Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités internationales

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Edmond_Wells
    a répondu
    Envoyé par Cadole Voir le message
    Juste un petit mot sur le "Brexit". Je trouve dommage que l'UE n'ait pas les ... de mettre un grand coup de pied aux fesses des Britons qui mettent des bâtons dans les roues de l'Europe depuis le début ou presque. Bien que je ne sois pas (plus) un européiste convaincu, loin de là, cette attitude de "diva" m'exaspère. Un référendum aura lieu le 23 juin : il sera demandé aux Britanniques s'ils veulent rester dans l'Union. La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a déjà fait savoir qu'elle se réservait le droit de réorganiser un référendum sur l'indépendance de l'Écosse en cas de victoire du non (les Écossais sont majoritairement pro-UE).

    Du coup, j'en suis à espérer un "non" au référendum anglais, qui pourrait déboucher sur un "oui" écossais (Bruxelles ne pourrait plus émettre les réserves - pour ne pas dire menaces - qu'elle avait brandi lors du dernier scrutin pour l'indépendance calédonienne, le R-U n'étant plus dans l'UE). Les Anglais se retrouveraient alors comme l'arroseur arrosé, c-à-d encore plus isolés avec le seul Pays de Galles et l'Irlande du Nord (en attendant que celle-ci rejoigne l'Irlande, ce qui se fera tôt ou tard [il y a autant de catholiques que de protestants en IdN], d'autant que l'indépendance écossaise pourrait donner des idées à d'autres).

    En poussant le bouchon encore plus loin, on peut imaginer une Angleterre qui, pour rompre son isolement, deviendrait de facto, dans quelques décennies, un 51e État américain aux portes mêmes de l'Europe. Les "Etats-Unis d'Europe" évoqués par Churchill prendraient alors un tour inattendu :grn:, et je serais curieux de voir de quelle manière l'Angleterre se ferait "pressurer" par l'oncle Sam, elle qui trouvait déjà du temps de Thatcher qu'elle donnait trop de sous à l'UE.
    Oui, tout cela est de la géopolitique-fiction, mais quand même, il me tarde de voir sur quoi tout ça débouchera. L'Europe pourrait aussi bien imploser à terme si elle ne règle pas rapidement ses problèmes et ne retrouve pas un peu plus de légitimité auprès de tout le monde, élus comme électeurs :rolleye:
    D'accord avec toi à 100% les anglais en demanderont toujours plus. Ils n'ont jamais fait partis de l'UE et ont toujours été plus proches des Etats-Unis. Qu'ils y aillent si c'est ce qu'ils veulent et on verra bien si les Américains seront aussi tolérants que nous et si le parlement anglais approuvera toutes ses décisions !
    Ils finiront par s'en mordre les doigts mais ce sera trop tard.

    Et comme tu dis les Ecossais sont les bienvenus !

    Laisser un commentaire:


  • Cadole
    a répondu
    Juste un petit mot sur le "Brexit". Je trouve dommage que l'UE n'ait pas les ... de mettre un grand coup de pied aux fesses des Britons qui mettent des bâtons dans les roues de l'Europe depuis le début ou presque. Bien que je ne sois pas (plus) un européiste convaincu, loin de là, cette attitude de "diva" m'exaspère. Un référendum aura lieu le 23 juin : il sera demandé aux Britanniques s'ils veulent rester dans l'Union. La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a déjà fait savoir qu'elle se réservait le droit de réorganiser un référendum sur l'indépendance de l'Écosse en cas de victoire du non (les Écossais sont majoritairement pro-UE).

    Du coup, j'en suis à espérer un "non" au référendum anglais, qui pourrait déboucher sur un "oui" écossais (Bruxelles ne pourrait plus émettre les réserves - pour ne pas dire menaces - qu'elle avait brandi lors du dernier scrutin pour l'indépendance calédonienne, le R-U n'étant plus dans l'UE). Les Anglais se retrouveraient alors comme l'arroseur arrosé, c-à-d encore plus isolés avec le seul Pays de Galles et l'Irlande du Nord (en attendant que celle-ci rejoigne l'Irlande, ce qui se fera tôt ou tard [il y a autant de catholiques que de protestants en IdN], d'autant que l'indépendance écossaise pourrait donner des idées à d'autres).

