Annonce

Réduire

Le forum a été mis à jour, créez un nouveau mot de passe

Suite à la dernière mise à jour, vous devez créer un mot de passe unique avant de vous reconnecter à votre compte pour la première fois.
Il suffit de cliquer sur "S'identifier ou s'inscrire" en haut à droite de l'écran puis sur "Oubli de votre mot de passe ou de votre identifiant ?". Saisissez votre email OL, vous recevrez un email de réinitialisation de mot de passe. Une fois votre mot de passe créé, connectez-vous avec votre pseudo et votre nouveau mot de passe.

En cas de problème, n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client, nous pourrons vous accompagner dans la démarche.
Voir plus
Voir moins

Soutien scolaire, orientations et filières

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ishkarnaval
    a répondu
    Envoyé par zakouni Voir le message
    D'accord avec toi, Lokakilo qui était en S lui aussi devrait le confirmer.
    C'est surement en S où il y a le plus gros écart de niveau chez les générale je pense.
    Oui. Dans ma classe, il y avait de véritables "scientifiques" disons, avec d'excellents résultats en sciences. Et il y avait plein d'élèves plus ou moins à la rue. Dans chaque filière, on trouve des personnes excellentes et d'autres qui y vont car c'est justement "l'excellence" dont ils veulent faire partie.
    Si dans mon collège les classes euro avaient existé, j'y serais probablement allé alors que je suis une brêle en langue. Et la problématique de faire classer à des personnes de niveau différent aurait été la même.

    Envoyé par ilovetokyo Voir le message
    Les 1700 euros que je "sors" sont exactement le montant du chèque que j'ai fait pour que mon fils puisse passer les concours après 2 années de prépa commerciale dans le public . Cela lui donnait le droit de postuler aux 6 grandes écoles , à celles du "package" de 10 Ecricom plus 1 ou 2 écoles de sécurité pour être au moins autorisé à redoubler si non admissible dans les écoles qui l'intéressait .Vu ce qu'il a obtenu , mais qui n'était pas garanti avec le système de concours , nous aurions pu en effet faire baisser ce montant, excès de prudence qui doit permettre de revoir à la baisse ce montant annoncé pour ceux qui visent les grandes écoles mais pas pour ceux qui visent les autres .

    Je rajoute , au niveau des frais à supporter par les familles , qu'après les épreuves écrites , il faut aller se présenter pour les oraux et que là : il faut aller à Paris pour les plus chanceux , à Lyon , Nantes ,Lille, Grenoble etc et que ces coûts sont supportés par la famille et que les candidats n'ont aucune maîtrise des dates de convocation pour les grandes écoles ( par ex tu peux étre convoqué le lundi à Paris à HEC , le mardi à l'EM Lyon , le mercredi à Paris ESCP , le jeudi à Lille et le vendredi à Paris pour la 3ième école , un bel axe d'amélioration d'ailleurs à suivre de ce côté là pour optimiser les frais de sncf )

    Mon propos était de dire que rajouter 600 eur par an à ces familles ( et par là , j'entends toutes celles qui ne sont pas riches mais qui n'ont pas droit aux bourses sociales, les français moyens quoi ) n'étaient pas une mesure qui allait permettre de rendre ces formations plus accessibles , au contraire à l'époque on nous expliquait qu'il était judicieux de provisionner le montant économisé sur les frais d'inscription de l'enseignement supérieur car il serait nécessaire pour payer les droits d'inscription aux concours .
    Je ne parle en aucun cas de l'accès aux prépas privées , qui elles n'ont absolument pas la vocation d'être ouvertes à tous mais je parle des prépas publiques , et plus spécialement les prépas régionales qui sont celles qui doivent être accessibles à tous les élèves voulant prétendre à intégrer une grande école par le biais de l'éducation nationale .
    Alors commençons par noter les critères pour obtenir une bourse : avec un frère ou une soeur qui n'est pas dans l'enseignement supérieur, des études faites à moins de 30 km du domicile, des revenus à 40 000 bruts/an au niveau des parents, tu obtiens une bourse échelon 0, soit l'exonération des frais d'inscription. La première remarque sur le "français moyen", c'est qu'il a des revenus quand même corrects.

    Ensuite, je rappelle que les frais lors du passage des concours sont les mêmes pour les boursiers : ils doivent aussi se loger, se déplacer, et les bourses allant de 1000€ à 5500€, leur problème est encore plus important.

    Au niveau du coût d'un élève de prépa, il est de 15 000€ par an. A l'université, c'est 8000€ par an. Je doute encore que les élèves des deux filières payent le coût réel - ce qui est normal - et on en vient simplement à une situation un peu moins inégalitaire puisque la précédente consistait à ne pas faire payer ceux qui disposaient du plus de moyens.

    Pour conclure de manière très simple, si jamais tu estimes que ces prépas ne sont pas ouvertes à tous et notamment aux élèves des classes moyennes, alors elles sont encore moins ouvertes aux élèves des classes populaires, ce qui ne semblait pas offusquer plus que ça. Je ne dis pas ça pour te critiquer ou te jeter la pierre mais il faut bien réaliser que ce n'est pas facile pour grand monde et que les classes moyennes ne sont pas les plus à plaindre, bien au contraire.

    Ce que j'ai dit s'applique également aux écoles post-concours, qui ont d'ailleurs des tarifs immensément plus élevés que le prix de la prépa. Mais qui, d'un autre côté, te garantissent bien souvent un excellent emploi, ce qui n'est pas le cas de chaque filière. Et la bourse s'applique également, même si les frais à avancer restent quand même réels.

    Laisser un commentaire:


  • lokakilo
    a répondu
    Envoyé par ilovetokyo Voir le message
    Euh tu parles du coût prépa + école d'ingénieur soit école gratuite . Le prix du combo prépa + école de commerce n'est absolument pas le même , et se compte en plusieurs dizaine de milliers d'euros .
    Pour les inconscients qui choisissent de faire une prépa commerciale , on charge encore un peu les coûts de prépa et la très grande partie des élèves de cette filière , qui ont déjà un prêt étudiant sur les bras, devra rembourser ses études jusqu'à l'âge de 35 ans .
    Oui effectivement les écoles de commerces sont extrêmement chers (40 000€ pour le cursus HEC)...


