Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités internationales

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • leolyonnais
    a répondu
    Envoyé par mediator Voir le message
    Dans certains états baltes, la situation est quasiment aussi tendue. Je me souviens qu'une des grandes villes baltes vient d'élire un candidat russophone et qu'en même temps des statues à la mémoire de soldats soviétiques ont été détruites par des jeunes pro-europe ou des nationalistes baltes. Les russophones représentent ils me semblent plus de 30 % de la population comme en ukraine.

    La différence principale étant que le problème est inversé puisque les autorités sont pro-européennes.

    On peut donc très bien imaginer poutine joué la carte de la protection des minorités russes. Toutefois, tu as totalement raison de souligner que leur adhésion à l'OTAN et à l'UE augmente considérablement les risques de guerre et donc limite les chances qu'un dirigeant russe essaye.

    Après il y a 25 ans personne n'aurait pu imaginer la situation géopolitique actuelle. Donc à long terme un dirigeant russe ultra-nationaliste avec en me^me temps les USA totalement ligoté par une crise économique dévastatrice pourrait tenter le coup. Dans ce cas là je nous (UK, All, Fr) vois mal les aider.
    C'est plutôt les USA qui ligotent le monde avec la crise, dans le tas, trois pays majeurs se débattent, la Russie, la Chine et le Japon, curieux de voir ou tout ça va nous mener, je crois que dès lors que l'on atteint un conflit de cette ampleur, l'OTAN l'ONU ne servent plus à rien et que même la prière est plus efficace .

    Laisser un commentaire:


  • topofnet1
    a répondu
    Envoyé par mediator Voir le message
    Après il y a 25 ans personne n'aurait pu imaginer la situation géopolitique actuelle. Donc à long terme un dirigeant russe ultra-nationaliste avec en me^me temps les USA totalement ligoté par une crise économique dévastatrice pourrait tenter le coup. Dans ce cas là je nous (UK, All, Fr) vois mal les aider.
    tant qu'ils auront chacun des milliers de têtes nucléaires (meme des dizaines suffiraient) personne en tentera quelque chose qui pourrait déclencher une guerre usa/russie.

    Laisser un commentaire:


  • Slava
    a répondu
    Envoyé par Upe Voir le message
    Je suis d'assez loin (NB : remarquez on est tous loin de l'Ukraine en fait :grn: ), mais les vidéos du jour valent le détour...

    - Poutine dans son fauteuil en mode "jmenbatslessteaks" (sans déconner vous avez vu sa posture ? :mdr: )
    - la scène entre soldats est assez impressionnante... les Ukrainiens (aussi nombreux que les journalistes) foncent sans trop réfléchir. Les 3-4 Russes qui se mettent à l'écart et visent avec leur mitraillette ou le lance-roquettes.. :shock:
    Bon ben les voila les épisodes croquignolets.
    J'aime beaucoup l'interview perso...j'ai cru qu'il allait s'en gratter une. Ou encore nous faire des boulettes nasales pour les jeter sur les journalistes. Une prochaine fois peut-être ?
    Et encore...au moment où l'interview a eu lieu il savait pas encore que ce serait l'UE qui réglerait la facture que l'Ukraine a auprès de Gazprom. C'est dommage parce que sinon je crois qu'on avait droit à son interview en string panthère et qu'il l'enlevait à la fin.

    Laisser un commentaire:


  • Upe
    a répondu
    Je suis d'assez loin (NB : remarquez on est tous loin de l'Ukraine en fait :grn: ), mais les vidéos du jour valent le détour...

    - Poutine dans son fauteuil en mode "jmenbatslessteaks" (sans déconner vous avez vu sa posture ? :mdr: )

    - la scène entre soldats est assez impressionnante... les Ukrainiens (aussi nombreux que les journalistes) foncent sans trop réfléchir. Les 3-4 Russes qui se mettent à l'écart et visent avec leur mitraillette ou le lance-roquettes.. :shock:

    Laisser un commentaire:


