Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités internationales

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Pr.Skinner
    a répondu
    C'est vrai qu'on est passé a un niveau superieur en Australie !

    C'etait plutot tranquille les pluies d'araignées, les toiles d'araignée qui recouvrent tout un patelin, ou encore les araignées geantes collées au fenetre des pavillons de banlieue
    C'etait encore gerable les aligators dans les piscines, les serpents venimeux sur les trottoirs, les kangourous violents, les attaques de varans ou des requins contre les nageurs
    C'etait presque drole les touristes qui se paument dans le desert, qui se retrouvent bloqués dans les feux de forets
    Ca faisait presque tendance de porter des masques a cause de la pollution de l'air

    Maintenant on a droit aux feux de forets gigantesques qui durent des mois et ravagent tout... et en meme temps, parce qu'une calamité a la fois, ca serait trop facile, aux inondations massives accompagnées d'averses de grelons gros comme des balles de golf suivies dans la foulée, d'une immense tempete de sable qui transforme le jour en nuit !

    Quel beau pays, ca donne vraiment envie d'y partir en vacances

    Allez courage, il ne reste plus que les nuées de Sauterelles et la mort des premiers nés, apres ca devrait se calmer !

    Laisser un commentaire:


  • huascaran
    a répondu
    Pendant ce temps là en Australie :





    L'équivalent de la superficie de l'Irlande a brûlé, au moins 1 milliards d'animaux terrestres sont morts.
    Dernière modification par huascaran, 10/01/2020, 14h00.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Honnêtement j'ai rien suivi de cette sombre affaire mais oui encore une fois ça ressemble à un bon coup foireux de nos amis américains. Quand il s'agit de faire n'importe nawak en Mésopotamie de toute façon y'a un talent inégalé chez eux.

    Plutôt en accord avec le message ci-dessus de Lyonnais921

    rudy : avoue que tu flippes que la 3ème Guerre Mondiale éclate le 11

    Laisser un commentaire:


  • Lyonnais921
    a répondu
    C'est un peu prendre le sujet par le petit bout de la lorgnette, mais lire que le Président des Etas Unis est prêt à détruire des sites culturels iraniens montre le degré de barbarie que peut atteindre même une démocratie.

    Il faudrait se souvenir de ce qui a été dit, à juste raison, de la destruction des Bouddhas afghans et des sites mésopotamiens par DAECHpour avoir une juste mesure de cette menace.

    Le silence des Démocrates (sauf si quelque chose m'a échappé) en dit long sur l'adhésion du peuple américain à cette menace.

    ====

    Tactiquement, cet assassinat est d'une stupidité confondante.

    L'Irak était le théatre d'un mouvement populaire anti-iranien (mouvement nationaliste et non religieux, Irak et Iran sont majoritairement chiitte) lié à la main mise de l'Iran sur l'Irak.

    Cet assassinat a engendré une unité nationaliste contre les USA et qui profite à l'Iran et aux factions irakiennes qu'il contrôle.

    De la même manière, l'Iran va se ressouder face à la mence et, là aussi, au profit des forces les plus obcurantistes du régime et au détriment des éléments d'ouverture.

    La politique iranienne n'est pas angélique, très loin de là.

    Elle est un élément actif de déstabilisation de toute la zone, la présence de Soleimani en Irak au moment d'une attaque violente contre l'ambassade américaine à Bagdad est tout sauf fortuite, la répression du mouvement de contestation populaire contre la hausse des prix y a été féroce. Cette théocratie est tout sauf progressiste.

    Que la politique des démocraties occidentales cherche à peser sur cette politique et à la faire évoluer n'a rien de scandaleux.

    Encore faut-il que les moyens pour ce faire soient conformes aux valeurs de la démocratie.

    Ni l'assassinat de Soleimani (acte de guerre, d'une guerre non déclarée, il y faudrait l'accord du Congrès) ni la menace contre des sites culturels n'en font partie.

    Et tactiquement, les effets sont contre-productifs.

    ====

    Si ont élargi la perspective, la situation de cette zone est fondamentalement l'échec des régimes laïcs de ces pays.

    l'Iran du Shah, l'Irak des Hussein, la Syrie des Assad et la Lybie de Khaddafi ont évolué vers des dictatures prébendiaires et sanguinaires qui ont réprimé férocement toute opposition.

    La liquidation systématique des opposants n'a laissé que les organisations religieuses comme refuge et expression de la contestation populaire.

    Lorsque le régime a été renversé, seule ces organisations ont été en mesure de recréer sinon un Etat (réussi en Iran) mais au minimum un semblant.

    On pourrait affiner, la Lybie est plus complexe et la religion n'est pas évidente, le régime syrien est encore en place et la situation irakienne très confuse.

    Il reste que les Etats Unis (en première ligne) ont totalement sous-estimé cette question de rétablissement de l'Etat après le renversement des régimes.

    Laisser un commentaire:


  • rudy69140LeRetour
    a répondu
    Et à l'instant, une journaliste du NY Times vient de tweeter ça:





    Farnaz Fassihi@farnazfassihi






    5 min

    Breaking: Unconfirmed reports of ballistic missiles hitting largest US military base Ain Al-Assad in #Iraq & massive explosions, via IRGC Telegram channels.
    Bon après, je me demande si on ne risque pas d'entendre tout et n'importe quoi dans les prochains jours.

    Quand j'ai quitté l'Armée de l'Air, le 15 janvier 2015, ils m'ont fait signer un papelard comme quoi ils pouvaient me rappeler pendant 5 ans. Il me reste plus que 12 jours à tenir...

    Laisser un commentaire:


  • JuniGarde
    a répondu
    Les américains ont assassiné l'un des plus importants et desplus populaires généraux iraniens. C'est un acte de guerre qui va avoir de graves répercussions, notamment en Irak.

    Laisser un commentaire:


  • Ewanoahlucasino
    a répondu
    Sympathique les elections en Algérie, les urnes étaient bourrés de vote avant l'ouverture des bureaux, le mec élu est un homme de paille de l'armée, aucun opposant a put se presenter.
    Le fils du president est actuellement en prison pour traffic de came.
    Un an de manifestation dans le calme, je suis pas convaincu que ça dure.

