Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités internationales

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • thekiller69
    a répondu
    Envoyé par Myrelingues Voir le message
    C'est vrai que c'est très dommage pour les Écossais, c'était une superbe opportunité pour eux de voler de leur propres ailes. Ceci dit, ce n'est pas dramatique non plus. L'Ecosse à déjà ses propres équipes nationales, championnat, une certaine autonomie. Et après ce référendum, il devrait y avoir plus de décentralisation.

    La décentralisation de la France, même sa fédéralisation, est encore plus nécessaire ! La Corse doit aussi être libérée ; sa conquête est un crime historique !
    Pour l'Ecosse la situation est différente de la Catalogne par exemple, donc c'est vrai qu'ils sont en parti indépendants.

    En lisant ton premier post, je me doutais bien qu'il y aurait le terme "décentralisation" dans ton post ! :grn:
    Plus sérieusement, la fédéralisation je ne suis pas contre, on peut voir par exemple qu'une région comme Rhône-Alpes fonctionnent très bien, ça peut rendre chaque région plus attractive en développant chacune ses activités culturelles. D'ailleurs le regroupement et diminution des régions tend vers ça, on réduit le nombre de régions pour éventuellement avoir moins de régions fédérées.

    Pour la Corse, là par contre absolument pas d'accord. L'histoire, c'est l'histoire, on ne peut pas revenir en arrière, surtout que maintenant la Corse est dépendante de la France ! Puis seuls 10% des corses souhaitent l'indépendance de l'ile...

    Laisser un commentaire:


  • thekiller69
    a répondu
    Envoyé par Cadole Voir le message
    Ils ne pouvaient pas attendre indéfiniment (300 ans, c'est déjà pas mal comme attente ^^). Le SNP indépendantiste est au pouvoir en Ecosse et la droite dirige le R-U. L'Ecosse étant plutôt largement à gauche, les conditions de base étaient réunies, mais comme je le pensais, il y avait beaucoup trop d'indécis pour que le "oui" l'emporte. Les menaces / craintes brandies par les "anti", et aussi certainement la peur de "l'inconnu", les ont largement convaincus de rester dans le giron anglais. Intéressant malgré tout de voir que la plus grande ville d'Ecosse (Glasgow) a voté "oui".
    Sur le plan historique oui ça fait longtemps ! :)

    Ce que je voulais dire c'est que 55%, ce n'est pas une grosse majorité, il suffit d'un évènement pour que ça se rééquilibre... Sachant que dans les 55%, on sait qu'il y en a beaucoup qui voudraient d'une Ecosse indépendante mais qui ont un doute sur la faisabilité de ce projet économiquement parlant, ce qui est tout à fait normal. Le référendum a selon moi été mal préparé et donc imposer ce vote si tôt alors que la population n'a pas tous les éléments en main pour répondre, c'est moyen... Autre élément perfectible, le fait d'accorder le droit de vote à des jeunes de 16 ans, déjà que pour des adultes, c'est compliqué de savoir si une Ecosse "libre" peut se débrouiller seule, alors je ne vois pas comment ces jeunes générations pourrait le savoir, surtout que l'économie, on ne l'aborde pas ou très peu à cet âge... Dans leur cas, ils suivront l'avis de leurs parents.

    Après on n'est pas en Ecosse, on ne vit la chose comme eux, mais on n'a pas l'impression qu'il y a eu suffisamment d'études réalisées, par exemple certains économistes disaient que le pétrole représenterait 15% du PIB du pays, ce qui serait largement suffisant pour la survie de l'état, en revanche les ressources de pétrole commencent à s'épuiser, donc il faudra trouver une alternative... Avec un tel argument, comment voulez-vous que les écossais soient optimistes en une Ecosse libre ?

    Comme tu le dis c'est beaucoup trop indécis actuellement, mais il y avait effectivement les conditions idéologiques réunies pour faire le référendum.