  • mediator
    a répondu
    Envoyé par topofnet1 Voir le message
    Là pour le coup j'ai plus de doutes, non pas sur les intentions de poutine qui se generait pas s'il le pouvait, mais ces états sont membres de l'ue, de l'otan et bien plus tournés vers l'ouest que l'est. La population locale n'est pas pro russe contrairement à la Crimée. Si poutine marche sur kiev, tant qu'il reste dans les zones russophones ça ira, mais au delà les populations s'opposeront à l'armée russe. Je dis pas qu'ils gagneront, mais ça causera des pertes et on ne sera plus dans cette "guerre sans coup de fusil"
    Dans certains états baltes, la situation est quasiment aussi tendue. Je me souviens qu'une des grandes villes baltes vient d'élire un candidat russophone et qu'en même temps des statues à la mémoire de soldats soviétiques ont été détruites par des jeunes pro-europe ou des nationalistes baltes. Les russophones représentent ils me semblent plus de 30 % de la population comme en ukraine.

    La différence principale étant que le problème est inversé puisque les autorités sont pro-européennes.

    On peut donc très bien imaginer poutine joué la carte de la protection des minorités russes. Toutefois, tu as totalement raison de souligner que leur adhésion à l'OTAN et à l'UE augmente considérablement les risques de guerre et donc limite les chances qu'un dirigeant russe essaye.

    Après il y a 25 ans personne n'aurait pu imaginer la situation géopolitique actuelle. Donc à long terme un dirigeant russe ultra-nationaliste avec en me^me temps les USA totalement ligoté par une crise économique dévastatrice pourrait tenter le coup. Dans ce cas là je nous (UK, All, Fr) vois mal les aider.

    Laisser un commentaire:


  • topofnet1
    a répondu
    Envoyé par Earls court Voir le message
    L'Europe est une fois de plus en train de montrer ses limites et les partisans de cette vieille chimère qu'est l'Europe de la Défense n'ont qu'à prendre bonnes notes. La Russie met la pression pour pouvoir avoir quelque chose à négocier plus tard. Et ce qui sera prochainement en jeu dans la question ukrainienne, c'est de savoir qui aura le lourd fardeau de refinancer et de prêter à cet Etat au bord du défaut. Les banques russes sont exposées à hauteur de 25 milliards d'euros. Pas sûr que Vlad soit bien motivé pour s'impliquer outre-mesure, et surtout au-delà de la protection des populations russophones et de Sebastopol. Surtout après les onéreux J.O. de Sotchi, dont ils ont annihilé en quelques jours tous les bienfaits. Enfin bon, le soft power, c'est pas très russe. Gazprom vient de réhausser les taux du gaz pour l'Ukraine, donc il y a fort à croire que la facture sera occidentale/européenne, et que ce sera la monnaie d'échange contre le retrait russe du futur Etat autonome de Crimée, et de la paix en Ukraine.

    En tout cas, ce qui sera retenu par tous j'espère, c'est que les règles internationales ne valent que si elles sont respectées et que leur non-respect soit assujetti à des sanctions contraignantes. Et dans cette crise, les Russes ont démontré que les règles ne s'appliquent pas forcément à tous, qu'on peut en faire ce qu'on veut quand on est fort.

    Enfin, si on se rappelle que l'Ukraine avait le 3e stock d'armes nucléaires il y a seulement 20 ans et que le pays y a renoncé en échange des garanties par l'Occident de la protection de ses frontières, on relativise l'importance d'accords internationaux et de la diplomatie au dépend de l'armement, et notamment de la dissuasion nucléaire.

    La plus grande faute de l'Ukraine, c'est de ne pas avoir imposé lors de ces accords une obligation d'intervention des pays signataires à ses côtés, en cas de violation de sa souveraineté. Il n'aura fallu que 20 ans pour voir la limite de cet accord.
    Les ex-pays de l'Est savent à quoi s'en tenir. Il y eut la Géorgie. Désormais c'est l'Ukraine. Et demain ? La Pologne ? Les Etats Baltes ?
    Là pour le coup j'ai plus de doutes, non pas sur les intentions de poutine qui se generait pas s'il le pouvait, mais ces états sont membres de l'ue, de l'otan et bien plus tournés vers l'ouest que l'est. La population locale n'est pas pro russe contrairement à la Crimée. Si poutine marche sur kiev, tant qu'il reste dans les zones russophones ça ira, mais au delà les populations s'opposeront à l'armée russe. Je dis pas qu'ils gagneront, mais ça causera des pertes et on ne sera plus dans cette "guerre sans coup de fusil"

