Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités internationales

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • leolyonnais
    a répondu
    Envoyé par Jaseagal Voir le message
    Je peux te dire qu'intégrer au 16ème des catalans à coté de gascons, de provençaux et de Basque dans un truc qu'on appelle France ça n'avait rien à voir avec une réalité ethnique hein..... On le voit aussi avec les Possessions Habsbourg sur plusieurs siècles par exemple, ou l'empire Ottoman, si tu y vois une unité ethnique sur 4 siècles, tu m'appelles :grn:
    Le gros mange le petit, je n'ai jamais dit le contraire, en somme, l'Ukraine n'est qu'un territoire disputé par 2 voire 3 mafias (gros), et je le dis depuis Maidan . :grn:

    C'est d’ailleurs parce-que le gros mange le petit que les premières frontières se sont dessinées, à termes, autour de paramètres géographiques.
    Dernière modification par leolyonnais, 19/04/2014, 04h22.

    Laisser un commentaire:


  • Jaseagal
    a répondu
    La Russie n'a rien conquis elle s'est partagée avec la prusse et l'autriche la Pologne
    Maintenant rigolez bien quand on vous parle de souveraineté et tutti quanti

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    Envoyé par Earls court Voir le message
    C'est ton droit d'extrapoler et de raconter des choses bizarres. Mais c'est assez sympa aussi de ne pas faire dire aux autres ce qu'ils n'ont pas dit.
    Les parallèles qu'on peut faire entre les deux situations ce sont, comme je l'ai déjà énoncé:
    - deux Etats qui mènent une politique étrangère agressive, notamment à leurs frontières (Israël et ses guerres au Liban, contre l'Egypte, Gaza,etc., la Russie avec l'Ukraine aujourd'hui, la Géorgie hier, Grozny avant-hier et toute lapolitique d'influence dans les républiques séparatistes etc.)
    - les deux Etats disposent d'une communauté importante vivant au-delà des frontières officielles: tous les anciens pays du glacis communiste pour la Russie, la diaspora israélienne et surtout les colons qui s'installent massivement au-delà des frontières de 67.
    - Israël s'est progressivement installé au-delà de son territoire et a annexé une partie du territoire qui n'était initialement pas le sien et jusqu'à construire un mur, érigeant ainsi une nouvelle frontière de facto. La Russie a déjà annexé la Crimée au nom de la défense des populations russophones puis d'un référendum aussi crédible que l'élection algérienne. Il existe encore de nombreuses zones ukrainiennes ou les minorités russes pourraient tenter de faire jouer la "jurisprudence Sebastopol".
    Sauf que d'un coté tu as un Etat, la Russie, qui exerce son contrôle sur l'Ukraine de l'Est depuis plus de 3 siecles et celle de l'ouest, prit a la Pologne-Lituanie il y a plus de 2 siecles. En gros, ils viennent pas de debarquer.

    De l'autre, tu as un Etat, Israel, qui a disparu depuis plus de 2000 ans qui a été artificiellement recrée en y chassant la population locale et en y installant des individus venus du monde entier a la place.

    C'est tout le probleme de ton 2eme paragraphe. La "diaspora" Russe, elle était déjà sur place, elle ne s'est pas "installé", elle n'a chassé personne, elle n'est pas venu de l'etranger, elle etait la AVANT que l'Ukraine ait son independance dans les années 90 !

    C'est meme limite si les roles ne collent pas mieux si on les inverse.
    L'Ukraine representant Israel et la Russie la Palestine.
    Apres tout le pays nouvellement crée, issu de royaumes qui ont pu exister par intermittence il y a plusieurs siecles, c'est bien l'Ukraine, et elle se crée sur des territoires issus des cendres de l'URSS qui n'était autre que la Russie qui avait prit possession de ce territoire depuis 2-3 siecles.
    Ca colle donc presque mieux, on a meme droit au pouvoir pro-russe qui se fait chasser par la force par les pro-europe... et des troubles dans les region a forte populations pro-russes, que le pouvoir pro-europe traite de terroristes ! :grn:

    Enfin, si tant est qu'on ose la comparaison, car franchement, les deux situations me semblent completement incomparables !