    Laisser un commentaire:


  • Space_opera
    a répondu
    Envoyé par Cadole Voir le message
    Ils ne pouvaient pas attendre indéfiniment (300 ans, c'est déjà pas mal comme attente ^^). Le SNP indépendantiste est au pouvoir en Ecosse et la droite dirige le R-U. L'Ecosse étant plutôt largement à gauche, les conditions de base étaient réunies, mais comme je le pensais, il y avait beaucoup trop d'indécis pour que le "oui" l'emporte. Les menaces / craintes brandies par les "anti", et aussi certainement la peur de "l'inconnu", les ont largement convaincus de rester dans le giron anglais. Intéressant malgré tout de voir que la plus grande ville d'Ecosse (Glasgow) a voté "oui".
    C'est vrai que c'est très dommage pour les Écossais, c'était une superbe opportunité pour eux de voler de leur propres ailes. Ceci dit, ce n'est pas dramatique non plus. L'Ecosse à déjà ses propres équipes nationales, championnat, une certaine autonomie. Et après ce référendum, il devrait y avoir plus de décentralisation.

    La décentralisation de la France, même sa fédéralisation, est encore plus nécessaire ! La Corse doit aussi être libérée ; sa conquête est un crime historique !

    Laisser un commentaire:


  • Space_opera
    a répondu
    Envoyé par Blackcat Voir le message
    Avec ou sans attentats, l'important est de ne pas avoir peur.
    T'inquiètes, ils ne m'ont jamais fait peur. La mort non plus.

    Laisser un commentaire:


  • Cadole
    a répondu
    Envoyé par thekiller69 Voir le message
    Le référendum est selon moi fait trop tôt, aujourd'hui on remarque que c'est pratiquement du 50-50, donc quoi qu'il arrive, que l'Ecosse devienne indépendante ou non, il y aura la moitié de la population qui se sentira lésée ! Il aurait à mon avis été préférable d'attendre car peut être qu'aujourd'hui, l'Ecosse restera dans le Royaume Uni à 52 %, mais peut être que dans un an, 60% de la population prônera le "oui" ou inversement...
    Ils ne pouvaient pas attendre indéfiniment (300 ans, c'est déjà pas mal comme attente ^^). Le SNP indépendantiste est au pouvoir en Ecosse et la droite dirige le R-U. L'Ecosse étant plutôt largement à gauche, les conditions de base étaient réunies, mais comme je le pensais, il y avait beaucoup trop d'indécis pour que le "oui" l'emporte. Les menaces / craintes brandies par les "anti", et aussi certainement la peur de "l'inconnu", les ont largement convaincus de rester dans le giron anglais. Intéressant malgré tout de voir que la plus grande ville d'Ecosse (Glasgow) a voté "oui".

    Laisser un commentaire:


  • BenzBenz59
    a répondu
    Envoyé par thekiller69 Voir le message
    Sinon :

    Peut être que ça a déjà été posté ici...

    Sur le moment ça m'a fait rire, puis c'est là que tu te dis qu'un mouvement de ce genre peut rapidement virer !





    http://www.fdesouche.com/505669-une-...a-en-allemagne
    Faut qu'ils fassent attention, l'Allemand, il a pas la patience...

    Laisser un commentaire:


  • thekiller69
    a répondu
    Sinon :

    Peut être que ça a déjà été posté ici...

    Sur le moment ça m'a fait rire, puis c'est là que tu te dis qu'un mouvement de ce genre peut rapidement virer !





    Laisser un commentaire:


  • thekiller69
    a répondu
    Le référendum est selon moi fait trop tôt, aujourd'hui on remarque que c'est pratiquement du 50-50, donc quoi qu'il arrive, que l'Ecosse devienne indépendante ou non, il y aura la moitié de la population qui se sentira lésée ! Il aurait à mon avis été préférable d'attendre car peut être qu'aujourd'hui, l'Ecosse restera dans le Royaume Uni à 52 %, mais peut être que dans un an, 60% de la population prônera le "oui" ou inversement...

