatique qui cherchent par tout les moyens à attirer toujours plus de monde

    Tu le cites parce qu'il s'agit d'un dirigeant d'extrême droite mais en France même des personnalités de gauche commencent à évoquer ce problème

    Pour un exemple très récent (hier soir) Zineb El Rhazoui est menacé de mort et de viol car elle a simplement dit que je cite "l'islam comme les autres religions doit se soumettre aux lois de la République, se soumettre au droit français à la critique et à l'humour"
    ​​​​​​Je te laisse juger entre des propos de bon sens et aucunement insultant ou méprisant et la réaction que cela entraîne

    Alors effectivement si le Président Macron et son gouvernement ferment les yeux il ne faudra pas s'étonner d'une victoire de Marine Le Pen et là effectivement on aura vraiment perdu beaucoup
    Que ça soit vrai ou faux, ça n'en reste pas moins un gros foutage de gueule populiste, du même accabit de celui de Trump sur Paris qui n'est plus Paris. C'est vrai que le Brésil et les Etats-Unis sont des havres de paix, dépourvus de toute criminalité et communautarisme.

    Après je te donne pas tort sur ce que tu dis, je cite tous ces dirigeants populistes si prompts à critiquer notre modèle pour servir leur soupe populiste.

    Laisser un commentaire:


  • peblyon
    a répondu
    Envoyé par lochiba84 Voir le message
    Quoi de neuf ?

    Bolsonaro lance une saillie contre la France parce qu'on est trop accueillant envers une certaine catégorie de migrants (sous-entendu les arabes - musulmans) qui n'ont rien à faire chez nous parce qu'ils ne respectent pas nos valeurs.
    Il faut être naïf ou aveugle pour ne pas s'apercevoir que c'est vrai, même si il s'agit d'une forte minorité fanatique qui cherchent par tout les moyens à attirer toujours plus de monde

    Tu le cites parce qu'il s'agit d'un dirigeant d'extrême droite mais en France même des personnalités de gauche commencent à évoquer ce problème

    Pour un exemple très récent (hier soir) Zineb El Rhazoui est menacé de mort et de viol car elle a simplement dit que je cite "l'islam comme les autres religions doit se soumettre aux lois de la République, se soumettre au droit français à la critique et à l'humour"
    ​​​​​​Je te laisse juger entre des propos de bon sens et aucunement insultant ou méprisant et la réaction que cela entraîne

    Alors effectivement si le Président Macron et son gouvernement ferment les yeux il ne faudra pas s'étonner d'une victoire de Marine Le Pen et là effectivement on aura vraiment perdu beaucoup

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Quoi de neuf ?

    Bolsonaro lance une saillie contre la France parce qu'on est trop accueillant envers une certaine catégorie de migrants (sous-entendu les arabes - musulmans) qui n'ont rien à faire chez nous parce qu'ils ne respectent pas nos valeurs.

    Orban lance l'esclavagisme moderne, les hongrois pourront travailler 400 heures qui ne seront pas payés avant 3 ans

    Trump est heureux parce que l'Amérique se porte toujours aussi bien pendant que Paris brûle et que le monde s'écroule. Il est vrai que la révolte des gilets jaunes démontre bien que le réchauffement climatique est un leurre.

    On a pas entendu Salvini depuis une semaine, ça commence à m'inquiéter, il prépare sans doute une déclaration fracassante.

    En voyant tout ça, on peut se dire vivement Marine que nous aussi on les rejoigne dans leur bac à sable.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu

    Laisser un commentaire:


  • bertheguillet
    a répondu
    Envoyé par Pr.Skinner Voir le message
    A mon avis ca risque bien de faire A suivi de B
    Je suis de votre côté sur ce point, lorsque le vote sera perdu, c'est peut-être la démission et des nouvelles élections suivi de la sortie sur un no-deal.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Envoyé par Pr.Skinner Voir le message
    A mon avis ca risque bien de faire A suivi de B
    Elle va déjà essayer de faire le forcing pour renégocier à Bruxelles, il y aura une renégociation mais probablement délicate et à minima. Soit ça suffit, soit ça passe pas et on pourrait aller vers le A+B effectivement. Voire du A+C si le Labour revient au pouvoir et décide un nouveau référendum.

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    A mon avis ca risque bien de faire A suivi de B

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Envoyé par Pr.Skinner Voir le message

    May vient de reporter le vote
    Elle devait savoir qu'elle l'aurait perdu
    A la question Que va t-il se passer lorsque le vote sera perdu ?