    EDIT: Pour faire plaisir a Jaseagal, j'ai remplacé "a conquis" par "exerce son controle sur"
    Dernière modification par Al Bundy, 18/04/2014, 23h56.

    Laisser un commentaire:


  • Jaseagal
    a répondu
    Envoyé par leolyonnais Voir le message
    C'est mon avis, cependant, il faut reconnaitre qu'il est "économiquement" impossible de scinder l'Ukraine en deux tant l'Ouest est dépendant de l'Est, c'est en ce sens que je parle de frontières économiques .

    Passons sur le fait que le rapprochement entre Russie et Israël est complétement tiré par les cheveux .

    PS: "La plupart sont issues de contraintes géographiques qui ont entrainé, à travers l'Histoire, des divergences de valeurs et donc politiques."
    Tout ça pour dire que les frontières tendent, au fil du temps ,à correspondre à une certaine réalité ethnique, à part en Afrique, mais bon, la bas on s'en fou, c'est loin :grn: .
    Je peux te dire qu'intégrer au 16ème des catalans à coté de gascons, de provençaux et de Basque dans un truc qu'on appelle France ça n'avait rien à voir avec une réalité ethnique hein..... On le voit aussi avec les Possessions Habsbourg sur plusieurs siècles par exemple, ou l'empire Ottoman, si tu y vois une unité ethnique sur 4 siècles, tu m'appelles :grn:

    Laisser un commentaire:


  • Earls court
    a répondu
    Envoyé par Al Bundy Voir le message
    Pardon ?
    Je ne savais pas que les pro-Russes en Ukraine de l'est avaient tous debarqué au milieu des années 90 au moment de l'independance. Ils venaient d'où tous avant ? Ils sont venus par bateaux du monde entier eux aussi ?
    Et les Ukrainiens qui ont été chassés, ils se sont refugié ou ? en Cisjordanikhistan ou dans la bande de Gazarevic ?

    Je comprends mieux pourquoi je panais rien
    C'est ton droit d'extrapoler et de raconter des choses bizarres. Mais c'est assez sympa aussi de ne pas faire dire aux autres ce qu'ils n'ont pas dit.
    Les parallèles qu'on peut faire entre les deux situations ce sont, comme je l'ai déjà énoncé:
    - deux Etats qui mènent une politique étrangère agressive, notamment à leurs frontières (Israël et ses guerres au Liban, contre l'Egypte, Gaza,etc., la Russie avec l'Ukraine aujourd'hui, la Géorgie hier, Grozny avant-hier et toute lapolitique d'influence dans les républiques séparatistes etc.)
    - les deux Etats disposent d'une communauté importante vivant au-delà des frontières officielles: tous les anciens pays du glacis communiste pour la Russie, la diaspora israélienne et surtout les colons qui s'installent massivement au-delà des frontières de 67.
    - Israël s'est progressivement installé au-delà de son territoire et a annexé une partie du territoire qui n'était initialement pas le sien et jusqu'à construire un mur, érigeant ainsi une nouvelle frontière de facto. La Russie a déjà annexé la Crimée au nom de la défense des populations russophones puis d'un référendum aussi crédible que l'élection algérienne. Il existe encore de nombreuses zones ukrainiennes ou les minorités russes pourraient tenter de faire jouer la "jurisprudence Sebastopol".

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    Envoyé par Earls court Voir le message
    ca c'est ton avis.
    Dans les deux cas, on a un Etat qui mène une politique internationale autoritaire, qui installe sa diaspora sur un territoire qui ne lui appartient pas au sens du droit international, ou, dans le moins pire des cas, disputé. Ainsi, ils se l'approprient et légitiment leur présence par leur ancienneté et leur ancestralité. Les Russes ont déjà remplis les deux premières étapes. La troisième n'est qu'une question de temps.
    Pardon ?
    Je ne savais pas que les pro-Russes en Ukraine de l'est avaient tous debarqué au milieu des années 90 au moment de l'independance. Ils venaient d'où tous avant ? Ils sont venus par bateaux du monde entier eux aussi ?
    Et les Ukrainiens qui ont été chassés, ils se sont refugié ou ? en Cisjordanikhistan ou dans la bande de Gazarevic ?