    En poussant le bouchon encore plus loin, on peut imaginer une Angleterre qui, pour rompre son isolement, deviendrait de facto, dans quelques décennies, un 51e État américain aux portes mêmes de l'Europe. Les "Etats-Unis d'Europe" évoqués par Churchill prendraient alors un tour inattendu :grn:, et je serais curieux de voir de quelle manière l'Angleterre se ferait "pressurer" par l'oncle Sam, elle qui trouvait déjà du temps de Thatcher qu'elle donnait trop de sous à l'UE.
    Oui, tout cela est de la géopolitique-fiction, mais quand même, il me tarde de voir sur quoi tout ça débouchera. L'Europe pourrait aussi bien imploser à terme si elle ne règle pas rapidement ses problèmes et ne retrouve pas un peu plus de légitimité auprès de tout le monde, élus comme électeurs :rolleye:

    Laisser un commentaire:


  • thekiller69
    a répondu
    Je viens de visionner le reportage, excellent en effet ! Ça fait du bien d'avoir un résumé de la situation en évitant les sujets tabous.

    Ce reportage rappelle à quel point l'investissement qatari en France (notamment à Paris) est stratégique... On connait également les relations entre les USA et l'Arabie Saoudite, ce n'est plus trop étonnant de voir que la France et les Etats-Unis soient les deux pays(hors Moyen-Orient) à autant s'impliquer contre Assad !

    Sinon, je n'avais jamais percuté sur l'implication aussi importante des frères musulmans en Syrie. Et quand on sait d'où vient le Hamas, mouvement d'auto défense me dira-t-on...

    Laisser un commentaire:


  • Upe
    a répondu
    Le reportage était dans "Un oeil sur la planète", un bon magazine.

    J'ai appris quelques trucs, beaucoup de choses que je savais déjà quand même (le reportage sur "Abu Layet" et autres djihadistes, déjà vu même). Comme Elano y a quand même quelques points "sur-exploités" pour moi. Mais en tous cas c'est bien que ça ait été programmé.

    Laisser un commentaire:


  • SoRcieR-Lo
    a répondu
    Envoyé par Faf la raz Voir le message
    J'en ai parlé sur le topic télévision! J'ai pris le doc en court et ne l'ai pas visionné en entier mais j'ai trouvé ce doc sidérant. J'espère qu'il a fait un max d'audience, que les gens arrêtent de gober bétement la soupe que nous servent nos médias même si j'ai peu d'espoir. Etonné quand même que france 2 diffuse un tel doc, chapeau!
    Je comprends pas comment les gens peuvent encore avoir foi dans les politiciens.
    Fabius passe pour un sacré balourd d'ailleurs dans ce doc.
    Bref je suis pas prêt de retourner dans un bureau de vote.
    Oui Fabius passe pour un benêt ! Comme Hollande d'ailleurs et sa tentative d'armer les "rebelles". Le pire étant le passage sur l'ambassadeur Français en Syrie. Après avoir raté le printemps Arabe en Tunisie, puis en Egypte, nos politiques ne veulent pas rater le "printemps" en Syrie donc on convoque l'ambassadeur pour lui dire qu'on va fermer l'ambassade et qu'il doit partir... Sauf que lui, qui est là-bas sur le terrain dit que Bashar ne tombera jamais qu'il est soutenu par la population (fermant les yeux au passage sur les gigantesque manif' pro Bashar.... le plus importantes du pays durant le conflit). Bien sur on ne l'écoute pas et on ferme l'ambassade, pourtant, c'est lui qui avait raison...:clown:

    @ lochiba88 C'était sur France 2, je te le conseille. Le passage sur les fameuses attaques au gaz du régime en prenne pour un coup, ainsi que la fameuse "ligne rouge" telle que l'avait défini Obama.... Mais le plus troublant je crois pour moi ce sont ces études de l'ONU et des services secrets US arrivées aux mêmes conclusions, le gaz est parti de zones contrôlé par... Al Nosra.

    @ Elano : Le soulèvement populaire il y en a eu un, au tout début, ça a duré quelques jours/semaines.... Puis ensuite, tout a été phagocyté, armé et....utilisé. Pour info les frères musulmans avaient même réussi a devenir majoritaire au sein même de la représentation de l'Armée syrienne libre...

    Laisser un commentaire:


  • Elano
    a répondu
    Dire que le conflit est téléguidé par l'Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar, sans parler de l'Iran, de la Russie ou du Hezbollah, c'est pas mal dans le genre partial.

    Y a quand même un truc qui me dérange toujours dans ce genre d'approches (tel le documentaire), c'est qu'elles nient toute forme de reflexion de la part des masses gigantesques (on ne parle pas de 50 personnes qui descendent dans la rue) en les présentant comme simplement les pantins de puissances étrangères ou de confréries internationales comme les Frères Musulmans.
    Qu'après, évidemment, dans de tels soulèvements populaires, il y ait une grande diversité de gens (que parfois tout oppose), ou qu'elle soient ensuite appuyées ou au contraire combattus par d'autres mouvements, c'est une chose, mais nier la légitimité de cette foule de gens à exprimer leur mécontentement, c'en est une autre.