    Laisser un commentaire:


  • JuniGarde
    a répondu
    Envoyé par Pr.Skinner Voir le message
    Le Brexit Party avait decidé de ne presenter aucun candidat la ou le Parti Conservateur tenait les circonscriptions pour ne pas diviser les voix des brexiters.
    Ils ont donc presenté beaucoup moins de candidats que les autres et surtout, les ont presenté dans des secteurs ou le Parti Travailliste etait habituellement fort
    Si le Parti Travailliste s'est cassé a ce point la gueule et que le Parti Conservateur a pu leur piquer des sieges, c'est en partie grace au Brexit Party qui a piqué suffisament de voix aux Travaillistes
    !

    Je pense que le Brexit party a au contraire permis au Labour de sauver pas mal de sièges dans le Nord de l'Angleterre en empêchant les conservateurs de les prendre. Mais c'est un détail vu le rrésultat global de l'élection.

    Les britanniques veulent quitter l'UE, il l'ont dit par référendum et Boris Johnson a obtenu la majorité, tandis que les libéraux démocrates qui voulaient annuler le Brexit se sont cassés la gueule. On notera aussi le score complètement anecdotique des Verts britanniques, dans les élections importantes, le vote utile joue à plein.

    Là, le gouvernement conservateur à une majorité large, et surtout fidèle, les rebelles anti Brexit ont été purgés, le speaker Bercow est à la retraite, l'opposition à abdiqué. Tout est prêt. Le Brexit aurait du se passer en Mars, seuls les parlementaires anti Brexit ont tenté de renier la démocratie et ont été vaincus.

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    Ben deja, ils avaient eu l'intelligence de ne pas abandonner leur monnaie...
    Maintenant ils vont recuperer leur souveraineté politique et economique.

    Laisser un commentaire:


  • fooooot
    a répondu
    Les Rosbeefs ont encore un train d'avance sur nous, il savent prendre les décisions cruciales pour leur pays eux...

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    "en dehors de ca, ca change pas grand chose"... Sauf que ca change tout
    Le backstop empechait le Brexit

    Une fois la periode de transition fini, il laissait l'UK toute entiere dans le marché commun, soumis aux regles europeennes, a la justice europeenne, sans plus aucune influence de l'UK sur ces lois et reglementations europeennes jusqu'a ce qu'un nouvel accord soit approuvé par l'UE et l'UK, autrement dit, ad vitam aeternam car il n'aurait ete aucunement dans l'interet de l'UE dans ses conditions la de rechercher un autre accord !!

    Dans le nouveau traité, a la fin de la periode de transition, l'UK sort du marché commun. Ne depend plus des reglements, loi et tribunaux europeens.
    Quand a l'Irlande du nord en elle meme, son systeme de libre echange commercial avec l'autre partie de l'irlande, est maintenue et si un jour les nord irlandais ne sont plus d'accord, ils auront le droit de revoquer cette decision.
    Dernière modification par Pr.Skinner, 13/12/2019, 19h56.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Oui enfin entre l'accord de T. May et celui de Johnson, y'a pas non plus un océan quoi, y'a l'histoire du backstop nord irlandais bien sûr mais en dehors de ça pas grand chose non ?

    Donc de là à parler d'un côté de trahison de T. May et de l'autre côté de bon boulot de Johnson, c'est là qu'il faut quand même relativiser. Oui May n'a pas été foutu de trouver un accord complet acceptable et le faire valider par le Parlement, ils ont perdu un an de plus en tractations, imbroglios et trahisons en tout sens mais Johnson a quand même gardé la teneur du travail effectué par le gouvernement précédent et a réussi a le finir, il a gagné son pari et le R-U va enfin pouvoir avancer, on va enfin pouvoir passer à autre chose mais ça n'est pas une révolution non plus, les Tories auraient pu trouver n'importe quel gars un minimum compétent et désireux d'en finir avec ce dossier pour boucler l'affaire. Je suis pas là pour critiquer Johnson, loin d'être l'abruti et pâle copie britannique de Trump décrite par les merdias mais faut pas non plus en faire un héros des brexiters parce qu'il a réussi à obtenir 368 députés bien aidés par Corbyn et par le fait que Farage l'ai favorisé pour sauver le Brexit, c'est pas un exploit pour le coup. Il a fait le job, on va dire que pour un politique c'est déjà formidable, on aimerait que ça arrive chez nous ça, des politiques capables de faire le job.

    Je ne sais pas si les britanniques souhaitent plus que ça quitter l'UE, après tout 52% ça laisse aussi 48% de gens qui veulent rester donc c'est pas un plébiscite non plus pour le Brexit. Mais ce que je devine c'est que les britanniques voulaient vraiment en finir avec ce Brexit dont on parle depuis 4 ans, la démocratie devait être respectée, même pour les remainers à un moment fallait accepter de passer à autre chose et l'option Johnson semblait le plus sûr et le plus court moyen de respecter la démocratie et passer à autre chose sans non plus avoir les dégâts tant craints du Hard Brexit.

    Et puis tu parles de la volonté des anglais au lieu des britanniques, lapsus intéressant puisque certes la volonté des anglais et celles des gallois comptent d'autant qu'ils sont plus nombreux mais on a aussi les écossais et les nord irlandais qui eux ont voté très majoritairement Remain, faut pas oublier que ce constat menaçait aussi l'unité du pays et qu'il fallait aussi répondre à leurs inquiétudes, quand on critique T. May sur la gestion du cas nord irlandais, c'est oublier un peu aussi que ces derniers sont remainers et qu'il était important de pas les froisser. Il y a eu une guerre y'a pas si longtemps.