    Les frais de scolarité annuels, compris entre 5 000 et 9 000 euros, sont un vrai investissement pour les familles. Pour autant, la qualité de services proposés par les écoles post bac explique facilement ce coût très largement supérieur à l’université : diversité des parcours, recherche, encadrement, accompagnement personnalisé, etc. « L’enseignement en France repose sur une culture de la gratuité, et souvent les parents nous questionnent sur les raisons d’un tel coût, précise Andrés Atenza. Il s’explique par le “service client” intellectuel de qualité que les écoles offrent aux étudiants, à travers la formation et l’accompagnement au cours de la carrière. » Pour autant, les écoles s’attachent à une politique sociale, notamment par le biais de l’apprentissage et des bourses (sur critères sociaux et au mérite). Parmi les écoles en pointe sur ce sujet, l’ESC Montpellier offre des bourses d’excellence qui financent la scolarité de plus de 30 étudiants sélectionnés sur des critères sociaux et scolaires, ainsi que des bourses au mérite. Elle propose également le cursus “job alterné” qui permet d’étudier 15 jours et de travailler 15 jours en dehors du cadre de l’apprentissage. De nombreuses écoles ont également noué des partenariats avec des établissements bancaires, pour des prêts d’étude à taux zéro. La voie de l’alternance est aussi un bon moyen pour suivre des études, avec l’exonération totale des droits de scolarité et un salaire moyen correspondant au SMIC. 130 places d’apprentissage par promotion sont disponibles à L’ESC Pau. « Ce sont donc 45 % des étudiants de 2e et de 3e années qui sont concernés, précise Jean-Pierre Lahille. Nous avons également 24 % de boursiers, qui pourront bénéficier dès la prochaine rentrée de 10 mois de loyer pris en charge par l’école. »

    Le Parisien

    Laisser un commentaire:


  • ilovetokyo
    a répondu
    Envoyé par lokakilo Voir le message
    Très étonnant ton montant de 1700€. Combien coûte l'inscription à 1 concours ? J'étais en prépa scientifque, l'inscription était ddans les concours: Le concours X-ENS (95€ le concours), le concours Mines-Pont (265€ le concours), le concours E3A (une centaine d'euro le concours) le concours Centrale (95€ par école), et les CCP (environ 180€).

    Alors si tu prends TOUT, c'est clair que ça te reviens cher, au alentour de 700€. Sachant que personne ne prends tout :
    - X-ENS à part les tout meilleurs, personne ne le tente
    - Mines-Pont là y'a tout le monde
    - E3A beaucoup le prenne pour la sécurité
    - Centrale : bah si les gens veulent Centrale oui, sinon non.
    - CCP : certains le prennent

    En gros je pense, en moyenne, ça fait 400€ pour un élève "normal" (et 0€ pour les boursiers, tout étant gratuit). Ca fait oui une somme, mais si on prend en compte les 5 ans de post bac, tu te retrouves à 3500€ au total si tu restes dans le public (qui est de toute façon bien supérieur au privé), et si tu es boursier, tu peux te retrouver à 0. En privé t'en a pour 50000€, dans les pays étrangers t'en a aussi pour un truc ce comptant en dizaine de millier d'euros, alors oui c'est pas totalement gratuit en France, mais à un moment faut pas exagérer. Le coût de la FAC sur 5 ans et le même que celui de la prépa+école sur 5 ans.

    Euh tu parles du coût prépa + école d'ingénieur soit école gratuite . Le prix du combo prépa + école de commerce n'est absolument pas le même , et se compte en plusieurs dizaine de milliers d'euros .
    Pour les inconscients qui choisissent de faire une prépa commerciale , on charge encore un peu les coûts de prépa et la très grande partie des élèves de cette filière , qui ont déjà un prêt étudiant sur les bras, devra rembourser ses études jusqu'à l'âge de 35 ans .

    Laisser un commentaire:


  • Edmond_Wells
    a répondu
    Envoyé par Lyo__ Voir le message
    La SVT c'est pour les gonzesses :grn:

    SSI c'est mieux, à mon époque l'élite préférait SSI. Les temps ont changé :-(:grn:
    Genre depuis quand la SVT c'est pour les gonzesse. Certes il y en a plus qu'en SI mais c'est ça l'intérêt :grn:

    Laisser un commentaire:


  • lokakilo
    a répondu
    Envoyé par ilovetokyo Voir le message
    Les 1700 euros que je "sors" sont exactement le montant du chèque que j'ai fait pour que mon fils puisse passer les concours après 2 années de prépa commerciale dans le public . Cela lui donnait le droit de postuler aux 6 grandes écoles , à celles du "package" de 10 Ecricom plus 1 ou 2 écoles de sécurité pour être au moins autorisé à redoubler si non admissible dans les écoles qui l'intéressait .Vu ce qu'il a obtenu , mais qui n'était pas garanti avec le système de concours , nous aurions pu en effet faire baisser ce montant, excès de prudence qui doit permettre de revoir à la baisse ce montant annoncé pour ceux qui visent les grandes écoles mais pas pour ceux qui visent les autres .

    Je rajoute , au niveau des frais à supporter par les familles , qu'après les épreuves écrites , il faut aller se présenter pour les oraux et que là : il faut aller à Paris pour les plus chanceux , à Lyon , Nantes ,Lille, Grenoble etc et que ces coûts sont supportés par la famille et que les candidats n'ont aucune maîtrise des dates de convocation pour les grandes écoles ( par ex tu peux étre convoqué le lundi à Paris à HEC , le mardi à l'EM Lyon , le mercredi à Paris ESCP , le jeudi à Lille et le vendredi à Paris pour la 3ième école , un bel axe d'amélioration d'ailleurs à suivre de ce côté là pour optimiser les frais de sncf )

    Mon propos était de dire que rajouter 600 eur par an à ces familles ( et par là , j'entends toutes celles qui ne sont pas riches mais qui n'ont pas droit aux bourses sociales, les français moyens quoi ) n'étaient pas une mesure qui allait permettre de rendre ces formations plus accessibles , au contraire à l'époque on nous expliquait qu'il était judicieux de provisionner le montant économisé sur les frais d'inscription de l'enseignement supérieur car il serait nécessaire pour payer les droits d'inscription aux concours .
    Je ne parle en aucun cas de l'accès aux prépas privées , qui elles n'ont absolument pas la vocation d'être ouvertes à tous mais je parle des prépas publiques , et plus spécialement les prépas régionales qui sont celles qui doivent être accessibles à tous les élèves voulant prétendre à intégrer une grande école par le biais de l'éducation nationale .
    Très étonnant ton montant de 1700€. Combien coûte l'inscription à 1 concours ? J'étais en prépa scientifque, l'inscription était ddans les concours: Le concours X-ENS (95€ le concours), le concours Mines-Pont (265€ le concours), le concours E3A (une centaine d'euro le concours) le concours Centrale (95€ par école), et les CCP (environ 180€).