    Laisser un commentaire:


  • Earls court
    a répondu
    L'Europe est une fois de plus en train de montrer ses limites et les partisans de cette vieille chimère qu'est l'Europe de la Défense n'ont qu'à prendre bonnes notes. La Russie met la pression pour pouvoir avoir quelque chose à négocier plus tard. Et ce qui sera prochainement en jeu dans la question ukrainienne, c'est de savoir qui aura le lourd fardeau de refinancer et de prêter à cet Etat au bord du défaut. Les banques russes sont exposées à hauteur de 25 milliards d'euros. Pas sûr que Vlad soit bien motivé pour s'impliquer outre-mesure, et surtout au-delà de la protection des populations russophones et de Sebastopol. Surtout après les onéreux J.O. de Sotchi, dont ils ont annihilé en quelques jours tous les bienfaits. Enfin bon, le soft power, c'est pas très russe. Gazprom vient de réhausser les taux du gaz pour l'Ukraine, donc il y a fort à croire que la facture sera occidentale/européenne, et que ce sera la monnaie d'échange contre le retrait russe du futur Etat autonome de Crimée, et de la paix en Ukraine.

    En tout cas, ce qui sera retenu par tous j'espère, c'est que les règles internationales ne valent que si elles sont respectées et que leur non-respect soit assujetti à des sanctions contraignantes. Et dans cette crise, les Russes ont démontré que les règles ne s'appliquent pas forcément à tous, qu'on peut en faire ce qu'on veut quand on est fort.

    Enfin, si on se rappelle que l'Ukraine avait le 3e stock d'armes nucléaires il y a seulement 20 ans et que le pays y a renoncé en échange des garanties par l'Occident de la protection de ses frontières, on relativise l'importance d'accords internationaux et de la diplomatie au dépend de l'armement, et notamment de la dissuasion nucléaire.

    La plus grande faute de l'Ukraine, c'est de ne pas avoir imposé lors de ces accords une obligation d'intervention des pays signataires à ses côtés, en cas de violation de sa souveraineté. Il n'aura fallu que 20 ans pour voir la limite de cet accord.
    Les ex-pays de l'Est savent à quoi s'en tenir. Il y eut la Géorgie. Désormais c'est l'Ukraine. Et demain ? La Pologne ? Les Etats Baltes ?

    Laisser un commentaire:


  • topofnet1
    a répondu
    Envoyé par fooooot Voir le message
    regardez moi cette tringle qui veut se faire Poutine :D:D:D

    Ce type est une blague. C'était marrant de voir le traducteur parfois faire monter la sauve et derrière bhl lance "on peut dire à poutine qu'on a besoin de son gaz"... ou le débarquement, le traducteur avait pas l'air de savoir ce qu'il voulait raconter :mdr::mdr::mdr:

    Mais il a quand même raison sur un point, boycotter le g8 le 4-5 juin et accueillir poutine en Normandie le 6 c'est pas cohérent.

    Laisser un commentaire:


  • fooooot
    a répondu
    regardez moi cette tringle qui veut se faire Poutine :D:D:D

    Laisser un commentaire:


  • Blackcat
    a répondu
    Envoyé par Myrelingues Voir le message
    Arf comme tu dis. Si l'Ukraine n'avait pas signé ce fichu traité de coopération en 1997, pas question d'article 4. Mais là la question se pose, en dehors du fait que rien n'autorisait Krouchtchev à refiler la Crimée à l'Ukraine.

    Une discussion avec Poutine s'impose, on ne peut faire abstraction du passé russe de la région. La meilleure évolution, c'est peut-être d'aller vers une république indépendante. Tôt ou tard, il faudra envisager un redécoupage de l'Ukraine. Tant d'Ukrainiens se sentent en fait russes... Une fédération, c'est ça qui serait le mieux.

