Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Pop/Rock/Indép/Metal/Punk (concerts, matos, etc...)

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Valke 1989
    a répondu
    Envoyé par Gilles Voir le message

    J'ai revu le slip ho le vicieux
    À l’époque, j’avoue !
    Maintenant, les roulades sur le capot font plus rire qu’autre chose.


    Et Big up pour le jeu de mot Sooooo Whitesnake !!!


    Laisser un commentaire:


  • Gilles
    a répondu
    Envoyé par Valke 1989 Voir le message
    Le temps passe.

    La fascinante paire de jambes d'Here I Go Again que j'ai rencontrée adolescent un mercredi en fin d'après-midi sur MCM est morte à 59 ans.

    J'ai revu le slip. Si tu écris Steel Panther, ce qui était du premier degré à l'époque devient parodique aujourd'hui... sans rien changer.


    En voiture Simone !!!
    J'ai revu le slip ho le vicieux

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Le temps passe.

    La fascinante paire de jambes d'Here I Go Again que j'ai rencontrée adolescent un mercredi en fin d'après-midi sur MCM est morte à 59 ans.

    J'ai revu le clip. Si tu écris Steel Panther, ce qui était du premier degré à l'époque devient parodique aujourd'hui... sans rien changer.


    En voiture Simone !!!

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Little Richards dans le tapis !
    L’histoire est incroyable !!!


    Je ne savais pas son influence sur la rémunération des artistes.
    Quand on pense que nombre de groupes sortaient 1 album par an ou presque à l’époque. Tout en tournant !
    Il y a de quoi péter les plombs…

    Laisser un commentaire:


  • Torpedo
    a répondu
    Lu Peter Grant, the man who Led Zeppelin par Chris Welch, journaliste anglais (Melody Maker, Kerrang, Metal Hammer)

    Résumé : Il avait tout pour faire partie du plus grand groupe du monde ! A commencer par son physique de géant. Des premiers tours de chauffe du dirigeable à la mort du batteur John Bonham, qui marque la fin de l'aventure en octobre 1980, l'odyssée de Led Zeppelin est indissociable de celle de son volumineux manager, le patibulaire Peter Grant. Dès 1968, cet incroyable personnage affiche en effet un style nouveau dans le petit monde des managers.

    Négociations musclées des contrats, lutte impitoyable contre les bootleggers et autres escrocs... cet ancien catcheur, en temps tour manager de Chuck Berry, des Everly Brothers et de Gene Vincent, impose brutalement de nouvelles règles du jeu dans l'univers impitoyable du rock'n'roll, se taillant une réputation de tueur largement justifiée.

    Ce livre truffé d'anecdotes raconte son incroyable histoire et - à travers elle - propose une plongée inédite à l'intérieur de Led Zeppelin, dont Peter Grant restera à jamais... le cinquième homme.


    Avis : Un bouquin passionnant pour un manager hors norme. Il est celui qui s'est littéralement battu pour son groupe contre vents et marées et qui a permis aux artistes de bénéficier de meilleurs conditions financières. Peter Grant protège son groupe contre cette vorace industrie du disque, que ce soit les maisons de disques avides de signer à leur avantage l'un des groupes les plus prometteurs, ou les tourneurs qui vendent dans le dos du groupe du merchandising non-officiel. Et que dire des bootleggers qui amènent du matos pendant les concerts pour enregistrer des albums pirates.

    Peter Grand est un sacré personnage. Déjà physiquement il en impose. Cet ancien catcheur rentre dans le lard, insulte à tout va, intimide, menace tout le monde. Il s'entoure de têtes brulées et ses méthodes sont dignes d'un truand, y compris avec ses clients. Par exemple, un soir il enroule Little Richard dans un tapis et l’amène au concert car le chanteur ne se sentait pas d’humeur de jouer et refusait de quitter sa chambre.