    Alors si tu prends TOUT, c'est clair que ça te reviens cher, au alentour de 700€. Sachant que personne ne prends tout :
    - X-ENS à part les tout meilleurs, personne ne le tente
    - Mines-Pont là y'a tout le monde
    - E3A beaucoup le prenne pour la sécurité
    - Centrale : bah si les gens veulent Centrale oui, sinon non.
    - CCP : certains le prennent

    En gros je pense, en moyenne, ça fait 400€ pour un élève "normal" (et 0€ pour les boursiers, tout étant gratuit). Ca fait oui une somme, mais si on prend en compte les 5 ans de post bac, tu te retrouves à 3500€ au total si tu restes dans le public (qui est de toute façon bien supérieur au privé), et si tu es boursier, tu peux te retrouver à 0. En privé t'en a pour 50000€, dans les pays étrangers t'en a aussi pour un truc ce comptant en dizaine de millier d'euros, alors oui c'est pas totalement gratuit en France, mais à un moment faut pas exagérer. Le coût de la FAC sur 5 ans et le même que celui de la prépa+école sur 5 ans.

    Laisser un commentaire:


  • ilovetokyo
    a répondu
    Envoyé par lokakilo Voir le message
    Le prix d'inscription à la FAC de 600 et quelques euros par an je considère ça comme des études gratuites (10000€/an le privé hein) d'autant plus que l'inscription est bien moins cher (gratuite?) pour les élèves boursiers. De plus le 1700€ :confus::confus: C'est 90€ pour passer un concours de fin de prépa, je sais pas où tu vas chercher tes 1700€. Les concours sont totalement gratuits pour les boursiers.
    Les 1700 euros que je "sors" sont exactement le montant du chèque que j'ai fait pour que mon fils puisse passer les concours après 2 années de prépa commerciale dans le public . Cela lui donnait le droit de postuler aux 6 grandes écoles , à celles du "package" de 10 Ecricom plus 1 ou 2 écoles de sécurité pour être au moins autorisé à redoubler si non admissible dans les écoles qui l'intéressait .Vu ce qu'il a obtenu , mais qui n'était pas garanti avec le système de concours , nous aurions pu en effet faire baisser ce montant, excès de prudence qui doit permettre de revoir à la baisse ce montant annoncé pour ceux qui visent les grandes écoles mais pas pour ceux qui visent les autres .

    Je rajoute , au niveau des frais à supporter par les familles , qu'après les épreuves écrites , il faut aller se présenter pour les oraux et que là : il faut aller à Paris pour les plus chanceux , à Lyon , Nantes ,Lille, Grenoble etc et que ces coûts sont supportés par la famille et que les candidats n'ont aucune maîtrise des dates de convocation pour les grandes écoles ( par ex tu peux étre convoqué le lundi à Paris à HEC , le mardi à l'EM Lyon , le mercredi à Paris ESCP , le jeudi à Lille et le vendredi à Paris pour la 3ième école , un bel axe d'amélioration d'ailleurs à suivre de ce côté là pour optimiser les frais de sncf )

    Mon propos était de dire que rajouter 600 eur par an à ces familles ( et par là , j'entends toutes celles qui ne sont pas riches mais qui n'ont pas droit aux bourses sociales, les français moyens quoi ) n'étaient pas une mesure qui allait permettre de rendre ces formations plus accessibles , au contraire à l'époque on nous expliquait qu'il était judicieux de provisionner le montant économisé sur les frais d'inscription de l'enseignement supérieur car il serait nécessaire pour payer les droits d'inscription aux concours .
    Je ne parle en aucun cas de l'accès aux prépas privées , qui elles n'ont absolument pas la vocation d'être ouvertes à tous mais je parle des prépas publiques , et plus spécialement les prépas régionales qui sont celles qui doivent être accessibles à tous les élèves voulant prétendre à intégrer une grande école par le biais de l'éducation nationale .

    Laisser un commentaire:


  • Miss-OL-Juni
    a répondu
    J'étais étudiante il n'y a encore pas très longtemps, les frais d'inscription à l'IUT / la Fac étaient inférieurs à 200€ pour l'année. Sachant qu'effectivement, si tu es boursier (peu importe l'echelon) tu ne les payais pas.

    Laisser un commentaire:


  • lokakilo
    a répondu
    Envoyé par ilovetokyo Voir le message
    Lecture très rapide et peu de temps dans l'immédiat pour répondre à Ishkar particulièrement .

    Mais , Lokakilo : les prépas ne sont plus gratuites , il y a encore 5 ans pour sûr c'était complétement gratuit ( except pour les prépas littéraires pour lesquelles il était plus que fortement conseillé aux élèves de s'inscrire dès la rentrée en fac de lettres pour assurer leurs arrières vu le niveau de sélection national) . Aujourd'hui les élèves de prépa paient tous les ans le même montant que les élèves qui suivent des cours en fac et cette mesure , qui se veut en apparence égalitaire si l'on considère qu'il est acquis pour presque tout le monde ( à tort à mon sens) que ces élèves ne sont qu' issus des classes sociales privilégiées mais qui est, en fait, une illustration parfaite de comment bien fermer une filière d'élite aux milieux dit défavorisés qui y avaient plus accès avec cette gratuité .
    Il ne faut pas oublier que les élèves des classes prépas paient des droits d'inscription pour passer les concours qu'ils préparent pendant 2 années, et que ce montant correspond à peu de chose près à l'équivalent de 2 années de droits d'inscription en fac ou autres écoles , concrètement aujourd'hui pour les familles de ces jeunes , il faut être en mesure de sortir tous les ans le montant d'une inscription en fac puis un chèque de fin d'études de 1700 euros pour que les gamins puissent passer les concours .
    On a réussi l'exploit de faire doubler le montant de prise en charge par les familles de ces 2 années d'étude et cela devrait contribuer à favoriser l'égalité des chances d'accès à ces filières ?
    Le prix d'inscription à la FAC de 600 et quelques euros par an je considère ça comme des études gratuites (10000€/an le privé hein) d'autant plus que l'inscription est bien moins cher (gratuite?) pour les élèves boursiers. De plus le 1700€ :confus::confus: C'est 90€ pour passer un concours de fin de prépa, je sais pas où tu vas chercher tes 1700€. Les concours sont totalement gratuits pour les boursiers.

    Laisser un commentaire:


  • ilovetokyo
    a répondu
    Lecture très rapide et peu de temps dans l'immédiat pour répondre à Ishkar particulièrement .