    Edit: en plus l'argument pétrolier est quand même assez bidon: le Qatar ou l'AS, ils en ont à ne plus savoir qu'en faire, donc c'est pas un pipeline de plus qui va les inquiéter. Ce qui est en jeu en Syrie, c'est bien plus une question de suprématie régionale: l'Arabie Saoudite, l'Iran ou la Turquie ont chacun d'entre eux l'ambition d'incarner le rôle de pays leader au Moyen Orient.
    Dernière modification par Elano, 19/02/2016, 15h53.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    C'était sur quelle chaine le reportage sur la Syrie du coup ?

    Sinon pas étonné par ce résumé, je ne connaissais pas tous ces détails mais en rien ça ne m'étonne. Le conflit est téléguidé par les puissances du Golfe et la Turquie, nos médias généralistes occidentaux n'en parlent pas, ils simplifient à outrance le conflit sûrement influencés par la vision gouvernementale qui est de ne pas froisser les partenaires saoudiens et qataris notamment.

    L'Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie des pays qui valent pas mieux qu'Assad mais qu'on défend par intérêt.

    Laisser un commentaire:


  • Faf la raz
    a répondu
    Envoyé par SoRcieR-Lo Voir le message
    Hier reportage intéressant sur la Syrie, des fondements du conflit à aujourd'hui. Ou l'on se rend compte que quelques mois avant le déclenchement réel du conflit, la Syrie venait de choisir le projet de création d'un pipeline en accord avec l'Iran qui éviterait donc de passer par la Turquie en opposition à un autre projet de pipeline, celui-ci avait été proposé par l'émir du Qatar, Hamad bin Khalifa al-Thani, l'Arabie Saoudite et la Turquie, et bien sur, transitait par ces pays.
    Mais le régime Syrien a choisir le projet Iranien...

    Ou l'on découvre que les premières révoltes ont eu lieu dans la seule ville ou sont présents en force les frères musulmans opposés au régime, interdit dans le pays mais présent dans une ville à cheval sur la frontière Jordanienne, puisque permis dans ce pays. L'armée Syrienne, pas réputé pour sa délicatesse a alors tiré dans le tas et le premier mort est comptabilisé. Le monde y a vu des tirs de l'armée sur des civils, alors que pour eux, ils visaient des frères musulmans, a éradiquer.

    De là, les révoltes se répandent (toujours par le sud comme si les frères musulmans progressaient à travers le pays), encore pacifiques. Mais très rapidement les premières armes arrivent, ainsi que les premiers mouvements d'argent venant de Turquie, de l'Arabie Saoudite et du Qatar. Le choix du pipeline Iranien n'est semble t-il pas passé... Des groupes rebelles se transforment alors en groupe Djihadistes (des ITW et documents prouvent que l'islamisation de ces groupes est caution au transfert d'argent de ces pays voisins...), de nombreux leaders Saoudiens sont à la manoeuvre en Syrie...
    Le premier véritable massacre (filmé en plus) est réalisé par l'un de ces groupes, qui l'utilisera comme propagande (pour faire plaisir aux métro-monarchie et ainsi recevoir des "subventions", mais sera bizarrement complètement éludé par l'occident.

    Ensuite tout va crescendo, tout le monde tire sur tout le monde, le régime comme les groupes terroristes tirant allègrement dans le tas et bombardant civils. La France via Hollande armera secrètement des groupes dits modérés, mais en deux temps trois mouvements ces armes seront revendues aux plus offrant. Daesh arrive et complique encore un peu plus le conflit...

    Par contre, une enquête de l'ONU ainsi que d'autres des services secrets américains tendent a prouver que l'utilisation du gaz sarin venait de zones dirigées par... les groupes "rebelles" et pas par le régime. Mais là encore, aucune de ces études ne trouvera d'écho en occident.

    Au final on se rend compte que depuis le départ, et jusqu'à aujourd'hui, le point de départ du conflit c'est le choix de cet oléoduc Iranien au détriment de la Turquie, du Qatar et de l'Arabie Saoudite. Et bizarrement ces 3 pays ont tout fait depuis 3 ans pour enfoncer le régime, sans succès, en armant les groupes, en en créant même, en arrosant financièrement ces mêmes groupuscules. Le nombre de combattants étrangers mais surtout de chef de guerre étranger (Saoudien en tête) est effarant, et bien avant l'arrivée de Daesh.