    Le bouquin est effectivement une mine d'infos et d'anecdotes. Je passe sur les (nombreux) conflits tout au long des tournées mais certains évènements sont assez incroyables. Un des faits les plus notables est le coup des destructions d'hôtel. Tout au long des tournées, les gars de Led Zeppelin sont confinés dans leur chambre en raison des meutes de fans qui tentent de les rencontrer. Le pression est énorme. Pour passer le temps, ils boivent, baisent, se défoncent et s'amusent à tout détruire et à tout balancer par la fenêtre. Et Peter paie la note, sans rechigner. Cela fait partie des "frais de tournée" d'un groupe qui génère des millions de dollars de profit (on parle des seventies)

    Une nuit, un directeur d'un hôtel situé dans le Midwest discute avec Peter Grant qui est en train de rembourser les dégâts, à coups de liasse de billets. Le gars est déprimé, il lui confie qu'il envie secrètement les artistes de pouvoir tout casser, sans se soucier de représailles. Peter le regarde, plonge la main dans son sac rempli de dollars et lui tend une poignée en lui disant : "Allez-y, cassez-tout, c'est moi qui rince ce soir". Et le directeur de l'hôtel s'est fait plaisir en détruisant une de ses chambres.

    La fin du bouquin est moins plaisante. La mort subite du batteur John Bonham amène le groupe à se séparer, plongeant Peter Grant dans une profonde dépression, avec à la clé, une sévère addiction à la cocaïne. Il parviendra à s'en tirer mais il ne sera plus que l'ombre de lui-même. Il meurt sans avoir véritablement repris les rênes. Toutefois, Peter Grant reste encore une icône dans le monde des managers du rock, au même titre que le Colonel Parker (Elvis) ou Brian Epstein (The Beatles).





    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Pour continuer avec les chanteurs live qui envoient très fort.

    Channel Zero version Unplugged avec des cordes. L'album est selon moi un petit bijou.

    Ce chanteur est un monstre de puissance et de sensibilité. (Enfin une bonne blague belge !!!)


    https://music.youtube.com/playlist?list=OLAK5uy_kBPS2wUaMQLKEkBwH0X3TtXftdpL 8J8Ek




    Un groupe dont j'aurais aimé qu'il rencontre davantage de succès. En live, c'était bluffant.

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Envoyé par Torpedo Voir le message
    Valke : J'adore Volbeat

    Sinon pour toi .... À la fin du mois, sortira aux Editions Des Flammes Noires, la biographie No Celebration de Paradise Lost traduite en français sous le titre Il n'y aura pas de Célébration.

    Cette histoire officielle de 360 pages comprend des témoignages des différents membres du groupe, qu'ils soient actuels ou d'anciens musiciens et qui ont contribué à la carrière passionnante des Anglais. On y trouve également des récits de personnalités qui ont croisé le chemin de la formation ainsi que de nombreuses photos inédites.

    Depuis le temps que j’hésite à la prendre en anglais. Je craignais que ce soit un truc bidon genre marketing de digipack. (Et la pile de livres en retard est telle que j’arrête d’acheter… Il y a trop de trucs à lire !!! Je n’arrive plus à suivre… )

    Mais 360 pages suggèrent un vrai travail avec du fond ! Je croyais que c’était un truc gadget bien plus sommaire.
    Je vais clairement me laisser tenter. Je tiens la tête d’affiche de la Liste du Père Noël !


    Et s’ils sont reprogrammés au Sylak, je monte sur scène et je le fais signer.





    Volbeat, j’ai écouté ça en boucle durant des mois et des mois. Et depuis Caggiano (c’est bien ça le nom ???) je trouvais le virage un peu trop aseptisé (mais les vidéos Live… Bombastiques ! Poulsen est vraiment un IMMENSE performeur .)
    Et à chaque album, il y avait toujours plusieurs titres ravageurs !

    Et là, je retrouve beaucoup d’entrain à les redécouvrir.
    impatient d’entendre ce nouvel opus !!!

    Laisser un commentaire:


  • Torpedo
    a répondu
    Valke : J'adore Volbeat

    Sinon pour toi .... À la fin du mois, sortira aux Editions Des Flammes Noires, la biographie No Celebration de Paradise Lost traduite en français sous le titre Il n'y aura pas de Célébration.