    Laisser un commentaire:


  • Blackcat
    a répondu
    Envoyé par Myrelingues Voir le message
    Ils le font exprès pour qu'on vienne à eux. Ils se croient invincibles "grâce à Allah". Mais quand leur pathétique mouvement sera écrasé, ça va leur faire tout drôle. Ce qu'il faut c'est les écraser rapidement parce qu'il se rendent compte que tout est perdu, il risque d'avoir le temps de préparer des attentats en occident...
    Avec ou sans attentats, l'important est de ne pas avoir peur.

    Il y a 19 ans, un autre groupe islamiste, le GIA, avait cru terroriser la France. J'étais à Paris et je me souviens des métros presque vides, des fausses alertes à la bombe, de l'horreur de Saint-Michel. J'ai pris un TGV avec une bombe qui n'a pas explosé (je l'ai appris aux infos). L'important, dans ces moments-là, est de ne pas montrer sa peur, de continuer à vivre, à faire ses courses, à aller au travail... Parce que ce que ces groupes trouvent jouissif, c'est de faire peur, de choquer, de voir qu'ils remplissent l'horizon des gens qu'ils persécutent. Les attentats ont été déjoués par la vigilance, et les dingues se sont calmés. Il va arriver la même chose à l'EI, sauf que la vigilance, cette fois, est internationale. Et surtout qu'on ne dise pas que c'est la faute des Américains, parce que le GIA, ce n'était pas la faute de la France. Ces groupes peuvent surgir n'importe où, il suffit d'un allumé avec beaucoup de fric et une bonne connexion Internet.

    Laisser un commentaire:


  • Space_opera
    a répondu
    Envoyé par BenzBenz59 Voir le message
    En tous cas, ces abrutis font tout pour qu'on les attaque. J'avoue avoir du mal avec la seule explication de la terreur comme arme de communication et de combat pour comprendre leurs actes.
    Ils le font exprès pour qu'on vienne à eux. Ils se croient invincibles "grâce à Allah". Mais quand leur pathétique mouvement sera écrasé, ça va leur faire tout drôle. Ce qu'il faut c'est les écraser rapidement parce qu'il se rendent compte que tout est perdu, il risque d'avoir le temps de préparer des attentats en occident...

    Laisser un commentaire:


  • Blackcat
    a répondu
    Envoyé par BenzBenz59 Voir le message
    La dernière fois que j'avais lu un truc aussi immonde, c'était sur la campagne des Japonais en Chine pendant la deuxième guerre mondiale. Les gars étaient si allumés et sadiques que je crois que les djihadistes de l'Etat Islamique n'ont pas encore atteint leur niveau d'abomination.

    En tous cas, ces abrutis font tout pour qu'on les attaque. J'avoue avoir du mal avec la seule explication de la terreur comme arme de communication et de combat pour comprendre leurs actes.
    La Gestapo, avant de devenir une arme de terreur, était une police comme une autre. C'est avec l'arrivée d'un sadique à sa direction que cette police d'Etat est devenue un repaire de sadiques. A la tête de l'EI, il y a probablement un sadique, ce qui légitime toutes les exactions perpétrées par ses subordonnés.

    L'EI est un ramassis de criminels, d'assassins et de violeurs, sans doute la pire concentration de barbares et d'asociaux de notre époque. Des gens prêts à tout pour le fric. Qu'on ne s'y trompe pas, Allah n'est qu'un prétexte. Je doute qu'un Dieu, quel qu'il soit, autorise pareille conduite. L'armée d'EI, en dehors de ce contexte, peuplerait les hôpitaux psychiatriques et les prisons. Ces gens auraient tourné voyou quoi qu'il arrive. Nous ne sommes pas responsables de leur inconduite. C'est un chemin qu'ils ont choisi. Ils doivent être punis sans circonstance atténuante. Ils doivent être traités à l'égal des criminels de guerre.
    Dernière modification par Blackcat, 18/09/2014, 17h44.