    Comme d'habitude les occidentaux, Américains et Européens apparaissent comme les dindons de la farce, complètement déconnectés de ce qui se passe sur place et des forces en présence. L'Arabie Saoudite à le pétrole, donc on se cache les yeux. Idem sur l'attitude du gouvernement Turc, qui depuis le début est présent dans ce conflit
    J'en ai parlé sur le topic télévision! J'ai pris le doc en court et ne l'ai pas visionné en entier mais j'ai trouvé ce doc sidérant. J'espère qu'il a fait un max d'audience, que les gens arrêtent de gober bétement la soupe que nous servent nos médias même si j'ai peu d'espoir. Etonné quand même que france 2 diffuse un tel doc, chapeau!
    Je comprends pas comment les gens peuvent encore avoir foi dans les politiciens.
    Fabius passe pour un sacré balourd d'ailleurs dans ce doc.
    Bref je suis pas prêt de retourner dans un bureau de vote.

    Laisser un commentaire:


  • SoRcieR-Lo
    a répondu
    Hier reportage intéressant sur la Syrie, des fondements du conflit à aujourd'hui. Ou l'on se rend compte que quelques mois avant le déclenchement réel du conflit, la Syrie venait de choisir le projet de création d'un pipeline en accord avec l'Iran qui éviterait donc de passer par la Turquie en opposition à un autre projet de pipeline, celui-ci avait été proposé par l'émir du Qatar, Hamad bin Khalifa al-Thani, l'Arabie Saoudite et la Turquie, et bien sur, transitait par ces pays.
    Mais le régime Syrien a choisir le projet Iranien...

    Ou l'on découvre que les premières révoltes ont eu lieu dans la seule ville ou sont présents en force les frères musulmans opposés au régime, interdit dans le pays mais présent dans une ville à cheval sur la frontière Jordanienne, puisque permis dans ce pays. L'armée Syrienne, pas réputé pour sa délicatesse a alors tiré dans le tas et le premier mort est comptabilisé. Le monde y a vu des tirs de l'armée sur des civils, alors que pour eux, ils visaient des frères musulmans, a éradiquer.

    De là, les révoltes se répandent (toujours par le sud comme si les frères musulmans progressaient à travers le pays), encore pacifiques. Mais très rapidement les premières armes arrivent, ainsi que les premiers mouvements d'argent venant de Turquie, de l'Arabie Saoudite et du Qatar. Le choix du pipeline Iranien n'est semble t-il pas passé... Des groupes rebelles se transforment alors en groupe Djihadistes (des ITW et documents prouvent que l'islamisation de ces groupes est caution au transfert d'argent de ces pays voisins...), de nombreux leaders Saoudiens sont à la manoeuvre en Syrie...
    Le premier véritable massacre (filmé en plus) est réalisé par l'un de ces groupes, qui l'utilisera comme propagande (pour faire plaisir aux métro-monarchie et ainsi recevoir des "subventions", mais sera bizarrement complètement éludé par l'occident.

    Ensuite tout va crescendo, tout le monde tire sur tout le monde, le régime comme les groupes terroristes tirant allègrement dans le tas et bombardant civils. La France via Hollande armera secrètement des groupes dits modérés, mais en deux temps trois mouvements ces armes seront revendues aux plus offrant. Daesh arrive et complique encore un peu plus le conflit...

    Par contre, une enquête de l'ONU ainsi que d'autres des services secrets américains tendent a prouver que l'utilisation du gaz sarin venait de zones dirigées par... les groupes "rebelles" et pas par le régime. Mais là encore, aucune de ces études ne trouvera d'écho en occident.

    Au final on se rend compte que depuis le départ, et jusqu'à aujourd'hui, le point de départ du conflit c'est le choix de cet oléoduc Iranien au détriment de la Turquie, du Qatar et de l'Arabie Saoudite. Et bizarrement ces 3 pays ont tout fait depuis 3 ans pour enfoncer le régime, sans succès, en armant les groupes, en en créant même, en arrosant financièrement ces mêmes groupuscules. Le nombre de combattants étrangers mais surtout de chef de guerre étranger (Saoudien en tête) est effarant, et bien avant l'arrivée de Daesh.