    Cette histoire officielle de 360 pages comprend des témoignages des différents membres du groupe, qu'ils soient actuels ou d'anciens musiciens et qui ont contribué à la carrière passionnante des Anglais. On y trouve également des récits de personnalités qui ont croisé le chemin de la formation ainsi que de nombreuses photos inédites.

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    L’excellent Poulsen avait dit que les premiers titres déjà dévoilés étaient les plus mainstream alors que l’album aurait des rifts un peu plus thrashy que sur les derniers albums.

    Un nouveau est sorti. Suspense…



    Je trouve ça très très bon.
    On retrouve le mordant des premiers albums.


    (Et en Live, Volbeat a envoyé du lourd toutes les fois où je les ai vus. Le batteur est un monstre et Poulsen est parmi les meilleurs chanteurs de métal selon moi.)

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Envoyé par Torpedo Voir le message
    Lu Hérouville, le château hanté du rock, qui retrace l'histoire emblématique de ce studio d'enregistrement où se sont notamment croisés David Bowie, Iggy Pop, Marvin Gaye, Jacques Higelin, les Bee Gees, Richie Blackmore, Pink Floyd, T.Rex, Fleetwood Mac, Elton John, Magma et j'en oublie ...

    Le bouquin décrit en détail les nombreuses péripéties qui ont accompagné les séances d'enregistrements de ces prestigieux invités. On découvre un château mystique, un lieu incroyable où de nombreux phénomènes paranormaux ont été observés. Un lieu propice à la créativité mais aussi à la débauche, où l'occulte est fortement présent avec de nombreuses séances de spiritisme, pratiqués par les artistes.

    C'est bourré d'anecdotes assez drôles (Ex : David Bowie qui va chercher les enfants de l'ingéson à l'école du village avec sa Rolls ou le tournage de films pornos en même temps qu'une séance d'enregistrement ...). Les comportements des artistes sont surprenants avec les exigences particulières de certains (Une immense croix en bois planté dans le studio pour Richie Blackmore) ou les déviances des autres (10 quilles de jaja pour chaque séance d'enregistrement bues par Marc Bolan qui découvrait le vin français).

    En résumé, un bon bouquin qui permet de (re)-vivre les moments forts musicaux des seventies


    Le lien vers une émission que j’ai a-do-rée sur Hérouville. Avec plein de morceaux d’anecdotes à la Torpedo dedans.
    Si on a quelques dizaines de minutes à perdre (ou à gagner…) :


    https://www.google.fr/amp/s/www.fran...-17-avril-2021

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Envoyé par Torpedo Voir le message

    Si je ne me trompe pas, cette tournée de Pat Benatar ne passait pas à Lyon mais à Grenoble et c'était en semaine. C'est la raison pour laquelle je n'avais pas pu aller la voir alors que j'ai assisté à d'autres shows dans cette ville. C'est un de mes regrets car, par la suite, elle n'est plus passé dans le coin.

    Mon autre regret de cette époque, c'était la tournée commune 1981 de Rose Tattoo / Cheap Trick qui passait au Palais d'Hiver. Je vénérais ces deux groupes à l'époque mais cette fois-ci je n'ai pas pu sortir en douce de chez moi, comme je le faisais parfois à cette époque pour aller voir mes premiers shows. Par la suite, j'ai eu l'occasion de voir Rose Tattoo mais la tournée 1981 était celle de la grande époque.

    Pour le plaisir, un p'tit Rock'n Roll Outlaw de l'époque. Si on regarde bien les images, on voit le front d'Angry Anderson entaillé. Ce dernier avait la fameuse habitude, à cette période, de mettre des coups de boule à son micro. Un jeu de scène qui a fait sa réputation et celle du band'

    Anderson s’ouvre la tête avec son micro.
    O’Keefe ouvre ses canettes avec son crâne.
    Tout le charme de l’Australie !

    Rose Tatoo, qu’est-ce que c’est sous coté à mon goût. C’est de la grande zik comme j’aime !!!!