    Laisser un commentaire:


  • BenzBenz59
    a répondu
    Envoyé par Myrelingues Voir le message
    Les enfants abusées devant leurs mères
    La bestialité des islamistes n'a pas de limite. "Nos tortionnaires n'épargnent personne. Ni les femmes avec des enfants en bas-âge pas plus que les petites filles de moins de douze ans. Certaines fillettes sont devenues muettes à force d'être abusées et ont été emmenées par les jihadistes. Beaucoup de mères ont tenté de se suicider après ça".

    ]
    La dernière fois que j'avais lu un truc aussi immonde, c'était sur la campagne des Japonais en Chine pendant la deuxième guerre mondiale. Les gars étaient si allumés et sadiques que je crois que les djihadistes de l'Etat Islamique n'ont pas encore atteint leur niveau d'abomination.

    En tous cas, ces abrutis font tout pour qu'on les attaque. J'avoue avoir du mal avec la seule explication de la terreur comme arme de communication et de combat pour comprendre leurs actes.

    Laisser un commentaire:


  • Cadole
    a répondu
    Un sondage original basé sur la vente de gâteaux à Edimbourg. Ça semble assez fidèle aux votes ^^



    On se dirige sans trop de surprise vers un "No thanks".

    Laisser un commentaire:


  • Space_opera
    a répondu
    Esclave sexuelle de l'EI à 17 ans, elle raconte l'innommable

    Une jeune Yézidi de 17 ans, détenue par l'État islamique avec quarante autres femmes et petites filles, témoigne des abus quotidiens dont elles sont toutes l'objet depuis que les extrémistes islamistes les utilisent comme esclaves sexuelles.
    Le 3 août dernier, Mayat (nom d'emprunt, ndlr) était enlevée par des jihadistes de l'État islamique lors d'une offensive contre la ville de Sinjar au nord de l'Irak. Aujourd'hui encore otage, elle subit les assauts sexuels quotidiens de ses geôliers dans un village près de Mossoul.

    Des otages équipées de GSM"Si j'ai demandé que mon véritable nom ne soit pas publié, c'est parce que je ressens trop de honte vis-à-vis de ce que l'on me fait faire ici. Une partie de moi voudrait mourir mais l'autre partie caresse toujours l'espoir d'être un jour sauvée et de pouvoir embrasser à nouveau mes parents". Voilà les terribles propos de l'adolescente tels qu'enregistrés par un journaliste de La Repubblica. Le quotidien italien a en effet pu contacter la jeune fille par téléphone pour l'interviewer grâce au numéro de GSM que ses parents (qui se trouvent actuellement dans un camp de réfugiés kurdes) lui ont communiqué.

    Faire régner la terreur en les forçant à raconter
    Une interview téléphonique d'une otage de l'EI dans la presse occidentale peut surprendre. Mais Mayat explique que là aussi, il s'agit de la volonté de ses ravisseurs. Dans un premier temps, tous les téléphones portables des jeunes filles et femmes kidnappées ont été saisis. Mais les jihadistes ont "changé de stratégie", explique-t-elle, en décidant de rendre les GSM aux esclaves sexuelles afin qu'elles soient pour le monde une vitrine de la terreur chère à l'État islamique. Les jeunes femmes racontent en effet les viols, les coups, l'enfer vécu et pérennisent de la sorte la peur de l'EI qui règne dans la région et dans le monde.

    Des "surhommes"
    "Pour nous détruire encore plus, ils nous forcent à raconter à nos parents les détails sordides des atrocités qu'ils nous font subir. Ils se moquent de nous et se sentent indestructibles. Ils se prennent pour des surhommes mais ce ne sont que des individus sans coeur".

    Les enfants abusées devant leurs mères
    La bestialité des islamistes n'a pas de limite. "Nos tortionnaires n'épargnent personne. Ni les femmes avec des enfants en bas-âge pas plus que les petites filles de moins de douze ans. Certaines fillettes sont devenues muettes à force d'être abusées et ont été emmenées par les jihadistes. Beaucoup de mères ont tenté de se suicider après ça".