    Comme d'habitude les occidentaux, Américains et Européens apparaissent comme les dindons de la farce, complètement déconnectés de ce qui se passe sur place et des forces en présence. L'Arabie Saoudite à le pétrole, donc on se cache les yeux. Idem sur l'attitude du gouvernement Turc, qui depuis le début est présent dans ce conflit
    Dernière modification par SoRcieR-Lo, 19/02/2016, 11h55.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    Envoyé par Elano Voir le message
    Un des tournant a été l'utilisation des armes chimiques par Assad, qui avait toujours été une limite à ne pas franchir: Britanniques (si je ne me trompe pas, ça avait été voté au parlement) et Français étaient partisans d'une intervention directe contre Assad et ont tout fait pour convaincre les Américains de respecter leurs engagements (sans eux, une intervention était tout simplement impossible étant donné l'écart immense des moyens). Ce qu'ils n'ont pas fait, en choisissant d'assumer leur stratégie de rester le plus possible passifs au Moyen Orient.

    Mais aujourd'hui, Français et Britanniques n'en finissent pas de critiquer cette passivité, considérant qu'elle ne conduit, au final qu'à renforcer les autres états étrangers qui interviennent dans le conflit. Ca ne se traduit pas par des actions sur le terrain militaire, mais bel et bien en termes d'influences (la France se rapproche beaucoup de l'Arabie Saoudite ces derniers temps par exemple).
    D'accord effectivement je pensais bien que tu évoquerais l'épisode de l'arsenal chimique et c'est vrai que ça a de lourdes répercussions aujourd'hui mais c'était il y a déjà 2 ans, aujourd'hui il n'y a pas trop de divergences entre les voix américaines et européennes à ma connaissance même s'il y a des critiques suite à cet épisode, en particulier Fabius à son départ.

    M'enfin bon c'est facile de critiquer mais nous on fait pas grand chose enfin on a pas les moyens de faire grand chose bien sûr, on critique les américains mais on est bien content qu'ils assurent 90% du boulot. Bref je m'arrête pas à ces crispations de passage. Rien à voir en tous cas avec l'hétérogénéité des forces rebelles ou islamistes par exemple ou encore les divergences de point de vue entre les différents pays arabes soutenant la rebellion ou le régime mais chacun à sa manière.

    Laisser un commentaire:


  • Elano
    a répondu
    Envoyé par lochiba88 Voir le message
    Ouais je parlais surtout d'une complaisance militaire plus qu'économique, effectivement tu fais bien de le souligner, encore une fois le rôle de certains est assez obscur.
    Je n'évoque que la Syrie, donc pas les peshmergas irakiens ni les autres forces coté irakien ce qui est peut-être effectivement une erreur parce que ce qui se passe en Irak a aussi une répercussion sur le déroulement de la guerre civile en Syrie.

    Par contre les désaccords occidentaux (bon par occidentaux je mets principalement nous et les américains et les britanniques admettons, on va dire les principaux). Les divergences sont quand même assez mineures, c'est des divergences de forme plus que de fond en ce moment. A moins que tu penses à quelque chose qui a une vraie influence sur le cours de la guerre ?
    Un des tournant a été l'utilisation des armes chimiques par Assad, qui avait toujours été une limite à ne pas franchir: Britanniques (si je ne me trompe pas, ça avait été voté au parlement) et Français étaient partisans d'une intervention directe contre Assad et ont tout fait pour convaincre les Américains de respecter leurs engagements (sans eux, une intervention était tout simplement impossible étant donné l'écart immense des moyens). Ce qu'ils n'ont pas fait, en choisissant d'assumer leur stratégie de rester le plus possible passifs au Moyen Orient.

    Mais aujourd'hui, Français et Britanniques n'en finissent pas de critiquer cette passivité, considérant qu'elle ne conduit, au final qu'à renforcer les autres états étrangers qui interviennent dans le conflit. Ca ne se traduit pas par des actions sur le terrain militaire, mais bel et bien en termes d'influences (la France se rapproche beaucoup de l'Arabie Saoudite ces derniers temps par exemple).

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    Envoyé par Elano Voir le message
    Et encore, c'est même plus compliqué.

    Par exemple, les complaisances de Daech, elles existent bel et bien (sinon, jamais ils n'arriveraient à revendre les produits de leur pillage, pétrole, oeuvres d'art...) mais on ne sait pas vraiment dans quelle mesure elles sont liées à l'Etat (en Turquie par exemple). Ils ont également la complaisance d'une partie des tribus sunnites de la région, celles qui étaient ostracisées et mises de côté par le régime irakien de Al Maliki.

    Idem pour les Kurdes, c'est une erreur de les présenter comme unis: entre les kurdes irakiens et les kurdes syriens, il y a beaucoup de tensions et de désaccords.