    A. Démission et nouvelles élections
    B. On sort sur un no-deal
    C. On refait un référendum sur le Brexit

    Elle a choisi

    D. La Réponse D

    Audacieux mais maintenant qu'espère t-elle pour la suite ? Reprendre les négociations avec l'UE (qui a semble t-il exclu toute renégociation) ou travailler au corps sa (pseudo) majorité ?

    Je sais pas qui est dans la position la plus enviable en ce moment Theresa May ou Macron ?

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    Envoyé par lochiba84 Voir le message
    C'est sûr qu'il y a pas mal de flou dans cet accord. Il est pas mal critiqué parce que nombre de partisans du "hard brexit" y voient carrément un maintien déguisé dans l'UE.

    Il va déjà falloir que le Parlement britannique le ratifie cet accord et c'est loin d'être gagné, le vote a lieu demain soir. Un échec ouvrirait une nouvelle période d'incertitude avec sans doute la démission de May, peut-être de nouvelles éléctions et la possibilité d'un "no deal" c'est à dire une sortie sans accord ou même d'un nouveau référendum.

    https://www.ladepeche.fr/article/201...it-accord.html
    May vient de reporter le vote
    Elle devait savoir qu'elle l'aurait perdu

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    C'est sûr qu'il y a pas mal de flou dans cet accord. Il est pas mal critiqué parce que nombre de partisans du "hard brexit" y voient carrément un maintien déguisé dans l'UE.

    Il va déjà falloir que le Parlement britannique le ratifie cet accord et c'est loin d'être gagné, le vote a lieu demain soir. Un échec ouvrirait une nouvelle période d'incertitude avec sans doute la démission de May, peut-être de nouvelles éléctions et la possibilité d'un "no deal" c'est à dire une sortie sans accord ou même d'un nouveau référendum.

    https://www.ladepeche.fr/article/201...it-accord.html

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    Bon, alors je viens de tomber, enfin, sur un article qui essaye de detailler, simplement, les grandes lignes de l'accord, accepté par l'UE, de sortie du Brexit (mais qu'il faudra que les anglais approuvent ce qui n'est pas encore fait)

    Brexit : ce que contient l'accord de divorce

    AFP Cédric SIMON,AFP dim. 25 nov. 09:28 UTC+1
    Des drapeaux européens en marge d'un sommet du conseil européen à Bruxelles le 25 novembre 2018
    Bruxelles (AFP) - C'est un pavé de 585 pages, agrémenté de plusieurs protocoles et autres annexes, qui détricote de manière inédite les liens noués pendant plus de 40 ans entre l'UE et le Royaume-Uni.

    De la période de transition prévue pour après le divorce à la facture que devra régler Londres : voici les principaux points du "traité de retrait" qui est soumis dimanche à l'approbation des dirigeants européens.

    - Transition -

    Le 30 mars 2019, le Royaume-Uni ne sera plus un Etat membre de l'UE, mais il gardera tout de même un pied dans l'Union si l'accord de divorce est bien adopté.

    Le texte prévoit en effet une période de transition jusqu'au 31 décembre 2020, pendant laquelle les Britanniques continueront d'appliquer les règles européennes et d'en bénéficier.

    Ils devront également continuer de verser leur contribution financière, mais sans siéger dans les institutions et sans participer aux décisions.

    Les deux parties sont convenues que cette transition pourrait être prolongée une seule fois et d'un commun accord, pour une période de "jusqu'à un ou deux ans", soit jusqu'à fin 2022 au maximum.

    Le but de la transition est d'éviter une rupture brutale, notamment pour les acteurs économiques et de donner le temps à Londres et l'UE de négocier leur relation future, par le biais notamment d'un accord commercial.

    - Le problème irlandais -

    Le traité prévoit un "filet de sécurité" ("backstop" en anglais) pour éviter le retour à une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande, afin de préserver les accords de 1998 qui ont mis fin à des décennies de troubles sanglants.

    Il s'agirait d'une solution de dernier recours qui n'entrerait en vigueur qu'après la période de transition et seulement si aucune meilleure solution n'était trouvée d'ici à la mi-2020 entre Londres et Bruxelles.

    Ce mécanisme controversé consiste à créer un "territoire douanier unique", englobant l'UE et le Royaume-Uni, au sein duquel il n'y aurait aucun quota ni droits de douane pour les biens industriels et agricoles.