    Mais , Lokakilo : les prépas ne sont plus gratuites , il y a encore 5 ans pour sûr c'était complétement gratuit ( except pour les prépas littéraires pour lesquelles il était plus que fortement conseillé aux élèves de s'inscrire dès la rentrée en fac de lettres pour assurer leurs arrières vu le niveau de sélection national) . Aujourd'hui les élèves de prépa paient tous les ans le même montant que les élèves qui suivent des cours en fac et cette mesure , qui se veut en apparence égalitaire si l'on considère qu'il est acquis pour presque tout le monde ( à tort à mon sens) que ces élèves ne sont qu' issus des classes sociales privilégiées mais qui est, en fait, une illustration parfaite de comment bien fermer une filière d'élite aux milieux dit défavorisés qui y avaient plus accès avec cette gratuité .
    Il ne faut pas oublier que les élèves des classes prépas paient des droits d'inscription pour passer les concours qu'ils préparent pendant 2 années, et que ce montant correspond à peu de chose près à l'équivalent de 2 années de droits d'inscription en fac ou autres écoles , concrètement aujourd'hui pour les familles de ces jeunes , il faut être en mesure de sortir tous les ans le montant d'une inscription en fac puis un chèque de fin d'études de 1700 euros pour que les gamins puissent passer les concours .
    On a réussi l'exploit de faire doubler le montant de prise en charge par les familles de ces 2 années d'étude et cela devrait contribuer à favoriser l'égalité des chances d'accès à ces filières ?

    Laisser un commentaire:


  • Lyo__
    a répondu
    Envoyé par lokakilo Voir le message
    Bah disons que les horaires ne sont pas du tous les mêmes (y'a énormément de SI en SSI et pas de SVT, alors qu'il n'y a pas de SI en SSVT) et le programme n'est pas le même, et pour x raisons, le niveau du SSVT est meilleur que du SSI (peut être :confus: parce que la SSI est plutôt vu comme une filiale moins généraliste et plus technologique, une sorte d'hybride STI/SSVT)
    La SVT c'est pour les gonzesses :grn:

    SSI c'est mieux, à mon époque l'élite préférait SSI. Les temps ont changé :-(:grn:

    Laisser un commentaire:


  • zakouni
    a répondu
    Envoyé par abcedaire69 Voir le message
    Qui a un problème avec les S ici ?

    On est les meilleurs et puis c'est tout ! :grn:
    Bah justement, je crois que toute les personnes sur la page ont fait S. :grn:

    Envoyé par lokakilo Voir le message
    Bah disons que les horaires ne sont pas du tous les mêmes (y'a énormément de SI en SSI et pas de SVT, alors qu'il n'y a pas de SI en SSVT) et le programme n'est pas le même, et pour x raisons, le niveau du SSVT est meilleur que du SSI (peut être :confus: parce que la SSI est plutôt vu comme une filiale moins généraliste et plus technologique, une sorte d'hybride STI/SSVT)
    Et oui, d'accord avec toi, et je rajoutes que le nombre d'établissement proposant SSVT est plus important que le nombre d'établissement proposant SSI.

    Laisser un commentaire:


  • lokakilo
    a répondu
    Envoyé par zakouni Voir le message
    Oui, c'est vrai pour ta comparaison avec S, STI et STMG, mais c'est pas les même domaine en même temps.:grn:
    La 3e c'est S agricole je crois un nom dans le genre.
    Et y a une différence entre SSI ET SSVT ?
    Bah disons que les horaires ne sont pas du tous les mêmes (y'a énormément de SI en SSI et pas de SVT, alors qu'il n'y a pas de SI en SSVT) et le programme n'est pas le même, et pour x raisons, le niveau du SSVT est meilleur que du SSI (peut être :confus: parce que la SSI est plutôt vu comme une filiale moins généraliste et plus technologique, une sorte d'hybride STI/SSVT)

    Laisser un commentaire:


  • abcedaire69
    a répondu
    Qui a un problème avec les S ici ?

    On est les meilleurs et puis c'est tout ! :grn:

    Laisser un commentaire:


  • zakouni
    a répondu
    Envoyé par lokakilo Voir le message
    Oui comme j'ai dis précédemment la S n'est pas homogène, mais elle est plus homogène qu'une classe mélangeant S, STI et STMG. Mais je pense qu'il faut rajouter des filiales, on a déjà S.SVT, S.SI (et y'en a une autre aussi je crois mais je sais plus) et y'a une plutôt grosse différence entre les deux, mais ce n'est pas encore suffisant. Un système d'unité d'enseignement en première et terminale serai le bienvenu (dans la mesure du raisonnable hein, les élèves ne sont pas encore en étude supérieur, il doit y avoir un socle commun très fort).
    Oui, c'est vrai pour ta comparaison avec S, STI et STMG, mais c'est pas les même domaine en même temps.:grn:
    La 3e c'est S agricole je crois un nom dans le genre.
    Et y a une différence entre SSI ET SSVT ?

    Laisser un commentaire:


  • lokakilo
    a répondu
    Envoyé par zakouni Voir le message
    Bah j'ai du tomber sur une génération de merde dans mon lycée qui est pourtant pas mal classé alors.:grn:

    Mais franchement, généralement les personnes qui y vont c'est les personnes qui bossent, mais c'est pas forcément les personnes plus aisés dans le domaine et qui bossent.

    Edit :

    D'accord avec toi, Lokakilo qui était en S lui aussi devrait le confirmer.
    C'est surement en S où il y a le plus gros écart de niveau chez les générale je pense.

    HS : Il y a des personnes qui passent le Bac cette année, qui ouvrirait le topic ?
    Oui comme j'ai dis précédemment la S n'est pas homogène, mais elle est plus homogène qu'une classe mélangeant S, STI et STMG. Mais je pense qu'il faut rajouter des filiales, on a déjà S.SVT, S.SI (et y'en a une autre aussi je crois mais je sais plus) et y'a une plutôt grosse différence entre les deux, mais ce n'est pas encore suffisant. Un système d'unité d'enseignement en première et terminale serai le bienvenu (dans la mesure du raisonnable hein, les élèves ne sont pas encore en étude supérieur, il doit y avoir un socle commun très fort).

    Laisser un commentaire:


  • lokakilo
    a répondu
    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    Oui enfin ce n'est pas si simple que ça le truc du "Il y a les meilleurs d'un côté et les moins bons de l'autre". Regarde, en S, on dit qu'il y a les meilleurs scientifiques mais il y a des écarts monstres entre les élèves. Les classes vraiment homogènes, c'est très rare et si jamais ça arrive, c'est un choix de répartition des élèves.
    Nous ça n'arrive jamais effectivement, sauf peut-être, dans les études supérieur, dans les cursus ultra-selectif (enfin dans les ParisTech quoi) mais clairement, une classe de S est bien plus homogène qu'une classe regroupant les S, les STI et les STMG. Et de même, pour rester dans l'anglais (ou autre) européen, une classe d'anglais européen est en anglais bien plus homogène qu'une classe regroupant tous les élèves (en théorie en tout cas, c'était le cas en pratique dans mon lycée, ce n'était apparemment pas le cas en pratique dans le lycée de Zakouni, mais ça c'est autre chose encore).