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    Le Brexit Party avait decidé de ne presenter aucun candidat la ou le Parti Conservateur tenait les circonscriptions pour ne pas diviser les voix des brexiters.
    Ils ont donc presenté beaucoup moins de candidats que les autres et surtout, les ont presenté dans des secteurs ou le Parti Travailliste etait habituellement fort
    Si le Parti Travailliste s'est cassé a ce point la gueule et que le Parti Conservateur a pu leur piquer des sieges, c'est en partie grace au Brexit Party qui a piqué suffisament de voix aux Travaillistes

    De toute facon il etait evident qu'avec l'accord obtenu par Johnson, le hard Brexit n'etait plus d'actualité

    On va rappeler quand meme au passage, qu'au depart, Farage etait aussi pour un "fair deal" avec l'UE comme il l'avait reclamé a l'UE lors de son intervention au parlement europeen apres la victoire du brexit au referendum, et que c'est devant la honteuse trahison de May, son accord totalement pourri et l'intransigeance de l'UE, qui ne voulait alors plus negocier la moindre virgule, que le Hard Brexit est devenu le credo de Farage, pour indiquer que accord ou pas accord, et on etait alors clairement dans le pas accord, il fallait sortir de l'UE

    En tout cas bien vu de la part des merdias, qui nous expliquaient ces dernieres heures que les elections allaient peut-etre etre indecises, que c'etait plus sur que Johnson puisse avoir la majorité seul, qu'enormement de jeunes s'inscrivaient sur les listes electorales et donc forcement comme les jeunes sont contre le Brexit ... et patati et patata !

    Comme c'etait deja bien vu de la part du monde merdiatique de se foutre de la gueule de Boris Johnson. Ce dernier a su faire le menage dans son parti et a su rester ferme pour finalement et en quelques semaines, obtenir de l'UE qu'elle cherche un accord, au risque, si elle refusait toute negociation, de se retrouver avec un hard Brexit.

    Quand on voit les 3 ans de May, que ca puisse se terminer par une victoire historique du Parti Conservateur, ca montre a quel point B.Johnson a fait du bon boulot et a quel point les anglais souhaitaient quitter l'UE !
    Dernière modification par Pr.Skinner, 13/12/2019, 16h09.

    Laisser un commentaire:


  • JuniGarde
    a répondu
    C'est surtout la débâcle totale des anti Brexit. Les travaillistes sont sanctionnés pour avoir parlé d'un second référendum, Corbyn a voulu ne pas choisir pour essayer de ne pas se mettre à dos l'électorat, mais au final, un second référendum avec comme conditions avancée la possibilité de faire voter les ressortissants de l'UE aurait été un déni de démocratie après la victoire claire du Brexit au premier référendum.

    Les rebelles anti Brexit des conservateurs qui avaient empêchés l'adoption du Brexit ont été balayés purement et simplement , ceux qui se sont présenté comme indépendants ou liberaux ont tous perdu, les autres ont renoncé même a se présenter.

    Boris Johnson a une majorité nette de Brexiters au parlement. L'affaire de la sortie devrait être réglée au 31 Janvier, c'est la défaite finale des anti Brexit. Les négociations sur le futur accord commercial commenceront dès le départ du Royaume Uni pendant la transition.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Les conservateurs obtiennent la majorité absolue à la Chambre des députés et largement, 361 sièges alors que la majorité absolue est à 326, désormais Boris Johnson grand vainqueur de cette séquence a les coudées franches et va pouvoir valider SON Brexit.

    Débâcle du parti travailliste qui n'a pas été servi par les déboires de son leader Corbyn visiblement plus repoussoir que Johnson.

    Quand au Brexit Party => 0 député, incroyable un parti qui remporte (largement) les européennes, a été balayé au niveau national. Nigel Farage a été renvoyé dans les cordes par Johnson qui a balayé sa proposition de pacte pour le Brexit, il n'a pas présenté de candidats dans les circonscriptions promises aux conservateurs et les britanniques sont revenus au sérieux en faisant confiance au gouvernement, le choix est désormais incontestable et on a la réponse définitive des britanniques sur l'option qu'ils privilégient désormais pour entériner le Brexit. Le Hard Brexit de Farage a été désavoué, celui-ci est revenu à la raison et laisse le champ libre à Johnson pour mener le Brexit par la voie la plus raisonnable.

    Donc :
    La proposition de 2ème référendum a reçu un désaveu clair, les travaillistes, écossais, et libéraux démocrates sont en minorité nette
    Le Hard Brexit a reçu un désaveu cinglant également.

    Les britanniques ont donc choisi leur voie : ce sera une sortie le 31 Janvier avec le nouveau deal négocié par Johnson qui va pouvoir enfin être validé par le Parlement. Conclusion enfin claire après 3 ans et demi d'un incroyable pataquès. Après tout ce bordel, on va enfin pouvoir avancer, le Royaume-Uni comme l'Union européenne vont pouvoir mener à bien et en douceur ce Brexit, ainsi respecter le choix des urnes tout en ne compromettant pas leurs économies respectives, ma foi il faut accueillir cela comme une bonne nouvelle parce que c'était la meilleure solution, ou en tous cas la moins pire.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Envoyé par JuniGarde Voir le message



    Ce parlement a été élu sur la promesse de réaliser le Brexit. Les deux principales formations ont fait campagne en promettant de sortir le Royaume Uni de l'Union Européenne et de respecter les résultats du référendum.

    Le mot traitre n'est pas trop fort, il est adéquat. Quel autre mot utilisé quand on constate que des politiciens qui devraient défendre les intérêts du Royaume Uni et la volonté du peuple britannique défendent à la place les intérêts de l'union européenne, une puissance étrangère? L'Union Européenne n'est pas poussée à faire des concessions, puisque la cinquième colonne des députés britanniques travaille pour elle. Dans d'autres temps et d'autres époques, il serait question de haute trahison et l'affaire serait réglée très promptement. C'est un des dangers de cette union européenne. Certains individus commencent a ressentir une plus grande loyauté envers cette entité bureaucratique sans légitimité plutôt que vis a vis de leur propre pays.

    Et ceux là ne veulent ps voir le Royaume Uni réussir a s'épanouir et se développer en dehors du carcan de l'UE, parce qu'ils prouveraient que c'est possible et ils ont peur de faire un bon exemple.

    Pour le reste de ton message, les Ecossais ont voté contre l'indépendance, la majorité des Irlandais est unioniste (pour le Royaume-Uni) et enfin le backstop est une solution provisoire qui n'a aucun délai d'expiration et qui serait soumis au bon vouloir de l'UE qui pourrait ainsi contraindre le Royaume Uni à rester indéfiniment dans l'union douanière ou a faire une séparation avec l'Irlande du Nord. Ce qui est inacceptable.