    Cela doit permettre d'éviter le rétablissement d'une "frontière dure" entre les deux Irlandes tout en garantissant qu'une frontière ne va pas apparaître de fait en mer d'Irlande entre l'Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni -ce qui aurait été le cas si seule l'Irlande du Nord avait été intégrée à ce "territoire douanier".

    L'Irlande du Nord aura tout de même un statut spécial : elle resterait alignée sur un nombre limité de règles du marché unique "essentielles pour éviter une frontière dure" en Irlande. Il s'agit par exemple de normes sanitaires pour les contrôles vétérinaires.

    Si le "backstop" est appliqué, il faudra une décision commune pour y mettre fin.

    - Droits des citoyens -

    "Les citoyens européens établis au Royaume-Uni et les Britanniques établis dans un Etat membre de l'Union avant la fin de la période de transition pourront continuer à vivre leur vie comme avant dans leur pays de résidence" (où ils ont séjourné au moins cinq ans, ndlr) a promis le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier.

    Plus de quatre millions de citoyens (3,2 millions d'Européens au Royaume-Uni et 1,2 million de Britanniques sur le continent) pourront continuer à étudier, travailler, percevoir des allocations et faire venir leur famille.

    - Règlement financier -

    Le Royaume-Uni s'engage à honorer les engagements pris dans le cadre du budget pluriannuel en cours (2014-2020), qui couvre également la période de transition. Il bénéficiera en retour des fonds structurels européens et de la politique agricole commune.

    Le texte ne donne pas de chiffres pour la facture mais une méthode de calcul. Le gouvernement britannique évalue ce montant à entre 40 et 45 milliards d'euros -des chiffres non confirmés côté UE-, mais ce sera davantage si la période de transition se prolonge au-delà de 2020.

    - Supervision de l'accord -

    Le traité de retrait prévoit la création d'un comité paritaire pour régler les divergences d'interprétation de l'accord. Il sera saisi si un litige apparaît entre les deux parties. Il pourra à son tour saisir, en cas de désaccord persistant, un panel d'arbitrage, dont la décision sera contraignante.

    Pour tout désaccord qui impliquerait une question d'interprétation du droit de l'Union, c'est la Cour de Justice de l'UE (CJUE) qui sera compétente.

    - Pêche -

    L'accord prévoit que les pêcheurs européens garderont leur accès aux eaux territoriales britanniques et que les Britanniques resteront soumis aux quotas de pêche européens pendant la période de transition.

    Mais il précisé qu'il faudra conclure un accord au plus tard d'ici à la mi-2020 pour régler cette question hautement sensible.
    J'avoue que je ne sais pas quoi en penser
    Plusieurs points me surprennent

    En tout premier lieu cette condition qui me semble completement surrealiste " Si le "backstop" est appliqué, il faudra une décision commune pour y mettre fin. "
    Depuis quand on a besoin d'une "decision commune" pour mettre fin a un accord international ?
    Si demain les Anglais, ou l'UE (moins evident) decide de ne plus l'appliquer, et de remettre des taxes douanieres par exemple, ca se passe comment ?

    Ensuite c'est ce "backstop" lui meme qui m'interpelle: il sera quasiment automatique " si aucune meilleure solution n'était trouvée d'ici à la mi-2020 entre Londres et Bruxelles " . " Ce mécanisme controversé consiste à créer un "territoire douanier unique", englobant l'UE et le Royaume-Uni, au sein duquel il n'y aurait aucun quota ni droits de douane pour les biens industriels et agricoles. "

    La encore si on ne trouve pas d'accord, on gardera le backstop, a nouveau on emet une hypothese qui repose sur une contrainte non realiste, forcer a garder ce backstop si a nouveau y'a pas un accord commun.... et quel "backstop" !! Union douaniere TOTALE sur les produits agricoles et industriels entre le RU et l'UE ! Rien que ca ?

    Donc si au bout des 1-2 ans de la "periode de transition", l'UE et le RU n'ont pas trouvé un meilleur accord commercial -et economiquement, politiquement, capitale pour l'Irlande- que cette union douaniere totale, on restera dans cette union douaniere, point barre.

    C'est a dire que dés 2020 ou au plus tard 2022 si y'a une rallonge apres la periode de transition, Le Royaume-Uni pourrait ne plus avoir a verser quoique ce soit a l'Europe, ne serait plus assujetti aux lois europeenes (pourrait donc subventionner a sa guise son agriculture, son industrie, negocier de meilleurs regles commerciales avec les autres pays du monde etc...) et continuer de commercer librement sans droits de douane, sans quotas avec l'Europe ?