    Idem enfin pour les occidentaux, qui sont tous très loin d'être alignés les uns avec les autres. La France par exemple, n'est pas du tout alignée avec la ligne américaine, désaccords qui s'expriment uniquement par la voie diplomatique, faute d'avoir les moyens de l'exprimer seule sur le terrain.
    Ouais je parlais surtout d'une complaisance militaire plus qu'économique, effectivement tu fais bien de le souligner, encore une fois le rôle de certains est assez obscur.
    Je n'évoque que la Syrie, donc pas les peshmergas irakiens ni les autres forces coté irakien ce qui est peut-être effectivement une erreur parce que ce qui se passe en Irak a aussi une répercussion sur le déroulement de la guerre civile en Syrie.

    Par contre les désaccords occidentaux (bon par occidentaux je mets principalement nous et les américains et les britanniques admettons, on va dire les principaux). Les divergences sont quand même assez mineures, c'est des divergences de forme plus que de fond en ce moment. A moins que tu penses à quelque chose qui a une vraie influence sur le cours de la guerre ?

    Laisser un commentaire:


  • Elano
    a répondu
    Et encore, c'est même plus compliqué.

    Par exemple, les complaisances de Daech, elles existent bel et bien (sinon, jamais ils n'arriveraient à revendre les produits de leur pillage, pétrole, oeuvres d'art...) mais on ne sait pas vraiment dans quelle mesure elles sont liées à l'Etat (en Turquie par exemple). Ils ont également la complaisance d'une partie des tribus sunnites de la région, celles qui étaient ostracisées et mises de côté par le régime irakien de Al Maliki.

    Idem pour les Kurdes, c'est une erreur de les présenter comme unis: entre les kurdes irakiens et les kurdes syriens, il y a beaucoup de tensions et de désaccords.

    Idem enfin pour les occidentaux, qui sont tous très loin d'être alignés les uns avec les autres. La France par exemple, n'est pas du tout alignée avec la ligne américaine, désaccords qui s'expriment uniquement par la voie diplomatique, faute d'avoir les moyens de l'exprimer seule sur le terrain.

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    C'est quand même dingue le nord de la Syrie

    Mettons la carte Wikipedia pour comprendre



    Voyez la toute petite poche verte tout au nord-ouest collé à la frontière turque, elle est coincée entre les kurdes à l'ouest (jaune), les forces du régime syrien soutenue par l'aviation russe, les milices chiites, l'Iran, Hezbollah tout ça sont au sud (en rouge) et Daesh à l'Est (en noir)

    La carte date de la semaine dernière, depuis ça a un peu bougé. Les kurdes ont lancé l'offensive sur cette poche rebelle où sont notamment des éléments d'Al Nosra et autres groupes islamistes alliés à d'autres rebelles. Donc la poche est moitié verte, moitié blanche/grise en fait (couleur d'Al Nosra). Vous remarquez que les jaunes sont alliés avec les verts un peu plus à l'Est contre les noirs de Daesh. Si si regardez mieux, y'a des ronds jaunes et verts. Mais les mêmes verts sont alliés aux blancs (islamistes hors Daesh) contre les kurdes à l'ouest. Les kurdes sont plus ou moins en collaboration avec le régime en rouge mais sont alliés aux verts à l'est qui sont bien entendu ennemis des rouges, eh oui les forces démocratiques de Syrie (FDS) comme ils s'appellent, pensez bien Bachar n'aime pas ça.

    Oui c'est bizarre mais attendez, on a pas parlé de nos amis turcs encore. Vous savez que nous occidentaux on aime bien les jaunes et les verts modérés. Ben les turcs eux détestent les jaunes qu'ils considèrent comme terroristes et bien sûr les rouges qu'ils aimeraient bien dégagés du pouvoir. En gros tout pour les verts quitte à favoriser les blancs et les noirs avec. Donc Ankara pilonne les kurdes nos alliés. Fantastique, nous protestons avec les américains (cf. message ci-dessus) mais rien n'y fait.

    Les rouges aussi sont pas du tout content de ces bombardements turcs, puisque les jaunes faisaient leur boulot en réduisant à néant les verts dans cette région nord d'Alep. Du coup ils s'énervent aussi, les russes bombardent les verts, ça attaque un peu les noirs en direction de Raqqa, beaucoup les verts autour d'Alep et également les verts tout au sud près de la frontière jordanienne. Bref c'est le bordel partout mais ce sont les verts qui prennent le plus sur la gueule en ce moment, avec une telle couleur en même temps... Pour les rouges tous les autres groupes sont terroristes à part les jaunes. Par contre pour les turcs les jaunes sont terroristes mais pas les verts. Et pour nous les jaunes et les verts sont nos amis, les méchants sont en noir et en rouge et les blancs aussi parce que c'est affilié à Ben Laden mais y'a fallu le temps pour que Fabius le dise, y'a pas que Daesh chez les islamistes.