    Le Royaume Uni peut imposer le no deal, et on verra qui capitulera en premier sur le backstop. En tout le no deal est préférable au report. Sachant qu'un accord peut être conclu a n'importe quel moment après la sortie du RU.
    Est-ce que le Royaume-Uni s'épanouirait en dehors de l'UE sans accord ? Je vais te répondre j'en sais rien sur le long terme ce qu'il se passera. Par contre à court terme faut pas se leurrer sortir sur un no deal c'est dangereux oui, je comprend l'inquiétude de certains et donc de certains parlementaires par rapport à ça. Respecter un référendum c'est important mais faut pas faire n'importe quoi non plus, il faut respecter la parole du peuple tout en garantissant la sécurité et la stabilité du pays, c'est le rôle du gouvernement et aussi du contre-pouvoir que représente le Parlement.

    "Le no deal est préférable au report sachant qu'un accord peut être conclu n'importe quand"... Certes on peut trouver un accord postérieur c'est vrai mais pendant la durée sans accord, on procéde comment pour les échanges, il se passe quoi concrètement ? Quelles conséquences sur la vie de tous les jours des britanniques ? Parce qu'ils ont beau être sur une île, ils vivent pas en autarcie nos amis britanniques. Moi je veux bien que Boris fasse du chantage mais concrètement s'il met menace à exécution et que par exemple il y a des problèmes pour l'import de médicaments et que certains citoyens ne pourront peut-être plus prendre un traitement parfois vital, est-ce que le 1er ministre assumera une telle chose ? A t-il au moins prévu des solutions concrètes pour cette période d'instabilité qui à coup sûr n'a pas été préparée sereinement ? Vu comment ça a été traité de manière amateure ce dossier Brexit, honnêtement faut être très inquiet pour le peuple britannique en cas de no deal à court terme le temps de régulariser la situation. Donc ouais ça peut faire chier mais si toujours pas d'accord, je pense qu'un report est encore le mieux pour tout le monde, on ne demande pas de maintenir une union douanière en l'état bien sûr mais juste trouver un accord classique comme on en a avec d'autres pays non membres de l'UE, ça me paraît juste du bon sens mais apparemment y'en a que ça ne choque pas.

    L'Ecosse a voté contre l'indépendance avant le référendu du Brexit puis contre le Brexit. Après le Brexit est-ce que l'Ecosse voterait à nouveau contre l'indépendance ? C'est pas ce que disent les sondages, certes c'est que des sondages mais bon...

    Pour l'histoire de l'entité bureaucratique sans légitimité, on est d'accord qu'il y a un problème dans la désignation des commissaires européens et les différents postes mais n'oublions pas que l'on élit le Parlement européen et les exécutifs de chaque pays, indirectement ça reste nous qui guidons la décision à défaut de décider un peu comme dans un système où les grands électeurs choisiraient le président, donc on peut critiquer mais il s'agit d'un type de démocratie assez classique. Il n'en demeure pas moins qu'on devrait revoir ce système, une 1ère chose pour essayer de réconcilier l'UE avec les européens seraient d'élire le président de la Commission européenne au suffrage universel direct en même temps que le Parlement européen par exemple, un peu sur le modèle français ou américain si on veut.

    Laisser un commentaire:


  • Lyonnais921
    a répondu
    Envoyé par JuniGarde Voir le message



    Ce parlement a été élu sur la promesse de réaliser le Brexit. Les deux principales formations ont fait campagne en promettant de sortir le Royaume Uni de l'Union Européenne et de respecter les résultats du référendum.

    Le mot traitre n'est pas trop fort, il est adéquat. Quel autre mot utilisé quand on constate que des politiciens qui devraient défendre les intérêts du Royaume Uni et la volonté du peuple britannique défendent à la place les intérêts de l'union européenne, une puissance étrangère? L'Union Européenne n'est pas poussée à faire des concessions, puisque la cinquième colonne des députés britanniques travaille pour elle. Dans d'autres temps et d'autres époques, il serait question de haute trahison et l'affaire serait réglée très promptement. C'est un des dangers de cette union européenne. Certains individus commencent a ressentir une plus grande loyauté envers cette entité bureaucratique sans légitimité plutôt que vis a vis de leur propre pays.

    Et ceux là ne veulent ps voir le Royaume Uni réussir a s'épanouir et se développer en dehors du carcan de l'UE, parce qu'ils prouveraient que c'est possible et ils ont peur de faire un bon exemple.

    Pour le reste de ton message, les Ecossais ont voté contre l'indépendance, la majorité des Irlandais est unioniste (pour le Royaume-Uni) et enfin le backstop est une solution provisoire qui n'a aucun délai d'expiration et qui serait soumis au bon vouloir de l'UE qui pourrait ainsi contraindre le Royaume Uni à rester indéfiniment dans l'union douanière ou a faire une séparation avec l'Irlande du Nord. Ce qui est inacceptable.

    Le Royaume Uni peut imposer le no deal, et on verra qui capitulera en premier sur le backstop. En tout le no deal est préférable au report. Sachant qu'un accord peut être conclu a n'importe quel moment après la sortie du RU.
    Il faudrait déjà démontrer qu'un Hard Brexit est conforme aux intérêts du RU (et plus encore de ses habitants).

    Déclarer que l'UE est une entité bureaucratique sans légitimité relève des Fake News.

    Les Ecossais ont voté contre l'indépendance avant le vote sur le Brexit. A voir leur position en cas de Hard Brexit

    Idem pour les Irlandais.

    Le RU sera contraint d'établir aussi une frontière physique avec contrôle des échanges. Sinon, il sera assigné devant l'OMC (violation de la clause de nation la plus favorisée).

    La Livre a déjà perdu 20 % de sa valeur. Je n'ai pas lu de prévision d'un rebond en cas de no deal.

    Laisser un commentaire:


  • JuniGarde
    a répondu
    Envoyé par lochiba84 Voir le message

    Le mot de traitre est quand même un peu fort, ces parlementaires ont été élus, en l'occurence les "rebelles" sont issu du parti Tories qui a lui-même gardé une ligne assez floue tout au long du processus de Brexit, en tous cas pas homogène sur ses véritables intentions (pour rappel c'est le Parlement réélu sous May bien après le référendum du Brexit, on parle pas d'un Parlement antérieur au vote).