    Viols collectifs trois fois par jour
    Mayat explique aussi à La Repubblica les circonstances de ces odieux viols. Les femmes sont emmenées au premier étage du bâtiment pour être violées. Les membres de l'EI procèdent à des viols collectifs sur chaque femme, différents groupes de jihadistes se succédant trois fois par jour. "Ils nous traitent comme des esclaves. Ces hommes nous battent et nous menacent de mort si nous osons résister. Parfois j'espère qu'ils me frappent assez fort pour me tuer", relate Mayat.

    Marquées à vie
    Les violeurs sont tantôt des combattants vieux et aguérris, tantôt de très jeunes soldats qui viennent d'arriver de Syrie. "Si ces tortures devaient prendre fin un jour, ma vie sera toujours marquée par les horreurs qui ont eu lieu ici. Même si je devais survivre à tout cela, je ne sais pas comment je pourrais rayer de ma mémoire les abominations dont j'ai été l'objet", témoigne encore l'adolescente.

    Supplier d'être abattues
    "Nous avons déjà demandé à de nombreuses reprises à nos geôliers de nous exécuter. Mais ils refusent car apparemment nous avons trop de "valeur" pour eux. Nous sommes leur butin de guerre, leurs choses. Mon seul espoir est que les Peshmerga (combattants kurdes armés) viennent nous délivrer. Je sais que les Américains bombardent. Je veux qu'ils se dépêchent et éradiquent l'EI parce que je ne sais pas combien de temps encore je vais pouvoir supporter tout ça. Ils ont déjà assassiné mon corps. Maintenant ils vont tuer mon âme", conclut Mayat, 17 ans, pour achever son déchirant témoignage.


    Source : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Mond...nommable.dhtml

    Laisser un commentaire:


  • Cadole
    a répondu
    Le « non » à l'indépendance de l'Ecosse en tête des derniers sondages



    Londres fait des concessions de dernière minute pour éviter l'éclatement du "pays". Fort taux de participation à prévoir.
    Le "oui" serait tout de même une grosse surprise.
    PS : une conséquence à laquelle je n'avais pas pensé, c'est que ce serait peut-être la fin de l'Union Jack puisque le drapeau comprend la croix de saint André écossaise.

    Dernière modification par Cadole, 17/09/2014, 11h18.

    Laisser un commentaire:


  • Siegfried
    a répondu
    N'empeche avec la chaine youtube des services de sécurité ukrainiens, je crois que c'est la première fois qu'on a une guerre vue de l'intérieur par certains protagonistes, c'est intéressant et effrayant à la fois.

    Ils ont plus posté depuis qu'il y a des négociations, mais ils ont posté des videos de russes capturés qui se font questionner :shock: (d'ailleurs certains ont l'air de réciter quasiment un texte, j'imagine même pas la pression qu'ils ont eu)

    Pour ceux qui la connaissent pas:

    http://www.youtube.com/channel/UCRxy...yku5EuQ/videos

    (la fameuse chaine qui a publié les écoutes)

    Laisser un commentaire:


  • Jaseagal
    a répondu
    Spéciale Investigations sur les ventes à l'étranger des produits français qui ont raté

    Sur le Rafale je trouve canal sacrément de mauvaise foi, sont mignons de présenter comme principal erreur les bisbilles entre Dassault et le gouvernement, m'enfin face aux méthodes américaines tu ne peux rien faire. Le comble étant le coup du reproche du coup du Rafale. Grosse démagogie

    Laisser un commentaire:


  • Cadole
    a répondu
    Lu sur le Monde.fr : "régime profondément inégalitaire qui permet à un peu plus de 200 familles de posséder près de 90 % du territoire écossais." Impressionnant.
    Apparemment Salmond, le leader indépendantiste, a quelques casseroles. Comme tout bon politique.