    Je comprends mieux pourquoi je panais rien
    Dernière modification par Al Bundy, 18/04/2014, 22h23.

    Laisser un commentaire:


  • Earls court
    a répondu
    Envoyé par fooooot Voir le message
    je serait juste curieux de voir le résultat d'un referendum dans la bande de Gaza et des territoires occupé...
    En fonction des personnes que tu fais voter ou que tu considères comme ayant le droit de vote, tu peux avoir deux résultats tout à fait opposés.

    Laisser un commentaire:


  • fooooot
    a répondu
    Envoyé par Earls court Voir le message
    ca c'est ton avis.
    Dans les deux cas, on a un Etat qui mène une politique internationale autoritaire, qui installe sa diaspora sur un territoire qui ne lui appartient pas au sens du droit international, ou, dans le moins pire des cas, disputé. Ainsi, ils se l'approprient et légitiment leur présence par leur ancienneté et leur ancestralité. Les Russes ont déjà remplis les deux premières étapes. La troisième n'est qu'une question de temps.
    je serait juste curieux de voir le résultat d'un referendum dans la bande de Gaza et des territoires occupé...

    Laisser un commentaire:


  • Earls court
    a répondu
    Envoyé par leolyonnais Voir le message
    C'est mon avis, cependant, il faut reconnaitre qu'il est "économiquement" impossible de scinder l'Ukraine en deux tant l'Ouest est dépendant de l'Est, c'est en ce sens que je parle de frontières économiques .

    Passons sur le fait que le rapprochement entre Russie et Israël est complétement tiré par les cheveux .

    PS: "La plupart sont issues de contraintes géographiques qui ont entrainé, à travers l'Histoire, des divergences de valeurs et donc politiques."
    Tout ça pour dire que les frontières tendent, au fil du temps ,à correspondre à une certaine réalité ethnique, à part en Afrique, mais bon, la bas on s'en fou, c'est loin :grn: .
    ca c'est ton avis.
    Dans les deux cas, on a un Etat qui mène une politique internationale autoritaire, qui installe sa diaspora sur un territoire qui ne lui appartient pas au sens du droit international, ou, dans le moins pire des cas, disputé. Ainsi, ils se l'approprient et légitiment leur présence par leur ancienneté et leur ancestralité. Les Russes ont déjà remplis les deux premières étapes. La troisième n'est qu'une question de temps.

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    J'avoue que j'ai pas trop pigé non plus la comparaison avec Israel
    En fait j'ai meme rien pané du tout

    Laisser un commentaire:


  • leolyonnais
    a répondu
    Envoyé par Earls court Voir le message
    Des frontières qui ont une réalité ethnique, il n'y en a pas tant que ça. Ne serait-ce qu'en Europe. La plupart sont issues de contraintes géographiques qui ont entrainé, à travers l'Histoire, des divergences de valeurs et donc politiques.

    Aujourd'hui, les frontières ukrainiennes, ce sont avant tout des résidus provinciaux hérités de l'URSS.
    Selon les points de vue, on peut tout aussi bien considérer que les Russes colonisent une partie orientale de l'Ukraine en s'appuyant sur une diaspora massive (qui n'est pas si éloignée de ce que fait Israël en Palestine). Ou bien on peut considérer que ces Russes qui sont là depuis déjà quelques temps sur ce territoire dénommé pourraient demander à être rattaché à la Russie, en raison de proximité linguistique, culturelle et au niveau des valeurs ou du bien du projet politique.