    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    Non, justement dans mon bahut, comme dans beaucoup d'autres, il n'y avait pas de classe euro. Et la réforme, bien que je n'en sois pas partisan, est notamment dans la volonté de favoriser un peu ceux qui ne sont pas dans ce cas de figure, même si je trouve ridicule de commencer une nouvelle langue juste un an après la première.
    Ce n'était pas le cas et tu dis toi même que la prof d'anglais favorisait les meilleurs élèves en laissant les moins bons à la ramasse, donc en extrapolant, on peut vraisemblablement conjecturer que ça deviendra comme ça aussi pour les lycées qui ont actuellement des classes européennes si ces dernières sont supprimés. Ipso facto la solution serai de créer des classes européennes dans tous les lycées plutôt que de les supprimer dans tous. Alors après oui, si ça coûte trop cher (c'est bien possible hein), autant ne pas en supprimer, même si ça laisserai une inégalité entre les lycées, vaut quand même mieux avoir une moitié de lycées "bons" en ce qui concerne les langues et une autre moitié "mauvaise" plutôt que tous les lycées "mauvais" (bon je schématise évidement).

    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    Pour le reste du débat, et pour faire court car ce n'est pas le lieu, je pourrais dire l'inverse de la droite : favorisons les élites que les positions sociales restent maintenues. Nous sommes dans une société de concurrence. Il me semble tout à fait logique, quand certaines personnes naissent dans des milieux moins favorisés, de pouvoir leur donner un peu plus de moyens afin de leur laisser l'opportunité de rattraper leur retard.
    La redistribution des heures de la réforme, qu'on n'évoque pas ici et qui est pourtant potentiellement bien plus choquante, est exactement dans cet état d'esprit.
    Ah oui, tu peux tout à faire dire l'inverse de la droite, pas de problème, et je suis totalement pour le fait d'aider les personnes défavorisé, mais le socialisme n'aide pas ces personnes, il tente de les mettre au même niveau que les personnes plus favorisés, ce n'est pas la même chose. Et quitte à choisir entre une politique de nivellement par le bas qui n'aide pas les défavorisés mais qui font chuter les plus favorisés et une politique de nivellement par le haut qui n'aide pas plus que le socialisme les personnes défavorisés mais qui ne tente pas d'abaisser les personnes favorisés, mon choix est vite fait.

    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    De plus, la question du nivellement par le bas me semble fausse. On ne fait pas ici face à une volonté de supprimer la notion d'élite mais on est dans une gestion d'un budget et d'heures à répartir. Dit différemment, on doit choisir, quand les poches sont vides, entre laisser toujours des classes très favorisées, ou donner un peu plus de moyens à des personnes qui peuvent le mériter. Parce-que par exemple, la redistribution des heures, c'est donner plus de moyens à des zones géographiques où l'on peut trouver des élèves tout à fait méritants mais qui n'ont pas les moyens d'habiter à un autre endroit. Exactement comme un enfant qui n'aurait pas la possibilité d'aller dans une classe européenne.
    Pour ta première phrase, non justement, la raison de l'envie de la suppression des classes européennes n'est pas d'ordre économique ou social, c'est simplement car la gauche les considère comme trop élitiste.

    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    Enfin, sur la question des notes, on peut estimer qu'elles n'apportent pas de motivation aux élèves et qu'elles sont contreproductives. Ce n'est pas la volonté de dire "Machun et égal à untel" mais à supprimer quelque-chose qui serait contreproductif pour tous. Ca n'a pas été appliqué de toute façon.
    Les notes permettent d'évaluer objectivement la qualité de rendu d'un élève, ça permet aussi de se comparer aux autres (CE QUI EST UNE BONNE CHOSE POUR LEDIT ELEVE), ça permet d'observer très simplement et très justement l'évolution d'un élève, ça permet de mettre l'élève dans une situation constante d'évaluation et de compétition (ou en tout cas de comparaison) qu'il retrouvera dans le monde professionnel, et ça ne l'enfermera pas dans un système américain nullissime de bisounours comme quoi tout le monde est bon (avec un élève américain qui a 18 aux USA se retrouvent à 11 de moyenne en France quoi).

    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    Sinon, c'est quoi cette volonté de suppression des classes prépa ? Je n'en ai pas entendu parler. La seule chose que je sais, c'est qu'un élève de prépa coûte plus cher que les autres élèves. Est-ce que c'est forcément mérité, donc doit être immuable ?
    A quel moment justifier d'une inégalité de connaissances imputable à l'enfant et donc autorisant une inégalité dans les soins accordés à celui-ci ? Si on créait une prépa au collège avec plus de moyens pour ces enfants, serait-ce légitime ? Au lycée ? Après le lycée ? Ce n'est pas une question évidente.
    Je ne sais plus où j'ai lu ça mais ça n'a pas donné grand chose. Oui la prépa (enfin les prépas parisiennes notamment + d'autres comme les Lazaristes à Lyon ou la prépa des INP à Grenoble) est élitiste (car les petites prépas de province ne sont pas élitiste, mais leur niveau est clairement en dessous) en ce qui concerne le niveau scolaire des élèves (une prépa est gratuite faut-il le rappeler, alors certes, il y a souvent une corrélation entre niveau social et niveau scolaire, mais c'est pas de la faute des prépas), mais à un moment, faut arrêter dans vivre dans un monde de bisournous, oui la prépa est élitiste, comme beaucoup d'autres choses dans le monde, mais c'est normal, que les meilleurs élèves aillent dans les meilleurs écoles et que les moins bons aillent dans les moins bonnes est d'une logique élémentaire et tout à fait normal A CONDITION que tous les élèves aient les mêmes chances, et la France est sans doute le pays où c'est le plus le cas dans le monde malgré tout ce qu'on peut dire, même si ce n'est pas du tout parfait. Après, en moyenne, un élève de prépa+ grande école va gagner + d'argent plus tard qu'un autre élève (en moyenne hein) donc c'est normal que l'Etat donne plus d'argent pour l'éducation de cet élève puisqu'il rapportera plus à l'Etat plus tard. C'est un investissement à long terme tout simplement.
    Dernière modification par lokakilo, 16/04/2015, 21h05.

    Laisser un commentaire:


  • zakouni
    a répondu
    Envoyé par lokakilo Voir le message


    Etonnant, ce n'était pas du tout le cas dans mon lycée sauf cas exceptionnels :dt:

    Bah j'ai du tomber sur une génération de merde dans mon lycée qui est pourtant pas mal classé alors.:grn:

    Mais franchement, généralement les personnes qui y vont c'est les personnes qui bossent, mais c'est pas forcément les personnes plus aisés dans le domaine et qui bossent.