    Laisser un commentaire:


  • fvl
    a répondu
    Les britanniques ont formulé les mêmes menaces aux colonies américaines. Vive l'Ecosse libre!

    Laisser un commentaire:


  • Earls court
    a répondu
    Le "Yes-Bashing" que les Anglais mènent est assez impressionnant et la presse relaie allègrement les infos.

    Au-delà des conséquences vis-à-vis de l'UE, les Anglais s'amusent à pointer les conséquences économiques directes. Ainsi, je lisais hier matin dans le City A.M. que plusieurs patrons ont pris position et ont menacé d'augmenter les prix de leurs produits à destination de l'Ecosse, sous prétexte qu'il s'agira désormais d'un export, et que cela coutera plus cher d'envoyer leurs produits à l'étranger. Les plus virulents, parmi lesquels le patron de RBS (Royal Bank of Scotland...!) ont même expliqué qu'ils rapatrieraient leur siège social en Angleterre, au détriment de l'Ecosse.

    Apparemment, on estime déjà à plus de 17 milliards de livres sterling, les actifs, bonds, et actions qui ont été délaissés par peur d'une victoire du oui.
    L'autre indicateur à ne pas oublier quand on parle du Royaume-Uni, ce sont les bookmakers, et jusqu'ici, ils considèrent à plus de 80% que l'Ecosse restera Britannique.

    Laisser un commentaire:


  • Upe
    a répondu



    :grn:

    Laisser un commentaire:


  • Cadole
    a répondu
    Envoyé par topofnet1 Voir le message
    franchement, la rbs voudrait l'indépendance de l'écosse qu'elle s'y prendrait pas mieux. Imagine en 2012 une banque dire que sarko c'est mieux, hollande prenait 3 points. Comme pour le référendum de 2005, diaboliser le oui ou le non, c'est le meilleur moyen de radicaliser celui qui veut voter ça. Tu lui dit : fais pas ça ça sera terrible, il te répond : si t'as pas de meilleur argument, chiche...
    C'est vrai que la France (comme l'Allemagne) est assez tranquille niveau revendications locales, les basques et catalans français sont beaucoup moins remontés que de l'autre coté des Pyrénées, je vois pas la Bretagne aller jusque là. A part la Corse et éventuellement des dom-tom comme la Nouvelle Calédonie qui accèdera surement à l'indépendance dans les 20 ans à venir et peut-être la Polynésie, il n'y a a pas de risque chez nous. Si ça arrivait, économiquement ça serait certainement plus positif que négatif et niveau puissance de la France ça aurait pas d'impact significatif. L'Ecosse par contre, c'est un gros morceaux quand meme.
    Le R-U sans l'Ecosse, c'est un sacré séisme, et une boîte de Pandore, avec l'Irlande du Nord qui n'attendra sûrement pas 50 ans avant de remettre son cas sur la table. (Déjà qu'à mon avis ils digéreraient mal de voir la "calme" Ecosse leur damer le pion sur le sujet.) Pour la RBS, je pense que le but est surtout de faire peur aux indécis (qui semblent encore nombreux), sinon oui, cette posture menaçante radicalisera les indépendantistes, mais eux finalement, leur vote est déjà acquis.
    De toute façon, depuis quelques jours et les sondages alarmants, le discours des anti-indépendance est clair : il s'agit de faire peur à un maximum de monde pour que la balance repenche de l'autre côté.

    Laisser un commentaire:


  • thekiller69
    a répondu
    L'Ecosse est assez partagée, certains en ont ras le bol d'être la poubelle de l'Angleterre (essais nucléaires dans les coins paumés d'Ecosse...), d'être toujours sous la tutelle anglaise, mais d'autres craignent que sans l'Angleterre, l'Ecosse ait du mal à se débrouiller seule. Du coup, l'Ecosse a le cul entre deux chaises.