    Si le peuple britannique voulait autant d'intransigeance et le no-deal, pourquoi ont-ils voté Tories et pourquoi continuent t-ils à vouloir voter Tories (parti Tory en tête devant le Labour et les LibDems très pro-européens aux 3 premières places et le Brexit Party seulement 4ème dans les derniers sondages (!) ) c'est la question que je me pose parce que dans ce cas faut voter Farage, avant c'était l'UKIP aujourd'hui c'est le nouveau Brexit Party, si les choses étaient aussi simples ils seraient majoritaires les brexiters durs de Farage comme du parti conservateur, ils ne le sont pas donc c'est ni blanc ni noir. S'ils revotent le mois prochain, Farage et Johnson s'ils s'allient sur une ligne dure n'auraient probablement pas la majorité mais tout comme les remainers ne l'auraient pas non plus on imagine déjà...

    L'histoire de Johnson sur le no deal, ça ressemble à un gros chantage pour faire plier effectivement l'UE mais c'est pas comme ça que ça marche. Le no deal n'a l'air d'être voulu par personne ni chez le gouvernement britannique conservateur, ni chez les autres pays membres de l'UE donc brandir ce spectre là c'est du bluff, faut être habile joueur de poker mais la chambre des communes a peut-être considéré que Boris était un piètre joueur de poker, on peut le comprendre. Allez négocier comme ça à Bruxelles c'est peut-être aller au casse pipe, les brittons sont bien gentils mais on a déjà payé des gens de l'UE pendant 3 ans pour négocier avec eux un truc qui au final ne passe pas, ils sont incapables de trouver une solution au problème irlandais en 3 ans, ils doivent s'en prendre aussi qu'à eux-mêmes d'avoir été si incompétents pour le coup.

    Moi comme je vois les choses, les britanniques ont voté la sortie de l'UE et on a déjà repoussé la date de 6 mois, ça n'a pas avancé d'un pouce suite à l'accord trouvé par le précédent gouvernement May, ça achoppe toujours sur le backstop. Donc plutôt que de palabrer dans le vide, Boris et son gouvernement devrait se bouger le cul pour trouver une solution concrète à apporter à Bruxelles pour le 17 Octobre pour sortir comme prévu le 31, sinon ils ont qu'à sortir le 31 sur l'accord initial avec backstop sachant que le backstop est lui-même provisoire en attente de la solution pérénne, les cartes sont entre leurs mains mais qu'ils sortent le 31, d'ailleurs c'est ce qu'il répète tous les jours.

    De toute façon pour être un peu plus cru, ils nous font un peu chier avec leur Irlande du Nord, ils ont qu'à laissé ces derniers décider. L'Irlande du Nord devrait quitter l'UK comme l'Ecosse, ils ne voulaient pas du Brexit, ils ont donc qu'à lancer aussi à leur tour leur référendum d'indépendance ou de rattachement à l'Irlande et laisser les anglais avec leurs amis gallois après tout quand on ne s'entend plus on peut divorcer, c'est peut-être ça la solution pour remplacer le backstop.


    Ce parlement a été élu sur la promesse de réaliser le Brexit. Les deux principales formations ont fait campagne en promettant de sortir le Royaume Uni de l'Union Européenne et de respecter les résultats du référendum.

    Le mot traitre n'est pas trop fort, il est adéquat. Quel autre mot utilisé quand on constate que des politiciens qui devraient défendre les intérêts du Royaume Uni et la volonté du peuple britannique défendent à la place les intérêts de l'union européenne, une puissance étrangère? L'Union Européenne n'est pas poussée à faire des concessions, puisque la cinquième colonne des députés britanniques travaille pour elle. Dans d'autres temps et d'autres époques, il serait question de haute trahison et l'affaire serait réglée très promptement. C'est un des dangers de cette union européenne. Certains individus commencent a ressentir une plus grande loyauté envers cette entité bureaucratique sans légitimité plutôt que vis a vis de leur propre pays.

    Et ceux là ne veulent ps voir le Royaume Uni réussir a s'épanouir et se développer en dehors du carcan de l'UE, parce qu'ils prouveraient que c'est possible et ils ont peur de faire un bon exemple.

    Pour le reste de ton message, les Ecossais ont voté contre l'indépendance, la majorité des Irlandais est unioniste (pour le Royaume-Uni) et enfin le backstop est une solution provisoire qui n'a aucun délai d'expiration et qui serait soumis au bon vouloir de l'UE qui pourrait ainsi contraindre le Royaume Uni à rester indéfiniment dans l'union douanière ou a faire une séparation avec l'Irlande du Nord. Ce qui est inacceptable.

    Le Royaume Uni peut imposer le no deal, et on verra qui capitulera en premier sur le backstop. En tout le no deal est préférable au report. Sachant qu'un accord peut être conclu a n'importe quel moment après la sortie du RU.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Envoyé par JuniGarde Voir le message

    Je trouve que l'argument est quelque peu fallacieux.

    Déja, pour rappel, les parti britanniques ont tous promis d'honorer le résultat du référendum. Ce n'était donc pas "consultatif", le Royaume Uni doit donc quitter l'UE, tout autre résultat serait un grave déni de démocratie.

    Ceci étant posé, Theresay may était une remainer, c'est a dire qu'elle s'était prononcée en faveur du maintien du Royaume Uni dans l'union européenne, et dans ce cas, elle n'avait pas la vision nécessaire ni la force pour engager un bras de fer et négocier un accord favorable au Royaume-Uni, puisqu'elle même était persuadée que le Royaume Uni devait resté dans l'Europe.

    Je reviens maintenant pour le backstop, quelle démocratie pourrait accepté cela? Cela forcerait le Royaume Uni a rester dans une union douanière infinie avec l'UE tant que l'UE le souhaiterait ou alors a faire des contrôle dounaier entre l'Irlande du Nord (partie du Royaume Uni) et le reste du Royaume Uni alors qu'il n'y en aurait pas entre les deux Irlande, ce qui signifierait donc que le Royaume Uni serait coupé en deux et perdrait une partie de sa souverraineté sur son territoire.