    C'est bien comme ca ou j'ai mal compris le truc ?

    En fait le seul point ou le RU et surtout Londres serait de gros perdants, c'est sur les mouvements de capitaux qui apparement ne font pas partis de l'accord et ne seraient plus libres

    Dernier point d'interrogation sur le statut des residents "etrangers". Il y aura une sorte d'exception pour les immigrés europeens au RU et inversement pour les immigrés anglais en UE ... mais uniquement pour ceux qui y auront passé au moins 5 ans ou qui y seront etablis avant la fin de la periode de transition (2020) (et leur famille), c'est a dire que ceux qui iraient ensuite immigrer d'un coté ou de l'autre n'auraient pas accés aux meme droits.

    Ca veut dire qu'il va y avoir deux sortes d'immigrés anglais/europeens ? Ils vont avoir un statut special ?
    Dernière modification par Pr.Skinner, 26/11/2018, 22h20.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    On a été que trop patient avec ce gars, il n'y a rien à attendre de lui. Il déchire d'un simple coup de tête les accords si ardemment négociés, il dit tout et son contraire d'un jour à l'autre, réécrit l'histoire à sa sauce, il loue de compliments, nettoie les péllicules des chefs d'Etat pour mieux leur cracher dessus une fois dans l'avion de retour. Il insulte la terre entière, laissons le bouder dans son coin. Dans 2 ans avec un peu de chance, on retrouvera un interlocuteur sérieux de ce côté là de l'Atlantique. 2 ans ça passe vite, ça fait déjà 2 ans qu'il est au pouvoir, en plus il est en semi-cohabitation, il sera peut-être moins emmerdant. Il devra se battre sur 2 fronts (médias et chambre des représentants)

    En attendant on peut se passer des USA, regardez y'a 2 semaines le Sultan a tenté un nouveau format de résolution du conflit syrien, il a invité à la table Russie, France et Allemagne... même pas de trace des USA pourtant acteur majeur (ni de l'Iran mais passons...). Bon c'est le Sultan mais ça dénote bien que les US sont de moins en moins souhaités à la table des négociations. Négocier avec les USA en ce moment, c'est comme jouer aux échecs avec un pigeon, qui a envie de ça ? A force d'isolement, ça va peut-être commencer à tirailler sévère. La France était l'un des rares à dialoguer avec Washington en plus du Japon et de la Corée du sud. Si on tourne le dos à notre tour, peut-être que ça peut emmener plus de dissensions et de rebellion là où elle est possible.

    Laisser un commentaire:


  • Ewanoahlucasino
    a répondu
    Envoyé par lochiba84 Voir le message
    De plus en plus excécrable l'ami Trump, les résultats des éléctions de mid-terms se sont dégradés pour lui, je sais pas si c'est ce qui explique ses bougonneries.

    Sinon son annulation de sa visite à Bois Belleau passe très mal dans son propre pays, mais il faut le comprendre il a un peu de mal avec l'utilisation du parapluie

    https://fr.sputniknews.com/internati...metiere-pluie/

    Sinon il nous a bien rhabillés pour l'hiver dans ses légendaire tweets avec notre vin qui ne serait pas meilleur que le leur et le fait qu'on parlerait allemand sans les américains, sympa le lendemain d'une célébration et faux qui plus est puisque le 3ème Reich aurait été défait par les soviétiques même sans l'intervention américaine en Europe. La diplomatie selon Trump
    Entre sa culture aleatoire et sa cadillac qui a failli etouffé mémé, il nous a clairement montré a quel point il nous emmerde nous, notre histoire et la transition ecologique durant ce week end.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    De plus en plus excécrable l'ami Trump, les résultats des éléctions de mid-terms se sont dégradés pour lui, je sais pas si c'est ce qui explique ses bougonneries.

    Sinon son annulation de sa visite à Bois Belleau passe très mal dans son propre pays, mais il faut le comprendre il a un peu de mal avec l'utilisation du parapluie

    https://fr.sputniknews.com/internati...metiere-pluie/

    Sinon il nous a bien rhabillés pour l'hiver dans ses légendaire tweets avec notre vin qui ne serait pas meilleur que le leur et le fait qu'on parlerait allemand sans les américains, sympa le lendemain d'une célébration et faux qui plus est puisque le 3ème Reich aurait été défait par les soviétiques même sans l'intervention américaine en Europe. La diplomatie selon Trump

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X