    Edit :
    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    Oui enfin ce n'est pas si simple que ça le truc du "Il y a les meilleurs d'un côté et les moins bons de l'autre". Regarde, en S, on dit qu'il y a les meilleurs scientifiques mais il y a des écarts monstres entre les élèves. Les classes vraiment homogènes, c'est très rare et si jamais ça arrive, c'est un choix de répartition des élèves.
    D'accord avec toi, Lokakilo qui était en S lui aussi devrait le confirmer.
    C'est surement en S où il y a le plus gros écart de niveau chez les générale je pense.

    HS : Il y a des personnes qui passent le Bac cette année, qui ouvrirait le topic ?
    Dernière modification par zakouni, 16/04/2015, 21h00.

    Laisser un commentaire:


  • Ishkarnaval
    a répondu
    Envoyé par lokakilo Voir le message
    Bah c'est bien à ce problème que remédie les classes européennes ! Le prof fait le cours pour les meilleurs MAIS il n'y a que les "meilleurs" dans sa classe, et pendant ce temps, une autre prof (ou la même d'ailleurs) fait un cours pour les moins bons, comme ça, ça fait progresser les moins bons tout en handicapant pas les meilleurs. Après, si ta prof faisait des cours pour les meilleurs en classe non-européenne alors qu'il y avait une classe européenne dans ton lycée, c'est que ta prof était mauvaise, mais ça c'est autre chose. Par contre avec une suppression des classes européennes, on a deux scénarios possible (qui dépendront des profs probablement) : un cours d'un bas niveau qui feront stagner les meilleurs ou un cours de haut-niveau qui détruiront les moins bons. Aucun scénario positif.

    Mais le nivellement pas le bas, ce n'est pas à cause de cette idée de mesure de suppression des classes européennes, c'est juste ma définition, en tout instant, du socialisme, ça l'a toujours été et ça le sera toujours, "appauvrissons les riches, abrutissons les intelligents, comme ça, tout le monde sera égaux !". Rien que pour rester dans le scolaire et sans remonter très loin : les idées de suppression des notes, trop sélectif, ou encore de réforme des classes préparatoires, trop élitiste.... tellement pathétique.

    D'ailleurs, je ne sais plus qui a dit ça il y a quelques posts de cela, mais -apparemment - la raison de la volonté de la suppression des classes préparatoires est parce que ces dernières sont trop élitistes ! On croit rêver. Allons tous en SEGPA, supprimons le collège, c'est bien trop élitiste voyons.
    Oui enfin ce n'est pas si simple que ça le truc du "Il y a les meilleurs d'un côté et les moins bons de l'autre". Regarde, en S, on dit qu'il y a les meilleurs scientifiques mais il y a des écarts monstres entre les élèves. Les classes vraiment homogènes, c'est très rare et si jamais ça arrive, c'est un choix de répartition des élèves.

    Non, justement dans mon bahut, comme dans beaucoup d'autres, il n'y avait pas de classe euro. Et la réforme, bien que je n'en sois pas partisan, est notamment dans la volonté de favoriser un peu ceux qui ne sont pas dans ce cas de figure, même si je trouve ridicule de commencer une nouvelle langue juste un an après la première.

    Pour le reste du débat, et pour faire court car ce n'est pas le lieu, je pourrais dire l'inverse de la droite : favorisons les élites que les positions sociales restent maintenues. Nous sommes dans une société de concurrence. Il me semble tout à fait logique, quand certaines personnes naissent dans des milieux moins favorisés, de pouvoir leur donner un peu plus de moyens afin de leur laisser l'opportunité de rattraper leur retard.
    La redistribution des heures de la réforme, qu'on n'évoque pas ici et qui est pourtant potentiellement bien plus choquante, est exactement dans cet état d'esprit.

    De plus, la question du nivellement par le bas me semble fausse. On ne fait pas ici face à une volonté de supprimer la notion d'élite mais on est dans une gestion d'un budget et d'heures à répartir. Dit différemment, on doit choisir, quand les poches sont vides, entre laisser toujours des classes très favorisées, ou donner un peu plus de moyens à des personnes qui peuvent le mériter. Parce-que par exemple, la redistribution des heures, c'est donner plus de moyens à des zones géographiques où l'on peut trouver des élèves tout à fait méritants mais qui n'ont pas les moyens d'habiter à un autre endroit. Exactement comme un enfant qui n'aurait pas la possibilité d'aller dans une classe européenne.

    Enfin, sur la question des notes, on peut estimer qu'elles n'apportent pas de motivation aux élèves et qu'elles sont contreproductives. Ce n'est pas la volonté de dire "Machun et égal à untel" mais à supprimer quelque-chose qui serait contreproductif pour tous. Ca n'a pas été appliqué de toute façon.

    Sinon, c'est quoi cette volonté de suppression des classes prépa ? Je n'en ai pas entendu parler. La seule chose que je sais, c'est qu'un élève de prépa coûte plus cher que les autres élèves. Est-ce que c'est forcément mérité, donc doit être immuable ?
    A quel moment justifier d'une inégalité de connaissances imputable à l'enfant et donc autorisant une inégalité dans les soins accordés à celui-ci ? Si on créait une prépa au collège avec plus de moyens pour ces enfants, serait-ce légitime ? Au lycée ? Après le lycée ? Ce n'est pas une question évidente.

    Laisser un commentaire:


  • Ishkarnaval
    a répondu
    Envoyé par thekiller69 Voir le message
    C'est sûr qu'en France de par notre culture, on n'est pas très avantagé au niveau de l'anglais...

    Sinon en ce qui concerne le programme d'anglais, ce que j'avance n'est pas de retranscrire complètement le programme en anglais, mais par exemple, si tu abordes la guerre de cent ans en cours d'histoire, ça pourrait être intéressant de le revoir en anglais, tu pourrais bénéficier des deux cultures en plus... Puis même sans aborder le même sujet, le fait utiliser des termes économiques en Français et en anglais, ça aide, pareil pour les matières scientifiques, idem en géo, etc... Il me semble que tu peux associer le programme avec l'anglais tout en bénéficiant d'une culture anglo-saxonne.
    Ca reste du moins encore très utopique, mais je pense que le fait de partir d'un thème qui n'est pas étranger aux élèves, pour les orienter vers une autre culture peut être un moyen assez efficace. Après comme tu le dis, certains élèves sont naturellement curieux et chercheront automatiquement à découvrir de nouvelles cultures, mais c'est loin d'être le cas de tout le monde et le fait de pousser les élèves dès leur plus jeune âge vers d'autres cultures peut être que positif pour l'ouverture d'esprit, sans parler évidemment de l'obtention de nouvelles connaissances.
    C'est une bonne idée mais il y aurait des difficultés dans l'application. Il faudrait déjà que les profs d'anglais soient compétents pour enseigner ces choses.
    Ensuite, ça peut créer des décalages et créer des redondances chez les élèves. S'ils n'aiment pas la matière initiale, ils peuvent ne pas aimer l'anglais. De plus, c'est un exercice difficile, et il faudra dans tous les cas faire de la grammaire.