    La seule chose qui est véritablement cocasse, c'est de voir que certains aujourd'hui défendent en Russie ce qu'il condamne en Israël. Toute la sottise et l'imbécilité issue d'un embrigadement idéologique. Dommage.
    C'est mon avis, cependant, il faut reconnaitre qu'il est "économiquement" impossible de scinder l'Ukraine en deux tant l'Ouest est dépendant de l'Est, c'est en ce sens que je parle de frontières économiques .

    Passons sur le fait que le rapprochement entre Russie et Israël est complétement tiré par les cheveux .

    PS: "La plupart sont issues de contraintes géographiques qui ont entrainé, à travers l'Histoire, des divergences de valeurs et donc politiques."
    Tout ça pour dire que les frontières tendent, au fil du temps ,à correspondre à une certaine réalité ethnique, à part en Afrique, mais bon, la bas on s'en fou, c'est loin :grn: .
    Dernière modification par leolyonnais, 18/04/2014, 20h54.

    Laisser un commentaire:


  • topofnet1
    a répondu
    Envoyé par Earls court Voir le message
    Des frontières qui ont une réalité ethnique, il n'y en a pas tant que ça. Ne serait-ce qu'en Europe. La plupart sont issues de contraintes géographiques qui ont entrainé, à travers l'Histoire, des divergences de valeurs et donc politiques.
    +1, en Europe de l'Ouest on a moins le problème car les frontières sont stables depuis des siècles et délimitées clairement (les Pyrénées entre la France et et l'Espagne personne ne le conteste et ça correspond bien à la limite culturelle). A la rigueur, le seul pays qui ressemblerait un peu à l'Ukraine c'est la Belgique qui est un peu coupée en 2 entre l'influence française et hollandaise.

    mais ailleurs dans le monde c'est moins nette. il n'y a qu'à voir le découpage de l'ancien empire colonial français en Afrique. Ces frontières en ligne droite n'ont aucune justification historique à part que c'est les limites qu'on a crée de toute pièce au XIXème. Des exemples de mauvais découpages il y en a à la pelle et dans chaque cas, la moindre étincelle peut tout faire sauter. Pour l'ukraine la situation n'est pas nouvelle mais la révolution à kiev, le suppression du russe comme langue officielle et poutine qui a soufflé sur les braises a suffit pour créer cette situation, mais si ca ne s'était pas passé en 2014 ça serait arrivé plus tard, mais serait arrivé.

    Laisser un commentaire:


  • Earls court
    a répondu
    Envoyé par leolyonnais Voir le message
    Le problème étant que les frontières Ukrainiennes correspondent plus à une réalité économique qu’ethnique, il faudrait que ce point soit assimilé par tout le monde quand même .
    Des frontières qui ont une réalité ethnique, il n'y en a pas tant que ça. Ne serait-ce qu'en Europe. La plupart sont issues de contraintes géographiques qui ont entrainé, à travers l'Histoire, des divergences de valeurs et donc politiques.

    Aujourd'hui, les frontières ukrainiennes, ce sont avant tout des résidus provinciaux hérités de l'URSS.
    Selon les points de vue, on peut tout aussi bien considérer que les Russes colonisent une partie orientale de l'Ukraine en s'appuyant sur une diaspora massive (qui n'est pas si éloignée de ce que fait Israël en Palestine). Ou bien on peut considérer que ces Russes qui sont là depuis déjà quelques temps sur ce territoire dénommé pourraient demander à être rattaché à la Russie, en raison de proximité linguistique, culturelle et au niveau des valeurs ou du bien du projet politique.

    La seule chose qui est véritablement cocasse, c'est de voir que certains aujourd'hui défendent en Russie ce qu'il condamne en Israël. Toute la sottise et l'imbécilité issue d'un embrigadement idéologique. Dommage.

    Laisser un commentaire:


  • Blackcat
    a répondu
    Les frontières ukrainiennes... Lesquelles? Celles de l'Holodomor? Celles de Khrouchtchev? Si c'est celles de l'entre-deux guerres, il n'y a pas la Crimée.