    Pour les infortunes sur scène. 2 récentes.
    Vince Neil qui don’t go away mad mais qui just go away :


    Et Alice Cooper qui vire porno crade et fait une faciale à l’infortunée et talentueuse Nita Strauss à trop s’être caressé la canne pour lui faire bouffer son Frankenstein :

    Laisser un commentaire:


  • Torpedo
    a répondu
    Envoyé par Valke 1989 Voir le message
    J’en suis à regretter de n’avoir pas eu l’âge d’aller la voir sur cette tournée 82-83…
    Si je ne me trompe pas, cette tournée de Pat Benatar ne passait pas à Lyon mais à Grenoble et c'était en semaine. C'est la raison pour laquelle je n'avais pas pu aller la voir alors que j'ai assisté à d'autres shows dans cette ville. C'est un de mes regrets car, par la suite, elle n'est plus passé dans le coin.

    Mon autre regret de cette époque, c'était la tournée commune 1981 de Rose Tattoo / Cheap Trick qui passait au Palais d'Hiver. Je vénérais ces deux groupes à l'époque mais cette fois-ci je n'ai pas pu sortir en douce de chez moi, comme je le faisais parfois à cette époque pour aller voir mes premiers shows. Par la suite, j'ai eu l'occasion de voir Rose Tattoo mais la tournée 1981 était celle de la grande époque.

    Pour le plaisir, un p'tit Rock'n Roll Outlaw de l'époque. Si on regarde bien les images, on voit le front d'Angry Anderson entaillé. Ce dernier avait la fameuse habitude, à cette période, de mettre des coups de boule à son micro. Un jeu de scène qui a fait sa réputation et celle du band'


    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Depuis une semaine, je suis en boucle sur le Live From Earth de Benatar. Mais qu’elle merveille !
    Grombacher et Geraldo sont juste stratosphériques !

    Promises In The Dark avec les claviers en cascade de Giordano : des puta.ns de frissons !!!

    J’en suis à regretter de n’avoir pas eu l’âge d’aller la voir sur cette tournée 82-83…

    L’ad lib de Hell is For Children… Mais quelle chanteuse…
    Benatar c’est Patqueta : maîtrise, subtilité et puissance dans la capacité à magnifier tous les registres…

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Envoyé par Nono Red Devils Voir le message

    j'ai eu ma période trivium, mais je crois que c'est vengeance in the snow faisait limite "metal surfeur de los angeles" genre offspring ou blink
    déjà que celui d'avant c'était limite

    là sur ce titre, effectivement il force sa voix, mais je préfère ça à sa période "je beugle facon death" d'ember to inferno
    ce titre est bien propre, une prod aux petits oignons (bon la basse comme d'hab faut la deviner...ah chuis mauvaise langue, effectivement on l'entend),
    mais les riffs aigus plus double pedale, bien speed...

    ah ça va peut etre me plaire ça dit donc, merci Valke

    pour le titre de Paradise Lost...
    il est spécial, dirons nous
    très teinté goth des 80's
    Trivium, l’honneur revient à gm69 qui a bien fait de nous alerter ! Effectivement, leur dernier a vraiment un truc.
    C’est un groupe que j’avais perdu de vue. Un peu comme Devildriver ou Mastodon.

    Il faut dire que plus les années passent et plus je vais vers un rock moins agressif.
    Avec le recul, je me rends compte que c’est The Union de Glorious Sons qui m’a vraiment marqué et qui m’a fait m’éloigner un peu de tout ce qui ce qui est plus thrash.

    Laisser un commentaire:


  • Nono Red Devils
    a répondu
    Envoyé par Valke 1989 Voir le message

    Pas écouté Trivium depuis des lustres.
    Ce titre tabasse sec ! Musicalement, j’aime beaucoup. Une sorte d’hybridation entre Carcass et Five Finger Death Punch. Je jetterai une oreille sur ce skeud.