    Pour les catalans c'est très différent, des sondages ont été réalisés, ça parle de 60% pour l'indépendance de la Catalogne, si il devait y avoir un référendum, on sait à coup sûr quelle issue il y aurait.

    Concernant la France, seules les îles ne se sentent (pour certaines) pas spécialement françaises, sinon on ne peut pas dire qu'il y ait des régions nationalistes en France, même la Bretagne ça reste gentil, c'est juste qu'il y a une culture plus marquée.

    Laisser un commentaire:


  • topofnet1
    a répondu
    Envoyé par Cadole Voir le message
    Référendum en Écosse : en Europe, ces autres prétendants à l'indépendance



    Je vois l'Ecosse faire comme le Québec en 95 : rater l'indépendance de peu. :confus: J'imagine à peine l'onde de choc si les descendants du sieur Wallace se séparaient enfin de leurs voisins. :grn:
    Je constate quand même avec effarement que les banques (pour le cas où les peuples n'auraient pas assez de griefs à leur endroit) viennent encore fourrer leur nez dans ces histoires. Cf la RBS qui menace de déménager en Angleterre. Barroso, les banques, les centres de pouvoir et d'influence, tout ça c'est la même crèmerie.

    Malgré tout, j'ai du mal à comprendre les réticences de Bruxelles : des pays qui se disloquent et aspirent à rester dans l'UE, c'est tout bénef pour les huiles bruxelloises qui auront affaire à des Etats moins forts et donc plus malléables, en tout cas en théorie.
    A ce petit jeu, la France pourrait tirer son épingle... du jeu, dans quelques années / décennies, avec sa démographie la plus dynamique d'Europe. Il ne manquerait plus qu'on récupère la Wallonie.
    franchement, la rbs voudrait l'indépendance de l'écosse qu'elle s'y prendrait pas mieux. Imagine en 2012 une banque dire que sarko c'est mieux, hollande prenait 3 points. Comme pour le référendum de 2005, diaboliser le oui ou le non, c'est le meilleur moyen de radicaliser celui qui veut voter ça. Tu lui dit : fais pas ça ça sera terrible, il te répond : si t'as pas de meilleur argument, chiche...
    C'est vrai que la France (comme l'Allemagne) est assez tranquille niveau revendications locales, les basques et catalans français sont beaucoup moins remontés que de l'autre coté des Pyrénées, je vois pas la Bretagne aller jusque là. A part la Corse et éventuellement des dom-tom comme la Nouvelle Calédonie qui accèdera surement à l'indépendance dans les 20 ans à venir et peut-être la Polynésie, il n'y a a pas de risque chez nous. Si ça arrivait, économiquement ça serait certainement plus positif que négatif et niveau puissance de la France ça aurait pas d'impact significatif. L'Ecosse par contre, c'est un gros morceaux quand meme.

    Laisser un commentaire:


  • Cadole
    a répondu
    Référendum en Écosse : en Europe, ces autres prétendants à l'indépendance



    Je vois l'Ecosse faire comme le Québec en 95 : rater l'indépendance de peu. :confus: J'imagine à peine l'onde de choc si les descendants du sieur Wallace se séparaient enfin de leurs voisins. :grn:
    Je constate quand même avec effarement que les banques (pour le cas où les peuples n'auraient pas assez de griefs à leur endroit) viennent encore fourrer leur nez dans ces histoires. Cf la RBS qui menace de déménager en Angleterre. Barroso, les banques, les centres de pouvoir et d'influence, tout ça c'est la même crèmerie.

    Malgré tout, j'ai du mal à comprendre les réticences de Bruxelles : des pays qui se disloquent et aspirent à rester dans l'UE, c'est tout bénef pour les huiles bruxelloises qui auront affaire à des Etats moins forts et donc plus malléables, en tout cas en théorie.
    A ce petit jeu, la France pourrait tirer son épingle... du jeu, dans quelques années / décennies, avec sa démographie la plus dynamique d'Europe. Il ne manquerait plus qu'on récupère la Wallonie.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X