    Autrement, à propos des 80% de satisfaits de Poutine, beaucoup de gens (pas forcément des Russes) apprécient Poutine. C'est comme ça. On va dire "c'est à cause du gaz". Je ne pense pas. Il passe mieux que Eltsine ou Medvedev et il le sait.

    Laisser un commentaire:


  • Jaseagal
    a répondu
    Envoyé par leolyonnais Voir le message
    Le problème étant que les frontières Ukrainiennes correspondent plus à une réalité économique qu’ethnique, il faudrait que ce point soit assimilé par tout le monde quand même .
    C'est vrai que ça a tellement réussi à l'Humanité les politiques nationalistes :fier:

    Laisser un commentaire:


  • leolyonnais
    a répondu
    Envoyé par fvl Voir le message
    Tu remarqueras qu'un pays change plus facilement de gouvernement et d'orientation politique qu'il ne change de frontière. Ce n'est pas la même échelle de gravité.
    Le problème étant que les frontières Ukrainiennes correspondent plus à une réalité économique qu’ethnique, il faudrait que ce point soit assimilé par tout le monde quand même .

    Laisser un commentaire:


  • fvl
    a répondu
    Envoyé par quinte Voir le message
    Super. On organise un putsch en Ukraine, on négocie des traités avec ce nouveau gouvernement illégal installé par nos soins et tous ceux qui gueulent sont des salops soupçonnés de vouloir démanteler notre nouveau jouet. Sympa comme vision des Relations internationales !
    Tu remarqueras qu'un pays change plus facilement de gouvernement et d'orientation politique qu'il ne change de frontière. Ce n'est pas la même échelle de gravité.

    Laisser un commentaire:


  • leolyonnais
    a répondu
    Envoyé par fvl Voir le message
    L'Ukraine n'est pas la Russie et le fait qu'il y ait des russophones ne rend pas pour autant russe le territoire ukrainien. Un relent de nostalgie de l'URSS mal digéré?

    .
    Des russophones qui sont très souvent des Russes tout court, c'est un détail, mais ça a son importance .

    Et dans une certaine logique, l'Est Ukrainien aurait du être Russe selon moi, mais il est évident que dans le contexte actuel, l'Ukraine n'est pas viable sans l'Est .
    Dernière modification par leolyonnais, 18/04/2014, 16h49.

    Laisser un commentaire:


  • quinte
    a répondu
    Envoyé par fvl Voir le message

    On peut bien négocier avec n'importe quel gouvernement étranger (démocratique ou pas, légitime ou pas,...), le plus grave c'est le démantèlement d'un pays au profit d'un autre.
    Super. On organise un putsch en Ukraine, on négocie des traités avec ce nouveau gouvernement illégal installé par nos soins et tous ceux qui gueulent sont des salops soupçonnés de vouloir démanteler notre nouveau jouet. Sympa comme vision des Relations internationales !

    Laisser un commentaire:


  • fvl
    a répondu
    Envoyé par Comme une image Voir le message
    Il y a un truc spécial avec les russes, c'est cette obsession du droit, de la légalité. Durant l'URSS, on n'assassinait personne, on organisait de "grands procès", on organisait des élections, conformes à la constitution, il n'y avait qu'un parti? Oui, mais c'était conforme!

    Il y a un proverbe qui dit "si tu n'as pas de papiers, tu n'es pas un homme" qui résume bien les choses: quand tout est fait selon les "règles" administratives, ça peut passer. Poutine s'est excité violemment parce que c'est complètement parti en vrille "illégalement", il s'est passé des choses (prise de pouvoir...) qui n'auraient pas dû arriver.

    Là où ce type de "révolution" est jouable dans un pays africain, américain ou européen, c'est très difficile à imaginer en Russie.

    Je pense donc que oui, Ianoukovicz aurait organisé des élections et les auraient "habilement" perdues, comme la dernière fois pendant la révolution orange, ça se serait passé naturellement. Là, on a voulu, enfin l'Allemagne a voulu, forcer le destin et placer son pion (Klitschko) et ça a complètement merdé.