    (Seul bémol, les passages avec le chant à l’arrache. Ça me fait mal à la gorge rien qu’à écouter. Le pire dans le genre étant My Own Private Alaska. Leur album était dément musicalement, un immense kiffe ! Un des rares trucs ressenti comme nouveau dans le Rock. Sans guitare quoi !!! Mais la voix à l’arrache, j’avais mal pour lui. MOPA avec un autre chanteur, ça aurait dû devenir un truc immense. Là, je ne sais même pas ce qu’ils sont devenus…1 Piano + 1 batterie pour un déluge sonore dantesque , cela méritait une carrière plus lumineuse.)
    j'ai eu ma période trivium, mais je crois que c'est vengeance in the snow faisait limite "metal surfeur de los angeles" genre offspring ou blink
    déjà que celui d'avant c'était limite

    là sur ce titre, effectivement il force sa voix, mais je préfère ça à sa période "je beugle facon death" d'ember to inferno
    ce titre est bien propre, une prod aux petits oignons (bon la basse comme d'hab faut la deviner...ah chuis mauvaise langue, effectivement on l'entend),
    mais les riffs aigus plus double pedale, bien speed...

    ah ça va peut etre me plaire ça dit donc, merci Valke

    pour le titre de Paradise Lost...
    il est spécial, dirons nous
    très teinté goth des 80's

    Laisser un commentaire:


  • Torpedo
    a répondu
    Nouvelle surprenante. Je ne m'y attendais pas du tout.

    Sur le topic Stade des Lumières, j'avais souvent mis en garde le fait que Lyon était limité en termes de pouvoir d'attraction des groupes et artistes. Le Groupe OL a vraiment bien joué le coup avec ce partenariat. Ça ouvre de nouvelles perspectives en termes de programmation ...

    Le point négatif est que OL Arena risque d'être le point stratégique pour les futurs événements musicaux. C'est assez excentré et pour une clientèle jeune, cela peut être un frein en termes de déplacement, surtout si les concerts se terminent tardivement.

    P.S : Excellent les Glorious Sons. T'as bon goût

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Accord Live Nation - OL Arena !


    C’est peut-être bien une superbe nouvelle !

    Je croise les doigts pour que ça incite davantage de groupes à passer par Lyon. 16 000 places et enceinte adaptée.

    (plutôt que des tournées françaises qui se limitent à Paris ou les villes proches de l’Espagne/de l’Angleterre-Allemagne…)


    Bon, il reste à voir émerger des groupes de rock des années 2020 qui pourront remplir. Pas gagné !



    Mon rêve absolu serait que Glorious Sons explose. Les vidéos en live sont ultra appétissantes ! Je rêve de les voir en concert. Mais si les albums sont plutôt bons, je ne retrouve pas l’étincelle authentique du premier, The Union, dans les suivants un peu plus policés dans l’écriture et la production.
    Alors qu’en concert, ils semblent avoir cette fièvre rock qui emporte une foule. Le chanteur est juste magique (je suis fan absolu.) Voix démentielle et dégaîne à ce point dégueulasse qu’elle a une vraie puissance rock.

    Canadiens en plus ! En hommage au périple du Boss du topic !

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Envoyé par gm69 Voir le message
    Les images sont sympas La musique beaucoup moins pour ma part (mais avec Tom Morello y a de tout)...

    De mon côté j'avoue avoir été TRÈS agréablement surpris par le dernier opus de Trivum, In The Court Of The Dragon, alors que je n'ai jamais été spécialement fan de ce groupe auparavant :

    Pas écouté Trivium depuis des lustres.
    Ce titre tabasse sec ! Musicalement, j’aime beaucoup. Une sorte d’hybridation entre Carcass et Five Finger Death Punch. Je jetterai une oreille sur ce skeud.

    (Seul bémol, les passages avec le chant à l’arrache. Ça me fait mal à la gorge rien qu’à écouter. Le pire dans le genre étant My Own Private Alaska. Leur album était dément musicalement, un immense kiffe ! Un des rares trucs ressenti comme nouveau dans le Rock. Sans guitare quoi !!! Mais la voix à l’arrache, j’avais mal pour lui. MOPA avec un autre chanteur, ça aurait dû devenir un truc immense. Là, je ne sais même pas ce qu’ils sont devenus…1 Piano + 1 batterie pour un déluge sonore dantesque , cela méritait une carrière plus lumineuse.)