    A la limite, ce que je reproche plus à notre enseignement, c'est la faible part accordée à l'oral. En Allemagne, quand j'ai commencé l'espagnol, on ne faisait quasiment que de l'oral. Tu fais des phrases, on te corrige et en fait tu apprends... à parler, tout simplement. C'est directement valorisable et bien plus agréable.

    Laisser un commentaire:


  • lokakilo
    a répondu
    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message

    Lokalilo : Le nivellement par le bas, c'est un bien grand mot. Dans la pratique, en tant que germaniste, je peux te donner une réalité qui était la mienne au lycée : une prof d'allemand qui tenait à faire son programme, qui faisait son cours pour les meilleurs et, année après année, des élèves en échec dans la langue. Donc au final, soit tu nivelles par le bas comme tu dis en prenant un peu plus de temps sur des acquis, soit tu ne le fais pas et tu exclus dans ce cas beaucoup, beaucoup de monde.
    L'école qui doit être ouverte à tous, pour le coup, c'est pas Hollande qui l'a inventée.
    Bah c'est bien à ce problème que remédie les classes européennes ! Le prof fait le cours pour les meilleurs MAIS il n'y a que les "meilleurs" dans sa classe, et pendant ce temps, une autre prof (ou la même d'ailleurs) fait un cours pour les moins bons, comme ça, ça fait progresser les moins bons tout en handicapant pas les meilleurs. Après, si ta prof faisait des cours pour les meilleurs en classe non-européenne alors qu'il y avait une classe européenne dans ton lycée, c'est que ta prof était mauvaise, mais ça c'est autre chose. Par contre avec une suppression des classes européennes, on a deux scénarios possible (qui dépendront des profs probablement) : un cours d'un bas niveau qui feront stagner les meilleurs ou un cours de haut-niveau qui détruiront les moins bons. Aucun scénario positif.

    Mais le nivellement pas le bas, ce n'est pas à cause de cette idée de mesure de suppression des classes européennes, c'est juste ma définition, en tout instant, du socialisme, ça l'a toujours été et ça le sera toujours, "appauvrissons les riches, abrutissons les intelligents, comme ça, tout le monde sera égaux !". Rien que pour rester dans le scolaire et sans remonter très loin : les idées de suppression des notes, trop sélectif, ou encore de réforme des classes préparatoires, trop élitiste.... tellement pathétique.

    D'ailleurs, je ne sais plus qui a dit ça il y a quelques posts de cela, mais -apparemment - la raison de la volonté de la suppression des classes préparatoires est parce que ces dernières sont trop élitistes ! On croit rêver. Allons tous en SEGPA, supprimons le collège, c'est bien trop élitiste voyons.

    Envoyé par zakouni Voir le message
    Sans melon, je pense avoir un niveau beaucoup plus élevé que le 3/4 des élèves de ma classe qui faisait européenne l'année dernière.

    Pour le TOEIC bridge, qui est certes un diplome d'un niveau assez faible, j'ai eu la meilleure note possible, j'étais pas le seul, et pourtant la plupart des personnes n'ont pas fais classe euro non plus.
    Et au contraire ceux qui ont fait classe euro ont aussi eu des bonnes notes, mais pas vraiment les meilleures note.
    Etonnant, ce n'était pas du tout le cas dans mon lycée sauf cas exceptionnels :dt:

    Envoyé par thekiller69 Voir le message
    C'est sûr qu'en France de par notre culture, on n'est pas très avantagé au niveau de l'anglais...

    Sinon en ce qui concerne le programme d'anglais, ce que j'avance n'est pas de retranscrire complètement le programme en anglais, mais par exemple, si tu abordes la guerre de cent ans en cours d'histoire, ça pourrait être intéressant de le revoir en anglais, tu pourrais bénéficier des deux cultures en plus... Puis même sans aborder le même sujet, le fait utiliser des termes économiques en Français et en anglais, ça aide, pareil pour les matières scientifiques, idem en géo, etc... Il me semble que tu peux associer le programme avec l'anglais tout en bénéficiant d'une culture anglo-saxonne.
    Ca reste du moins encore très utopique, mais je pense que le fait de partir d'un thème qui n'est pas étranger aux élèves, pour les orienter vers une autre culture peut être un moyen assez efficace. Après comme tu le dis, certains élèves sont naturellement curieux et chercheront automatiquement à découvrir de nouvelles cultures, mais c'est loin d'être le cas de tout le monde et le fait de pousser les élèves dès leur plus jeune âge vers d'autres cultures peut être que positif pour l'ouverture d'esprit, sans parler évidemment de l'obtention de nouvelles connaissances.
    En classe européenne, on fait exactement ça :oui: Dans les cours d'histoire euro (qui vont avec les cours d'anglais euro), on fait de l'histoire (tout le cours en anglais bien sûr) du point de vue anglophone. En terminal et première on a vu par exemple la guerre de 100 ans du côté anglais puisque tu en parles, ainsi que les années Thatcher (d'un point de vu historique, politique et économique) au Royaume Unis, on a vu l'empire britannique, la guerre froide du point de vue américain, on a vu les global cities (ville-monde) en géographie avec Londres, enfin bref, en classe euro on fait tout ce que tu dis qui est utopique !
    Dernière modification par lokakilo, 16/04/2015, 19h57.

    Laisser un commentaire:


  • thekiller69
    a répondu
    Envoyé par Ishkarnaval Voir le message
    B]Thekiller[/B] : Il y a aussi tout ce qui dépend du cadre hors-scolaire. Si tu vas à l'étranger, les pays où la culture anglaise est plus favorisée, par exemple avec les programmes en VO, tout de suite, ça aide. Commencer également plus tôt l'apprentissage de la langue. Ensuite, si pour certains, faire le programme en anglais peut sembler une bonne idée, c'est lent, difficile à coordonner, et certains élèves aiment au contraire beaucoup la découverte d'une autre culture.
    C'est sûr qu'en France de par notre culture, on n'est pas très avantagé au niveau de l'anglais...