    Les fautifs, c'est nous et personne d'autre, on aurait pu gérer ça proprement et "démocratiquement". Les russes préfèrent les élections truquées, les déportations faisant suite à procès plutôt qu'une prise de pouvoir et des emprisonnements totalement arbitraires... le résultat est le même, mais les apparences sont importantes. Il suffit de regarder le fonctionnement des prisons en Russie pour comprendre cette obsession du "droit".
    L'Ukraine n'est pas la Russie et le fait qu'il y ait des russophones ne rend pas pour autant russe le territoire ukrainien. Un relent de nostalgie de l'URSS mal digéré?

    Le pouvoir en place est provisoire, il y a des élections en mai. Des deux côtés il y a eu volonté de ne pas attendre et de préférer agir avant les élections. Pour le gouvernement provisoire c'était l'occasion de contracter avec le FMI, l'UE, les USA et l'OTAN, pour les russes c'était le seul moyen de se positionner avant l'instauration d'un gouvernement légitime.

    On peut bien négocier avec n'importe quel gouvernement étranger (démocratique ou pas, légitime ou pas,...), le plus grave c'est le démantèlement d'un pays au profit d'un autre.

    Laisser un commentaire:


  • DarkY69
    a répondu
    Envoyé par Al Bundy Voir le message
    Ha, ben, je ne pensais pas avoir pu faire croire que Poutine était etranger a ce qui s'était passé en Crimée ou se qui se passait dans l'est de l'Ukraine, mais j'espere que te voila rassuré :)
    Rassuré je sais pas. J'allais pas m’inquiétè si tu avais des prises de positions qui me paraissent totalement improbables.

    Enfin, sacré merdier qui a été fait par les nations "phares" de ce monde. Une fois de plus en somme.

    Laisser un commentaire:


  • Comme une image
    a répondu
    Il y a un truc spécial avec les russes, c'est cette obsession du droit, de la légalité. Durant l'URSS, on n'assassinait personne, on organisait de "grands procès", on organisait des élections, conformes à la constitution, il n'y avait qu'un parti? Oui, mais c'était conforme!

    Il y a un proverbe qui dit "si tu n'as pas de papiers, tu n'es pas un homme" qui résume bien les choses: quand tout est fait selon les "règles" administratives, ça peut passer. Poutine s'est excité violemment parce que c'est complètement parti en vrille "illégalement", il s'est passé des choses (prise de pouvoir...) qui n'auraient pas dû arriver.

    Là où ce type de "révolution" est jouable dans un pays africain, américain ou européen, c'est très difficile à imaginer en Russie.

    Je pense donc que oui, Ianoukovicz aurait organisé des élections et les auraient "habilement" perdues, comme la dernière fois pendant la révolution orange, ça se serait passé naturellement. Là, on a voulu, enfin l'Allemagne a voulu, forcer le destin et placer son pion (Klitschko) et ça a complètement merdé.

    Les fautifs, c'est nous et personne d'autre, on aurait pu gérer ça proprement et "démocratiquement". Les russes préfèrent les élections truquées, les déportations faisant suite à procès plutôt qu'une prise de pouvoir et des emprisonnements totalement arbitraires... le résultat est le même, mais les apparences sont importantes. Il suffit de regarder le fonctionnement des prisons en Russie pour comprendre cette obsession du "droit".

    Envoyé par boy176951 Voir le message
    Je pense que tu as assez bien résumé la situation le plus simplement possible.

    Commencer à mettre en cause spécifiquement Poutine dans la situation actuelle ukrainienne c'est déjà partir dans le mauvais sens, pas qu'on ne peut pas remettre en cause l'influence russe sur l'Ukraine qui peut avoir un coté néfaste, mais que l'influence des pays occidentaux n'est au final pas meilleur.

    Poutine n'est certainement pas un enfant de choeur, mais si le changement de gouvernement avait été précédé d'un vote comme lors de la Révolution Orange, il n'aurait jamais réagis de cette façon (il aurait évidement mis des pressions économiques sur l'Ukraine pour faire capoter le nouveau gouvernement).