    Vous avez rien compris ? C'est normal, c'est la syrie alors résumons par un tableau


    Entité Amis ou complaisance Ennemis
    Kurdes Occident, Régime, Russes, certains rebelles (FDS) Turcs, Daesh, Al Nosra, rebelles alliés à Al Nosra
    Régime Russes, Iran, Hezbollah, Kurdes Occident, Turcs, Daesh, Al Nosra, Rebelles
    Daesh Personne (encore que...*) Tout le monde (au moins eux c'est facile :grn:)
    Al Nosra Quelques groupes rebelles Pratiquement tout le monde
    Rebelles Occident, Turcs, Kurdes (ça dépend), Al Nosra (ça dépend) Régime, Russes, Iran, Hezbollah, Daesh, Kurdes (ça dépend), Al Nosra (ça dépend)
    * niveau complaisance les turcs c'est limite

    C'est simplifié vous en conviendrez de résumer la Syrie en 5 entités, j'ai mis les groupes islamistes comme le mouvement Al Shram avec Al Nosra, en réalité c'est plus compliqué, quand aux verts, y'a de tout, du démocratique, de l'ASL, de l'islamiste modéré, la preuve ils sont pas alliés aux mêmes personnes. Mais pour certains les seuls points communs c'est d'être anti Bachar.

    Maintenant trouvez la solution géopolitique pour convenir à tout le monde, vous avez 4 heures

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    Envoyé par Al Bundy Voir le message
    On vient enfin de dire que c'etait pas bien aux turques
    Il fallait attendre que les americains le disent pour savoir si oui ou non on pouvait un peu grogner
    Avant on grognait sans attendre les américains mais en agissant toujours avec l'aval des américains.

    Désormais on demande aussi l'aval des américains pour grogner. :proud:

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    On vient enfin de dire que c'etait pas bien aux turques
    Il fallait attendre que les americains le disent pour savoir si oui ou non on pouvait un peu grogner

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    On s'est définitivement couché en Syrie toute façon. Depuis qu'on a fait mine d'aller bombarder Bachar en 2014 suite à l'affaire des armes chimiques et qu'on s'est finalement dérobé parce que les américains n'ont pas suivi alors qu'ils avaient dit qu'ils iraient en fait. On a prouvé qu'on a aucune influence et qu'on sert juste de force d'appoint symbolique à la pseudo-coalition.

    Bachar et les russes (et l'Iran) ont la main, quand ils se décideront à aligner Daesh, on en sera débarassé mais faut d'abord éliminer Al Nosra et les forces de l'opposition présentes près d'Alep. C'est la priorité, évidemment que pour le régime, la région d'Alep est beaucoup plus importante que le désert de Raqqa ou Palmyre.

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    La Turquie continue de massacrer sa population kurde en intervenant militairement dans des villes, a reprit ses bombardements contre les troupes kurdes en Syrie qui combattent et reprennent du terrain a l'EI, menace d'intervenir militairement au sol en Syrie avec l'aide de l'Arabie Saoudite

    Meme Washington a quand meme fini par dire "he ho c'est pas bien"

    Et nous ?

    ....

    Allo ?
    Mr Hollande ?
    Mr Valls ? Trop occupé a la tambouille du remaniement ?
    Mr Fabius ? ho pardon lui il preparait ses cartons ces dernieres semaines, il avait autre chose a foutre
    Mr Ayrault ? Ha lui il a pas finit de deballer ses cartons et de placer ses amis et proches, il a autre chose a faire

    On en revient a Hollande ? Il a rien a faire en ce moment non ? Un commentaire ? Une intervention ? Un avis ?
    Trop occupé lui aussi ? Avec Gayet ou la nouvelle ministre de la culture

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    Envoyé par lochiba88 Voir le message
    Cruz vaut pas mieux que Trump de ce que je sais, après y'a la 3ème lame des Bush qui croit qu'on travaille que 3 jours par semaine ou Rubio plus modéré mais jeune et pas très inspiré dans les débats apparemment. Les républicains n'ont traditionnellement pas la cote chez nous mais alors le casting de cette année est quand même particulièrement épicé :grn:
    C'est rien de le dire, y'a meme un commentateur qui a qualifié de "freak show" le "debat" entre les candidats Republicains
    Meme la bas, certains s'affolent du niveau !