    La tactique de Boris Johnson est la bonne pour le Royaume Uni. Sortie en no deal, les européens voient que le RU ne cedera pas sur le backstop, ils sont obligés de faire eux des contrôles douanier en Irlande puisque le RU n'en fera pas, ils voient que le RU ne paiera pas les 50 miilliards dus en cas d'accord, et ils finissent par accepter l'accord prévu sans backstop.

    Le seul obstable à cette issue favorable pour le RU, ce sont les parlementaire anti brexit qui sont comme des traitres à leur pays et jouent pour l'UE.
    Le mot de traitre est quand même un peu fort, ces parlementaires ont été élus, en l'occurence les "rebelles" sont issu du parti Tories qui a lui-même gardé une ligne assez floue tout au long du processus de Brexit, en tous cas pas homogène sur ses véritables intentions (pour rappel c'est le Parlement réélu sous May bien après le référendum du Brexit, on parle pas d'un Parlement antérieur au vote).

    Si le peuple britannique voulait autant d'intransigeance et le no-deal, pourquoi ont-ils voté Tories et pourquoi continuent t-ils à vouloir voter Tories (parti Tory en tête devant le Labour et les LibDems très pro-européens aux 3 premières places et le Brexit Party seulement 4ème dans les derniers sondages (!) ) c'est la question que je me pose parce que dans ce cas faut voter Farage, avant c'était l'UKIP aujourd'hui c'est le nouveau Brexit Party, si les choses étaient aussi simples ils seraient majoritaires les brexiters durs de Farage comme du parti conservateur, ils ne le sont pas donc c'est ni blanc ni noir. S'ils revotent le mois prochain, Farage et Johnson s'ils s'allient sur une ligne dure n'auraient probablement pas la majorité mais tout comme les remainers ne l'auraient pas non plus on imagine déjà...

    L'histoire de Johnson sur le no deal, ça ressemble à un gros chantage pour faire plier effectivement l'UE mais c'est pas comme ça que ça marche. Le no deal n'a l'air d'être voulu par personne ni chez le gouvernement britannique conservateur, ni chez les autres pays membres de l'UE donc brandir ce spectre là c'est du bluff, faut être habile joueur de poker mais la chambre des communes a peut-être considéré que Boris était un piètre joueur de poker, on peut le comprendre. Allez négocier comme ça à Bruxelles c'est peut-être aller au casse pipe, les brittons sont bien gentils mais on a déjà payé des gens de l'UE pendant 3 ans pour négocier avec eux un truc qui au final ne passe pas, ils sont incapables de trouver une solution au problème irlandais en 3 ans, ils doivent s'en prendre aussi qu'à eux-mêmes d'avoir été si incompétents pour le coup.

    Moi comme je vois les choses, les britanniques ont voté la sortie de l'UE et on a déjà repoussé la date de 6 mois, ça n'a pas avancé d'un pouce suite à l'accord trouvé par le précédent gouvernement May, ça achoppe toujours sur le backstop. Donc plutôt que de palabrer dans le vide, Boris et son gouvernement devrait se bouger le cul pour trouver une solution concrète à apporter à Bruxelles pour le 17 Octobre pour sortir comme prévu le 31, sinon ils ont qu'à sortir le 31 sur l'accord initial avec backstop sachant que le backstop est lui-même provisoire en attente de la solution pérénne, les cartes sont entre leurs mains mais qu'ils sortent le 31, d'ailleurs c'est ce qu'il répète tous les jours.

    De toute façon pour être un peu plus cru, ils nous font un peu chier avec leur Irlande du Nord, ils ont qu'à laissé ces derniers décider. L'Irlande du Nord devrait quitter l'UK comme l'Ecosse, ils ne voulaient pas du Brexit, ils ont donc qu'à lancer aussi à leur tour leur référendum d'indépendance ou de rattachement à l'Irlande et laisser les anglais avec leurs amis gallois après tout quand on ne s'entend plus on peut divorcer, c'est peut-être ça la solution pour remplacer le backstop.
    Dernière modification par lochiba84, 09/09/2019, 15h31.

    Laisser un commentaire:


  • JuniGarde
    a répondu
    Envoyé par lochiba84 Voir le message

    Pourquoi T.May aurait t-elle trahi ? Ils se sont démerdé comme des manches dans la négociation avec l'UE c'est un fait, l'accord est peut-être pourri d'où son refus malgré 3 ou 4 votes du Parlement, mais ça ne veut pas pour autant dire qu'elle a trahi. Elle n'a pas annulé l'article 50 ni même enclenché de 2ème Référendum donc à aucun moment elle n'a remis en cause le vote de Juin 2016. La seule chose qui n'a pas été respecté c'est le timing initial qui prévoyait la sortie le 29 Mars donc, ça fait 6 mois de retard mais bon qu'est-ce que c'est que c'est que 6 mois de retard dans un dossier aussi ardu à gérer.

    Tu sembles sous entendre comme d'autres, notamment le Brexit Party que les britanniques ont majoritairement voté pour un divorce total avec l'Union Européenne. Il n'y a pourtant pas de majorité pour cette solution, les britanniques sont majoritairement opposés à une sortie sans accord. Il sont certes encore plus opposés à l'accord qui a été négocié par May mais le problème vient de l'accord lui-même, pas du concept de divorce à l'amiable.

    En fait le problème vient de l'interprétation qui est faite de ce fameux Référendum et du Brexit qui en résulte donc reprenons simplement par quelle était la question posée :

    « Should the United Kingdom remain a member of the European Union or leave the European Union? »

    Les britanniques ont voté à 51,89% pour « Leave the European Union ». Il faut respecter le choix souverain du peuple et le RU doit donc quitter l'Union Européenne. Il me semble qu'en aucun cas T. May est revenu sur cette idée, ici il n'y a pas de contrainte de date, donc le délai "technique" de 6 mois (peut-être plus) supplémentaires ne remet pour moi pas en cause le respect du résultat du 23 Juin 2016.