    Laisser un commentaire:


  • gm69
    a répondu
    Les images sont sympas La musique beaucoup moins pour ma part (mais avec Tom Morello y a de tout)...

    De mon côté j'avoue avoir été TRÈS agréablement surpris par le dernier opus de Trivum, In The Court Of The Dragon, alors que je n'ai jamais été spécialement fan de ce groupe auparavant :

    Laisser un commentaire:


  • Torpedo
    a répondu
    Je suis trop vieux pour ce genre de conneries mais cette atmosphère me manque ...

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Sebastian Bach qui joue l’album Slave to the Grind () en intégralité 30 ans plus tard. Beaucoup de kilos en plus mais il a encore de beaux restes au niveau vocal après tant d’année à ne pas prendre soin de lui. En sachant que retrouver le niveau qu’il a en live en 1991 et 1992 est impossible. Stratosphérique.

    Ça me rappelle le collège où officiellement, pour les hardos de ma bande, les groupes qui jouaient des balades étaient des « groupes de tapettes » alors que chez nous en lâche on les écoutait avec plaisir !

    Juste pour le souvenir, la Power Ballad qui tue. Lyrics à la poésie ésotérique et une prestation vocale qui est selon moi une des plus belles prestations jamais commises en studio. (Le pire étant que j’avais un bootleg de 1992 en K7 audio où Bach réalise en live une prestation pas loin d’égaler la version studio. À tomber par terre d’admiration…)




    Laisser un commentaire:


  • Torpedo
    a répondu
    Perso, One Second est mon album préféré du paradis perdu. Rien à jeter, un bijou

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Envoyé par Nono Red Devils Voir le message

    waouw....ça fait peut etre 20 ans que j'ai pas écouté cet album, j'ai eu peur qu'il ait mal vieilli
    effectivement la batterie, les différents roulements avant le chant, ça met dans l'ambiance,
    le bridge avec le rythme juste à la grosse caisse, je trouve que ça a un p'tit coté pop 80 genre the cure


    sinon...c'est quoi cette autre video ?
    le mec a un son de casserole sur sa caisse claire,et je crois qu'il est pas tres précis sur le tempo...
    Ce sont effectivement les roulements de l’intro que j’adore !

    Je venais de voir la vidéo des batteurs envoyée par le Boss, je surfais en regardant des vidéos de batterie, je cherche une cover de ces roulements que j’ai toujours kiffés et je tombe sur ce mec avec le chiffre maudit dans le pseudo. Et c’est tellement un massacre que ça m’a fait marrer.



    Pour le « four to the floor » à la grosse caisse, c’est effectivement très Goth Rock 80’s !
    PL l’a ressorti sur Obsidian dans la chanson Ghosts qui fleure le Sisters Of Mercy à plein nez.
    Et il est aussi dans la vitaminée Erased qui est toujours aussi énergisante en live avec ses battements de discothèque brumeuse de la période Goth.


    Laisser un commentaire:


  • Nono Red Devils
    a répondu
    Envoyé par Valke 1989 Voir le message
    Un des titres où la batterie est pour moi le kiff absolu du morceau (sur l’intro et sur les bridge qui tiennent lieu de « refrains ».)
    L’original



    Et la reprise avec un mec qui a le chiffre maudit de la Loire dans son pseudo et qui en paye donc le prix !

    waouw....ça fait peut etre 20 ans que j'ai pas écouté cet album, j'ai eu peur qu'il ait mal vieilli
    effectivement la batterie, les différents roulements avant le chant, ça met dans l'ambiance,
    le bridge avec le rythme juste à la grosse caisse, je trouve que ça a un p'tit coté pop 80 genre the cure


    sinon...c'est quoi cette autre video ?
    le mec a un son de casserole sur sa caisse claire,et je crois qu'il est pas tres précis sur le tempo...

    Laisser un commentaire:


  • Valke 1989
    a répondu
    Rush en fanfare. Déroutant. Et plutôt chouette !

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X