    SInon comme tu le dis les russes n'ont globalement aucun souci à être dirigé par Poutine, sous son règne le développement économique du pays est juste impressionnant, même si il se joue de la constitution pour garder le pouvoir à l'instar d'un dictateur.

    @cui merci de confirmer ce que je pense, pourtant je suis marié aussi à une femme des pays de l'est mais au contraire avec plutôt une tendance anti-russe (ce qui nous empêche d'avoir des amis russes et même un avec la double nationnalité ukrainienne)rt).

    Laisser un commentaire:


  • Al Bundy
    a répondu
    Envoyé par DarkY69 Voir le message
    Je parle pas de la presse, je parle de toi. ;)
    Ha, ben, je ne pensais pas avoir pu faire croire que Poutine était etranger a ce qui s'était passé en Crimée ou se qui se passait dans l'est de l'Ukraine, mais j'espere que te voila rassuré :)

    Laisser un commentaire:


  • boy176951
    a répondu
    Envoyé par leolyonnais Voir le message
    En ce qui concerne l'ingérence en Ukraine, je pense que l'UE ou les USA n'ont aucune leçon à donner à Poutine.
    En ce qui concerne sa légitimité dans sa fonction, on peut dire ce qu'on veut, mais sa cote de popularité est à 75% pendant que celle de notre président est à 20% .... bon après, peut être les Russes sont des idiots, mais je ne suis pas la pour juger . :grn:

    Quel modèle ? Pro UE ou Pro RU ?
    Je pense que tu as assez bien résumé la situation le plus simplement possible.

    Commencer à mettre en cause spécifiquement Poutine dans la situation actuelle ukrainienne c'est déjà partir dans le mauvais sens, pas qu'on ne peut pas remettre en cause l'influence russe sur l'Ukraine qui peut avoir un coté néfaste, mais que l'influence des pays occidentaux n'est au final pas meilleur.

    Poutine n'est certainement pas un enfant de choeur, mais si le changement de gouvernement avait été précédé d'un vote comme lors de la Révolution Orange, il n'aurait jamais réagis de cette façon (il aurait évidement mis des pressions économiques sur l'Ukraine pour faire capoter le nouveau gouvernement).

    SInon comme tu le dis les russes n'ont globalement aucun souci à être dirigé par Poutine, sous son règne le développement économique du pays est juste impressionnant, même si il se joue de la constitution pour garder le pouvoir à l'instar d'un dictateur.

    @cui merci de confirmer ce que je pense, pourtant je suis marié aussi à une femme des pays de l'est mais au contraire avec plutôt une tendance anti-russe (ce qui nous empêche d'avoir des amis russes et même un avec la double nationnalité ukrainienne)rt).
    Dernière modification par boy176951, 18/04/2014, 10h44.

    Laisser un commentaire:


  • Slava
    a répondu
    Envoyé par fvl Voir le message
    Suprenant oui, significatif je n'en sais rien.
    Bah cette histoire de char est anecdotique mais en même temps certaines réactions montrent que la plupart de ceux qui ont agi n'ont aucune idée de l'effet qu'ils allaient produire, et c'est pas fini à mon avis.

    Envoyé par fvl Voir le message
    Il y avait surtout un sytème en faillite (le socialisme) et un affaiblissement du pouvoir suite aux réformes de Gorbatchev. Toute l'URSS s'accordait sur un point : ça ne pouvait pas continuer comme ça. Gorbatchev n'était plus soutenu même au sein de son parti. Ce n'est pas le cas en Ukraine où certains voulaient garder le statut quo.
    Oui, oui, tous contre Gorbatchev ça on est d'accord ! La faillite on est aussi d'accord ! Mais le modèle proposé en face il a toujours pas été digéré ! Ni en Russie, ni en Ukraine. Et nous, européens, on continue à essayer de le vendre comme si de rien n'était ! En envoyant nos BHL...:grn:

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X