    A partir de là le gouvernement élu a donc mandat pour organiser cette sortie de l'UE en négociant le meilleur accord possible pour le bien du peuple britannique. Farage se trompe il n'y a pas revendication populaire majoritaire à couper tous les ponts avec l'UE. On peut garder des accords négociés comme on en a avec nos autres voisins non membres (Suisse, Norvège, Islande...). Si c'est toutefois un no-deal que préconnise désormais Johnson, cela doit être validé soit par référendum, soit par l'intermédiaire du nouveau Parlement qui ressortira des élections générales désormais inévitables. Après tout la chambre des Communes est représentant du peuple, élu par le peuple, les électeurs vont lui redonner le mandat (puisque le Parlement actuel n'est désormais plus qu'une coquille vide) pour prendre le meilleur chemin ce qui aurait du se faire depuis bien longtemps. Mais encore une fois c'est pas parce que les politiques britanniques ont mené le dossier Brexit comme des manches à balai qu'ils ont trahi la volonté populaire. Au final c'est le résultat final qui comptera, si le Brexit a bien lieu quel que soit l'accord ou le non accord associé, en quoi le Référendum ne sera pas respecté ?
    Je trouve que l'argument est quelque peu fallacieux.

    Déja, pour rappel, les parti britanniques ont tous promis d'honorer le résultat du référendum. Ce n'était donc pas "consultatif", le Royaume Uni doit donc quitter l'UE, tout autre résultat serait un grave déni de démocratie.

    Ceci étant posé, Theresay may était une remainer, c'est a dire qu'elle s'était prononcée en faveur du maintien du Royaume Uni dans l'union européenne, et dans ce cas, elle n'avait pas la vision nécessaire ni la force pour engager un bras de fer et négocier un accord favorable au Royaume-Uni, puisqu'elle même était persuadée que le Royaume Uni devait resté dans l'Europe.

    Je reviens maintenant pour le backstop, quelle démocratie pourrait accepté cela? Cela forcerait le Royaume Uni a rester dans une union douanière infinie avec l'UE tant que l'UE le souhaiterait ou alors a faire des contrôle dounaier entre l'Irlande du Nord (partie du Royaume Uni) et le reste du Royaume Uni alors qu'il n'y en aurait pas entre les deux Irlande, ce qui signifierait donc que le Royaume Uni serait coupé en deux et perdrait une partie de sa souverraineté sur son territoire.

    La tactique de Boris Johnson est la bonne pour le Royaume Uni. Sortie en no deal, les européens voient que le RU ne cedera pas sur le backstop, ils sont obligés de faire eux des contrôles douanier en Irlande puisque le RU n'en fera pas, ils voient que le RU ne paiera pas les 50 miilliards dus en cas d'accord, et ils finissent par accepter l'accord prévu sans backstop.

    Le seul obstable à cette issue favorable pour le RU, ce sont les parlementaire anti brexit qui sont comme des traitres à leur pays et jouent pour l'UE.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba84
    a répondu
    Envoyé par Pr.Skinner Voir le message
    Meme quand le Parlement ne respecte lui pas le vote referendaire ?

    Le vote pour le Parlement apres celui du referendum avait confié la majorité au parti de T.May qui avait declenché l'article 50 quelques mois plus tot et affirmait alors a qui voulait l'entendre que le Brexit aurait lieu le 29 mars 2019 et qu'il etait hors de question de ne pas respecter le verdict des urnes ou de faire un nouveau referendum !

    On voit que beaucoups de ces elus Conservateurs, ont trahis cette ligne directrice, T.May la premiere !
    Boris Johnson vient enfin de faire le menage dans son parti et d'y virer ceux qui ont ouvertement trahit leurs electeurs.

    Alors, voir des politiques mentir et trahir c'est tout sauf nouveau
    Voir des politiques ne plus respecter le verdict des urnes, c'etait deja plus rare, mais avec l'UE ca ne l'est plus vraiment, ca semble etre devenu une politique courante d'envoyer chier les resultats des urnes quand ceux-ci ci ne plaisent pas aux eurofacistes.
    Pourquoi T.May aurait t-elle trahi ? Ils se sont démerdé comme des manches dans la négociation avec l'UE c'est un fait, l'accord est peut-être pourri d'où son refus malgré 3 ou 4 votes du Parlement, mais ça ne veut pas pour autant dire qu'elle a trahi. Elle n'a pas annulé l'article 50 ni même enclenché de 2ème Référendum donc à aucun moment elle n'a remis en cause le vote de Juin 2016. La seule chose qui n'a pas été respecté c'est le timing initial qui prévoyait la sortie le 29 Mars donc, ça fait 6 mois de retard mais bon qu'est-ce que c'est que c'est que 6 mois de retard dans un dossier aussi ardu à gérer.

    Tu sembles sous entendre comme d'autres, notamment le Brexit Party que les britanniques ont majoritairement voté pour un divorce total avec l'Union Européenne. Il n'y a pourtant pas de majorité pour cette solution, les britanniques sont majoritairement opposés à une sortie sans accord. Il sont certes encore plus opposés à l'accord qui a été négocié par May mais le problème vient de l'accord lui-même, pas du concept de divorce à l'amiable.

    En fait le problème vient de l'interprétation qui est faite de ce fameux Référendum et du Brexit qui en résulte donc reprenons simplement par quelle était la question posée :

    « Should the United Kingdom remain a member of the European Union or leave the European Union? »

    Les britanniques ont voté à 51,89% pour « Leave the European Union ». Il faut respecter le choix souverain du peuple et le RU doit donc quitter l'Union Européenne. Il me semble qu'en aucun cas T. May est revenu sur cette idée, ici il n'y a pas de contrainte de date, donc le délai "technique" de 6 mois (peut-être plus) supplémentaires ne remet pour moi pas en cause le respect du résultat du 23 Juin 2016.