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    Envoyé par Al Bundy Voir le message
    Hmmm Sanders peut avoir l'air d'un Melenchon pour les americains mais il en est quand meme tres tres loin :grn:
    Donc dans l'esprit des americains ca pourrait ressembler a ca, dans la realité, pour nous francais, ca serait moins desagreable et plus facile de choisir entre un Trump et un Sanders qu'entre une Le Pen et un Melenchon

    Coté Republicain, on se focalise sur Trump et ses declarations qui sont avant tout des attrapes buzz merdiatique pour garder tous les projecteurs sur lui, mais les autres valent ils bien mieux ?
    C'est exactement ça et c'est pour ça que je précise bien pour les américains, chez nous un Sanders ne ferait pas tâche au parti socialiste c'est évident mais outre Atlantique c'est une petite révolution de voter pour un gars aussi à gauche qui se revendique ennemi de Wall Street.

    Politiquement ça ressemble plutôt à du Hollande vs Le Pen, vu d'Amérique ça ressemble plus à Mélenchon vs Le Pen.

    Cruz vaut pas mieux que Trump de ce que je sais, après y'a la 3ème lame des Bush qui croit qu'on travaille que 3 jours par semaine ou Rubio plus modéré mais jeune et pas très inspiré dans les débats apparemment. Les républicains n'ont traditionnellement pas la cote chez nous mais alors le casting de cette année est quand même particulièrement épicé :grn:

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    Envoyé par lochiba88 Voir le message
    Si ça continue les américains vont avoir le choix entre un cinglé et un "socialiste" (ce qui veut en quelques sortes dire communiste pour eux).

    Imaginez chez nous c'est un peu comme si on avait un duel Le Pen - Mélenchon pour le 2ème tour :D
    Hmmm Sanders peut avoir l'air d'un Melenchon pour les americains mais il en est quand meme tres tres loin :grn:
    Donc dans l'esprit des americains ca pourrait ressembler a ca, dans la realité, pour nous francais, ca serait moins desagreable et plus facile de choisir entre un Trump et un Sanders qu'entre une Le Pen et un Melenchon

    Coté Republicain, on se focalise sur Trump et ses declarations qui sont avant tout des attrapes buzz merdiatique pour garder tous les projecteurs sur lui, mais les autres valent ils bien mieux ?

    Laisser un commentaire:


  • rudy69140
    a répondu
    Envoyé par lochiba88 Voir le message
    Si ça continue les américains vont avoir le choix entre un cinglé et un "socialiste" (ce qui veut en quelques sortes dire communiste pour eux).

    Imaginez chez nous c'est un peu comme si on avait un duel Le Pen - Mélenchon pour le 2ème tour :D
    On a toujours eu 20 ans de retard sur les ricains. On sait donc à quoi s'attendre...:sick::grn:

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    Si ça continue les américains vont avoir le choix entre un cinglé et un "socialiste" (ce qui veut en quelques sortes dire communiste pour eux).

    Imaginez chez nous c'est un peu comme si on avait un duel Le Pen - Mélenchon pour le 2ème tour :D

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    Envoyé par topofnet1 Voir le message
    A propos des présidentielles américaines, y a un truc rigolo :
    http://trumpdonald.org/

    :grn::grn::grn:
    C'est con mais j'adore :D

    Laisser un commentaire:


  • lochiba88
    a répondu
    Sinon pour revenir à autre chose, la Syrie et l'Etat islamique pour changer, on dirait que ça bouge :

    http://www.europe1.fr/international/...repare-2663345

    L'étau se ressere sur Raqqa avec une intervention au sol indirecte des occidentaux et ça commence à parler d'intervention au sol directe pour certains pays comme l'Arabie Saoudite mais aussi la Turquie. Problème ces 2 pays sont totalement hostiles au régime syrien, qu'est-ce que ça va donner une fois que l'EI sera boutée hors de la région et qu'il ne restera que l'armée syrienne et ce contingent de la coalition ?

    De son coté Bachar soutenu par l'aviation russe est en train de reprendre tout Alep donc il pourrait y avoir très vite une jonction avec une éventuelle armée qui aurait reconquis l'axe de l'Euphrate entre Raqqa et Deir ez Zor jusqu'à la frontière irakienne. Enfin tout cela pourrait déjà prendre du temps, on a vu que les kurdes ont galéré sur des petites villes alors sur une ville de 200000 habitants, la bataille risque d'être longue avec une aviation qui aura un champ d'action limité.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X