    Sinon en ce qui concerne le programme d'anglais, ce que j'avance n'est pas de retranscrire complètement le programme en anglais, mais par exemple, si tu abordes la guerre de cent ans en cours d'histoire, ça pourrait être intéressant de le revoir en anglais, tu pourrais bénéficier des deux cultures en plus... Puis même sans aborder le même sujet, le fait utiliser des termes économiques en Français et en anglais, ça aide, pareil pour les matières scientifiques, idem en géo, etc... Il me semble que tu peux associer le programme avec l'anglais tout en bénéficiant d'une culture anglo-saxonne.
    Ca reste du moins encore très utopique, mais je pense que le fait de partir d'un thème qui n'est pas étranger aux élèves, pour les orienter vers une autre culture peut être un moyen assez efficace. Après comme tu le dis, certains élèves sont naturellement curieux et chercheront automatiquement à découvrir de nouvelles cultures, mais c'est loin d'être le cas de tout le monde et le fait de pousser les élèves dès leur plus jeune âge vers d'autres cultures peut être que positif pour l'ouverture d'esprit, sans parler évidemment de l'obtention de nouvelles connaissances.

    Laisser un commentaire:


  • zakouni
    a répondu
    Envoyé par lokakilo Voir le message
    A bon ? :dt:
    Moi dans mon lycée (l'année dernière) y'avais une grosse différence de niveau d'anglais entre les euros et les non-euros (sauf quelques exceptions très isolées)
    Sans melon, je pense avoir un niveau beaucoup plus élevé que le 3/4 des élèves de ma classe qui faisait européenne l'année dernière.

    Pour le TOEIC bridge, qui est certes un diplome d'un niveau assez faible, j'ai eu la meilleure note possible, j'étais pas le seul, et pourtant la plupart des personnes n'ont pas fais classe euro non plus.
    Et au contraire ceux qui ont fait classe euro ont aussi eu des bonnes notes, mais pas vraiment les meilleures note.

    Laisser un commentaire:


  • Ishkarnaval
    a répondu
    Envoyé par ilovetokyo Voir le message
    Personne pour commenter la suppression des classes bilingues au collège ? Pourtant cela ressemble fort à une mesure de nivellement par le bas. Il est vrai que cela sera à coup sûr un des éléments majeurs de la campagne de l'opposition pour les présidentielles de 2017 et qu'une nouvelle majorité s'empressera de les remettre en place .
    Avant d'exprimer les avis sur la question, il faut rappeler la justification de la chose. C'est dans la droite ligne d'accorder plus de moyens aux collèges véritablement en difficulté, et ici, c'est dans une volonté de rendre plus précoce l'apprentissage de la LV2 - dès la cinquième - pour les cursus classiques.
    Donc en rare côté positif, c'est aussi la possibilité pour certains d'apprendre plus tôt une langue, pour les endroits où il n'y a pas de classe euro. Par contre, ça fait aussi moins de langues en quatrième et troisième, même si au total, il y en aura plus.

    Sinon en autre réforme qui est importante et qui n'a pas été évoqué, c'est qu'il est prévu de faire un total d'heures à donner sur l'ensemble du collège. On pourrait faire, théoriquement, 100 heures d'une matière une année et 300 une autre. Plus de flexibilité en quelque-sorte, mais il est difficile d'y trouver des choses positives.

    Izzumo : Quand on voit le niveau des élèves en français et anglais, insister là-dessus ne serait pas plus mal effectivement.

    Thekiller : Il y a aussi tout ce qui dépend du cadre hors-scolaire. Si tu vas à l'étranger, les pays où la culture anglaise est plus favorisée, par exemple avec les programmes en VO, tout de suite, ça aide. Commencer également plus tôt l'apprentissage de la langue. Ensuite, si pour certains, faire le programme en anglais peut sembler une bonne idée, c'est lent, difficile à coordonner, et certains élèves aiment au contraire beaucoup la découverte d'une autre culture.

    Lokalilo : Le nivellement par le bas, c'est un bien grand mot. Dans la pratique, en tant que germaniste, je peux te donner une réalité qui était la mienne au lycée : une prof d'allemand qui tenait à faire son programme, qui faisait son cours pour les meilleurs et, année après année, des élèves en échec dans la langue. Donc au final, soit tu nivelles par le bas comme tu dis en prenant un peu plus de temps sur des acquis, soit tu ne le fais pas et tu exclus dans ce cas beaucoup, beaucoup de monde.
    L'école qui doit être ouverte à tous, pour le coup, c'est pas Hollande qui l'a inventée.

    Envoyé par ilovetokyo
    Je suis assez d'accord avec ça , j'ai personnellement du mal à voir en quoi le fait d'empêcher une partie des gamins d'apprendre simultanément 2 langues vivantes à partir de la 6ième puis d'aller plus loin , s'ils en ont la capacité , dans l'apprentissage de l'anglais avec des méthodes différentes peut résoudre le problème du niveau d''anglais de tous les petits français .
    Appauvrir les riches ne suffit pas pour enrichir les pauvres .
    Là, tu enchaînes quand même les gros clichés. C'est une redistribution d'heures, ni plus ni moins. Ce n'est pas résoudre le problème de tous les petits français, c'est donner un peu plus d'heures à ceux qui ne composent pas cette élite.

    Après, crois-moi, pour être dans ce milieu, les riches sont relativement peu "appauvris". Les parents suivent, il y a des fois du soutien scolaire, c'est incomparable par rapport à des gamins qui n'ont aucune économie, aucun soutien des parents et dont les heures en établissement seront les seules heures possibles de travail.

    Pour le coup de favoriser le privé, je ne pense pas que ça y change grand chose. Du moment qu'on estime que son gamin est gagnant avec un meilleur niveau d'ensemble, un peu plus de pression en contrepartie de ne se confronter qu'à une partie des personnes qui l'entourent vraiment, classe euro ou non, tu y vas.

    Laisser un commentaire:


  • lokakilo
    a répondu
    Envoyé par zakouni Voir le message
    Je te crois, mais maintenant, malheureusement pour moi il n'y a pas de différence notable de niveau d'anglais entre un élève en classe européenne et un élève qui n'y est pas.
    A bon ? :dt:
    Moi dans mon lycée (l'année dernière) y'avais une grosse différence de niveau d'anglais entre les euros et les non-euros (sauf quelques exceptions très isolées)

    Laisser un commentaire:


  • zakouni
    a répondu
    Envoyé par Gorba Voir le message
    A mon époque (ça fait longtemps), les élèves de classes bilingues étaient largement meilleurs que ceux de classes normales (à quelques exceptions près, dans un sens ou dans l'autre). Ceux de ma génération ont quasiment tous fait une grande école par la suite.
    Je te crois, mais maintenant, malheureusement pour moi il n'y a pas de différence notable de niveau d'anglais entre un élève en classe européenne et un élève qui n'y est pas.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X