    Laisser un commentaire:


  • Space_opera
    a répondu
    Et l'Otan en emporte le vent : http://www.lemonde.fr/international/...7223_3210.html

    Laisser un commentaire:


  • Jaseagal
    a répondu
    Envoyé par Myrelingues Voir le message
    Et notre Flamby national ne dit rien mou qu'il est. D'ailleurs l'UE ne dit rien : ils ont PEUR ! Ce serait moi, je les aurais déjà menacé de guerre !
    Kerry t'aurait collé un maxi coup de tronche avant de te finir à grand coup de talons :grn: ;)

    Tu ne menaces pas ostensiblement comme ça, meme Poutine utilise un langage relativement neutre ( si tu veux gagner la bataille de l'opinion)

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    Les anglais prit en flag de putasserie

    Sanctions contre la Russie : Londres soupçonné de double langage
    Home ACTUALITE International
    Par Florentin Collomp
    Mis à jour le 04/03/2014 à 16:37
    Publié le 04/03/2014 à 15:53

    À en croire un document saisi au téléobjectif par un photographe et présenté comme officiel par les médias britanniques, le Royaume-Uni ne « doit pas pour l'instant soutenir de sanctions commerciales contre la Russie ou lui bloquer la City ».

    De notre correspondant à Londres

    La nécessaire unanimité européenne face à la Russie risque d'être difficile à trouver, au sommet de Bruxelles, jeudi, si Londres est soupçonné de double langage sur l'Ukraine. Alors que David Cameron menace officiellement Vladimir Poutine de «conséquences économiques, politiques, diplomatiques et autres», la fuite d'une note confidentielle permet de douter de sa sincérité. Un photographe a saisi au téléobjectif un document tenu à la main par un conseiller arrivant à Downing Street lundi soir. On peut y lire que le Royaume-Uni «ne doit pas pour l'instant soutenir de sanctions commerciales contre la Russie ou lui bloquer la City». Le texte dactylographié recommande également de «décourager» toute discussion de représailles militaires notamment à l'Otan.

    Au Parlement, mardi, le représentant de l'opposition en charge des affaires étrangères réclamait «plus de clarté dans la réponse du gouvernement». «Des sanctions économiques sont-elles toujours sur la table?», interpellait Douglas Alexander. Embarrassé, le chef de la diplomatie britannique William Hague a répondu que oui et précisé «qu'un document partiellement photographié ne saurait être une indication de la politique du gouvernement». Reste que ce couac soulève la question plus fondamentale des résultats de quatre ans d'efforts de rapprochement de Londres avec le Kremlin ainsi que celle du rôle crucial joué par l'importante, et souvent fortunée, communauté russe en Grande-Bretagne.
    http://www.buzzfeed.com/jimwaterson/...t-support-trad

    Laisser un commentaire:


  • Space_opera
    a répondu
    Et notre Flamby national ne dit rien mou qu'il est. D'ailleurs l'UE ne dit rien : ils ont PEUR ! Ce serait moi, je les aurais déjà menacé de guerre !

    Laisser un commentaire:


  • Blackcat
    a répondu
    Envoyé par lochiba88 Voir le message
    Tiens donc... l'OL s'est donc déplacé en Crimée sans le savoir, truc de fou :)
    C'est la traditionnelle Riviera russe. Rien d'étonnant à ça. Odessa c'est une ville qui parle à l'inconscient russe.

    Pourvu que Poutine trouve un terrain d'entente. C'est pénible ces remugles de guerre froide.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    Tiens donc... l'OL s'est donc déplacé en Crimée sans le savoir, truc de fou :)

    Laisser un commentaire:


  • mediator
    a répondu
    Alors que plusieurs villes ukrainiennes veulent rejoindre la république de Crimée.

    http://fr.ria.ru/world/20140304/200634436.html

    Pas sur que Poutine accepte de négocier quoique se soit. Il a juste à attendre que le fruit tombe.

    Laisser un commentaire:


  • mediator
    a crée une discussion Actualités internationales

    Actualités internationales

    La crise actuelle ne peut être réglé sans effusion de sang que si les autorités ukrainiennes lâchent du lest. Je trouve à ce sujet dommage qu'une de leur première mesure ait été de supprimer le russe comme langue officielle.

    On pourrait imaginer encore plus d'autonomie à l'est ou pour éviter une situation de coupure du pays, un système fédéral avec des régions très autonomes entre elles et de signer dans la foulée un accord sur le modèle de celui de 1994 stipulant la préservation de l'intégralité du territoire ukrainien en échange les USA garantissent la non-adhésion future à l'OTAN de l'Ukraine.
Chargement...
X