    A partir de là le gouvernement élu a donc mandat pour organiser cette sortie de l'UE en négociant le meilleur accord possible pour le bien du peuple britannique. Farage se trompe il n'y a pas revendication populaire majoritaire à couper tous les ponts avec l'UE. On peut garder des accords négociés comme on en a avec nos autres voisins non membres (Suisse, Norvège, Islande...). Si c'est toutefois un no-deal que préconnise désormais Johnson, cela doit être validé soit par référendum, soit par l'intermédiaire du nouveau Parlement qui ressortira des élections générales désormais inévitables. Après tout la chambre des Communes est représentant du peuple, élu par le peuple, les électeurs vont lui redonner le mandat (puisque le Parlement actuel n'est désormais plus qu'une coquille vide) pour prendre le meilleur chemin ce qui aurait du se faire depuis bien longtemps. Mais encore une fois c'est pas parce que les politiques britanniques ont mené le dossier Brexit comme des manches à balai qu'ils ont trahi la volonté populaire. Au final c'est le résultat final qui comptera, si le Brexit a bien lieu quel que soit l'accord ou le non accord associé, en quoi le Référendum ne sera pas respecté ?

    Laisser un commentaire:


  • Pr.Skinner
    a répondu
    "Depuis il a de nouveau voté pour un Parlement qui a pouvoir de decision"
    "On" doit autant respecter le vote référendaire que le vote du Parlement.
    Meme quand le Parlement ne respecte lui pas le vote referendaire ?

    Le vote pour le Parlement apres celui du referendum avait confié la majorité au parti de T.May qui avait declenché l'article 50 quelques mois plus tot et affirmait alors a qui voulait l'entendre que le Brexit aurait lieu le 29 mars 2019 et qu'il etait hors de question de ne pas respecter le verdict des urnes ou de faire un nouveau referendum !

    On voit que beaucoups de ces elus Conservateurs, ont trahis cette ligne directrice, T.May la premiere !
    Boris Johnson vient enfin de faire le menage dans son parti et d'y virer ceux qui ont ouvertement trahit leurs electeurs.

    Alors, voir des politiques mentir et trahir c'est tout sauf nouveau
    Voir des politiques ne plus respecter le verdict des urnes, c'etait deja plus rare, mais avec l'UE ca ne l'est plus vraiment, ca semble etre devenu une politique courante d'envoyer chier les resultats des urnes quand ceux-ci ci ne plaisent pas aux eurofacistes.
    Dernière modification par Pr.Skinner, 06/09/2019, 11h11.

    Laisser un commentaire:


  • Lyonnais921
    a répondu
    Envoyé par oliver69 Voir le message
    les british ont voté. On respecte le vote, sinon on n'en sort plus et ça devient dangereux.
    Sinon, on peut aussi revoter en Suisse pour voir s'il faut les intégrer.
    Si j'ai bien lu, il arrive, en Suisse, que l'on vote plusieurs fois sur le même sujet.

    En France, les accords sur la Nouvelle-Calédonie prévoyait plusieurs votes sur l'avenir de l'île.

    Le RU a voté, par un référendum qui n'a pas de force contraignante.

    Depuis, il a de nouveau voté pour un Parlement qui a pouvoir de décision.

    "On" doit autant respecter le vote référendaire que le vote du Parlement.

    Ce qui est réellement problématique, à mon avis, c'est que le Parlement est incapable de prendre une décision.

    En particulier parce que la décision qu'il doit prendre ne se limite pas à dire "On sort" mais doit décider "Comment on sort".

    Et que cette indécision du Parlement est aussi le reflet de l'indécision du corps électoral.

    Laisser un commentaire:


  • oliver69
    a répondu
    les british ont voté. On respecte le vote, sinon on n'en sort plus et ça devient dangereux.
    Sinon, on peut aussi revoter en Suisse pour voir s'il faut les intégrer.

    Laisser un commentaire:


  • Lyonnais921
    a répondu
    Envoyé par topofnet1 Voir le message

    autant pour la première question, ça aurait pu et du être une porte de sortie pour May : mon accord ou pas d'accord mais on sort parce que vous l'avez voté. Ca aurait pu se tenir, même si le parlement aurait pas aimé. Mais pour Bojo c'est pas possible, vu qu'il devrait abandonner sa solution : renégocier.
    la deuxième question est pas possible, le peuple a voté pour sortir, on peut pas redemander, la décision est prise.
    Sauf erreur, dans le Droit coutumier anglais (puisqu'il n'y a pas de Constitution écrite), le référendum a une valeur consultative.

    Il n'y a donc pas de décision de prise.

    La décision qui a été prise, conformément à cet avis, a été d'activer l'article 50 de sortie de l'UE.

    Il en a résulté une longue négociation avec l'UE sur les conditions de sortie.

    Le Parlement a voté contre cet accord.

    Le Parlement a voté pour la renégociation de l'accord et c'est aussi le souhait de BoJO.

    Ce vote ne peut avoir d'effet que si l'UE accepte cette renégociation (et ce vote ne peut pas contraindre l'UE a renégocié).

    L'UE a fait savoir que le principe du backstop n'était pas négociable et qu'elle attendait des propositions équivalentes de l'UK. Aucune proposition publique n'a été faite.

    Le Parlement a voté pour une prolongation du délai accordé à l'UK par l'UE pour parvenir à un accord. Le Parlement ne peut pas contraindre l'UE à cette prolongation.

    Il y a un jeu de dupe pour savoir, en cas de Brexit sans accord, qui en sera tenu pour responsable, l'UE ou l'UK car tout le monde est d'accord pour dire qu'une telle sortie aurait des conséquences négatives principalement pour l'UK mais aussi pour plusieurs pays de l'UE (et, par effet d'entrainement sur tous).

    Je ne vois pas l'UE céder sur le backstop.

    A une date encore inconnue (qui dépendra de l'acceptation du report), le Parlement anglais devra choisir entre :

    - accepter l'accord avec l'UE (ce qui serait conforme au souhait du référendum)

    - renoncer à l'activation de l'article 50 (ce qui serait contraire au souhait)

    - faute d'une majorité sur une des 2 solutions, ce sera un Brexit sans accord.

    Il reste possible que l'UE accepte de reporter indéfiniment la date de mise en oeuvre de l'article 50 ce qui revient à ce que l'UK reste dans l'UE en ayant perdu une partie de ses droits à peser sur les décisions au Conseil certainement, à la Commission de facto si ce n'est de jure). Il ne lui resterait que son influence à l'Assemblée.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X